Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 37
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Page 37 sur 38 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 22 Avr 2018 - 4:53

Kaboul: au moins 31 morts dans un attentat anti-électoral
AFP
Publié le 22/04/2018 à 10:45 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Kaboul: au moins 31 morts dans un attentat anti-électoralKaboul: au moins 31 morts dans un attentat anti-électoral ©️ AFP / SHAH MARAI
Au moins 31 civils ont été tués et 54 blessés dimanche à Kaboul dans un attentat-suicide visant un centre d'enregistrement pour les élections législatives, selon le ministère afghan de la Santé, attaque qui confirme les risques de violences occasionnés par le scrutin prévu en octobre.

Un kamikaze s'est fait exploser parmi la foule, à l'entrée du centre où les électeurs récupèrent leur pièce d'identité avant de s'inscrire sur les registres électoraux.

"Nous savons maintenant que le gouvernement est incapable de nous protéger", hurle un homme, Akbar, face au désastre, insultant crument le président Ashraf Ghani, avant d'être coupé par la télévision (privée) Tolo News.

"Mort au gouvernement", "Mort aux talibans", crie la foule autour de lui, désignant les papiers et photos d'identité ensanglantés éparpillés sur le sol.

Cependant les talibans ont fait savoir via leur porte-parole, Zabihullah Mujahid, que "nos Moudjahidines n'ont rien à voir avec l'attaque d'aujourd'hui", rejetant implicitement la responsabilité sur le groupe Etat Islamique (EI).

L'attentat - qui n'a pas encore été revendiqué - s'est produit en début de matinée dans un quartier majoritairement chiite de l'ouest de la capitale, Dasht-e-Barchi, or l'EI s'en prend régulièrement à la minorité chiite depuis 2016.

"Les gens étaient rassemblés pour récupérer leur tazkira (carte d'identité), l'explosion s'est produite à l'entrée. C'était un kamikaze", a déclaré le chef de la police de Kaboul, Dawood Amin.

Selon le porte-parole du ministère de la Santé Wahid Majrooh, le dernier bilan - qui ne cesse d'augmenter - s'établit à "31 morts et 54 blessés".

Le porte-parole de l'Intérieur Najib Danish s'en tient à "10 morts et 56 blessés", ajoutant que "le bilan est susceptible de s'alourdir". Il a précisé que "le kamikaze est arrivé à pied et a déclenché sa charge au milieu de la foule".

A voir les dégâts importants, la charge était de forte puissance et a projeté des débris dans un large rayon. Des flaques de sang et de nombreux corps à terre étaient clairement visibles, ainsi que des véhicules carbonisés et un immeuble de deux étages, partiellement détruit.

A l'hôpital, un blessé pleure et sanglote: "O Dieu, châtie l'assaillant, qu'il soit maudit. Où sont mes filles, j'ai perdu mes filles !".

Il s'agit du premier attentat à Kaboul contre un centre préparant les listes électorales en vue des législatives du 20 octobre, depuis le début des inscriptions le 14 avril.

Mais deux autres centres d'inscriptions ont été pris pour cible en province au cours de la semaine écoulée.

enthousiasme mesuré
Vendredi, une roquette en a frappé un dans la province de Badghis (nord), faisant un mort et un blessé parmi les policiers qui le gardaient, selon le vice-gouverneur provincial, Faiz Mohammad Moizada joint par l'AFP qui a accusé les talibans.

Mardi, trois employés de la commission électorale (IEC) et deux policiers avaient été enlevés dans la province de Ghor (centre) et libérés 48 heures plus tard après intervention des anciens.

Là encore les responsables locaux avaient accusé les talibans.

Violence et attentats sont les principaux obstacles au bon déroulement des élections, admet la Commission électorale indépendante (IEC) qui a ouvert les centres d'inscriptions dans les écoles et les mosquées principalement. Tous gardés par des policiers qui fouillent les électeurs à l'entrée.

"Bien sûr, l'insécurité est notre premier défi et notre inquiétude majeure, surtout dans les campagnes", a avoué à l'AFP le président de l'IEC, le Dr Abdul Baie Sayad, lui-même menacé.

Ces législatives sont les premières depuis 2010 et ce scrutin, le premier depuis la présidentielle de 2014.

Beaucoup d'Afghans souhaitent se débarrasser d'un Parlement (249 députés) jugé paresseux et corrompu, dont le mandat a expiré depuis trois ans. Mais ils redoutent plus encore un scrutin pour rien, confisqué par la fraude et qui les exposera à un regain de violence.

Face à l'enthousiasme mesuré de ses compatriotes, le président Ghani a ordonné jeudi aux gouverneurs des 34 provinces d'accélérer le processus d'enregistrement.

Il a aussi ordonné aux fonctionnaires de s'inscrire avec leurs familles, et aux mollahs de sensibiliser la population.

Le dernier attentat contre la capitale afghane, le mois dernier Premier jour du nouvel an perse, avait fait plus d'une trentaine de morts et au moins 70 blessés.

L'EI avait revendiqué l'opération commise par un kamikaze à pied.

22/04/2018 10:44:05 - Kaboul (AFP) - ©️ 2018 AFP
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Jeu 26 Avr 2018 - 13:55

Nicaragua : vers un dialogue après six jours de chaos et 34 morts
Des témoignages de violation des droits de l'homme se multiplient quelques jours après les six jours de manifestation qui ont fait 34 morts.
SOURCE AFP
Modifié le 26/04/2018 à 19:23 - Publié le 26/04/2018 à 19:21 | Le Point.fr
Heurts entre étudiants et forces de l'ordre à Managua, le 20 avril.  
Heurts entre étudiants et forces de l'ordre à Managua, le 20 avril.

©️ INTI OCON / AFP/
ABONNEZ-VOUS

L'ouverture d'un dialogue national sous l'égide de l'Église restait en suspens ce jeudi 26 avril au Nicaragua, où les manifestations se poursuivent pour exiger le départ du président Daniel Ortega, confronté à une vague de colère inédite avec 34 morts en une semaine. Après une pause d'un jour à peine, les marches ont repris mercredi soir dans la capitale Managua et le reste du pays. Des veillées d'étudiants ont été organisées afin de demander justice pour les personnes tuées et détenues lors de ces manifestations d'une rare violence.

La contestation, lancée au départ par les étudiants contre une réforme des retraites, est rapidement devenue une mobilisation générale pour dénoncer la confiscation du pouvoir par le président Ortega, et de nouvelles mobilisations sont prévues dans la journée de jeudi 26 avril. Parallèlement, le parti sandiniste au pouvoir appelle à un rassemblement de soutien au chef de l'État, un ex-guérillero de 72 ans déjà à la tête du pays de 1979 à 1990 puis redevenu président en 2007. Dans ce pays d'Amérique centrale, l'un des plus pauvres du continent, la population a exprimé ces derniers jours son exaspération face à ses conditions de vie toujours plus difficiles, dénonçant notamment le manque de liberté d'expression.

16 personnes disparues
Le bilan des victimes, communiqué mercredi 25 avril par le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh), fait état de 34 morts, en majorité des étudiants, mais aussi deux policiers et un caméraman abattu en plein reportage. Le nombre de décès pourrait augmenter dans les prochaines heures alors que 66 blessés sont à l'hôpital, dont 12 « en état grave et en soins intensifs », et que 16 personnes sont toujours portées disparues, a précisé Marcos Carmona, représentant de l'ONG. « Nous condamnons la violence dont a fait usage la police et ses groupes paramilitaires contre les jeunes [qui manifestaient] pour une cause juste », a-t-il déclaré. « Ils tiraient avec des snipers. La majorité des morts ont été touchés à la tête, au cou et au thorax », a-t-il affirmé.

Vilma Nunez, directrice du Cenidh, a déclaré à l'Agence France-Presse que le gouvernement avait commis « une violation massive des droits de l'homme lors des manifestations, y compris la mort et la torture des jeunes pour décourager leur mobilisation ».

« Nous avons été torturés »
Des jeunes, qui ont été emprisonnés lors des manifestations, ont affirmé avoir été battus par des policiers. « Nous avons été torturés [...] Plus nous pleurions, plus nous étions battus », a témoigné l'un d'entre eux, Gilbert Altamirano. Mardi 24 avril, l'archevêque de Managua, Leopoldo Brenes, a accepté de servir de « médiateur et témoin » du dialogue, en insistant pour que le gouvernement « évite tout acte de violence ».

Le président Daniel Ortega, ex-guérillero de 72 ans confronté à une vague de colère sans précédent depuis son arrivée au pouvoir il y a 11 ans, a joué l'apaisement en libérant des dizaines d'étudiants arrêtés lors des manifestations et en levant la censure appliquée à une télévision locale. Il a aussi cédé à la pression de la communauté internationale, inquiète du zèle des forces de l'ordre : l'Union européenne, les États-Unis et le Vatican ont critiqué la force excessive utilisée par la police. L'ONU a même dit soupçonner de possibles « exécutions illégales ».

Déclenchée par des étudiants contestant une réforme des retraites qui augmentait les cotisations et réduisait le montant des pensions, la vague de colère s'est rapidement propagée à l'ensemble de la population, qui a continué à défiler même après l'abandon de la réforme dimanche. En toile de fond, un mécontentement général face aux dures conditions de vie et à la confiscation du pouvoir par Daniel Ortega, déjà à la tête du pays de 1979 à 1990 et revenu en 2007.

Après six jours de mobilisations, heurts avec la police, pillages et incendies, les rues semblaient avoir retrouvé leur calme mercredi 25 avril, avec les bouchons typiques des journées de travail. Mais certains habitants redoutaient encore un regain de tension. « Nous allons voir combien de temps dure ce calme. Je ne vais pas envoyer ma fille à l'école car cela ne me semble pas stable », a confié à l'Agence France-Presse Alan Saavedra, chauffeur de taxi à Managua.

« Conditions favorables à un dialogue »
Cibles des manifestants, qui exigent désormais leur départ, le président Ortega et sa femme Rosario Murillo, vice-présidente, ont remercié l'Église d'avoir accepté de participer au dialogue, mais mercredi 25 avril ni les détails ni les participants à ces discussions n'étaient connus. Président du puissant Conseil supérieur des entreprises privées (Cosep), José Aguerri a estimé dans un entretien à l'Agence France-Presse que les conditions étaient maintenant favorables à un dialogue, en l'absence d'actes de répression depuis dimanche 22 avril. « Le Nicaragua va être plus démocratique » à l'issue de ce dialogue, pour lequel le Cosep avait fixé comme conditions « qu'il y ait une liberté d'expression, une liberté de mobilisation, une libération des personnes interpellées ».

« Tout cela est réuni, maintenant nous attendons que la Conférence épiscopale prenne la décision » de lancer le dialogue, à laquelle devront participer tous les secteurs de la société, a souligné le chef d'entreprise. Pour montrer qu'il n'a pas totalement perdu le soutien de la population, le Front sandiniste au pouvoir a convoqué jeudi 26 avril une manifestation de soutien au gouvernement.

L'Église catholique appelle aussi à défiler samedi « pour montrer [leur] foi et [leur] amour du Nicaragua », a annoncé sur Twitter l'évêque adjoint de Managua, Silvio Báez. Dur critique du gouvernement, il a estimé que « le chemin est ouvert pour construire de façon pacifique et civique un nouveau pays [...]. L'heure est venue de reconstruire la démocratie ! Il est temps que le Nicaragua redevienne une république ! »
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Lun 30 Avr 2018 - 13:24

Syrie: 26 combattants prorégime tués
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 30/04/2018 à 08:03 Publié le 30/04/2018 à 07:56
Au moins 26 combattants prorégime, en "majorité" des Iraniens, ont été tués par les missiles qui ont visé hier soir des positions militaires du pouvoir syrien de Bachar al-Assad, a indiqué aujourd'hui l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"De par la nature des cibles, il s'agit probablement de bombardements israéliens", a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, ajoutant que pour l'aéroport militaire touché dans la province d'Alep (nord) ou pour la Brigade 47, ce sont "des entrepôts de missiles sol-sol qui ont été visés".

» LIRE AUSSI : Israël s'inquiète de la livraison de S-300 russes à la Syrie

Interrogé à la radio militaire israélienne, le ministre des Transports qui est également chargé des renseignements Yisrael Katz a affirmé qu'il "n'est pas au courant de cet événement".

L'Etat hébreu confirme rarement ses opérations militaires en Syrie, même si depuis le début de la guerre chez son voisin en 2011, il a effectué de nombreux raids aériens contre des cibles dans ce pays.

Afghanistan: des enfants tués par un kamikaze
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 30/04/2018 à 12:28 Publié le 30/04/2018 à 12:09
Au moins onze enfants, qui s'étaient massés autour d'un convoi de l'Otan, ont été tués lundi près de l'aéroport de Kandahar (sud) dans un attentat-suicide visant ce convoi, ont rapporté des sources officielles à l'AFP.

Seize autres personnes ont été blessées, dont cinq soldats roumains de l'Otan et deux policiers afghans, a précisé le porte-parole du gouverneur provincial, Said Aziz Ahmad Azizi.

Cette attaque survient alors que deux attentats meurtriers ont frappé le coeur de Kaboul en début de journée, faisant plus de 25 morts, dont plusieurs journalistes. Ces derniers étaient apparemment la cible de ce deuxième attentat.

Gaza: trois Palestiniens tués par des tirs de soldats israéliens
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 29/04/2018 à 23:16 Publié le 29/04/2018 à 23:12
Deux Palestiniens infiltrés en territoire israélien à partir de la bande de Gaza ont été tués par des tirs de soldats israéliens, a annoncé l'armée, qui avait auparavant indiqué avoir abattu un Palestinien dans autre secteur frontalier.

Une fois entrés en territoire israélien, les deux Palestiniens ont lancé des engins explosifs vers des soldats qui ont ouvert le feu dans leur direction, a indiqué l'armée.

Peu auparavant, lors d'un autre incident, un Palestinien qui tentait de s'infiltrer en Israël à partir du sud de la bande de Gaza a été tué tandis qu'un autre a été arrêté, d'après la même source.

Selon un communiqué de l'armée, des soldats ont repéré deux Palestiniens qui tentaient de s'infiltrer en Israël et d'endommager la barrière séparant Israël et l'enclave palestinienne. Ils ont ouvert le feu et tué l'un d'eux tandis que le second a été fait prisonnier.

Ces décès portent 48 le nombre de Palestiniens tués depuis le début, le 30 mars, de manifestations massives de Palestiniens près de la barrière de sécurité séparant Gaza et l'Etat hébreu.

Plus de 1.500 Palestiniens ont également été blessés depuis le début de ce mouvement de contestation appelé "la marche du retour". Aucun Israélien n'a été blessé.

La "marche du retour" revendique le droit des Palestiniens de retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu'ils ont fuies à la création d'Israël en 1948.

La mobilisation, qui doit culminer à la mi-mai, dénonce aussi le blocus imposé par Israël à Gaza pour contenir le mouvement islamiste Hamas, qui dirige sans partage l'enclave palestinienne et auquel Israël a livré trois guerres depuis 2008.

Selon l'armée israélienne, environ 10.000 Palestiniens ont pris part aux manifestations vendredi le long de la frontière.

L'armée israélienne est confrontée à des accusations d'usage excessif de la force et à des demandes d'enquête indépendante réclamée par l'ONU ou l'Union européenne.

Elle dit ne tirer que si c'est nécessaire et accuse le Hamas d'être responsable des victimes en se servant des civils comme "boucliers humains" et en encourageant des Palestiniens à saboter la barrière frontalière pour s'infiltrer en Israël.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Mer 2 Mai 2018 - 13:45

Double attentat au Nigeria: 86 morts
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 02/05/2018 à 18:57 Publié le 02/05/2018 à 18:20
Deux employés du cimetière de Mubi, ville du nord-est du Nigeria frappée d'un double attentat mardi, ont affirmé mercredi à l'AFP avoir enterré 86 personnes tuées dans l'attaque, contredisant les bilans des autorités, bien inférieurs.

"En tout, 86 morts ont été enterrés entre hier et aujourd'hui", a affirmé l'un des employés du cimetière, corroboré par un second employé. "Nous n'avons reçu aucun autre corps depuis 14h30 et nous espérons avoir terminé désormais", a-t-il dit sous couvert de l'anonymat. L'agence nationale de gestion des urgences avance pour sa part un bilan de 30 morts.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 6 Mai 2018 - 9:25

Gaza: deux Palestiniens tués par des tirs de soldats israéliens
AFP

Publié le 06/05/2018 à 15:05 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Gaza: deux Palestiniens tués par des tirs de soldats israéliensGaza: deux Palestiniens tués par des tirs de soldats israéliens ©️ AFP/Archives / MENAHEM KAHANA
Deux Palestiniens ont été tués dimanche dans la bande de Gaza près de la frontière par des tirs de soldats israéliens, ont annoncé le ministère de la Santé de l'enclave ainsi que l'armée israélienne.

Les soldats ont tiré en direction de trois "suspects" qui tentaient d'endommager la barrière de sécurité et de s'infiltrer en Israël depuis le sud de la bande de Gaza, et deux d'entre eux ont été tués, a affirmé l'armée dans un communiqué. Après avoir fait état d'un décès, le ministère de la Santé à Gaza a aussi rapporté un bilan de deux morts.

Abdel Rahmane Qoudeih (23 ans) et Mohammed Abou Reyda (20 ans) ont été tués alors qu'ils s'approchaient de la zone frontalière, a ajouté le ministère de la Santé du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave.

Ces décès portent à 51 le nombre de manifestants tués par les forces israéliennes depuis le début, le 30 mars, d'un mouvement de protestation revendiquant le droit des Palestiniens à retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu'ils ont fuies à la création d'Israël en 1948.

Des Palestiniens de la bande de Gaza, territoire coincé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, se rassemblent depuis cette date par milliers près de la frontière, surtout le vendredi, dans le cadre de la "Grande marche du retour".

Celle-ci vise aussi à dénoncer le sévère blocus qu'Israël impose depuis plus de dix ans à l'enclave, dirigée par le Hamas, auquel l'Etat hébreu a livré trois guerres depuis 2008.

La plupart des manifestants se tiennent à relative distance de la barrière frontalière, lourdement gardée par les soldats israéliens. D'autres défient le danger en s'approchant pour lancer des pierres et des engins incendiaires vers les soldats ou tenter de forcer le passage.

L'armée israélienne est en butte aux critiques dénonçant un usage excessif de la force. L'ONU et l'Union européenne ont réclamé des enquêtes indépendantes.

L'armée israélienne, pour qui les manifestants sont instrumentalisés par le Hamas, affirme que ses soldats ne tirent à balles réelles qu'en dernier recours, quand les moyens non létaux ont été épuisés, afin de parer à un danger pour les soldats et les civils israéliens riverains de l'enclave.

06/05/2018 15:04:41 - Gaza (Territoires palestiniens) (AFP) - ©️ 2018 AFP
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 13 Mai 2018 - 12:03

Syrie : 28 morts dans un attentat à Idleb
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 13/05/2018 à 17:59 Publié le 13/05/2018 à 17:53
Au moins 28 personnes ont été tuées dans l'attentat qui a frappé la ville syrienne d'Idleb (nord-ouest) tenue par des jihadistes, hier, selon un bilan fourni dimanche par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'Observatoire avait rapporté dans un premier temps une déflagration d'origine indéterminée avant d'indiquer que l'explosion avait été causée par une voiture piégée.

» LIRE AUSSI - Guerre en Syrie : sept ans après, les chiffres chocs d'une «tragédie colossale»

«L'explosion a fait 28 morts: cinq civils, dix combattants de Hayat Tahrir al-Cham, huit personnes accusées d'appartenance à l'EI et cinq victimes qui n'ont pas encore été identifiées», a affirmé le directeur de l'OSDH. Elle ciblait un tribunal tenu par Hayat Tahrir al-Cham, organisation dominée par l'ex-branche d'Al-Qaïda, où se trouvaient des détenus accusés de faire partie de Daech.

» LIRE AUSSI - Derrière l'enfer syrien, la victoire de la realpolitik

La province d'Idleb, l'une des dernières à échapper en grande partie au pouvoir de Bachar al-Assad, est contrôlée dans sa majorité par les djihadistes, mais accueille plusieurs factions rebelles opposées au régime. En proie à des luttes intestines, elle a connu ces derniers mois plusieurs attentats similaires, et est régulièrement la cible de raids meurtriers du régime ou de son allié russe.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 27 Mai 2018 - 4:30

Home Actualité Flash Actu
Deux Palestiniens tués dans une frappe de l'armée israélienne
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 27/05/2018 à 09:54 Publié le 27/05/2018 à 09:44
Deux Palestiniens ont été tués dimanche dans une frappe de l'armée israélienne contre un poste d'observation du groupe radical Jihad islamique dans le sud de la bande de Gaza, a annoncé le ministère de la Santé de l'enclave.



Les deux hommes Hussein al-Amour, 25 ans et Abdel Halim al-Naqa, 28 ans ont été tués par le tir d'un char, à l'est de Rafah, une ville située dans le sud de l'enclave palestinienne, a indiqué ce ministère.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 3 Juin 2018 - 2:56

Nicaragua : six morts dans des affrontements
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 03/06/2018 à 08:21 Publié le 03/06/2018 à 08:17
Six morts, dont un Américain de 48 ans, plusieurs blessés, des arrestations et des dégâts matériels: la violence s'est poursuivie hier au Nicaragua, où la ville de Masaya, près de la capitale Managua, a connu de nouveaux et violents affrontements entre manifestants et police anti-émeute, a constaté une équipe de l'AFP.

>> Lire aussi - Le Nicaragua s'enfonce dans la violence

Cinq personnes, dont un jeune homme de 15 ans, ont été tués samedi à Masaya, a rapporté à l'AFP le président de l'Association du Nicaragua pour la protection des droits de l'homme (ANPDH), Álvaro Leiva, selon qui la ville, autrefois un bastion sandiniste, a connu "une journée de deuil et de douleur".

Plus d'une centaine d'habitants ont trouvé la mort dans tout le pays depuis la vague de manifestations déclenchées le 18 avril pour exiger le départ du président Daniel Ortega, un ancien guérillero sandiniste de 72 ans, au pouvoir depuis 2007, qui a dénoncé une "conspiration de l'opposition".

Samedi, Masaya s'est transformé en champ de bataille dès les premières heures, quand les forces de l'ordre aidées de groupes de civils - apparemment mobilisés en milice par le pouvoir sandiniste - ont tenté de dégager les rues de la ville, l'une des principales du pays avec quelque 100.000 habitants.

Depuis une camionnette, une "attaque accompagnée de tirs vers les barricades" installées par les manifestants dans le parc San Miguel a été repoussée par ces derniers, qui ont fait usage de mortiers artisanaux, a indiqué à la presse un manifestant via la messagerie Whatsapp.

Snipers

La ville résonnait des coups de feu, des tirs de grenades lacrymogènes et des détonations des mortiers artisanaux, a constaté l'AFP, tandis que la population prévenait que plusieurs snipers étaient positionnés depuis le siège de la police locale, proche du parc en centre-ville.

"Ils attaquent la population. Un voisin à moi s'est pris une balle dans la poitrine. Ca venait d'un franc-tireur, parce que c'était un tir d'AK-47, vu la taille de l'orifice" provoqué par la balle, a déclaré Jonathan José, un habitant de Masaya.

Le marché, deux fois incendié durant les manifestations - l'oeuvre de "groupes de délinquants", selon la police - était jonché d'objets artisanaux en bois, de poupées de toile ou de fruits décoratifs en argile. La police a fait état de 11 arrestations et dénoncé des "actes terroristes" et l'usage d'"armes à feu" et de "mortiers".

"A aucun moment les habitants n'ont incendié le marché (...) C'est eux (les unités anti-émeute) qui sont venus tôt ce matin, ils ont embarqué un jeune qui était là" pour protéger son quartier, a raconté Jonathan José.

La population "s'est organisée dans les quartiers pour protéger ses rues" des unités anti-émeute et des partisans du pouvoir, a-t-il expliqué.

Tocsin, barricades et autodéfense

Après deux attaques de ces "groupes de choc", la population s'est organisée en autodéfense en dressant des barricades pour gêner leurs mouvements, sonnant l'alerte avec les cloches de l'église pour prévenir d'une attaque.

Plusieurs commerces ainsi que des banques ont baissé le rideau dès vendredi après des actes de vandalisme dans la nuit de jeudi. "C'est un désert, il n'y a plus de commerce, plus rien. Je suis désespérée, la situation est horrible", raconte en pleurs Vanesa, qui ne sort plus de chez elle avec ses trois enfants et son neveu.

Des incidents ont également été signalés samedi dans les municipalités voisines de La Concepción et Diría, où la salle municipale et l'école ont été incendiés, ainsi que trois véhicules du parti sandiniste au pouvoir, selon la police qui attribué les déprédations à la "droite".

Alvaro Leiva, le responsable de l'ANPDH, a également indiqué que 21 personnes avaient été remises en liberté à la suite d'interventions d'ecclésiastiques auprès des autorités, mais que 11 autres personnes interpellées avaient été transférées à la prison de Managua.

La contestation populaire est partie au Nicaragua d'une réforme des retraites --abandonnée depuis --, mais a vite tourné à un mouvement général de rejet du chef de l'État, accusé de confisquer le pouvoir.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Ven 8 Juin 2018 - 14:11

Syrie: 51 civils tués dans des raids attribués à l'aviation russe (ONG)
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 08/06/2018 à 19:47 Publié le 08/06/2018 à 19:44
Cinquante et un civils, dont plusieurs enfants ont été tués hier dans la province d'Idleb en Syrie lors de raids attribués à l'aviation de la Russie, alliée du régime syrien, qui a démenti. Les raids ont frappé tard hier soir la localité de Zardana, contrôlée par des rebelles et des jihadistes dans cette province du nord-ouest du pays en guerre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Au moins 51 civils dont neuf enfants ont péri dans les raids, selon un nouveau bilan de l'OSDH, qui avait fait état précédemment de 44 morts. Il y a eu des dizaines de blessés. Le bilan ne cesse de alourdir car plusieurs corps ont été extraits des décombres de maisons détruites par les bombes, a déclaré à l'AFP le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

» LIRE AUSSI : Syrie: Amnesty international dénonce l'ampleur des pertes civiles à Raqqa

L'aviation russe a été plusieurs fois accusée d'avoir fait des victimes civiles dans ses frappes mais Moscou dément régulièrement, assurant cibler les "terroristes", en référence aux jihadistes ou rebelles. Aujourd'hui, Moscou a encore une fois nié avoir mené des raids contre cette région. "Ces informations n'ont rien à voir avec la réalité", a affirmé le ministère russe de la Défense.

Après les frappes, un important cratère s'est formé au milieu d'immeubles de deux ou trois étages en ruines, selon un correspondant de l'AFP sur place. Des civils ont aidé les secouristes à dégager des corps ensevelis sous les gravats. Femmes, enfants, personnes âgées et secouristes blessés ont été transportés dans la nuit dans un hôpital proche.

La majeure partie de la province d'Idleb est contrôlée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, une coalition dominée par l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie. Cette province, l'une des dernières à échapper en grande partie au pouvoir de Bachar al-Assad, est régulièrement la cible de raids meurtriers du régime ou de son allié russe. Depuis l'intervention militaire russe à ses côtés en 2015, le régime de Bachar el-Assad a repris le contrôle de plus de 60% du territoire national. Plus de 350.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du conflit en 2011.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Mer 20 Juin 2018 - 12:59


Cameroun: 81 militaires et policiers tués dans la crise anglophone
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 20/06/2018 à 18:36 Publié le 20/06/2018 à 18:19
74 militaires et 7 policiers ont été tués depuis le début du conflit, fin 2017, qui oppose les séparatistes armés et les forces de défense et de sécurité dans les deux régions anglophones du Cameroun, selon un document officiel obtenu par l'AFP aujourd'hui.

Plus de cent civils ont également été "tués" par les séparatistes armés "au cours des douze derniers mois", indique ce document du gouvernement qui détaille un plan d'assistance humanitaire d'urgence pour ces deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. "Plus de 120 cas d'incendies d'écoles" par les séparatistes ont aussi été recensés, selon ce document. Les séparatistes ont à plusieurs reprises appelé à boycotter les établissements scolaires et s'en prennent à ceux qui ne respectent pas cet appel.

» LIRE AUSSI : Les anglophones camerounais veulent leur indépendance

Pour répondre à la crise, le gouvernement prévoit un plan d'urgence humanitaire de 12,7 milliards de francs CFA (près de 20 millions d'euros) qui sera financé par "le budget de l'Etat, l'appel à la solidarité nationale et la contribution des partenaires internationaux".

Dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, les combats sont devenus presque quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises et des hommes armés se réclamant de "forces de restauration" d'un Etat anglophone qui avait brièvement vu le jour entre les deux guerres mondiales, sous mandat britannique. Les deux camps s'accusent mutuellement de diverses violences et de propagation de fausses informations.

D'abord cantonnés aux attaques contre les symboles de l'Etat (commissariat, gendarmerie), les séparatistes ont commencé début 2018 à enlever des fonctionnaires et des francophones et à s'en prendre aux entreprises étrangères qu'ils accusent de soutenir Yaoundé. Le gouvernement central a répondu par un important déploiement de forces de défense et sécurité dans les deux régions anglophones sur les dix que compte le pays.

Quelque 160.000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l'ONU, et 34.000 se sont réfugiées au Nigeria, selon l'agence nigériane de gestion des urgences (Sema).
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 37 sur 38 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum