Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Ven 13 Jan 2023 - 12:44

LE PAPE FRANÇOIS AURAIT BAFOUÉ L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉGLISE EN DISANT "PARDONNEZ TOUS LES PÉCHÉS" !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


LIFESITENEWS

VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) - Dans un écart important par rapport à l'enseignement des Écritures et de l'Église catholique, le pape François aurait conseillé à des séminaristes espagnols de "tout pardonner" même s'il n'y a aucune intention de se repentir.

Le blog catalan Germinans Germinabit a initialement rapporté que "selon plusieurs séminaristes", le 10 décembre, le pape François a spécialement souligné lors de leur visite à Rome que "tout doit être pardonné" même s'"il n'y a pas d'intention d'amendement", et "qu'en aucun cas l'absolution ne peut être refusée", car cela rendrait le prêtre coupable d'un jugement "injuste et moralisateur".

Ces remarques vont à l'encontre de l'enseignement éternel de l'Église catholique, tel que défini par le Concile de Trente, selon lequel la "contrition", c'est-à-dire "la douleur de l'âme et la réprobation du péché commis, accompagnées de l'intention de ne plus pécher à l'avenir […] a toujours été nécessaire pour demander la rémission des péchés" (Denz. 1676).

Les séminaristes basés à Barcelone ont rapporté que François a dit que son discours prévu pour la journée, qui a été publié par le site web du Vatican, serait "ennuyeux", et que "ce serait mieux s'ils posaient des questions directement et qu'il y réponde, selon Germinans Germinabit.

Comme le note le blog, c'est loin d'être la première fois que François se débarrasse de remarques préparées qu'il a jugées "ennuyeuses", ayant fait de même en 2013 et en 2019, en plus de nombreuses autres occasions où il a refusé un discours planifié pour s'exprimer de façon impromptue.

Ce n'est pas non plus la première fois que François aurait condamné en bloc le refus de l'absolution pendant le sacrement de la confession. Environ un mois avant de s'adresser aux séminaristes de Barcelone, François aurait qualifié de "délinquants" les prêtres qui refusent l'absolution.

Selon Vatican News, dans ses remarques aux participants du cours pour les recteurs et les formateurs des séminaires d'Amérique latine, François a décrié les prêtres qui, dans le confessionnal, disent ,

"'Et je ne peux pas vous absoudre, je ne peux pas parce que vous êtes en état de péché mortel, je dois demander la permission à l'évêque…'"

"Cela arrive, s'il vous plaît !" François poursuit . "Notre peuple ne peut pas être entre les mains de criminels ! Et un prêtre qui se comporte ainsi est un délinquant, dans tous les mots. Que cela vous plaise ou non."

Comme le souligne le Daily Compass, si accorder l'absolution est la norme, il existe des cas où il est en fait du devoir du prêtre de la refuser ou de la différer.

Le Catéchisme du Concile de Trente déclare : "Les prêtres doivent surtout veiller à ne pas donner l'absolution à un pénitent dont ils ont entendu la confession, sans l'obliger à faire pleine satisfaction pour toute atteinte aux biens ou au caractère de son prochain dont il semble responsable. Personne ne doit être absous avant d'avoir promis fidèlement de restituer tout ce qui appartient à autrui."

De plus, ce catéchisme conseille aux prêtres que si un pénitent n'est "absolument pas préparé, il doit le renvoyer sans rudesse, en l'exhortant dans les termes les plus aimables à prendre du temps pour réfléchir à ses péchés, puis à revenir" ; et, si le pénitent est trouvé "déficient" à la fois dans un examen de conscience "diligène" et dans la douleur du péché, le prêtre doit "lui recommander d'utiliser un plus grand soin dans son examen de conscience, et le renvoyer aussi gentiment qu'il le peut".

En conséquence, le Canon 980 stipule que "si le confesseur n'a aucun doute sur les dispositions du pénitent et que ce dernier demande l'absolution, celle-ci ne doit pas être refusée ou différée", indiquant clairement que l'absolution peut être refusée sur la base de l'évaluation par le prêtre des "dispositions" du pénitent.

Germinans Germinabit soutient que c'est une "chose grave" que "le Saint-Siège ait fourni aux médias des mots que François n'avait pas prononcés", se référant à la transcription officielle du discours de François initialement prévu.

Bien que le discours contienne des réflexions édifiantes, il est lui aussi gravement erroné, ou du moins potentiellement gravement trompeur, lorsqu'il affirme sans réserve que le Christ "nous assure le paradis", sans préciser que le Christ a enseigné que nous devons respecter les commandements de Dieu pour avoir la "vie éternelle" au Paradis.

Le Daily Compass a noté : "Il est important que le Bureau de presse du Vatican intervienne pour clarifier et peut-être aussi pour fournir le texte réel des paroles du pape le 10 décembre", ajoutant : "Toute l'Église a le droit de savoir, car il s'agit de déclarations extrêmement graves."

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Re: Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Mer 18 Jan 2023 - 11:21

@ Tous :

Le Pape François aurait bafoué tous les Enseignements de l'Église en disant "Pardonnez tous les Péchés" :


Boubye !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Re: Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Jeu 9 Nov 2023 - 14:13

LE PAPE DÉCLARE QUE LES PERSONNES "TRANS" PEUVENT ÊTRE PARRAINS ET MARRAINES ET QUE LES PARENTS HOMOSEXUELS PEUVENT FAIRE BAPTISER LEURS ENFANTS !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le pape François déclare que les personnes "trans" peuvent être parrains et marraines, et que les "parents" homosexuels peuvent faire baptiser leurs enfants. Le dernier document du pape François intervient alors que l'Église catholique enseigne que les mutilations corporelles délibérées et les actes homosexuels sont des péchés graves, et que ceux qui demandent le baptême pour des enfants doivent avoir l'intention d'élever ces derniers dans la foi catholique.

8 novembre 2023

VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) -- Le pape François a approuvé un texte rédigé par le cardinal Victor Manuel Fernández attestant que les personnes "transgenres" peuvent être parrains ou marraines pour le sacrement du baptême, et autorisant les "parents" homosexuels à faire baptiser leurs enfants.

Le dernier document du pape François intervient alors que l'Église catholique enseigne que les mutilations corporelles délibérées et les actes homosexuels sont des péchés graves, et que ceux qui demandent le baptême pour des enfants doivent avoir l'intention d'élever ces derniers dans la foi catholique.

Dans un document italien publié le 8 novembre, le Dicastère (anciennement Congrégation) pour la Doctrine de la Foi a publié une série de réponses à six questions. dubia Les questions soumises par Mgr José Negri, évêque du diocèse de Santo Amaro au Brésil. Le texte a été compilé et signé par M. Fernández, puis approuvé et signé par le pape François le 31 octobre.

Les questions sont les suivantes, bien que la demande originale du 14 juillet 2023 de l'évêque Negri n'ait pas été publiée :

1- Une personne transgenre peut-elle être baptisée ?
2- Une personne transgenre peut-elle être parrain ou marraine lors d'un baptême ?
3- Une personne transgenre peut-elle être témoin à un mariage ?
4- Deux personnes homo-affectives peuvent-elles être considérées comme les parents d'un enfant, qui doit être baptisé, et qui a été adopté ou obtenu par d'autres méthodes telles que la maternité de substitution ?
5- Une personne homo-affective et vivant en concubinage peut-elle être parrain d'un baptisé ?
6- Une personne homo-affective vivant en concubinage peut-elle être témoin à un mariage ?

1 : BAPTÊME TRANSGENRE

Prenant les questions dans l'ordre, le cardinal Fernández a écrit qu'une personne "transsexuelle" pouvait recevoir le baptême avec la même facilité que n'importe qui d'autre. Une telle personne, écrit-il, "qui a également subi un traitement hormonal et une chirurgie de réassignation sexuelle - peut recevoir le baptême, dans les mêmes conditions que les autres croyants, s'il n'y a pas de situations dans lesquelles il y a un risque de générer un scandale public ou une désorientation parmi les fidèles".

Poursuivant la réponse plus longue des six, M. Fernández a ajouté que le baptême pouvait également être donné à des "enfants ou adolescents ayant des problèmes de transsexualité, s'ils sont bien préparés et disposés".

Poursuivant sa longue argumentation et présentant les facteurs de discernement, M. Fernández a souligné l'offre du baptême à tous, citant le pape François à cet égard. Ces aspects, a-t-il écrit, doivent être pris en compte "surtout lorsqu'il y a des doutes sur la situation morale objective d'une personne ou sur ses dispositions subjectives à la grâce".

Fernández a déclaré que "même lorsque des doutes subsistent sur la situation morale objective d'une personne ou sur ses dispositions subjectives à l'égard de la grâce, il ne faut jamais oublier cet aspect de la fidélité de l'amour inconditionnel de Dieu, qui est capable de générer même avec le pécheur une alliance irrévocable, toujours ouverte au développement, également imprévisible".

Le nouveau cardinal a ajouté que cela "est vrai même lorsque le but de l'amendement n'apparaît pas de manière pleinement manifeste chez le pénitent, car souvent la prévisibilité d'une nouvelle chute 'ne compromet pas l'authenticité du but'".

2 : PARRAINS ET MARRAINES TRANSGENRES ?

Pour cette question, et pour toutes les questions restantes, les réponses de Fernández sont considérablement plus courtes. À la question de savoir si les personnes transgenres pouvaient être parrains ou marraines de baptême, il a répondu par l'affirmative, tout en formulant des réserves. Sa réponse complète est la suivante :

Sous certaines conditions, un transsexuel adulte ayant également subi un traitement hormonal et une chirurgie de réassignation sexuelle peut être admis à la fonction de parrain ou de marraine. Toutefois, comme cette tâche ne constitue pas un droit, la prudence pastorale exige qu'elle ne soit pas autorisée s'il existe un risque de scandale, de légitimation indue ou de désorientation dans la sphère éducative de la communauté ecclésiale.

L'Église catholique enseigne que le rôle d'un parrain ou d'une marraine n'est pas simplement symbolique, mais qu'il comporte un devoir très réel. Le catéchisme affirme que :

Pour que la grâce du baptême se déploie, l'aide des parents est importante. Il en va de même pour le rôle de la parrain et marraineIls doivent être des croyants solides, capables et prêts à aider le nouveau baptisé - enfant ou adulte - sur le chemin de la vie chrétienne. Leur tâche est une fonction véritablement ecclésiale (officium). Toute la communauté ecclésiale porte une certaine responsabilité dans le développement et la sauvegarde de la grâce donnée au Baptême. (Paragraphe 1255)

Le code de droit canonique 872 stipule que "le parrain ou la marraine aide aussi le baptisé à mener une vie chrétienne conforme à son baptême et à remplir fidèlement les obligations qui en découlent".Le canon 874 décrit les qualités nécessaires d'un parrain, notamment le fait d'être "un catholique qui a été confirmé et a déjà reçu le très saint sacrement de l'Eucharistie et qui mène une vie de foi en accord avec la fonction à assumer".En effet, la réponse dubia de M. Fernández ne contredit pas seulement l'enseignement catholique, mais aussi la réponse du Vatican à la même question, pas plus tard qu'en 2015. À l'époque, Mgr Rafael Zornoza Boy, évêque de Cadix et Ceuta, avait demandé des éclaircissements à la CDF après qu'une femme, vivant comme un homme, eut demandé à être le parrain de son neveu. La réponse du CDF ne se trouve notamment pas sur le site de la Site web du CDFmais elle est incluse dans la déclaration que l'évêque Zornoza a publiée à l'époque et que l'on ne trouve aujourd'hui que sur le site un lien web archivé. M. Zornoza a présenté la réponse du CDF pour 2015 comme suit :

A ce sujet, je vous informe de l'impossibilité d'être admis. Le même comportement transsexuel révèle publiquement une attitude opposée à l'exigence morale de résoudre son problème d'identité sexuelle selon la vérité de son sexe. Il est donc évident que cette personne n'a pas l'exigence de mener une vie conforme à la foi et à la position de parrain (CIC, can 874 §1.3), ne pouvant donc pas être admis à la fonction de parrain ou de marraine. Il n'y a là aucune discrimination, mais seulement la reconnaissance d'un manque objectif des exigences qui, par nature, sont nécessaires pour assumer la responsabilité ecclésiale de parrain.

3 et 6 : Témoins transgenres et homosexuels pour un mariage

Dans une courte réponse d'une ligne, M. Fernández a approuvé la possibilité pour les personnes transgenres d'être témoins à des mariages. "Rien dans le droit canonique universel actuel n'interdit à une personne transgenre d'être témoin d'un mariage", a-t-il écrit. Il a répété cette même réponse pour la sixième réponse dubia, qui demandait si une personne "homo-affective et cohabitante" pouvait être témoin d'un mariage. Fernández a de nouveau répondu par l'affirmative.Bien que le terme "homo-affectif" ne soit pas couramment utilisé dans le langage moderne et qu'il ne soit pas défini dans le texte, il semble être utilisé de manière équivalente au terme "homosexuel" dans le document de la CDF.Le droit canonique actuel ne stipule pas que le témoin d'un mariage doive pratiquer une vie catholique.

4 : DES "PARENTS" HOMOSEXUELS PRÉSENTENT LEURS ENFANTS AU BAPTÊME ?

Une fois de plus, dans une réponse incroyablement courte, le cardinal Fernández a répondu à la question de savoir si les "personnes homoaffectives" peuvent présenter leurs enfants au baptême. Sans clarifier sa réponse, le cardinal a écrit :

Pour que l'enfant soit baptisé, il faut qu'il y ait un espoir fondé qu'il soit éduqué dans la religion catholique (cf. can. 868 § 1, 2o CIC ; can. 681, § 1, 1o CCEO).

Le canon 868, qu'il a cité, stipule que "les parents ou au moins l'un d'entre eux ou la personne qui les remplace légitimement doivent donner leur consentement". Il ajoute que pour que le baptême soit autorisé, "il faut qu'il y ait un espoir fondé que l'enfant sera élevé dans la religion catholique ; si cet espoir fait totalement défaut, le baptême sera retardé selon les prescriptions du droit particulier, après que les parents auront été informés de la raison".M. Fernández n'a pas expliqué comment deux personnes vivant ensemble selon un mode de vie homosexuel pouvaient manifester un "espoir fondé" que l'enfant - qui ne serait pas naturellement le leur - puisse être élevé dans la foi catholique, qu'ils rejettent activement par leur mode de vie homosexuel.

5 : LES HOMOSEXUELS ET LES PERSONNES VIVANT EN CONCUBINAGE PEUVENT-ILS ÊTRE PARRAINS OU MARRAINES DE PERSONNES BAPTISÉES ?

La cinquième réponse dubia de Fernández concernait la question des personnes "homoaffectives" servant de parrains aux personnes baptisées, malgré le fait que ces personnes "homoaffectives" cohabitent.Il a répondu en citant le canon 874, précisant que "quiconque possède l'aptitude (cf. 1o ) et "mène une vie conforme à la foi et à la charge qu'il assume" (3o ; cf. can. 685, § 2 CCEO) peut être parrain ou marraine". Dans une apparente différenciation, Fernández a déclaré qu'il serait "différent" - apparemment interdit - si les modes de vie des personnes homosexuelles consistaient non seulement en "une simple cohabitation, mais en une relation stable et déclarée plus uxorio, bien connue de la communauté".Mais le cardinal a ajouté une mise en garde à ses deux réponses à la question, affirmant qu'indépendamment de ces déclarations, "la prudence pastorale exige que chaque situation soit évaluée avec sagesse, afin de sauvegarder le sacrement du baptême et en particulier sa réception, qui est un bien précieux à protéger, puisqu'il est nécessaire au salut". Il semble suggérer que la priorité devrait être donnée aux catholiques de la famille élargie, puisque l'Église accorde une "valeur réelle" aux "devoirs des parrains et des marraines". Le cardinal a écrit :

En même temps, il est nécessaire de considérer la valeur réelle que la communauté ecclésiale accorde aux devoirs du parrain et de la marraine, le rôle qu'ils jouent dans la communauté et la considération qu'ils manifestent à l'égard de l'enseignement de l'Église. Enfin, la possibilité qu'il y ait une autre personne du cercle familial pour se porter garante de la bonne transmission de la foi catholique à la personne baptisée doit également être prise en compte, sachant que l'on peut encore assister la personne baptisée, au cours du rite, non seulement en tant que parrain ou marraine mais aussi en tant que témoins de l'acte de baptême.

Le document a provoqué une consternation immédiate parmi les catholiques en ligne. Diacre Nick Donnelly a écrit que le pape François et le cardinal Fernández, par la réponse dubia, "assimilent les unions sodomites à l'institution divine du mariage".

Il n'est pas surprenant que le père James Martin SJ, prêtre activiste pro-LGBT, ait été le premier à s'exprimer sur le sujet. accueillis Le document constitue "un pas en avant important pour l'Église qui considère les personnes transgenres non seulement comme des personnes (dans une Église où certains disent qu'elles n'existent pas vraiment), mais aussi comme des catholiques".

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Re: Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Ven 10 Nov 2023 - 13:32

Ô MON PEUPLE, SORS DE LA BABYLONE DE BERGOGLIO !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Ô mon peuple, sors de la Babylone de Bergoglio !

Dieu appelle à plusieurs reprises son peuple dans les Écritures : « Sortez de Babylone ! ». Qu’est-ce que la Babylone spirituelle ? C'est le lieu de la rébellion contre Dieu. Le peuple de Dieu fut ensuite emmené en captivité babylonienne. Le Vatican apostat dirigé par Jorge Bergoglio est la Babylone moderne ! L'apostat Bergoglio, qui s'est publiquement consacré à Satan avec l'aide d'un sorcier païen au Canada il y a un an, peut-il être un pape valable ? Non ! Selon l’Épître aux Galates 1 : 8-9, il est sous l’anathème de Dieu – il s’est exclu du Corps mystique du Christ, mais aussi de l’organisation extérieure de l’Église.

Peu avant le début du Synode, Bergoglio, à sa façon typiquement jésuite, a approuvé la bénédiction des unions sodomites. Ainsi, il renverse de manière provocatrice les commandements et les lois de Dieu et confirme à plusieurs reprises qu’il est un hérétique archaïque, qui s’est exclu à plusieurs reprises de l’Église catholique. Cependant, il continue d’abuser de son autorité et poursuit à la hâte le programme de transformation de l’Église catholique en une anti-Église New Age – en une synagogue de Satan. Comment est-ce possible ? Pourquoi personne ne s'oppose à lui ? Pourquoi aucun évêque ni prêtre catholique ne se dissocie de lui ? Cette passivité, qui trahit la foi rédemptrice et le Rédempteur lui-même, est le signe visible d'une malédiction spirituelle. L’aveuglement spirituel a pris le dessus – ils ne veulent pas voir la réalité. Cette malédiction s’est répandue progressivement depuis le Concile de Vatican II et culmine aujourd’hui avec un Bergoglio archi-hérétique et son soi-disant synode, qui viole les lois et les commandements de Dieu.

Merci à Dieu pour les cinq courageux cardinaux, auteurs de cinq dubias (doutes). Malheureusement, les évêques restent passifs et incapables de soutenir publiquement ces dubia. Pourtant, c’est leur saint devoir de le faire dans cette situation où l’Église du Christ saigne ! Certains évêques et prêtres condamnent même ces courageux cardinaux. L’aveuglement et la passivité se manifestent principalement par leur incapacité à s’unir et à se séparer du faux chemin de la synodalité suicidaire. L'esprit ne peut ni le concevoir ni l'expliquer. Encore une fois, il s’agit du fruit de la malédiction spirituelle attirée par les hérésies, l'ouverture au paganisme, à l'ésotérisme, à l'occultisme et au monde, ainsi qu’au prince de ce monde.

Quelle est la solution ? La Sainte Écriture dit : « Quittez Babylone ! » (Is 52, 11). Le prophète Isaïe s’écrie : « Secoue ta poussière, lève-toi, Mets-toi sur ton séant, Jérusalem! Détache les liens de ton cou, Captive, fille de Sion ! » (Es 52, 2). La Jérusalem de Dieu et la vigne du Christ sont en captivité de la secte bergoglienne. C’est une cruelle réalité et nous ne pouvons pas fermer les yeux devant elle. L’Église, fille de Sion, est liée par les chaînes d’une malédiction spirituelle pour avoir proclamé le faux évangile (Ga 1 :8-9) : « Si quelqu’un prêche un autre évangile, qu’il soit maudit, anathème ».

Bergoglio proclame l’anti-évangile sodomite et climatique. Il faut se débarrasser de cette malédiction, de ces chaînes du cou. Comment ? En se séparant radicalement des hérésies du modernisme, du syncrétisme, de l'immoralité et surtout de l'hérésiarque.

Nous devons agir : nous lever et quitter la Babylone de Bergoglio. Nous devons nous réveiller de cette passivité mortelle. Bergoglio est très actif dans la résiliation, la destruction et le meurtre spirituel. Les évêques, les prêtres et les croyants catholiques se dirigent tête baissée vers l'abattoir à cause d'une fausse obéissance, qui est en fait une désobéissance majeure à Dieu et en même temps une trahison du Christ.

Les jours où commençait le synode suicidaire, les entretiens du cardinal Burke et de Müller étaient diffusés sur la chaîne EWTN. À crédit, là où il faut rendre hommage, les paroles de ces deux cardinaux ont été publiées et clairement expliquées. Le Cardinal Müller a commenté la question de l'abolition des commandements de Dieu comme suit : « Ni le Pape ni personne au sein de l'Église n'a le pouvoir de relativiser les commandements de Dieu… ». Concernant les abus actuels du Magistère, le Cardinal a déclaré : « Le Magistère est pas supérieur à la Parole de Dieu, mais il est sous la Parole de Dieu… ». Quant aux fraudes systématiques commises par Bergoglio, comme s'il avait reçu une révélation spéciale de Dieu, le cardinal Müller a souligné : « Le Pape… n'est pas une personne qui reçoit une nouvelle révélation ». Le cardinal Burke a dit à propos du schisme : « Et s’il y a ceux qui nient ces vérités de la foi, alors ce sont eux qui entrent dans le schisme ».

À cela nous pouvons ajouter : aujourd’hui, c’est Bergoglio qui nie publiquement ces vérités. Il est donc schismatique, séparé du Siège Pétrinien. Il ne peut donc pas être un pape valable. Ceux qui se sépareront de ce schismatique renouvelleront leur communion avec le Siège Pétrinien ; cependant, ce Siège est désormais vacant car Bergoglio, archi-hérétique et schismatique, n'est pas un pape valable. De plus, en ce qui concerne les hérésies de Bergoglio, elles séparent elles-mêmes une personne de Jésus-Christ. Il ne s’agit pas seulement d’un schisme au sein de l’Église, mais littéralement d’une rupture avec sa direction, c’est-à-dire avec le Christ. On peut donc parler ici de secte. Bergoglio et ceux qui sont en union avec lui se soumettent à cet hérétique archaïque ou sont ses esclaves, ils constituent la secte bergoglienne. Ils ont publiquement renoncé au Christ et à Ses enseignements ! Aucun catholique ne peut s'y soumettre ni leur obéir, car il renonce ainsi automatiquement au Christ et à son propre salut.

Les cardinaux et le commentateur d’EWTN ont exprimé la vérité ; un mot clair a été donné, mais aucune solution claire n'a été montrée. Nous pouvons ajouter : il n’y a qu’une seule solution logique à la situation actuelle : « Vous, catholiques qui voulez être sauvés, sortez de Babylone et séparez-vous d’un homme voué à Satan, qui occupe la position la plus élevée au sein de l’Église ! ». C'est la seule solution aujourd'hui. La procrastination est une lente hémorragie menant à la mort et, finalement, à la mort spirituelle. Défendez le Christ et les vérités de l’Évangile ! Il va de soi que cela nécessite la mobilisation de la force intérieure de chaque évêque, prêtre et croyant. Il y va du salut des âmes ! Ce mouvement vers le salut requis par Dieu est motivé par l’appel : « Sortez ! Sortez de la captivité babylonienne ! Libérez-vous de la captivité de la secte bergoglienne et de la malédiction qu’elle fait peser sur l’Église ! Ne soyez pas passif ! ».

Chers évêques, prêtres et fidèles, à moins que vous ne franchissiez cette étape vers le salut, Bergoglio se moquera de vos déclarations de vérité et utilisera son autorité invalide pour vous imposer un joug bien plus lourd d'esclavage et de sanctions sévères. Il poursuivra les pires dépravations morales et les pires impuretés. C’est pourquoi : « Sortez du milieu d’eux et séparez-vous, dit le Seigneur. Ne touchez pas à ce qui est impur » (2Cor 6:17).

Trois jours avant l'ouverture du Synode du Vatican, la Conférence sur l'identité catholique a eu lieu à Pittsburgh. De nombreux catholiques sincères attendaient avec impatience un message clair de Mgr C. M. Viganò concernant la situation de crise actuelle. Son discours avait été préparé pour être prononcé lors de cette conférence, mais à la dernière minute, la direction de la conférence l'a supprimé de la liste. De nombreux sites Internet ont commenté cette suppression : Viganò contre Schneider. Cela signifie que la direction de la conférence est encline à l'attitude hypocrite de l'évêque du Kazakhstan. Ils ont clairement indiqué qu’ils n’étaient pas disposés à entendre la pure vérité proclamée par l’ancien nonce américain C. M. Viganò. Ils sont à l'aise avec l'éloquence de l'évêque auxiliaire Schneider, qui dit la vérité de manière convaincante, gagnant ainsi en autorité parmi les véritables catholiques, puis leur propose une fausse solution. Il les maintient dans la Babylone bergoglienne sans leur permettre de revenir au Christ et à la vraie repentance. C’est comme lorsqu’un patient gravement malade a encore un espoir de guérison. Le médecin lui dit la vérité sur le diagnostic, mais ne lui permet pas de subir une intervention chirurgicale qui lui sauverait la vie. Le patient meurt. Schneider et Jorge Bergoglio prononcent une vérité partielle, mais ne permettent pas de sauver le repentir. Le fruit de l’activité hérétique de Bergoglio constitue un suicide spirituel de masse.

Chers évêques, successeurs des apôtres du Christ, vous vous trouvez dans une situation critique. Vous ne pouvez plus être passif. La passivité dans cette situation signifie participer au processus criminel d’autodestruction de l’Église. Aujourd’hui, vous êtes pleinement responsable de l’Église entière, et pas seulement du diocèse que Dieu vous a confié. Vous devez en prendre conscience devant Dieu et devant l’Église, et ne pas vous laisser retirer votre autorité et votre responsabilité, car cela signifierait fuir la bataille ! Ce serait une trahison du Pasteur Suprême – Jésus-Christ, qui vous l’a confié.

Il s'agit d'une situation extraordinaire ; l'occupant du trône papal s'est publiquement consacré à Satan au Canada il y a un an. Vous, apôtre du Christ, avez pour tâche, en tant que berger suprême de votre diocèse, de dire la vérité à votre troupeau. Il est de votre devoir de sortir de la Babylone bergoglienne avec votre diocèse. C’est ce que le Berger Suprême, Jésus-Christ, veut maintenant que vous fassiez. Vous Lui en serez responsables. Ne soyez pas un serviteur paresseux qui a enterré le talent de la fonction pastorale. Sinon, vous ne pourrez alors qu’attendre un jugement effrayant du Juge Suprême: « Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents » (Mt 25:30).

Si vous ne vous séparez pas du grand hérétique Bergoglio au moment opportun, maintenant que son crime apostat est à son paroxysme, il vous séparera de Dieu et du salut, et non seulement vous mais toutes les âmes confiées à vos soins. Il vous transformera, vous et tout votre diocèse, en une synagogue de Satan. La responsabilité en retombera sur vous.

Après la fin du Synode, Bergoglio publiera des soi-disant lignes directrices concernant la soi-disant bénédiction des couples de même sexe et queer. De nombreux évêques faibles et lâches céderont et trahiront publiquement le Christ. Vous aussi, vous ne pourrez pas résister à la pression et à la terreur de Bergoglio et de toute sa secte bergoglienne qui propageront les métastases spirituelles dans tout le corps. Tout sera déguisé sous de nobles termes antichrétiens, de sorte que vous ressemblerez à un criminel désobéissant au soi-disant Vicaire du Christ sur Terre. Ils vous diffameront et vous classeront parmi les « juges despotiques qui ne font que nier, rejeter et exclure » au lieu d’accueillir chaleureusement les personnes LGBTQ impénitentes et agressives au sein de l’Église.

François et sa secte prêchent un anti-évangile sodomite, idolâtre et climatique. De plus, il annule les dix commandements et les normes morales objectives, et introduit le subjectivisme, où chaque personne est l'auteur des normes selon lesquelles elle vit. Il s’agit d’une désintégration totale non seulement de l’Église, mais aussi de la société humaine. Il s’agit du satanisme en pratique, qui bouleverse les lois naturelles et divines.

Chers prêtres catholiques, la responsabilité dans cette situation incombe non seulement aux évêques de vos diocèses, mais à chacun d'entre vous. Qu'au moins deux prêtres se réunissent et parlent de cette situation de crise. Demandez à Dieu la force de rester fidèle au Christ et de sortir de la passivité. Comment ? Ce serait bien qu'un groupe de prêtres se réunisse au moins une fois par semaine et prie ensemble. Visitez votre évêque, encouragez-le à franchir une étape de foi, alertez-le. Encouragez les fidèles à écrire des lettres à l'évêque, à prier pour lui et à l'exhorter à rester fidèle au Christ. Vous-mêmes, cessez de mentionner l'union avec le pape non valable au cours de la Sainte Messe. Cela nécessite de mettre de côté les fausses craintes et de rompre avec la malédiction sous laquelle le pseudo-pape tient l'Église.

La responsabilité incombe à chaque catholique. Il faut trouver du temps pour la prière et, surtout, les catholiques doivent s'unir dans la prière quotidiennement à l'heure sainte, de 20h à 21h. Sans repentir et sans prière, le processus suicidaire ne s’arrêtera pas. Tout catholique devrait prier pour que son prêtre reste fidèle au bon enseignement et ait le courage de défendre le Christ, même si son évêque trahit le Christ comme l'apôtre Judas. Avant de subir un supplice des plus cruels, les martyrs des trois premiers siècles se souvenaient des paroles du Christ : « Celui qui Me reconnaîtra devant les hommes, je le reconnaîtrai aussi devant Mon Père qui est aux cieux ».

Chers évêques, prêtres et croyants catholiques, la secte bergoglienne a non seulement provoqué un schisme, mais elle détruit tous les fondements de l'Église du Christ. A moins de vous séparer de la secte bergoglienne, vous ne serez pas sauvés et le christianisme sur votre territoire s'évaporera comme c'est déjà le cas en Allemagne, en Belgique, en Hollande et ailleurs. Dieu vous appelle aujourd’hui : « Ô mon peuple, sors de Babylone ! ».

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr        + Timothée OSBMr
Évêques secrétaires

Le 22 octobre 2023

SOURCE : Reçu via le Patriarcat Catholique Byzantin.

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

HUBERT Jeannine aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Re: Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Lun 13 Nov 2023 - 13:41

CARDINAL MÜLLER : "LES ÉVÊQUES DOIVENT PRÊCHER LE CHRIST CRUCIFIÉ ET NON S'ACOQUINER AVEC LES ÉLITES POLITIQUES" !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Cardinal Müller : Les évêques doivent prêcher le "Christ crucifié" et non s'acoquiner avec les élites politiques. La succession apostolique des évêques, c'est-à-dire sa "constitution hiérarchique", est un élément constitutif de l'être et de la mission de l'Église visible et garantit sa nécessaire identité historique avec l'Église des Apôtres.


6 novembre 2023

(LifeSiteNews) - Voici le texte intégral du discours prononcé par le cardinal Gerhard Müller lors du Forum sur la vie à Rome en 2023.

L'ÉGLISE DU CHRIST DANS LA FIDÉLITÉ À LA SUCCESSION APOSTOLIQUE

1. Sans le Christ, pas d'Église

Une Église qui ne croit plus en Jésus-Christ n'est plus l'Église de Jésus-Christ. Les évêques qui trahissent leur mission divine pour éviter d'être accusés de prosélytisme ou d'être des rigoristes pour défendre la morale chrétienne ont oublié le sens et la raison de leur existence. Ce relativisme doctrinal ne rend pas le christianisme adapté au temps présent, comme l'a souligné de manière impressionnante le pape Benoît XVI. Dès le XVIIe siècle, le grand mathématicien et philosophe Blaise Pascal avait mis en garde les jésuites contre le laxisme dans son Lettres Provinciales. Ces "petits malins" voulaient réconcilier le christianisme avec les frivolités de la cour des Bourbons. Mais malgré leur volonté de séculariser le christianisme, ils ont fini par être victimes de leur propre stratégie d'adaptation.

Les évêques et les théologiens qui ont oublié qu'en Christ seul nous est donnée la plénitude de la grâce et de la vérité, ou qui - comme les modernistes du début du XXe siècle - pensent pouvoir développer à leur guise les enseignements du Christ, devraient se souvenir des paroles de saint Paul : "Si je voulais plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur du Christ : l'Évangile que j'ai prêché ne vient pas des hommes... Je l'ai reçu par la Révélation du Christ." (Gal 1,10s)

Les "pasteurs de l'Église de Dieu désignés par l'Esprit Saint" (Ac 20,28) ne sont rien d'autre que les successeurs légitimes des Apôtres (cf. Lettre 1Clément 42-44). Le Seigneur ressuscité a dit à ses Apôtres : "Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous pardonnez les péchés sont pardonnés. Ceux à qui vous refusez le pardon, il leur est refusé". (Jn 20,21s).

Ce n'est que parce que le Christ s'est révélé comme "le Chemin, la Vérité et la Vie" (Jn 14,6) que l'Esprit Saint peut faire en sorte que "l'Église du Dieu vivant soit la colonne et le fondement de la vérité" (1Tim 3,15). (1Tim 3,15) La "vérité de l'Évangile" (Gal 2,14), que Paul a déjà dû défendre contre l'ambiguïté d'un Pierre confus, n'est donc pas, au sens de la théorie dialectique-processuelle du développement de Hegel, l'expression de l'esprit changeant de l'époque. L'esprit de vérité et de vie est l'Esprit du Père et du Fils. L'Esprit Saint nous rappelle la vérité du Christ et nous introduit dans la pleine connaissance du Verbe fait chair. En effet, en Jésus-Christ "nous avons vu la gloire du Fils unique venu du Père, plein de grâce et de vérité". (Jn 1,14)

Ainsi, l'Esprit Saint n'actualise pas la Tradition supposée morte pour le présent par le biais de prophétesses autoproclamées, comme le pensaient les montanistes au IIIe siècle. Les sensus fidelium n'est pas non plus la voix du peuple qui demande à être entendue par ses bergers ou le souffle de l'Esprit Saint, que le pape interprète ensuite dans son propre sens. Le saint peuple de Dieu participe au ministère prophétique du Christ, en ce sens que l'ensemble des fidèles qui ont reçu l'onction de l'Esprit Saint ne peuvent se tromper dans la foi. Vatican II explique qu'il manifeste cette propriété spéciale par le discernement surnaturel de tout le peuple en matière de foi, "depuis les évêques jusqu'au dernier des fidèles laïcs" (Augustin, De Praed. Sanct 14, 27), ils manifestent un accord universel en matière de foi et de morale... Par ce sens de la foi... le peuple de Dieu... adhère indéfectiblement à la foi donnée une fois pour toutes aux saints (cf. Jude 3)". (Lumen Gentium 12)

Même les évêques, avec le pape à leur tête, ne reçoivent pas de nouvelle révélation, mais "prêchent aux personnes qui leur sont confiées ce qu'elles doivent croire et mettre en pratique, et illustrent cette foi à la lumière de l'Esprit Saint. Ils tirent du trésor de la Révélation des choses nouvelles et anciennes". (Lumen Gentium 25).

Le Saint-Esprit n'établit pas non plus son propre troisième royaume après le royaume du Père dans l'Ancien Testament et du Fils dans le Nouveau Testament, comme le pensait Joachim de Fiore au XIIe siècle. Cette doctrine du Dieu se déployant dialectiquement en trois étapes, qui apparaît dans l'Esprit Saint comme un esprit absolu après avoir traversé toute l'histoire du monde et l'avoir absorbée, a déterminé la philosophie de l'histoire de Hegel. Comme on le sait, Karl Marx a réinterprété cet idéalisme absolu en un matérialisme absolu, de sorte qu'en fin de compte, l'homme ne trouve pas son but en Dieu, mais dans le paradis terrestre, dans lequel l'homme s'élève en tant que son propre créateur et rédempteur.

Aujourd'hui, ce matérialisme historique s'appelle le Nouvel Ordre Mondial du "Forum économique mondial" de Davos, et Yuval Harari est le prophète de ce nihilisme impie et inhumain.

La vérité, en revanche, que l'Église proclame et atteste, est la personne et l'œuvre du Christ. En lui, la nouveauté insurpassable de Dieu et la plénitude de sa vérité sont entrées irréversiblement dans le monde (cf. Irénée de Lyon, Contre les hérésies IV 34,1). C'est pourquoi il est dit aux croyants en Christ : "Jésus-Christ est le même, hier, aujourd'hui et éternellement ! Ne vous laissez pas égarer par diverses doctrines étranges". (Heb 13:7-9)

2. Les évêques dans la succession apostolique en tant que ministres de la vérité du Christ

L'Écriture Sainte et la Tradition Apostolique ne présentent donc pas l'évolution des conceptions humaines sur Dieu et le monde, que les évêques et les théologiens devraient toujours mettre à jour. C'est plutôt à travers ces médias, à savoir l'Écriture Sainte et la Tradition Apostolique, c'est-à-dire, Dans le credo baptismal et la divine liturgie, le Christ est proclamé comme celui qui nous parle dans la parole de la prédication (1 Th 2,23) et qui communique son salut à chaque croyant dans les sept sacrements de la Sainte Église.

C'est pourquoi Vatican II enseigne : "La Sainte Tradition et la Sainte Écriture forment un seul dépôt sacré de la Parole de Dieu confié à l'Église... Mais la tâche d'interpréter authentiquement la Parole de Dieu, qu'elle soit écrite ou transmise, a été confiée exclusivement au magistère vivant de l'Église, dont l'autorité s'exerce au nom de Jésus-Christ. Ce magistère n'est pas au-dessus de la Parole de Dieu, mais il la sert, n'enseignant que ce qui a été transmis, l'écoutant avec piété, la gardant scrupuleusement et l'expliquant fidèlement ; conformément à un mandat divin et avec l'aide de l'Esprit Saint, il tire de cet unique dépôt de la foi tout ce qu'il présente à la croyance comme divinement révélé. (Dei Verbum 10).

Dans la Constitution dogmatique sur l'Église, le Concile Vatican II ne commence donc pas par une définition sociologique-immanente de l'Église. À la perte de poids de l'Église dans la société, le pape et les évêques ne peuvent répondre par une adaptation moderniste en transformant leur mission pour le salut du monde dans le Christ et en prouvant leur droit à l'existence par une contribution religieuse-sociale à des objectifs et des idéologies du monde intérieur (dans le sens de la Grande Réinitialisation de l'"élite" athée-philanthropique, de l'éco-religion, de l'hyperactivisme dans la crise de la corona, du mouvement antirationnel Woke qui contredit diamétralement l'anthropologie naturelle et révélée).

L'Église, en effet, n'est pas une organisation purement humaine qui aurait à prouver son utilité ou sa pertinence systémique devant le monde. Son essence et sa mission sont fondées sur sa sacramentalité, qui découle de l'unité Dieu-homme du Christ. Les ecclesia catholica [l'Église catholique] est la Christus praesens visibilis [la présence visible du Christ].

Au début du IIe siècle, le saint martyr Ignace d'Antioche écrivait à l'Église de Smyrne : "Là où apparaît l'évêque, là est l'Église, comme là où est le Christ Jésus, là est l'Église catholique. Sans l'évêque, on ne peut ni baptiser ni célébrer la fête de l'amour [l'Eucharistie], mais ce qu'il juge bon est aussi agréable à Dieu." (Smyrniens 8:2).

C'est pourquoi Vatican II déclare que l'Église, "par une analogie qui n'est pas faible... est comparée au mystère du Verbe incarné. De même que la nature assumée, inséparablement unie à Lui, sert au Verbe divin d'organe vivant de salut, de même la structure sociale visible de l'Église sert à l'Esprit du Christ, qui la vivifie, pour l'édification du Corps".

"Il s'agit de l'unique Église du Christ qui, dans le Credo, est professée comme l'unique, sainte, catholique et apostolique, que notre Sauveur, après sa résurrection, a chargé Pierre de paître, et lui et les autres apôtres d'étendre et de diriger avec autorité, et qu'il a érigée pour tous les âges en 'pilier et en soutien de la vérité'. Cette Église, constituée et organisée dans le monde comme une société, subsiste dans l'Église catholique, qui est gouvernée par le successeur de Pierre et par les évêques en communion avec lui". (Lumen Gentium 8).

La succession apostolique des évêques, c'est-à-dire leur "constitution hiérarchique" (cf. Lumen Gentium 18-29), est un élément constitutif de l'être et de la mission de l'Église visible et garantit sa nécessaire identité historique avec l'Église des Apôtres.

Le sens authentique a été exposé en principe par Irénée de Lyon - que le pape François a déclaré maître de l'Église, Doctor unitatis - dans le débat avec les gnostiques, précisément dans le sens d'un lien référentiel entre l'Écriture Sainte, la Tradition apostolique et l'autorité pédagogique des évêques dans la succession légitime des apôtres. "Il est donc nécessaire d'écouter les chefs de l'Église qui, avec la succession dans l'épiscopat, ont reçu le charisme fiable de la vérité (charisma veritatis certum), comme il a plu à Dieu. Les autres qui ne veulent pas connaître cette succession, qui remonte à l'origine, sont ... des hérétiques qui répandent des doctrines étranges ... Quiconque s'élève contre la vérité et incite les autres contre l'Église demeure dans la géhenne. " (Contre les hérésies IV 26,2)

3. Le critère définitif de la succession apostolique dans la primauté romaine

Les différentes Églises locales forment l'unique Église catholique de Dieu dans le monde entier. communio des églises épiscopales. L'Église locale de Rome est une Église locale parmi d'autres, mais avec la particularité que son fondement apostolique, par l'intermédiaire du martyrium verbi et sanguinis Le fait que l'Église catholique ait été la première à être reconnue par les Apôtres Pierre et Paul [martyre de la Parole et du Sang] lui confère, dans la communion de toutes les Églises épiscopales, une primauté dans le témoignage total et l'unité de vie de l'Église catholique et de l'Église orthodoxe. catholica communio. En raison de cette potentior principalitas [leadership supérieur], toutes les autres églises locales doivent être d'accord avec l'église romaine. (Irénée, Contre les hérésies III 3,3)

Le Collège des évêques étant au service de l'unité de l'Église, il doit porter en lui le principe de son unité. Il ne peut s'agir que de l'évêque d'une église locale et non du président d'une fédération de les fédérations ecclésiastiques régionales et continentales. Il ne s'agit pas non plus d'un principe purement factuel (décision à la majorité parlementaire, délégation de droits à un organe directeur élu, comme en Allemagne avec un conseil synodal composé en vertu du droit humain, aux décisions duquel les évêques devraient se soumettre).

Puisque l'essence même de l'épiscopat est un témoignage personnel, le principe de l'unité de l'épiscopat lui-même est donc incarné dans une seule personne, à savoir l'évêque de Rome. En tant qu'évêque ordonné (et en aucun cas seulement en tant que non-évêque désigné pour cette fonction), il est le successeur de Pierre, qui lui-même, en tant que premier apôtre et premier témoin de la Résurrection, a incarné en sa personne l'unité du collège apostolique. La caractérisation du ministère de Pierre comme une mission épiscopale est cruciale pour une théologie de la primauté, de même que la reconnaissance du fait que cette fonction n'est pas un droit humain mais un droit divin, dans la mesure où elle ne peut être exercée que dans l'autorité du Christ, en vertu d'un charisme donné personnellement à celui qui le porte dans l'Esprit Saint. "Mais pour que l'épiscopat lui-même soit un et indivis, ... (l'éternel Pasteur Jésus-Christ) a placé saint Pierre à la tête du reste des apôtres et a institué en lui un principe et un fondement éternel et visible de l'unité de la foi et de la communion." (LG 18 ; DH 3051)

En tant qu'évêque ordonné (et en aucun cas seulement en tant que non-évêque désigné pour cette fonction), il est le successeur de Pierre, qui lui-même, en tant que premier apôtre et premier témoin de la Résurrection, a incarné en sa personne l'unité du collège apostolique. La caractérisation du ministère de Pierre en tant que mission épiscopale et la reconnaissance du fait que cette fonction n'est pas de droit humain mais de droit divin, dans la mesure où elle ne peut être exercée que dans l'autorité du Christ, en vertu d'un charisme donné personnellement à celui qui le porte dans l'Esprit Saint, sont des éléments cruciaux de la théologie de la primauté. "Mais pour que l'épiscopat lui-même soit un et indivis, ... (l'éternel Pasteur Jésus-Christ) a placé saint Pierre à la tête du reste des apôtres, et a institué en lui un principe et un fondement éternel et visible de l'unité de la foi et de la communion. " (LG 18 ; DH 3051)

4. La victoire de la vérité dans l'amour

C'est précisément le témoignage que l'Église rend à Jésus, à savoir qu'il ne se contente pas de proclamer la vérité, mais qu'il est la Vérité. "Nous ne voulons pas vivre de paroles et de langue, mais d'actes et de vérité. C'est à cela que nous reconnaissons que nous sommes de la vérité et c'est par elle que nous agissons dans l'amour." (Jn 3,18s). "Guidés par l'amour, nous nous attachons à la vérité et nous grandissons en toutes choses jusqu'à ce que nous parvenions à Lui : le Christ, tête de son corps, l'Église". (Eph 4,15f)

Le conseil donné à l'Église de moderniser son véritable enseignement de l'Évangile à l'aide d'une philosophie relativiste ne donne que des résultats illusoires. Il ne faut pas se laisser séduire par la suggestion suivante : Si tu veux atteindre les gens d'aujourd'hui et être aimé de tous, alors, comme Pilate, laisse de côté la vérité, tu t'épargneras ainsi la persécution, la souffrance, la croix et la mort ! En termes mondains, le pouvoir de la politique, des médias et des banques est sûr, tandis que la vérité défie la contradiction et promet la souffrance avec le Christ, le Sauveur crucifié du monde. Jésus aurait pu facilement se sauver avec le message d'un Père céleste inconditionnellement aimant qui n'exige ni repentance ni conversion.

Mais pourquoi a-t-il défié le diable, "le père du mensonge et le meurtrier dès le commencement" (Jean 8:44f) ?

Existe-t-il, sur le plan diplomatique, un pacte avec les dirigeants de ce monde, l'élite politico-médiatique ? Ne devons-nous pas nous-mêmes assurer l'avenir de l'Église par un compromis avec les puissants et les sages de ce monde, au lieu de toujours proclamer "le Christ crucifié : pour les Juifs, pierre d'achoppement, pour les païens, folie ; mais pour les appelés, Juifs et Grecs, le Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu" (1 Co 1, 23s) ?

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Re: Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Mar 21 Nov 2023 - 14:26

LE PAPE FRANÇOIS MET FIN AUX BERGERS DU CHRIST - LE CAS STRICKLAND !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le pseudo-pape Jorge Bergoglio met fin aux Bergers du Christ, à commencer par Mgr Strickland…


Le 9 novembre, le pseudo-pape Bergoglio a demandé à Mgr. Joseph Strickland, fidèle à l'enseignement catholique, de démissionner. Devant le refus de l'évêque, il le déposa deux jours plus tard, de façon illégale. Bergoglio, en tant qu'hérétique suprême, occupe illégalement la fonction papale. Il s'est attiré de multiples anathèmes divins pour hérésies et pour idolâtrie publique. Lui, en tant qu'homme qui s'est excommunié de l'Église, ne peut en aucun cas en être le chef.

Jorge Bergoglio fait à présent pression pour que l’Église bénisse les unions sodomites. En 2022, il s'est publiquement consacré à Satan au Canada. Il ne peut pas être et n’est pas le Vicaire du Christ sur Terre !

Lorsqu'on lui a demandé si Mgr. Strickland était obligé d'obéir à Bergoglio et de démissionner, le cardinal Müller a clairement répondu que non !

Le cardinal Müller a écrit pour la revue First Things : « Enseigner des choses contraires à la foi apostolique priverait automatiquement le pape de sa charge ». Dans une interview accordée à LifeSiteNews, le cardinal Müller a déclaré que le pape François n'avait pas encore prononcé d'hérésie formelle et n'avait donc pas perdu sa fonction.

Nous comprenons que le Cardinal Müller, dans sa position, ne voulait pas dire directement que François n'avait pas perdu sa charge, car en tant qu'hérétique conscient, il ne l'avait jamais eue selon la bulle dogmatique de Paul IV, Cum ex apostolatus officio.

Il est évident que François est un hérétique endurci, et ce sans aucun précédent dans l’histoire. Ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir ne peuvent accepter la déclaration du cardinal Müller comme autre chose qu’une ironie délibérée.

Ou si sa déclaration n’était pas ironique, alors, comme certains Pères de l’Église, il a commis une erreur théologique ou une hérésie matérielle dont il doit se repentir. Autrement, cette hérésie causerait un préjudice tragique aux catholiques.

Quant à l’aspect formel de l’hérésie, Bergoglio la commet non seulement volontairement et sciemment, mais aussi délibérément, par étapes et de manière sournoise. Ainsi Jorge Bergoglio s’est attiré les multiples anathèmes de Dieu et est devenu un pape invalide. Müller qualifie l’approbation par Bergoglio de la bénédiction des unions homosexuelles « d’hérésie de la pratique ».

Saint Robert Bellarmin dit à propos d'un pape hérétique : « Un pape qui est un hérétique manifeste cesse en lui-même d'être pape et chef, tout comme il cesse en lui-même d'être chrétien et membre du corps de l'Église : en cela, il peut être jugé et puni par l’Église » (Pontifice De Romano, II, 30).

Cette position claire de saint Bellarmin, Docteur de l’Église, et de la bulle Cum ex apostolatus officio de Paul IV, est également la position de l’ancien nonce américain Carlo Maria Viganò, qui ne considère pas Bergoglio comme un pape valable.

Les catholiques doivent se repentir et respecter la vérité selon laquelle un hérétique n’est pas un pape valable. Ceux qui lui obéissent mettent leur salut en danger. Si l’Amérique, par l’intermédiaire des faux prophètes, dont l’évêque Schneider, continue de se soumettre au serviteur de Satan, qui s’est même publiquement consacré à Satan au Canada, la malédiction s’abattra sur elle et, avec elle, l’aveuglement spirituel, l’apostasie massive et la décadence morale.

Mgr. Schneider prétend faussement : « Le pape tire son autorité directement de Dieu et non de l'Église ; par conséquent, l’Église ne peut le destituer, pour quelque raison que ce soit ».

Nous répondons : Le pseudo-pape hérétique reçoit un anathème, ou une excommunication de l'Église, directement de Dieu. Par conséquent, l’Église obéissante à Dieu ne peut plus le considérer comme étant le pape.

Citation de Schneider : « Le cas extrêmement rare d'un pape hérétique… doit finalement être supporté avec patience et toléré… »

La bulle dogmatique de Paul IV ne dit nulle part qu’il faut supporter et tolérer un pseudo-pape hérétique. Au contraire, elle déclare : « Si jamais à un moment quelconque il apparaît qu'un évêque, ... ou un cardinal de l'Église romaine, ou même le pontife romain, avant sa promotion ou son élévation comme cardinal ou pontife romain, ait dévié de la foi catholique ou soit tombé dans quelque hérésie que ce soit : la promotion ou l'élévation, même si elle aura été incontestée et par l'assentiment unanime de tous les cardinaux, sera nulle, non avenue et sans valeur ».

À la fin de sa Bulle, Paul IV déclare : « Personne ne peut donc violer ce document de notre approbation ou, par présomption téméraire, le contredire. Mais si quelqu’un ose tenter cela, qu’il sache qu’il est destiné à encourir la colère de Dieu Tout-Puissant et des bienheureux Apôtres Pierre et Paul » (15 février 1559).

Que devrait faire Mgr. Strickland dans cette situation ?

Il devrait écrire une lettre pastorale à des catholiques sincères mais confus, et leur expliquer que s'il obéissait à Bergoglio, il trahirait le Christ et il les trahirait aussi. Bientôt, sous cette fausse obédience, son successeur et les fidèles devraient accepter la bénédiction des couples de même sexe et l'élimination du sacrement de l'autel et, éventuellement, du sacrement du sacerdoce.

Avec sa lettre pastorale et sa position consistant à rester courageusement avec son troupeau, à sa place, et à ne pas se soumettre au grand hérétique et à sa secte, Mgr. Strickland créera un précédent non seulement pour l'Église catholique aux États-Unis mais partout dans le monde, afin d’arrêter ce processus suicidaire.

En ce moment, et littéralement en ces heures, la lutte psychologique et spirituelle atteint son paroxysme. Les catholiques américains ont l’obligation de soutenir Mgr. Joseph en ce moment crucial, afin qu’il reste fidèle à Dieu et ne le quitte pas. Les platitudes concernant la soi-disant volonté de Dieu et sur la soi-disant obéissance à un hérétique manifeste, sont une trahison du Christ et une désobéissance à Dieu.

Si le Texas ne défend pas son évêque en ce moment critique, et si l’évêque Strickland est contraint par une fausse opinion publique de respecter les ordres destructeurs d’un hérétique opposés à Dieu, un processus d’avalanche sera déclenché. Le christianisme en Amérique va progressivement s’évaporer, tout comme en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et ailleurs.

Cher évêque Joseph, Dieu a permis que cette épreuve de foi et de fidélité se produise, tout comme il l'a fait dans la vie de nombreux saints évêques par le passé, évêques qui sont restés fidèles aux enseignements catholiques. Ne quittez pas votre fonction ! Le Texas est un territoire catholique, il y a ici un gouvernement catholique ; ce gouvernement ne vous destituera pas, comme cela pourrait se produire dans d’autres États des États-Unis où les démocrates sont au pouvoir. Établissez un précédent de fidélité au Christ pour tous les évêques catholiques en cette dure épreuve pour l’Église. Ne vous soumettez pas, dans une fausse obéissance, à un homme qui occupe illégalement la plus haute fonction d’hérétique dans le but d’abolir les lois de Dieu. Il renverse tous les piliers de la foi et de la morale. Il s'est consacré à Satan et promeut le mariage sodomite. Ce que Dieu attend de vous, c'est un acte concret de fidélité à Jésus-Christ et au troupeau qui vous est confié. Ne quittez pas votre troupeau ! Défendez votre territoire ! Luttez ! Défendez la foi ! Votre témoignage pour Christ touchera toute l’Amérique et le monde catholique tout entier. Ne soyez pas lâche ; ne fuyez pas le combat ! Ne vous laissez pas tromper par ceux qui vous diront que vous devez obéir et que c’est la volonté de Dieu que vous partiez pour l’amour de Dieu. C'est un mensonge fatal ! Tenez-vous dans la vérité, dans la véritable volonté de Dieu, et ne partez pas ! S’il y a le moindre doute quant à la volonté de Dieu, je témoigne devant Dieu que la volonté de Dieu est que vous restiez et continuiez à combattre pour Christ.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Evêques Secrétaires

Le 13 novembre 2023

SOURCE : Reçu via un courriel du Patriarcat Catholique Byzantin.

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

HUBERT Jeannine aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" ! Empty Re: Le Pape François aurait bafoué l'Enseignement de l'Église en disant "Pardonnez tous les péchés" !

Message  Admin Ven 24 Nov 2023 - 14:55

L'ARCHEVÊQUE AUGER : "L'INCLUSION DES TRANSGENRES DANS L'ÉGLISE DOIT ÊTRE BASÉE SUR LA REPENTANCE ET LA CHASTETÉ " !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'archevêque Aguer : l'inclusion des transgenres dans l'Église doit être basée sur la repentance et la chasteté. L'Église enseigne que l'accès au baptême doit être lié à un processus de conversion qui prend la forme d'une décision de changer de vie, d'adopter la voie chrétienne.


par Archevêque Héctor Aguer

21 novembre 2023

(LifeSiteNews) - L'"Église de la Propagande" se fait le chantre de la question obsessionnelle de l'inclusion.

Dans son discours d'ouverture d'une session du Synode sur la synodalité, le Souverain Pontife a souhaité "qu'une fois les réparations nécessaires effectuées, l'Église soit à nouveau un lieu d'accueil pour tous, tous, tous". Cette expression incroyable est une insulte implicite au travail de ses prédécesseurs et la disqualification de l'histoire de l'Eglise. katholikéuniverselle de par sa nature.

En effet, le mandat initial du Christ aux apôtres était qu'ils fassent de toutes les nations - des hommes et des femmes. panta ta ethnē - disciples, c'est-à-dire les peuples chrétiens. Cette totalité n'exclut personne. C'est l'incrédulité qui exclut, et le monde - l'ennemi - empêche l'évangélisation. Mais aujourd'hui, Rome utilise un critère sociologique (ou socio-psychologique), développé en raison du "rétrécissement" du monde, de ses modes et de l'imposition de "nouveaux droits".

Aujourd'hui, l'argument porte sur l'inclusion des personnes "trans". Qui est "trans" ? Fondamentalement, je réponds qu'il s'agit d'un homosexuel qui a tenté de changer de sexe par la chirurgie et les hormones - une attaque contre sa propre identité. Ces cas révèlent un mépris pour la biologie en tant que réalité qui intègre la personnalité et, au sens théologique, une rébellion contre le plan de Dieu par lequel nous sommes faits homme ou femme.

Il suffit de se rappeler le passage biblique : "Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance. Il les créa mâle et femelle" (Gn 1, 26-27). Saint Jean-Paul II a magnifiquement enseigné que l'image et la ressemblance divines résident dans la diversité des sexes et dans le renvoi de l'un à l'autre. Ce renvoi est une valeur originelle : "Alors le Seigneur Dieu dit : Il ne convient pas à l'homme d'être seul. Je vais lui donner une aide (un complément) convenable" (Gn 2,18).

L'histoire se poursuit : "Avec la côte qu'il avait prise de l'homme, le Seigneur Dieu forma une femme et la présenta à l'homme. L'homme s'exclama : "Voici l'os de mes os et la chair de ma chair ! On l'appellera femme [ishá en hébreu - c'est-à-dire femelle], parce qu'elle a été enlevée à l'homme [ish(Gn 2, 22-23). La référence mutuelle fonde une réalité institutionnelle. "C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et les deux deviennent une seule chair" (Gn 2, 24). La scène de la rencontre et l'exclamation de bonheur de l'homme apparaissent dans des représentations artistiques - des mosaïques, par exemple - qui ont servi de catéchèse aux gens simples : l'homme étend les bras en signe d'accueil et de joie. Ces éléments, textes et images, ont été le fondement d'une culture chrétienne.

La manie "inclusive" est désormais inspirée par le Dicastère pour la Doctrine de la Foi, attentif aux voix du monde, plus fortes que celles de la Bible. Une question récente est l'admission possible des personnes "trans" au sacrement du baptême, qui est la porte d'entrée pour être chrétien. La solution doit être théologique et il convient donc de rappeler que, selon la Tradition, l'accès au baptême - je ne parle pas ici des enfants en bas âge - est lié à un processus de conversion qui prend la forme d'une décision de changer de vie, d'adopter les valeurs chrétiennes et de se convertir au christianisme. manière. La grâce du sacrement exige l'exercice de la liberté et le couronne du don de Dieu.

Je pense que l'inclusion d'une personne "trans" a les mêmes exigences que celle d'un homosexuel. Il est vrai qu'il ne peut pas remédier aux dommages qu'il a causés à son identité biologique. Mais le siège de la conversion est la volonté ; il pourrait décider d'accepter le mode de vie chrétien qui, parmi les vertus qui le constituent, inclut la chasteté. C'est un changement fondamental pour lui de ne pas vouloir vivre dans la pseudo-identité qu'il a assumée par une mauvaise décision. Cela peut sembler difficile, mais c'est l'exigence de la Vérité.

Les "questions de genre" occupent une place importante dans la culture actuelle de notre monde. L'Eglise doit dénoncer son mépris de la notion métaphysique de nature et rappeler une conséquence perverse : le "changement de sexe". C'est un préambule à l'exclusion des personnes "trans" si les conditions exigées par le don du baptême ne sont pas remplies. Cette situation est parallèle à celle des personnes homosexuelles. La pression de la culture mondaine s'impose, comme on le voit dans les Eglises allemande et néerlandaise, par exemple.

Les Catéchisme de l'Église catholique aborde synthétiquement, et de manière intellectuellement décisive, la question des homosexuels dans les paragraphes 2357-2359, dans la section consacrée au sixième commandement du Décalogue consacré à "la chasteté et l'homosexualité". Il y est noté que l'origine psychologique de cette dépravation reste largement inexpliquée. De même, disons qu'il n'est pas facile de comprendre le processus qui conduit une personne à vouloir "changer de sexe". Le témoignage de l'Ecriture Sainte ne laisse aucune place au doute : ils n'hériteront pas du Royaume de Dieu (1 Cor. 6:10). Ce passage, comme 1 Tim. 1:10, se réfère aux hommes (ársenes) qui abandonnent l'ordre naturel - ils sont appelés arsenokoitaisc'est-à-dire les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes. Dans Rom. 1:24-27, il est dit qu'ils déshonorent leur propre corps. Dans l'Ancien Testament, le jugement contre Sodome est frappant (Gen. 19:1-29) ; c'est pourquoi les homosexuels sont également appelés "sodomites". C'est une honte, certes, mais elle ne peut être confondue avec le malheur

Les Catéchisme souligne que ces inclinations sont objectivement désordonnées ; les homosexuels sont appelés à accomplir la volonté de Dieu dans leur vie et doivent être traités avec compassion et sensibilité. C'est la base de leur inclusion. Ils sont appelés à la chasteté, à construire leur liberté intérieure et, avec l'aide de la grâce, ils peuvent se rapprocher de la perfection chrétienne. L'inclination objective est une chose, mais son exercice en est une autre. On parle aujourd'hui de "gay pride", qui est l'exercice de la perversion comme idéal de vie. La propagande publique est souvent écrasante ; dans certaines sociétés, elle est imposée dans le but de changer l'esprit de la majorité de la population. Les personnes "trans" et les "changements de sexe" sont en train d'être acceptés comme quelque chose de normal, c'est pourquoi la promotion de l'"inclusion" par les autorités ecclésiastiques a un effet pernicieux sur le climat culturel.

Dans son enseignement, l'Église défend l'humanité authentique de l'homme. À cet égard, nous pouvons citer les La personne humaine déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (1976) et du Magistère de Saint Jean Paul II. Mais les choses ont changé : cette Sacrée Congrégation a été transformée en un Dicastère qui se consacre à la promotion de la mauvaise théologie et s'abstient de condamner qui que ce soit. Elle représente l'inclusion de l'erreur, de l'ambiguïté et de la confusion contre la grande et unanime Tradition ecclésiale.

Dans le monde entier, des pressions sont exercées pour légitimer de "nouveaux droits" dans les législations nationales. Le rôle de l'Église est fondamental dans la construction de la résistance à ces impositions qui sont contraires à la Loi et à la liberté. L'Agenda 2030 de l'ONU représente le grave danger d'une diffusion mondiale d'une nouvelle image de l'homme ; il est insensé de le laisser aller sans critique et, pire encore, de l'adopter (même partiellement). Cette situation présente des analogies troublantes avec celle des fidèles des trois premiers siècles de l'Empire romain. Témoignage (martýria) doivent faire face au danger d'une persécution déplacée, subtile, comme celle qui vient de se produire dans les pays dominés par l'empire communiste au 20ème siècle.

D'une certaine manière, ce qui se prépare sera pire. Il est logique que les fidèles catholiques se tournent vers Rome, espérant que la lumière de la vérité viendra du siège pétrinien. Mais cet espoir sera-t-il vain

+ Héctor Aguer
Archevêque émérite de La Plata

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum