Réveil du volcan Cotopaxi, le plus dangereux au monde
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Réveil du volcan Cotopaxi, le plus dangereux au monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réveil du volcan Cotopaxi, le plus dangereux au monde

Message  robert adelaide le Mer 19 Aoû 2015 - 22:15

En Equateur, une éruption volcanique renforce le contrôle étatique. 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

En Equateur, l’éruption du volcan Cotopaxi est un sujet tabou... ou du moins interdit aux médias et aux réseaux sociaux qui voudraient diffuser des informations sur cette catastrophe naturelle.
Après le réveil de ce dangereux volcan, situé à 45 kilomètres de la capitale, Quito, le gouvernementa en effet ordonné l’état d’exception dans un décret qui comprend, au passage, une mesure très controversée : la censure préventive de toute information concernant l’éruption. Et ce « afin de garantir la sécurité des citoyens », a justifié le président Rafael Correa.
« Les Equatoriens ne pourront s’informer que par les bulletins officiels émis sur le sujet par le ministère coordinateur de la sécurité, avec l’interdiction de diffusion de toute information non autorisée par un média de communication, qu’il soit public ou privé, ou via les réseaux sociaux. »
Le chef de l’Etat équatorien a mis en avant le risque de « créer des rumeurs, que n’importe qui lance sur Twitter une énormité qui provoque la panique ». Le ministre de la communication, Fernando Alvarado, a toutefois assuré que les médias pourraient couvrir l’éruption, mais devront le faire avec « énormément de responsabilité et d’attention pour que leurs récits, leurs reportages, leurs photographies ne s’écartent en aucun cas du message officiel clair sur la dangerosité, la prévention, la tranquillité de la population ».

DÉRIVE AUTORITAIRE DE CORREA

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Eruption du Cotopaxi, vue de Latacunga, le 15 août en Equateur. | Dolores Ochoa / AP
La mesure a crispé les médias équatoriens, déjà régulièrement critiqués par Rafael Correa pour leurs liens supposés avec l’opposition. « L’ambiguïté du décret laisse [au gouvernement] un énorme pouvoir, y compris pour dire que les citoyens ne peuvent pas se prononcer », a réagi César Ricaurte, directeur del’ONG Fundamedios (Fondation andine pour l’observation et l’étude des médias), qui souligne qu’il n’est pas aisé d’établir si le décret porte sur « l’ensemble des réseaux sociaux ou seulement [sur]les comptes des médias de communication ».
« Pour la première fois nous avons une législation, un décret, un pouvoir légal pour réguler les réseaux, c’est très dangereux. »
Pour le journaliste Diego Cornejo, directeur de l’Association équatorienne d’éditeurs de journaux, cette censure est « disproportionnée, et inopportune, car elle arrive justement dans un moment de mobilisation sociale ». Sa coïncidence avec les manifestations menées par l’opposition et des groupes indigènes a en effet de quoi surprendre. La semaine dernière, une grande journée d’action contre le gouvernement s’est ainsi soldée par 67 policiers blessés et 47 manifestants arrêtés, au terme de violents affrontements avec les forces de l’ordre.
Au pouvoir depuis 2007, Rafael Correa — qui veut modifier la Constitution pour briguer un quatrième mandat —, est accusé de dérives autoritaires et supporte mal la critique de manière générale. « La liberté d’expression ne donne pas droit à diffamer ou à insulter », a-t-il lancé pour justifier l’adoption, en 2013, d’une loi de communication et de régulation de la presse. Le chef de l’Etat lui-même ne ménage pourtant pas ses propos. En direct à la télévision, il fustige les journalistes, tour à tour traités de « menteurs », de « cafards », de « malades mentaux », de « sicaires de la plume ».
Depuis cette loi, qui a fait de l’information un « service public », la presse est de moins en moins indépendante en Equateur. 506 médias ont fait l’objet d’une procédure administrative, de source officielle, et 313 d’une sanction, dont plus de la moitié d’une sanction économique. L’éruption volcanique, en ces temps de fragilisation économique et politique que traverse le pays, constitue une bonne occasion de renforcer ce strict contrôle des médias.
Pour comprendre le contexte : En Equateur, le président Correa met au pas les médias

RÉPERCUSSIONS FONCIÈRES ET SOCIALES ?

Au-delà des mesures concernant l’information, l’état d’exception décrété par le gouvernement lui permet« de suspendre les droits constitutionnels garantissant l’inviolabilité des domiciles et les libertés de circulation, de réunion et de correspondance », rapporte un article du site d’information MediapartCe régime, qui doit durer soixante jours maximum, permet aussi de renforcer le contrôle de l’armée, qui peut à tout moment être déployée pour venir en aide aux équipes de secours.
A plus long terme, cette catastrophe naturelle pourrait bien « changer durablement la donne foncière et sociale dans le pays », estime aussi Sylvie Brunel, professeure de géographie à Paris-Sorbonne, dans une tribune publiée dans Le Monde.
« Au nom de l’urgence et du danger, elle peut permettre de légitimer d’abord le déplacement autoritaire de tous ceux qui vivent à proximité du volcan, ensuite des mesures d’expropriation des grandes haciendas comme des terres paysannes, depuis longtemps à l’étude, pour créer en altitude d’immenses réservoirs [d’eau] destinés à sécuriser Quito. »
Le Cotopaxi, culminant à 5 897 mètres d’altitude, est considéré comme l’un des volcans les plus dangereux du monde en raison de la grande quantité de neige présente à son sommet et des populations vivant à proximité. Il a été secoué depuis vendredi par de nombreuses explosions, dégageant d’imposantes colonnes de cendres et des fragments solides et incandescents.
L’un des principaux risques est la formation de lahares, des coulées de boue très denses formées par la fonte de la neige avec la chaleur de l’éruption, qui peuvent tout détruire sur leur passage. Le gouvernement a évacué 505 habitants des localités voisines, et 325 000 personnes pourraient être affectées par des avalanches liées à l’éruption.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
robert adelaide
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit. Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit.  Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.

Messages : 1825
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 57
Localisation : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum