DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Dim 10 Avr 2016 - 21:25

LE CARDINAL ROBERT SARAH A DÉCLARÉ QUE LES SACREMENTS FONT L'OBJET D'ABUS ET DE DÉFORMATIONS !


DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Le-car10


Le cardinal Robert Sarah a déclaré, jeudi 7 avril à Rome, que  « Les sacrements font aujourd’hui l’objet d’abus et de déformations ». Pour ce préfet de la Congrégation pour le culte divin, la faute reviendrait aux « mauvaises décisions prises délibérément par les prêtres ».

Cardinal Sarah: "Ne trompons pas les gens avec la miséricorde".

Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements,
intervenait à l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille lors de la présentation de la série “Famiglia, lavori in corso” (Famille, travaux en cours), un recueil d'essais publié par la maison d'édition Cantagalli, en vue du Synode .

Extraits de la traduction de Benoît - et - moi :

«L'Occident s'adapte à ses propres illusions».

«Si on pense que même dans le rite du baptême, on ne mentionne plus le mot "foi", lorsque les parents sont invités à dire ce qu'on demande pour l'enfant à l'Église de Dieu, on peut comprendre l'ampleur du problème ».

Quant au Synode, on est invité à ne pas se faire d'illusions sur des changements destinés à faire date : «Les gens croient qu'il y aura une révolution, mais il ne peut pas en être ainsi. Parce que la doctrine n'appartient pas à quelqu'un, mais elle est au Christ ». Il était clair que le cœur réel n'était pas et n'est pas seulement la question des divorcés remariés », mais «si la doctrine de l'Église doit être considérée comme un idéal inaccessible, irréalisable et donc nécessitant un ajustement à la baisse pour être proposée à la société d'aujourd'hui. Si tel est le cas, il faut nécessairement clarifier si l'Évangile est une bonne nouvelle pour l'homme ou un fardeau inutile, et qui n'est plus envisageable». La richesse du catholicisme «ne peut pas être dévoilée par des considérations dictées par un certain pragmatisme et le sentiment commun.

La révélation indique à l'humanité la voie de la plénitude et de la félicité. Ignorer ce fait signifierait affirmer la nécessité de repenser les fondements mêmes de l'action salvifique de l'Église qui se réalise à travers les sacrements ». Le problème vient aussi de ces «prêtres et évêques» qui contribuent avec leurs propos à «contredire la Parole du Christ». Et cela est «très grave». Permettre au niveau de diocèses spécifiques ce qui n'a pas encore été approuvé par le Synode (la référence était à la pratique suivie dans de nombreuses réalités d'Europe centrale et septentrionale) signifie «profaner le Christ.... Nous trompons les gens en parlant de miséricorde, sans savoir ce que signifie le mot. Le Seigneur pardonne les péchés, mais si nous nous repentons ».

Les divisions qui ont été vues en Octobre dernier, «sont toutes occidentales. En Afrique, nous sommes fermes, parce que dans ce continent, il y a beaucoup de gens qui, pour leur foi, ont perdu la vie».

Le cardinal a lancé un appel contre ceux qui -membres du clergé -utilisent un langage incorrect: «C'est une erreur pour l'Église d'utiliser le vocabulaire de l'ONU, nous avons notre propre vocabulaire» (ndlr: allusion au «développement durable»?)

Il a également voulu faire une mise au point sur une des maximes à la mode depuis 2013, en l'occurrence sortir dans les périphéries. Une proposition correcte, naturellement, mais à une condition :

«Il est facile d'aller dans les périphéries, mais cela dépend si l'on y apporte le Christ. Aujourd'hui, il est plus courageux
d'être avec le Christ sur la Croix, le martyre. Notre devoir est d'aller à contre-courant » par rapport aux modes du moment, et «ce que dit le monde».

Enfin, une note sur la chute des vocations sacerdotales dans le monde: «Le problème n'est pas qu'il y a peu de prêtres, mais plutôt de comprendre si ces prêtres sont vraiment des prêtres du Christ»

SOURCE :

http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/sacrements-aujourdhui-lobjet-dabus-de-deformations


_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Lun 11 Avr 2016 - 3:48

@ Tous :

Heureusement qu'il y a encore de saints Cardinaux qui défendent la Vérité de l'Église Catholique !

Boubye !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Lun 11 Avr 2016 - 4:14

@ Tous :

Invitation à tous nos membres et tous nos invités de voter à la question de notre Sondage :

« Approuvez-vous l'ouverture du Pape François en faveur des divorcés remariés ? »

- http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t24056-sondage-approuvez-vous-l-ouverture-du-pape-francois-en-faveur-des-divorces-remaries

Merci de faire circuler cette information svp.

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Lun 11 Avr 2016 - 13:05

COUP D'ÉTAT DANS L'ÉGLISE !



Antonio Socci consacre un second article (très rude!) à "Amoris Laetitia" (11/4/2016).

Il y a un coup d'état dans l'Eglise. Rebellons-nous contre la "dictature du relativisme" qui détruit le catholicisme et notre civilisation.


www.antoniosocci.com
10 avril 2016
(Ma traduction)

* * *

Sur la "Repubblica" d'hier, Alberto Melloni, l'idéologue du catholicisme de gauche (cattoprogressismo), nous informe que l'Exhortation bergoglienne (surnommée par certains "Familiaris divorzio") est un "éloge de la joie érotique."

La faisant ainsi paraître presque comme un traité ludique sur la pornographie à publier sur "Dagospia" [site de ragots, souvent à conotation sexuelle, mais très bien informé] avec le titre "Coïto ergo sum".

Mais un Vatican "a luci rosse" [expression qui désigne ce qui a trait à la pornographie], pour séduire, n'est-il pas pathétique? En fait, le "modernisme" bergoglien d'aujourd'hui fait penser à la vielle dame de 80 ans portant minijupe et talons de 12 cm, seins au vent: même sur les questions sociales Bergoglio récupère les slogans éculés de ces "luci rosse" (d'un exécrable rouge profond) des années soixante aujourd'hui à l'âge d'Alzheimer ou du cathéter.

Et puis les pages bergogliennes sur l'eros sont un plagiat maladroit et amateur (avec des erreurs) du chef-d'œuvre théologique et pastoral de Jean-Paul II qui, dans ses catéchèse sur la Genèse et sur le corps, liait splendidement "eros" et "agape" dans le mariage chrétien.

A la Genèse et au Cantique des Cantiques, Wojtyla ajoutait l'expérience humaine de son passé de mineur-poète-théologien qui, dans sa jeunesse, avait participé à la résistance contre le nazisme et le communisme en lisant Jean de la Croix et Monfort.

Quelqu'un, paraphrasant Melloni, dit de l'Exhortation bergoglienne qu'elle est en fait un "éloge de la joie hérétique" (pas érotique). Là est le problème.

JOIE ÉROTIQUE OU HÉRÉTIQUE ?
-----
Pendant des années, l'Eglise s'est défendue contre l'assaut de la "dictature du relativisme". Elle s'est défendue aussi en mettant Bergoglio en minorité au consistoire de 2014 et aux deux synodes, mais le pape argentin a imposé quand même à l'Église, d'autorité, sa "révolution" (à la barbe de la "collégialité").

Aujourd'hui, c'est le journal des évêques lui-même, "Avvenire", qui ayant à la hâte jeté aux orties Benoît XVI et Jean-Paul II, nous informe que dans l'Église, une révolution est vraiment en marche.

L'organe officiel de la Conférence épiscopale italienne a présenté l'exhortation en ces termes:

«Quand, il y a une dizaine de jours, le cardinal Kasper, pré-annonçant la sortie de l'Exhortation post-synodale à la famille, avait parlé "du document le plus important dans l'histoire de l'Eglise du dernier millénaire", beaucoup l'avaient regardé avec cette faux condescendance qu'on réserve aux déclarations un peu exagérées... Maintenant qu'Amoris laetitia est sous les yeux de tous, il semble très difficile de contredire le cardinal allemand. Le texte de François a la saveur d'un texte solide et révolutionnaire».

Flèche

Donc Bergoglio est en train de "révolutionner", c'est-à-dire de renverser l'Eglise catholique, comme Ross Douthat l'avait écrit en Novembre dans le "New York Times", indiquant l'existence d'un "complot visant à changer le catholicisme" et ajoutant qu'"en ce moment le premier conspirateur est le Pape lui-même".

A présent, c'est officiel. Et aujourd'hui, après la publication de ce texte révolutionnaire, pour l'Eglise c'est le "day after". Ce qu'on croyait impossible est arrivé.

L'Exhortation apostolique est un geste de défi ouvert à deux mille ans d'enseignement catholique. Et, dans les milieux catholiques (choqués), domine un désarroi silencieux. Bien que, de l'étranger, les voix catholiques commencent à faire entendre des protestations sonores, qui vont monter de plus en plus, en particulier aux États-Unis (mais aussi en Pologne, en Afrique, au Mexique et ailleurs) [pas en France!!].

Hier, sur un site catholique canadien, apparaissait un titre volontairement pesant, mais qui fait comprend combien d'indignation couve sous la cendre: «Qui va dénoncer 'Amoris Laetitia' comme hérétique? Qui va mettre en cause Jorge Bergoglio pour ce qu'il a fait? L'histoire la définira-t-elle comme une hérésie bergoglienne?».

Naturellement - dans tout cela - la communion pour les divorcés remariés est seulement un prétexte, c'est une question qui ne passionne personne, pas même les divorcés: les "révolutionnaires" ont tout simplement utilisé les "couples irréguliers" comme force de frappe pour démolir les fondations de deux mille ans du catholicisme.

Et maintenant il y a un panorama de ruines devant les yeux des pasteurs encore catholiques, parce que - comme des quilles au bowling - en cascade, après l'indissolubilité du mariage, tout va tomber: la confession, les commandements, la loi naturelle. Et surtout, ce qui en sort démoli, c'est l'enseignement constant de l'Eglise.

Il faut penser à tous ceux qui ont connu des divisions familiales ou des situations d'épreuve et - par amour du Christ - sont restés fidèles aux commandements et aux préceptes de l'Eglise.

L'une de ces personnes me disait:

«Amoris Laetitia est terrible pour moi parce qu'elle nous dit: "vous avez été idiots de faire confiance à Jésus-Christ et à l'Eglise, en supportant ces épreuves. Vous avez stupidement gâché votre vie, quand vous pouviez avoir de bons moments et aujourd'hui vous auriez l'aval du Pape».

Et d'un Vatican qui fait l'éloge des "joies érotiques", comme dit Melloni. Mais pour les catholiques, il est évident qu'il s'agirait de (fausses) joies hérétiques car c'est Jésus lui-même qui ordonne "que l'homme n'ose pas séparer ce que Dieu a uni" (Mt 19,6).

Ses paroles "ne passeront jamais". Et le Magistère de l'Église repose précisément sur Sa Parole et sur la loi de Dieu. Il ne pourra jamais être nié ou changé par aucun pape.

LE CAS BERGOGLIO
----
En outre, ce qui se passe n'est pas pour surprendre. Dans ces trois années, nous en avons vu de toutes les couleurs.
D'abord, le grand Pape Benoît qui, à sa messe inaugurale, implore «Priez pour moi afin que je ne fuie pas par peur des loups».

Ensuite, cette "renonciation" mystérieuse et inexpliquée, après laquelle il a voulu nous faire savoir que «ma décision de renoncer à l'exercice actif du ministère ne révoque pas cela», restant de fait Pape émérite, puis François élu "un peu comme ça" (et malgré le voeu des jésuites qui aurait dû l'interdire), puis deux papes (du jamais vu en deux mille ans).
Enfin, le truculent spectacle latino-américain, du "qui suis-je pour juger" au Dieu qui "n'est pas catholique", du crucifix avec le marteau et la faucille à l'hommage à Fidel Castro, de la lettre aux tyrans chinois à l'éloge de "l'invasion" des migrants, de la gifle à Trump au silence sur Cirinnà, de la distance glaciale au Family Day aux singes sur la façade de Saint-Pierre, de la communion pour les divorcés remariés à l'Eucharistie réduite à une opinion pratiquement équivalente à celle luthérienne, du Jubilé sans indulgence ni purgatoire à l'encyclique sur le "tri sélectif", des rencontres fraternelles avec Scalfari au silence glacial et obstiné sur Asia Bibi.

Tout cela étrange, surréaliste, inquiétant et douloureux pour les catholiques qui entre-temps sont persécutés et massacrés dans le monde entier.

A l'étrangeté des hosannas des médias laïcs (depuis toujours ennemis de l'Eglise) s'est ajoutée une nouvelle papolâtrie du monde clérical.

Hier, dans "Avvenire" - le journal de la CEI - l'article sur l'exhortation commençait ainsi: «La famille recommence à partir de François». Textuel. Mais la famille a été instituée par le Créateur et faite sacrement par Jésus-Christ. Peut-être qu'aujourd'hui, Bergoglio est à la place de Dieu?

Toujours "Avvenire" d'hier nous informait que dans l'Exhortation l'"indissolubilité" du mariage est pas la réalité, mais une référence idéale, "un point d'arrivée". Jusqu'à présent, l'Église avait enseigné qu'elle est le point de départ, établi par Jésus-Christ dans l'Evangile.

Est-il possible que les évêques et les cardinaux soient tous rendus muets par cette révolution? Possible que personne ne ressente le besoin de répondre à Dieu et d'allumer une lumière pour le peuple chrétien confus et désorienté?

Possible que personne n'ait la dignité de dire ce qu'il pense, c'est-à-dire que l'exhortation est déplorable et dévastatrice pour l'Eglise? «Dans ce cas, se taire équivaut à la connivence», disait le pape Célestin.

Je continue pourtant à espérer que le Pape changera d'avis, qu'il prendra note que ce type de "modernisation", a déjà détruit les communautés protestantes européennes et a eu des effets dévastateurs dans les Eglises catholiques progressistes (en Europe ou en Amérique latine).

Mais le Pape doit être aidé par notre sincérité, avec la liberté de le critiquer ouvertement. C'est l'avenir de l'Eglise (et pas seulement).

Quoi qu'il en soit, à partir d'aujourd'hui, être catholique sera - pour paraphraser Melloni - une «joie héroïque».

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Sans-t12
Antonio Socci

SOURCE : http://benoit-et-moi.fr/2016/actualite/coup-detat-dans-leglise.html

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Lun 11 Avr 2016 - 18:43

L'ABOLITION DU PÉCHÉ !


DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Confes10


Et si Scalfari avait vu juste? Le Père James V. Schall, SJ, après une première lecture rapide (et plutôt positive!) de l'exhortation, pose la question cruciale de la "négation" du péché (11/4/2016).

Si ma mémoire est bonne, le premier à avoir dit que François avait aboli le péché, c’est Scalfari. Tout le monde s’était alors gaussé, criant à la forfaiture et à l’incompréhension, et invoquant le grand âge du confident du Pape, pour ne pas dire sa sénilité.

Deux ans après, pourtant, on peut se demander avec quelque raison si le vieil homme n’avait pas vu juste…

En effet, au lendemain de la publication d'Evangeli Gaudium, Scalfari en livrait sa lecture personnelle, et écrivait ces mots, qui pourraient bien trouver une justification ultérieure dans "Amoris Laetitia" :


[François] est révolutionnaire dans de nombreux aspects de son encore bref pontificat, mais surtout sur un point fondamental : de fait, il a aboli le péché.

(...)

Un pape qui abolisse le péché, on ne l'avait pas encore vu. Un pape qui fasse de la prédication évangélique le seul point fixe de sa révolution, n'était pas encore apparu dans l'histoire du christianisme.

C'est la révolution de François et celle-ci doit être examinée soigneusement, surtout après la publication de l'Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, où l'abolition du péché est la partie la plus bouleversante de ce tout récent document.
François abolit le péché en se servant de deux instruments: en identifiant le Dieu chrétien révélée par le Christ avec l'amour, la miséricorde et le pardon. Et ensuite en attribuant à la personne humaine une pleine liberté de conscience.
(cf. benoit-et-moi.fr/2013-III/actualites/la-revolution-de-francois-a-aboli-le-peche )


Dans "Amoris Lætitia", qui admoneste qui ?


James V. Schall, S.J.
www.catholicworldreport.com
8 avril 2016
Traduction d'Anna

Dans un document où beaucoup est à recommander, l’effet final est néanmoins de nous amener à conclure qu’aucun péché ne s’est jamais produit. Tout a une excuse.

* * *

En anticipant la publication des réflexions du Saint Père sur les synodes, j'étais préparé au pire, quelque chose qui aurait bien pu toucher aux questions d'infaillibilité. En terminant une première lecture pas trop approfondie, j'ai pensé que l'exposé papal était en fait généralement plutôt bon, profond aussi à de nombreux endroits. J'étais bien sûr amusé par le titre - Amoris Lætitia - car il ressemblait à un titre provenant bien plus probablement d'Ovide ou de Catulle que même d'un pape Borgia. Il y avait le même titre dans la lumière des Quatre Amours de C.S. Lewis et une considération similaire dans le Deus Caritas Est de Benoît sur les différentes significations d'"amour" - agape, phila, erhos et storgê (le mot grec qui signifie "amour familial"). Mais la plupart de ces importantes distinctions se retrouvent dans le présent document, pas uniquement celle de l'eros (amor), bien qu'elle y soit aussi mais avec beaucoup de précaution.

La réflexion du Pape occupe quelque 262 pages. Elles traitent évidemment de nombreuses questions, mais presque tout ce qui est présenté tourne autour de la famille et de sa réalité - de la conception à la mort et au-delà. Des inquiètudes ont été exprimées qu'un document de cette longueur puisse inévitablement conduire à des myriades d' "interprétations" et controverses. Combien de gens liront un tel "livre"? Mais l'encyclique de Jean-Paul II sur les missions était longue de 124 pages et Deus caritas est faisait 102 pages. Évidemment, le Pape François était décidé à présenter un aperçu clair et complet des différentes discussions de deux ans de synode. La contribution de personne ne devait être omise.

Tous les aspects de la vie familiale sont traités, d'une manière ou d'une autre, de façon ordonnée, systématique et scientifique. Cette présentation ne veut pas être un "travail définitif", mais en est un d'assez pénétrant et complet. Il contient évidemment des données de nombreuses sources du monde entier, en particulier des conférences des évêques. Il est aussi familier qu'érudit. Le travail sur la famille des papes précédents - Pie XI, Paul VI, Jean-Paul II, Benoît, ainsi que de l'Aquinate – est clairement évident. Le refrain est récurrent: la tradition établie de l'Église sur le mariage ne peut être ni ne sera changée.

On peut ergoter sur différents points. Au n. 25, le Pape parle du chômage et de ses conséquences sur la famille, un thème qui apparaît plus loin. On a toujours l'impression que le Pape pense que l'emploi provient du gouvernement, qui est le plus souvent un générateur de non-emploi. Dans la section suivante, apparaît la question du péché. Il semble que le "péché" principal soit en rapport avec l'environnement, comme à dire qu'extraire du charbon, ou quelque chose du genre, était le gros problème moral. Mais ce document n'aborde pas vraiment ces questions. Je ne me souviens même pas que le mot "périphérie" ait été jamais mentionné.

L'accent est sur la famille - c'est à dire ce qui la fait marcher ou pas, comment elle est liée au Christ. Elle contient de nombreuses réflexions tendres et émouvantes sur la famille et la vie conjugale. Nous aurions pu espérer un document plus bref avec des points plus succincts, mais tel que je le lis, dans un document plus bref nous aurions perdu quelque chose provenant évidemment du synode au sujet des vrais problèmes de la vie familiale. Le document fournit une lecture agréable dans laquelle chaque point peut être apprécié et médité.

Une chose est tout à fait claire. Il n'y a pas de place pour une définition du "mariage" comprenant les "couples" de même sexe. Cet arrangement est heureusement tout simplement rejeté d'emblée comme si son désordre était trop évident pour avoir besoin d'une analyse détaillée. Ce qui sera sans doute souligné dans les médias, ce seront les questions du divorce, du remariage, et les unions libres. Je peux me tromper mais je ne pense pas que ce document nécessitera les habituelles "explications" de ce que le Pape a "vraiment" voulu dire par ce commentaire ou autre ( !!). Ces questions plus controversées ne sont abordées que tard dans la lettre après que toutes les questions centrales des bons mariages aient été traitées. Le Pape prend soin de souligner sa préoccupation pour les gens engagés dans ce qu’on appelait habituellement les "mauvais" mariages, et n’omet pas l'importance de 'comment' les mariages devraient être. Cette même préoccupation vaut aussi pour les discussions sur les problèmes contenus dans Humanæ Vitæ. L’important n'était pas de comment les contourner, mais d'enseigner et connaître des façons sensées de les mettre en oeuvre. Jean-Paul II, plus que tout autre, avait montré comment cela peut être fait.

Flèche

Le souci de la discussion finale du Pape sur les problèmes conjugaux - tels le divorce, la vie commune, et l'infidélité - est de représenter l'Église non pas comme un juge ou une organisation bureaucratique, mais comme une mère compatissante qui veut écouter et être avec quelqu'un dans ses épreuves. Il serait difficile de savoir comment appeler autrement cette section qu'un exercice de casuistique sophistiquée. Tous les efforts sont déployés pour excuser ou comprendre comment celui qui est dans une telle situation n'en est vraiment pas responsable. Il y avait ignorance, ou passion, ou confusion. Nous somme exhortés à ne juger personne. Nous devons accueillir n’importe qui et tout faire pour qu'il se sente chez lui à l'Église et comme un proche. Les victimes du divorce qui sont traitées injustement, surtout les enfants, sont l’objet d’attention. Mais l'intérêt premier est la miséricorde et la compassion. Déjà Dieu pardonne tout et ainsi le devrions-nous. La précision intellectuelle (?) que le Saint Père utilise pour excuser ou amoindrir la culpabilité est motif pour quelques réflexions. La loi ne peut pas changer mais le processus "graduel" qui mène à la compréhension de ce non-respect de la loi nécessite de la patience et du temps.

Flèche

En additionnant tout cela, il semble souvent que l'effet de cette approche est de nous porter à conclure qu'aucun "péché" n'a jamais été commis. Tout a une cause qui l’excuse. Si cette conclusion est correcte, nous n'avons pas vraiment besoin de miséricorde, qui n'a pas de signification en dehors du péché réel et de sa libre reconnaissance. On sort de cette approche non pas en étant désolé pour ses propres péchés, mais soulagé, comprenant qu'on n'a en réalité jamais péché. Il n'y a donc aucun besoin urgent de nous inquiéter avec ces situations.

En réfléchissant à cette approche innovante, on se demande parfois si le Christ lui-même ou Saint Paul ont vraiment voulu dire quelque chose avec leurs jugements et réprimandes souvent directs sur nos actions. Si l'amour et la miséricorde sont comprises de telle façon qu'ils nous font croire que rien de vraiment grave n’a jamais été commis, comment devons-nous lire un passage comme le suivant: "Car Dieu n'a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu" (Jean, 3, 17-18).

Nous retrouvons beaucoup de passages aussi directs dans les Écritures.

Dans la 1ère Lettre aux Thessaloniciens nous lisons: "Nous vous prions aussi, frères, d'avoir de la considération pour ceux dont la tâche est de vous gouverner dans le Seigneur et qui vous donnent des avis… (5, 12).

La question principale qui est laissée à celui qui lit ce vaste document est: qui admoneste qui et pourquoi?

SOURCE : http://benoit-et-moi.fr/2016/actualite/quand-il-ny-a-plus-de-peche.html

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Mar 12 Avr 2016 - 12:58

LE PARAGRAPHE 301 d'"AMORIS LAETITIA" TRANSFORME-T-IL LA FORNICATION EN PÉCHÉ VÉNIEL ?


(11 avril 2016) - Outre l’ambiguïté des paragraphes 298 et 305, le paragraphe 301 d’Amoris laetitia pose un véritable problème. En effet, il affirme clairement: « il n’est plus possible de dire que tous ceux qui se trouvent dans certaine situation dite “irrégulière” vivent dans une situation de péché mortel, privés de la grâce ». La perplexité est grande à l’égard d’une telle formulation. Faut-il conclure que la fornication et l’usage de droits réservés à l’union matrimoniale régulière, deviennent purement véniels, donc sans importance ? L’exhortation apostolique ne le dit pas, mais elle va assez loin en évitant ouvertement le qualificatif de péché mortel. En admettant même qu’il puisse y avoir des grâces prévenantes, que la Providence garde toujours le bras long et qu’elle ne délaisse pas des personnes en situation irrégulière, il devient impossible de justifier théologiquement une relation sexuelle illégitime. À moins de verser dans une sorte de quiétisme ou, tout simplement, de nier l’existence du péché mortel, qui risque de n’avoir plus que la portion congrue dans le domaine du péché… Le risque est évidemment celui d’une double-morale: il y a ceux qui suivent fidèlement la doctrine et ceux qui ne le font pas, mais dont on assure qu’il n’y a aucune gravité dans leur comportement. Le mariage devient doncde facto une voie parmi d’autres dans les différentes unions. Mais, comme la mauvaise monnaie chasse la bonne, c’est bien la voie la plus facile qui risque de s’imposer… La tentation du concubinage, du mariage à l’essai, voire des « expériences » deviendra plus attrayante. À quoi bon prêcher le mariage et la famille, si l’on affirme que le fait de vivre dans une situation irrégulière ne pose pas véritablement de problème ?

L’enseignement de Saint-Paul sur l’illicéité de la fornication en sort pulvérisé par ce qui pourrait s’apparenter à une casuistique de gare, dont le manque de sérieux est flagrant. Vu la gravité de l’affirmation, on ne peut qu’émettre des objections. Il paraît difficile d’envisager une quelconque herméneutique de la continuité à l’égard d’une proposition qui contredit les actes récents du Magistère posés par les prédécesseurs du pape François, notamment Jean-Paul II et Benoît XVI. Gaudium et Spes osait affirmer sans aucune ambiguïté: « la dignité de cette institution (nota: le mariage) ne brille pourtant pas partout du même éclat puisqu’elle est ternie par la polygamie, l’épidémie du divorce, l’amour soi-disant libre, ou d’autres déformations » (§ 47).

L’autre problème est posé dans les conséquences d’une telle proposition: s’il n’y a plus de péché mortel, peut-on, par exemple, accéder à la sainte communion ou recevoir le sacrement de pénitence sans amender son comportement ? L’exhortation ne le dit pas, mais elle pourrait – hélas – y conduire, si certains venaient à tirer des conclusions (et peut-être d’aucuns l’ont-ils déjà fait)…

Comme le souligne l’abbé Barthe, « le renversement est considérable »:

Ces personnes se trouvent donc dans la situation de toutes personnes non mariées : les actes de chair leur sont interdits par le commandement divin. La morale naturelle et chrétienne parle de fornication. Or, voilà que désormais le prêtre pourra affirmer que ces actes, dans certains cas, seraient au maximum des péchés véniels. Le renversement est considérable.

Le renversement est d’autant plus considérable que le texte n’invoque pas la bonne foi, qui pourrait, sous certaines conditions, excuser du péché, mais il invoque un sujet « connaissant bien la norme ».

Le texte n’invoque pas la traditionnelle bonne foi – dont Dieu est juge –, qui peut en effet, dans certains cas, excuser du péché. Il suppose au contraire un sujet « connaissant bien la norme ». En toute hypothèse, et très concrètement, on transforme une éventuelle non-imputabilité subjective en non-imputabilité objective, laquelle permettra de recevoir les sacrements tout en restant dans une situation objective de péché. Le tout ne faisant d’ailleurs qu’encourager une pratique libérale déjà établie en bien des endroits.

SOURCE : http://www.riposte-catholique.fr/non-classe/impasse-damoris-laetitia-paragraphe-301

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty LE PARAGRAPHE 301 d'"AMORIS LAETITIA" TRANSFORME-T-IL LA FORNICATION EN PÉCHÉ VÉNIEL

Message  lauret fernand le Mar 12 Avr 2016 - 13:12

non le sacrement du mariage ne peu et ne doit pas etre casse car il est dit "jusqu'a ce que la mort nous separe" donc l'union de deux etres est pour toute la vie et rien a part Dieu ne peu les separes donc une personne qui a rompue ce sacrement commet un peche devant notre seigneur
lauret fernand
lauret fernand

Messages : 9
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 76
Localisation : 40170 BIAS dans les Landes (FRANCE)

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  grenouille-de-bénitier le Mar 12 Avr 2016 - 14:04

Bonsoir à tous,

j'ai bondi en lisant celà :

« Il n’est plus possible de dire que tous ceux qui se trouvent dans une certaine situation dite “irrégulière” vivent dans une situation de péché mortel, privés de la grâce sanctifiante. Les limites n’ont pas à voir unique­ment avec une éventuelle méconnaissance de la norme. Un sujet, même connaissant bien la norme, peut avoir une grande difficulté à saisir les “valeurs comprises dans la norme”. »


son "il n'est plus possible"... à bon? pourquoi c'est plus possible? sur la base de quoi? depuis quand? quel est l'élément declencheur? donc avant tout les Docteur de l'Eglise et les Papes avaient tord?
et puis difficulté à saisir les "valeurs comprises dans la norme", à moins qu'une personne est un handicap psychique important, se remarier avec une autre femme, ne me dite pas qu'il faut avoir bac+15 pour comprendre que c'est péché mortel.... il faut arrêter de tourner autour du pot, mais Pape François aime ça, avec ses tournures de phrases , son approche amadouante tel le Serpent qui hypnotise ...  il cherche à minimiser le péché mortel, le banaliser, il est hautement dangereux...

Ce qui pourrait être constructif c'est de renforcer les préparation au mariage, ne pas les faire à la va-vite. Comprendre que c'est un Sacrement qui uni Eternellement car Christ y met son Sang. point barre.

Je songe à ce passage de la Bible, car nous y sommes :
Timothée 4:3
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs"
grenouille-de-bénitier
grenouille-de-bénitier
Quatrième Demeure : C'est la Nuit des sens. Je pratique une ascèse énergique.
Quatrième Demeure : C'est la Nuit des sens. Je pratique une ascèse énergique.

Messages : 300
Date d'inscription : 07/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Re: DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » !

Message  Admin le Mar 12 Avr 2016 - 15:31

@ Grenouille-de-Bénitier :

Et bien, nous y sommes rendu à Timothée 4,3 ! Le feu de l\'enfer !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50576
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

DERNIÈRE HEURE : « "Amoris Laetitia" : Le Pape François tend la main aux divorcés-remariés » ! - Page 2 Empty Le Pape trompe les divorcés remariés avec la possibilité de prendre la Communion !

Message  René-1 le Mer 13 Avr 2016 - 4:28

Le Pape trompe les divorcés remariés avec la possibilité de prendre la Communion !

Dites bien à tous les divorcés remariés de ne pas prendre la communion s’ils ne vivent pas en frères et sœurs car ils vivent dans le péché mortel et la communion les condamnerait à l’enfer ainsi que le prêtre qui l’aura permis.
PERSONNE N’EST AU DESSUS DE LA LOI DE DIEU


La Franc maçonnerie ecclésiastique a fait un travail de sape auprès du Saint Père, si bien que la notion de péché mortel est supprimé et qu’il y a désobéïssance à la Loi de Dieu sur le commandement « Tu ne commettras pas d’adultère ».
Le but de la Franc-Maçonnerie est de perdre les âmes et ils y sont arrivés avec la communion des divorcés remariés. Non seulement les divorcés remariés qui ne vivront pas en frères et sœurs et qui communieront seront damnés mais aussi les prêtres qui vont trahir Dieu en leur autorisant la communion.



On peut dire qu’on va bientôt voir le schisme : Ceux pour la Loi de Dieu et ceux contre la Loi de Dieu….
PREPAREZ VOUS, ON EST AUX PORTES
Mais Dieu avait annoncé tout cela par ses prophètes

Est-ce que le Cardinal Kasper avait raison quand il a annoncé « la grande révolution » il y a un mois ? Avec l’Exhortation Apostolique, Amoris laetitia, Bergoglio bouleverse le Magistère de l’Église, se plaçant donc au-dessus des Paroles du Christ et des Commandements de Dieu ?
Avec ses paroles, il dit qu’il ne change pas la Doctrine. Mais, dans les faits, il a ouvert aujourd’hui ce qui a été jusqu’à présent interdit par la Sainte Écriture et l’Église.
Une opération de « double vérité » est cachée dans l’ambiguïté des déclarations vagues et trompeuses. Pourquoi ? Est-ce pour camoufler la « révolution » étant donné que la Loi de Dieu ne peut pas être renversée dans l’Église ?

Oui, c’est cela en effet. Cependant, c’est fait la plupart du temps avec un gradualisme prudent : la stratégie de la « grenouille bouillie » est appliquée à l’Église. Une grenouille jetée dans une casserole d’eau bouillante sauterait immédiatement. Si, par contre, elle est mise dans un pot d’eau tiède qui est chauffé peu à peu, elle finit par être cuite sans s’en rendre compte.
Alors, peu à peu depuis des mois, nous avons assisté à la démolition continue de la Doctrine Catholique. Chaque jour, un nouveau coup. À la fin, l’Église sera conduite à se fondre dans une sorte de Nations Unies des religions avec une touche de Greenpeace et de CGT ou de FTQ ( syndicats du travail).

Je le répète — c’est le Cardinal Kasper qui a parlé d’une « première étape » dans la « révolution » et il fut aussi celui qui fut utilisé par Bergoglio lors du Consistoire de février 2014 pour lancer la « bombe » de la Communion pour les divorcés remariés.

Cette « révolution » est menée en mettant fin à la notion de « péché mortel ». Le Cardinal Mueller a correctement averti : « Le plus grand scandale que l’Église peut donner n’est pas qu’il y ait des pécheurs en Elle, [mais c’est de] cesser de nommer la différence entre le bien et le mal, de les rendre relatifs ; à savoir en cessant d’expliquer ce qu’est le péché ou à prétendre le justifier de façon à avoir une plus grande proximité et miséricorde envers le pécheur ».
Jean-Paul II avait expliqué que la plus grande charité maternelle de l’Église est de sonner précisément l’alarme concernant le péché et le risque de damnation.

Cela devrait être la mission essentielle du Pape : le mandat de Jésus Christ à Pierre est celui de « confirmer les frères dans la foi », de ne pas confondre, déstabiliser et induire en erreur. Mais ceci est l’âge de Bergoglio. Le Cardinal Mueller, dépositaire de la Foi, dans une interview avec le journaliste Die Zeit, il y a trois mois, a dit qu’il ne croyait pas que Bergoglio était un hérétique, mais il a ajouté : « [C’est] quelque chose de complètement différent quand un enseignement de l’Église, présenté officiellement, est exprimé peut-être d’une manière malheureuse, trompeuse ou vague ».
Kasper et Bergoglio

Considérant le rôle du Cardinal, ces paroles semblent comme d’énormes rochers. Être « trompeur » signifie égarer. Et est-ce qu’un Pape trompeur est recevable ?
En outre, l’Exhortation montre que cette ambiguïté trompeuse n’est pas un accident involontaire, mais une stratégie claire. Tant et si bien qu’une vive discussion a éclaté hier sur les interprétations de l’Exhortation en raison de l’imprécision du texte et de ses contradictions vociférantes.

Alors, la confusion est fomentée par le Pape lui-même qui, selon l’Évangile, devrait parler obligatoirement avec une clarté absolue. « Mais que votre discours » commande Jésus « soit oui, «oui», si c’est non, dites «non», tout simplement ; ce que l’on dit en plus vient du Mauvais ». (Mt 5, 37.).

Contrairement à cela, aujourd’hui, la double voie et la double vérité sont manifestes à voir que le Parti Bergoglio est sur le « front intérieur » et il tente de rassurer les fidèles en insistant pour dire que rien est changé (pourquoi alors secouer l’Église pendant deux ans et produire maintenant un document de 260 pages ?), tandis qu’à l’extérieur [de l’Église], ils jouent une fanfare clamant un « tournant marquant ».
En effet, tous les journaux laïques ultra-Bergogliens célèbrent avec ces titres « Le Synode, l’ouverture de François : la communion possible pour les divorcés remariés (Repubblica.it) ; « Le Pape ouvre les Sacrements pour les remariés » (Corriere.it).

Pourquoi le Pape Bergoglio ne donne pas l’ordre au Père Lombardi de réfuter les interprétations de ces journaux alors qu’il l’envoyait rapidement nier la banale rumeur concernant sa santé physique ? N’est-il pas plus important de défendre la Foi d’une mauvaise interprétation possible que de réfuter les problèmes de santé ?

Un parfait exemple de cette ambiguïté raffinée était la conférence de presse embarrassante pour la présentation de l’Exhortation dirigée par le Cardinal Schonborn qui a tenté de défendre une position intenable pendant deux heures.
C’est la double vérité qui domine aujourd’hui dans le Vatican. Ici, nous avons un exemple vociférant de celle-ci dans le texte de l’Exhortation. Afin de prétendre — en paroles — que rien n’est changé dans la Doctrine, Bergoglio devait nous rappeler, d’une certaine façon, dans quelle condition l’Église avait permis jusqu’à présent aux divorcés remariés de recevoir la Communion : à la condition qu’ils vivent « comme frère et sœur ». C’était un passage clé de l’Encyclique Familiaris Consortio de Jean-Paul II qui aurait dû être central dans l’Exhortation de Bergoglio, s’il avait été en continuité avec le Magistère pérenne. Pourtant Bergoglio ne mentionne même pas cette règle dans le texte, mais la relègue dans une note marginale (n.329) et, immédiatement après, il la démolit en disant que sans certaines « intimités », la « fidélité » serait compromise.

De cela, nous pouvons en déduire que, pour Bergoglio, ça ne fait plus aucune différence désormais entre des familles et des couples en union irrégulière ; au contraire, il n’y a plus de situations irrégulières et il n’est plus possible de dire qu’elles soient considérées en elles-mêmes comme étant en état de péché mortel. Ceci est le point crucial. En fait, même si ce n’est pas dit explicitement qu’un tel couple peut être admis à la Communion Sacramentelle, il est entendu que ce sera reconnu « cas par cas ».
Par ce fait, l’Exhortation contredit la lettre et l’esprit sur la justification du Concile de Trente, la Constitution Dogmatique Lumen Gentium (Vatican II) et l’encyclique de Jean-Paul II sur la morale, Veritatis Splendor.

En fait, il ne place pas le fait d’être dans un état de Grâce et de prendre au sérieux le salut des âmes (la loi suprême de l’Église) comme étant un bien absolu, mais il place plutôt les considérations sociales, sociologiques et psychologiques au premier rang, leurrant ainsi gravement et trompant les Fidèles à propos de l’état de leur âme devant Dieu, plaçant par conséquent leur salut dans un péril sérieux.

Bergoglio évite de parler de « la loi morale » que l’Église a pendant des siècles condensée dans les Dogmes et les dispositions Canoniques, ou bien il les dépeint dédaigneusement comme quelque chose d’« abstrait » qui ne peut pas être appliqué à des situations « concrètes ». Ce faisant, il arrive à contester Jésus Lui-Même dans son affrontement avec les Pharisiens sur la question du divorce (Matt. 19 : 3-12).
En fait, Bergoglio affirme que : « un idéal théologique du mariage trop abstrait, presque artificiellement construit, loin de la situation concrète et des possibilités effectives des familles réelles » (36) ne doit pas être proposé. Ce serait une « idéalisation excessive ».

Pire encore : « il ne faut pas faire peser sur deux personnes ayant leurs limites la terrible charge d’avoir à reproduire de manière parfaite l’union qui existe entre le Christ et son Église » (122).

https://journalchretiencatholique.wordpress.com/2016/04/12/le-pape-trompe-les-divorces-remaries-avec-la-possibilite-de-prendre-la-communion

René-1
René-1
René-1
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 147
Date d'inscription : 28/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum