Témoignage : mon ami Raoul Auclair !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Témoignage : mon ami Raoul Auclair !

Aller en bas

Témoignage : mon ami Raoul Auclair ! Empty Témoignage : mon ami Raoul Auclair !

Message  Octo le Ven 25 Mar 2011 - 14:17

TÉMOIGNAGE : MON AMI RAOUL AUCLAIR !
par Dominique Poulain


Beaucoup ont connu Raoul Auclair par l’Armée de Marie. Pour moi, ce fut l’inverse: c’est Raoul qui me fit connaître l’Armée de Marie. Il y a vingt ans, je commençais à m’intéresser à la spiritualité à travers des lectures un peu désordonnées qui avaient débuté par des livres de «métaphysique bouddhiste» de pacotille... Puis mon professeur de philosophie, une dame extraordinaire, m’avait intéressé à Aristote et saint Thomas d’Aquin, et aussi à des auteurs contemporains qui eurent une grande importance pour notre Raoul: René Guénon et Léon Bloy.

Un jour que j’étais en vacances, on vint me proposer d’aider des handicapés à suivre une retraite en Foyer de Charité (dont j’ignorais tout) en poussant leurs fauteuils roulants. Je dis oui, je partis pour le Foyer, où j’appris que j’étais supposé suivre moi-même la retraite... et ce fut une illumination: la découverte de la spiritualité de saint Louis-Marie Grignion de Montfort et de Marthe Robin, la redécouverte du chapelet...

Je n’eus de cesse d’y entraîner mes parents et mes amis. Au bout d’un ou deux ans, c’était chose faite. Un ami particulièrement enthousiaste et dynamique, après deux retraites avec nos amis handicapés et un pèlerinage avec eux à Banneux et Beauraing comme brancardier, décida au retour de nous réunir pour un chapelet hebdomadaire dans sa paroisse.

C’était à l’automne de 1976. Au printemps, nous (trois amis) avions découvert une oeuvre passionnante: celle d’Anne-Catherine Emmerich, dont nous avions aussitôt acheté les volumes des Visions. Puis, au début de l’été, j’avais avisé à la librairie de L’Homme Nouveau, à Paris, un autre livre concernant Anne-Catherine: Visions d’Anne-Catherine Emmerich pour notre temps. Nous nous précipitâmes sur cet ouvrage dont l’auteur était un certain «Raoul Auclair», totalement inconnu pour nous.

La lecture du livre nous bouleversa. Je clamai alors que c’était le livre le plus extraordinaire que j’eusse jamais lu. Aussitôt, nous fîmes l’achat de tous les ouvrages disponibles de ce Raoul Auclair. Nous étions en train de les dévorer méthodiquement lorsque nous organisâmes ce chapelet hebdomadaire dans la paroisse de mon ami... à Palaiseau, au sud de Paris.

Le chapelet fut annoncé à la fin de la messe d’un dimanche de novembre. Agréablement surpris par cette initiative mariale venant d’un jeune de la paroisse, un paroissien aborda mon ami à la sortie de la messe: «Je connais un Monsieur qui habite près d’ici et qui serait intéressé par votre initiative. Souhaitez-vous le rencontrer? Il s’appelle Raoul Auclair.»

Mon ami manqua défaillir. Il accepta d’enthousiasme, et courut me téléphoner. Je crus vivre un rêve. Non seulement Raoul Auclair, dont nous ne savions rien, était encore en vie, mais il demeurait à deux pas de chez nous. Et il nous invitait chez lui, pour le mardi soir suivant!

La rencontre de Raoul fut un enchantement. Il nous fit visiter sa belle maison dessinée selon ses plans, emplie de livres et de beaux objets réunis tout au long de sa vie, par exemple ces étonnants tableaux qu’il composait lui-même avec des algues ramassées sur la plage. Il nous installa dans de profonds fauteuils et nous parla toute la soirée des sujets qu’il exposait dans ses livres. C’était comme un conte de fées... Il connaissait, comme nous, Bloy et Guénon, mais aussi Joseph de Maistre et bien d’autres. Il nous fit entrer plus profondément dans le mystère du grand combat de la fin des temps. Au moment de le quitter à une heure avancée, nous avions remarqué sur son bureau un journal. Le titre en était Marie. C’était le premier numéro du journal de l’Armée de Marie, dont nous n’avions jamais entendu parler. «Oui, dit Raoul, il s’agit d’une oeuvre mariale de Québec, dont je vais avoir à m’occuper...» Il nous dit que si nous voulions bientôt le revoir, il serait présent à deux célébrations où il nous invitait à le retrouver: le premier vendredi du mois à Saint-Eustache, à Paris, avec la «Milice de Jésus-Christ» dont il faisait également partie, et une prochaine assemblée de l’Armée de Marie à la chapelle de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac.

Témoignage : mon ami Raoul Auclair ! Hom_lo10
Façade de la résidence de Raoul, à Lozère-sur-Yvette,
vallée de Chevreuse, dans la banlieue parisienne.
Raoul qui avait étudié l’architecture, en avait fait les plans


Témoignage : mon ami Raoul Auclair ! Hom_ja10
Raoul aimait beaucoup les fleurs et chaque année il préparait,
avec goût, un arrangement floral soigné, entourant sa résidence


Ce fut le début d’un engrenage dont nous ne sommes jamais sortis, l’un de mes deux amis et moi: vingt ans de vie au sein de l’Oeuvre mariale, où j’eus même le bonheur de rencontrer celle qui deviendrait mon épouse. Vraiment, je dois tout à Raoul! Il fut dans ma vie l’instrument de la Providence, et quel instrument!

Nous revîmes Raoul. Hélas! pas pour longtemps: en février 1977, trois mois seulement après notre première rencontre, notre ami s’envolait pour le Québec... dont il ne devait revenir que par intermittence. Veuf depuis un an, il se consacrait pleinement à l’Oeuvre mariale, après avoir parlé de Marie depuis des décennies. «L’Armée de Marie se reconnaîtra à ce signe: sa fidélité à Rome et au Pape!» Cette phrase, devise de l’Oeuvre, Raoul l’avait soulignée dans un de ses volumes, écrit bien des années avant la fondation de l’Armée de Marie...

Nous profitions autant que possible de ses brefs passages où il réunissait plusieurs amis. Puis les visites de Raoul en France s’espacèrent. C’était toujours de bonnes surprises. Un soir, le téléphone sonnait: c’était Raoul qui était de passage à Palaiseau et m’invitait à venir dîner chez lui. Ou bien je le retrouvais à la Milice de Jésus-Christ, un premier vendredi à Saint-Eustache, et je le raccompagnais chez lui. Il s’arrêtait en route chez un bon traiteur et faisait quelques emplettes pour le dîner (le «souper», en québécois).

Dîner chez Raoul était toujours une fête. De tradition familiale, il était excellent cuisinier! Il y avait bonne chère et bon vin, en qualité plutôt qu’en quantité, toujours avec simplicité. L’essentiel était la longue conversation à bâtons rompus qui suivait.

Un soir, il me dit: «Il y a des coprins chevelus qui ont poussé sur ma pelouse. Veux-tu une omelette aux champignons?» Cette omelette aux champignons de Raoul, toute simple, faite avec les savoureux coprins du jardin, voilà un souvenir inoubliable dont je lui reparlais à chaque rencontre, le faisant rire de bon coeur à ces souvenirs...

Puis Raoul ne revint plus. On le rencontrait à chaque pèlerinage, à Rome, à Lourdes, à Paris... mais il était devenu «Canadien». Il devint même... Fils de Marie! Changement de continent, changement de vie.

En 1990, je franchis l’Atlantique avec mon épouse et son frère. Raoul avait reconstitué, au rez-de-chaussée de l’immeuble en face du 2040, 26e Rue, à Québec (résidence de l’Armée de Marie), sa petite thébaïde de Palaiseau: les livres, les oeuvres d’art, l’essentiel était là. Même la fidèle perruche, témoin de la composition de tant d’ouvrages extraordinaires.

Raoul nous fit les honneurs de son petit appartement, nous versa la liqueur (au sens européen du terme), versa aussi une larme au moment de nous voir partir.

Je le revis encore en Italie, au pèlerinage à Rieti. Il attendait les grands «événements», pour lui imminents. «Il n’y a plus de temps!» disait-il. Puis deux ans après, à Venise et en Autriche. Diminué, Raoul était maintenant accompagné en permanence. Je passai une demi-heure à converser avec lui, sur la place Saint-Marc, au milieu des pigeons. Enfin, l’an dernier à Québec. On ne pouvait plus soutenir une conversation suivie, tant sa mémoire le trahissait, mais jamais Raoul ne me parut si joyeux. Son âme était déjà en partance pour l’au-delà. Son corps s’attardait encore parmi nous...

«Viens, bon et fidèle serviteur. Entre dans la joie de ton Maître...» À 90 ans passés, Raoul méritait son billet pour l’au-delà... Comme son maître Léon Bloy, il est parti au moment où frappent les trois coups de la pièce dont il attendait le lever de rideau depuis toujours... (Bloy, ce prophète eschatologique, est mort le 3 novembre 1917, dans les jours de la Révolution bolchevique, de la Déclaration Balfour et du Grand Miracle de Fatima...)

Écrivain et auteur dramatique reconnu dans les années 1960 et 1970, Raoul Auclair avait progressivement sombré dans l’oubli, se consacrant désormais à cette Oeuvre si méprisée et décriée, dont il avait préparé les âmes à la venue par ses écrits. Marie l’enveloppa d’une nuée et le prit auprès d’Elle. Il continuera à rayonner discrètement aux yeux de ses Chevaliers, avant que ses oeuvres reviennent sur le devant de la scène quand le moment sera venu.

Cette France qu’il affectait de vouloir oublier, l’a en retour bien oublié. Je n’ai rien vu dans aucun journal. Sa mort est passée inaperçue aux yeux du monde. Comme il nous manque déjà, Frère Raoul! Qu’importe; aux yeux de ses amis, Raoul Auclair est toujours parmi nous, avec son sourire et son regard d’enfant.

Jésus avait dit au Docteur angélique: «Tu as bien parlé de moi, Thomas.» La Dame de tous les Peuples peut désormais dire à notre ami: «Tu as bien parlé de moi, Raoul.»

Dominique Poulain, Achères, France

30 janvier 1997

SOURCE : http://www.communaute-dame.qc.ca/Raoul_Auclair/HOM_mon-ami_FR.htm

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Octo
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum