Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 47
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Page 47 sur 47 Précédent  1 ... 25 ... 45, 46, 47

Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mer 29 Aoû 2018 - 12:08

Egypte: 20 djihadistes présumés tués
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 29/08/2018 à 15:24 Publié le 29/08/2018 à 15:20

Vingt djihadistes présumés ont été tués dans le Sinaï égyptien (nord-est) et dans l'ouest du pays lors d'opérations menées par les forces de sécurité contre le groupe Etat islamique (EI), a annoncé aujourd'hui l'armée. Depuis la destitution en 2013 par l'armée du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, les forces égyptiennes affrontent des groupes extrémistes, dont l'EI. L'armée a lancé une vaste campagne militaire baptisée "Sinaï 2018" en février, visant à déloger les djihadistes de la branche locale de l'EI particulièrement active dans le nord du Sinaï. "Sept très dangereux" djihadistes, membres d'une "cellule terroriste", ont été tués lors d'une opération dans la zone frontalière avec la Libye, dans l'ouest du pays, a déclaré l'armée dans un communiqué.


Elle a également annoncé la mort de "13 (jihadistes) lors d'un échange de tirs avec les forces" de sécurité, dans le centre et le nord du Sinaï. Environ 300 jihadistes et une trentaine de soldats sont morts depuis le lancement de "Sinaï 2018", selon des chiffres officiels. La presse n'est pas autorisée à se rendre librement sur place. L'armée a organisé en juillet pour les médias étrangers une rare visite à al-Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï. Les organisations de défense des droits de l'homme ont dénoncé à plusieurs reprises les conséquences sur les populations civiles de la campagne menée par l'armée. Human Rights Watch (HRW) a affirmé dans un rapport publié en avril que, du fait de l'offensive, "jusqu'à 420.000 habitants de quatre villes du nord-est" de la péninsule avaient un besoin "urgent" d'aide humanitaire. L'armée affirme de son côté que la population soutient l'opération et qu'elle reçoit une assistance humanitaire.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Jeu 6 Sep 2018 - 13:01

Nigeria: 2 morts et 25 personnes enlevées dans une embuscade de Boko Haram
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 06/09/2018 à 13:32 Publié le 06/09/2018 à 13:30
Au moins deux personnes, dont un soldat, ont été tuées et 25 autres enlevées dans une embuscade tendue par le groupe djihadiste Boko Haram contre un convoi civil près de la frontière nigériane avec le Cameroun, ont indiqué aujourd'hui des sources de sécurité et un habitant. Un convoi de véhicules civils sous escorte militaire a été attaqué près de la ville de Gwoza mardi après-midi, entraînant une brève fusillade. "Un soldat et un civil ont été tués dans l'embuscade et un bus transportant environ 25 personnes a été emmené", a déclaré à l'AFP l'un des responsables des milices civiles qui combattent aux côtés de l'armée nigériane, Ibrahim Liman.

L'attaque aurait été menée par des combattants de la faction d'Abubakar Shekau, active dans la région de Gwoza, située à la lisière de la forêt de Sambisa, un des bastions du groupe, a indiqué M. Liman. "D'après les informations que nous avons récoltées, les otages ont été emmenés dans la forêt de Sambisa", a-t-il précisé. Le convoi se dirigeait vers Maiduguri venant de Gwoza lorsqu'il a été attaqué par les militants vers 15h. Une source militaire a confirmé l'incident "qui s'est produit entre Pulka et Gwoza". "Nous avons perdu un soldat et un civil lors de l'attaque. Nous ne sommes pas sûrs du nombre exact de passagers enlevés mais ils sont plus de 20", a déclaré l'officier qui a requis l'anonymat.


Gideon Buba, un habitant de Maiduguri originaire de Gwoza, a déclaré que son pasteur faisait partie du convoi attaqué, son véhicule se trouvant juste derrière le bus. "Les hommes armés ont ouvert le feu au milieu du convoi mais des véhicules ont réussi à partir", a rapporté M. Buba. "Mais l'un d'entre eux a été saisi par les hommes armés qui en ont pris le contrôle et sont partis avec dans la forêt", a déclaré M. Buba, citant le récit de son pasteur. En 2014, au plus fort des violences perpétrées par Boko Haram, l'armée avait fermé la route Maiduguri-Gwoza, longue de 128 kilomètres, à la suite d'attaques incessantes contre des automobilistes par les djihadistes.

En mars, cette route, très empruntée avant le conflit, a été rouverte mais les convois civils - constitués de plusieurs dizaines de véhicules - ont toujours besoin d'une escorte militaire pour se déplacer. Des milliers de personnes ont été enlevées par Boko Haram depuis le début de l'insurrection en 2009.

Forte hausse des violences sexuelles en 2018
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 06/09/2018 à 13:35 Publié le 06/09/2018 à 13:33
Le nombre des violences sexuelles enregistrées par les forces de sécurité a bondi depuis le début de l'année, avec une hausse de 23,1% sur les sept premiers mois, a indiqué aujourd'hui Gérard Collomb, évoquant un mouvement de libération de la parole. Les services de police et gendarmerie ont enregistré 27.728 faits de violences sexuelles contre 22.533 au cours des sept premiers mois de 2017, selon les chiffres fournis par le ministre de l'Intérieur lors d'une conférence de presse. Depuis le début de l'année, ils ont notamment enregistré 3.357 faits de harcèlement sexuel de plus qu'en 2017. "C'est clair que le mouvement que nous avons connu permet de libérer la parole", a commenté Gérard Collomb.

Les accusations de harcèlement sexuel, agressions sexuelles et viol qui ont visé le producteur américain Harvey Weinstein en octobre 2017 ont déclenché un vaste mouvement anti-harcèlement #MeToo dans le monde. Ce mouvement a fait chuter des dizaines d'hommes de pouvoir accusés d'abus sexuels dans tous les milieux. M. Collomb a rappelé le lancement en octobre d'une plateforme de signalements des violences sexuelles et sexistes. "Nous savons qu'en termes statistiques, cela conduira à une augmentation des chiffres. Mais ce qui compte, c'est bien évidemment de faire changer la réalité", a-t-il déclaré. Le ministre avait expliqué un peu plus tôt, sur BFMTV, que grâce à cette plateforme "les femmes pourront déposer de manière anonyme, de manière à ce qu'on puisse effectivement commencer l'enquête sans qu'elles soient obligées d'aller au commissariat avec le regard désapprobateur de l'environnement.

Selon Gérard Collomb, qui dans un exercice inédit depuis son arrivée à Beauvau, a détaillé des chiffres de la délinquance, les cambriolages sont par ailleurs "nettement orientés à la baisse" depuis le début de l'année, avec une diminution de 6,2%. Il s'agit de "la plus forte diminution enregistrée depuis 10 ans" tant en zone de compétence police que gendarmerie. Seul point noir, la hausse des cambriolages de 6,3% dans la capitale malgré une augmentation du nombre de personnes interpellées.

Plus globalement les atteintes aux biens ont diminué de 3,9% sur les sept premiers mois de l'année: les vols avec violences ont baissé de 8,8%, les vols à main armée de 17,7% et la délinquance liée à l'automobile de 4,8%. Sur la même période, les atteintes à l'intégrité physique des personnes ont augmenté de 5,7%. Cependant le nombre de violences dites "crapuleuses" à des fins d'appropriation et de vol, diminue de plus de 8,8%. Les coups et blessures volontaires ont en revanche bondi de 129.000 à 139.000 faits enregistrés, soit une hausse de 7,5%.

En matière de stupéfiants, le nombre de personnes arrêtées pour trafic a augmenté de 5,7%. Quant au nombre d'infractions pour usage de stupéfiants, il a progressé de 1,5% au plan national. A la demande du président Emmanuel Macron, un plan de lutte contre les stupéfiants doit être présenté dans "les prochains mois", a précisé M. Collomb. Le ministre s'est en outre félicité de l'augmentation du taux d'élucidation, notamment en matière de vols avec violence (+1 point), de cambriolages (+ 1 point) et de vols à main armée (+10 points).
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  stjeanlagneau le Jeu 6 Sep 2018 - 15:14



Merci Antoine

Les démons sont lachés et se sont emparés de l'âme de l'humanité.
Conséquence, le mal augmente chaque jour, sous toutes ses formes, jusqu'au plus répugnant.
J'ose espérer une intervention rapide du Ciel, pour mettre fin à cette destruction annoncée de la Création. Non
Exorcisme  Le dernier recours

_________________

Bonne Nouvelle "CHERCHEZ D'ABORD LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE,
ET LE RESTE VOUS SERA DONNE PAR SURCROIT"  (Matthieu 6,33)

La Parole !
avatar
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 21069
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 51
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Dim 23 Sep 2018 - 13:27

RDC : une attaque fait au moins 18 morts
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 23/09/2018 à 18:34 Publié le 23/09/2018 à 18:28
Au moins 18 personnes ont été tuées hier soir à Beni (est de la République démocratique du Congo) dans une attaque attribuée par l'armée au "terrorisme" du groupe Allied Democratic Forces (ADF) d'origine ougandaise.

L'attaque a tué quatorze civils et quatre militaires, a indiqué un porte-parole de l'armée dans la région, Mak Hazukai, qui parle également de neuf blessés.Des humanitaires étrangers se trouvent depuis début août dans cette ville du Nord-Kivu en raison d'une épidémie d'Ebola.

"Le territoire et la ville de Beni font face au terrorisme ADF dont la structure du commandement est tenue par les Ougandais. Le combat contre le terrorisme exige le réveil de tous les congolais", a ajouté le porte-parole militaire.

Mystérieuse nébuleuse, les ADF sont tenus responsables du massacre de plus de 700 civils à Beni et sa région depuis octobre 2014, en plus de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre.

"La population du Nord Kivu souffre trop"

L'attaque a suscité l'indignation sur les réseaux sociaux, où certains Congolais dénoncent l'impuissance de l'armée et de la force de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) qui dispose d'une base à Beni.

Des photos de victimes, dont une étudiante toute souriante, circulaient également, en plus de clichés montrant des flaques de sang frais. "La population du Nord Kivu souffre trop. Ce week-end de nouveau beaucoup d'innocents sont morts", a twitté l'ambassadeur des Pays-Bas, Robert Schuddeboom.

Selon plusieurs témoignages, l'attaque a été lancée à la tombée de la nuit vers 18h30-19h00 sur un quartier est de Beni, ville commerçante de plusieurs centaines de milliers d'habitants.

Des assaillants venus avec femmes et enfants

"Les assaillants étaient nombreux, ils ont lancé un cri de joie. Il y avait des femmes et des enfants. On a tiré sur une moto et les enfants des assaillants commençaient à crier. Les rebelles ont découpé les victimes à la machette", a dit un témoin à l'AFPTV, Kasero Mumbi. Début septembre après une précédente attaque attribuée aux ADF, un témoin avait déjà raconté à l'AFP que les assaillants venus de la forêt se déplaçaient avec femmes et enfants.

Des armes lourdes et légères ont été entendues jusqu'après minuit, d'après un médecin de l'hôpital général. L'attaque a visé un quartier proche du centre-ville, contrairement aux autres qui se déroulent d'habitude dasn le nord, sur la route de l'aéroport de Mavivi, à 10 km de là.

"Pendant qu'à Kinshasa, très loin du drame de Beni, ça parle tranquillement processus électoral, impuissante, la ville de Beni elle, déplore (plus de 18 morts) pendant une énième attaque des présumés ADF", s'est insurgé sur Twitter Enock Nyamwisi, qui se présente comme un militant du groupe Lutte pour le changement (Lucha).

Les ADF constituent une mystérieuse nébuleuse vivant en communauté dans les forêts près de Beni, sans afficher ni leader ni revendication. Son affiliation à l'islamisme radical n'a jamais été prouvée. Historiquement, les ADF étaient un groupe d'Ougandais musulmans qui s'est replié à la fin des années 90 dans l'est du Congo pour lutter contre le président Yoweri Museveni.

Syrie : plus de 3300 civils tués dans des frappes de la coalition, selon une ONG

Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 23/09/2018 à 18:24 Publié le 23/09/2018 à 18:20
Plus de 3.300 civils ont perdu la vie dans des frappes de la coalition menée par les États-Unis contre le groupe État islamique (EI) en Syrie depuis 2014, a déclaré aujourd'hui l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Cette coalition reconnaît pour sa part la mort d'au moins un millier de civils en Irak et en Syrie depuis le début de ses opérations antijihadistes dans ces deux pays, respectivement en août et en septembre 2014.

>> Lire aussi - La coalition en Irak et Syrie admet avoir tué 1061 civils

Interrogé par l'AFP sur le chiffre nettement supérieur de l'OSDH, son porte-parole, Sean Ryan, a fait valoir que la coalition se fondait sur "des faits et des preuves". "Nous ne prétendons pas détenir de chiffres exacts, mais nous pouvons assurer que nous nous basons sur les meilleures preuves disponibles", a-t-il ajouté.

Pour l'OSDH, une ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, le bilan des victimes civiles dans les opérations de la coalition s'élève à 3331 morts pour la seule Syrie. Parmi elles figurent "826 enfants et 615 femmes", a ajouté son directeur, Rami Abdel Rahmane.

Pour déterminer l'origine des frappes, l'Observatoire s'appuie sur son vaste réseau de sources mais aussi sur l'étude des plans de vols, ainsi que sur les avions et munitions utilisés dans le cadre de ces raids.

Plus de 360.000 morts en Syrie depuis 2011

La coalition affirme de son côté prendre toutes les précautions possibles. Dans son dernier rapport, en août, elle établit précisément à 1061 le nombre de pertes civiles liées à ses opérations en Syrie et en Irak, à la date du 30 juillet. Elle précise toutefois que 216 dossiers relatifs à la mort de civils sont encore à l'étude, dont certains remontent à l'année 2014.

Alors que plusieurs ONG ont accusé la coalition de ne pas mener d'enquêtes suffisamment rigoureuses, son porte-parole a rétorqué qu'elle avait sollicité la coopération d'autres organismes, notamment pour partager la méthode utilisée pour établir les bilans.

En juin, l'ONG Amnesty International a indiqué que les frappes de la coalition l'an dernier sur Raqa, lors des combats pour la reprise de la "capitale" syrienne du groupe EI, pouvaient être constitutifs "d'éventuels crimes de guerre".

Les opérations antijihadistes de la coalition ont baissé d'intensité depuis la perte par le groupe EI de l'écrasante majorité de ses territoires en Syrie et en Irak.

Plus de 360.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du conflit en 2011. Les civils représentent près du tiers de ces pertes humaines, selon l'OSDH.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mar 9 Oct 2018 - 12:56

Yémen: 79 rebelles tués par la coalition en 48 heures
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 09/10/2018 à 18:05 Publié le 09/10/2018 à 18:03

Près de 80 rebelles ont été tués ces dernières 48 heures dans des raids de la coalition sous commandement saoudien contre la province de Hodeida au Yémen, pays ravagé par la guerre, selon des sources militaires et médicales. Les frappes, qui ont visé des positions des rebelles Houthis dans cette région de l'ouest du pays bordant la mer Rouge, ont également coûté la vie à sept civils, ont ajouté les mêmes sources.

» LIRE AUSSI - Yémen : un conflit meurtrier qui s'enlise

En mars 2015, l'Arabie saoudite, voisine du Yémen, a pris la tête d'une coalition militaire de plusieurs pays pour aider le pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi à stopper la progression des Houthis qui s'étaient emparés de vastes régions du pays dont la capitale Sanaa. La coalition, dont l'aviation est un atout crucial dans ce conflit, a réussi à déloger les rebelles de plusieurs régions du sud du pays mais ces derniers contrôlent toujours Sanaa et d'autres pans du territoire. Plusieurs sessions de négociations entre les belligérants n'ont pas abouti.

Le 18 septembre dernier, après la non-tenue de pourparlers annoncés par l'ONU à Genève, la coalition a annoncé la reprise d'une offensive -suspendue en juin- pour reprendre aux rebelles Hodeida, chef-lieu de la province du même nom et principal point d'entrée des importations et de l'aide internationale. Mais depuis, l'intensité des combats dans les environs de ce chef-lieu a baissé et la coalition ne mène que des raids sur les limites de la ville et dans d'autres régions de la province.

Ces dernières 48 heures, les raids ont visé dans la province deux fermes, deux camps d'entraînement des rebelles et une position proche du port de Hodeida, selon les sources militaires au sein des forces loyalistes. Des secouristes et des sources médicales ont confirmé le bilan de 79 rebelles tués dans les frappes et dont les corps ont été transportés dans cinq hôpitaux de la province.

La guerre au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, a fait quelque 10.000 morts, en majorité des civils et provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mer 17 Oct 2018 - 14:06

Attaque en Crimée: au moins 19 morts
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 17/10/2018 à 19:49 Publié le 17/10/2018 à 19:45

Un élève de 18 ans a ouvert le feu dans le lycée technique où il étudiait aujourd'hui à Kertch, en Crimée, tuant une vingtaine de personnes, avant, affirment les autorités, de se suicider.

» LIRE AUSSI - Crimée : un élève commet un massacre dans un collège


L'attaque, qui a été accompagnée d'une explosion à l'intérieur du bâtiment selon des témoins, a eu lieu en fin de matinée dans cette ville de la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014. "L'auteur de l'attaque s'est suicidé avec une arme. C'est un élève de quatrième année de cet établissement. Son corps a été découvert dans la bibliothèque", a déclaré le dirigeant de la Crimée Sergueï Aksionov sur la chaîne de télévision Rossiya 24, ajoutant qu'il n'avait "pas d'antécédents judiciaires". Le bilan provisoire est de 19 morts et de 37 blessés, selon le ministère de la Santé qui n'a pas précisé si ces chiffres prenaient en compte le meurtrier présumé. "L'examen préliminaire des corps indique que (les victimes) sont mortes de blessures par balle", a précisé le Comité d'enquête. Cet organisme chargé des grandes affaires criminelles en Russie a révélé que le tireur s'appelait Vladislav Rosliakov et était âgé de 18 ans. Sur des images diffusées sur les réseaux sociaux et provenant des caméras de vidéosurveillance de l'établissement, on peut voir un jeune homme aux cheveux courts, portant un tee-shirt blanc et un pantalon noir, dans un escalier, un fusil à la main. Le mobile de cette tuerie est pour le moment inconnu. Selon Sergueï Aksionov, l'assaillant, qui recevait une bourse pour ses études, n'avait jamais fait preuve d'agressivité dans son collège.

L'attaque a été requalifiée en "meurtre" alors qu'une enquête avait d'abord été ouverte pour "acte terroriste", a précisé le Comité d'enquête. "Ce n'est pas un acte terroriste (...), c'était une tuerie de masse causée par un seul individu", a affirmé par la suite Sergueï Aksionov sur Rossiya 24. Selon un responsable des forces de l'ordre cité par l'agence de presse Ria Novosti, le tireur avait obtenu légalement un port d'arme il y a un mois et avait passé tous les examens psychologiques nécessaires.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mer 24 Oct 2018 - 12:53

Egypte: 11 djihadistes présumés tués
Par Le Figaro Mis à jour le 24/10/2018 à 14:51 Publié le 24/10/2018 à 13:27
Onze jihadistes présumés ont été tués aujourd'huilors d'une opération de police dans le désert occidental en Egypte, près du gouvernorat d'Assiout (centre), a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Les forces de sécurité ont assiégé une zone montagneuse mercredi à l'aube mais ont subi des tirs des éléments terroristes et ont riposté", a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant que "les corps de 11 personnes ont ensuite été trouvés et des vérifications sont en cours pour les identifier".

L'opération a été rendue possible après que la police a rassemblé des renseignements lors de "ratissages", a ajouté le communiqué. Depuis la destitution par l'armée en 2013 du président islamiste élu Mohamed Morsi, des centaines de policiers, de soldats mais aussi de civils ont été tués dans des attaques jihadistes, dans le Sinaï (est), dans le désert occidental, mais aussi aux abords du Caire.

» LIRE AUSSI - Egypte: 450 djihadistes présumés tués en huit mois

En février, les forces de sécurité ont lancé l'opération "Sinaï 2018" dans la péninsule où se trouve le principal foyer d'insurrection jihadiste sous la bannière du groupe Etat islamique (EI). La semaine dernière, l'armée égyptienne avait indiqué à l'AFP avoir tué 450 jihadistes présumés en huit mois dans le Sinaï.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Ven 9 Nov 2018 - 12:28

Somalie: 20 morts dans un attentat à Mogadiscio
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 09/11/2018 à 18:21 Publié le 09/11/2018 à 15:33
Au moins dix personnes ont été tuées dans l'explosion de voitures piégées vendredi près d'un hôtel et d'un des sièges de la police dans le centre de Mogadiscio, la capitale de la Somalie, a-t-on appris de source policière. "Nous avons plus de dix morts, pour la plupart des civils, et des gardes de sécurité", a indiqué un responsable de la police, Ibrahim Mohamed, qui a parlé de l'explosion de deux voitures piégées, suivies de coups de feu.

Trois fortes explosions et des coups de feu ont été entendus à quelques minutes d'intervalle cet après-midi a constaté un journaliste de l'AFP. Deux voitures piégées ont explosé et des coups de feu ont éclaté près de deux hôtels fréquentés par des responsables politiques somaliens et du quartier général du département des enquêtes criminelles (Criminal Investigations Department/CID), a indiqué la police. Une troisième explosion a eu lieu quelques minutes plus tard.

Yémen: 110 rebelles tués à Hodeida en 24H
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 09/11/2018 à 17:54 Publié le 09/11/2018 à 17:51
Les combats des dernières 24 heures à Hodeida ont fait 110 morts parmi les rebelles Houthis qui contrôlent cette ville stratégique de l'ouest du Yémen, et tué 22 combattants des forces loyalistes tentant de la reprendre, a-t-on appris de sources médicales. Ce bilan porte à 382 le nombre de combattants des deux camps à avoir été tués depuis l'intensification le 1er novembre de la bataille de Hodeida.

Plusieurs organisations humanitaires se sont inquiétées de l'intensification des combats et des raids aériens, qui menace selon elles l'accès des civils à l'assistance internationale, alors que des millions de personnes sont menacées par la famine dans le pays.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine Hier à 13:40

Cameroun: 25 morts dans des combats
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 14/11/2018 à 10:57 Publié le 14/11/2018 à 10:45
Au moins 25 combattants séparatistes ont été tués dans des combats hier dans la région anglophone du Nord-Ouest du Cameroun en conflit, ont annoncé aujourd'hui à l'AFP des sources sécuritaires. "25 'Amba boys' (du nom des séparatistes) ont été tués sur les trois accrochages de ce jour à Mbot", localité proche de la ville de Nkambe, a indiqué mercredi à l'AFP une source sécuritaire à Yaoundé, confirmant une information d'une source proche des services de sécurité du Nord-Ouest.

Sur des photos obtenues par l'AFP de la source proche des services de sécurité, une dizaine de corps, présentés comme ceux de combattants séparatistes abattus, sont alignés sur le sol. Des armes, en majorite des fusils de chasse, ont été placées à côté des corps. Les séparatistes avaient établi leur base à l'école publique de Mayo Binka, à quelques km de Nkambe, selon la même source. "Cette guerre est réelle. Ça a été un enfer à Donga Mantung (département dont Nkambe est le chef-lieu). Nous avons pu voir nos pertes", a réagi sur les réseaux sociaux Mark Bareta, un des principaux propagandistes des séparatistes armés, suivi sur Facebook par plus de 100.000 personnes. Il a affirmé que l'armée avait "emmené" les corps de ses soldats tués.

Selon les deux sources sécuritaires interrogées par l'AFP, aucune perte n'a été enregistrée du côté de l'armée camerounaise. Dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, une crise socio-politique sans précédent s'est installée fin 2016. Elle s'est transformée fin 2017 en conflit armé. Des affrontements entre armée et séparatistes, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s'y produisent quasiment tous les jours depuis plusieurs mois.

Selon des sources concordantes, aux séparatistes armés se sont ajoutés des bandes armées qui rackettent les populations et les entreprises. Les autorités, qui qualifient les séparatistes de "terroristes", ont procédé depuis début 2018 à un important déploiement de forces de sécurité pour "rétablir l'ordre". Plus de 200 membres des forces de défense et sécurité camerounaises ont perdu la vie dans ce conflit ainsi que plus de 500 civils, selon les ONG. Ce conflit, qui n'a cessé de prendre de l'ampleur, a déjà forcé plus de 437.000 personnes à fuir leur domicile dans ces régions, selon des chiffres de l'ONU pubiés début octobre

Nigeria: Boko Haram fait 16 morts et des dizaines de disparus
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 14/11/2018 à 10:36 Publié le 14/11/2018 à 10:26
Au moins seize personnes ont été tuées et des dizaines d'autres sont portées disparues à la suite d'une série d'attaques perpétrées dans le nord-est du Nigeria par des membres présumés de Boko Haram, a appris l'AFP aujourd'hui selon des sources concordantes. Un homme a été abattu mardi alors qu'il travaillait sur sa ferme, dans le village de Gremari, à 13 km de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno. Plus au nord, autour des villages de Kazaa et Daraa, à cinq km de la ville de garnison de Monguno, des membres de la milice civile combattant le groupe jihadiste ont retrouvé 15 corps dans les champs, à la suite d'attaques lundi contre des villageois.

"Nos membres ont retrouvé 15 corps provenant de fermes autour des villages voisins de Kazaa et de Daraa", selon le chef de la milice Ibrahim Liman. "Trente-cinq autres personnes sont toujours portées disparues et les recherches se poursuivront aujourd'hui" mercredi, a-t-il déclaré. Les agriculteurs vivent pour la plupart dans les camps de déplacés de Monguno, où des milliers de personnes ont trouvé refuge face aux combats entre l'armée nigériane et le groupe jihadiste.

» LIRE AUSSI - Nigeria : Boko Haram rend à leurs parents une centaine d'écolières enlevées en février

Mari Bulama, un habitant de Monguno, a rapporté à l'AFP que les insurgés avaient ouvert le feu sur les hommes alors qu'ils travaillaient les champs. "Nous avons enterré 15 d'entre eux hier", a déclaré Mari, arrivé à Maiduguri mardi en provenance de Monguno, situé à 135 km.

Un camp de la faction affiliée au groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) se situe près de la ville de Zulum, à 20 km de Monguno, d'où seraient partis les combattants. Une attaque similaire, qui ressemble à une mise en garde contre ceux qui pourraient collaborer avec l'armée nigériane ou les milices, s'est déroulée à Gremari, faisant un mort, a rapporté à l'AFP un autre milicien, Umar Ari.

"Les autres villageois ont fui et sont ensuite revenus récupérer le corps de leur voisin", a-t-il ajouté. Le gouvernement et l'armée nigériane affirment que les jihadistes de Boko Haram sont pratiquement éradiqués mais Boko Haram contrôle encore une grande partie du territoire sur les pourtours du lac Tchad et mène de nombreuses attaques notamment contre les cibles militaires faisant des dizaines de victimes. Le conflit a causé la mort de plus de 27.000 personnes depuis 2009 et près de deux millions de personnes ont été déplacées de la région du lac Tchad.

avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2911
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 47 sur 47 Précédent  1 ... 25 ... 45, 46, 47

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum