Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Page 51 sur 51 Précédent  1 ... 27 ... 49, 50, 51

Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Sam 31 Aoû 2019 - 11:09

Syrie: 40 chefs jihadistes tués dans une attaque de missiles selon une ONG
AFP
Modifié le 31/08/2019 à 17:06 - Publié le 31/08/2019 à 13:27 | AFP
Syrie: 40 chefs jihadistes tués dans une attaque de missiles selon une ONGSyrie: 40 chefs jihadistes tués dans une attaque de missiles selon une ONG © AFP/Archives / Nazeer Al-khatib
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Au moins 40 chefs jihadistes ont été tués samedi en Syrie dans une attaque de missiles qui a pris pour cible leur réunion dans un camp militaire près de la ville d'Idleb dans le nord-ouest du pays en guerre, a indiqué une ONG.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui s'appuie sur un vaste réseau de sources en Syrie, n'était pas en mesure d'identifier dans l'immédiat l'origine des tirs ou "s'il s'agissait de raids aériens ou d'une attaque de missiles de longue portée".

Cette attaque survient au premier jour d'une trêve dans les bombardements du régime syrien et de son allié russe contre la région d'Idleb, dont la majeure partie est dominée par Hayat Tahrir al-Cham (HTS), le plus puissant des groupes jihadistes présents dans cette région.

"Des tirs de missiles ont visé une réunion rassemblant des chefs des groupes jihadistes Hourras al-Din et Ansar al-Tawhid ainsi que des chefs d'autres groupes extrémistes qui leur sont alliés dans un camp d'entraînement, tuant au moins 40 d'entre eux" près de la ville d'Idleb, a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Les groupes visés sont des alliés du HTS, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Toutes ces factions ont déjà été la cible de raids aériens du régime syrien, de son allié russe, mais aussi de la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis, et des Etats-Unis eux-mêmes.

Au nord d'Idleb, des explosions successives ont été entendues suivies de colonnes de fumée, a indiqué un correspondant de l'AFP présent non loin du lieu de l'attaque. Des ambulances se sont rendues sur place alors que les journalistes n'y ont pas eu accès.

Explosions successives
Le bilan des victimes est l'un des plus meurtriers infligés aux jihadistes dans une seule attaque en Syrie.

Le 30 juin, les Etats-Unis ont mené une frappe "contre la direction d'Al-Qaïda en Syrie dans une structure d'entraînement" dans la province d'Alep, voisine de celle d'Idleb. L'OSDH a alors affirmé que la frappe avait fait huit morts, dont six commandants du groupe Hourras al-Din.

En 2014, les Etats-Unis ont mis sur pied une coalition internationale pour lutter contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui a été vaincu en mars dernier en Syrie avec l'aide de forces kurdes. Mais des soldats américains sont toujours sur place en Syrie.

Les frappes américaines contre les jihadistes avaient considérablement diminué depuis 2017.

Sur un autre front de la guerre, le régime syrien a cessé ses frappes aériennes samedi sur la région d'Idleb, au premier jour d'une trêve annoncée après quatre mois de bombardements dévastateurs, a indiqué l'OSDH.

Cette trêve a été annoncée la veille par la Russie, l'alliée du président syrien de Bachar al-Assad qu'elle aide dans le conflit, particulièrement dans son offensive contre les jihadistes et les rebelles dans la région d'Idleb, qui a fait plus de 950 morts parmi les civils depuis fin avril.

Les combats au sol ont également cessé, selon l'ONG.

Une précédente trêve décrétée début août dans cette même région a volé en éclats au bout de quelques jours.

A la faveur de l'arrêt des hostilités, Ahmed Ibrahim est retourné chez lui dans le village de Maar Shourine près de Maaret al-Noomane, le temps de récupérer quelques affaires.

Trêve du régime
"Le régime, comme d'habitude, va violer le cessez-le-feu et ne va pas tenir sa promesse", a dit à l'AFP ce Syrien qui a fui il y a 15 jours vers une région plus au nord.

Fin avril, le régime Assad aidé de Moscou a lancé des raids aériens contre la province d'Idleb et les secteurs limitrophes dans les provinces voisines de Hama, Lattaquié et Alep, dominés par HTS et où des groupes rebelles sont également présents. Le 8 août, il a débuté une offensive au sol reprenant de nombreux secteurs, y compris la totalité des zones qui lui échappaient dans la province de Hama.

Le régime Assad, qui a reconquis environ 60 % du territoire avec l'aide militaire de Moscou mais aussi de l'Iran et du Hezbollah libanais, souhaite reprendre le reste du territoire, y compris Idleb. De vastes régions aux mains des forces kurdes dans l'Est lui échappent aussi.

Déclenchée en 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts, poussé à la fuite des millions de personnes et dévasté le pays.

31/08/2019 17:05:13 - Idleb (Syrie) (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Ven 27 Sep 2019 - 13:54

Indonésie: des milliers d'habitants fuient les violences en Papouasie
Par Le Figaro avec AFP Publié le 27/09/2019 à 16:57
Imprimer cet article (ouvre la fenêtre d'impression)
Des milliers d'habitants de Papouasie, territoire indonésien en proie à des émeutes, se sont précipités vendredi 27 septembre vers un aéroport pour fuir à bord d'avions militaires les violences qui ont fait des dizaines de morts.

» LIRE AUSSI - Prison de Bomana : une lueur d'espoir en enfer

Quelque 700 habitants de Wamena, pour la plupart des migrants en provenance d'autres îles de l'archipel d'Indonésie, ont été évacués vendredi vers d'autres régions, a indiqué l'armée. Quelques 1500 autres habitants se sont rassemblés dans un aéroport local pour fuir la zone, selon Arief Sudjatmiko, un responsable des forces aériennes. Au moins 2500 personnes ont été enregistrées pour des vols, a-t-il ajouté. «Nos vies sont en danger ici», déclare Debora Sibuea, qui compte retourner dans sa ville natale à Sumatra. «Ma maison a été incendiée, les boutiques ont été incendiées, même les bâtiments gouvernementaux ont été détruits par le feu», a-t-elle expliqué.

Des milliers d'habitants ont fui les affrontements et les incendies volontaires dans cette région pauvre où les émeutes se succèdent depuis plus d'un mois en réaction à des attaques racistes contre des étudiants papous. Une vingtaine de personnes au moins ont été tuées dans la ville de Wamena, où, selon les autorités, plusieurs ont été brûlées vives lorsque des immeubles ont été incendiés, tandis que d'autres ont été poignardées. Les manifestations et les émeutes parfois meurtrières se succèdent en Papouasie depuis des attaques racistes contre des étudiants papous à Surabaya, la deuxième plus grande ville d'Indonésie sur l'île de Java le 17 août, jour de l'indépendance de l'Indonésie. La vague de manifestations a aussi relancé les revendications pour un référendum sur l'indépendance.

Libye: 17 membres présumés de l'EI tués dans une nouvelle frappe américaine
Par Le Figaro avec AFP Publié le 27/09/2019 à 19:02

Le commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom) a annoncé vendredi avoir tué 17 membres présumés du groupe Etat islamique (EI) dans le sud libyen, dans la troisième frappe du genre en une semaine. «En ce moment, on estime que la frappe aérienne a tué 17 terroristes», a dit le communiqué.

» LIRE AUSSI - Dans le nord de l’Irak, l’État islamique prépare sa revanche

Africom a fait état de «campagne en cours contre l'EI» en Libye, précisant que les frappes ont été menées en «coordination» avec le Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU et basé à Tripoli.

«Africom continue d'appuyer les efforts diplomatiques déployés pour stabiliser la situation politique en Libye afin de maintenir notre objectif commun de désorganiser les groupes terroristes qui menacent la stabilité de la région», selon le communiqué.

Deux frappes les 19 et 24 septembre
Deux frappes aériennes avaient déjà été menées les 19 et 24 septembre aux environs de Mourzouk, une oasis située à un millier de km au sud de Tripoli, tuant 8 puis 11 «terroristes» présumés de l'EI, selon l'Africom.

Le Sud du pays échappe de fait au contrôle du GNA ainsi que de ses rivaux de l'Est, même si les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar disent y être présentes.

Après le début de l'offensive du maréchal Haftar contre la capitale libyenne, des analystes et diplomates ont mis en garde contre le vide laissé par les forces des deux camps engagées dans les combats au sud de Tripoli, qui pourrait profiter à l'EI dans d'autres régions du pays.



Nigeria: 7 soldats tués dans une embuscade tendue par des djihadistes
Par Le Figaro avec AFP Publié le 27/09/2019 à 17:56

Au moins sept soldats nigérians ont été tués dans l'attaque de leur convoi par des djihadistes dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, a annoncé vendredi 27 septembre un haut responsable militaire.

» LIRE AUSSI - Asie, Afrique, Europe: la nouvelle stratégie de l’État islamique

Des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué mercredi à l'arme lourde et à l'aide de grenades un convoi militaire aux alentours de la ville de Gubio (nord-est), entraînant une bataille féroce entre les djihadistes et les soldats, a rapporté l'officier sous couvert de l'anonymat. «Nous avons perdu sept soldats lorsque nos hommes ont été touchés par un RPG» (lance-roquettes), a déclaré cette même source. Une autre source militaire a confirmé l'incident sans donner de bilan.

Dès jeudi, l'ISWAP avait revendiqué l'attaque, affirmant avoir tué 14 soldats et en avoir capturé deux autres, selon les informations de SITE, groupe de surveillance international des activités djihadistes, ce qui a été démenti par les sources militaires. Les insurgés ont également déclaré avoir saisi des armes et des munitions ainsi qu'un camion militaire dans l'attaque. Depuis juillet 2018, l'ISWAP intensifie ses attaques contre les bases militaires du Nord-Est et a fait des dizaines voire des centaines de morts au sein des armées régionales, et accumule un important arsenal de guerre. En 10 ans, le conflit a fait près de 35.000 morts, et plus de 2 millions de déplacés ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mer 2 Oct 2019 - 13:49

Manifestations en Irak: sept morts dont un policier en 24h
Par Le Figaro avec AFP Publié le 02/10/2019 à 19:20
Un manifestant et un policier ont été tués mercredi soir à Nassiriya, au sud de Bagdad, portant à sept le nombre de morts depuis le début mardi en Irak d'une vague de contestation réclamant emplois et services publics, selon un responsable.

» LIRE AUSSI - L'errance des femmes irakiennes qui ont vécu sous l'État islamique

Ce responsable, Abdel Hussein al-Jaberi, directeur de la Santé de la province de Zi Qar où est située la ville de Nassiriya, a indiqué que les deux hommes avaient été mortellement touchés par des balles, sans être en mesure de préciser l'origine des tirs.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Dim 6 Oct 2019 - 0:20

Burkina: une vingtaine de morts dans l'attaque d'un site d'orpaillage dans le Nord
Par Le Figaro avec AFP Publié le 05/10/2019 à 21:58
Une vingtaine de personnes ont été tuées lors d'une attaque vendredi soir sur un site d'orpaillage à Dolmané, un village de la commune d'Arbinda, dans le nord du Burkina Faso, a-t-on appris samedi de sources sécuritaires.

«Des individus armés ont attaqué le site d'orpaillage de Dolmané, non loin de Arbinda, dans la province du Soum, faisant une vingtaine morts, principalement des orpailleurs», a indiqué une source sécuritaire. L'attaque a été confirmée par une deuxième source sécuritaire.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Sam 12 Oct 2019 - 11:28

Burkina: 16 morts dans l'attaque contre une mosquée
Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 15 min, mis à jour il y a 1 min
Au moins seize personnes ont été tuées et deux blessées grièvement vendredi soir dans une attaque contre une mosquée à Salmossi, à une vingtaine de kilomètres de Gorom-Gorom, dans le nord du Burkina Faso.

À lire aussi : Miné par le djihadisme, le Burkina Faso menace de s’effondrer
«Des individus armées ont attaqué la grande mosquée de Salmossi entre 19 h et 20 h (heure locale), faisant au moins 16 morts», a déclaré à l'AFP une source sécuritaire. «13 personnes sont mortes au cours de l'attaque et 3 autres ont succombé quelques heures après suite à de graves blessures», a-t-elle ajouté, et «deux autres blessés sont dans un état critique». «Les victimes sont tous des musulmans qui étaient en prière au sein de la grande mosquée», a affirmé un habitant de Gorom-Gorom, joint depuis Ouagadougou. «Depuis ce matin, les populations ont commencé à fuir la localité», a-t-il ajouté, évoquant un «climat de panique malgré le renfort militaire qui a été déployé» après l'attaque.

Le Burkina Faso, pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, est pris depuis quatre ans et demi dans une spirale de violences, attribuées à des groupes armés djihadistes, certains affiliés à al-Qaïda et d'autres à l'État islamique. Depuis début 2015, les attaques djihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est, ont fait plus de 600 morts, selon un comptage de l'AFP. Des mosquées et des imams ont déjà été la cible dans le pays d'attaques attribuées aux djihadistes par les autorités.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Sam 19 Oct 2019 - 7:33

Mali : six morts dans une attaque contre des groupes pro-gouvernementaux
Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 2 heures
Six personnes ont été tuées et quatre sont portées disparues à la suite d'une attaque contre un poste tenu par des groupes armés pro-gouvernementaux maliens par des individus non-identifiés dans le nord-est du pays vendredi soir, ont indiqué ces groupes dans un communiqué.

Les assaillants sont repartis avec deux véhicules après cette attaque menée à Aguelhok, a indiqué dans un communiqué la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014, alliance de groupes armés pro-gouvernementaux.

Situation sécuritaire préoccupante
La situation sécuritaire continue à se détériorer au Mali, en proie depuis 2012 à des insurrections indépendantistes, salafistes et djihadistes meurtrières et à des violences inter-communautaires. Aucune solution militaire ou politique ne paraît en vue, malgré le déploiement de forces françaises, africaines et onusiennes.

Le nord du pays était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes, qui l'ont ensuite évincée.

Les djihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Cependant, les violences djihadistes ont non seulement persisté, mais se sont propagées du nord vers le centre et le sud du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits inter-communautaires ayant fait des centaines de morts.


Catalogne : 182 blessés dans les violences
Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 2 heures, mis à jour il y a 1 heure
Les violences qui ont provoqué des scènes de chaos à Barcelone vendredi soir ont fait 182 blessés dans l'ensemble de la Catalogne, ont annoncé samedi matin les services de secours. Uniquement à Barcelone, 152 personnes ont été blessées, ont indiqué les secours. Les autres manifestants blessés ont été recensés notamment à Gérone, Tarragone et Lérida. Au total, 83 personnes ont été interpellées dans l'ensemble de la région suite à ces violences, a indiqué à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

Espagne: violences en Catalogne pour la troisième nuit consécutive, 97 arrestations

Samedi matin, une odeur de brûlé flottait encore dans le centre de Barcelone près de la place d'Urquinaona, où des agents terminaient de nettoyer les nombreux débris laissés par les affrontements de la veille, pierres, verre brisé et cartouches de balles de caoutchouc, a constaté un journaliste de l'AFP. Des dizaines de pavés ont été arrachés des trottoirs.

En plein centre-ville, des militants indépendantistes radicaux ont affronté dans la soirée de vendredi les forces de l'ordre en lançant des pierres ou des objets métalliques, tandis que les policiers répondaient par des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes.

De nombreux feux ont été allumés et des barricades élevées dans les rues au cinquième jour de la mobilisation contre la condamnation lundi à de lourdes peines de prison des dirigeants indépendantistes pour leur rôle dans la tentative de sécession d'octobre 2017. La ville avait déjà été le théâtre de scènes de guérilla urbaine tous les soirs depuis lundi.

Avant le début des affrontements de vendredi, plus de 500.000 personnes avaient manifesté pacifiquement à Barcelone, au terme d'une journée marquée par une grève générale et par la convergence de marches de dizaines de milliers de séparatistes partis mercredi de cinq villes de Catalogne.

Samedi matin, l'autoroute AP7 était par ailleurs coupée dans le sens France-Espagne près de la frontière en raison d'une manifestation indépendantiste, selon l'organisme catalan de surveillance du trafic routier.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 51 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Ven 25 Oct 2019 - 23:03

Une flambée de manifestations dans le monde depuis début octobre
AFP
Publié le 26/10/2019 à 02:26 | AFP
Une flambée de manifestations dans le monde depuis début octobreUne flambée de manifestations dans le monde depuis début octobre © AFP / Pablo VERA
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Du Chili au Liban, en passant par la Guinée..., les mouvements de contestation se sont multipliés ces dernières semaines autour du monde. Tour d'horizon des principaux soulèvements populaires :

BOLIVIE
Quand ? Depuis le 21 octobre.

Quel élément déclencheur ? Le dépouillement polémique de la présidentielle du 20 octobre, donnant quasiment vainqueur le chef de l'Etat sortant, Evo Morales.

Où en est-on ? Plusieurs régions sont le théâtre de violents incidents. Le 23 octobre une grève générale a débuté à Santa Cruz, capitale économique et bastion de l'opposition, avant de s'étendre. Le dirigeant socialiste, qui avait qualifié le mouvement de "coup d'Etat", a revendiqué la victoire le 24.

Quel bilan humain ? Des blessés dans des affrontements entre partisans et détracteurs d'Evo Morales.

CHILI
Quand ? Depuis le 18 octobre.

Quel élement déclencheur ? La hausse des tickets de métro à Santiago.

Où en est-on ? Malgré la suspension de la hausse suivie de mesures sociales proposées par le président conservateur Sebastian Piñera, la contestation face aux conditions socio-économiques et aux inégalités s'est amplifiée et étendue à d'autres régions. Une grève générale a commencé le 23 octobre.

Quel bilan humain ? 18 morts.

LIBAN
Quand ? Depuis le 17 octobre.

Quel élément déclencheur ? Une nouvelle taxe sur les appels passés via la messagerie WhatsApp.

Où en est-on ? Le gouvernement de Saad Hariri a rapidement annulé la mesure et annoncé des réformes économiques d'urgence. Mais le mouvement de contestation, réclamant le départ de l'ensemble de la classe politique, continue de grandir du nord au sud du pays, provoquant sa quasi-paralysie.

Quel bilan humain ? Manifestations pacifiques, émaillées de quelques heurts.

GUINEE
Quand ? Depuis le 7 octobre.

Quel élément déclencheur ? Le projet prêté au président sortant Alpha Condé, 81 ans, de briguer sa propre succession en 2020 et de changer à cette fin la Constitution.

Où en est-on ? Les manifestations rassemblant des milliers de Guinéens se succèdent à l'appel du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), coalition de partis d'opposition, de syndicats et de membres de la société civile.

Quel bilan humain ? Une dizaine de morts.

EQUATEUR
Quand ? 1-13 octobre.

Quel élément déclencheur ? La hausse du prix des carburants.

Où en est-on ? Après 12 jours de manifestations, un accord a été conclu entre le mouvement indigène, fer de lance de la contestation, et le président Lenin Moreno, qui a retiré le décret controversé.

Quel bilan humain ? Huit morts et 1.340 blessés.

IRAK
Quand ? Depuis le 1er octobre.

Quel élément déclencheur ? Appels spontanés sur les réseaux sociaux pour réclamer du travail et des services publics fonctionnels.

Où en est-on ? Après une semaine de contestation violemment réprimée, le gouvernement a annoncé des mesures sociales, mais aucune réforme en profondeur. La rue veut, elle, une nouvelle Constitution et un renouvellement total de la classe politique. Vendredi, la contestation a repris, avec une nouvelle flambée de violences, attisée par le leader chiite Moqtada Sadr.

Quel bilan humain ? Plus de 150 morts la première semaine. Plus de 40 morts pour la seule journée de vendredi.

D'autres mouvements, entamés plus tôt dans l'année se poursuivent :

A Hong-Kong, un mouvement de contestation est né le 9 juin, enclenché par un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine continentale.

Les manifestations et actions quasi-quotidiennes, rassemblant jusqu'à deux millions de personnes dans ce territoire de 7,3 millions d'habitants, ont plongé l'ex-colonie britannique dans sa pire crise politique depuis la rétrocession en 1997. Le projet a été suspendu début septembre mais les revendications se sont élargies à la dénonciation du recul des libertés et des ingérences grandissantes de Pékin dans les affaires de sa région semi-autonome.

Initialement pacifiques, les manifestations ont dégénéré en violents heurts entre militants et forces de l'ordre. De nombreux militants pro-démocratie ont été attaqués par des partisans du pouvoir de Pékin.

En Algérie, la décision du président Abdelaziz Bouteflika de briguer un 5e mandat a provoqué une vague de manifestations pacifiques le 22 février.

M. Bouteflika a démissionné début avril, mais les manifestations ont continué, réclamant le départ de l'ensemble de l'appareil politique. Le "Hirak" (mouvement) rejette la tenue d'une élection présidentielle, annoncée le 12 décembre par le pouvoir intérimaire, n'y voyant qu'un moyen pour le "système" de se maintenir au pouvoir.

26/10/2019 02:24:45 - Paris (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3117
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 51 sur 51 Précédent  1 ... 27 ... 49, 50, 51

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum