Réflexion sur la nature du Schisme !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Réflexion sur la nature du Schisme !

Aller en bas

Réflexion sur la nature du Schisme ! Empty Re: Réflexion sur la nature du Schisme !

Message  Admin le Lun 25 Déc 2017 - 15:21

RÉFLEXION SUR LA NATURE DU SCHISME !


Réflexion sur la nature du Schisme ! Schism10


Sur la nature du schisme


Réflexion sur la nature du Schisme ! Veroni10
Par Veronica A. Arntz
Le 18 décembre 2017
SOURCE : Rorate Caeli


NOTE : Aussi facile que cela peut se faire, s'il vous plaît, ne lisez pas cet article et attribuez ensuite un verdict à un groupe, en particulier un groupe qui est Traditionaliste. Au contraire, regardez-le à travers la lunette du châtiment actuel de l'Église, par la Volonté de Dieu, qui est soit permissive ou voulue, de ce qui pourrait arriver bientôt, à travers les actions du pontificat actuel.


« L'Église, bien qu'elle n'atteigne certainement la pleine actualité historique qu'avec l'association des croyants Chrétiens, existait déjà, fondamentalement et en germe et, en ce sens, Elle est une Création Divine. Car Elle est l'unité de l'humanité rachetée, une unité rendue possible par l'Incarnation du Fils de Dieu ; Elle est le kosmos des hommes, de l'humanité dans son ensemble, de la multitude en tant qu’un ». . ( Karl Adam, . L'Esprit du Catholicisme ). [ 1 ]

Karl Adam nous donne des paroles expressives pour comprendre le cœur de la vérité sur l'Église Catholique. Elle est la source de l'unité pour les rachetés et, en effet, pour toute l'humanité, qui aspirent à être unis au Sauveur, Jésus-Christ. C'est par l'Église que nous recevons la grâce du salut, non pas d'une manière purement individualiste, telle que comprise les Protestants, mais particulièrement de manière communautaire, avec les autres membres baptisés et par l'intercession de la Communion des Saints au Ciel.

L'unité dans la charité, qui est le sommet de la vie spirituelle, est une caractéristique essentielle de l'Église et il est vital, pour le salut et pour le bien de l'Église, que nous demeurions en communion avec Elle. Bien que le schisme soit un événement peu fréquent, il est important pour nous de réfléchir à la gravité de sa nature de sorte que nous puissions être encouragés à rester dans l'Église et à prier pour l'unité de tous les individus à travers elle. À cette fin, nous donnerons d'abord deux définitions, l'une de l'Église, telle que décrite par le Pape Pie XII dans son encyclique Mystici Corporis, et une seconde définition selon Saint Thomas d'Aquin. Nous passerons ensuite en revue plusieurs textes de Saint Cyprien de Carthage, du Cardinal Charles Journet, de Saint Augustin et de Joseph Ratzinger concernant le fléau du schisme sur la nature communautaire de l'Église.

Le Pape Pie XII écrit qu’« on ne peut trouver rien de plus beau, rien de plus excellent, rien enfin de plus divin que cette expression qui la désigne [ l'Église établie par le Christ ] comme « le Corps mystique de Jésus- Christ » » ( article 14 ). Cette description de l'Église trouve ses racines dans les Écritures elles-mêmes, car Saint Paul écrit : « Nous avons un seul corps, mais avec plusieurs parties qui ont toutes des fonctions différentes. De même, bien que nous soyons nombreux, nous formons un seul corps dans l'union avec le Christ et nous sommes tous unis les uns aux autres comme les parties d'un même corps ». ( Rom 12 : 4-5 ). Et encore : « Eh bien, le Christ est semblable à un corps qui se compose de plusieurs parties. Toutes ses parties, bien que nombreuses, forment un seul corps » ( 1 Co 12, 12 ). Bien qu'un corps ait beaucoup de membres, ces membres peuvent seulement être appelés « un corps » parce qu'ils sont unifiés dans le tout ; un membre démembré n'est plus appelé un « corps » ou une partie du corps. De plus, ces membres doivent travailler ensemble pour le bien du corps dans son ensemble ; si un membre échoue, tout le corps souffre.

C'est la même chose avec le Corps du Christ. Il y a beaucoup de membres individuels qui ont été baptisés dans le Corps du Christ, mais le Corps du Christ n'existe que parce que ces membres existent ensemble dans un tout. Et en effet, tout le Corps du Christ souffre si un membre souffre, comme l'explique Saint Paul : « Si une partie du corps souffre, toutes les autres souffrent avec elle ; si une partie est honorée, toutes les autres s'en réjouissent avec elle » ( 1 Cor 12 :26 ). Peut-être le plus important de tout est le fait que le Christ est la Tête de Son Corps ; il est le Chef de l'Église comme le dit aussi Saint Paul : « Le Christ est le Chef de l'Église. Le Christ est en effet le Sauveur de l'Église qui est Son Corps » ( Ep 5, 23 ). Par conséquent, Il donne la vie à son Corps, et si un membre devait se séparer de la Tête, alors il ou elle ne pourrait plus recevoir la vie du Christ.

Le principe de l'unité dans l'Église Catholique est la charité du Christ. Comme le dit Charles Journet : « La Grâce, la Charité, venant du Christ par le contact des pouvoirs sacramentels et juridictionnels, acquiert une richesse, une plénitude qui — au niveau des réalités créées inhérentes à l'Église — constituent son principe vivifiant suprême, son âme créée » [ 2 ]. En effet, nous lisons un principe semblable chez Sainte Thérèse de Lisieux : « J’ai compris que c'était l’amour seul qui a fait des membres de l'Église qu’ils agissent, que si l’Amour s’éteignait à jamais, les apôtres ne prêcheraient pas l'Évangile et les martyrs ne verseraient pas leur sang ». [ 3 ] Le Christ s'est donné Lui-Même pour l'Église en sacrifiant Sa Vie sur la Croix, pour la rédemption des pécheurs ; cet amour, qui est répandu par le Sacrifice du Christ, coule dans les membres du Corps, qui donnent ensuite cet amour aux autres et les amènent dans la plénitude de l'Église. En tant que tel, le Corps du Christ est uni à cause de l'Amour de Jésus-Christ, ce qui explique comment le schisme est un péché contre la charité.

Quand il définit le schisme, Saint Thomas d'Aquin discute de deux principes par lesquels les membres restent dans l'unité avec le Christ. Le premier est que les membres doivent rester « dans la connexion mutuelle ou la communion des membres de l'Église » et, deuxièmement, « dans la subordination de tous les membres de l'Église à l'unique Tête, selon Colossiens 2 : 18-19 » ( Summa Theologiae, II-II, Q. 39, article 1, corpus ). Le schisme est donc le péché qui sépare les hommes de l'unité de l'Église. Le schismatique, écrit Saint Thomas, « entend se détacher de cette unité qui est l'effet de la charité : car la charité unit non seulement une personne à l'autre par le lien de l'amour spirituel, mais aussi toute l'Église dans l'unité d'esprit » ( Ibid ).

Le schisme est un péché particulier contre la charité parce que c'est la séparation volontaire de l'unité de l'amour dans le Corps du Christ. Un membre se sépare volontairement de cette charité s'il se sépare des autres membres de l'Église et s'il se sépare du Christ, le Chef. On peut imaginer les types de scénarios dans lesquels cela se produirait, en particulier la prédication et l'adhésion à des fausses doctrines qui sont contraires aux enseignements de Jésus-Christ. Le schisme affecte donc non seulement l'état de l'individu ( ou des groupes d'individus impliqués ) mais aussi l'état de toute l'Église. Encore une fois, si un membre souffre ou pèche, alors tout le corpus est affecté pour le pire. Bien que Dieu puisse certainement faire sortir du bien d’un schisme, nous ne pouvons jamais espérer obtenir quelque chose de bon en nous séparant de l'unité de l'Église.

Quels sont donc les effets du schisme ? Saint Cyprien de Carthage, Père de l'Église primitive du IIe siècle, écrivit de nombreuses lettres et traités sur la nature de l'unité de l'Église, exhortant ceux qui s'étaient séparés de l'Église à revenir à l'unité avec Elle, mais avec la contrition et la pénitence appropriées. Dans une lettre particulière, il écrit :

Comme est inséparable le sacrement de l'unité et combien ils sont désespérés, et quelle ruine excessive ils gagnent pour eux-mêmes de l'indignation de Dieu, ceux qui font un schisme et, abandonnant leur Évêque, se désignent un autre faux Évêque en dehors [ c'est-à-dire en dehors de l'Église ], l'Écriture Sainte déclare [ ... ] Et que personne n’ose dire que l'eau salvatrice du Baptême et la Grâce Céleste peuvent être communes avec les schismatiques, pour lesquelles ni la nourriture terrestre ni les boissons de ce monde ne devraient rien avoir en commun ? [4]


Pour Saint Cyprien, le schisme entraîne donc la séparation d’avec les Sacrements de l'Église. Le schisme sépare d'abord les individus de l'Évêque, qui est le chef de l'Église locale, nommé par le Christ à travers la succession apostolique. C'est une séparation immédiate de la vie de l'Église dans les Sacrements car c'est par les Évêques que les prêtres peuvent donner et célébrer les Sacrements ; comme le dit Saint Ignace d'Antioche dans ses lettres, l'Évêque est le garant des Sacrements. En nommant leur propre Évêque, on pourrait aller jusqu'à dire que les schismatiques agissent comme les Israélites qui ont donné un faux culte au veau d'or ou se sont dotés d'un roi comme toutes les autres nations (Exode 32 ; 1 Sam 8-9 ) : ils contredisent directement le plan de Dieu et placent leur propre autorité au-dessus de la Sienne. Saint Cyprien a encore des paroles dures pour les schismatiques : comment pourraient-ils être sauvés par le Baptême et la Grâce, s'ils se sont séparés de l'Église apostolique du Christ ? En d'autres termes, parce que les schismatiques se sont séparés de l'union sacramentelle avec l'Église, ils sont au-delà de tout espoir parce qu'ils se sont établis comme l'autorité légitime pour définir la vérité.

Tandis que Saint Cyprien nie que les schismatiques soient capables de maintenir des Sacrements valables, le Cardinal Charles Journet soutient qu'ils sont capables de baptiser valablement bien qu'il y ait encore de graves inquiétudes au sujet des églises schismatiques ou « dissidentes ». Comme l'explique Journet : « En se séparant de l'Église du Christ, ils emportent avec eux une partie de ses moyens de sanctification, ce que beaucoup appellent les vestiges de l'Église. » [5] En d'autres termes, ils sont capables de baptiser valablement, tels que ceux qui sont baptisés « appartiendront à la véritable Église tout comme les enfants qu'Elle-Même baptise dans son sein. Avec le caractère du Baptême, la Grâce et les vertus infuses leur sont conférées. Ils ne sont ni hérétiques, ni schismatiques, ni même dans l'erreur ». [6] Par rapport à Saint Cyprien, ce sont des paroles très généreuses en effet. Les schismatiques sont encore capables de baptiser valablement, ce qui signifie que leurs membres sont des membres à part entière de l'Église Catholique et jouissent de ces grâces que Dieu veut donner à travers le Sacrement. On pourrait commencer à croire qu'il y a peu ou pas de problème avec le schisme, mais c'est une idée loin de la vérité sur la nature du schisme.

Journet pose la question importante suivante : « Que se passe-t-il au moment où, sortant du sommeil de leur enfance, ils se trouvent confrontés à des choix que leur propose la vie Chrétienne ? » [7] Que se passe-t-il quand ceux qui ont été baptisés dans la véritable Église commencent à connaître la Foi à l'âge de la raison ? En effet, ces enfants sont membres d'une secte schismatique, non en communion avec l'Église du Christ. Comme Journet décrit avec tristesse :

Désormais, ce qui sera transmis aux générations successives, avant même d'avoir pu commettre un péché contre la Foi ou l'Amour, sera le patrimoine de l'hérésie ou le patrimoine du schisme. Ainsi, ceux qui ont été baptisés dans ces églises atteindront l'âge de la raison et de la mûre réflexion, même s'ils préservent leur âme de tout mal et la maintiennent à la lumière de l'amour, ils resteront longtemps incapables, peut-être toujours, de discerner sur ce point la vérité de la fausseté ; et ils commenceront leur vie Chrétienne adulte en acceptant en masse tout l'héritage de l'hérésie du schisme. [8]

Si ces enfants ne sont peut-être pas des schismatiques de facto, il n'en demeure pas moins que le schisme engendre le schisme. Si une génération est élevée en séparation de la communion avec l'Église, il lui sera beaucoup plus difficile de retourner en unité avec elle. Le schisme, par conséquent, se perpétue à travers les générations, parce que ces individus sont de plus en plus éloignés de la vérité qui existe dans l'Église. Une fois que le schisme a commencé, il est très difficile de le retirer de l'Église.

Tout en décrivant une hérésie, la maxime suivante s'applique encore : « L'Église s'est réveillée et s'est retrouvée Arienne ». Si l'Église ne reste pas en unité avec tous les membres et avec le Christ, elle risque de se retrouver en schisme, en rupture avec la vérité de Jésus-Christ. Et le schisme, une fois qu'il a commencé à séparer les membres de l'Église, est très difficile à arrêter ; on peut presque y penser comme étant analogue à la crise de la Foi que nous vivons actuellement dans l'Église. La gravité des paroles de Saint Cyprien est donc vraie : le schisme ne peut jamais être bon pour l'unité de l'Église et peut entraîner une désunion sacramentelle. De cette manière, nous voyons comment le schisme contredit le premier principe d'unité décrit par Saint Thomas : les membres de l'Église doivent rester unis, mais sous le patrimoine du schisme, il ne peut y avoir aucune unité réelle parmi ces membres et les membres de la vraie Église.

Saint Augustin et Joseph Ratzinger décrivent avec précision comment le schisme détruit le second principe d'unité donné par Saint Thomas, à savoir l'unité avec le Christ en tant que Chef de l'Église. Alors que la Foi et certains éléments des enseignements de l'Église peuvent être présents dans un groupe schismatique, ce n'est pas la Foi seule qui sauve un individu, comme l'enseigne Ratzinger en union avec Saint Augustin. [9] Comme Maximilian Heinrich Heim décrit, citant Saint Augustin et Ratzinger :

L'Église, le Corpus Christi créé par l'Esprit Saint, établit cette communio et devient ainsi le don de Dieu dans ce monde. Quiconque quitte la communion de l'Église met fin à l'amour. C'est pourquoi pour Ratzinger, à la suite de Saint Augustin, dit : « Le schisme est ... une hérésie pneumatologique », qui se produit comme un départ « de ce qui est éternel qui est de l'Esprit, de la patience de la caritas » — une révocation de ce qui est éternel et, par là, une renonciation au Saint-Esprit, qui est la patience de l’éternité, à Lui être réconcilié. [ 10 ]

Le Christ a donné le Saint-Esprit à l'Église pour La guider et La protéger : « Si vous m'aimez, vous obéirez à Mes commandements. Je demanderai au Père de vous donner quelqu'un d'autre pour vous venir en aide, afin qu'il soit toujours avec vous : c'est l'Esprit de vérité. Le monde ne peut pas le recevoir, parce qu'il ne peut ni le voir ni le connaître. Mais vous, vous le connaissez, parce qu'il demeure avec vous et qu'il sera toujours en vous ». ( Jean 14 : 15-17 ). Le Saint-Esprit est le principe de l'unité dans l'Église, mais le don du Saint-Esprit vient toujours du Christ, à travers le Père, car les Personnes de la Sainte Trinité agissent dans l'unité. En tant que tel, celui qui est en schisme et se sépare de l'amour du Saint-Esprit se sépare également de la Tête, qui est le Christ.

Ceci est en effet grave car notre vie et notre salut passent par Jésus-Christ et, par conséquent, par l'Église. En effet, comme l'écrit fermement Journet : « Vouloir créditer le Saint-Esprit de la forme d'une église dissidente et du conflit intérieur qui la rongerait serait commettre un blasphème ». [11] Ces paroles fermes nous rappellent que le Saint-Esprit ne peut guider certains individus qui sont en schisme ou qui tombent dans un schisme ; le Saint-Esprit désire que nous restions en communion avec la véritable Église du Christ. En tant que tel, alors que le Saint-Esprit continuera à inciter les individus schismatiques à retourner à la communion avec l'Église, nous ne pouvons pas dire que le Saint-Esprit guide ces individus pour qu'ils restent dans leurs propres églises dissidentes.

Concluons avec les paroles suivantes de Journet :

Les églises dissidentes sont comme autant de morceaux de l'Église Chrétienne. Leur Christianisme est mutilé. Il lui manque, à tout le moins, cette direction unique qui descend de la Royauté du Christ et qui, en touchant la terre, prend forme dans la juridiction suprême, déclarative et canonique, du Souverain Pontife. Ce qu'ils acceptent librement comme la règle de leur croyance et de leur vie est, tout au plus, une autre règle, semblable à la règle Catholique sur certains points essentiels, divergente sur d'autres points essentiels. Il est clair que cette règle les marque d'une empreinte originale et les sépare de l'unité organique, Catholique et œcuménique de l'Église du Christ. [12]

Les schismatiques et ceux des églises dissidentes ont un Christianisme « mutilé », parce que c'est un Christianisme de leur propre fabrication. En se séparant de la Royauté du Christ, tout en maintenant certains principes Chrétiens, ils ne peuvent avoir la plénitude de la Foi telle que désirée par Dieu, comme elle existe dans la véritable Église du Christ. Une telle séparation ne peut que conduire à l'établissement d'une religion Chrétienne qui soit similaire, mais très différente de la vraie religion de l'Église du Christ. Car, comme le dit Saint Paul, sans charité, nous ne sommes rien ( 1 Co 13 ). Sans la charité du Christ, que pouvons-nous espérer accomplir ?

Il est nécessaire de réfléchir sur la nature du schisme pour nous rappeler qu'il vaut beaucoup mieux rester en union avec la Barque de Saint-Pierre, la seule véritable Église établie par Jésus-Christ. Car c'est dans cette Église que nous trouvons la plénitude de la vérité et la plénitude de la charité ; nous luttons pour le salut et la sainteté aux côtés des autres membres baptisés, et nous sommes en union avec les Saints du Ciel.

La séparation de ce Corps mystique ne peut que conduire à de graves conséquences pour nos âmes. En tant que membres du Corps du Christ, nous devons nous efforcer de rester en union avec l'Église ; nous devons nous efforcer d'aider les autres membres du Corps à rester en union avec Elle. Ne nous laissons pas aller dans de fausses idéologies ou croyances contraires aux vérités de Jésus-Christ. Au contraire, restons en union avec le Saint-Esprit, en cherchant à voir comme Dieu, non pas l'homme, voit, afin que nous puissions éviter le péché du schisme potentiellement perfide.

[1] Karl Adam, L'esprit du Catholicisme, trans. Dom Justin McCann, OSB (Tacoma, WA : Angelico Press, 2012), p. 35
[2] Charles Journet, La théologie de l'Église, trad. Victor Szczurek, O. Praem. (San Francisco : Ignatius Press, 2004), p. 168.
[3] Cité dans Journet, Théologie de l'Église, p. 169.
[4] Cité dans Maximilien Heinrich Heim, Joseph Ratzinger : La vie dans l'Église et la théologie vivante, trad. Michael J. Miller (San Francisco : Ignatius Press, 2007), p. 71
[5] Journet, Théologie de l'Église, p. 307.
[6] Ibid.
[7] Ibid.
[8] Ibid.
[9] Heim, Joseph Ratzinger, p. 246.
[10] Ibid., P. 247.
[11] Journet, Théologie de l'Église, p. 309.
[12] Ibid.

SOURCE : http://dieuetmoilenul.blogspot.ca/2017/12/tribune-libre-sur-la-nature-du-schisme.html 

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum