St Pie IX :" Mon successeur verra couler le sang des martyrs comme des ruisseaux.."
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

St Pie IX :" Mon successeur verra couler le sang des martyrs comme des ruisseaux.."

Aller en bas

St Pie IX :" Mon successeur verra couler le sang des martyrs comme des ruisseaux.." Empty St Pie IX :" Mon successeur verra couler le sang des martyrs comme des ruisseaux.."

Message  sylvia le Mer 30 Jan 2013 - 5:34

Extrait de l’extase de Marie Julie du Crucifix du 13 Mars 1878 ;

SS Pie IX est décédé le 5 Février 1878.

Notre-Seigneur présente SS Pie IX à Marie-Julie en extase.

« Adore-Moi et salue le Souverain Pontife Pie IX. »

— « Mon fils, dit Notre-Seigneur à Pie IX, donne-lui ta bénédiction. »

Pie IX: Je te bénis (avec générosité, il étend sa gracieuse main sur nous) enfant de la Croix, je bénis les amis de la Croix, les exilés et ceux qui ne peuvent participer à ma bénédiction.

Marie-Julie: Notre-Seigneur est sur Son trône, la Sainte Vierge à droite, le Saint-Père à gauche et moi, je suis à genoux aux pieds de mon Jésus pour entendre leurs communications.

Notre-Seigneur: Chantons un cantique pour Ma gloire et le triomphe de la Sainte Église. Commence-le, Mon fils.

Pie IX:« L'Église de Jésus-Christ triomphera sur la terre, ses ennemis sont rangés pour la combattre mais l'Église résistera à leur fureur. Douce et sainte Église, sanctuaire de Jésus,( …) ton triomphe s'approche, pour toi sont les prières des élus. Tu t'élèveras triomphante, Temple du Seigneur, tes ennemis tomberont à genoux pour voir la victoire de l'Église militante.

Notre-Seigneur: Grave ces paroles dans ton cœur comme un souvenir perpétuel de ce jour jusqu'à ta mort. Voilà, voilà donc le Saint-Père Pie IX, celui qui, tant de fois, a pleuré sur les iniquités de ses enfants. Des misères et des peines de la vie, il a reçu sa récompense, le voilà dans la gloire! Lève-toi, glorieux Pontife et parle à ton tour.

Pie IX: « Je te bénis, toi et la chère famille et tes amis. Je commence d'abord par remercier des prières, des souffrances et des pleurs versés à mon intention par toi et les amis de la Croix. Enfant du Calvaire, j'aurai désiré voir tomber sur moi, une partie de ces souffrances, le Seigneur en a disposé autrement, bénie soit Sa sainte Volonté.

Mes enfants de la Croix, pour vous dire un mot de cette vie qui est un fardeau sans fin. J'ai éprouvé la peine jusque dans les dernières limites de mon âme, j'ai vu des forfaits se commettre, j'ai vu des signatures contre la Sainte Église, j'ai vu mes persécuteurs vivre sous mes yeux, je les ai bénis, j'ai prié pour eux. Vois quelles grâces spéciales avant de quitter la terre, j'ai vu tous mes ennemis passer dans l'éternité avant moi.

Vois un effet merveilleux de la Providence, je veux t'apprendre à aimer Dieu dans Ses desseins. Moi, mes enfants de la Croix, je vous parle en la présence de Dieu, je suis Pie IX. Moi-même, j'ai su par l'Immaculée Mère de mon Dieu, l'heure du trépas de mon cruel ennemi et ma charité m'a fait lui pardonner.


Tu regardes ma couronne et mon anneau de Pontife, enfant du Calvaire, en quittant ma dépouille mortelle, j'ai tout quitté, mon anneau a été changé et le Divin Jésus m'en a donné un autre et une couronne glorieuse.

Enfant du Calvaire, j'ai quitté la Terre avec bonheur et joie, en la quittant, j'ai laissé une larme s'échapper de mes yeux mourants pour mes enfants qui m'étaient attachés, pour mes prêtres qui célébraient avec joie le Saint Sacrifice, que de fois cette consolation est venue à mon cœur!

Que de fois, enfant de la Croix, j'ai tourné mes yeux vers cette France que j'aime, il faut que je t'en dise un mot. j'ai vu couler le sang des Français sur le sol romain. J'ai béni le sang de ce peuple que j'affectionne et j'ai invité ce sang à bénir le Saint des Saints... -

À mes derniers moments, la Mère Immaculée que j'ai couronnée sur la Terre me disait: « Viens, mon fils, Lien sacré de la Foi, ta mission est accomplie, le Ciel n'a rien à te reprocher. Sors de la Terre, tu as vu assez de tempêtes, laisse l'autre part à celui que ton cœur a choisi au pied du tabernacle.»

J'ai demandé à Notre-Seigneur qu'aussitôt que j'aurai quitté cette vie, mon successeur vienne de suite me remplacer dans ma prison. Ce vœu n'a-t-il pas été exaucé? Je prévoyais ces derniers moments que l'orage ne tarderait pas à gronder et je me disais avec frayeur: si l'Eglise reste sans appui, ce sera le dernier moment. L'orage viendra la surprendre. Je vois tout, je prévois tout depuis que je suis dans ces régions célestes et je vous assure par la toute puissante miséricorde:

Prenez vos armes, si elles sont rouillées, il faut les frotter.

Marie-Julie: « Bon Saint-Père, je ne comprendrai pas cela. »

Notre-Seigneur: « Sache bien que cet entretien est peut-être le plus important de toutes Mes révélations, que rien ne soit perdu. »

Pie IX: «Cette conversation sera longue et favorable, je parlerai de tout, pour foi et pour ceux qui te sont chers, j'aurai une parole consolante. Je dis: préparez-vous, préparez vos armes, les meilleures armes sont la prière, la foi et la confiance. II en faut trois, j'avais ces trois armes puissantes, rien n'a pu m'ébranler.

Prie beaucoup pour mon successeur, c'est à lui qu'est réservé de voir le bouleversement de cette grande ville romaine. II sera poussé par ses ennemis jusqu'à le forcer d'apostasier sur la Croix mais sa foi sera inébranlable. Son désir d'accomplir sa mission est écrit dans le Cœur de Jésus et sur la Croix.

J'ai été exilé, j'ai quitté ma prison, j'ai été dépouillé, rejeté, prisonnier et après la prison, j'ai été victime. Le successeur de Saint Pierre sera exilé avec plus de rage et de férocité que moi je l'ai été. On a cherché à me faire périr, on a tendu un piège pour m'étrangler, mais la main puissante a écarté le loup de sa proie.

Marie-Julie: « Bon Saint-Père, je ne pourrai pas redire vos paroles. »

Pie IX: « Tu es assez capable de redire mes paroles ; le Seigneur t'a voulu ici.

Je lui ai laissé mon héritage. Sais-tu quel est cet héritage?

Ce sont les chaînes, la Croix, la lourde charge de son épiscopat, les tourments, l'exil, l'acharnement de cette ville qui devait être le centre de la paix et qui est le centre des révolutions, du scandale et des profanations. Ô Rome! Où sont les premiers murs que Pierre avait bâtis pour ses successeurs? Ces murs se sont écroulés, on en a rebâti d'autres et ces murs s'écrouleront aussi. J'ai vu couler le sang des martyrs, j'en ai vu les pavés rougis quand je revenais de ma captivité.

Mon successeur verra couler le sang des martyrs défenseurs de l'Église, avec plus de violence, il le verra couler comme des ruisseaux... sa foi vaincra.

J'espère que les Français auront le même dévouement pour lui que pour moi. Les chaînes de celui-ci ne sont pas moindres pour être cachées mais les charmes de son âme et de son grand cœur...

Une grande et dernière révolution doit se passer quand un roi zélé et fervent fera tous les délices d'une France. Il faut qu'elle se passe cette grande lutte, elle est écrite depuis quarante ans, elle balance sur la France et sur Rome.

Cet orage ramènera triomphant un roi prédestiné que les hommes rebutent et refusent mais que le Ciel aime. Je l'aime ce Roi et je laisse à mon successeur la pensée de ce grand prince qui viendra à son secours. II en a fait le vœu ;il l'a promis au Ciel: « Oui, j'irai verser mon sang pour lui sauver la vie. » Il ira, mais il sera épargné, sa protection est écrite dans les Cieux. Garde au fond de ton cœur es communications.

Enfant du Calvaire, je ne suis pas mort, je ne suis qu'endormi, mon sommeil est léger et je me lèverai au grand bruit de l'orage et j'apporterai la victoire aux combattants mais à ceux de la bonne cause. Mes précieuses reliques donneront la victoire.

Enfant du Calvaire, servez-vous respectueusement de mes reliques. Jésus l'ordonne. Les reliques précieuses de mon corps épargneront la France et la Bretagne, pas vous peut-être, pas toi toujours ne verra le prodige éclatant que j'ai réservé, je viendrai en France et j'y resterai jusqu'à la consommation des siècles.

Et dans cette France, je ferai éclater par les dons de ma sainteté des miracles merveilleux.

J'aime les Français, j'aime la France, elle a été mon soutien et ma défense, son nom demeurera avec moi aux pieds de l'Éternel Amour. Peut-être, vous ne vous doutez pas, vous qui vivez, des grands complots qui se trament en ce moment, contre l'Église et les âmes qui portent les armes de la Foi. II est tout permis de dévoiler pour le bien des âmes.

Beaucoup de souffrances, de projets, de préparations sont dans la force de leur pouvoir. Vous verrez en peu de temps, mais ne vous effrayez pas, en peu de temps, vous verrez cette tempête se soulever sur la France et sur Rome, en quelques heures, la France donner son secours à la prison du Captif.

J'ai bien souffert depuis la dernière lutte en voyant dévaster les maisons religieuses, en voyant les apôtres nu-pieds courir les rues et demander l'hospitalité.

Mon cœur s'est ouvert à la sensibilité des malheureux mais je ne pouvais rien faire. J'ai laissé un beau souvenir à tous mes amis et à cette grande ville de Rome.

Ce sont la sainteté, la souffrance qui m'ont rendu à ce dernier degré. Que de fois, j'ai supplié Dieu dans Sa Justice quand j'ai vu Sa colère allumée contre nous! Celui qui tient l'Arbre de la Foi et les chaînes de Saint Pierre suppliera et invoquera pour vous l'Éternelle Puissance.

Notre-Seigneur a donné à mon successeur des chaînes doubles, je les ai portées dans toute ma force, depuis mon départ, elles ont été alourdies et appesanties. Voila comme on cherchera à ravir la vie à celui que Dieu a établi sur son peuple. On s'armera d'armes fortes et nouvellement inventées et on campera autour de sa prison nuit et jour en se relayant et en se délassant et on fera tomber une grêle de balles.

Le feu et le sang feront entendre tour à tour leur voix et la victime sera enfermée dans le Vatican. Mes armes lui serviront, il aura du Ciel un grand secours... »

Marie-Julie:« Votre parole est grande, très Saint-Père, je vous aime bien.. »

Pie IX: « La meilleure arme c'est la prière, elle ne nuit jamais, elle est toujours victorieuse. Entrons maintenant dans une autre conversation douce et agréable. »

Notre-Seigneur: « Encore un mot sur l'Église. »

Pie IX: « L'Église, mes enfants, est dans un grand tourment et ses souffrances préparent sa victoire et son triomphe. Point de triomphe sans souffrances. Qu'iI est beau le triomphe! Aucun homme de la Terre n'est capable de le comprendre.

J'ai été une victime immolée sur la Croix. Bienheureux ceux qui portent ce doux nom de victime avant leur mort, c'est un privilège excessivement grand, victime de la Croix.

J'ai entendu dire au Pape Saint Léon par ses paroles dans ses écrits que ceux qui portent le nom de victime sur la Terre sont sûrs d'avoir auprès du Saint des Saints une demeure. Le nom de victime est un nom béatifié. Retenez bien ces paroles, il vous sera donné plus tard de les étudier dans toute leur largeur, dans toute leur étendue. Mes enfants, je vois du Ciel, combien sont grandes les souffrances des amis de Notre-Seigneur, écoute ce passage:

Le Divin Jésus dans sa divine Bonté t'a laissée seule sur la Terre comme prisonnière, attachée du matin au soir avec des chaînes. Il a un grand dessein sur cette terre de Bretagne. Il faut que les souffrances soient proportionnées à ce dessein.

Les hommes, par la volonté de Notre-Seigneur, t'ont ravi le Pain de ton âme, eh bien, enfant du Calvaire, celui que le Ciel, dans ses desseins, a nommé victime de la Croix, attendez encore un peu et le voile qui couvre la victime, se changera en un rayon clair et pur qui laissera voir la fraude et le désir des méchants qui voulaient faire souffrir.

Notre-Seigneur a soutenu Ses desseins malgré la guerre et l'opposition des hommes faibles et imparfaits de la Terre, Il n'a rien changé, Il a laissé la source de Ses grâces intarissable. Il y a partout de grandes oppositions mais sachez bien qu'elles viennent de Dieu par les hommes et votre victoire donnera à vos ennemis une grande pensée qui les fera se ranger parmi vos amis.

Soyez fiers de souffrir ces peines sur la Terre. Si dans ce moment, vous êtes un mal pour les hommes, vous serez un bien pour eux. Le Seigneur Bon et Juste a marqué la fin de cette épreuve.

Toute épreuve a une fin, un beau couronnement. J'ai béni ton cher Directeur et aussi quelques-uns de tes amis. Ce souvenir est resté gravé dans mon cœur. J'ai vu ce grand cœur d'homme, ce grand dévouement, j'ai vu son intention de penser jusqu'à donner sa vie pour moi.(l’Abbé David)

Mes enfants de la Croix, les injustices de la Terre sont bien grandes aux yeux de Dieu qui est juste et infiniment parfait. Mes enfants du Calvaire, il est sur la Terre bien difficile à l'homme de juger, par son propre pouvoir, les effets merveilleux que Dieu produit dans Sa puissance.

Une grande responsabilité restera pour juger sans avoir vu et examiné ce que Dieu fait dans Son amour et Sa puissance. Le Ciel punira ce défaut.(allusion aux refus d’un certain clergé de refuser le caractère surnaturel des faits de La Fraudais)

Marie-Julie: « Dame, bon Saint-Père, je n'ai jugé personne. »

Pie IX: « Ce n'est pas pour toi, je parle de l'autorité des hommes, je parle du pouvoir que le Ciel leur donne pour donner aux âmes les consolations nécessaires. Ce qui me faisait déjà souffrir, c'était de voir le refroidissement des enfants de la Terre, de ceux qui doivent donner aux âmes les biens nécessaires pour aimer Dieu et Le servir.

Il faut être sage sur la Terre mais il ne faut pas condamner Dieu dans Ses œuvres et dans Ses Saints. II faut le dire, ce que Dieu fait ne doit pas être jugé par les hommes; ce que fait le démon sera détruit. II faut laisser à Dieu la liberté et aux hommes leur vaine prudence et leur esprit d'orgueil.

Les esprits qui se croient au-dessus des autres se croient obligés de les faire souffrir, cela est un scandale. Je te dis, enfant du Calvaire, que mon frère dans le sacerdoce, ton père première victime, (Abbé David) m'a rendu gloire sur la Terre, il a célébré avec pompe et avec zèle, mes prières funèbres et son cœur a compati à cette douleur de l'Église.

Tu lui diras ou tu lui feras dire que moi et son admirable pasteur (Mgr Fournier) que son cœur aimait et a pleuré, que nos prières chaque jour au pied du trône de Notre-Seigneur sont pour lui et sont données pour sa victoire et son triomphe. Nous préparons au Ciel, son triomphe de gloire, d'innocence et de victime de la Croix, que chaque jour nous disons pour lui l'hymne des Saints Pontifes. Il lui sera donné une autre prière que la charité du saint, digne et illustre pontife, son Évêque a réclamée pour lui.

Je vais vous bénir, je vous laisse ma bénédiction car au Ciel, je suis encore le Père universel.

Prie, enfant du Calvaire, pour ces sociétés dont le nom t'est inconnu, mais prie à cette parole.

« Ô Marie conçue sans péché,
Regardez la France, priez pour la France, sauvez la France!

Plus elle est coupable,
Plus elle a besoin de votre intercession.

Ô Marie, un mot à Jésus reposant dans vos bras et la France est sauvée!
Ô Jésus, obéissant à Marie,

Sauvez la France.
(Prière de S. S. Pie IX)

« Ce qu’on demandera en son nom, Je l’accorderai »dit Notre-Seigneur au sujet de SS Pie IX.

« Seigneur, au nom de SS Pie IX et de tous les saints pontifes, sauvez l’Église et la France »Parce Domine

(Textes extraits du Bulletin 63-64 de l’Association des amis de Marie-Julie Jahenny)
sylvia
sylvia
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 6068
Date d'inscription : 06/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum