Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 52
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Page 52 sur 52 Précédent  1 ... 27 ... 50, 51, 52

Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 52 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mar 24 Déc 2019 - 15:36

Burkina : 7 soldats et 80 «terroristes» tués dans une attaque dans le nord
Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 28 min
Sept soldats et plusieurs civils ont été tués dans une attaque contre un détachement militaire à Arbinda, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé mardi l'état-major des armées dans un communiqué.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3153
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 52 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Dim 29 Déc 2019 - 22:52

Américain tué en Irak: les représailles américaines font 19 morts dans les rangs des pro-Iran
AFP
Publié le 30/12/2019 à 03:33 | AFP
Américain tué en Irak: les représailles américaines font 19 morts dans les rangs des pro-IranAméricain tué en Irak: les représailles américaines font 19 morts dans les rangs des pro-Iran © AFP/Archives / AHMAD AL-RUBAYE
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
L'armée américaine a bombardé dimanche soir des bases d'une faction armée pro-Iran en Irak, tuant 19 combattants, deux jours après une attaque à la roquette qui a tué pour la première fois un Américain.

"Les frappes ont été un succès", a déclaré à des journalistes le chef du Pentagone, Mark Esper, après ces attaques menées par des avions américains F-15 contre cinq objectifs situés dans l'ouest de l'Irak et dans l'est de la Syrie.

"Nous mènerons des actions supplémentaires si nécessaire afin d'agir pour notre auto-défense et pour dissuader des milices ou l'Iran" de commettre des actions hostiles, a ajouté M. Esper.

Les frappes ont été menées contre des installations des Brigades du Hezbollah, une des factions pro-Iran du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires formée pour lutter contre les jihadistes et désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes.

M. Esper a indiqué qu'il s'était rendu en compagnie du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo en Floride, où le président américain Donald Trump a passé la fête de Noël, pour l'informer des derniers événements au Moyen-Orient.

"Nous avons discuté avec lui des autres options qui sont sur la table", a déclaré M. Esper, précisant que des "actions supplémentaires" pourraient être envisagées "si nécessaire".

"Nous n'accepterons pas que la République islamique d'Iran mène des actions qui mettent des femmes et des hommes américains en danger", a déclaré de son côté le secrétaire d'Etat américain.

Alors que ces raids aériens américains provoquaient l'indignation générale en Irak jusqu'au plus haut niveau de l'Etat, quatre roquettes se sont abattues peu après aux abords d'une base abritant des soldats américains près de Bagdad, sans faire de victime, a indiqué un responsable des services de sécurité.

Les frappes contre des bases et des stocks d'armes des brigades du Hezbollah à la frontière entre Irak et Syrie interviennent après deux mois d'une escalade sans précédent dans les tirs de roquettes contre les intérêts américains en Irak, pays en pleine révolte contre le pouvoir et son parrain iranien, alors que Washington est désormais, politiquement, aux abonnés absents.

Le Hachd al-Chaabi a annoncé un bilan de 19 morts - des combattants et des commandants - et de 35 blessés dans les frappes américaines menées dans l'ouest de la province désertique d'al-Anbar, qui va de Bagdad à la frontière syrienne.

Ces raids visaient, a assuré le Pentagone, à "affaiblir les capacités des brigades du Hezbollah à mener de futures attaques".

Assaillants bien informés
Car depuis le 28 octobre, 11 attaques à la roquette ont visé des bases où sont postées des soldats ou des diplomates américains, et jusqu'à l'ambassade américaine dans l'ultra-sécurisée Zone verte de Bagdad.

Les 10 premières attaques ont fait un mort et des blessés parmi les militaires irakiens, ainsi que des dégâts matériels, mais celle de vendredi soir a marqué un tournant.

Non seulement elle a tué un sous-traitant américain mais, pour la première fois, 36 roquettes se sont abattues sur une seule et même base abritant des soldats américains, rapporte une source américaine.

Et les projectiles ont visé la base K1 à Kirkouk, zone que le Kurdistan dispute aux autorités fédérales, avec une précision inédite.

"Les tirs ont visé précisément la zone où se trouvent les Américains, près de la salle de réunion", au moment même où de hauts commandants de la police irakienne et de la coalition internationale antijihadiste auraient dû s'y trouver, a indiqué un responsable irakien à l'AFP.

Pour plusieurs de ces attaques, des sources américaines ont accusé les Brigades du Hezbollah, une des factions pro-Iran du Hachd. Ce dernier a été formé en 2014 pour lutter contre les jihadistes, à partir notamment de groupes existant depuis des années et ayant longtemps combattu les Américains après leur invasion de l'Irak en 2003.

Les Brigades du Hezbollah, armées, entraînées et financées par l'Iran, opèrent pour partie au sein du Hachd - donc des troupes régulières irakiennes - et pour partie indépendamment, notamment en Syrie, où elles servent de supplétifs aux forces du régime de Bachar al-Assad.

"Dégager l'ennemi américain"
Après les raids américains, le porte-parole militaire du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi a dénoncé "une violation de la souveraineté irakienne", tandis que la classe politique relançait une campagne récurrente en Irak pour bouter les Américains hors du pays.

Les attaques contre des intérêts américains ou des bases des pro-Iran font aussi redouter ce contre quoi les dirigeants irakiens mettent en garde depuis des mois: que leurs deux alliés américain et iranien utilisent leur sol comme un champ de bataille.

Aujourd'hui toutefois, le rapport de force a changé dans le pays, où sont actuellement stationnés 5.200 soldats américains.

L'Iran a renforcé son influence chez son voisin au détriment de Washington, aux abonnés absents ou presque depuis trois mois d'une révolte populaire sans précédent.

L'instabilité politique a été déclenchée par la pire crise sociale que connaît le deuxième producteur de pétrole de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), avec près de 460 morts et 25.000 blessés.

30/12/2019 03:32:22 - Bagdad (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3153
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 52 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Dim 5 Jan 2020 - 10:32

Burkina : 14 morts dans l'explosion d'un car sur un engin improvisé
ACTU. L'événement a eu lieu sur une route interdite à la circulation pour des raisons de sécurité. Il y a 7 élèves et 4 femmes parmi les victimes. Par Le Point Afrique (avec AFP)
Publié le 05/01/2020 à 16:24 | Le Point.fr


© DR
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Au Burkina, les jours se suivent et se ressemblent quant au chapelet de victimes causées par les initiatives des terroristes djihadistes. Cette fois, c'est entre les localités de Toéni et de Tougan qu'une explosion a encore causé la mort de personnes. L'événement a eu lieu samedi matin dans le nord-ouest du Burkina Faso où un car a pris le risque d'emprunter une route interdite à la circulation et ce « en violation des consignes de sécurité », selon des déclarations gouvernementales dimanche. Ce car faisait partie d'un convoi de trois véhicules transportant 160 passagers dont 104 élèves. Selon un communiqué du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, « le bilan provisoire est de 14 morts parmi lesquels sept élèves et quatre femmes », sans compter « dix-neuf blessés dont trois graves ». « Les blessés ont été immédiatement évacués au centre médical avec antenne chirurgicale de Tougan pour recevoir des soins médicaux appropriés », selon la même source. Précision : « Il ne s'agissait pas d'un convoi organisé pour le transport des élèves », a indiqué M. Ouaro.


radioomega
✔
@radiosomega
#Burkina : #Toeni (Boucle du Mouhoun) :
- un bilan provisoire de 14 morts et 9 blessés dont 4 graves
- le car, un minibus de type "Dina" transportant des élèves qui revenaient des congés de noël a sauté sur l'engin entre Dounkou et Dagale (sources sécuritaires et locales)

Voir l'image sur Twitter
25
17:59 - 4 janv. 2020
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
24 personnes parlent à ce sujet
Interdiction préventive
Quoi qu'il en soit, c'est une vraie faute de la part des conducteurs. L'armée avait en effet prévenu d'éviter cette route car elle menait dans ses environs des « opérations de sécurisation ». Depuis le 2 janvier, le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, informé par les transporteurs routiers, avait averti le gouvernement de risques sur l'axe Toéni-Tougan, a souligné M. Ouaro. « Le ministre de la Défense a pris des dispositions pour que cet axe soit sécurisé » par le groupe d'action rapide, de surveillance et d'intervention (Garsi, unité militaire) afin que les élèves puissent « rejoindre leurs établissements après avoir passé quelques jours de congé auprès de leurs parents », selon M. Ouaro. « Le Garsi a donné des consignes fermes pour que les cars ne bougent pas » avant la fin des opérations de sécurisation. « Contre toute attente, trois cars ont pris le départ. » « Les transporteurs n'ont pas respecté ces consignes (…). Le fait de n'avoir pas respecté ces consignes a provoqué ce que nous regrettons aujourd'hui », a déploré M. Ouaro.

Lire aussi Le Burkina se débat entre deuil, combats et messages de solidarité

Le souvenir d'Arbinda et des attentats précédents
Ce nouveau drame est survenu onze jours après le massacre d'Arbinda (Nord), la veille de Noël. Trente-cinq civils, dont trente et une femmes, avaient été tués, ainsi que sept militaires, lors de l'attaque de la base militaire puis de la ville. Le groupe djihadiste État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) avait revendiqué uniquement l'attaque contre la base militaire, sans évoquer les victimes civiles. Comme ses voisins sahéliens le Mali et le Niger, le Burkina Faso est confronté à des attaques djihadistes qui ont fait plus de 750 morts et 560 000 déplacés depuis 2015. Les attaques avec des engins explosifs artisanaux, qui ont commencé en août 2018, se sont multipliées depuis, faisant de nombreuses victimes. Samedi, le gouvernement a condamné l'attaque du car, « lâche et barbare ». Dans une adresse télévisée à la nation à l'occasion du Nouvel An, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré avait assuré que la « victoire » sur le « terrorisme » était « certaine ». Sous-équipées et mal entraînées, les forces de l'ordre burkinabé n'arrivent pas cependant à enrayer la spirale de violences djihadistes, et enregistrent de lourdes pertes. Elles ont toutefois revendiqué une série de succès depuis deux mois, affirmant avoir tué une centaine de djihadistes au cours de plusieurs opérations.

antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3153
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 52 Empty Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine Aujourd'hui à 4:38

Crise au Liban: la violence monte d'un cran, près de 400 blessés à Beyrouth
AFP
Publié le 19/01/2020 à 10:27 | AFP
Crise au Liban: la violence monte d'un cran, près de 400 blessés à BeyrouthCrise au Liban: la violence monte d'un cran, près de 400 blessés à Beyrouth © AFP / ANWAR AMRO
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Des centaines de personnes ont été blessées dans des heurts entre manifestants et policiers samedi soir à Beyrouth, un niveau de violence inédit depuis le début de la contestation qui témoigne de la dégradation du climat au Liban, confronté à une crise socio-économique et politique.

De nouvelles manifestations sont attendues dimanche dans la capitale, où les contestataires ont appelé à se rassembler aux abords du Parlement, à deux pas de la place des Martyrs, épicentre de la mobilisation depuis le lancement le 17 octobre des rassemblements antipouvoir.

Samedi soir, les échauffourées ont éclaté dans ce secteur du centre-ville chic de Beyrouth, enveloppé par la fumée persistante des gaz lacrymogènes et déchiré par le hurlement des sirènes d'ambulances. Les forces de l'ordre ont tiré des balles en caoutchouc et les manifestants ont jeté des pierres, selon un photographe de l'AFP.

Au moins 377 personnes --des manifestants mais aussi des membres des forces de l'ordre-- ont été soignées sur place ou transportées vers des hôpitaux, selon les bilans de la Croix-rouge libanaise et de la défense civile compilés par l'AFP.

La défense civile a indiqué tard samedi avoir apporté les premiers secours à "114 blessés souffrant de blessures légères et de difficultés respiratoires", tandis que "43 blessés" ont été hospitalisés.

La Croix-rouge libanaise avait de son côté annoncé avoir transporté plus de 80 personnes vers des hôpitaux, tandis que plus de 140 blessés ont été soignés sur place, selon un porte-parole de l'organisation, qui a précisé que les blessés comprenaient à la fois des protestataires et des policiers.

Les violences ont commencé devant l'une des principales artères menant au Parlement: des contestataires s'en sont pris aux membres de la police anti-émeute, stationnés derrière des barricades et des barbelés.

Les manifestants, certains au visage masqué, ont lancé des pierres, des poteaux de signalisation et des branches d'arbres sur les forces et quelques-uns ont tenté de franchir les barbelés. La police anti-émeute a utilisé des canons à eaux et tiré des volées de gaz lacrymogènes pour les disperser.

"Aucune justification"
Sur les réseaux sociaux, une vidéo montre des membres des forces de l'ordre dans une caserne de police de Beyrouth frapper violemment des personnes présentées comme des manifestants à leur descente d'un fourgon.

Evoquant cette vidéo sur leur compte twitter, les forces de sécurité intérieure ont annoncé l'ouverture d'une enquête. "Tout agent qui a agressé des détenus sera interpellé", selon un tweet.

Une trentaine de personnes ont été interpellées, mais le parquet a ordonné leur libération, a annoncé dimanche l'agence officielle ANI.

"Il n'y avait aucune justification pour le recours brutal à la force par la police anti-émeutes contre des manifestants largement pacifiques", a estimé Human Rights Watch (HRW), dans une réaction envoyée aux journalistes.

Accusant notamment les policiers d'avoir "tiré des balles en caoutchouc dans les yeux", Michael Page, directeur adjoint de l'ONG pour le Moyen-Orient, a appelé les autorités à "mettre fin à cette culture de l'impunité pour les abus policiers".

Ces derniers jours, Beyrouth a été secouée à plusieurs reprises par des affrontements entre forces de l'ordre et contestataires, qui ont même attaqué cette semaine les vitrines de certaines banques, des établissements qui cristallisent une grande partie de la colère populaire sur fond de crise économique et financière.

Depuis octobre, le mouvement de contestation dénonce pèle-mêle une classe politique jugée corrompue et incompétente, mais aussi des conditions de vie difficile et des services publics en déliquescence.

La Banque mondiale a averti que le taux de pauvreté pourrait atteindre 50 % de la population, contre le tiers actuellement, et la frustration est de plus en plus forte face à l'absence de réponse des autorités.

Ces dernières semaines, la dégradation de la situation économique s'est en effet accompagnée d'une impasse politique: depuis la démission fin octobre du Premier ministre Saad Hariri, son gouvernement, chargé des affaires courantes, est accusé d'inertie.

Et Hassan Diab, désigné comme son successeur le 19 décembre, n'a toujours pas formé d'équipe.

19/01/2020 10:24:56 - Beyrouth (AFP) - © 2020 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3153
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 52 sur 52 Précédent  1 ... 27 ... 50, 51, 52

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum