La Cène et la Passion du Christ selon les visions d'Anne-Catherine Emmerich !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

La Cène et la Passion du Christ selon les visions d'Anne-Catherine Emmerich !

Aller en bas

La Cène et la Passion du Christ selon les visions d'Anne-Catherine Emmerich ! Empty Re: La Cène et la Passion du Christ selon les visions d'Anne-Catherine Emmerich !

Message  Admin le Sam 20 Avr 2019 - 12:39

LA CÈNE ET LA PASSION DU CHRIST SELON LES VISIONS D'ANNE-CATHERINE EMMERICH !


La Cène et la Passion du Christ selon les visions d'Anne-Catherine Emmerich ! Image-11


« Sur l’ordre du Seigneur, le majordome avait de nouveau tressé la table, qu’il avait quelque peu exhaussée ; il la couvrit d’un tapis sur lequel il étendit une couverture rouge, et par-dessus celle-ci une couverture blanche ouvrée à jour. Ayant ensuite replacé la table au milieu de la salle, il mit dessous une urne pleine d’eau et une autre pleine de vin.

Pierre et Jean allèrent dans la partie de la salle où se trouvait le foyer de l’agneau pascal pour y prendre le calice qu’ils avaient apporté de chez Séraphia, et qui était dans son enveloppe. Ils le portèrent entre eux deux comme s’ils eussent porté un tabernacle, et le placèrent sur la table devant Jésus. n’y avait là une assiette ovale avec trois pains azymes blancs et minces, qui étaient rayés de lignes régulières ; il y avait trois de ces lignes dans la largeur, et chaque pain était à peu près une fois plus long que large. Ces pains, où Jésus avait déjà fait de légères incisions pour les rompre plus facilement. turent placés sous un linge auprès au demi pain déjà mis de côté par Jésus lors du repas pascal : il y avait aussi un vase d’eau et de vin, et trots boites, l’une d’huile épaisse, l’autre d’huile liquide, et la troisième vide avec une cuiller à spatule.

Dès les temps anciens, on avait coutume de partager le pain et de boire au même calice à la fin du repas c’était un signe de fraternité et d’amour usité pour souhaiter la bienvenue et pour prendre congé ; je pense qu’il doit y avoir quelque chose à ce sujet dans l’Ecriture sainte. Jésus, aujourd’hui, éleva à la dignité du plus saint des sacrements cet usage qui n’avait été jusqu’alors qu’un rite symbolique et figuratif.
Ceci fut un des griefs portés devant Caiphe par suite de la trahison de Judas : Jésus fut accusé d’avoir ajouté aux cérémonies de la Pâque quelque chose de nouveau : mais Nicodème prouva par les Ecritures que c’était un ancien usage.

Jésus était placé entre Pierre et Jean : les portes étaient fermées, tout se faisait avec mystère et solennité. Lorsque le calice fut tiré de son enveloppe, Jésus pria et parla très solennellement. Je vis Jésus leur expliquer la Cène et toute la cérémonie : cela me fit l’effet d’un prêtre qui enseignerait aux autres à dire la sainte Messe.

Il retira du plateau sur lequel se trouvaient les vases une tablette à coulisse, prit un linge blanc qui couvrait le calice et l’étendit sur le plateau et la tablette. Je le vis ensuite ôter de dessus le calice une plaque ronde qu’il plaça sur cette même tablette. Puis il retira les pains azymes de dessous le linge qui les couvrait, et les mit devant lui sur cette plaque ou patène. Ces pains, qui avaient la forme d’un carré oblong, dépassaient des deux cotés la patène, dont les bords cependant étaient visibles dans le sens de la largeur Ensuite il rapprocha de lui le calice, en retira un vase plus petit qui s’y trouvait, et plaça à droite et à gauche les six petits verres dont il était entouré. Alors il bénit le pain, et aussi les huiles, à ce que je crois : il éleva dans ses deux mains la patène avec les pains azymes, leva les yeux, pria, offrit, remit de nouveau la patène sur la table et la recouvrit. Il prit ensuite le calice, y fit verser le vin par Pierre, et l’eau qu’il bénit auparavant, par Jean, et y ajouta encore un peu d’eau qu’il versa dans une petite cuiller : alors il bénit le calice, l’éleva en pliant, en fit l’offrande et le replaça sur la table.

Jean et Pierre lui versèrent de l’eau sur les mains au-dessus de l’assiette où les pains azymes avaient été placés précédemment : il prit avec la cuiller, tirée du pied du calice, un peu de l’eau qui avait été versée sur ses mains, et qu’il répandit sur les leurs ; puis l’assiette passa autour de la table, et tous s’y lavèrent les mains. Je ne me souviens pas si tel fut l’ordre exact des cérémonies : ce que je sais, c’est que tout me rappela d’une manière frappante le saint sacrifice de la Messe et me toucha profondément.

Cependant Jésus devenait de plus en plus affectueux ; il leur dit qu’il allait leur donner tout ce qu’il avait, c’est-à-dire lui-même : c’était comme s’il se fût répandu tout entier dans l’amour. Je le vis devenir transparent ; il ressemblait à une ombre lumineuse. se recueillant dans une ardente prière, il rompit le pain en plusieurs morceaux, qu’il entassa sur la patène en forme de pyramide ; puis, du bout des doigts, il prit un peu du premier morceau, qu’il laissa tomber dans le calice. Au moment où il faisait cela, il me sembla voir la sainte Vierge recevoir le sacrement d’une manière spirituelle, quoiqu’elle ne fût point présente là. Je ne sais comment cela se fit, mais je crus la voir qui entrait sans toucher la terre, et venait en face du Seigneur recevoir la sainte Eucharistie, puis je ne la vis plus, Jésus lui avait dit le matin, à Béthanie, qu’il célébrerait la Pâque avec elle d’une manière spirituelle, et il lui avait indiqué l’heure où elle devait se mettre en prière pour la recevoir en esprit.

Il pria et enseigna encore : toutes ses paroles sortaient de sa bouche comme du feu et de la lumière, et entraient dans les apôtres, à l’exception de Judas. Il prit la patène avec les morceaux de pain (je ne sais plus bien s’il l’avait placée sur le calice, et dit : “Prenez et mangez, ceci est mon corps, qui est donné pour vous ”. En même temps, il étendit sa main droite comme pour bénir, et, pendant qu’il faisait cela, une splendeur sortit de lui ; ses paroles étaient lumineuses : le pain l’était aussi et se précipitait dans la bouche des apôtres comme un corps brillant : c’était comme si lui-même fût entré en eux. Je les vis tous pénétrés de lumière.

Judas seul était ténébreux. Il présenta d’abord le pain à Pierre, puis à Jean (1) : ensuite il fit signe à Judas de s’approcher ; celui-ci fut le troisième auquel il présenta le sacrement, mais ce fut comme si la parole du Sauveur se détournait de la bouche du traître et revenait à lui. J’étais tellement troublée, que je ne puis rendre les sentiments que j’éprouvais. Jésus lui dit : “ Fais vite ce que tu veux faire ”. Il donna ensuite le sacrement au reste des apôtres, qui s’approchèrent deux à deux, tenant tour à tour l’un devant l’autre, un petit voile empesé et brodé sur les bords qui avait servi à recouvrir le calice.

Jésus éleva le calice par ses deux anses jusqu’à la hauteur de son visage, et prononça les paroles de la consécration : pendant qu’il le faisait, il était tout transfiguré et comme’ transparent ; il semblait qu’il passât tout entier dans ce qu’il allait leur donner. Il fit boire Pierre et Jean dans le calice qu’il tenait à le main, et le remit sur la table. Jean, à l’aide de la petite cuiller, versa le sang divin du calice dans les petits vases, et Pierre les présenta aux apôtres, qui burent deux dans la même coupe. Je crois, mais sans en être bien sure, que Judas prit aussi sa part du calice, il ne revint pas à sa place, mais sortit aussitôt du Cénacle les autres crurent, comme Jésus lui avait fait un signe, qu’il l’avait charge de quelque affaire. Il se retira sans prier et sans rendre grâces, et vous pouvez voir par là combien l’on a tort de se retirer sans actions de grâces après le pain quotidien et après le pain éternel.

Pendant tout le repas, j’avais vu prés de Judas une hideuse petite figure rouge, qui avait un pied comme un os desséché, et qui quelquefois montait jusqu’à son cœur ; lorsqu’il fut devant la porte, je vis trois démons autour de lui : l’un entra dans sa bouche, l’autre le poussait, le troisième courait devant lui. Il était nuit, et on aurait cru qu’ils l’éclairaient ; pour lui, il courait comme un insensé.

(1) Elle n’était pas très certaine que la chose se fût faite dans cet, ordre ; une autre fois elle avait vu Jean recevoir de sacrement le dernier.
Le Seigneur versa dans le petit vase dont J’ai déjà parlé un reste du sang divin qui se trouvait au fond du calice. puis il plaça ses doigts au-dessus du calice, et y fit verser encore de l’eau et du vin par Pierre et Jean. Cela fait, il les fit boire encore dans le calice, et le reste, versé dans les coupes, fut distribué aux autres apôtres. Ensuite Jésus essuya le calice, y mit le petit vase où était le reste du sang divin, plaça au-dessus la patène avec les fragments du pain consacré, puis remit le couvercle, enveloppa le calice et le replaça au milieu des six petites coupes. Je vis, après la résurrection, les apôtres communier avec le reste du saint Sacrement.

Je ne me souviens pas d’avoir vu que le Seigneur ait lui-même mangé et bu le pain et le vin consacrés, à moins qu’il ne l’ait fait sans que je m’en sois aperçue. En donnant l’Eucharistie, il se donna de telle sorte qu’il m’apparut comme sorti de lui-même et répandu au dehors dans une effusion d’amour miséricordieux. C’est quelque chose qui ne peut s’exprimer. Je n’ai pas vu non plus que Melchisédech lorsqu’il offrit le pain et le vin. y ait goûté lui-même. J’ai su pourquoi les prêtres y participent, quoique Jésus ne l’ait point fait. Pendant qu’elle parlait, elle regarda tout à coup autour d’elle comme si elle écoutait. Elle reçut une explication dont elle ne put communiquer que ceci : “  Si les anges l’avaient distribué, ils n’y auraient point participé ; si les prêtres n’y participaient pas, l’Eucharistie se serait perdue : c’est par là qu’elle se conserve ”.

Il y eut quelque chose de très régulier et de très solennel dans les cérémonies dont Jésus accompagna l’institution de la sainte Eucharistie, quoique ce fussent en même temps des enseignements et des leçons. Aussi je vis les apôtres noter ensuite certaines choses sur les petits rouleaux qu’ils portaient avec eux. Tous ses mouvements à droite et à gauche étaient solennels comme toujours lorsqu’il priait. Tout montrait en germe le saint sacrifice de la Messe. Pendant la cérémonie, je vis les apôtres, à diverses reprises, s’incliner l’un devant l’autre, comme font nos prêtres. »

SOURCE : Pris sur un blogue catholique. 

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 45297
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 118
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum