Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Page 42 sur 43 Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43  Suivant

Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Ven 12 Juil 2019 - 11:28

Après la fête du foot, les Algériens retournent dans la rue contre le régime
AFP
Modifié le 12/07/2019 à 17:22 - Publié le 12/07/2019 à 16:45 | AFP
Après la fête du foot, les Algériens retournent dans la rue contre le régimeAprès la fête du foot, les Algériens retournent dans la rue contre le régime © AFP / RYAD KRAMDI
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Les Algériens manifestent en très grand nombre vendredi pour la 21e semaine consécutive contre le régime, à l'issue d'une longue nuit de célébrations de la qualification de l'équipe nationale pour les demi-finales de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2019).

Ce vendredi de manifestations massives est aussi le premier depuis l'expiration, le 9 juillet, du délai d'intérim à la tête de l'Etat, confié par la Constitution durant 90 jours maximum, au président de la Chambre haute Abdelkader Bensalah.

Celui-ci a fait savoir qu'il resterait néanmoins chef de l'Etat par intérim, hors du cadre constitutionnel, jusqu'à l'élection d'un nouveau président à une date indéterminée, la présidentielle convoquée le 4 juillet pour élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika ayant été annulée faute de candidats.

Mercredi, le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, véritable homme fort du pays depuis la démission de M. Bouteflika le 2 avril, a réaffirmé le soutien du haut commandement militaire au président Bensalah et souhaité la tenue d'une présidentielle "dans les plus brefs délais" via un "dialogue national".

Une partie de la nuit, à Alger, Oran (nord-ouest) et Constantine (nord-est) notamment, de nombreux Algériens ont fêté la qualification de leur pays en demi-finale de la CAN-2019.

Jeudi soir, un immense cri de joie a retenti dans Alger, à la fin de la séance des tirs au but contre la Côte d'Ivoire, auquel ont rapidement succédé klaxons et youyous dans divers quartiers de la ville.

Malgré cette nuit de fête et un impressionnant quadrillage policier en place depuis les premières heures de la journée, une foule immense a envahi les rues du centre d'Alger.

Les manifestants répondent au chef d'état-major en réclamant à grands cris "un Etat civil, pas militaire" et en affirmant n'avoir "pas confiance en Gaïd Salah".

Police et huile de moteur
"C'est Alger la Bleue", a commenté à la vue des uniformes policiers un passant, transformant ironiquement le surnom d'"Alger la Blanche" communément donné à la capitale en raison de la couleur des immeubles du centre-ville qui dominent la mer.

Des files ininterrompues de camionnettes de police sont garées des deux côtés des rues que doit emprunter le cortège, réduisant sérieusement l'espace pour les manifestants.

De l'huile de moteur a également été versée sur des escaliers, des parapets de bouches de métro ou des lampadaires sur lesquels ont l'habitude de se jucher des manifestants, selon des journalistes de l'AFP qui ont également vu, comme à plusieurs reprises les semaines précédentes, une dizaine de personnes être interpellées, sans motif apparent.

Sur Twitter, Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH), a dénoncé un "dispositif sécuritaire" montrant "une volonté manifeste d'empêcher les marches pacifiques à Alger".

"Barrages filtrants de la gendarmerie aux entrées de la capitale, dispositif policier impressionnant qui occupe les itinéraires de la marche, des policiers en civils déployés partout, des fouilles des passant-e-s, des interpellations", a-t-il détaillé.

Exaspération
Parmi les manifestants, Aïcha Sahli, la soixantaine, se dit "exaspérée par un gouvernement qui s'impose au peuple". "Le pouvoir doit comprendre que nous refusons des élections avec les rois de la fraude", explique-t-elle à l'AFP.

Le "Hirak" (mouvement de contestation) refuse que les anciens hauts responsables de la présidence Bouteflika, M. Bensalah et le général Gaïd Salah en tête, organisent le scrutin devant permettre d'élire son successeur et exige leur départ du pouvoir et la mise en place d'institutions de transition avant toute élection, une revendication catégoriquement rejetée par les autorités.

M. Bensalah a proposé début juillet la création d'une instance de dialogue en vue de préparer la présidentielle, sans participation des autorités civiles et militaires, mais le cadre flou laisse sceptique les manifestants.

"Plus d'une semaine après avoir annoncé un dialogue sans la participation de l'Etat, silence radio. On n'en sait pas plus sur ce dialogue et qui va le mener et avec quelles prérogatives", note Fatma Zohra, enseignante à la retraite.

Pour Abdelhak, chauffeur de taxi, les dirigeants algériens "gagnent du temps en cherchant comment faire pour nous faire avaler des couleuvres".

De précédentes propositions de "dialogue" formulées par le pouvoir ont été rejetées par les figures de la contestation, qui dénoncent essentiellement un ordre du jour --l'organisation de la présidentielle-- imposé et non négociable.

12/07/2019 16:43:20 - Alger (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Ven 12 Juil 2019 - 11:29

Des frappes aériennes visent l'enclave rebelle d'Idlib en Syrie et font 15 morts
Par Le Figaro avec Reuters Mis à jour le 12/07/2019 à 16:39 Publié le 12/07/2019 à 16:39
Des frappes aériennes ont fait 15 morts ce vendredi dans l'enclave rebelle d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Syrie: 22 combattants tués dans les affrontements entre régime et djihadistes
Par Le Figaro avec AFP Publié le 12/07/2019 à 10:46
Au moins 22 combattants ont été tués vendredi dans des affrontements féroces entre les troupes du régime et des forces dominées par des djihadistes dans le nord-ouest de la Syrie, selon une ONG.

» LIRE AUSSI - Syrie: plus de 100 soldats tués dans des affrontements entre régime et djihadistes

Ce nouveau bilan porte à plus de 120 le nombre de combattants morts dans les deux camps depuis mercredi soir, selon l'OSDH. Depuis fin avril, le régime du président syrien Bachar al-Assad et son allié russe ont intensifié leurs frappes sur la province d'Idleb et ses environs où le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), dominé par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, ainsi que d'autres factions rebelles et djihadistes sont présentes. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les affrontements ont tué vendredi au moins dix combattants côté régime, et douze rebelles et djihadistes.

Les combats sont concentrés dans la zone du village de Hamameyat et sa colline stratégique dans la province de Hama, aux abords de celle d'Idleb. Le village et la colline ont été repris dans la nuit de jeudi à vendredi par les forces du régime. Ce secteur avait été conquis mercredi soir par les rebelles et les djihadistes. L'aviation syrienne a continué en parallèle à pilonner vendredi la région d'Idleb, tuant quatre civils, dont deux à Maaret al-Nomane, et blessant 37 personnes, d'après la même source. Les tirs du camp adverse ont eux blessé six enfants dans la localité de Karnaz, tenue par le régime, selon l'OSDH.

Depuis fin avril, plus de 570 civils sont morts dans des bombardements russes ou syriens, et 45 en raison de tirs rebelles ou djihadistes, selon l'OSDH. La région abrite trois millions de civils dont 330.000 ont fui les combats, d'après l'ONU, qui craint une catastrophe humanitaire. Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a déjà tué plus de 370.000 personnes.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 21 Juil 2019 - 9:46

Nigeria : au moins 37 morts dans des attaques dans le nord-ouest
Par Le Figaro avec AFP Mis à jour le 21/07/2019 à 15:19 Publié le 21/07/2019 à 15:18
Des hommes armés ont attaqué trois villages dans l'Etat de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, faisant au moins 37 morts, ont rapporté dimanche des sources locales et officielles.

» LIRE AUSSI - Au Nigeria, la difficile réinsertion des femmes sorties des griffes de Boko Haram

Mercredi soir, des «bandits» - ainsi qu'ils sont désignés dans cette région - sont arrivés en moto et ont mené des raids dans trois villages du district de Goronyo, a expliqué à l'AFP, Zakari Chinaka, chef du district. «Les bandits ont ouvert le feu sur les villageois et ont incendié les marchés et les récoltes», a rapporté M. Chinaka. «Ils ont emmené avec eux tout le bétail».

» LIRE AUSSI - Marc-Antoine Pérouse de Montclos : «Les djihads africains ont des racines historiques»

Les villages de Kamitau, Ololo et Rijiyar Tsamiya, où ont eu lieu les massacres, se situent à une centaine de kilomètres de Sokoto, la capitale de l'Etat éponyme. «Le massacre a duré pendant deux heures, sans réponse sécuritaire, compte tenu de la difficulté d'accès de la zone», a-t-il souligné.

Un habitant de Kamitau, où il y a eu 23 morts, a rapporté à l'AFP que les gens du village ont tenté de se défendre pour récupérer leurs têtes de bétail, seul moyen de subsistance dans cette région extrêmement pauvre et reculée. «Mais les bandits ont risposté et ont tué encore plus de personnes», raconte Alu Ibrahim.

L'Etat de Sokoto, qui était pour l'instant préservé des violences, est une nouvelle cible pour ces gangs criminels qui sèment la terreur dans le nord-ouest du Nigeria, volent le bétail et le vendent dans des circuits commerciaux parallèles très lucratifs. Le mois dernier, 43 personnes ont été tuées dans les districts de Rabah et Isa.

La situation est très préoccupante dans cette région, qui comprend les États de Katsina, Zamfara, Kaduna et Sokoto, où l'on s'inquiète noamment de l'infiltration de groupes islamistes dans ces gangs criminels devenus très puissants au cours de douze derniers mois. Début juillet, des «bandits» vêtus de noir scandant «Allahou akbar», ont attaqué un village de Katsina à l'aide de fusils et de lance-roquettes, selon la police locale.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Sam 27 Juil 2019 - 8:38

Syrie: 12 civils tués dans des raids aériens du régime sur Idleb (OSDH)
AFP
Publié le 27/07/2019 à 14:27 | AFP
Syrie: 12 civils tués dans des raids aériens du régime sur Idleb (OSDH)Syrie: 12 civils tués dans des raids aériens du régime sur Idleb (OSDH) © AFP / Omar HAJ KADOUR
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Douze civils ont été tués samedi en Syrie dans des raids aériens du régime sur la province d'Idleb (nord-ouest), dominée par des jihadistes et bombardée depuis trois mois par Damas et son allié russe, a rapporté une ONG.

Dans la seule localité d'Ariha, onze civils, dont deux enfants, ont péri dans le pilonnage qui a touché deux immeubles résidentiels, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Blanc de poussière et le visage ensanglanté, un petit garçon a été retrouvé mort sous les décombres par les Casques blancs, les secouristes en zone rebelle, selon un photographe collaborant avec l'AFP.

Un des secouristes a pris sur ses épaules un jeune homme, retrouvé mort au sol dans un des immeubles bombardés. Son corps a été évacué à l'arrière d'une camionnette, d'après la même source.

Ailleurs dans la province, un enfant a trouvé la mort dans des raids visant des terres agricoles, selon l'OSDH.

Depuis fin avril, le pouvoir de Bachar al-Assad et son allié russe pilonnent presque quotidiennement la province d'Idleb et des zones adjacentes dans les régions d'Alep, de Hama et de Lattaquié.

Mercredi, Ariha avait déjà été le théâtre d'un drame, capturé par une photo devenue virale sur les réseaux sociaux: deux fillettes, prises au piège de leur immeuble effondré après un raid aérien, tenant à bout de bras leur petite soeur suspendue à plusieurs mètres du sol.

Une des petites est décédée peu après, tandis que ses deux soeurs ont été hospitalisées.

La province d'Idleb, qui accueille quelque trois millions d'habitants, est dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). D'autres factions rebelles et jihadistes y sont présentes.

Les frappes aériennes et les tirs d'artillerie ont coûté la vie à plus de 750 civils en trois mois, selon l'OSDH.

Avec les violences, plus de 400.000 personnes ont été déplacées depuis fin avril, selon l'ONU. "Des villes et des villages entiers ont été apparemment vidés de leurs habitants qui ont fui", a décrit vendredi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un rapport.

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a dénoncé "l'indifférence" de la communauté internationale face aux civils tués dans les bombardements.

Les violences interviennent malgré un accord conclu en septembre 2018 entre la Russie et la Turquie voisine, qui soutient certains groupes rebelles, visant à éviter à Idleb une offensive d'envergure du régime.

Déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre a fait plus de 370.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

27/07/2019 14:25:17 - Beyrouth (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Jeu 1 Aoû 2019 - 12:11

Yémen: 49 morts et 48 blessés dans deux attaques à Aden
Par Le Figaro avec AFP Mis à jour le 01/08/2019 à 16:40 Publié le 01/08/2019 à 15:52
5 ans de conflit au Yémen : comment s’en sortir ?
Le 8 juillet 2019 marque les 5 ans du début du conflit au Yémen. Qui sont les principaux protagonistes ? Pourquoi le port d’Hodeida est au coeur du conflit ? Mais surtout comment s’en sortir ? Explications en vidéo avec George Malbrunot.

Au moins 49 personnes ont été tuées et 48 autres blessées dans les deux attaques lancées jeudi contre les forces de la police à Aden, dans le sud du Yémen, selon un nouveau bilan annoncé par un responsable du ministère de la Santé.

» LIRE AUSSI - La guerre au Yémen a tué 85.000 enfants

«49 personnes ont été tuées et 48 blessées», a déclaré à la presse Mohammed Rabid, haut responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, sans préciser le nombre de policiers parmi les morts et les blessés alors qu'un précédent bilan faisait état de 27 tués, en majorité des policiers.

Video Player is loading.
Yémen : 49 morts dans une frappe de missile envers des policiers
Une parade organisée à l'occasion d'une remise de diplôme de policiers a été frappée par un missile près d'Aden au Yémen. L'attaque a fait 49 morts et 48 blessés.
Pause
Unmute
Current Time
0:01
/
Duration
1:29

Fullscreen
A Aden, dans le quartier central de Cheikh Othman, une voiture piégée a explosé à l'entrée d'un QG des forces de l'ordre, au moment où les policiers se rassemblaient pour saluer le drapeau national, selon des responsables des services de sécurité, assurant que l'attaque a été menée par des djihadistes. L'ONG Médecins sans frontières (MSF), qui gère l'hôpital où ont été transportées les victimes, a affirmé sur Twitter que «dix personnes ont été tuées» et seize blessées, dont deux grièvement.

Un premier bilan, donné par un docteur de cet hôpital, faisait état de trois policiers tués et 20 blessés. Non loin, à la périphérie ouest d'Aden, ville où siège le gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale, une autre attaque a visé la caserne d'Al-Jalaa, cette fois revendiquée par les Houthis qui s'opposent aux forces pro-gouvernementales. Selon un bilan établi annoncé de sources médicales, cette attaque a fait «17 tués parmi les policiers et de nombreux blessés».

Sur leur chaîne de télévision Al-Massirah, les rebelles Houthis ont affirmé avoir mené l'attaque à l'aide d'un missile et d'un drone, ciblant une parade organisée dans la caserne à l'occasion de la remise de diplôme à des policiers fraîchement formés.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Ven 9 Aoû 2019 - 8:02

Au moins 37 morts dans des combats intercommunautaires au Tchad
Par Le Figaro avec AFP Mis à jour le 09/08/2019 à 13:45 Publié le 09/08/2019 à 13:05
Au moins 37 personnes ont été tuées en trois jours de combats entre agriculteurs et éleveurs en début de semaine dans l'est du Tchad, a annoncé ce vendredi le président Idriss Déby Itno à la presse.

» LIRE AUSSI - Au Sahel, «Barkhane» peine à enrayer l’extension des groupes terroristes

«Le conflit intercommunautaire est devenu une préoccupation nationale, on assiste à un phénomène de mal vivre. En trois jours, 37 tchadiens ont été tués dans le Ouaddaï», province de l'est du Tchad, a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse organisée à N'Djamena.

L'Est tchadien, zone de transhumance et région stratégique à la frontière avec le Soudan, est régulièrement en proie à des conflits entre éleveurs arabes et agriculteurs autochtones ouaddaïens qui se disputent les terres et pâturages. «Les forces de l'ordre», envoyées sur place, «ont essuyé des tirs», a ajouté Idriss Déby Itno. «Les détenteurs d'armes n'hésitent pas à tirer sur les forces de l'ordre. C'est une guerre totale que nous devons engager contre ceux qui portent des armes et sont à l'origine des morts d'hommes», a-t-il affirmé, ajoutant qu'il se rendrait «personnellement sur le terrain au moment venu».

Selon une ONG locale, les combats ont commencé lundi dans la localité d'Hamra, où «le corps sans vie d'un jeune éleveur» a été retrouvé, entraînant des affrontements entre sa communauté et des agriculteurs Ouaddaïens. «Au moins trois personnes ont été tuées», a affirmé l'organisation. Les affrontements se sont ensuite déplacés mardi dans la localité de Chakoya, selon une autorité traditionnelle. «Les communautés se sont affrontées avec des armes de guerre. Les combats ont été particulièrement meurtriers. On décompte au moins 25 morts». Un bilan plus lourd a été communiqué par une source hospitalière qui a évoqué de 44 morts.

Depuis plusieurs dizaines d'années, la province du Ouaddaï est le théâtre de violences entre communautés. Chaque fois, le même scénario ou presque se répète: un troupeau de dromadaires d'éleveurs nomades entre dans le champ d'un agriculteur local ou un jardin cultivé par une famille, provoquant une confrontation. Selon le président Déby, l'animosité entre les deux communautés s'est déplacée depuis le début de l'année à d'autres régions «où la cohabitation était (autrefois) exemplaire». Dans la province du Sila, également dans l'Est tchadien, «nous avons enregistré plus de 40 morts depuis janvier», a déploré le chef de l'Etat.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Dim 18 Aoû 2019 - 0:48

Afghanistan: un kamikaze tue 63 personnes lors d'un mariage à Kaboul
AFP
Publié le 18/08/2019 à 06:42 | AFP
Afghanistan: un kamikaze tue 63 personnes lors d'un mariage à KaboulAfghanistan: un kamikaze tue 63 personnes lors d'un mariage à Kaboul © AFP/Archives / WAKIL KOHSAR
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Alors que la population afghane espère un accord imminent entre talibans et Etats-unis, un attentat kamikaze non revendiqué a tué au moins 63 personnes et en a blessé 182 samedi soir lors des festivités autour d'un mariage à Kaboul.

"Parmi les victimes il y a des femmes et des enfants", a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi, qui a révélé le lourd bilan dimanche matin.

C'est un des attentats les plus meurtriers depuis le début de l'année en Afghanistan.

"A 22H40 (18H10 GMT) une explosion est survenue dans la salle de mariage Shar Dubai dans l'ouest de Kaboul", avait indiqué samedi soir M. Rahimi, sans être alors en mesure de livrer un premier bilan.

Il a plus tard indiqué que c'était "un kamikaze qui a fait détoner ses explosifs".

Les porte-parole talibans ont nié dimanche matin l'implication du groupe insurgé.

"L'Emirat islamique (appellation que se donnent les talibans, NDLR) condamne fermement l'attentat contre des civils à Kaboul. Commettre de tels assassinats délibérés et brutaux et prendre pour cible des femmes et des enfants n'ont aucune justification", ont tweeté deux porte-parole des talibans.

La branche afghane du groupe Etat islamique (EI), l'autre groupe terroriste qui commet des attentats dans ce pays en guerre, ne s'est pas manifestée.

"J'étais dans la partie réservée aux femmes quand j'ai entendu une énorme explosion dans la partie réservée aux hommes", avait témoigné auprès de l'AFP un participant au mariage, Mohammad Farhag.

"Tout le monde est sorti en courant, en criant et en pleurant. La salle était pleine de fumée. Presque tous ceux dans la partie réservée aux hommes sont morts ou blessés".

Les mariages en Afghanistan réunissent de très nombreux invités dans de grands complexes en périphérie de la ville où sont servis les repas et où hommes et femmes, généralement séparés dans deux salles différentes, dansent au son d'un groupe de musique.

Selon un autre participant au mariage, interviewé par la télévision locale, quelque 1.200 invités participaient aux célébrations. Il est commun en Afghanistan qu'un seul mariage réunisse plusieurs centaines d'invités.

Le 12 juillet, dans un attentat revendiqué par l'EI, au moins six personnes ont été tuées et quatorze blessées lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser lors d'une cérémonie dans la province de Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan.

Tôt dimanche matin, des enterrements étaient organisés dans les cimetières de la ville, selon des images de la télévision locale.

Accord imminent ?
L'attentat de samedi est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé.

Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu'un accord pourrait être imminent, mais certains points restaient à régler.

L'envoyé spécial Zalmay Khalilzad, à la tête de l'équipe de négociation américaine, pourrait à nouveau se rendre dans la région dans les prochains jours afin de poursuivre, voire finaliser, les négociations.

Le président américain Donald Trump s'est, lui, félicité de la "très bonne réunion" sur l'Afghanistan qu'il a tenue vendredi avec ses plus proches conseillers et ministres.

"Beaucoup dans le camp opposé de cette guerre vieille de 19 ans, et nous-mêmes, envisagent de conclure un accord - si possible !", a tweeté M. Trump.

Dans le cadre de l'accord envisagé, les Etats-Unis prévoiraient de retirer d'Afghanistan les quelque 14.000 militaires américains qui y sont déployés.

M. Trump dit depuis le début de sa présidence qu'il souhaite le départ des troupes américaines du pays, où Washington a dépensé depuis 2001 plus de 1.000 milliards de dollars pour les opérations militaires et la reconstruction.

En contrepartie du retrait américain, les talibans prendraient plusieurs engagements relatifs à la sécurité, en particulier celui que les miliciens islamistes, qui ont longtemps hébergé Al-Qaïda, ne permettraient pas que l'Afghanistan redevienne un abri pour les jihadistes.

18/08/2019 06:41:42 - Kaboul (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Ven 20 Sep 2019 - 12:28

Afghanistan: le bilan de l'attentat près d'un hôpital porté à 39 morts
Par Le Figaro avec Reuters Publié le 20/09/2019 à 14:45
Le bilan de l'attaque au camion piégé qui a détruit jeudi un hôpital dans le sud de l'Afghanistan a été porté à 39 morts, quasiment le double du nombre précédemment annoncé, et 140 blessés, a déclaré vendredi un porte-parole du gouverneur de la province de Zabul.

» LIRE AUSSI - Afghanistan: que veulent vraiment les talibans?

«Seules deux des personnes tuées étaient des membres des forces de sécurité, le reste sont des civils, dont des femmes, des enfants, des patients et des visiteurs», a dit Gul Islam Syaal. Les taliban, qui ont revendiqué cette attaque, affirment que leur cible était un bâtiment proche de l'hôpital abritant les locaux des services de renseignement dans la capitale provinciale, Qalat.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Jeu 3 Oct 2019 - 13:52

Attaque de policiers à Paris : 5 morts, dont l'assaillant
Le domicile de l'assaillant, Mickaël H. 45 ans, à Gonesse (Val-d'Oise), a été perquisitionné. Sa femme a été placée en garde à vue. Par Le Point.fr, avec AFP et Reuters
Modifié le 03/10/2019 à 19:44 - Publié le 03/10/2019 à 14:46 | Le Point.fr
Un homme a tue au moins quatre policiers a la prefecture de police de Paris, avant d'etre abattu. Le quartier est totalement boucle.
Un homme a tué au moins quatre policiers à la préfecture de police de Paris, avant d'être abattu. Le quartier est totalement bouclé. © MARTIN BUREAU / AFP/ MARTIN BUREAU
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Ce qu'il faut retenir :

– Quatre policiers ont été tués dans une agression à l'arme blanche perpétrée dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris par un employé administratif qui a été ensuite abattu par les forces de l'ordre, pour des motifs encore indéterminés. L'agression s'est produite en début d'après-midi à l'intérieur de ce lieu emblématique du pouvoir policier, situé dans le centre historique de la capitale, qui regroupe les grandes directions de la police parisienne à l'exception de la police judiciaire ;



– L'assaillant, Mickaël H., 45 ans, a été abattu dans la cour de la préfecture, travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), ont indiqué des sources concordantes. Cet employé faisait partie du service informatique de la DRPP et souffrait d'un handicap ;

– Les quatre personnes tuées sont des fonctionnaires de la préfecture de police, selon des sources concordantes. Une autre personne a été évacuée « en urgence absolue » vers l'hôpital d'instruction des armées Percy, selon une autre source proche du dossier. Les enquêteurs explorent notamment la piste d'un conflit personnel, selon ces sources. À ce stade, le parquet antiterroriste n'a pas été saisi, selon des sources judiciaires ;

– Le président Emmanuel Macron s'est rendu sur place, de même que son Premier ministre Édouard Philippe, et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui devait se rendre en Turquie. Le procureur de Paris et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont également déplacés ;

– Cette attaque intervient au lendemain d'une « marche de la colère » des policiers, qui a rassemblé 27 000 personnes selon les organisateurs, sur fond de malaise de l'institution, de hausse des suicides et de réforme des retraites.

- Le domicile de l'assaillant, à Gonesse (Val-d'Oise), a été perquisitionné. Sa femme a été placée en garde à vue.

La violence franchit un cran en Irak, 28 morts en trois jours de manifestations
AFP
Modifié le 03/10/2019 à 19:38 - Publié le 02/10/2019 à 11:50 | AFP
La violence franchit un cran en Irak, 28 morts en trois jours de manifestationsLa violence franchit un cran en Irak, 28 morts en trois jours de manifestations © AFP / AHMAD AL-RUBAYE
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
L'Irak vivait jeudi sa journée la plus sanglante depuis le début mardi de manifestations au cours desquelles 28 personnes ont été tuées dans des affrontements d'une violence inédite entre protestataires et forces de sécurité.

Parti de Bagdad, le mouvement réclamant des emplois pour la jeunesse et le départ des dirigeants "corrompus" a désormais gagné la quasi-totalité du sud du pays et franchi un nouveau pallier dans la capitale, deuxième plus peuplée du monde arabe.

Jeudi, les blindés des forces spéciales sont entrés en action à Bagdad pour repousser la foule, les forces de l'ordre tirant sur le sol des balles qui ricochaient sur les manifestants, aussitôt transportés à bord de touk-touk par des camarades, a constaté un photographe de l'AFP.

Sans entamer la détermination d'Ali, diplômé chômeur de 22 ans qui prévient: "on continuera jusqu'à la chute du régime". "Je veux travailler, je veux pouvoir me marier, je n'ai en poche que 250 dinars", soit moins de 20 centimes d'euros, lance-t-il à l'AFP. Alors, dit-il, que "les dirigeants brassent des millions" dans le douzième pays le plus corrompu au monde selon Transparency International.

Abou Jaafar, retraité aux cheveux blancs, observait lui les affrontements, affirmant être venu "en soutien aux jeunes". "Pourquoi les policiers tirent-ils sur des Irakiens comme eux ? Eux aussi souffrent comme nous, ils devraient nous aider et nous protéger", s'emporte-t-il.

Fait inédit en Irak, le mouvement est né sur les réseaux sociaux d'appels qu'aucun parti politique ou leader religieux n'a revendiqués.

Endeuillée par 28 morts --26 manifestants et deux policiers--, dont 17 dans la seule province méridionale de Zi Qar, la contestation a tourné jeudi à la bataille rangée à Bagdad sur des axes menant à la place Tahrir, rendez-vous emblématique des contestataires.

Couvre-feu
Manifestants d'un côté et policiers antiémeutes et militaires de l'autre se repoussaient par vagues dans la cité de neuf millions d'habitants, placée sous couvre-feu et où les fonctionnaires --la majorité des travailleurs du pays-- ont été appelés à rester chez eux, a constaté un photographe de l'AFP.

Pour faire reculer plusieurs milliers de protestataires arrivés à bord de camions en brandissant des drapeaux, les forces de sécurité tiraient à balles réelles, à bord de blindés.

Sur la place al-Tayyaran dans le centre de Bagdad, les manifestants s'en sont pris à ces véhicules, en incendiant deux, a rapporté un photographe de l'AFP.

Dans d'autres villes du Sud, des affrontements ont également eu lieu et après 19 morts entre mardi soir et jeudi matin, neuf nouveaux morts --dont un policier-- ont été recensés en fin de journée par des responsables de la Santé.

Les autorités ont décrété un couvre-feu à Diwaniya, à 150 km au sud de Bagdad, tentant de faire fermer commerces et bureaux, a rapporté un correspondant de l'AFP. De telles mesures prises la veille ailleurs, notamment à Bagdad, n'ont pas eu d'effet.

Ces manifestations sont un test majeur pour le gouvernement d'Adel Abdel Mahdi, qui doit souffler sa première bougie fin octobre. Ce dernier ne s'est exprimé jusqu'ici que par communiqué, saluant "la retenue des forces armées" et annonçant le couvre-feu à Bagdad, tandis que son bureau affirmait avoir rencontré des "représentants des manifestants".

Les autorités, qui dénoncent des "saboteurs" et proposent aux protestataires d'appeler un numéro vert pour faire part de leurs revendications, semblent avoir choisi la fermeté, une décision critiquée jeudi par l'organisation Amnesty.

Elle a exhorté Bagdad à "ordonner immédiatement aux forces de sécurité de cesser d'utiliser une force, notamment létale, excessive" et à rétablir la connexion, internet étant toujours coupé dans une grande partie du pays et les réseaux sociaux inaccessibles.

Appel à la mobilisation
Si les manifestants disent redouter la répression, ils dénoncent un ennemi plus dangereux: la récupération politique.

Ils assurent ne pas avoir de leader et uniquement réclamer des services publics fonctionnels après des décennies de pénurie d'électricité et d'eau potable, des emplois pour les 25 % de jeunes au chômage, et la fin de la corruption qui a englouti en 16 ans plus de 410 milliards d'euros.

Mais un appel du très versatile leader chiite Moqtada Sadr --qui a rejoint la coalition gouvernementale mais menace régulièrement de la faire éclater-- pourrait changer la donne.

Il a demandé mercredi soir à ses très nombreux partisans, qui avaient déjà paralysé le pays en 2016 avec des manifestations à Bagdad, d'organiser des "sit-ins pacifiques". S'ils le font effectivement et décident de passer la nuit sur les places de Bagdad et du sud irakien, le bras de fer va se durcir.

Tandis que Bagdad s'embrase et que manifestations et violences touchent les provinces de Najaf, Missane, Zi Qar, Wassit, Diwaniya, Babylone et jusqu'à Bassora, le calme prévaut au nord et à l'ouest de Bagdad, régions principalement sunnites et ravagées par la guerre contre le groupe État islamique (EI), ainsi qu'au Kurdistan autonome.

Bagdad cristallise les violences car les protestataires cherchent à prendre la place Tahrir, séparée de l'ultrasensible Zone verte --où siègent les principales institutions du pays et l'ambassade américaine,-- uniquement par un pont, al-Joumhouriya, bouclé par les forces de l'ordre.

Symbole fort, les autorités ont refermé ce secteur qui avait été rouvert aux Irakiens en juin seulement, après 15 années de repli derrière murs et barbelés.

03/10/2019 19:37:04 - Bagdad (AFP) - © 2019 AFP
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée - Page 42 Empty Re: Maria DM 04 Mars 2014 Les guerres vont s’intensifier, jusqu’à ce que la Grande Guerre soit déclarée

Message  antoine le Ven 18 Oct 2019 - 12:36

Afghanistan : un attentat dans une mosquée fait au moins 62 morts
La mosquée, dont le toit s'est effondré, abritait 350 fidèles au moment de l'attaque menée avec des explosifs. L'attentat n'a pas encore été revendiqué. Source AFP
Modifié le 18/10/2019 à 18:32 - Publié le 18/10/2019 à 18:19 | Le Point.fr
Aucun groupe n'a pour l'instant revendique l'attentat.
Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué l'attentat.

© NOORULLAH SHIRZADA / AFP
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Au moins 62 personnes ont péri lors d'un attentat dans une mosquée de l'est de l'Afghanistan pendant la prière du vendredi, a-t-on appris auprès des autorités. L'attaque a été menée avec « des explosifs qui avaient été placés à l'intérieur de la mosquée », située dans le village de Jaw Dara, dans le district d'Haska Mina. La mosquée – dont le toit s'est effondré selon plusieurs sources – « pouvait tenir jusqu'à 700 fidèles, mais en comptait 350 au moment de l'explosion », a expliqué à l'Agence France-Presse Omar Ghorzang, un habitant de Jaw Dara.

Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué l'attentat. Les talibans et l'État islamique, qui s'affrontent dans la région, sont tous deux implantés dans le Nangarhar, province frontalière du Pakistan. Le district de Haska Mina, aussi appelé Deh Bala, est proche de cette frontière. Le porte-parole de la police du Nangarhar Mubarez Attal avait auparavant communiqué un bilan de 17 morts et 40 blessés. « C'était une forte explosion », a raconté Haji Amanat Khan, qui habite la zone. « Le toit de la mosquée est tombé à la suite de l'explosion », a-t-il ajouté.

1 174 civils tués en 3 mois
Jeudi, un rapport de l'ONU a déploré un nombre de victimes « sans précédent » depuis plus d'une décennie au troisième trimestre de l'année, l'Afghanistan continuant à s'enfoncer dans une violence « totalement inacceptable ». Entre le 1er juillet et le 30 septembre, la Mission de l'ONU en Afghanistan (Manua) a recensé 1 174 civils tués et 3 139 blessés, d'après son rapport trimestriel. Le mois de juillet, avec 425 morts recensés, a aussi été le pire depuis une décennie.

Les attentats visant des mosquées sont peu fréquents, tout comme ceux à caractère confessionnel. En mai dernier, un imam réputé – de confession sunnite – et un fidèle ont été tués dans un attentat à la bombe visant une mosquée de Kaboul. Les chiites sont plus souvent la cible de telles attaques, dans un Afghanistan très majoritairement sunnite. L'EI a revendiqué un attentat kamikaze contre une cérémonie de mariage chiite qui a fait au moins 63 morts en août à Kaboul. Le groupe terroriste avait aussi revendiqué une attaque en juillet contre une mosquée chiite à Ghazni (centre), tuant deux personnes.
antoine
antoine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 3129
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 42 sur 43 Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum