Les Prophéties du bon Pape Jean XXIII ! - Page 2
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Les Prophéties du bon Pape Jean XXIII !

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Les Prophéties du bon Pape Jean XXIII ! - Page 2 Empty Re: Les Prophéties du bon Pape Jean XXIII !

Message  Octo le Mar 3 Aoû 2010 - 12:06

@ Tous :

Suite des Prophéties du bon Pape Jean XXIII avec des commentaires du blogeur d'où j'ai puisé ces Prophéties :

"Et le jour où une femme jurera sur la Bible rénovée sera jour de Paix" (une femme sera présidente des Etats-Unis) :

_______Du Sud contre Luther et les héritiers de Nuremberg,
____________________ceux qui manquaient,
__________-ceux qui s'asseyaient sur le siège des juges.
_____________Celle qui fut colonie esclave du cuivre
_________et du sel impose son commandement populaire.
Et un Saint arrivera dans la cité blanche pour dire haut, pour dire vrai.
____________Derrière lui, la poitrine nue, les humbles,
____qui porteront la justice sur la terre de Luther, hier déchirée.
___________Les terres de l'ouest qui s'étaient rebellées,
____leurs hommes enfermés dans le ciment parmi les palmiers,
______________________avaient combattu.
___________Luther avait deux chefs ennemis et divisés.
________________-De l'autre côté du petit fleuve,
________________-le commandement du peuple
et l'ordre de céder au peuple qui aujourd'hui a le pouvoir de la parole,
_____________aujourd'hui que les armes sont mortes.
_________Luther connaîtra des luttes, des réconciliations,
____puis une seule parole, la plus haute, celle déjà prononcée.
_____________Et sous la statue de la première Sainte,
_______________la charte de l'Amour sera signée.
_____Sur les lacs, celui qui hait attend, veut tuer et n'ose pas.
____________Aujourd'hui seulement finit Nuremberg.
______________Mais attention au visage qui sourit,
_____________et vient du Sud, plus au Sud que tous.
______________-Son coeur était toujours au Nord,
_________il est revenu le reprendre, avec les frères noirs.
____________________Il y a encore la peur,
__________-mais dans la paix tous les hommes du haut
____________et du bas Luther chercheront quelqu'un.
Et le jour où une femme jurera sur la Bible rénovée sera jour de Paix.


Explication de la prophétie ci-dessus :

Une grande révolte populaire en Amérique latine, un mouvement de masse contre les Etats-Unis : l'événement provoquera la chute --peut-être même fera-t-il définitivement tomber le masque -- des "héritiers de Nuremberg", soit les nazis, soit ceux qui, étaient du côté des vainqueurs et avaient pris place sur les sièges des juges. Mais qui, comme le redit le prophète, auraient dû être au banc des accusés.

Un "Saint", avant que cette révolte sud-américaine n'ait lieu, sera arrivé dans la cité blanche (lieu qui doit se trouver aux Etats-Unis) et aura prêché, ouvert la voie au grand mouvement populaire qui le suivra. Il y aura avant tout les humbles, et leur discours sera un discours de justice.

Mais, avant cet événement, la prophétie en fait surgir d'autres, déjà arrivés. Aux Etats-Unis, et ceci est l'explication la plus claire, la plus simple, l'unique que j'ai réussi à vérifier, il a dû se passer auparavant de graves incidents. Peut-être une lutte à l'intérieur du pays, qui provoquera le partage en deux des Etats-Unis. Peut-être aussi à cause d'une bataille économique à l'intérieur du pays avec les Etats de l'ouest qui n'ont pas voulu être entraînés par Washington dans un krach politique ou économique, ceux-ci se sont révoltés et regroupés en une fédération, pour défendre leur "propre économie". Les Etats-Unis vont-ils connaître une guerre civile. (celà est très probable) Au moment où l'Amérique du Sud se révolte à son tour, conre les Etats-Unis qui les maintiennent en l'état de colonies. Et l'Amérique du Nord devient à son tour le centre d'un écroulement économique qui lui ôte tout pouvoir colonisateur ; à sa tête, deux chefs d'Etat, deux présidents.

"Aujourd'hui que les armes sont mortes." En cela, peut-être, l'explication des événements qui permirent aux Sud-Américains d'avoir raison du colonialisme économique des Etats-Unis. le Monde en marge avancera, il y aura des conflits, des luttes, mais aussi des retrouvailles. on peut penser que si une partie des Américains, peut-être une des factions en lutte, s'oppose à l'invasion --invasion certainement pacifique-- l'autre, au contraire, lui apportera son soutien. Et ce mouvement pourrait entraîner avec lui toutes ces forces populaires, ces minorités, ces mouvemens intellectuels, qui, ces derniers temps, ont si profondément secoué la conscience des Etats-Unis.

A la fin, c'est la "Paix" qui vaincra et "sous la statue de la première Sainte, la charte de l'Amour sera signée". La première sainte pourrait être "Sainte Marie Cabrini", la première béatifiée des Etats-Unis. Et les bases de la paix peuvent être d'ordre religieux. De toute façon, le bouleversement mènera sûrement à la rédaction d'une "charte" fondamentale qui prendra en considération, enfin, les exigences de tous les hommes, même de ceux qui, auparavant, étaient tenus à l'écart. On peut supposer qu'un nouvel ordre économique, plus encore que politique, sera créé, fondé peut-être sur des principes religieux primitifs, chrétiens.

Au Nord, donc, des groupes s'opposent encore au nouvel ordre et s'arment auprès des grands lacs, attendant le moment de réagir, d'abattre tout ce qui a été construit. Mais il semble que cette tentative posthume ne se réalisera pas. "Il n'ose pas", dit clairement le texte, pour ajouter aussitôt après une phrase consolante : "Aujourd'hui seulement finit Nuremberg." Avec ces événements, enfin, la malédiction que l'Humanité traîne derrière elle depuis des décennies se meurt enfin.

Il y a encore un danger, et le prophète nous met en garde. Quelqu'un qui vient du Sud, que tous croient être un homme bon, mais qui est en réalité marqué par le mal. Il a laissé son coeur au Nord, "il est revenu le reprendre, avec les frères noirs". Sur ce personnage, le texte ne donne pas d'autres détails. Il n'est pas possible non plus de savoir exactement qui sont ces "frères noirs". (à vous de chercher....)

La peur encore, les tensions, mais tout devrait se terminer dans une fraternelle accolade entre les peuples du Nord et du Sud de l'Amérique. Et ces retrouvailles de Paix devraient se passer un jour de Paix, quand "une femme jurera sur la Bible rénovée". La Bible rénovée pourrait confirmer l'hypothèse selon laquelle tout ce mouvement social serait lié aux principes du christianisme. De toute façon, une chose est certaine : une femme sera présidente des Etats-Unis. Et ces Etats pourraient réunir tout le continent américain.

SOURCE : http://petitremy.centerblog.net/rub-Prophetie-d-Angelo-Roncalli-Pape-Jean-XXIII-2.html

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Octo
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les Prophéties du bon Pape Jean XXIII ! - Page 2 Empty Re: Les Prophéties du bon Pape Jean XXIII !

Message  Invité le Jeu 5 Aoû 2010 - 10:06



Bienheureux Pape Jean XXIII


(03-06-1963)



Jean XXIII, 261ème Pape, du 28 novembre1958 au 3 juin 1963.



Angelo Roncalli est né le 25 novembre 1881 à Sotto-il-Monte, dans la province de Bergame, non loin de Brusicco. Ses parents, Marianna Mazzola et Giambat-tista Roncalli, avaient plusieurs enfants et étaient métayers du comte Morlani. En 1892, Angelo entre au petit séminaire de Bergame puis passe au grand séminaire, où il restera jusqu'à sa seconde année de théologie, en 1900. C'est en 1895 que le jeune homme commence à tenir ce qu'il appellera plus tard son " Journal de l'Ame " ; il ne cessera, jusqu'à sa mort, d'y inscrire ses angoisses et ses espérances. Toujours en 1895, il endosse la soutane.



En 1900, à l'occasion de l'Année Sainte, il fait un pèlerinage à Rome. Le 4 janvier suivant, grâce à une bourse d'études, il peut entrer au séminaire romain de l'Apollinaire. Il s'y distingue par son application et ses compétences. Le 10 août 1904, en l'Église Sainte Marie du Mont Sacré, il est ordonné prêtre. Le lendemain, le pape le reçoit en audience. De retour à Bergame, il devient le secrétaire de Mgr Giacomo Maria Radini Tedeschi. L'Évêque de Bergame lui témoignera toujours une affectueuse prédilection. De son côté, le jeune prêtre est littéralement modelé par la personnalité de cet homme fort, décidé, d'une grande foi. Au cours des dures années de pontificat, dans son " Journal de l'Ame " et dans ses entretiens avec ses collaborateurs, il se référera souvent à son modèle. La mort même n'interrompra pas leur dialogue.



En 1915, rappelé sous les drapeaux avec le grade de sergent sanitaire, il est nommé aumônier de l'hôpital de Bergame. À la fin de la guerre, il est pressenti pour s'occuper des jeunes et des étudiants dont il comprend particulièrement bien les problèmes. En 1918, il fonde la Maison de l'Étudiant de Bergame et, l'année suivante, devient directeur spirituel du séminaire de sa ville.



Alors que tout le destine à se préoccuper des jeunes, des étudiants et de leur vocation, le pape l'appelle à Rome. Benoît XV le fait entrer dans la " Congrégation sacrée de Propagande de la Foi " et l'homme de Bergame réussit, non sans difficulté, à s'introduire dans ce milieu de la curie romaine qui lui est étranger. Il devient président du Conseil central pour l'Italie des Oeuvres pontificales missionnaires et, en novembre 1924, il est nommé professeur de patristique à la faculté pontificale de Saint Jean du Latran, à Rome. L'année suivante le voit consacré Évêque de l'Église Saint Charles du Corso, mais sa vie va connaître un nouveau bouleversement.



En 1931, il est nommé premier envoyé apostolique en Bulgarie. Mais un changement radical va modifier à nouveau sa vie. La Turquie et la Grèce vivent des situations difficiles, très particulières. L'Église y connaît de grandes difficultés et a besoin d'une personne dynamique mais prudente, diplomatiquement sûre et disposée à accepter des humiliations, des sacrifices, voire même des persécutions. On choisit Angelo Roncalli. En qualité d'archevêque de Mesembria, il devient nonce apostolique en Turquie et en Grèce. La même année, son père meurt.



En 1944, un désaccord surgit entre la France libérée et le Saint-Siège. Le général de Gaulle, fervent catholique, fait savoir à Pie XII qu'il n'entend pas garder les Évêques et prélats compromis par le régime collaborateur de Pétain. La situation est désespérée. Le pape réfléchit longtemps, passe en revue ses cadres et se souvient de cet homme prudent, silencieux, sympathique, qui avait fait preuve de sa grande compétence en Turquie. Et voilà Angelo Roncalli nommé nonce apostolique en France, pour une mission des plus difficiles.



De Gaulle lui témoigne la plus grande admiration. Après la mort de Pie XII, au moment du conclave, le général, qui, entre-temps, est revenu au pouvoir, rappellera spécialement l'ambassadeur de France auprès du Saint-Siège pour lui demander d'agir au mieux en faveur de Roncalli. Le futur Jean XXIII n'a jamais su cela. Il n'y aurait d'ailleurs pas prêté la moindre attention, puisqu'il mettait tout, comme toujours, sur le compte de la Providence et du Saint-Esprit.



Le 15 janvier 1953, il reçoit la barrette de cardinal des mains du président de la République française, son ami Vincent Auriol, à l'Élysée. Au même moment, à Rome, Pie XII annonce officiellement que le cardinal Roncalli est nommé patriarche de Venise.



Six ans après, Pie XII meurt. Angelo Roncalli part pour Rome où il doit participer au conclave.La situation est tendue. Les factions progressistes et conservatrices comprennent que leurs candidats ne gagneront pas la partie et quelqu'un, alors, murmure le nom d'Angelo Roncalli. Il en est le premier stupéfait et tremble devant la lourde tâche qui pourrait lui incomber. Sa candidature se renforce. Il est élu.



II choisit le nom de Jean XXIII. C'est déjà un acte révolutionnaire de la part de ce pape qui aurait dû n'être que de transition, qui n'aurait dû apporter aucun changement à l'intérieur de l'Église. Jean, le prénom, par référence à Baptiste et à l'Évangéliste. XXIII pour effacer une équivoque historique selon laquelle un pape qui portait ce nom devint par la suite anti-pape. Le 4 novembre 1958, il est solennellement couronné à Saint-Pierre. Vingt jours après, il nommera vingt-trois cardinaux - parmi lesquels Montini - et là commence son pontificat différent. Ses premières visites sont consacrées aux prisonniers de la prison Regina Coeli, à Rome, et aux malades des hôpitaux.



Tout, alors, est bouleversé. La lenteur bureaucratique de la Curie, bousculée.



Le 25 janvier 1959, le nouveau pape, revêtu de sa robe d'Évêque de Rome, annonce, en l'Église Saint-Paul-hors-les-Murs, la célébration imminente d'un Synode pour le diocèse de Rome et d'un Concile pour l'Église catholique. C'est le fameux Concile Vatican II. La nouvelle fait l'effet d'une bombe.



La même année, il publie sa première lettre encyclique, " Ad Pétri Cathedram ". Entre la fin de cette année-là et le début de la suivante, huit cardinaux sont nommés. A mesure que leur nombre augmente, l'Église s'enrichit d'un sang neuf et d'expériences nouvelles. En 1960, après avoir élevé à la pourpre cardinalice un Africain, un Japonais et un Philippin, Jean XXIII révolutionne à nouveau l'Église en recevant le primat de l'Église anglicane.



En novembre 1961, le pape envoie son encyclique " Aeterna Dei " et, à Noël, la lettre qui annonce pour 1962 le Concile Vatican II.



Le 25 novembre, jour de son quatre-vingt-unième anniversaire, le pape subit une première attaque de son mal. Le 8 décembre, il lève la première session du Concile et annonce sa re-convocation pour le mois de septembre suivant.



Jean XXIII apparaît en public pour la dernière fois en 1963, à l'occasion de la fête de l'Ascension.



Le 18 novembre 1965, le Concile Vatican II travaille à temps complet. Les volontés du pape Jean XXIII s'accomplissent. Le nouveau pape annonce que Pie XII et Jean XXIII seront béatifiés. Angelo Giuseppe Roncalli a été béatifié le 3 septembre 2000.



Lors de la convocation du concile Vatican Il, le 25 décembre 1961, Jean XXII, disait :



« Au milieu de tant de ténèbres, nous croyons percevoir des d'indices non négligeables qui nous amènent à concevoir des espérances de temps meilleurs pour l’Eglise et l’humanité ».



Puis, lors de l’inauguration du concile Vatican Il, le 11 octobre 1962, Jean XXIII, disait :



« Le Concile, en tant qu’il prépare et consolide le chemin pour la réalisation de cette unité du genre humain ».



Le 06 janvier 1963, se réjouissant de la bonne acceptation du Concile par les frères séparés, Jean XXII, écrivit dans une lettre aux Pères Conciliaires :



« En ceci nous sommes obligés de voir les premières lueurs du jour tant attendu... Où se rassembleront un seul troupeau et un seul Pasteur ».



Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum