Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More - Page 4
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Sam 24 Juin 2017 - 23:32

XVI. RÉPONSE AUX OBJECTIONS LA FORTUNE PEUT NOUS FAIRE SOMBRER DANS LA FOLIE

(...)Dites-vous aussi que, sans être malade, en pleine jouissance de ses biens, un homme peut parfaitement souffrir dans son corps ou dans son esprit, soit à cause d'une tentation, soit par une pénitence qu'il s'inflige volontairement pour ses péchés.

Non, mon neveu, personne ne prie jamais pour obtenir d'être exempté de toute espèce d'épreuve. Et ceci répond à votre première objection. Avant de répondre à la seconde, j'examinerai les exemples que vous avez donnés.

Salomon fut, comme vous le dites, un roi fabuleusement riche et très aimé de Dieu, au début de son règne. Mais conserva-t-il la faveur de Dieu ? Je n'en suis pas sûr. Ce qui est certain, c'est que cette continuelle prospérité finit par le faire choir dans l'extravagance. Il accrut le nombre de ses concubines de façon inadmissible et contraire à la loi mosaïque ; il prit femme parmi les infidèles, ce qui est également contraire à la loi de Dieu. Finalement, sous l'influence de son épouse étrangère, il tomba lui-même dans l'idolâtrie. Il n'est pas dit qu'il s'en repentit comme l'avait fait son père. Nous pouvons espérer qu'il en eut quelque chagrin secret, mais nous ne pouvons en être sûrs. Non, l'exemple de Salomon ne me paraît pas convaincant.

Quant à Job, il ne peut en tout cas pas servir d'exemple de prospérité ininterrompue. Que Dieu lui ait rendu le double de ce qu'il avait perdu n'infirme en rien ce que je vous ai dit. Je n'ai jamais nié que la fortune pût être un don de Dieu à certains justes, entre autres à ceux qui avaient souffert.

Mais en Abraham, cher neveu, vous tenez, je crois, votre principal atout, car il ne fut pas seulement riche et honoré sur terre, mais aussi après sa mort. Lazare, ce pauvre homme qui vécut dans la misère et mourut de faim et de soif, eut une place de choix après sa mort et c'était dans le sein de cet homme riche. Mais vous devez vous rappeler qu'Abraham souffrit d'abord bien des tribulations.

N'était-ce rien, d'après vous, de quitter son pays et de partir vers une terre étrangère, que Dieu lui avait promise à lui et à ses descendants ? Mais jusqu'à la fin de sa vie Dieu ne lui en donna pas un pouce. N'était-ce rien de se séparer de son neveu Loth parce que leurs serviteurs ne s'accordaient pas entre eux ? (...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Lun 26 Juin 2017 - 4:11

XVI. RÉPONSE AUX OBJECTIONS LA FORTUNE PEUT NOUS FAIRE SOMBRER DANS LA FOLIE

(...) Il parvint à libérer Loth des rois qui l'avaient emmené prisonnier, mais sa capture ne lui occasionna-t-elle pas un gros chagrin ? La destruction des cinq villes ne lui causa-t-elle nulle peine ? Quand on lit l'histoire d'Abraham, on se rend compte du mal qu'il s'est donné pour sauver ces cités menacées. Son cœur ne saigna-t-il pas quand il laissa Sara sa femme au roi Abimelech ? Grâce à Dieu, Abimelech respecta Sara et la traita bien. Mais ce fut dur pour Abraham. Et que dire de ce tourment que fut pour lui le fait de rester si longtemps sans avoir d'enfant ? Celui qui doute lira dans la Genèse la plainte d'Abraham à Dieu. Sans doute la naissance d'Ismaël fut une grande joie ; mais ne fut-ce pas terrible de devoir chasser la mère et l'enfant ? Qui pourrait comprendre la douleur d'Abraham, se préparant à sacrifier Isaac, ce fils si longtemps attendu ? Vous me parlez de Lazare, mais, même en mourant, Lazare ne connut pas une telle souffrance. Lazare endurait patiemment ses maux, mais Abraham était plus méritant encore : il supportait tout dans un esprit d'obéissance et de bonne volonté. Même si d'ailleurs les mérites d'Abraham n'avaient dépassé de beaucoup ceux de Lazare, même s'il n'avait pas été le patriarche de la foi, la façon dont il acceptait les épreuves envoyées par Dieu aurait suffi à le distinguer tout particulièrement. Il me semble que vous n'auriez pu trouver plus mauvais exemple à l'appui de votre thèse que celui d'Abraham !

Or, maintenant, cher neveu, examinons d'un peu plus près le cas du pauvre Lazare et celui du riche Abraham. Nous verrons que si le pauvre Lazare est un peu moins honoré que le riche Abraham, un autre riche gît en enfer, en dessous de l'habitat céleste de Lazare et le supplie de laisser tomber une goutte d'eau pour adoucir quelque peu son supplice. Écoutez ce qu'Abraham répond au mauvais riche : « Mon fils, souviens-toi que dans ta vie tu as reçu la fortune alors que Lazare n'avait en partage que la misère. » Le Christ dans la parabole, décrit la vie fastueuse que menait le riche, jour après jour : « Il vécut royalement, et ne connut pas les épreuves. » Abraham répète la même chose : le mauvais riche avait connu l'opulence pendant que Lazare était dans la disette et leurs sorts étaient maintenant intervertis. Notre-Seigneur n'attribue guère de grandes vertus à Lazare, pas plus qu'il n'attribue à ce riche glouton d'autre crime que celui de vivre sans souci et de ne pas se préoccuper des souffrances du pauvre homme. Mais ni le Christ, ni Abraham ne lui reprochent d'avoir laissé Lazare mourir de faim devant sa porte. (...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Mar 27 Juin 2017 - 4:27

XVI. RÉPONSE AUX OBJECTIONS LA FORTUNE PEUT NOUS FAIRE SOMBRER DANS LA FOLIE

(...)En me parlant d'Abraham et de Lazare vous me rappelez le danger qu'il y a à vivre dans une continuelle prospérité, et tous les bienfaits qui peuvent venir des épreuves. Vous voyez que si Salomon et Job ne vous ont guère avancé, le pauvre Lazare vous a plutôt fait reculer !

XVII. RÉPONSE À LA SECONDE OBJECTION

VINCENT : Mon oncle, vous avez bien démoli mes arguments, et votre tir fut si efficace que vous avez même réussi à éloigner du but certaines de mes flèches. Je serai bien content de les ramasser maintenant. Mais il me semble que je puis laisser la seconde, à l'endroit où elle s'est plantée. Car si vous dites vrai quand vous affirmez que toute espèce de tribulation est profitable, je ne vois vraiment pas pourquoi nous prierions pour nous la voir retirer à nous ou à quelque ami.

ANTOINE : La tribulation me paraît si profitable, si bienfaisante, que je douterais comme vous qu'il fût utile à quiconque de prier pour s'en voir délivrer, si Dieu ne nous avait enseigné l'une et l'autre chose.

Il nous apprend à supporter patiemment notre douleur, mais aussi à lutter contre elle et à nous efforcer de nous en débarrasser. Puisque c'est Dieu lui-même qui nous donne ces deux leçons contradictoires, je ne me casserai pas la tête à essayer de comprendre ses raisons.

S'il nous envoie une famine, il veut que nous la supportions patiemment, mais si, au cours de cette disette, nous trouvons de la viande, il veut que nous la mangions. S'il nous envoie la peste, il veut que nous la supportions avec patience, pourtant il veut que nous nous fassions soigner, que nous nous efforcions de guérir. Ces attitudes nous sont toutes deux prescrites par Dieu à maints endroits de l'Écriture. Jeûner vaut mieux que manger et fait plus grand plaisir à Dieu. Pourtant, il veut que nous mangions. Mieux vaut prier que boire, pourtant Dieu veut que nous buvions.(...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Mar 27 Juin 2017 - 16:26

XVII. RÉPONSE À LA SECONDE OBJECTION

(...) Il préfère nous voir veiller plutôt que dormir, il veut pourtant que nous dormions. Dieu nous a donné un corps et désire que nous le conservions jusqu'à ce qu'il décide de nous rappeler à lui.

Nous ne savons pas quelle dose de douleur nous pouvons supporter sans nuire à notre corps et peut-être aussi à notre âme. L'Apôtre, après avoir ordonné aux Corinthiens de laisser au démon l'abominable fornicateur qui avait pour maîtresse la femme de son propre père, leur recommanda quand il eut subi le châtiment de son péché, de le recevoir de nouveau et de le consoler « de crainte qu'il n'étouffe dans son immense douleur » (1 Cor., 5). Quand Dieu envoie la tempête, il veut que les marins courent à leur poste et fassent leur possible pour se sauver du naufrage.

Il désire que nous agissions envers les autres comme envers nous-mêmes, que nous ayons pitié les uns des autres, que nous ne soyons pas sine affectione et l'Apôtre reproche à certains de ses fidèles leur froideur et leur indifférence. Nous devrions même avoir pitié de ceux que nous sommes amenés à faire souffrir en raison de quelque nécessité. Quiconque prétend qu'en vertu de la considération qu'il a pour l'âme de son voisin, il veut ignorer les peines corporelles de celui-ci, devrait se remémorer les paroles de saint Jean : « Qui n'aime pas son prochain (que pourtant il peut voir) n'a pour Dieu (qu'il ne peut voir) qu'un amour bien tiède » (1 Jn., 4, 20). Ainsi, celui qui reste indifférent aux peines matérielles n'a que peu de pitié (quoiqu'il dise) pour les peines spirituelles.

Parfois, Dieu nous envoie des épreuves parce qu'il veut nous voir prier pour implorer son assistance. L'Écriture raconte que quand saint Pierre était en prison, tous les chrétiens se sont mis à prier sans interruption et que devant la ferveur de leurs prières, Dieu le délivra miraculeusement.

Les disciples dans la tempête eurent peur de se noyer. Ils invoquèrent le Christ : « Seigneur, sauvez-nous, nous périssons » (Mt., 8, 25 ; Le., 8, 24). Entendant leur prière, il mit fin tout aussitôt à la tempête.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Mer 28 Juin 2017 - 20:10

XVII. RÉPONSE À LA SECONDE OBJECTION

(...) Et maintenant encore, nous voyons souvent Dieu accorder son aide à ceux qui sont en danger. Quand nous sommes en pleine prospérité, nous oublions le Seigneur ; alors dans sa bonté, il nous envoie un chagrin ou une maladie pour nous forcer à nous tourner vers lui, à l'appeler pour qu'il vienne nous soulager. Quand nous avons appris à le connaître et à le prier, nous avons une chance de pénétrer plus avant dans la grâce.

XVIII. CONSOLATIONS DIVINES OU CONSOLATIONS DIABOLIQUES


VINCENT : Mon cher oncle, votre réponse me satisfait pleinement.

ANTOINE : Cher neveu, beaucoup de gens déplaisent à Dieu car ni les bons traitements ni la sévérité ne peuvent les inciter à se rappeler leur Créateur. Quand ils ont de tout en abondance, ils vivent selon leur bon plaisir et se livrent à la débauche ; quand Dieu veut se rappeler à eux en les plongeant dans l'adversité, ils perdent la tête et s'écartent de lui, ils cherchent du secours partout sauf auprès de lui : dans les plaisirs de la chair, auprès du monde, chez le diable lui-même.

Prenez par exemple un homme en pleine prospérité et enfoncé dans le péché. Il a toujours considéré ses vices comme nécessaires à son plaisir. Dieu, dans sa bonté, veut appeler cet homme à la grâce ; il lui envoie le remords dans son sommeil. Notre homme se met à réfléchir. Il revoit sa vie et de là, sa pensée glisse vers la mort. Il songe qu'il doit abandonner tous ses biens terrestres et s'en aller seul il ne sait où, il ne sait quand. Il ignore également qui il rencontrera là-bas. Alors, il commence à se dire qu'il serait prudent de s'assurer une bonne fin, de peur de rencontrer dans l'au-delà ces êtres très peu sympathiques généralement appelés « démons » et qu'il avait jusque-là considérés comme des rêves de poètes. De telles pensées, si elles deviennent des obsessions, constituent une dure épreuve. Si elles conduisent à la grâce, l'épreuve est salutaire. Il sera réconfortant pour cet homme de penser que Dieu, par cette admonition, veut lui faire quitter le royaume du péché où il vécut si longtemps et l'attirer dans son royaume à lui, où coulent, en abondance, le lait et le miel. S'il répond à cet appel, son tourment se changera en joie, il sera tout heureux de faire pénitence et de changer de vie. (...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Jeu 29 Juin 2017 - 17:10

XVIII. CONSOLATIONS DIVINES OU CONSOLATIONS DIABOLIQUES

ANTOINE : (...) Mais il en est que cet appel de Dieu aigrit, au lieu de les amender. Ils ne veulent pas se débarrasser de leurs mauvais penchants, surtout s'ils doivent y laisser beaucoup d'argent ou encore changer radicalement leur existence. Alors, Dieu, dans sa grande bonté, continuera à les tourmenter. Eux, par méchanceté, prétendent se détourner de lui et cherchent à se débarrasser de leur obsession en s'étourdissant de plaisirs et en s'enfonçant dans ces péchés qui déplaisent tant au Seigneur. Ils finissent par lasser Dieu qui à son tour les repousse. Quand un pécheur s'endurcit au point de toucher le fond, il ne craint plus rien, sauf la perte de ses biens matériels. Il sait pourtant que ceci doit lui arriver fatalement avec la mort. Hélas, à ce moment revient aussi son angoisse. À quoi bon un lit douillet, une plaisante compagnie, tout un cortège d'honneurs ? Il gît, haletant sur sa couche, la conscience torturée et craignant le jugement. Le diable est là, qui le pousse au désespoir en présentant à son imagination des tableaux de l'enfer et cette fois le misérable ne croira plus qu'il s'agit d'une fable, et s’il prétend le croire encore, il verra bientôt que ce n'en est pas une. Ah ! Malheur à ceux qui n'y ont point pensé à temps !

Dieu se réjouirait de voir les hommes se tourner vers lui dans l'épreuve mais, la plupart du temps, ils s'enfoncent plus avant dans leur erreur, prennent conseil auprès de gens de leur espèce et, finalement, sombrent dans le néant.

J'en ai vu qui, sur leur lit de mort et soutenus par des coussins, jouaient aux cartes. Cela les aidait, disaient-ils, à écarter leurs hantises.

Et à quelles hantises faisaient-ils allusion, croyez-vous ? À celles dont je viens de vous parler, n'en doutez pas ! Ils pensaient sans cesse à leur vie dissolue, au péril que courait leur âme, au ciel, à l'enfer et ces images leur faisaient mal. Alors, ils les chassaient par le jeu. Et ils jouèrent ainsi jusqu'à ce que le trépas les empêchât de compter leurs points. Leurs partenaires alors s'esquivèrent subrepticement, mais ils ne tardèrent pas à rencontrer « le mort ». À quel jeu jouèrent-ils alors ? Dieu seul le sait. Je crains que ce ne fût un jeu cruel. (...)

Il y en a qui, dans leur malheur, font comme le roi Saül et ont recours au démon. Ce roi avait ordonné que fussent mis à mort tous ceux de ses sujets qui pratiquaient la sorcellerie et la nécromancie.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Ven 30 Juin 2017 - 17:40

XVIII. CONSOLATIONS DIVINES OU CONSOLATIONS DIABOLIQUES

ANTOINE : (...) Mais, quelque temps après lui-même s'y adonna. Il alla trouver une sorcière (1S., 28, 3 sqq.) et lui demanda de faire parler un mort, afin de connaître l'issue de la bataille qu'il allait livrer. Dieu l'avait pourtant prévenu, par l'intermédiaire de Samuel que ces pratiques n'aboutiraient à rien, mais il n'en tint aucun compte, s'endurcit dans son erreur et devint toujours plus mauvais, si bien que Dieu ne voulut même plus veiller sur lui. Et quand il chercha auprès du prophète une réponse du Seigneur, il n'en reçut point et cela lui parut étrange. Alors voyant que Dieu ne l'écoutait pas, il se tourna vers le démon et il obtint d'une sorcière qu'elle évoquât le fantôme de Samuel qui était mort dans l'intervalle et qu'elle le fît parler. Mais il lui arriva ce qui arrive à ceux qui ont recours à de tels sortilèges. La réponse fut défavorable et le sort funeste. Son armée fut déconfite et lui-même, tué. Il est dit dans les Paralipomènes, livre premier, chapitre X, que Saül périt pour avoir manqué de confiance en Dieu et pour avoir interrogé et consulté une sorcière, ce qui était contraire à la loi de Dieu, et aussi à la loi qu'il avait lui-même promulguée si peu de temps auparavant.

Que tous ceux qui s'adonnent à de telles pratiques s'attendent à pareil sort ! J'en connais beaucoup qui, en cas de lourde perte financière, recourent à la sorcellerie pour retrouver leurs biens. Parfois, ils y rencontrent des choses étonnantes, mais jamais l'histoire ne s'achève à leur avantage. Il y a des gens stupides qui, s'ils sont malades, ne font pas venir le médecin, refusent de faire faire des analyses d'urine, mais envoient un bonnet ou un bas à une guérisseuse, autrement dit, à une sorcière. Elle fait dire qu'elle a, dans le bas, trouvé la preuve que le malade a été victime des agissements d'un mauvais esprit, un soir entre deux portes, mais que cette preuve n'apparaîtra clairement que dans quelques jours. En attendant, l'esprit, assure-t-elle, a infesté le corps du malade, et c'est ce qui le fait tant souffrir. Qu'il se garde de prendre aucune médecine ! Qu'il se contente de bien manger et de bien boire, les potions lui feraient du mal. Mais voici cinq feuilles de valériane. Elle les a cueillies de la main gauche et leur a communiqué un charme. Il faut que le malade attache ces cinq feuilles à son pouce droit, avec un lacet vert, sans trop serrer ; il ne devra jamais les changer à moins qu'elles ne viennent à tomber ; qu'il les garde jusqu'à ce qu'il soit guéri. Et voilà les beaux conseils que suivent des quantités d'imbéciles, au lieu de se fier à Dieu ! (...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Sam 1 Juil 2017 - 17:20

XVIII. CONSOLATIONS DIVINES OU CONSOLATIONS DIABOLIQUES

ANTOINE : (...) Neveu, croyez-moi, tous ces gens qui dans l'épreuve, se détournent de Dieu et cherchent le réconfort dans le plaisir ou auprès du démon, se font tort à eux-mêmes. Tandis que ceux qui se tournent vers Dieu trouvent en lui leur consolation et, de l'épreuve même qu'ils subissent, tirent un grand profit.

XIX. UNE AUTRE OBJECTION. RÉPONSE

VINCENT : Vos réponses me satisfont, mon oncle ; il me reste pourtant encore un doute. Quand ce doute sera dissipé, je ne vous ennuierai plus car je crains de vous fatiguer par une trop longue discussion. Je ne vous poserai qu'une seule question ; nous verrons le reste plus tard.

Vous dites qu'un riche peut s'élever vers Dieu et qu'un pauvre accablé de maux peut tomber au pouvoir du démon ; qu'on peut tout aussi bien plaire à Dieu en le remerciant de ses bienfaits qu'en supportant avec patience les épreuves qu'il envoie. La richesse et la pauvreté semblent donc pouvoir être causes de salut ou de perdition. Elles ne seraient en soi ni bienfaisantes ni malfaisantes ; tout dépendrait, en somme, de la façon dont ces états sont acceptés. Dès lors, je ne vois pas pourquoi vous donneriez la préférence à la tribulation, à la pauvreté, ni pourquoi vous y voyez plus de causes de vous réjouir. Il me semble à moi qu'on en trouve bien moins dans l'adversité que dans le bonheur, à moitié autant.

Un homme heureux et épanoui qui remercie le Seigneur élève son âme, mais dans l'adversité (bien qu'il puisse acquérir des mérites par sa patience comme l'autre par ses actions de grâces) il est submergé par sa peine. Le riche peut prier Dieu tranquillement, joyeusement, sereinement, mais celui qui gémit dans l'affliction ne pense même pas à prier.

ANTOINE : Je vous dirai d'abord, cher neveu, que les prières du riche et celles du pauvre ne valent pas mieux les unes que les autres, si tous deux sont méchants. Car ni l'un ni l'autre n'a envie de prier. Le riche en est empêché par son plaisir, le pauvre par sa misère – à ceci près que le malheur sert souvent d'aiguillon et force l'homme à se tourner vers Dieu, à moins qu'il ne s'agisse d'un cœur vraiment corrompu, alors que le plaisir détourne plutôt de Dieu – sauf s'il s'agit de mortels vraiment très pieux et très vertueux. (...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Dim 2 Juil 2017 - 18:32

XIX. UNE AUTRE OBJECTION. RÉPONSE

VINCENT : (...) Sur ce point, il me semble que tous les hommes de bonne foi seront d'accord. Dans la douleur, tout homme qui n'est pas complètement stupide ou foncièrement mauvais en appelle à Dieu, non pas timidement, mais de tout son cœur, tant il souhaite être soulagé. Cependant quand nous sommes riches et prospères, notre esprit ne vagabonde-t-il pas tandis que nos lèvres murmurent des prières ? Je sais qu'au cours de certaines maladies, dans certains malheurs, il serait difficile de dire de longues prières à matines. Pourtant, certains agonisants disent dévotement les sept psaumes et d'autres prières, avec le prêtre qui leur administre l'extrême-onction. Mais Dieu ne l'exige pas, et il y en a qui souffrent trop ou qui n'ont pas le courage d'articuler toutes ces formules. Qu'ils élèvent donc leur cœur, sans prononcer une parole. Le Seigneur préfère ce genre de prière dans ces circonstances à une longue liturgie offerte par des bien-portants. Les martyrs, dans leur agonie, n'articulaient pas de longues invocations, mais un mot de leur bouche à ce moment de grande douleur était bien plus précieux que les longues prières qu'ils avaient adressées au Seigneur avant leur supplice.

De grands Docteurs disent que le Christ, quoique vrai Dieu et comme tel jouissant avec son Père d'une éternelle félicité, s'acquit des mérites en tant qu'homme, non seulement pour nous mais aussi pour lui-même. À l'appui de cette thèse, ils citent ces paroles de saint Paul : « Le Christ s'est humilié jusqu'à la mort, jusqu'à la mort sur la croix. Pour cela, Dieu l'a exalté. Le nom de Jésus est au-dessus de tous les noms. Au nom de Jésus, tous les genoux doivent plier aussi bien au ciel que sur la terre et en enfer. Toute bouche doit proclamer que le Seigneur Jésus-Christ est dans la gloire de Dieu son Père » (Phil., 2, 8-11). Si ces savants ont raison, si Notre-Seigneur a mérité non seulement pour nous mais aussi pour lui, il semble bien que ses différentes actions n'ont pas été toutes également méritantes. En lavant les pieds de ses disciples, il mérita moins que pendant sa Passion ; pendant son sommeil, moins que quand il était éveillé et qu'il priait ; ses prières elles-mêmes n'eurent peut-être pas toutes le même mérite. Il ne pouvait dire que des oraisons infiniment supérieures à celles des autres hommes, mais elles ne furent pas toutes équivalentes, certaines étant très supérieures aux autres. Ainsi celles qu'il dit dans sa passion et dans son agonie me paraissent l'emporter sur les autres. La première, quand il tomba trois fois, prostré dans son agonie, quand la peur d'une mort cruelle et toute proche secouait son corps sacré, et qu'une sueur de sang coulait sur le sol. (...)

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More

Message  ami de la Miséricorde le Lun 3 Juil 2017 - 4:55

A Noter
une erreur de ma part :

dans le message précédent il ne s'agit pas de VINCENT mais bien de ANTOINE qui parle
Mea Culpa

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
avatar
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 4138
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 59

http://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum