Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ? - Page 5
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Page 5 sur 41 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 23 ... 41  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  Admin le Mer 2 Juil 2014 - 12:30

@ Siméon :

SIMEON a écrit:Que ce soit l'administrateur ou tout autre Catholique qui dénigre le Pape  c'est l'anti-Christ qui est arrivée sur ce forum Père pardonne-leur ils ne savent pas ce qu'ils disent

Ça fait plusieurs reprises que vous outrepassez votre Droit d'Écriture en ne faisant pas preuve de réserve. En conséquence, je vous retire votre Droit d'Écriture !

L'Administrateur


_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37569
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  stjeanlagneau le Mer 2 Juil 2014 - 15:47


@ Siméon,

Dommage, vous manquez vraiment de discernement.  Non 



avatar
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 20266
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 50
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  robert adelaide le Mer 2 Juil 2014 - 18:26

@ SIMEON 
C'est dommage , mais ce n'est que justice car être orgueilleux  et insensé cela obscurcie votre intelligence spirituel et vous fait ennemi de la vérité 
Ce forum , vous auriez du le savoir depuis longtemps est le forum de la vérité qui scrute les signes des temps dans la sagesse et dans la clarté pour guider les âmes dans la  plenitude de dieu , de sa parole et de sa promesse du salut ...    Le prêche ! 
 Poisson  La Croix de Jésus
avatar
robert adelaide
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit. Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit.  Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.

Messages : 1939
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 57
Localisation : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  Admin le Sam 5 Juil 2014 - 14:39

L'ÉGLISE CATHOLIQUE EST-ELLE À LA VEILLE D'UN SCHISME ?





L'Eglise catholique est-elle à la veille d'un schisme ?


Par le Professeur Roberto de Mattei


(4 juin 2014) - Le Professeur Roberto de Mattei, de l’Université européenne de Rome, a donné le 4 juin dernier une importante conférence intitulée « L’Eglise catholique est-elle à la veille d’un schisme ? ». La traduction française de cette conférence est intégralement publiée dans le dernier numéro de la revue Courrier de Rome, dont nous remercions le directeur de nous avoir autorisé à faire paraître les extraits suivants. – Les intertitres sont de la rédaction de DICI.

Une question provocatrice ?

L’Eglise catholique est-elle à la veille d’un schisme ? Cette interrogation peut sembler excessive, inopportune, provocatrice. Mais on en parle. Pas seulement à voix basse, mais aussi à voix haute. Un prêtre espagnol connu et apprécié, le père Santiago Martin, a consacré une conférence à ce sujet, avec une référence particulière au cas Kasper, le cardinal qui, au cours du Consistoire extraordinaire du 20 février dernier, a soulevé le problème de la communion accordée aux divorcés remariés. (…)

Dans (l’actuelle) situation d’affaiblissement objectif de la papauté, évoquer la possibilité d’un schisme n’est pas une provocation ni un scandale. Ce sont les conclusions logiques auxquelles peut arriver un observateur attentif de l’histoire de l’Eglise, un fidèle qui dans les temps de crise ne renonce pas à exercer la faculté la plus haute que Dieu nous ait donnée : la raison.

Le but de notre conférence est d’apporter des éléments rationnels qui nous aident à nous orienter, non en tant que théologiens, mais simplement en tant que baptisés, en tant que simples fidèles qui veulent comprendre ce qui se passe, parce que ce qui se passe les regarde, nous regarde. (…)

Qu'est-ce qu’un schisme ?

L’Eglise, à travers les instruments de son droit, le droit canonique, atteste l’existence d’un schisme ou d’une hérésie et prend les mesures qui en découlent. L’une de ces mesures est l’excommunication, la censure par laquelle le baptisé est exclu de la communion des fidèles, séparé, pour ainsi dire, du corps de l’Eglise. Celui qui est excommunié se trouve formellement exclu des sacrements au moment où l’excommunication est prononcée, mais il est de fait schismatique et/ou hérétique dès le moment où il se sépare de l’autorité ou de la foi de l’Eglise. L’excommunication atteste l’existence d’un schisme, elle ratifie une séparation d’avec l’Eglise qui remonte au moment où le sujet l’a posée en acte.

Prenons un exemple. L’évêque d’Innsbruck, Manfred Scheuer, sur mandat de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a excommunié Martha Heizer, présidente et fondatrice du mouvement Nous sommes Eglise, et son mari Ehemann Gert, parce qu’ils célèbrent depuis trois ans la messe dans leur maison d’Absam, diocèse d’Innsbruck, avec d’autres personnes de la communauté, et sans prêtre. C’est une simulation, une parodie de messe, qui tombe par conséquent sous le coup de l’excommunication dite latae sententiae, une excommunication automatique qui a été notifiée par l’évêque en mai 2014, mais qui s’est déclenchée dès le moment où Martha Heizer a commencé à se comporter de façon contraire à la doctrine et à la praxis de l’Eglise. Donc Heizer, son mari et leurs compagnons sont depuis des années déjà en situation de schisme.

Heizer n’est pas un personnage isolé et extravagant, mais elle a fondé en 1995 un mouvement qui s’est répandu au-delà des territoires de langue allemande, et qui compte des dizaines de milliers de sympathisants. Nous sommes Eglise, Wir sind Kirche, propose des réformes radicales dans l’Eglise catholique : l’élection démocratique des évêques, le sacerdoce des femmes, l’abolition du célibat des prêtres, la fin des discriminations envers les homosexuels, l’accès aux sacrements pour les divorcés remariés, une nouvelle morale de la sexualité : en un mot la sécularisation de l’Eglise, qu’ils considèrent comme un apport positif du concile Vatican II. Aujourd’hui ce mouvement est en déclin, mais ses idées, ou du moins certaines d’entre elles, ont pénétré au sein de l’Eglise allemande et autrichienne. L’excommunication par l’évêque d’Innsbruck a été un acte nécessaire face à des faits grossiers comme la messe célébrée depuis trois ans par une femme dans son diocèse. Mais que dire de tous ces prêtres qui, en Autriche et en Allemagne, s’inspirant des mêmes idées, vivent avec une femme, donnent la communion à des divorcés remariés, bénissent des pseudo mariages homosexuels, et que penser plus généralement de tous ces prêtres et tous ces laïcs qui partagent et mettent en pratique tout ou partie des idées de Nous sommes Eglise ? Il y a des milliers de personnes qui, dans toute l’Europe, vivent dans une situation de schisme objectif. (…)

Un état de schisme objectif :

Nous savons qu’un Synode des évêques est en préparation. Celui-ci se déroulera en deux étapes : l’assemblée générale extraordinaire du 15 au 19 octobre, sur le thème Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation, avec pour but de « recueillir des témoignages et des propositions », et l’Assemblée générale ordinaire, de 2015, pour « chercher des lignes opérationnelles pour la pastorale de la personne et de la famille ».

En vue de ce Synode, a été envoyé aux diocèses du monde entier un « Questionnaire préparatoire », dont nous connaissons au moins en partie les réponses.

Le 3 février, la Conférence épiscopale allemande a publié un résumé des réponses envoyées par les 27 diocèses et archidiocèses allemands, ainsi que par environ 20 associations et institutions catholiques[1]. (…) Conclusion du résumé : « le langage de l’Eglise et le caractère autoritaire de toutes ses communications officielles n’aident certainement pas à susciter et à trouver la compréhension et l’assentiment des fidèles » (p. 163). Les évêques allemands affirment qu’ « il faut dépasser la morale de l’interdiction et prévoir les bénédictions pour les unions de fait, même si elles sont distinctes de la célébration des sacrements » (p. 172). « Les réponses venues des diocèses laissent entrevoir à quel point est grande la distance entre les baptisés et la doctrine officielle, surtout en ce qui concerne la vie commune avant le mariage, le contrôle des naissances et l’homosexualité » (p. 172). (…)

Que proposent au Synode les évêques allemands, autrichiens, suisses ? Ils proposent de « dépasser la morale de l’interdit » et de combler « la distance entre les baptisés et la doctrine officielle », en adaptant la praxis pastorale de l’Eglise aux exigences concrètes des catholiques de leurs diocèses. Mais la plus grande partie des catholiques allemands, autrichiens et suisses, si l’on s’en tient aux données recueillies par les questionnaires, se trouvent de fait dans une situation de schisme, en ce qui concerne le comportement moral auquel sont tenus les baptisés. En effet quiconque vit une union sexuelle stable en dehors du mariage, en continuant à accéder aux sacrements, se trouve dans une situation non seulement de péché, mais de comportement de séparation d’avec la praxis traditionnelle de l’Eglise, et donc dans une condition de schisme objectif, même s’il n’est pas déclaré.

Si les évêques allemands niaient formellement la validité du 6e et du 9e commandement, ils tomberaient ipso facto dans l’hérésie. Ils ne nient pas la doctrine, mais ils proposent de modifier la praxis pastorale. Et ils le font au nom du concile Vatican II, qui a affirmé le primat de la pastorale sur la doctrine. Mais si la praxis contredit de fait la doctrine, si elle a un impact inexorable sur elle, elle produit son altération, elle la transforme non par voie dogmatique, d’en haut, mais par voie factuelle, d’en bas.

Le rapport du cardinal Kasper :

C’est ce qu’a proposé de faire le cardinal Kasper dans son rapport introductif au Consistoire extraordinaire sur la famille du 20 février[2]. (…) Les idées du cardinal Kasper ne sont pas celles de tous les cardinaux. Certains l’ont critiqué et continueront de le critiquer avec fermeté apostolique[3]. Mais ces idées font maintenant partie de la dialectique interne à l’Eglise, qui semble réduite à un parlement d’opinions différentes. De ce point de vue, Kasper a déjà gagné sa bataille. Le seul fait qu’en ouvrant par son rapport le Consistoire des cardinaux, qui est l’organe consultatif suprême de l’Eglise, et en parlant en quelque sorte au nom du pape, il ait pu exposer sa thèse, est une extraordinaire victoire de son camp. Même si sa position doit rester pour le moment minoritaire, une large masse de catholiques en tirera un prétexte pour persister dans une façon de vivre qui abandonne la tradition de vie de l’Eglise, pour s’immerger dans le monde sécularisé de notre temps. S’opposer à ce processus de sécularisation signifie christianiser la société. Soit l’Eglise change le monde, soit c’est le monde qui change l’Eglise. Soit l’Eglise christianise le monde, soit c’est le monde qui sécularise l’Eglise.

La mondanisation de l’Eglise n’est pas autre chose que sa sécularisation, c’est-à-dire la perte de la sacralité qui lui est inhérente. Mais si le Christianisme se subordonne au sécularisme, il doit reléguer au second plan sa dimension surnaturelle, et il perd son âme et son identité. Il devient quelque chose d’autre, il se sépare de lui-même, et cette scission est proprement un schisme.

Du schisme latent au schisme manifeste :

Répondons à la question dont nous sommes partis : sommes-nous à la veille d’un schisme dans l’Eglise ?

Ma réponse est : nous ne sommes pas à la veille d’un schisme, nous sommes dans le schisme, nous y sommes plongés, parce que l’Eglise est partagée, elle est fragmentée non pas en deux camps, mais en une pluralité de courants différents et divergents. Il suffit de penser à cette Eglise dans l’Eglise que sont les « néocatéchuménaux », avec une liturgie qui est techniquement schismatique, parce que séparée du rite ordinaire et extraordinaire de l’Eglise catholique.

Au sein de l’unique Eglise, cohabitent désormais des idées et des praxis différentes et opposées. Le schisme n’a pas encore été formalisé, mais les schismes et les hérésies, même non notifiés, même non officiels, sont réels. Ce schisme latent, rampant, mais réel, est destiné à exploser tôt ou tard dans toute sa virulence. L’idée de l’éviter en mettant dans un même « contenant » des courants opposés, de Nous sommes Eglise à la Fraternité Saint-Pie X, est illusoire, parce que deux religions ne peuvent pas cohabiter à l’intérieur du même corps ecclésial. (…)

Mais nous savons que, précisément parce que l’Eglise est une institution visible, il faut toujours faire la distinction entre l’Eglise et les hommes d’Eglise : l’Eglise est toujours visible, infaillible et indéfectible, immaculée, dans la foi et dans la morale ; les hommes d’Eglise ne sont pas tous et ne sont pas toujours impeccables ni infaillibles. Même le pape peut être respectueusement critiqué. Le pape n’est pas le Christ, ni son successeur : il est son Vicaire, mais c’est Jésus-Christ qui tient et gouverne l’Eglise. (…)

Traduit de l’italien – Source : Courrier de Rome – DICI n°298 du 04/07/14)

Le texte intégral de la traduction française de la conférence du Pr de Mattei est disponible auprès du Courrier de Rome B.P. 10156 – F-78001 Versailles Cedex – Télécopie : 00 33 (0)1 49 62 85 91 – Courriel : courrierderome@wanadoo.fr – Le numéro : 3 € ; abonnement annuel : 20 € (Suisse : CHF 40, Etranger : 24 €).

Notes :

[1] Réponse au questionnaire sur la famille, « Il Regno-Documenti », 5 (2014), pp. 162-172.
[2] Après avoir été annoncé par « Il Foglio » du 1er mars, le texte du card. Kasper est maintenant publié dans Il Vangelo della famiglia (L’Evangile de la famille), Queriniana, Brescia 2014.
[3] Cf. par exemple le rapport du card. Velasio de Paolis au Tribunal Ecclésiastique d’Ombrie du 27 mars 2014.

SOURCE :  http://laportelatine.org/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37569
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  Admin le Dim 6 Juil 2014 - 16:20

ANNONCE D'UN POSSIBLE SCHISME DANS L'ÉGLISE CATHOLIQUE - PROPOS DE MGR ATHANASIUS SCHNEIDER !




Voici l'entrevue intégrale de Mgr Athanasius Schneider [Photo ci-dessus] avec Mme Sarah Atkinson, journaliste indépendante et éditrice du magasine Mass of Ages. L'intégrale de l'entrevue, qui est une transcription, a été publiée originellement en anglais sur le site de la Latin Mass Society of England and Wales (Société pour la messe traditionnelle d'Angleterre et du Pays de Galles).


(30 mai 2014) - Mgr Schneider (MS): «À ma connaissance et selon mon expérience, la blessure la plus profonde de la crise actuelle de l’Église est la blessure eucharistique, les abus au Saint-Sacrement.

Plusieurs gens reçoivent la Sainte Communion dans un état de péché mortel objectif…Ceci se répand dans l’Église surtout dans le monde occidental. Là-bas, les gens vont rarement à la Sainte Communion avec une préparation suffisante.

Certains gens qui vont à la Sainte Communion vivent dans des situations morales irrégulières qui ne correspondent pas à l’Évangile. Sans être mariés, ils vont à la Sainte Communion. Ils peuvent être divorcés et vivent dans un nouveau mariage, un mariage civil et ils vont néanmoins à la Sainte Communion. Je crois que cela est une situation, très, très grave.

Il y a aussi la question de la réception objectivement irrévérente de la Sainte Communion. La soi-disant manière nouvelle et moderne de recevoir la Sainte Communion directement dans la main est très sérieuse, car cela expose le Christ à une énorme banalité.

Il y a le fait grave de perdre des fragments eucharistiques. Personne ne peut le nier. Et les fragments de l’hostie consacrée sont écrasés par des pieds. Cela est horrible! Notre Dieu, dans nos églises, est foulé par des pieds! Personne ne peut nier cela.

Et cela ce produit à grande échelle. Cela doit être, pour une personne qui a la foi et qui aime Dieu, un phénomène très grave.

Nous ne pouvons pas continuer comme si, Jésus comme Dieu n’existait pas; comme si seulement le pain existait. Cette pratique moderne de Communion dans la main n’a rien a voir avec la pratique de l’Église primitive. La pratique moderne de recevoir la Communion dans la main contribue graduellement à une perte de la foi catholique en la présence réelle et en la transsubstantiation.

Un prêtre et un évêque ne peuvent pas dire que cette pratique est »okay ». Ce qui est en jeu ici est le très saint, le très divin et le très concret sur Terre.»

Q: Sur ce sujet, vous vous démarquez comme étant tout seul [à tenir une telle position]?

MS:«Je suis très attristé de me sentir comme quelqu’un qui crie dans le désert. La crise eucharistique due à l’usage moderne de la Communion dans la main est si évidente. Ce n’est pas une exagération. Il est temps que les évêques élèvent leurs voix pour le Jésus eucharistique qui n’a pas de voix pour ce défendre lui-même. Ici nous avons une attaque sur le Très Saint, une attaque sur la foi eucharistique.

Bien sûr, il y a des gens qui reçoivent la Communion dans la main avec beaucoup de dévotion et de foi, mais ils sont une minorité. La vaste multitude elle perd la foi par l’intermédiaire de cette manière très banale de prendre la Sainte Communion comme si l’on prenait de la simple nourriture comme une frite ou du gâteau. Une telle manière de recevoir le Très Saint ici sur Terre n’est pas sacrée et avec le temps, elle détruit la profonde conscience et la foi catholique en la présence réelle et en la transsubstantiation.»

Q: L’Église ne se dirige-t-elle pas dans la direction opposée à celle que vous proposez?

MS: «Il semble que la majorité du clergé et des évêques sont satisfaits de cette pratique moderne de la Communion dans la main et ne réalisent pas les vrais dangers reliés à une telle pratique. Pour moi, c’est incroyable. Comment cela est-il possible, alors que Jésus est présent dans les petites hosties? Un prêtre et un évêque devraient dire: »Je dois faire quelque chose, au moins pour graduellement réduire ceci. Tout ce que je peux faire, je dois le faire. » Malheureusement, il y a des membres du clergé qui font de la propagande pour l’usage moderne de la Communion dans la main et parfois interdisent la réception de la Communion sur la langue et à genoux. Il y a même des prêtres qui discriminent ceux qui s’agenouillent pour la Sainte Communion. Cela est très, très triste.

Il y a aussi le nombre croissant de vols d’hosties à cause de la distribution de la Communion directement dans la main. Il y a un réseau, un commerce de vol de Saintes Hosties et ceci est grandement facilité par la Communion dans la main.

Pourquoi voudrais-je comme prêtre et évêque, exposer Notre Seigneur à un tel danger, à un tel risque? Quand ces évêques et ces prêtres [qui sont favorables à la Communion dans la main] ont quelque objet de valeur, ils ne l’exposerait jamais à un si grand danger d’être perdu ou volé. Ils protègent leurs maisons, mais ils ne protègent pas Jésus et le permettre d’être volé très facilement.»

Q: En ce qui concerne le questionnaire sur la question de la famille, les gens attendent de grands changements.

MS: «Il y a sur cette question beaucoup de propagande de la part des médias de masse. Nous devons être très prudents. Il y a les médias anti-chrétiens officiels à travers le monde. Dans presque tous les pays, c’est le même contenu de nouvelles à l’exception peut-être des pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe de l’Est.

Seulement sur l’internet peut-on répandre ses propres idées. Rendons grâces à Dieu, l’internet existe.

L’idée de changement du mariage et des lois morales lors du prochain synode des évêques à Rome provient en majeure partie des médias anti-chrétiens. Et certains membres du clergé et des catholiques collaborent avec eux en répandant les attentes du monde anti-chrétien de changement de la loi de Dieu concernant le mariage et la sexualité.

Ceci est une attaque par le monde anti-chrétien et il est vraiment tragique et triste que certains membres du clergé collaborent avec eux. Pour plaider en faveur d’un changement de la loi de Dieu, ils utilisent une espèce de sophisme, le concept de miséricorde. Mais en réalité, ce n’est pas de la miséricorde, c’est être cruel.

Ce n’est pas de la miséricorde, si par exemple, quelqu’un a une maladie et qu’on le laisse dans son état misérable. C’est être cruel.

Je ne donnerais pas, par exemple, du sucre à un diabétique; cela serait cruel de ma part. J’essaierais de sortir cette personne de cette situation et lui donnerais un autre repas. Peut-être ne l’aimera-t-il pas au début, mais ce sera mieux pour lui.

Ceux parmi le clergé qui veulent admettre les divorcés-remariés à la Sainte Communion opèrent avec une fausse conception de la miséricorde. Cela est comparable à un docteur qui donne du sucre à un patient, bien qu’il sache que cela le tuera. Mais l’âme est plus importante que le corps.

Si les évêques admettent les divorcés-remariés à la Sainte Communion, alors ils les confirmeront dans leur erreur aux yeux de Dieu. Les évêques fermeront même la voix de leur conscience. Ils les pousseront encore plus profondément dans leur situation irrégulière avec seule perspective que cette vie temporelle; oubliant qu’après cette vie, il y a le jugement de Dieu.

Cette question sera discutée lors du Synode. C’est à l’agenda. Mais j’espère qu’une majorité des évêques ait encore assez d’esprit catholique et de foi pour rejeter la proposition mentionnée plus haut et ne pas l’accepter.»

Q: Quelle est la crise que vous mentionnez?

MS: «Il y a une crise plus large que celle de la réception du Saint-Sacrement. Je crois que la question de la réception de la Sainte Communion par les remariés explosera et elle exposera la vraie crise au sein de l’Église.

La vraie crise de l’Église est l’anthropocentrisme et l’oubli du christocentrisme. En effet, ceci est le mal le plus profond; quand l’homme ou le clergé se mettent de l’avant lors de la célébration de la liturgie et quand ils changent les vérités révélées par Dieu, ex. concernant le VIe commandement et la sexualité humaine.

La crise se révèle aussi de la manière dont le Seigneur eucharistique est traité. L’Eucharistie est au cœur de l’Église. Quand le cœur est faible, le corps entier est faible. Alors quand la pratique entourant l’Eucharistie est faible de même le cœur et la vie de l’Église sont faibles. Et quand les gens n’ont plus de vision surnaturelle de Dieu dans l’Eucharistie, alors ils commenceront à rendre un culte à l’homme et la doctrine changera aussi selon les désirs des hommes.

Cette crise est quand nous nous plaçons, incluant les prêtres, au centre et quand Dieu est remisé dans un coin et cela se produit même matériellement. Le Saint-Sacrement est parfois dans une armoire éloignée du centre et la chaise du prêtre est au centre. Nous sommes déjà dans cette situation depuis plus de 40 ou 50 ans et il y a un réel danger que Dieu et ses Commandements et lois seront remisés sur le côté et les désirs naturels des hommes seront mis au centre. Il y a un lien causal entre la crise eucharistique et la crise doctrinale.

Notre premier devoir comme êtres humains est d’adorer Dieu, pas nous, mais Lui. Malheureusement, la pratique liturgique des 40 dernières années a été très anthropocentrique.

Premièrement, participer à la liturgie n’est pas de faire des choses, mais bien de prier et de rendre un culte; d’aimer Dieu avec toute son âme. Ceci est la vraie participation, être uni à Dieu dans votre âme. La participation extérieure n’est pas essentielle.

La crise est vraiment ceci: nous n’avons pas placé le Christ ou Dieu au centre. Et le Christ est Dieu incarné. Notre problème aujourd’hui est que nous avons mis de côté l’incarnation. Nous l’avons éclipsée. Si dans mon esprit, Dieu reste seulement comme une idée, alors c’est gnostique. Dans d’autres religions, ex. les Juifs, les Musulmans, Dieu n’est pas incarné. Pour eux, Dieu est dans le livre, mais il n’est pas concret. Seulement au sein du christianisme, et en fait seulement au sein de l’Église catholique, avons-nous l’incarnation pleinement réalisée et cela doit être mis de l’avant à chaque moment de la liturgie. Dieu est ici et vraiment présent. Alors chaque détail a un sens.

Nous vivons dans un société non-chrétienne, dans un nouveau paganisme. Aujourd’hui, la tentation pour le clergé est de s’adapter au nouveau monde, au nouveau paganisme, d’être des collaborateurs. Nous sommes dans une situation similaire aux premiers siècles de l’Église, alors que la majorité de la société était païenne et que le christianisme était discriminé.»

Q: Croyez-vous voir cela de par votre expérience dans l’Union soviétique?

MS: «Oui, [je sais ce que c'est que d']être persécuté, de donner un témoignage que vous êtes chrétien.

Nous sommes une minorité. Nous sommes entourés par un monde païen très cruel. La tentation et les défis d’aujourd’hui peuvent être comparés avec les premiers siècles. On demandait aux chrétiens d’accepter le monde païen et de le démontrer en mettant un grain d’encens dans un feu en avant de la statue de l’Empereur ou d’une idole païenne. Mais ceci était de l’idolâtrie et aucun bon chrétien n’y a mis de grain d’encens. Ils préférèrent donner leurs vies; même des enfants, des laïques qui étaient persécutés donnèrent leurs vies. Malheureusement, il y eut des membres du clergé et des évêques qui mirent des grains d’encens devant la statue de l’Empereur ou d’une idole païenne ou qui remirent les livres des Saintes Écritures pour être brûlés. De tels chrétiens et clercs collaborateurs étaient appelés dans ces temps-là »thurificati » ou »traditores ».

Maintenant, de nos jours la persécution est plus sophistiquée. On ne demande pas aux catholiques ou au clergé de mettre un peu d’encens devant une idole. Ce ne serait que matériel. Maintenant, le monde néo-païen veut que nous adoptions leurs idées telle la dissolution du VIe commandement de Dieu sous le prétexte de la miséricorde. Si certains membres du clergé et des évêques commencent à collaborer avec le monde païen d’aujourd’hui dans cette dissolution du VIe commandement et dans la révision de la manière dont Dieu créa l’homme et la femme, alors ils sont des traîtres de la Foi, ultimement ils participent à ce sacrifice païen.»

Q: Entrevoyez-vous une scission au sein de l’Église?

Mgr Schneider (MS): «Malheureusement, depuis quelques décennies, certains membres du clergé ont accepté ces idées du monde. Toutefois, ils les suivent maintenant publiquement. Alors que ces choses continuent, je crois qu’il y aura une scission intérieure au sein de l’Église de ceux qui sont fidèles à la foi de leur baptême et de l’intégrité de la foi catholique. Il y aura une scission avec ceux qui endossent l’esprit de ce monde et il y aura une scission claire, je crois. On peut imaginer que les catholiques, ceux qui restent fidèles à la vérité catholique immuable, pourraient faire l’objet, pour un temps, de persécution ou de discrimination même de la part de ceux qui ont du pouvoir dans les structures extérieures de l’Église. Mais les portes de l’enfer, i.e. l’hérésie, ne prévaudront pas contre l’Église et le Magistère suprême promulguera certainement une déclaration doctrinale sans équivoque, rejetant toute collaboration avec les idées néo-païennes de changer le VIe commandement, le sens de la sexualité et de la famille. Alors certains »libéraux » et plusieurs collaborateurs avec l’esprit du monde, plusieurs »thurificati et traditores » modernes quitteront l’Église. Car la Vérité divine apportera irrésistiblement la clarification et elle nous rendra libres et séparera au sein de l’Église les fils de la Lumière divine et les fils de la pseudo-lumière du monde païen et anti-chrétien. Je peux présumer qu’une telle séparation affectera chaque niveau de catholiques: laïques et sans exclure même des membres de haut rang au sein du clergé. Ces membres du clergé qui acceptent aujourd’hui l’esprit du monde païen sur les questions morales et de la famille se déclarent catholiques et même fidèles au Pape. Ils déclarent même comme extrémistes ceux qui sont fidèles à la foi catholique ou ceux qui promeuvent la gloire du Christ dans la liturgie.»

Q: Sentez-vous que vous avez été déclaré comme extrémiste?

MS: «On ne m’a pas déclaré ainsi formellement. Je vous dirai que de tels membres du clergé ne sont pas de la majorité, mais ils ont acquis beaucoup d’influence dans l’Église. Ils réussirent à occuper quelques postes clés dans l’administration de l’Église. Toutefois, cela ne représente pas du pouvoir aux yeux de Dieu. Vraiment puissants sont-ils les petits qui conservent la foi au sein de l’Église.

Ces petits dans l’Église ont été abandonnés et négligés. Ils ont gardé la pureté de leur foi et ils représentent le vrai pouvoir de l’Église aux yeux de Dieu et non ceux qui sont dans l’administration. Rendons grâces à Dieu, le nombre de ces petits est en croissance.

Par exemple, j’ai discuté avec de jeunes étudiants d’Oxford et je fus si impressionné par ces étudiants. J’étais si content de voir la pureté de leur foi et de leurs convictions et leur esprit catholique clair. De tels exemples et groupes sont en croissance dans l’Église et cela est le travail de l’Esprit-Saint. Ceci va renouveler l’Église. Alors je suis confiant et optimiste en ce qui concerne la crise dans l’Église. L’Esprit-Saint va gagner cette crise avec cette petite armée.

Je ne suis pas inquiet à propos du futur. L’Église est l’Église du Christ et Il est la vraie Tête de l’Église, le Pape n’est seulement que le vicaire du Christ. L’âme de l’Église est l’Esprit-Saint et Il est puissant. Toutefois, nous faisons l’expérience d’une profonde crise dans l’Église comme cela se produisit à plusieurs reprises en deux mille ans.»

Q: La situation va-t-elle empirer avant de s’améliorer?

MS: «C’est mon impression que la situation va empirer. Parfois, les choses doivent aller dans l’abîme et alors vous verrez l’effondrement de ce système clérical anthropocentrique qui abuse de l’administration de l’Église, abuse de la liturgie, abuse des concepts de Dieu, abuse de la foi et de la piété des petits au sein de l’Église.

Alors nous verrons l’ascension d’une Église renouvelée. Ceci est déjà en préparation. Alors cet édifice clérical libéral s’écrasera, car ils n’ont pas de racines ni de fruits.»

Q: Certaines personnes disent que vous vous inquiétez de choses non-importantes. Qu’en est-il des pauvres?

MS: «Cela est erroné. Le premier commandement que le Christ nous donna était d’adorer Dieu seul. La liturgie n’est pas une réunion entre amis. C’est notre tâche première que d’adorer et glorifier Dieu dans la liturgie et aussi avec notre manière de vivre. D’un vrai amour et d’une vraie adoration de Dieu grandissent un amour pour les pauvres et notre prochain. Cela en est une conséquence. Les saints en deux mille ans d’histoire de l’Église, tous ces saints qui étaient si priants et pieux, ils étaient tous extrêmement miséricordieux avec les pauvres et se préoccupaient d’eux.

Dans ces deux commandements sont [contenus] tous les autres. Mais le premier commandement est d’aimer et d’adorer Dieu et cela est réalisé suprêmement dans la liturgie sacrée. Quand vous négligez le premier commandement, vous ne faîtes pas la volonté de Dieu, vous vous plaisez. Le bonheur est de réaliser la volonté de Dieu, pas de réaliser notre volonté.»

Q: Combien de temps avant que l’Église ne soit renouvelée?

MS: «Je ne suis pas prophète. On ne peut que présumer. Mais si vous regardez l’histoire de l’Église, la crise la plus profonde était celle du IVe siècle; c’était l’arianisme. Ce fut une terrible crise; tout l’épiscopat, ou presque, collabora avec l’hérésie. Seulement quelques évêques restèrent fidèles; vous pouvez les compter sur les doigts d’une main. Cette crise dura environ 60 ans.

Ensuite la terrible crise du soi-disant siècle obscure, le Xe siècle, quand la papauté était occupée par des familles romaines très mauvaises et immorales. Ils occupèrent la chaire papale avec leurs fils corrompus et ce fut une terrible crise.

La prochaine période de dommages fut le soi-disant exile d’Avignon, très dommageable pour l’Église, causant le Grand schisme d’Occident. Toutes ces crises durèrent 70-80 ans et furent très mauvaises pour l’Église.

Maintenant, nous sommes, je dirais, dans la quatrième grande crise, dans une terrible confusion sur la doctrine et la liturgie. Nous sommes dans cette crise depuis 50 ans. Peut-être Dieu nous sera-t-il miséricordieux dans 20 ou 30 ans? Néanmoins, nous avons toute la beauté des vérités divines, de l’amour et de la grâce divins dans l’Église. Personne ne peut nous enlever cela, aucun synode, aucun évêque, même un Pape ne peut nous enlever le trésor et la beauté de la foi catholique, du Jésus Eucharistique, des Sacrements. La doctrine immuable, les principes liturgiques immuables et la sainteté de vie constituent le vrai pouvoir de l’Église.»

Q: Notre période contemporaine est perçue comme une ère très libérale dans l’Église.

MS: «Nous devons prier Dieu de guider son Église loin de cette crise et de donner à son Église des apôtres qui soient courageux et saints. Nous avons besoin de défenseurs de la vérité et de défenseurs du Jésus Eucharistique. Quand un évêque défend son troupeau et défend Jésus dans l’Eucharistie, alors cet évêque défend les petits de l’Église, pas les puissants.»

Q: Alors vous ne vous en faîtes pas d’être impopulaire?

MS: «Cela n’a pas d’importance d’être populaire ou impopulaire. Pour tout membre du clergé, la première préoccupation est d’être populaire aux yeux de Dieu et non aux yeux d’aujourd’hui ou des puissants. Jésus a lancé cet avertissement: »Malheur à vous quand les gens parlent en bien de vous ».

La popularité est fausse. Jésus et les apôtres rejetèrent la popularité. Les grands saints de l’Église, ex. SS Thomas More et John Fisher, rejetèrent la popularité et ils sont de grands héros. Et ceux qui aujourd’hui se préoccupent de la popularité des médias de masse et de l’opinion publique, personne ne se rappellera d’eux dans l’histoire. On se souviendra d’eux comme des lâches et non comme des héros de la Foi.»

Q: Les médias ont de grandes attentes du pape François.

MS: «Rendons grâces à Dieu, le pape François ne s’est pas exprimé de la manière dont s’attendent les médias. Jusqu’à maintenant, il a exprimé dans ses homélies officielles une très belle doctrine catholique. J’espère qu’il va continuer à enseigner la doctrine catholique de manière claire.»

Q: À propos de partager la Sainte Communion avec les anglicans et les autres?

MS: «Cela n’est pas possible. Ils sont des fois différentes. La Sainte Communion n’est pas un moyen d’accomplir l’unité. C’est la dernière étape, pas la première. Ce serait une profanation du Très Saint. Bien sûr, nous devons être un. Toutefois, nous avons des différences de croyances, certaines assez substantielles. L’Eucharistie est un signe de la plus profonde unité. Ce serait un mensonge, ce serait contraire à toute logique que de partager la Sainte Communion avec des non-catholiques.

L’œcuménisme est nécessaire pour être en contact avec nos frères séparés, pour les aimer. Au sein du défi posé par le nouveau paganisme, nous pouvons et devons collaborer avec des non-catholiques sérieux pour défendre la vérité divine révélée et la loi naturelle crée par Dieu.

Il serait mieux de ne pas avoir une telle structure quand l’État gouverne la vie de l’Église comme par exemple pour la nomination du clergé ou des évêques. Une telle pratique d’une église d’État serait dommageable pour l’Église elle-même. En Angleterre, ex. l’État gouverne l’Église d’Angleterre. Une telle influence de l’État peut corrompre l’église spirituellement et théologiquement, alors il est mieux de ne pas être une église d’État.»

Q: Sur la question des femmes dans l’Église.

MS: «Les femmes sont appelées le sexe faible, car elles sont physiquement plus faibles; toutefois, elles sont spirituellement plus fortes et plus courageuses que les hommes. C’est courageux de donner naissance. Ainsi Dieu donna à la femme un courage que l’homme n’a pas.

Bien sûr, il y avait des hommes courageux lors des persécutions. Cependant, Dieu adore choisir les plus faibles pour confondre les puissants. Par exemple, les femmes eucharistiques dont j’ai parlé dans mon livre Dominus Est travaillaient dans leurs familles et désiraient aider les prêtres persécutés d’une manière toute exceptionnelle. Elles n’osèrent jamais toucher les Saintes Hosties avec leurs doigts. Elles refusèrent aussi de lire une lecture pendant la Messe. Ma mère par exemple, qui vit en Allemagne et a 82 ans, quand elle alla en Occident fut choquée et scandalisée de voir des femmes dans le sanctuaire pendant la Sainte Messe. Le vrai pouvoir de la femme chrétienne et catholique est le pouvoir d’être le cœur de la famille, de l’Église domestique et d’avoir le privilège d’être la première à nourrir son enfant et aussi à être la première à nourrir spirituellement l’âme de son enfant, lui enseigner sa première prière et les premières vérités de la foi catholique. La plus belle et prestigieuse profession d’une femme est d’être une mère et surtout une mère catholique.»

SOURCE : http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/30_mai_2014/30_05_2014_scission_dans_l_Eglise_schneider.php

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37569
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  métys le Ven 11 Juil 2014 - 7:34

@ Tous

L'extrait du message du 5 mars 2011 donné à Maria de la Divine Miséricorde :


L’avènement du faux Prophète

Il faut prier ardemment alors que vous serez tous témoins des conséquences de cette
attaque contre Mon Saint Vicaire. Priez, priez, priez afin que le Faux Prophète soit
identifié pour ce qu’il est. Soyez vigilants sur son comportement. Ses programmes de
quête d'attention, la façon dont Mes serviteurs sacrés, induits en erreur, tomberont à ses
pieds dans une admiration craintive. Puis écoutez attentivement ce qu'il a à dire. Son
humilité sera fausse. Ses intentions seront malveillantes et l’amour qu’il démontrera ne
concernera que lui. Il sera considéré comme quelqu’un d’innovateur, dynamique -
une bouffée d’air frais. S’il est motivé et énergique, ses pouvoirs ne viennent
cependant pas de Dieu, le Père Éternel. Ils viennent de Satan, le Malin.
Priez, priez, priez. Car vous, Mes enfants, devez être sur vos gardes. Vous avez besoin de
Moi pour vous guider désormais maintenant que ces prophéties sont révélées à
l’humanité. Soyez forts, fidèles à Mes Enseignements. Priez en groupes. Priez le Saint
Rosaire pour demander à être protégés contre le Malin.
Souvenez-vous d’une leçon. Mes Enseignements ne changent jamais. Ils sont restés tels
qu’ils ont toujours été. Comme Je l'ai dit auparavant, quand vous voyez qu'ils sont
falsifiés, édulcorés ou, comme ce sera le cas, déformés d'une manière qui semble étrange
ou en désaccord avec Mes Enseignements, détournez-vous et priez-Moi pour que Je vous
guide.

Votre Divin Sauveur
Jésus-Christ.


Jésus, en parlant du faux prophète à venir, dit que les gens le considéreront comme un "breath of fresh air" (une bouffée d'air frais)

2 ans après la prophétie, on dit de lui qu'il est un "breath of fresh air" ...  cliquez sur l'article en anglais et vous verrez !!!

http://fr.scribd.com/doc/194919607/Pope-Francis-A-Breath-of-Fresh-Air

et autre article :

http://gazette.studiopropulse.com/2013/03/14/mgr-roland-minnerath-dijon-le/

 No comment ! 
 Kasimodo

_________________
Soleil radieux
avatar
métys
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9385
Date d'inscription : 09/04/2013
Age : 55
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  métys le Ven 11 Juil 2014 - 7:54

@ Tous


La vie ordinaire d’un pape

«  Je vis à la vue de tous  », écrit le pape François dans une lettre à un ami prêtre argentin, où il raconte sa «  vie normale  » au Vatican.

Le quotidien argentin “El Clarín“ a publié le 28 mai 2013 le message de réponse que le pape François a envoyé, le 15 mai dernier, à un ami prêtre, curé dans la ville de La Rioja, Enrique Rodríguez, que le pape appelle affectueusement “Quique”.

«  Cher Quique, peut-on lire dans le message, j’ai reçu aujourd’hui ta lettre du 1er mai. Elle m’a donné beaucoup de joie. Ton récit de la fête patronale était une bouffée d’air frais. Je vais bien et n’ai pas perdu la paix face à un fait totalement surprenant et que je considère comme un don de Dieu. J’essaie de garder la même façon de vivre et d’agir qu’à Buenos Aires car si je changeais à mon âge je semblerais ridicule  ».

Racontant sa vie à Rome, le pape poursuit : «  Je n’ai pas voulu aller vivre au palais apostolique. J’y vais seulement pour travailler et pour les audiences. Je suis resté vivre à la Maison Sainte-Marthe qui est une pension, où nous avons été logés durant le conclave, qui accueille des évêques, des prêtres et des laïcs. Je vis à la vue de tous et je mène une vie normale : messe publique le matin, je prends mes repas avec tous, etc  ».

«  Tout cela me fait beaucoup de bien et m’évite de rester isolé  », souligne le pape qui transmet ses salutations aux paroissiens du P. Rodríguez et conclut  : «  Je te demande de prier pour moi et de faire prier pour moi. Salutations à Carlos et Miguel. Que Jésus te bénisse et que le Sainte Vierge prenne soin de toi. Fraternellement, François".

Traduction d’Anne Kurian
http://news.catholique.org/46649-la-vie-ordinaire-d-un-pape

_________________
Soleil radieux
avatar
métys
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9385
Date d'inscription : 09/04/2013
Age : 55
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  Admin le Ven 11 Juil 2014 - 13:02

@ Métys :

Un très, très, très grand  Meeerci ! pour ces extraits qui parlent d'eux-mêmes !  :D\'Acc 

Comprenne qui pourra... et, surtout, qui voudra !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37569
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  Admin le Ven 11 Juil 2014 - 13:10

MGR ROLAND MINNERATH (DIJON) : « LE PAPE FRANÇOIS, UN MODÈLE DE SAINTETÉ ! »


Par Aurélien Gaudriot
 


Monseigneur Roland Minnerath, archevêque de Dijon (photo DR)

S’il ne cache pas sa surprise, Monseigneur Roland Minnerath  se félicite de l’élection de Jorge Mario Bergoglio en tant que pape (voir ici). Pour l’archevêque de Dijon, c’est un « homme d’une profonde spiritualité » qui va « faire du bien à l’Eglise ».

GazetteINFO.fr : Beaucoup parlent d’une élection surprise, l’avez-vous été également ?

Monseigneur Roland MINNERATH : Je partage ce sentiment général. Le cardinal Bergoglio était déjà connu pour avoir reçu un grand nombre de voix au conclave précédent, mais il n’était plus cité parmi les favoris. C’est une surprise agréable, une bouffée d’air frais de partir vers une perspective que nous n’avions pas imaginé.

Le conclave a été particulièrement court par rapport à celui de 2005 qui avait élu Benoît XVI…

J’ai été surpris par le fait qu’une décision ait été prise aussi rapidement. Un conclave bref, c’est un conclave de trois ou quatre jours. Là, c’était au bout de cinq scrutins. Cela signifie qu’un consensus s’est dégagé, notamment au cours des jours qui ont précédé le conclave, que l’on appelle les congrégations générales. Les électeurs peuvent alors se parler et évoquer le scrutin.

« C’est un homme de prière »

Qu’avez-vous pensé de sa première apparition et de ses premiers mots ? On l’a senti un peu figé au départ…

Mettez-vous un instant à sa place ! C’est énorme de sentir un poids pareil venir sur vos épaules ! Faire un discours, devant une place Saint-Pierre noire de monde, relayé dans le monde entier… Il a laissé parler son cœur et son émotion. C’est un homme de prière, un homme très ancré dans la vie spirituelle. Il a tout de suite invité les personnes présentes à prier avec lui.

Pourquoi a-t-il choisi de se nommer François ?

Alors ça, je n’en sais rien (rires) ! C’était la deuxième surprise de la soirée, car jusqu’à présent, aucun pape n’avait porté ce nom. Je pense qu’il se réfère à Saint-François d’Assise. Voilà un modèle de sainteté exceptionnel. François d’Assise, c’est le dépouillement pour laisser transparaître la présence de Dieu en toute chose. C’est très fort d’avoir choisi ce nom !

Quelle a été la stratégie choisie par les cardinaux ? 40 % des catholiques vivent en Amérique du Sud. C’est un critère qui a forcément pesé ?

Ils se sont ralliés sur ce nom en pensant que, malgré son âge (76 ans), il puisse être l’homme de la situation. Le fait qu’il soit latino-américain est effectivement très important. Le christianisme décline beaucoup en Europe, alors qu’il est encore très vif en Amérique latine. C’est important pour la géopolitique de l’Eglise et son universalité.

« Un pape doit être blindé »

Beaucoup s’attendaient à un pape plus jeune, moins conservateur (le pape François est contre le mariage homosexuel, l’euthanasie, l’avortement, la contraception…) et qui échappe aux polémiques (silence sous la dictature militaire en Argentine)…

Je ne suis pas au courant des polémiques le concernant… Vous savez, un pape doit être blindé. Il est exposé à toutes sortes d’attaques malveillantes. Il n’est pas conservateur, ce sont les éléments fondamentaux de l’Eglise. Que le pape soit jeune ou moins jeune, cela ne changera jamais… Ce qui change en revanche, c’est sa dynamique personnelle, sa spiritualité et sa manière d’aborder les problèmes. On s’attendait au choix d’un pape plus jeune, vigoureux physiquement et en bonne santé. Certes, il n’est pas très jeune, mais les électeurs ont pensé que ce critère là n’était pas prioritaire dans la situation actuelle.

On le surnomme le « pape des pauvres ». Les catholiques avaient-ils besoin de s’identifier à ce type de personne ?

Il a été très proche des pauvres de Buenos Aires, en vivant une vie très austère, pour montrer la proximité du pasteur par rapport aux personnes les plus pauvres de son diocèse. Tout cela est admirable. Ce pape a une dimension, qu’il a soulignée par le choix de son nom, de proximité par rapport aux pauvres et de dépouillement de sa vie personnelle. C’est une marque qui est maintenant imprimée à l’Eglise entière, et ne peut que lui faire du bien.

Quels sont les grands défis que Jorge Mario Bergoglio aura à relever ?

Ce sont les mêmes que Benoît XVI. Mais le grand défi en Europe, c’est la sécularisation croissante ; ce qui veut dire que l’on envisage la vie sans référence aucune à Dieu.  Tout le monde est informé du fait que les Chrétiens sont persécutés dans un certain nombre de pays. C’est très grave ! Si on parle de liberté religieuse, elle doit reconnue et appliquée partout. Ces minorités souffrent et sont chaque jour exposées physiquement. Je pense à certains pays musulmans et un pays comme l’Inde. On ne peut pas accepter cela. Le pape est là pour défendre la liberté des Chrétiens.



Jorge Mario Bergoglio est devenu le pape François (photo DR)

SOURCE :  http://gazette.studiopropulse.com/2013/03/14/mgr-roland-minnerath-dijon-le/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37569
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le Livre de l'Apocalypse ?

Message  stjeanlagneau le Ven 11 Juil 2014 - 17:38


Merci Métys.  Applaudir 

Si certains disent du pape françois, qu'il est "une bouffee d'air frais"

Cela sous entend, qu'il va apporter des nouveautés, du changement, et ce n'est pas forcément rassurant.


avatar
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 20266
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 50
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 41 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 23 ... 41  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum