Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara - Page 5
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Mer 5 Avr 2017 - 14:52

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

VENDREDI

Méditation sur le crucifiement et les sept dernières paroles de Notre-Seigneur


(...) Nous devons, dit saint Bonaventure, nous représenter ces peines sous des figures et des ressemblances corporelles, que les saints nous ont enseignées. C'est pourquoi il sera à propos, dit ce même Père, de s'imaginer l'enfer comme un lac obscur et ténébreux placé sous terre, ou comme un abîme très profond plein de feu, ou comme une ville épouvantable et ténébreuse, qui est toute en flammes, et où l'on n'entend retentir de tous côtés que des voix de bourreaux qui tourmentent des victimes, et les cris, les gémissements des malheureux qui sont tourmentés ; et il faudra se les représenter tous avec ce pleur éternel et cet éternel grincement de dents dont parle l'Évangile.

Or, en cet effroyable séjour, on endure deux peines principales : l'une qu'on appelle du sens, et l'autre du dam.

Quant à la première, considérez comment il n'y aura là aucun sens intérieur ni extérieur de l'âme qui n'ait à endurer son propre tourment. En effet, comme les méchants ont offensé Dieu avec tous leurs membres et tous leurs sens, et qu'ils en ont fait des armes contre lui, pour servir au péché, l'ordre de sa justice exigera que chacun d'eux endure son propre tourment, et reçoive ce qu'il a mérité. Là, les yeux adultères déshonnêtes seront tourmentés par la vue horrible des démons. Là, les oreilles qui ont mis leur volupté à entendre des mensonges et des obscénités, entendront des blasphèmes et des gémissements éternels. Là, ceux dont l'odorat s'est délecté dans les parfums et les odeurs sensuelles, seront plongés dans une intolérable infection. Là, le goût, qui faisait ses délices de viandes délicates et de morceaux friands, sera tourmenté par une faim et une soif dévorantes. Là, la langue d'où sortaient la médisance, la calomnie et le blasphème, sentira éternellement l'amertume du fiel des dragons. Là, le tact, jadis idolâtre de délices et de douceurs, « passera tour à tour, dit Job, des eaux glacées de la neige, aux ardeurs consumantes du feu (9). » Là, l'imagination sera tourmentée par la vive appréhension des douleurs ; la mémoire, par le souvenir des plaisirs passés ; l'entendement, par la représentation des maux à venir ; et la volonté, par des colères effroyables et par la rage dont les méchants seront animés contre Dieu. Là, enfin, se trouveront réunis tous les maux et tous les tourments qui se peuvent imaginer, « parce que, comme dit saint Grégoire, là, il y aura un froid qu'on ne peut supporter, un feu qu'on ne peut éteindre, un ver qui ne meurt point, une infection intolérable, des ténèbres palpables, les coups déchargés par des bourreaux, la vue des démons, le désordre du péché, désespoir causé par la perte de tous les biens. » (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Jeu 6 Avr 2017 - 17:14

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

VENDREDI

Méditation sur le crucifiement et les sept dernières paroles de Notre-Seigneur


En ce jour, vous contemplerez le mystère de la Croix, et vous méditerez les sept dernières paroles de Notre-Seigneur.
Réveille-toi maintenant, ô mon âme, et commence à penser au mystère de la sainte Croix dont le fruit a réparé le mal que nous avait fait le fruit empoisonné de l'arbre défendu. Vois d'abord ce qui se passe dès que le Sauveur est arrivé au lieu du supplice. Afin de rendre sa mort plus honteuse, ses pervers ennemis le dépouillent de tous ses vêtements, lui enlevant jusqu'à sa tunique intérieure, laquelle depuis le haut jusqu'en bas n'était qu'un seul tissu, sans aucune couture. Considère avec quelle douceur ce très innocent Agneau se laisse déchirer sans ouvrir la bouche ni dire une seule parole contre ceux qui le traitent ainsi ; c'était au contraire de bon cœur qu'il consentait à être dépouillé de ses vêtements, et à subir toutes les hontes de la nudité, afin de couvrir par ses propres vêtements, bien mieux qu'avec les feuilles du figuier, la nudité où nous étions tombés par le péché de nos premiers pères.

Quelques docteurs disent que pour enlever au Seigneur cette tunique, on commença par lui arracher avec une grande cruauté la couronne d'épines qu'il avait à la tête, et que quand on l'eut dépouillé, on la lui remit en enfonçant une seconde fois les épines jusqu'au cerveau, ce qui dut lui causer une indicible souffrance. Il est à croire que ses bourreaux usèrent envers lui de cette cruauté, eux qui lui en firent subir tant d'autres et de si inhumaines dans le cours de sa passion ; que ne nous donne pas à entendre l'Évangéliste quand il dit qu'ils firent de lui tout ce qu'ils voulurent ? Comme la tunique était collée aux plaies reçues à la colonne, que le sang en était déjà glacé et ne formait qu'un même tissu avec elle, quand ils voulurent l'en dépouiller, ces cruels, sans entrailles, sans compassion, la lui arrachèrent d'un coup et avec tant de violence, qu'ils rouvrirent et renouvelèrent toutes les plaies de la flagellation ; de telle sorte que le saint corps resta de toutes parts ouvert, privé de son harmonie naturelle, et changé tout entier en une grande plaie qui, de tous côtés, laissait couler du sang.

Considère ici, ô mon âme, la hauteur de la bonté et de la Miséricorde de Dieu, qui dans ce mystère, resplendissent d'une manière si visible. Vois comment celui qui revêt le ciel de nuages, et les champs de fleurs et de beauté, se trouve ici dépouillé de tous ses vêtements. Imagine quel froid dut souffrir ce saint corps, étant, comme il était, tout sillonné de blessures. Non-seulement ses habits lui ont été arrachés avec violence, mais sa chair même a volé en lambeaux sous les coups redoublés des verges. De la tête aux pieds, ce ne sont que des plaies ouvertes. Saint Pierre, avec ses vêtements et sa chaussure, avait souffert du froid la nuit précédente ; combien plus dut le sentir ce corps si délicat, entr'ouvert par tant de blessures, et sans aucun vêtement ! (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Sam 8 Avr 2017 - 3:21

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

VENDREDI

Méditation sur le crucifiement et les sept dernières paroles de Notre-Seigneur


(...) Considère ensuite, ô mon âme, comment le Seigneur fut attaché à la croix avec des clous, et la douleur qu'il devait ressentir pendant qu'on faisait entrer ces clous si forts et si acérés dans les plus sensibles et les plus délicates parties du corps le plus délicat qui fut jamais. Considère aussi le martyre que devait endurer la Vierge, quand elle voyait de ses yeux, qu'elle entendait de ses oreilles, ces coups cruels et redoublés qui tombaient sur ces membres divins ; car il est vrai de dire que ces mêmes clous qui perçaient les mains du Fils, perçaient en même temps le cœur de la Mère.

Considère comment ils se hâtèrent d'élever la croix en haut, et comment ils allèrent l'enfoncer dans l'endroit qu'ils avaient creusé pour cela ; comment ces cruels bourreaux, lorsqu'ils voulurent la planter, la laissèrent tomber tout d'un coup, en sorte que ce saint corps suspendu en l'air en ressentit une effroyable secousse, et que les blessures faites par les clous s'agrandirent, ce qui dut causer au divin Maître d'intolérables douleurs.

Ô mon Sauveur, ô mon très doux Rédempteur, peut-il y avoir quelque cœur, si dur qu'il soit, qui ne se fende de douleur (car en ce jour les rochers même se fendirent) s’il considère ce que vous endurez sur cette croix ? « Les douleurs de la mort vous ont environné ; et tous les vents et tous les flots de la mer se sont déchaînés contre vous (6). Vous avez été submergé au plus profond des abîmes, et vous ne trouvez pas sur quoi vous appuyer (7). » Le Père vous a abandonné ; et en cet état, Seigneur, que pouvez-vous espérer des hommes ? Vos ennemis jettent des cris contre vous, vos amis vous brisent le cœur, votre âme est affligée, et par amour pour moi, vous ne voulez point recevoir de consolation. Mes péchés ont été véritablement bien grands, et il n'en faut point d'autre preuve que la pénitence que vous avez voulu en faire. Je vous vois, ô mon souverain Maître, attaché à un bois. Pour soutenir votre corps béni, il n'y a que trois clous ; eux seuls le tiennent suspendu, sans autre adoucissement. Quand vous voulez vous appuyer sur les pieds, les clous qui les traversent en élargissent les plaies ; et quand vous vous appuyez sur les mains, le poids du corps en élargit également les blessures. Et votre sainte tête, tourmentée et affaiblie par la couronne d'épines, quel oreiller a-t-elle pour la soutenir ? Oh ! Que vos bras, divine Vierge, lui rendraient bien cet office ! Mais ce n'est pas aux vôtres, c'est à ceux de la croix que cet office est réservé. C'est sur eux que s'appuiera la tête sacrée de votre Fils quand elle voudra chercher quelque repos ; et le soulagement qu'elle en retirera, sera d'enfoncer plus profondément les épines dans le cerveau. (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Sam 8 Avr 2017 - 18:29

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

VENDREDI
Méditation sur le crucifiement et les sept dernières paroles de Notre-Seigneur


(...) Un surcroît de douleur pour le Fils, ce fut la présence de sa divine Mère ; par cette vue, il endura dans son cœur un crucifiement non moins douloureux que celui qu'il endurait extérieurement dans son saint corps.

Ô bon Jésus ! Il y a en ce jour deux croix pour vous, l'une pour le corps, l'autre pour l'âme ; l'une vient des tourments, l'autre de la compassion ; l'une transperce votre corps avec des clous de fer, l'autre votre âme très sainte avec les pointes de la douleur. Qui pourra dire, ô bon Jésus, ce que vous ressentiez, lorsque vous considériez les angoisses de cette très-sainte âme que vous saviez si certainement être attachée avec vous à la croix ! Quand vous voyiez ce cœur si maternel percé et traversé par le glaive de la douleur ! Quand vous tourniez vers elle vos yeux baignés de sang, et que vous contempliez ce divin visage couvert de la pâleur de la mort ! Quand vous étiez témoin de ces agonies de son âme qui, sans mourir, était déjà plus que morte ! Quand vous voyiez ces torrents de larmes qui coulaient de ses yeux très-purs, et quand vous entendiez les soupirs qu'arrachait à son cœur très saint l'excès de son incomparable douleur !

Enfin, vous pourrez méditer les sept paroles que Notre-Seigneur fit entendre sur la croix. La première : Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font . La seconde, qui fut dite au larron : Aujourd'hui vous serez avec moi dans le paradis . La troisième, à sa très sainte Mère : Femme, voilà votre fils . La quatrième : J'ai soif . La cinquième : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné. La sixième : Tout est consommé. La septième : Mon Père, je remets mon âme entre vos mains.

Regarde, ô mon âme, avec quel excès de charité il recommanda dans ces paroles ses ennemis à son Père ; avec quelle miséricorde il reçut le larron qui confessait sa divinité ; avec quelle tendresse filiale il recommanda sa très aimante Mère au disciple bien-aimé ; vois quelle soif et quel ardent désir il montra du salut des hommes ; avec quelle voix douloureuse il répandit sa prière, et exprima sa tribulation en présence de la très-sainte majesté de son Père ; comment il persévéra, jusqu'à la dernière heure, dans l'obéissance qu'il lui avait vouée ; et comment, enfin, il lui recommanda son âme, et se remit tout entier entre ses divines mains. (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Dim 9 Avr 2017 - 15:55

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

VENDREDI
Méditation sur le crucifiement et les sept dernières paroles de Notre-Seigneur


(...) Il est facile de voir que chacune de ces paroles renferme une admirable leçon de vertu. Dans la première, le divin Maître nous recommande la charité envers les ennemis ; dans la seconde, la miséricorde envers les pécheurs ; dans la troisième, l'amour envers les parents ; dans la quatrième, le désir du salut du prochain ; dans la cinquième, la prière dans les tribulations et dans les délaissements de Dieu ; dans la sixième la vertu de l'obéissance et la persévérance ; enfin dans la septième, la parfaite résignation entre les mains de Dieu, qui est l'abrégé et le comble de toute notre perfection.

SAMEDI
Méditation sur le coup de lance donné au Sauveur, sur la descente de la croix,
sur les douleurs de la Vierge, et sur la sépulture de Notre-Seigneur


Vous considérerez en ce jour comment Notre-Seigneur eut le côté percé par une lance, comment il fut descendu de la croix, reçu dans les bras de la Vierge, et porté au tombeau.

Considérez donc comment le Sauveur ayant rendu le dernier soupir sur la croix, et ses plus cruels ennemis ayant exécuté le dessein qu'ils avaient de le faire mourir, leur fureur néanmoins n'est pas encore assouvie. Ils veulent pousser plus loin leur vengeance : ils s'acharnent sur le corps inanimé du divin Maître ; ils tirent au sort et se partagent ses vêtements, et ils percent sa poitrine sacrée d'un coup de lance.

Ô cruels bourreaux ! Ô cœurs de fer ! Ce corps a-t-il donc, à votre gré, si peu souffert étant vivant, que vous ne vouliez pas lui faire grâce, même après sa mort ? Est-il inimitié, si implacable qu'elle soit, qui ne s'apaise en voyant devant elle son ennemi mort ? Inhumains, levez un peu votre regard vers la croix, et voyez cette figure où la mort est peinte, ces yeux éteints, cette pâleur, cette ombre du trépas ; et, quoique vous soyez plus durs que le fer, que le diamant, vous-mêmes, à cette vue, vous vous adoucirez.

Le soldat, ministre de leur vengeance, arrive donc la lance à la main, et la plonge avec force dans la poitrine nue du Sauveur. La croix fut ébranlée en l'air par la violence du coup, et du côté entr'ouvert du Sauveur, il sortit de l'eau et du sang qui guérissent les péchés du monde. Ô fleuve qui sors du paradis et qui arroses de tes eaux toute la surface de la terre ! (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Lun 10 Avr 2017 - 16:14

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

SAMEDI
Méditation sur le coup de lance donné au Sauveur, sur la descente de la croix,
sur les douleurs de la Vierge, et sur la sépulture de Notre-Seigneur


(...) Ô plaie du précieux côté du Sauveur, faite bien plus par son amour pour les hommes que par le fer de la lance cruelle ! Ô porte du ciel, entrée du paradis, lieu de rafraîchissement, tour inexpugnable, sanctuaire des justes, sépulture des pèlerins, nid des colombes simples, et lit fleuri de l'épouse des Cantiques ! Je te salue, plaie du précieux côté, qui t'imprimes dans les cœurs dévots, blessure qui blesses les âmes des justes, rose d'ineffable beauté, rubis d'inestimable valeur, entrée du cœur de Jésus-Christ, témoignage de son amour et gage de l'éternelle vie !

Considérez ensuite comment, ce même jour, au soir, arrivèrent ces deux saints personnages, Joseph et Nicodème, et comment, ayant appliqué leurs échelles contre la croix, ils descendirent entre leurs bras le corps du Sauveur. Dès que la Vierge vit que ce corps sacré, qui venait d'essuyer la tourmente de la passion, était près de toucher à terre, elle se prépara aussitôt à lui offrir sur son sein un port assuré, et à le recevoir des bras de la croix dans les siens. Elle demande donc avec une grande humilité à ces nobles disciples qu'ils lui permettent maintenant de s'approcher de son Fils, puisqu'elle n'avait pu lui dire un dernier adieu, ni recevoir ses derniers embrassements quand il était sur le point d'expirer sur la croix ; qu'ils ne souffrent pas que sa douleur s'accroisse de toutes parts ; et que, si ses ennemis l'ont privée de cette consolation pendant que son Fils était vivant, ses amis du moins la lui accordent après sa mort. Mais quelle langue pourrait dire ce que la Vierge sentit lorsqu'elle le tint dans ses bras ? Ô anges de paix ! Pleurez avec cette divine Vierge ; cieux, pleurez ; pleurez, étoiles du ciel, et vous toutes, créatures de l'univers, unissez vos larmes à celles de Marie.

Cette très sainte Mère embrasse ce corps qui n'est plus qu'une plaie ; elle le serre étroitement contre son cœur, car il ne lui restait de forces que pour cela ; elle met sa tête entre les épines de sa tête sacrée, et colle son visage à celui de son Fils. La figure de la très-sainte Mère se teint du sang du Fils, et celle du Fils est arrosée des larmes de la Mère.

Ô douce Mère, est-ce donc là votre très doux Fils ? Est-ce là Celui que vous avez conçu avec tant de gloire, et enfanté avec tant d'allégresse ? Où sont donc maintenant vos joies passées ? Que sont devenues vos anciennes jubilations ? Où est ce miroir de beauté où vous vous regardiez ? (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Mar 11 Avr 2017 - 17:02

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

SAMEDI
Méditation sur le coup de lance donné au Sauveur, sur la descente de la croix,
sur les douleurs de la Vierge, et sur la sépulture de Notre-Seigneur


(...)Tous ceux qui étaient présents pleuraient ; ces saintes femmes pleuraient ; ces nobles vieillards pleuraient ; le ciel et la terre pleuraient, et toutes les créatures mêlaient leurs larmes à celles de la Vierge. Saint Jean l'Évangéliste pleurait aussi amèrement, et, tenant embrassé le corps de son bon Maître, il disait : « Ô mon Seigneur et mon cher Maître ! Qui m'enseignera désormais ? À qui irai-je dans mes doutes ? Sur la poitrine de qui reposerai-je ? Qui me découvrira les secrets du ciel ? Ô quel étrange changement ! Hier soir vous me teniez sur votre cœur, répandant en moi l'allégresse et la vie ; et maintenant je vous paye une faveur si extraordinaire, en vous tenant mort sur mon cœur ! Est-ce là ce visage que je vis transfiguré sur la montagne du Thabor ? Est-ce là cette figure plus resplendissante que le soleil en son midi ? »

Magdeleine, la sainte pécheresse, fondait aussi en larmes, et, tenant embrassés les pieds du Sauveur, elle disait : « Ô lumière de mes yeux et remède de mon âme, si le souvenir de mes péchés m'accable, qui me recevra ? Qui guérira mes blessures ? Qui prendra la parole en ma faveur ? Qui me défendra contre les Pharisiens ? Oh ! Que ces pieds étaient différents de ce qu'ils sont maintenant, quand vous me permîtes de m'en approcher, et que je les lavai de mes larmes ! Ô Amour de mon cœur, que ne m'est-il donné en ce moment de mourir avec vous ! Ô Vie de mon âme, comment puis-je dire que je vous aime, puisque je suis vivante et que je vous vois mort devant mes yeux ? »

Ainsi pleurait et se lamentait toute cette sainte compagnie, arrosant et lavant de ses larmes le corps sacré. Mais l'heure de la sépulture étant arrivée, ils enveloppent ce saint corps d'un linceul blanc ; ils enveloppent sa tête d'un suaire, et, l'ayant placé sur un brancard, ils s'acheminent vers le monument qui lui était préparé, et ils y déposent ce précieux trésor. Le sépulcre fut fermé par une pierre. À ce moment, le cœur de la divine Mère est plongé dans un abîme de tristesse. Là, elle se sépare une seconde fois de son Fils ; là, elle commence de nouveau à sentir sa solitude ; là, elle se voit dépossédée de Celui qui est tout son bien ; là, son cœur demeure enseveli avec Celui qui est son trésor. (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Mer 12 Avr 2017 - 16:54

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

DIMANCHE
Méditation sur la descente de Notre-Seigneur aux limbes,
sur ses apparitions à la très-sainte Vierge et aux disciples,
et sur le mystère de sa triomphante ascension


En ce jour, vous pourrez vous occuper de la descente du Seigneur aux limbes, de ses apparitions à Notre-Dame, à sainte Magdeleine et aux disciples, enfin du mystère de sa glorieuse ascension.

Considérez d'abord combien grande dut être l'allégresse de ces saints patriarches des limbes, le jour où ils reçurent la visite de leur libérateur, où ils jouirent de sa présence. Par quels cantiques d'actions de grâce, par quelles louanges, quelles bénédictions, ils exaltent Celui qui a fait lever sur eux ce jour de la délivrance si désiré et si attendu ! On dit que ceux qui reviennent des extrémités de l'Orient se trouvent bien payés de tous les ennuis de la navigation par la joie qu'ils éprouvent le jour où ils foulent le sol de leur chère patrie. Si, après la traversée, après un ou deux ans d'exil, l'aspect de la patrie cause tant de bonheur, quel torrent d'allégresse ne dut pas inonder les habitants des limbes, le jour où, après trois ou quatre mille ans d'exil, ils voyaient briller la bannière de la délivrance, et touchaient au port dans la terre des vivants !

Considérez ensuite la joie dont le cœur de la très sainte Vierge tressaille en ce jour, à la vue de son Fils ressuscité : de même que c'est elle qui, sans nul doute, a le plus ressenti les douleurs de sa passion ; de même aussi c'est elle qui participe le plus à l'allégresse de sa résurrection. Que se passe-t-il dans son cœur, quand elle voit devant elle son Fils vivant, resplendissant de gloire, accompagné de tous ces justes qui ressuscitèrent avec lui ? Que fait-elle ? Que dit-elle ? Avec quel élan d'amour elle se jette dans les bras de ce Fils bien-aimé ! Avec quelle tendresse de mère elle l'embrasse ! De quelles larmes de bonheur ses yeux l'inondent ! Oh ! Comme elle voudrait ne plus se séparer de lui, si cette grâce lui était accordée !

Après l'allégresse de la divine Vierge, considérez celle de ces saintes Maries, et en particulier l'allégresse de cette Marie qui persévérait à pleurer près du sépulcre, attendant le moment où elle verrait le Bien-Aimé de son âme, et se jetterait à ses pieds. Quel moment pour elle, quand tout à coup elle voit ressuscité et vivant Celui qu'elle cherchait et qu'elle désirait si ardemment de voir, ne serait-ce que mort ! (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Sam 15 Avr 2017 - 19:31

CHAPITRE IV
Manière de méditer la Passion

DIMANCHE
Méditation sur la descente de Notre-Seigneur aux limbes, sur ses apparitions à la très-sainte Vierge et aux disciples, et sur le mystère de sa triomphante ascension


(...)Pesez ceci bien attentivement : après la divine Mère, c'est à Marie-Magdeleine que Notre-Seigneur se montre d'abord, c'est-à-dire à celle qui l'aima le plus, qui persévéra le plus, qui pleura le plus, qui le chercha avec le plus de sollicitude. Cette conduite du divin Sauveur vous apprend que si vous cherchez votre Dieu avec ces mêmes larmes et ces mêmes sollicitudes, vous le trouverez, vous aussi.

Considérez comment il apparut sous la forme d'un voyageur aux disciples qui allaient à Emmaüs ; remarquez avec quelle affabilité il leur parle, avec quelle familiarité il les accompagne, avec quelle douceur il se cache, et ensuite avec quel amour il se fait connaître ; enfin comment il laisse ces heureux disciples ravis de sa présence, et le cœur inondé de joie. Comme eux, entretenez-vous avec douleur et un vif sentiment de compassion des souffrances et des travaux de Jésus-Christ, et tenez pour certain qu'en gardant fidèlement ce souvenir, vous aurez le bonheur de jouir de la présence et de la compagnie de ce bon Maître.

Quant au mystère de l'ascension, considérez d'abord comment Notre-Seigneur différa de remonter à la droite de son Père, l'espace de quarante jours, pendant lesquels il apparaît à différentes reprises à ses disciples, les instruisant et parlant avec eux du royaume de Dieu. Ce bon Maître ne voulut monter au ciel ni se séparer de ses chers disciples qu'après les avoir rendus capables de s'élever en esprit avec lui et de le suivre par le cœur, jusqu'au séjour de sa gloire. Vous apprendrez par là que la présence corporelle de Jésus-Christ, c'est-à-dire la douceur sensible de la consolation, abandonne très souvent ceux qui ont assez de force pour prendre leur vol en esprit jusqu'aux régions élevées, et s'y maintenir plus à l'abri du danger. C'est en cela que resplendit merveilleusement la providence de Dieu, et la manière dont il traite les siens en divers temps. Il accorde des douceurs aux faibles, et il exerce les forts ; il donne du lait aux tout petits, et il sèvre les grands ; il console les uns, et il éprouve les autres ; il traite chacun suivant le degré de vertu où il est arrivé. C'est pourquoi celui qui reçoit des douceurs n'a point à s'enorgueillir, puisque ces douceurs sont une preuve de sa faiblesse ; et celui qui est désolé ne doit point perdre courage, puisque ces désolations sont très souvent l'indice de la force. (...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara

Christ est Ressuscité, Alléluia !
Saint Jour de Pâques à tous !
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traité d’oraison et de méditation de St Pierre d'Alcantara

Message  ami de la Miséricorde le Dim 16 Avr 2017 - 17:31

DIMANCHE
Méditation sur la descente de Notre-Seigneur aux limbes,
sur ses apparitions à la très-sainte Vierge et aux disciples,
et sur le mystère de sa triomphante ascension


(...)Notre-Seigneur monta au ciel en présence de ses disciples et sous leurs yeux, parce qu'ils devaient être témoins de ces mystères ; et nul n'est meilleur témoin des œuvres de Dieu que celui qui les connaît par expérience. Si vous voulez véritablement savoir combien Dieu est bon, combien il est doux et suave envers les siens, combien grande est la puissance et l'efficacité de sa grâce, de son amour, de sa providence et de ses consolations, demandez-le à ceux qui en ont fait l'épreuve ; c'est à eux qu'il appartient d'en rendre témoignage. Le divin Maître voulut aussi que ses disciples le vissent monter au ciel afin qu'ils le suivissent de leurs regards et de leurs cœurs, qu'ils fussent sensibles à son départ, qu'ils se trouvassent, par son absence, dans une cruelle solitude, parce que c'était là la meilleure disposition pour recevoir sa grâce. Élisée demanda à Élie son esprit : le bon maître lui fit cette réponse : « Si tu me vois quand je prendrai mon essor en me séparant de toi, c'est la preuve que ta demande est accordée (15). » Disons-le donc, les vrais héritiers de l'esprit de Jésus-Christ seront ceux que leur amour pour ce divin Maître rendra sensibles à son départ, et qui, inconsolables de son absence, ne cesseront, tant qu'ils seront dans cet exil, de soupirer après sa présence. Tels étaient les sentiments de ce saint homme qui disait : « Tu nous as quittés, ô tendre consolateur, et tu ne m'as pas dit un dernier adieu ; en suivant cette route lumineuse qui te conduisait à la patrie, tu as béni les tiens, et moi je ne l'ai point vu ; les anges promirent que tu reviendrais, et moi je ne l'ai point entendu ! » etc.

Mais quelles paroles pourraient peindre la solitude, la douleur, les soupirs, les larmes de la très sainte Vierge, du disciple bien-aimé, de sainte Magdeleine, et de tous les apôtres, quand ils virent s'élever dans les airs et disparaître à leurs yeux Celui qui emportait leurs cœurs si bien ravis par son amour ! Il est dit cependant qu'ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie, tant ils aimaient cet adorable Maître. Ce même amour qui leur faisait si cruellement sentir son départ, les inondait de joie à la pensée de sa gloire, parce que le véritable amour ne se cherche point lui-même, mais uniquement son Bien-Aimé.

Il reste à considérer avec quelle gloire, quelle allégresse, quels accents, quelles louanges, ce divin triomphateur dut être reçu dans la Cité souveraine. Quelle fête ! Quel accueil ! Quel spectacle ! Les hommes, ne faisant qu'un avec les anges, s'avançant dans cette noble cité, et allant peupler ces places désertes depuis tant d'années ; et cette humanité très-sainte du Christ, s'élevant au-dessus des hommes comme au-dessus des anges, et allant s'asseoir à la droite du Père ! Tout mérite ici les plus profondes réflexions ; on voit le prix et la couronne des souffrances endurées pour l'amour de Dieu ; on voit comment Celui qui s'est plus anéanti et qui a plus souffert que toutes les créatures, est maintenant exalté et infiniment élevé au-dessus d'elles. Par là, les amateurs de la véritable gloire apprennent quel chemin ils doivent suivre pour l'obtenir : ce chemin, c'est de descendre pour monter, c'est de se mettre au-dessous de tous pour être élevé au-dessus de tous.(...)

Source : Œuvres Spirituelles de Saint Pierre d'Alcantara (livres-mystiques.com)

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4476
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum