SUICIDE DE NOTRE ÉGLISE CATHOLIQUE: PAR UN SYNODE QUI PROMEUT LA POLYGAMIE . PCB : Entrée dans la
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

SUICIDE DE NOTRE ÉGLISE CATHOLIQUE: PAR UN SYNODE QUI PROMEUT LA POLYGAMIE . PCB : Entrée dans la

Aller en bas

 SUICIDE DE NOTRE ÉGLISE CATHOLIQUE: PAR UN SYNODE QUI PROMEUT LA POLYGAMIE .  PCB : Entrée dans la  Empty SUICIDE DE NOTRE ÉGLISE CATHOLIQUE: PAR UN SYNODE QUI PROMEUT LA POLYGAMIE . PCB : Entrée dans la

Message  Célestine Lun 14 Nov 2022 - 14:54


SUICIDE DE NOTRE ÉGLISE CATHOLIQUE: PAR UN SYNODE QUI PROMEUT LA POLYGAMIE .

PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église ?

Le 27 octobre 2022, le Vatican a publié le document de travail de l’étape continentale de l’itinéraire synodal.

Citation du document, Pt. 39 : « Parmi ceux qui demandent un dialogue plus significatif et un espace plus accueillant, nous trouvons également ceux qui, pour diverses raisons, ressentent une tension entre l’appartenance à l’Église et l’expérience de leurs propres relations affectives, comme par exemple : … les personnes vivant dans un mariage polygame, les personnes LGBTQ, etc. »

Commentaire : Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un dialogue plus significatif, mais bien le contraire. Il est dit que les personnes LGBTQ ressentent une tension entre l’appartenance à l’Église et leurs propres relations amoureuses. Ce que le document appelle une tension est en fait l’incompatibilité de la mission salvatrice de l’Église avec l’impénitence de l’homme dans le péché grave. Le péché ne sera jamais en harmonie avec la voie du salut. Il y a et il y aura toujours une tension ici. On ne peut pas aller au ciel et en enfer en même temps.

Ce soi-disant parcours synodal refuse obstinément d’appeler un péché un péché. Il ne parle que d’une tension qui doit être supprimée. Mais cela signifie qu’une Église ayant de tels paradigmes ne se préoccupe plus du salut des âmes. Elle rejette catégoriquement l’observation des commandements de Dieu, trompe les âmes asservies et les confirme dans la voie de la destruction. C’est un crime commis contre Dieu et contre les âmes.

Que recouvre le terme LGBT ?

Les lesbiennes, les gays, les bisexuels et transsexuels qui rejettent la loi de Dieu et la repentance salvatrice. Que signifie la lettre supplémentaire « Q » ?

Cette lettre couvre les zoophiles, les pédophiles, les nécrophiles, les sadomasochistes, les maniaques sexuels qui commettent également des meurtres sexuels, etc. Il y a trente ans, en Ukraine, un homme orienté « Q » a abusé sexuellement et égorgé plus de cinquante femmes. Ces perversions sexuelles provoquent la perturbation de l’esprit contrôlé par des démons impurs. Le Christ a chassé les démons impurs. Cacher ces abominations et ces crimes sous le terme de relations amoureuses est une manipulation maléfique de la secte bergoglienne.

Selon les lois de Dieu, François Bergoglio et sa secte sont sous la malédiction multiple de Dieu et sont expulsés de l’Église du Christ. La promotion de la perversion conduit à l’autodestruction de l’individu et constitue une menace pour son environnement. La société s’en est toujours protégée par une législation juste.

L’actuelle Église dite synodale favorise les personnes immorales, mais sans les amener à la repentance. La secte bergoglienne ne se soucie pas de leur salut. Elle prétend qu’ils doivent être accueillis dans l’Église sans avoir besoin de se repentir, et elle cherche aussi à leur faire occuper les plus hautes fonctions ecclésiastiques. C’est de la folie ! C’est une diabolisation délibérée de l’Église !

En qualifiant leurs crimes et leurs péchés d’amour, le parcours synodal maintient les personnes perverses sur le chemin de l’ignorance de la repentance, sur le chemin de la destruction. De plus, il force même les simples croyants en vertu de l’obéissance, en suivant l’exemple de l’autorité ecclésiastique apostate, à s’opposer aux lois et aux commandements de Dieu et à se détourner du chemin du salut pour emprunter le chemin de la rébellion contre Dieu. C’est le crime de ce trajet synodal !

Ce changement de pensée, cette antimétanie, est un signe de diabolisation promu par le parcours synodal. Le parcours synodal abuse de la structure de l’Église avec son mécanisme légal et son obéissance. Il permet une contamination globale en apportant une malédiction sur tous les continents. Il met en marche le mécanisme d’autodestruction des individus, des familles et des nations entières.

Il faut savoir que François n’est ni un Pape ni un membre de l’Église du Christ. Il s’est exclu lui-même de l’Église à cause de ses hérésies et de sa rébellion contre Jésus-Christ. Le principe spirituel suivant s’applique : si quelqu’un est en unité intérieure avec Bergoglio, sa secte et son programme synodal manipulateur, la malédiction qui pèse sur Bergoglio tombe également sur lui. Une telle personne est déjà un candidat à l’enfer. Si elle ne se sépare pas au moins intérieurement de Bergoglio et si elle persiste dans son obstination, elle sera condamnée pour l’éternité.

Citation du Pt. 61 : « … l’Église doit trouver des moyens … de permettre aux femmes de participer plus pleinement à tous les niveaux de la vie de l’Église. »

Commentaire : L’Église a été construite sur le fondement des apôtres et des prophètes (Eph 2:20). Nous vivons à une époque de schizophrénie des genres doublée d’un féminisme fanatique. Chercher des moyens de permettre aux femmes, comme on dit, de participer plus pleinement à tous les niveaux de la vie de l’Église, est un plan subtil visant à accélérer la destruction de l’Église du Christ.

En outre, le chemin synodal ne promeut pas seulement l’immoralité LGBTQ, mais aussi la polygamie, qui est interdite par la loi de l’État. Cette dernière n’est certainement pas attrayante du tout pour les femmes catholiques.

Dans le monde, la féminisation est utilisée pour mettre en œuvre un système politique autodestructeur. Un certain type de femmes est délibérément placé à des postes de direction afin que l’élite qui contrôle la politique mondiale en coulisse puisse facilement les manipuler. Par leur intermédiaire, ils conduisent des nations entières à l’autodestruction. Le parcours synodal s’efforce d’implanter le même principe au sein de l’Église.

Le rôle de la femme dans l’Église est clair depuis longtemps. Le Christ lui-même, l’Église primitive et toute la tradition bimillénaire ont défini la position des hommes et des femmes dans l’Église. La Mère de Dieu a toujours été pour les femmes un modèle de fidélité au Christ, même jusqu’à la croix. Son service tranquille, dévoué, sacrifié et aimant pour Dieu est un idéal lumineux pour chaque religieuse, mais aussi pour chaque femme de la famille.

La Sainte Vierge a dit d’elle-même : « Je suis une esclave du Seigneur ». Les féministes modernes sont les esclaves et les médiums des démons. Marie a été la plus grande contribution à l’Église par ses prières et sa souffrance silencieuse. Changer la tête, c’est-à-dire la mission d’un homme, pour le cœur et vice versa, est un désastre. La tête a sa propre mission, et le cœur aussi. Les deux sont nécessaires et dignes.

Le rôle que la secte bergoglienne impose aux femmes est artificiel, autodestructeur et contre nature. Pourquoi une femme devrait-elle diriger l’Église à tous les niveaux de la vie ecclésiale ? Ce plan est destructeur pour l’Église. L’homme est le chef, et cela est également vrai dans la famille. Ceci est destiné à la protection de la femme et à son bien. Sa tâche consiste à apporter de la chaleur dans le foyer familial, d’élever les enfants et de donner son amour désintéressé à ses enfants et à son mari. Elle a donc besoin de puiser sa force dans la prière. C’est peut-être pour cela qu’il y a plus de femmes que d’hommes dans les églises.

Les efforts « visant à mieux apprécier les femmes dans l’Eglise » ne sont utilisés par les initiateurs actuels du voyage synodal que comme une apparence. En fait, ils ont un objectif caché : convertir l’Église en une anti-Église satanique New Age. Ils savent très bien qu’en donnant aux femmes un rôle clé dans l’Église, cette conversion leur sera beaucoup plus facile. Une femme est plus facilement trompée par les ennemis cachés de l’Eglise avec des promesses et des flatteries. En fait, leur objectif est de saper totalement l’institution de la famille et de l’Église. Et ils utiliseront les femmes pour y parvenir.

Les élites en coulisse, avec lesquelles Bergoglio est en unité, cherchent à légaliser l’immoralité et la perversion LGBTQ et à nier les sixième et neuvième commandements. Les femmes sont plus enclines à la superstition et à la magie, comme nous le voyons avec les sorcières amazoniennes qui sont censées être le prototype du soi-disant service des femmes au sein de l’Église. Si le synode de Bergoglio encourage la participation des femmes à tous les niveaux, il devrait y avoir non seulement des femmes diacres et des femmes prêtres, mais aussi des femmes évêques et des femmes papes.

Le document utilise des expressions telles que « écoute », « accompagnement », etc. Mais qui veut accompagner qui et où, si les lois et les commandements de Dieu sont violés ! Les catholiques ordinaires sont durement éprouvés par l’esprit du monde qui se répand à travers les médias, les téléphones portables, l’Internet, alors ils écoutent continuellement l’esprit de ce monde, mais ils n’écoutent pas Jésus, ni la parole de Dieu. Les chrétiens devraient également écouter ceux qui leur sont les plus proches : la femme son mari, le mari sa femme, les enfants leurs parents et vice versa. Ils n’ont plus de temps à consacrer aux autres.

Quel non-sens que de vouloir que l’Église écoute un catholique qui n’écoute pas Dieu, qui n’écoute pas ses voisins et qui est submergé par l’esprit du monde ! Pourquoi un tel catholique, homme ou femme, devrait-il prendre la place de la parole et de la tradition de Dieu et devenir la voix principale qui détermine la direction de l’Église ? Il s’agit là d’un chemin d’autodestruction continentale programmé à dessein.

Beaucoup se demandent comment Dieu a pu permettre à un tel criminel spirituel d’être le Pape si la papauté est protégée par l’infaillibilité en matière de foi et de morale. Dieu l’a permis comme un fléau de Dieu, afin que chaque catholique, pas seulement les prêtres ou les évêques, mais aussi chaque croyant, fasse preuve d’une véritable repentance, mette le Christ en premier lieu dans sa vie et fasse de Lui son Seigneur et son Dieu.

L’Église catholique actuelle a notoirement rejeté le chemin de la vérité, le chemin de la repentance, depuis le Concile de Vatican II.

Comment les simples croyants et les prêtres qui veulent sauver leur âme immortelle doivent-ils se défendre contre le bergoglianisme en ces temps de confusion, de trahison des commandements de Dieu et d’abus d’autorité ? Chacun doit commencer à se repentir dans sa vie, et Dieu donnera à chacun lumière et force. La véritable réforme de l’Église est toujours allée de pair avec la repentance. La repentance a été proclamée par les prophètes, Jésus-Christ et son Église. La secte de Bergoglio promeut le contraire : l’anti-repentance.

Si quelque prêtre que ce soit rend aujourd’hui publique sa fidélité au Christ et à ses commandements, il sera immédiatement puni. Il n’y aura pas d’écoute, pas de dialogue significatif avec lui. Par conséquent, tout prêtre sincère, s’il veut être sauvé, doit au moins intérieurement, mais radicalement, se séparer de l’esprit de la secte bergoglienne, qui occupe actuellement le Vatican et abuse de l’autorité de l’Église vers l’auto-génocide. Si un prêtre ne se sépare pas intérieurement de la secte de Bergoglio, il attire sur lui la malédiction qui pèse sur elle.

La voie synodale est opposée à Jésus-Christ qui est LA Voie. Le soi-disant chemin synodal conduit les catholiques par une tromperie graduelle dans l’anti-Église satanique et dans la misère temporelle et éternelle en enfer.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Evêques secrétaires

Le 8 novembre 2022

vidéo:

PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église |PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église –

VIDEO Byzantine Catholic Patriarchate PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église ugetube.com/watch/KukjFVJf4drSs49PCB : Entrée dans la deuxième étape du suicide synodal de l’Église

( Source de ce post :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Célestine
Célestine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 160982
Date d'inscription : 18/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum