Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi !

Aller en bas

Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi ! Empty Re: Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi !

Message  Admin le Mer 15 Jan 2020 - 13:16

LE PAPE FRANÇOIS INSULTE LA VIERGE MARIE - UN DOSSIER DE MILES CHRISTI !


Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi ! 28379610


François insulte la Vierge Marie.
Miles Christi - 15/12/2019

François enseigne que Notre-Dame, “femme métisse de nos peuples”, n’est pas Corédemptrice.

Après avoir participé au culte idolatrique de la “déesse” aborigène “Pachamama” au mois d’octobre dernier, durant le Synode sur l’Amazonie qui s’est tenu au Vatican, François n’a pas trouvé mieux pour se surpasser dans l’impiété que de s’en prendre à la Mère de Dieu, niant qu’Elle ait pu être associée à l’oeuvre rédemptrice de son divin Fils.

Cela eut lieu le 12 décembre, à l’occasion de la fète de Notre-Dame de Guadalupe, Patronne des Amériques. Durant l’homélie, François a dit que cette dévotion -très ancrée en Amérique Latine et qu’on souhaite voir un jour proclamée dogme de foi-, n’est qu’ “histoires” et “inepties”, et que les seuls titres “essentiels” qui reviennent à Marie sont ceux de “femme” et “mère”. Voici ses paroles:

“Fidèle à son Maître, qui est son Fils, l’unique Rédempteur, elle n’a jamais voulu prendre pour elle quelque chose de son Fils. Elle ne s’est jamais présentée comme co-rédemptrice. (...) Elle n’a jamais rien volé à son Fils (...) Marie femme, Marie mère, sans autre titre essentiel. Les autres titres -pensez aux litanies de Lorette- sont des titres d’enfants plein d’amour qui les chantent à leur Mère, mais ne touchent pas à l’essentiel de l’être de Marie: femme et mère. Et voilà le troisième adjectif que je lui dirais en la regardant, elle a voulu être métisse pour nous, elle s’est métissée. (...) Elle s’est métissée pour être la Mère de tous,

PAGE -1-

elle s’est métissée avec l’humanité. Pourquoi? Parce qu’elle a métissé Dieu. Et c’est là le grand mystère: Marie Mère métisse Dieu, vrai Dieu et vrai homme, dans son Fils. Quand on vient nous raconter des histoires comme quoi il faudrait la déclarer ceci, ou bien faire cet autre dogme, ne nous perdons pas en inepties: Marie est femme (...) et Marie est métisse, la femme de nos peuples, mais qui a métissé Dieu.”1
Ces propos sont aussi faux qu’outrageants. Même s’il n’y a pas encore eu de déclaration solennelle du magistère à ce sujet, le Corédemption de Marie fait partie intégrante de la révélation divine. Son fondement scripturaire est incontestable. Il repose sur le parallèle et l’analogie existant entre Ève et la Vierge Marie, qui se manifestent dans le rôle qu’elles ont joué, respectivement, dans la chute, à côté d’Adam, et dans la Rédemption, auprès du nouvel Adam, Jésus-Christ (Rm. 5, 14 - I Co. 15, 22).

En effet, de même qu’Ève participa au péché originel par son manque de foi et sa désobéissance, ainsi Marie fut associée à l’oeuvre salvatrice de son divin Fils par sa foi et son obéissance. Le “fiat” et le consentement de Marie au sacrifice de Jésus, inspirés par le Saint-Esprit, ont rendu possible la Rédemption, tout comme l’action tentatrice d’Ève, sur l’instigation du Serpent, avait été l’occasion de la faute d’Adam.
Si c’est bien ce dernier qui a commis la faute, Ève y a néanmoins été intimement impliquée, non pas comme auteur, mais en tant que participante nécessaire et cause instrumental. D’une manière analogue, Marie, Ève nouvelle, est intervenue dans l’action rédemptrice accomplie par le Christ, non pas en qualité d’auteur, mais comme participante nécessaire -Dieu en a disposé ainsi dans sa Divine Providence-, et en tant que cause instrumentale -Marie, par son “fiat”, a fourni la “matière” du sacrifice, le corps de la victime expiatoire-.

C’est en ce sens que doit s’entendre le terme “corédemption” appliqué à Marie, comme l’expression de son étroite participation à l’oeuvre rédemptrice, de par la volonté divine de l’associer à la mission salvatrice de son Fils, qui en est l’auteur exclusif. Tout comme Ève eut une intervention décisive dans la chute originelle d’Adam, il en fut de même pour la Vierge Marie, Ève de la Nouvelle Alliance, dans le réparation de cette faute, opérée par le nouvel Adam, Jésus-Christ.

Voyons ce qu’en dit Saint Irénée, Père et Docteur de l’Église, disciple de Saint Polycarpe, qui, à son tour, l’avait été de l’apôtre Saint Jean, dans son ouvrage Contre les hérésies:

“Parallèlement au Seigneur, on trouve aussi la Vierge Marie obéissante, lorsqu'elle dit « Voici ta servante, Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole ». Eve, au contraire, avait été désobéissante elle avait désobéi, alors qu'elle était encore vierge. (...) de même donc qu'Eve, en désobéissant, devint cause de mort pour elle-même et pour tout le genre humain, de même Marie, ayant pour époux celui qui lui avait été destiné par avance, et cependant Vierge,

1 http://www.vatican.va/content/francesco/fr/homilies/2019/documents/papa-francesco_20191212_omelia- guadalupe.html - Traduction française modifiée par l’auteur d’après l’original espagnol.

PAGE -2-

devint, en obéissant, cause de salut pour elle-même et pour tout le genre humain. (...) Ainsi également le nœud de la désobéissance d'Eve a été dénoué par l'obéissance de Marie, car ce que la vierge Eve avait lié par son incrédulité, la Vierge Marie l'a délié par sa foi.”2
Je me permets de citer un deuxième passage du maître ouvrage du grand docteur des Gaules, première synthèse théologique de grande ampleur où se trouve récapitulée la foi de l’Église juste après l’âge des Pères Apostoliques:

“Si donc le Seigneur (...) a récapitulé, par son obéissance sur le bois, la désobéissance qui avait été perpétrée par le bois; si cette séduction dont avait été misérablement victime Eve, vierge en pouvoir de mari, a été dissipée par la bonne nouvelle de vérité magnifiquement annoncée par l'ange à Marie, elle aussi vierge en pouvoir de mari -car, de même que celle- là avait été séduite par le discours d'un ange, de manière à se soustraire à Dieu en transgressant sa parole, de même celle-ci fut instruite de la bonne nouvelle par le discours d'un ange, de manière à porter Dieu en obéissant à sa parole; et, de même que celle-là avait été séduite de manière à désobéir à Dieu, de même celle-ci se laissa persuader d'obéir à Dieu, afin que, de la vierge Eve, la Vierge Marie devînt l'avocate; et, de même que le genre humain avait été assujetti à la mort par une vierge, il en fut libéré par une Vierge, la désobéissance d'une vierge ayant été contrebalancée par l'obéissance d'une Vierge.”3

Je transcris ensuite l’avis du grand docteur marial Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, dans son Traité de la vraie dévotion à la Vierge Marie:

“53. Ce que Lucifer a perdu par orgueil, Marie l'a gagné par humilité; ce qu'Eve a damné et perdu par désobéissance, Marie l'a sauvé par obéissance. Eve, en obéissant au serpent, a perdu tous ses enfants avec elle, et les lui a livrés; Marie, s'étant rendue parfaitement fidèle à Dieu, a sauvé tous ses enfants et serviteurs avec elle, et les a consacrés à sa Majesté. (...) 74. Ce que je dis absolument de Jésus-Christ, je le dis relativement de la Sainte Vierge, que Jésus-Christ, ayant choisie pour compagne indissoluble de sa vie, de sa mort, de sa gloire et de sa puissance au Ciel et sur la terre, lui a donné par grâce, relativement à sa Majesté, tous les mêmes droits et privilèges qu'il possède par nature: Quidquid Deo convenit per naturam, Mariæ convenit per gratiam: Tout ce qui convient à Dieu par nature, convient à Marie par grâce, disent les saints (...).”4

Voici maintenant ce qu’en dit le magistère, à commencer par Pie XII, à deux reprises. Tout d’abord, lors d’une allocution adressée à des pèlerins de Gênes, en 1940:

“Jésus et Marie, ne sont-ils pas les deux sublimes amours du peuple chrétien? Ne sont-ils pas le nouvel Adam et la nouvelle Eve que l'arbre de la croix réunit dans la douleur et dans

2 http://fdier.free.fr/AdvHaer.pdf - Pages 129 et 130.
3 Ibidem, page 213.
4 https://laportelatine.org/confreries/marierei/bibliotheque_marie_reine/traite_vraie_devotion.pdf

PAGE -3-

l'amour pour réparer la faute de nos parents dans l'Eden, l'un source, l'autre canal de grâce pour nous régénérer à la vie spirituelle et à la reconquête de la patrie céleste?”5

Ensuite, dans sa constitution apostolique de l’an 1950, Munificentissimus Deus, dans laquelle il déclara solennellement le dogme de l’Assomption de Marie au Ciel en corps et âme:

“Il faut surtout se souvenir que, depuis le IIe siècle, les Saints Pères proposent la Vierge Marie comme une Ève nouvelle en face du nouvel Adam, et, si elle lui est soumise, elle lui est étroitement unie dans cette lutte contre l'ennemi infernal, lutte qui devait, ainsi que l'annonçait le protévangile, aboutir à une complète victoire sur le péché et la mort qui sont toujours liés l'un à l'autre dans les écrits de l'Apôtre des nations. C'est pourquoi, de même que la glorieuse Résurrection du Christ fut la partie essentielle de cette victoire et comme son suprême trophée, ainsi le combat commun de la Bienheureuse Vierge et de son Fils devait se terminer par la glorification de son corps virginal.”6
Finalement, voici d’autres citations du magistère dans lesquelles le rôle de Marie en sa qualité d’associée à la Passion et à la Rédemption du Christ est clairement signifié:

León XIII: “Quand Marie s’est offerte complètement à Dieu avec son Fils dans le Temple, Elle partageait déjà avec Lui la douloureuse expiation en faveur du genre humain, Il est ainsi certain qu’Elle a subi au plus profond de son âme les souffrances et les tourments de son Fils. Enfin, ce fut justement devant les yeux de Marie aue le divin sacrifice, pour lequel Elle était née, fut consommé; nous voyons Sa Mère devant la Croix de Jésus (...) offrant son Fils à la justice divine, mourant avec Lui dans son coeur, percée par le glaive de la douleur”. Encyclique Jucunda Semper, 1894.7

Saint Pie X: “Mais il n'est pas seulement à la louange de la Vierge qu'elle a fourni "la matière de sa chair au Fils unique de Dieu, devant naître avec des membres humains", et qu'elle a ainsi préparé une victime pour le salut des hommes; sa mission fut encore de la garder, cette victime, de la nourrir et de la présenter au jour voulu, à l'autel. Aussi, entre Marie et Jésus, il a a une perpétuelle société de vie et de souffrance (...) La conséquence de cette communauté de sentiments (...) c'est que Marie "mérita très légitimement de devenir la réparatrice de l'humanité déchue" et, partant, la dispensatrice de tous les trésors que Jésus nous a acquis par sa mort et par son sang.” Encyclique Ad diem illum, 1904.8

Benoît XV: “De même qu’Elle a souffert et est, pour ainsi dire, morte avec son Fils crucifié et agonisant, de même, Elle renonça à ses droits maternels sur son Fils, afin de satisfaire,

5 http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/pt/cji.htm
6 http://www.socama.ca/Munificentissimus%20Deus.pdf - Page 13.
7 http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_08091894_iucunda-semper- expectatione.html
8 http://www.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_02021904_ad-diem-illum- laetissimum.html

PAGE -4-

dans la mesure de ses possibilités, la justice divine, de telle sorte qu’on peut dire, à bon droit, qu’Elle a racheté le genre humain avec le Christ.”9

Pie XI: “Ô Mère de l’amour et de la miséricorde qui, quand ton Fils très doux consommait la Rédemption du genre humain sur l’autel de la Croix, tu es restée debout près de Lui, souffrant avec Lui comme Corédemptrice (...) conserve et accrois de jour en jour en nous, nous t’en supplions, les fruits de sa Rédemption et de ta Compassion.” Prière de clôture du Jubilé de la Rédemption, 1933.10

Pie XII: “Ce fut elle qui, exempte de toute faute personnelle ou héréditaire, toujours très étroitement unie à son Fils, le présenta sur le Golgotha au Père Eternel, en y joignant l'holocauste de ses droits et de son amour de mère, comme une nouvelle Eve, pour tous les fils d'Adam qui portent la souillure du péché originel; ainsi celle qui, corporellement, était la mère de notre Chef, devint spirituellement la mère de tous ses membres, par un nouveau titre de souffrance et de gloire.” Encyclique Mystici Corporis, 1943.11

Après avoir passé en revue toutes ces citations, le caractère insensé des propos de François ne fait pas l’ombre d’un doute et on est mieux à même de saisir leur dimension blasphématoire. Et je ne peux m’empêcher de les mettre en rapport avec ceux qu’il avait tenus juste un an auparavant, le 21 décembre 2018, à l’occasion du discours de Noël donné au personnel du Vatican, durant lequel il a attaqué sournoisement l’Inmaculée Conception de Marie:

“Alors, qui est heureux dans la crèche? La Sainte Vierge et saint Joseph sont pleins de joie: ils regardent l’Enfant Jésus et sont heureux parce qu’après mille préoccupations, ils ont accueilli ce cadeau de Dieu, avec beaucoup de foi et beaucoup d’amour. Ils débordent de sainteté et donc de joie. Et vous me direz: forcément! C’est la Sainte Vierge et Saint Joseph! Oui, mais ne pensons pas que pour eux, cela a été facile: on ne nait pas saint, on le devient, et cela vaut aussi pour eux.”12

Ainsi, selon François, ce qui caractériserait essentiellement Marie serait le fait d’être une “femme-mère-métisse-disciple” -tous étant des attributs d'un ordre purement naturel et qui pourraient correspondre à d'innombrables personnes-, mais les titres que l’Église lui attribue,

9 https://www.erudit.org/fr/revues/ltp/1952-v8-n1-ltp0940/1019861ar.pdf - Page 36, note 1.
10 https://books.google.com.ar/books?id=F4GZKC25XXYC&pg=PA455&dq=pie+11+priere+jubilee+redempt ion+1933&hl=es&sa=X&ved=0ahUKEwia7s6n8tvmAhVYIbkGHQTAC- EQ6AEITzAF#v=onepage&q=pie%2011%20priere%20jubilee%20redemption%201933&f=false (p. 455) - https://www.mercaba.org/FICHAS/MAR%C3%8DA/corredentora_respuestas_objeciones.htm (5e objection)
11 http://www.vatican.va/content/pius-xii/fr/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_29061943_mystici-corporis- christi.html
12 http://w2.vatican.va/content/francesco/es/speeches/2018/december/documents/papa- francesco_20181221_dipendenti-vaticani.html - http://papefrancois.jeun.fr/t3329-voeux-de-noel-du-pape-aux- employes-du-vatican

PAGE -5-

par exemple, celui d'Immaculée, ou bien celui de Corédemptrice, ne seraient que des “histoires” et des “inepties”...

Il y aurait d’autres choses à dire concernant ce sermon de François mais, dans un souci de brièveté, je me bornerai à faire quelques remarques rapides.

Il y, a tout d’abord, l’usage du terme “métisser” appliqué à Marie concernant l’Incarnation. Disons, tout simplement, que non seulement il s’agit d’une nouveauté théologique absolue, mais, en outre, la notion de “métissage” est totalement inappropriée, car elle implique un mélange ou une confusion d'éléments, ce qui ne se produit pas en Jésus-Christ, dont les deux natures, divine et humaine, demeurent parfaitement distinctes, unies dans la personne du Verbe, unité que la théologie appelle “hypostatique”. En plus, le mot “métisser” implique la dimension génératrice, ce qui est choquant au sujet de la Vierge Marie.

Sans oublier, enfin, la connotation politique et idéologique que ce mot comporte, à une époque de “mondialisme” et de “globalisation” effrénés, systématiquement prônés aussi bien par l'ONU que par le Vatican, et dont l'une des principales caractéristiques est l'immigrationnisme, avec sa conséquence inéluctable: le métissage des populations autochtones et la dissolution de l'identité culturelle et religieuse européenne.

Pour conclure, j'ajoute ci-dessous une annexe avec un répertoire de citations tirées d'anciens articles, afin d'illustrer la position de François à l’égard de la Vierge Marie, des propos surprenants qui font preuve non seulement d’une sérieuse hétérodoxie, mais, surtout, d’une tendance troublante à l'outrage envers la Mère de Dieu.

ANNEXE

1. Marie et l’Église ont des défauts.

Lors de l’Audience générale du 11 septembre 2013, François a dit que Marie et l’Eglise « ont des défauts », mais qu’il faut savoir les « excuser » et les aimer « telles qu’elles sont ». Voici ses paroles:

« L’Église et la Vierge Marie sont des mamans, toutes les deux; ce que l’on dit de l’Église peut être dit aussi de la Vierge et ce que l’on dit de la Vierge peut être dit aussi de l’Église! [...] Aimons-nous l’Église comme on aime sa propre mère, en sachant aussi comprendre ses défauts? Toutes les mères ont des défauts, nous avons tous des défauts, mais quand on parle des défauts de notre mère, nous les excusons, nous les aimons ainsi. L’Église a elle aussi ses défauts: l’aimons-nous comme une mère, l’aidons-nous à être plus belle, plus authentique, plus selon le Seigneur?13 »

13 http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/audiences/2013/documents/papa-francesco_20130911_udienza- generale.html

PAGE -6-

2. Marie s’est sentie trompée au pied de la Croix.

Lors d’une homélie prononcée le vendredi 20 décembre 2013 dans la chapelle de la maison Sainte Marthe, au Vatican, François laissa entendre que la Très Sainte Vierge Marie éprouva des sentiments de révolte au pied de la Croix, qu’elle fut prise au dépourvu par la Passion de son divin Fils, qu’elle crut que les promesses que l’Ange lui avait faites le jour de l’Annonciation était des mensonges et qu’elle avait été trompée.

Voici ses propos: « Elle était silencieuse, mais dans son cœur, que de choses disait-elle au Seigneur! Toi, ce jour-là, tu m’as dit qu’il serait grand; tu m’as dit que tu lui donnerais le trône de David, son père, qu’il règnerait pour toujours et maintenant, je le vois ici! La Vierge était humaine! Et peut-être avait-elle envie de dire: Mensonge! J’ai été trompée! »14

Ces paroles sont consternantes. La tradition n’a jamais prêté à Marie des sentiments de révolte face aux épreuves. Son attitude permanente en toutes choses a été celle qu’elle avait eue à l’Annonciation: « Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole. » (Lc. 1, 38) L’Eglise vénère Marie comme étant la Reine des Martyrs, ce qui n’aurait pas été possible si elle n’avait pas acquiescé au sacrifice que Dieu lui demandait: faire don de la vie de son Fils en vue du salut de l’humanité déchue, ce dont elle avait conscience depuis la prophétie de Siméon le jour de la Présentation de Jésus au Templ: « Et toi, une épée te transpercera l’âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient révélées. » (Lc. 2, 35)

Comme l’explique saint Alphonse-Marie de Liguori, Docteur de l’Eglise, dans son ouvrage Les gloires de Marie: « Plus elle aimait Jésus, plus elle ressentait de douleur, en songeant qu’elle devait le perdre par une mort si cruelle. Et plus approchait le temps de la Passion de son Fils, plus le glaive de douleur prédit par Siméon déchirait son cœur de mère. » (2è partie, Douleur I) Et encore: « (...) Marie, qui pour l’amour de nous consentit à le voir immolé à la divine justice par la barbarie des hommes. Les tourments affreux que souffrit Marie, tourments qui lui coûtèrent plus que mille morts (...) Considérons pendant quelque moments l’amertume de cette peine, qui fit de la divine Mère la Reine des martyrs, puisque son martyre surpasse celui de tous les martyrs (...) Comme la Passion de Jésus commença à sa naissance, selon saint Bernard, ainsi Marie, semblable en tout à son divin Fils, souffrit son martyr durant toute sa vie. » (2è partie, Discours IX)

Nulle trace donc de révolte ni d’ignorance chez Marie, mais une entière soumission à la volonté divine et une pleine conscience dans son acte libre et volontaire de consentement à l’immolation de son divin Fils pour le salut des hommes. De même qu’Eve fut intimement associée à la faute d’Adam, de même Marie, nouvelle Eve, fut étroitement associée au sacrifice rédempteur de Jésus, nouvel Adam, sur l’autel de la Croix. Telle est la doctrine traditionnelle de la Sainte Eglise de Dieu, en conformité avec la Révélation Divine, aux

14 https://infovaticana.com/blogs/adelante-la-fe/el-papa-francisco-y-el-silencio-de-dios/

PAGE -7-

antipodes des propos impies et blasphématoires proférés par celui qui est assis sur la chaire de saint Pierre.

3. François accepte les crucifix marxistes du communiste Evo Morales...

François a reçu du président bolivien Evo Morales un crucifix en forme de faucille et de marteau ainsi que la décoration Père Luis Espinal, insigne honorifique offerte par l’Assemblée Nationale de Bolivie, elle aussi portant le crucifix blasphématoire conçu par ce jésuite partisan de la révolution marxiste, au tombeau duquel François est par ailleurs allé se recueillir pour lui rendre hommage comme à un martyr: « Notre frère fut victime d'intérêts qui ne voulaient pas qu'on lutte pour la liberté. Le P. Espinal prêchait l’Évangile et cet Évangile les dérangeait et pour cela ils l'ont assassiné, [...] il a prêché l’Évangile qui nous apporte la liberté, qui nous rend libres15. »

A propos du crucifix communiste d’Espinal, le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, le Père Federico Lombardi, a affirmé que l’auteur avait voulu « représenter le dialogue avec ceux qui se battaient pour la justice sous une forme qui dépasse même les frontières de l’Eglise16. »

François a fait savoir qu’un tel cadeau ne l’avait pas choqué, expliquant qu’Espinal « était enthousiasmé par cette analyse de la réalité marxiste, ainsi que de la théologie utilisant le marxisme. C’est de là que vient cette œuvre. Les poésies d’Espinal appartiennent également à ce genre de la contestation, mais c’était sa vie, sa pensée, c’était un homme spécial, avec tant de génialité humaine, et qui luttait de bonne foi. En faisant une herméneutique de genre, je comprends cette œuvre. Et pour moi, ce cadeau n’a pas été une offense17. »

Autrement dit, François non seulement justifie la prise de position idéologique d’Espinal, ainsi que son « œuvre » obscène, qu’il qualifie d’ « art contestataire », une « critique du christianisme ayant fait alliance avec l’impérialisme » au lieu de l’appeler par son vrai nom d’ » art blasphématoire », mais, en outre, il en fait l’éloge, en affirmant que le « théologien » de la libération et « martyr » de la révolution communiste, menait sa lutte « de bonne foi », qu’il « prêchait l’Evangile » et que sa sculpture relève de la « génialité humaine. »

4. ...et les donne ensuite en offrande à la Vierge de Copacabana!

Mais l’affaire n’allait, hélas, pas en rester là. Plus tard, François s’est rendu au sanctuaire de Notre-Dame de Copacabana, la Sainte Patronne de la Bolivie, pour lui offrir les distinctions

15 http://www.zenit.org/fr/articles/bolivie-hommage-du-pape-au-martyr-jesuite-luis-espinal
16 http://www.zenit.org/fr/articles/bolivie-la-croix-sculptee-dans-un-marteau-sur-une-faucille-explications
17 http://www.news.va/fr/news/ce-que-le-pape-a-dit-dans-lavion-du-retour-dameriq - http://www.news.va/es/news/conversacion-del-papa-con-los-periodistas-en-el-vi - https://www.youtube.com/watch?v=4RTRCYmqdVA&feature=youtu.be&list=FLtDHeIIs1j_iWNHCxK- nF0g&t=1444 (Voir 23:20 à 29:38)

PAGE -8-

reçues du président Morales. Voici ses paroles à l’occasion de la remise à Marie des deux décorations, dont la médaille ornée du fameux crucifix communiste du Père Espinal:

Le président du pays, dans un geste de cordialité, a eu la délicatesse de m’offrir deux distinctions au nom du peuple bolivien. Je remercie pour l’affection du peuple bolivien et pour ce geste fin et délicat de Monsieur le président, et je voudrais laisser ces deux distinctions à la Patronne de la Bolivie, Mère de cette noble nation, afin qu’Elle se souvienne toujours de son peuple et de la Bolivie, de son sanctuaire, où je souhaiterais qu’elles demeurent [...] Reçois comme hommage du cœur de la Bolivie et de mon affection filiale les symboles de l’amour et de la proximité que -au nom du peuple bolivien- M. le président Morales m’a remis avec une affection cordiale et généreuse, à l’occasion de ce voyage apostolique, que j’ai confié à ton intercession attentive. Je te prie afin que ces distinctions, que je laisse ici en Bolivie à tes pieds et qui rappellent la noblesse du vol du Condor dans le ciel des Andes et le sacrifice commémoré du père Luis Espinal, s.j., soient des emblèmes de l’amour éternel et de la gratitude persévérante du peuple bolivien envers ta tendresse attentionnée et forte.

Récapitulons: François a accepté un cadeau et une décoration dans lesquels le Saint Corps de Jésus était profané d’une manière sacrilège et blasphématoire, en a remercié le communiste Evo Morales qui les lui avait offerts, a justifié l’ « art contestataire » du jésuite apostat Espinal, « artiste » dont il a fait l’éloge et qu’il a qualifié de « martyr de l’Evangile ». Enfin, cerise sur le gâteau, il a décidé de remettre l’abominable médaille à la Mère du Christ comme un emblème de « l’amour que lui porte le peuple bolivien ». Pour ce qui est du crucifix marxiste, qu’il a assuré n’avoir trouvé en rien scandaleux, il a dit aux journalistes qu’il le gardait pour lui, l’emportant « avec [lui] à Rome. »

5. Marie, rebelle à cause de la souffrance.

François laisse entendre que, face à la souffrance de voir son divin Fils sur la Croix, la Vierge aurait pu douter de la promesse que Dieu lui avait faite à l’Annonciation par l’Ange Gabriel. Elle aurait donc à ce moment-là pêché contre la foi et, ne consentant pas librement au sacrifice de Jésus, n’aurait pas non plus eu part à son œuvre rédemptrice. Elle aurait même blasphémé, accusant Dieu de l’avoir trompée:

Elle était silencieuse, mais dans son cœur, que de choses disait-elle au Seigneur! Toi, ce jour- là- c’est ce que nous avons lu- tu m’as dit qu’il sera grand; tu m’as dit que tu lui aurais donné le trône de David, son père, qu’il règnerait pour toujours et maintenant, je le vois ici La Vierge était humaine! Et peut-être avait-elle envie de dire: Mensonge! J’ai été trompée! 18

18 http://www.news.va/fr/news/le-silence-preserve-le-mystere-de-notre-rencontre

PAGE -9-

Selon François, cette attitude de Marie serait due au fait qu’il n’y a pas de réponse à la souffrance, ce qui a provoqué la révolte de Marie au pied de la Croix:

Très souvent je pense à la Vierge Marie, quand on lui a donné le corps mort de son fils, tout blessé, on avait craché sur lui, couvert de sang, sale. Et qu’a fait la Vierge Marie? « Emportez-le »? Non, elle l’a embrassé, elle l’a caressé. La Vierge Marie non plus ne comprenait pas. Parce qu’à ce moment-là, elle s’est souvenu de ce que l’ange lui avait dit: « Il sera roi, il sera grand, il sera prophète...» ; et dans son cœur, certainement avec ce corps tellement blessé dans les bras, avant tant de souffrance avant de mourir, dans son cœur, elle aurait certainement eu envie de dire à l’ange: ‘‘Menteur! J’ai été trompée’’. Elle non plus n’avait pas de réponse19.

Cette pensée est non seulement fausse, contraire à la révélation divine, mais aussi purement et simplement blasphématoire, car il est de foi que Marie, nouvelle Eve, a acquiescé au sacrifice rédempteur de son Fils, nouvel Adam, depuis l’instant de l’Annonciation. Elle n’ignorait pas les souffrances que son consentement lucide et libre à l’œuvre rédemptrice de Jésus allaient lui coûter, car elles lui avaient été annoncés lors de la présentation de l’enfant Jésus au Temple : « Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère : Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées. » (Luc 2, 34-35)

Par ailleurs, François développe cette pensée, totalement étrangère au christianisme, dans ce même discours:

Il y a aussi une question dont l’explication ne s’apprend pas au catéchisme. C’est la question que je me pose très souvent, et beaucoup d’entre vous, beaucoup de gens se la posent : ‘‘Pourquoi les enfants souffrent-ils ?’’. Et il n’y a pas d’explication. [...] Je ne sais que vous dire de plus, vraiment, parce que tout cela me touche beaucoup. Moi non plus, je n’ai pas de réponse. ‘‘Mais vous êtes pape, vous devez tout savoir !’’. Non, sur ces choses, il n’y a pas de réponse [...].

Véritable leitmotiv de l’ « enseignement » bergoglien, en voici d’autres exemples, cette fois s’adressant à des enfants qui l’interrogent sur le sens de la souffrance:

Cette question est l’une des plus difficiles à répondre. Il n’y a pas de réponse! Il y eu un grand écrivain russe, Dostoïevsky, qui s’était posé la même question: pourquoi les enfants

19 http://www.zenit.org/fr/articles/n-ayez-pas-peur-de-demander-a-dieu-pourquoi

PAGE -10-

souffrent-ils? On ne peut qu’élever les yeux vers le Ciel et attendre des réponses qu’on ne trouve pas. Il n’y a pas de réponses à cela, Raphaël20.

La femme est capable de poser des questions que nous, les hommes, avons du mal à comprendre. Ecoutez bien. Elle a posé aujourd’hui la seule question qui n’a pas de réponse. [...] La grande question pour tous: pourquoi les enfants souffrent-ils? 21

Elle fut la seule à poser la question pour laquelle il n’y a pas de réponse: pourquoi les enfants souffrent-ils? 22

Dire à des enfants qu’il n’y a pas de réponse à leur souffrance, que le mal est absurde et gratuit, revient à leur dire que Dieu est complice de leur détresse puisque, malgré sa toute- puissance, Il ne fait rien pour l’empêcher. Le message implicite est limpide: Dieu est rendu responsable de leur douleur car Il refuse de venir en leur secours. En définitive, Dieu est indifférent face à la souffrance humaine, ce qui le rend odieux, cruel et méchant. Les paroles de François sont la négation tacite du péché originel et, surtout, de l’amoureuse œuvre salvatrice de Notre-Seigneur, ainsi que de la mission par Lui attribuée à l’Eglise, son Corps Mystique, de poursuivre son œuvre rédemptrice dans l’attente de son dernier avènement.

Un tel message, qui plus est venant de la part de celui qui est censé être le Vicaire de Jésus- Christ sur terre, est tout simplement inconcevable. Criminel. Et, pour le dire sans ambages, purement et simplement diabolique...

6. Jésus demanda pardon à Marie et à Joseph.

Selon François, Jésus a dû demander pardon à ses parents à cause de son « escapade » au Temple de Jérusalem. Et ses parents lui ont fait part de leur « réprobation ». Visiblement, François a le sens de l’opportunité, car il a tenu à faire ce délicat compliment à Jésus, Marie et Joseph lors du sermon de la festivité de la Sainte Famille, le 27 décembre 2015, à la basilique de Saint-Pierre. Veuillez me pardonner la longueur de la citation, mais il le faut pour bien saisir la gravité de ses propos:

« Au terme de ce pèlerinage, Jésus retourne à Nazareth et il était soumis à ses parents. Cette image contient aussi un bel enseignement pour nos familles. Le pèlerinage, en effet, ne finit pas quand on arrive au but du sanctuaire, mais quand on revient à la maison et qu’on reprend la vie de tous les jours, mettant en acte les fruits spirituels de l’expérience vécue. Nous savons ce que Jésus avait fait cette fois. Au lieu de revenir à la maison avec les siens, il s’était arrêté

20 http://w2.vatican.va/content/francesco/es/speeches/2015/may/documents/papa- francesco_20150511_bambini-la-fabbrica-della-pace.html 21 http://w2.vatican.va/content/francesco/es/speeches/2015/january/documents/papa- francesco_20150118_srilanka-filippine-incontro-giovani.html 22 https://w2.vatican.va/content/francesco/es/speeches/2015/january/documents/papa- francesco_20150119_srilanka-filippine-conferenza-stampa.html

PAGE -11-

à Jérusalem dans le Temple, causant une grande peine à Marie et à Joseph qui ne le trouvaient plus. Pour cette “escapade”, Jésus a dû aussi probablement faire des excuses à ses parents. L’Évangile ne le dit pas, mais je crois que nous pouvons le supposer. La question de Marie, d’ailleurs, manifeste une certaine réprobation, rendant évidente sa préoccupation et son angoisse ainsi que celle de Joseph. Revenant à la maison, Jésus s’est certainement soumis à eux pour montrer toute son affection et son obéissance. Ces moments qui, avec le Seigneur, se transforment en opportunité de croissance, en occasion de demander pardon et de le recevoir, de montrer l’amour et de l’obéissance, font aussi partie du pèlerinage de la famille23. »

7. Marie désobéit à Saint Pierre.

Le 15 août 2013 François rendit visite à la communauté des Clarisses contemplatives du monastère d’Albano. Il a expliqué aux religieuses, sur un ton prétendument humoristique, que Marie s’était rebellée contre Saint-Pierre, qu’elle lui avait désobéi et que, en cachette, durant la nuit, à l’abri des regards, elle avait réussi à faire en sorte que tout le monde soit sauvé:

« Radio Vatican s’est entretenu avec deux des religieuses qui ont participé de la rencontre de 45 minutes avec le Saint-Père. La Mère Vicaire, Sœur Maria Concetta, a dit que le Pape ‘‘était tranquille, détendu, comme s’il n’avait rien à faire ou comme s’il ne pensait à rien. Il nous a parlé de Marie d’une façon qui nous a beaucoup touchées, en cette solennité de l’Assomption, parce que les consacrées sont un peu comme Marie. Il nous a raconté une belle histoire qui nous a fait beaucoup rire, y compris lui-même. Marie est au Paradis. Saint- Pierre n’ouvre pas toujours la porte lorsque des pécheurs arrivent, ce qui fait souffrir Marie, qui ne fait rien. Mais pendant la nuit, lorsque les portes du Paradis sont fermées, lorsque personne ne peut rien voir ou entendre, Marie ouvre la porte et fait entrer tout le monde24.’’ »

8. Selon Marie, Dieu lui aurait menti.

François prend visiblement un malin plaisir à injurier la Mère de Jésus. Selon lui, Notre- Dame, au pied de la Croix, se serait révoltée contre Dieu, le traitant de menteur. Voici ses paroles, prononcées le 20 décembre 2013 lors d’une homélie à la maison Sainte Marthe:

« Elle était silencieuse, mais dans son cœur, que de choses disait-elle au Seigneur! ‘‘Toi, ce jour-là, tu m’as dit qu’il serait grand; tu m’as dit que tu lui donnerais le trône de David, son père, qu’il règnerait pour toujours et maintenant, je le vois ici.’’ La Vierge était humaine! Et peut-être avait-elle envie de dire: ‘‘Mensonge! J’ai été trompée!’’ 25 »

23 http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/homilies/2015/documents/papa-francesco_20151227_omelia- santa-famiglia.html 24 https://www.aciprensa.com/noticias/si-san-pedro-cierra-puertas-del-cielo-maria-las-abre-dice-el-papa-a- religiosas-de-clausura-17043 25 http://www.news.va/fr/news/le-silence-preserve-le-mystere-de-notre-rencontre

PAGE -12-

François renouvela cet odieux blasphème à plusieurs reprises. Voyons ce qu’il dit le 29 mai 2015, toujours dans une homélie à Sainte Marthe:

« Très souvent je pense à la Vierge Marie, quand on lui a donné le corps mort de son fils, tout blessé, on avait craché sur lui, couvert de sang, sale. Et qu’a fait la Vierge Marie? ‘‘Emportez-le’’? Non, elle l’a embrassé, elle l’a caressé. La Vierge Marie non plus ne comprenait pas. Parce qu’à ce moment-là, elle s’est souvenu de ce que l’ange lui avait dit: ‘‘Il sera roi, il sera grand, il sera prophète’’; et dans son cœur, certainement avec ce corps tellement blessé dans les bras, avant tant de souffrance avant de mourir, dans son cœur, elle aurait certainement eu envie de dire à l’ange: ‘‘Menteur! J’ai été trompée’’. Elle non plus n’avait pas de réponse26. »

Essayons de déchiffrer l’enseignement que François nous présente à propos de la Mère de Dieu et Reine des Anges. Selon lui, Marie ne comprend pas ce qui arrive à Jésus, Marie ne comprend pas le sens de sa souffrance, Marie au pied de la Croix se révolte contre Dieu dans son cœur, Marie estime qu’elle a été trompée par l’ange Gabriel au moment de l’Annonciation, Marie ne consent pas librement et lucidement au sacrifice rédempteur de son fils, Marie n’est donc pas Notre-Dame des sept douleurs ni la Reine des Martyrs, Marie n’a rien compris à la prophétie de Siméon lors de la présentation de l’Enfant Jésus au Temple, Marie ignore ce qu’elle fait là et elle méconnaît le sens de sa mission, Marie ne sait pas quel rôle lui est dévolu dans le plan du salut. Voilà la version bergoglienne du rôle joué par Notre- Dame le Vendredi Saint, au Golgotha, au pied de la Croix, lorsque s’opérait la Rédemption du genre humain. Elle est proprement luciférienne. Et le fait de ne pas s’en apercevoir relève de l’aveuglement spirituel, purement et simplement.

Mais l’obsession blasphématrice de François ne s’arrêtera pas là. Et pourquoi s’en priverait- il? Puisque personne ne lui tient tête, et que, manifestement, il est dépourvu de toute crainte de Dieu. Selon François, il n’y a pas eu que la Très Sainte Vierge Marie qui aurait blasphémé contre Dieu: son divin Fils, Notre Seigneur Jésus-Christ, n’en est pas en reste. Voici ses paroles, prononcées le 3 septembre 2015, lors d’un sermon à Sainte Marthe:

« Quand Jésus se lamente -‘‘Père, pourquoi m’as-tu abandonné?’’- blasphème-il? Le mystère est là. Très souvent j’ai écouté des gens qui vivaient des situations difficiles, douloureuses, qui avaient tant perdu ou qui se sentaient seules et abandonnées et qui s’interrogeaient: ‘‘Pourquoi? Pourquoi?’’ Ils se révoltaient contre Dieu. Et je leur disais: “Continuez de prier comme cela, car cela aussi est une prière.” Car c’était bien une prière quand Jésus disait à son Père: “Pourquoi m’as-tu abandonné?”27. »

Ainsi, selon François, Jésus et Marie se révoltaient contre Dieu. Et dans leur détresse, ils blasphémaient. Mais c’était par ailleurs une vraie prière de leur part, bien entendu. Si bien qu’il encourage les gens qui sont dans la souffrance à suivre l’exemple de Jésus et de Marie,

26 http://www.zenit.org/fr/articles/n-ayez-pas-peur-de-demander-a-dieu-pourquoi
27 http://www.news.va/es/news/evitar-lamentos-teatrales-y-rezar-por-quien-sufre

PAGE -13-

en se révoltant eux-mêmes aussi contre Dieu, en blasphémant eux-mêmes aussi contre Dieu, contre cet être cruel et méchant qui n’a que faire de la souffrance humaine, laquelle est gratuite et incompréhensible...

François nous explique donc que, au moment même où notre divin Sauveur accomplissait la Rédemption du genre humain par le sacrifice volontaire de sa vie sur l’autel de la Croix, il aurait blasphémé contre son Père, se révoltant contre Son dessein salvifique. Et que, en même temps, Notre-Dame, au pied de la Croix, au lieu de s’associer lucidement et librement au sacrifice rédempteur de son divin Fils, aurait blasphémé elle aussi contre la volonté de Dieu, s’estimant trompée par la promesse que lui avait faite l’Ange à propos de la mission de Jésus, au moment de l’Annonciation.

Le moment central de l’histoire du Salut devient ainsi, selon le récit inouï qu’en fait François, un acte de révolte et de blasphème contre Dieu. Si bien que le nouvel Adam et la nouvelle Eve au Calvaire n’auraient pas fait mieux que nos premiers parents, agissant sous l’emprise du Démon au Paradis, lorsqu’ils commirent la faute originelle. Le salut n’aurait donc pas différé substantiellement de la chute, puisque la révolte contre la volonté divine aurait été leur dénominateur commun, Satan se trouvant à l’origine de ces deux moments décisifs de l’histoire de l’humanité.

Voilà donc l’enseignement que propose François aux catholiques: du luciférianisme à l’état pur. Voilà le vrai visage de ce faux prophète que la masse des catholiques continue d’appeler naïvement « Saint-Père », le considérant comme le Vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ. On se frotte les yeux. Je le dis encore une fois: ne pas s’apercevoir du caractère diabolique de cet homme relève de l’aveuglement spirituel. Mais est-ce bien surprenant? Notre Seigneur lui-même, ne nous avait-t-il pas avertis, dans son discours eschatologique, que la puissance d’égarement des faux prophètes précédant son deuxième avènement serait de nature à tromper, si possible, même les élus?28

28 Pour de plus amples informations à propos des innombrables hérésies et blasphèmes de Jorge Mario Bergoglio, on peut consulter les ouvrages suivants: Trois ans avec François: l’imposture bergoglienne, ainsi que sa suite: Qu’il soit anathème. Trois ans et demi avec François: la coupe est pleine, publiés par les Éditions Saint-Remi en quatre langues (français, anglais italien et espagnol): http://saint-remi.fr/fr/35-livres#/filtre_auteur-miles_christi http://saint-remi.fr/fr/anti-liberalisme/1432-trois-ans-avec-francois-limposture-bergoglienne.html http://saint-remi.fr/fr/anti-liberalisme/1465-quil-soit-anatheme-trois-ans-et-demi-avec-francois-la-coupe-est- pleine.html

PAGE -14-

SOURCE : Reçu par courriel. Merci à Miles Christi.

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 46666
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi ! Empty Re: Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi !

Message  stjeanlagneau le Mer 15 Jan 2020 - 17:52



Merci Admin
Je n'ai pas encore pris le temps de lire ce texte.
Par contre , je constate qu'une partie provient des éditions Saint Rémi.
Ils ont certainement de bonnes choses, mais ils sont contre tout les Papes depuis Vatican 2. Sur le choc


_________________

Bonne Nouvelle "CHERCHEZ D'ABORD LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE,
ET LE RESTE VOUS SERA DONNE PAR SURCROIT"  (Matthieu 6,33)

La Parole !
stjeanlagneau
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 21532
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 52
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi ! Empty Re: Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi !

Message  Admin le Mer 15 Jan 2020 - 18:02

@ Stjeanlagneau :

En effet, ils font partie de la mouvance des Traditionnalistes extrémistes (FSSPX, Sédévacantistes, Survivantistes, etc.) comme il en existe tant en France et en Europe !

J'ai mis ce post car il reprend l'ESSENTIEL de ce que nous avions déjà publié sur VSJ !

Pour le reste, vous avez raison : CE SONT DES ENNEMIS DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE (est ennemi de l'Église Catholique quiconque refuse de reconnaître comme légitimes les Papes élus depuis Vatican II) !

Ici, je recommande à nos membres cette parole de Saint Paul mise dans mes mots :

- Ce qui est bon, retenez-le; ce qui est mauvais, rejetez-le !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 46666
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi ! Empty Re: Le Pape François insulte la Vierge Marie - Un dossier de Miles Christi !

Message  stjeanlagneau le Jeu 16 Jan 2020 - 19:27

En harmonie

_________________

Bonne Nouvelle "CHERCHEZ D'ABORD LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE,
ET LE RESTE VOUS SERA DONNE PAR SURCROIT"  (Matthieu 6,33)

La Parole !
stjeanlagneau
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 21532
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 52
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum