Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence!
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence!

Aller en bas

Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence! Empty Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence!

Message  Admin le Ven 23 Avr 2010 - 18:10

LES CINQ ANNÉES DE PONTIFICAT DE BENOÎT XVI. LA RESTAURATION DE L'INTELLIGENCE !

Les cinq années de pontificat de Benoît XVI :
La restauration de l'intelligence
par Alain Besançon


L'élévation du cardinal Ratzinger au Siège de Pierre, il y a cinq ans, a été accueillie avec confiance par l'Eglise catholique, et par les chrétiens du monde entier. On se souvenait de l'équipe remarquable qu'il avait composée avec son prédécesseur Jean-Paul ii. Le Pape polonais, doué d'une personnalité puissante et d'un charisme irrésistible, avait eu la sagesse, et l'on peut dire l'humilité de s'adjoindre un grand esprit à l'allemande, qui avait reçu une formation classique plus complète que la sienne; un Herr Doktor Professor, le plus savant gardien possible de la foi reçue des apôtres. Jean-Paul ii laissait, croyait-on, une Eglise remise sur pied. On estimait que l'Eglise avait maintenant besoin de calme et de réflexion. Nul n'y était mieux préparé que Benoit XVI, et il indiqua dès ses premiers actes quel serait l'esprit de son pontificat.

Son nom: Benoît, celui du sage Benoît xv qui essaya en vain de mettre fin à la guerre de 14, celui de Benoît XIV, le Pape des Lumières, si docte et large d'esprit, celui de saint Benoît, le père fondateur de l'Europe. Sa première encyclique, Deus caritas est, mettait fin à la confusion, si propre à notre temps, entre l'Eros, l'Agapè chrétienne et la Philia des Anciens. Il ne condamnait nullement Eros, source de toute vie, mais le mettait à sa place au service de l'Amitié et de la Charité. De la même façon, la seconde encyclique indiquait le juste discernement entre la vertu d'Espérance, et ce qu'on peut raisonnablement espérer, enfin les contrefaçons utopiques et révolutionnaires. Inlassablement, Benoît XVI luttait pour la clarté et la précision. Rien ne lui semblait plus dangereux que le relativisme qui s'accorde avec la société démocratique moderne. N'importe quel groupe organisé peut légitimer une opinion en tant qu'elle est la sienne, sans avoir à la soutenir en raison. Dans le domaine religieux, le pendant du relativisme est l'humanitarisme vague, hostile aux affirmations dogmatiques parce qu'elles créent des frontières et provoquent les conflits. Il est mal de proclamer la vérité, il est mal en soi d'avoir des ennemis.

On voyait bien que ce Pape s'était attelé à une tâche de longue haleine: la restauration de l'intelligence, au sein de l'Eglise. La Réforme, la Révolution française, le communisme, la nazisme, avaient été autant de chocs dramatiques qui menaçaient l'Eglise dans sa survie et qui ne laissaient guère de place pour l'otium, ce loisir tranquille dont la pensée a besoin. Le Pape a indiqué ce qu'il fallait faire en prononçant aux Bernardins à Paris une magnifique leçon, digne des plus augustes pères de l'Eglise. Il fallait profiter de ce moment de paix pour effectuer un travail de fond. En particulier, on pourrait réfléchir aussi à la structure administrative de la Curie qui datait fondamentalement du Concile de Trente, que Vatican ii avait cherché à assouplir. Le Pape, grand musicien, avait fait venir son vieux piano. On avait, semblait-il, du temps devant soi.

Or il ne l'a pas eu. L'histoire est imprévisible. En cinq ans, le Pape a dû affronter deux accidents inattendus.

Autant que ses derniers prédécesseurs, Benoît XVI est attaché à la cause de l'oecuménisme. Il a salué avec joie l'accord obtenu avec les communautés luthériennes. Du côté des orthodoxies, l'enlisement dure, bien qu'on ne puisse se résigner à ce que ces Eglises soient séparées de celle de Rome par la même foi, comme on a dit que l'Angleterre et l'Amérique sont séparées par la même langue. Il est trop tôt pour juger des résultats de la démarche commencée en direction de l'anglicanisme. D'autre part, le Pape a cherché la bonne entente avec les religions non chrétiennes. Or s'est tout de suite posée de façon aigüe la question de l'islam. Premier accident.

Le discours de Ratisbonne était savant, modéré, bienveillant. Aussitôt il a suscité des réactions très brutales, mettant en danger les dernières Eglises chrétiennes qui survivent dans la condition de Dhimmi. Il a révélé aussi l'incompréhension des humanitaires parce qu'ils ne supportent pas que l'islam soit séparé de leur christianisme nébuleux par des différences de fond. Evidemment, si on tient l'Incarnation, la Rédemption, la Trinité pour des mystères périmés et sans importance, qu'est-ce qui empêche d'accueillir l'islam comme une variété de la même religion pour tous? La démesure de la réaction a révélé surtout l'ignorance dramatique du clergé et des fidèles touchant la religion de l'islam, et sans doute de la leur propre, car on ne peut comprendre l'une que si l'on comprend l'autre. Là encore, la nécessité d'un redressement de l'intelligence chrétienne s'impose absolument. Saint Thomas d'Aquin, à la question de savoir si la stupidité (stultitia) était un péché, a répondu qu'elle en était un quand elle a pour cause l'oubli des choses divines. Selon le même docteur, l'ignorance est aussi un péché quand elle porte sur des choses qu'on est tenu de savoir.

L'autre accident s'est produit à un niveau beaucoup plus bas. Des affaires de pédophilie nombreuses et anciennes se sont brusquement fait jour, orchestrées par un tourbillon médiatique comme nos sociétés en engendrent de plus en plus souvent, mais qui ont pris cette fois une ampleur inouïe. On reproche au clergé catholique des faits, qui sont incontestables et d'avoir voulu les taire et les cacher, ce qui a été souvent le cas.

Je voudrais à ce propos faire deux observations.

La première est que l'échelle des crimes a subi dans l'opinion publique, au cours du dernier demi-siècle un remaniement considérable et que souvent le droit s'est mis à la remorque de l'opinion. En matière sexuelle, bien des actes sont aujourd'hui permis, parfois loués, qui en d'autres temps, étaient punis des peines les plus graves. Le poids de ces fautes désormais acquittées, s'est porté tout entier sur l'acte pédophilique, le dernier qui reste interdit dans ce domaine.

La seconde est que le point de vue propre de l'Eglise est celui de l'offense à Dieu et que le péché est pour elle une notion distincte de celle du crime ou du délit. Elle n'excuse pas le crime, laisse au magistrat le soin de le punir, mais la considération du péché lui est immédiate et soumise à sa juridiction. Elle a le pouvoir des clés, elle absout ou n'absout pas.

Or, la première chose que sait et que dit l'Eglise, est que l'homme est pécheur. Dans toutes ses prières, elle le rappelle, comme une marque identitaire de l'homme. Ora pro nobis peccatoribus. "Je ne fais pas le bien que j'aime et je fais le mal que je hais". Devant la faute la plus effrayante, elle ne s'étonne pas: "Nous sommes tous capables de tout", écrivait sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. C'est donc par un étrange préjugé que l'on est surpris que des hommes, pour avoir embrassé l'état clérical, soient différents des autres et forcément meilleurs. On n'a pas trouvé jusqu'ici le moyen de rendre les hommes autres que ce qu'ils sont: orgueilleux, cupides, luxurieux, colères, pécheurs toujours. Ce n'est pas par un examen psychologique ou médical préalable qu'on le déterminera.

Il n'empêche que l'immense maelström médiatique charrie avec lui des choses qui n'ont rien à voir: le mariage des prêtres, l'ordination des hommes mariés, etc, questions radicalement différentes. Ces questions adventices traduisent de la haine pour le nom chrétien ou une perte d'autorité et de confiance dans l'Eglise catholique. En tout cas, c'est au Pape de porter le fardeau de cette confusion. Son pontificat après cinq ans me semble douloureux. Jean-Paul ii combattait contre un régime politique monstrueux, le communisme, mais il avait pour lui la société et l'humanité entière. Benoît XVI a contre lui l'ensemble de la société moderne, celle issue de la crise des années soixante, avec sa nouvelle morale et sa nouvelle religiosité. Il se retrouve dans une situation analogue à celle de Paul vi, quand, après le Concile de Vatican ii, il eut affaire à ce qu'il a appelé la autodemolizione de l'Eglise. Cette fois, c'est l'autodémolition de toute la société, de la nature et de la raison. La gloire de son pontificat n'est pas visible. C'est celle du martyre.

(©L'Osservatore Romano - 20 avril 2010)

SOURCE : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50589
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence! Empty Re: Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence!

Message  Invité le Dim 25 Avr 2010 - 6:26

Merci pour cet article sérieux et juste qui porte bien son nom. Je lui souhaite, ici comme ailleurs, beaucoup de lecteurs, car il est particulièrement éclairant sur l'ampleur et la difficulté de la tâche confiée à Benoît XVI: restaurer l'intelligence.
On comprend mieux la haine et l'incompréhension que suscite le Pape, puisqu'il apparaît littéralement "difficile à suivre". On peut donc lui apporter notre soutien d'une façon moins simpliste que celles proposées, ici ou là, par exemple en luttant avec lui contre l'oubli des choses divines !
Plutôt que de signer bêtement un pathétique "appel à la vérité dans l"Eglise", luttons contre l'ignorance des choses qu'on est tenu de savoir en matière de religion.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence! Empty Re: Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence!

Message  Invité le Dim 25 Avr 2010 - 8:34

d accord avec vous Tarcisus, il faut soutenir notre PAPE , qui doit restaurer la vrai religion, abolir les erreurs de vatican II et refonder l église une sainte catholique et apostilique
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence! Empty "Santo Subito!, Santo Subito!, Santo Subito!"

Message  LaCastafiore le Dim 25 Avr 2010 - 12:24

Autant Jean-Paul II était un martyre de la maladie et un martyre mystique, autant Benoît XVI est un martyre de la persécution.

Nos deux derniers Papes sont des Saints, il va de soi!

"Santo Subito!, Santo Subito!, Santo Subito!"

Confiez-moi le dossier de la canonisation et, en 24 heures, je vous règle cela!!!

J'aimerais vous partager cette vidéo dont je n'ai rien compris. Elle est en polonais, mais les images parlent d'elles-mêmes!



Bianca

_________________
"Ah! Je ris de me voir si belle en ce miroir...", chante Bianca Castafiore dans les Bijoux de la Castafiore.
LaCastafiore
LaCastafiore
Quatrième Demeure : C'est la Nuit des sens. Je pratique une ascèse énergique.
Quatrième Demeure : C'est la Nuit des sens. Je pratique une ascèse énergique.

Messages : 450
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 42
Localisation : Ça dépend de l'album dans lequel j'apparais!

Revenir en haut Aller en bas

Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence! Empty Re: Le pontificat de Benoît XVI : La Restauration de l'intelligence!

Message  marie-france le Jeu 13 Mai 2010 - 15:04

merci pour cette article...personnellement je crois que Jean Paul II était un Pape de convertion.....il a lui meme ``reconvertie`` si je peux m exprimer ainsi en demanderpardon pour toutes les erreures du passé....tandis que Benoit XVI est le pape Martyr des dernier temps ....n ayez pas peur et allons de l avant! cela va bien ensemble n et ce pas!
marie-france
marie-france
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 100
Date d'inscription : 05/05/2010
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum