Le célibat sacerdotal expliqué par Sa Sainteté Benoît XVI !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le célibat sacerdotal expliqué par Sa Sainteté Benoît XVI !

Aller en bas

Le célibat sacerdotal expliqué par Sa Sainteté Benoît XVI ! Empty Re: Le célibat sacerdotal expliqué par Sa Sainteté Benoît XVI !

Message  Admin le Mar 21 Jan 2020 - 13:46

LE CÉLIBAT SACERDOTAL EXPLIQUÉ PAR SA SAINTETÉ BENOÎT XVI !


Le célibat sacerdotal expliqué par Sa Sainteté Benoît XVI ! Sans-258


Le célibat sacerdotal expliqué par Benoît XVI
13 Jan 2020 | Benoît XVI, Premier plan

Irremplaçable et fidèle Raffa. Mon amie a eu l’idée de génie de ressortir le discours prononcé lors des Vœux traditionnels à la Curie Romaine en décembre 2006 (un passage un peu négligé, car à l’époque, les commentateurs, dans un esprit d’apaiseme… euh, de polémique, s’étaient focalisés sur la leçon de Ratisbonne et comment il allait en parler!!). De quoi faire rougir les enragés qui font semblant de mettre en doute la paternité du livre cosigné avec le cardinal Sarah, même pas encore sorti des presses.

Benoît XVI (2006) : Le célibat doit être un témoignage de foi
La foi en Dieu devient concrète dans cette forme de vie qui n’a de sens qu’à partir de Dieu
ilblogdiraffaella.blogspot.com
13 janvier 2020

Dédié à ceux qui répandent la nouvelle d’un Pape Benoît « tiré » par le cardinal Sarah ou qui sait qui…

Ceux qui connaissent la pensée de Joseph Ratzinger (ou plutôt: la pensée de l’Église!) savent qu’il a toujours défendu le célibat et expliqué les raisons théologiques qui en constituent le fondement.

Honte aux commentaires que j’ai lus !

Le 22 décembre 2006, à l’occasion de son traditionnel discours à la Curie, Benoît XVI s’est penché sur le fondement du célibat sacerdotal et sur son importance dans l’Église. Le discours complet se trouve ICI.

Relisons Benoît XVI:

Au thème de Dieu étaient et sont liés deux thèmes qui ont marqué les journées de la visite en Bavière: le thème du sacerdoce et celui du dialogue.

Paul appelle Timothée – et à travers lui l’Evêque et, en général le prêtre – « homme de Dieu » (1 Tm 6, 11).

Tel est le devoir central du prêtre: apporter Dieu aux hommes. Certes, il ne peut le faire que si lui-même vient de Dieu, s’il vit avec et de Dieu. Cela est exprimé de façon merveilleuse dans un verset d’un Psaume sacerdotal que nous – l’ancienne génération – avons prononcé au cours de l’admission à l’état clérical: « Seigneur, mon partage et ma coupe: de toi dépend mon sort » (Ps 16 [15], 5). L’orant-prêtre de ce Psaume interprète son existence à partir de la forme de la distribution du territoire établie dans le Deutéronome (cf. 10, 9). Après la prise de possession de la Terre, chaque tribu obtient par tirage au sort sa portion de la Terre sainte et prend ainsi part au don promis par le chef de lignée Abraham. Seule la tribu de Lévi ne reçoit aucun terrain: sa terre est Dieu lui-même. Cette affirmation avait certainement une signification tout à fait pratique. Les prêtres ne vivaient pas, comme les autres tribus, de la culture de la terre, mais des offrandes. Toutefois, l’affirmation va plus loin. Le véritable fondement de la vie du prêtre, le sol de son existence, la terre de sa vie est Dieu lui-même. L’Eglise, dans cette interprétation de l’Ancien Testament sur l’existence sacerdotale – une interprétation qui apparaît à plusieurs reprises également dans le Psaume 118 [119] – a vu à juste titre l’explication de ce que signifie la mission sacerdotale dans la sequela des Apôtres, dans la communion avec Jésus lui-même. Le prêtre peut et doit dire aujourd’hui également avec le Lévite: « Dominus pars hereditatis meae et calicis mei« . Dieu lui-même est ma part de terre, le fondement extérieur et intérieur de mon existence. Ce théocentrisme de l’existence sacerdotale est nécessaire précisément dans notre monde totalement fonctionnel, dans lequel tout est fondé sur des prestations qui peuvent être calculées et vérifiées. Le prêtre doit véritablement connaître Dieu de l’intérieur et l’apporter ainsi aux hommes: tel est le service prioritaire dont l’humanité a besoin aujourd’hui. Si dans une vie sacerdotale, on perd cet aspect central de Dieu, le zèle de l’action disparaît peu à peu. Dans l’excès des choses extérieures manque le centre qui donne un sens à tout et qui le reconduit à l’unité. Il y manque le fondement de la vie, la « terre » sur laquelle tout cela peut demeurer et prospérer.
.
Le célibat, qui vaut pour les Évêques dans toute l’Eglise orientale et occidentale, et, selon une tradition qui remonte à une époque proche de celle des Apôtres, pour les prêtres en général dans l’Eglise latine, ne peut être compris et vécu en définitive que sur la base de ce fondement.
Les raisons uniquement pragmatiques, la référence à la plus grande disponibilité ne suffisent pas: cette plus grande disponibilité de temps pourrait facilement devenir également une forme d’égoïsme, qui s’épargne les sacrifices et les difficultés découlant de l’exigence de s’accepter et de se supporter réciproquement contenue dans le mariage; elle pourrait ainsi conduire à un appauvrissement spirituel ou à une dureté de cœur.

Le véritable fondement du célibat ne peut être contenu que dans la phrase: Dominus pars – Tu es ma terre.

Il ne peut être que théocentrique. Il ne peut signifier être privés d’amour, mais il doit signifier se laisser gagner par la passion pour Dieu, et apprendre ensuite, grâce à une présence plus intime à ses côtés, à servir également les hommes.

Le célibat doit être un témoignage de foi: la foi en Dieu devient concrète dans cette forme de vie qui a un sens uniquement à partir de Dieu. Placer sa vie en Lui, en renonçant au mariage et à la famille signifie que j’accueille et que je fais l’expérience de Dieu comme réalité et que je peux donc l’apporter aux hommes. Notre monde devenu totalement positiviste, dans lequel Dieu entre en jeu tout au plus comme une hypothèse, mais non comme une réalité concrète, a besoin de s’appuyer sur Dieu de la façon la plus concrète et radicale possible. Il a besoin du témoignage de Dieu qui réside dans la décision d’accueillir Dieu comme terre sur laquelle se fonde notre existence.

C’est pourquoi le célibat est si important aujourd’hui, dans notre monde actuel, même si son application à notre époque est constamment menacée et remise en question. Une préparation attentive est nécessaire au cours du chemin vers cet objectif; de même qu’un accompagnement tenace de la part de l’Évêque, d’amis prêtres et de laïcs, qui soutiennent ensemble ce témoignage sacerdotal. Il faut une prière qui invoque sans cesse Dieu comme le Dieu vivant et qui s’appuie sur Lui dans les moments de confusion comme dans les moments de joie.

De cette façon, contrairement à la tendance culturelle qui cherche à nous convaincre que nous ne sommes pas capables de prendre de telles décisions, ce témoignage peut être vécu et ainsi, dans notre monde, il peut remettre en jeu Dieu comme réalité.

SOURCE :

http://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/speeches/2006/december/documents/hf_ben_xvi_spe_20061222_curia-romana.html

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50531
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum