UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Ven 24 Fév 2023 - 12:00

UNION EUROPÉENNE : LES LÉGISLATEURS EUROPÉENS SONT FAVORABLES À UN PORTE-MONNAIE NUMÉRIQUE EUROPÉEN !


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unnam322


Accès numérique aux principaux services publics.

Les membres du Parlement européen (PE) ont adopté un projet de législation visant à ouvrir la voie à la mise en œuvre d’un portefeuille d’identité numérique européen.

Prévu pour couvrir l’ensemble de l’Union, ce système est une mise à jour du cadre européen d’identité numérique (eID) et est décrit par le Parlement européen (PE) comme une identité numérique « tout-en-un ».

Les données d’identification et les certificats électroniques seront utilisés en ligne et hors ligne pour accéder aux services et aux biens publics et privés.

Le nouveau portefeuille numérique dépendra de la création d’une interopérabilité entre les différents programmes nationaux et fournira des services d’identification et d’authentification en ligne aux citoyens, qui, selon le PE, ne dépendront pas de fournisseurs commerciaux.

Cela signifie qu’une solution centralisée sera gérée par le(s) gouvernement(s) et que le portefeuille numérique contiendra les données des citoyens relatives à leur vie personnelle et professionnelle : informations d’identification personnelle, contacts, ainsi que des informations sociales, financières et médicales.

« L’identité numérique n’est plus seulement une caractéristique agréable à avoir, mais un nouveau moteur de l’engagement civique et de l’autonomisation sociale, ainsi qu’un outil pour une Europe numérique inclusive », a déclaré le Parlement européen, citant le rapporteur Romana Jerkovic.

Certains des amendements au projet initial introduisent la capacité du porte-monnaie à lire et vérifier les documents électroniques, ainsi que les interactions entre pairs. D’autres parlent du renforcement de la confidentialité et de la sécurité, et de l’enregistrement de toutes les transactions « pour garantir que les tiers soient tenus responsables. »

L’approbation du projet de mise à jour de l’eID de cette manière a été obtenue lors d’un vote de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement européen, avec 55 députés votant pour, 8 contre et 2 abstentions.

Un autre vote avec des résultats presque identiques (57-7-3) a approuvé la proposition d’entamer des négociations interinstitutionnelles, la session plénière du Parlement européen prévue pour la mi-mars devant l’approuver formellement.

Les promoteurs du nouveau portefeuille numérique européen affirment que son utilisation sera volontaire et promettent que des mesures seront prises pour que ceux qui choisissent de ne pas adhérer au système ne soient pas discriminés.

Le PE a déclaré que la proposition contient des dispositions permettant aux citoyens de demander, d’obtenir, de stocker, de combiner et d’utiliser des données d’identification personnelles et des certificats électroniques de manière sécurisée.

En ce qui concerne la raison pour laquelle l’UE a besoin d’une carte d’identité électronique actualisée, le Parlement européen a déclaré que les services publics et privés se déplacent de plus en plus en ligne, notamment en ce qui concerne les systèmes de paiement.

Mais, note la déclaration, « selon la Commission (de l’UE), cette commodité se fait au prix d’une perte de contrôle des données personnelles, tandis que ces solutions sont déconnectées d’une identité physique vérifiée, ce qui rend la fraude et les menaces de cybersécurité plus difficiles à atténuer. »

SOURCE :

https://www.aubedigitale.com/les-legislateurs-europeens-sont-favorables-a-un-porte-monnaie-numerique-europeen/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Ven 24 Fév 2023 - 12:29

TONY BLAIR LANCE UNE NOUVELLE CAMPAGNE EN FAVEUR DE L'IDENTIFICATION NUMÉRIQUE BIOMÉTRIQUE POUR TOUS LES CITOYENS !


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unnam333


Blair plaide en faveur de l’identification des citoyens depuis des décennies.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair fait à nouveau la promotion d’un projet controversé visant à doter chaque citoyen britannique d’une identité numérique. Ce projet impliquerait l’utilisation d’une nouvelle technologie biométrique pour stocker le passeport, le permis de conduire, les dossiers fiscaux, les qualifications et le droit au travail d’une personne.

Sir Tony avait déjà tenté d’introduire des cartes d’identité lorsqu’il était Premier ministre.

Tony Blair et l’ancien législateur conservateur William Hague ont déclaré qu’une transformation majeure du gouvernement en matière de technologie était nécessaire pour rester en phase avec un monde en constante évolution.

Cependant, leurs demandes ont suscité des réactions négatives, Sir Jake Berry les qualifiant de « plan d’État effrayant pour vous suivre du berceau à la tombe ».

Blair et Hague ont révélé leur projet dans un article du Times, dans lequel ils déclarent que « la politique doit changer radicalement parce que le monde change radicalement.

« Nous vivons une révolution technologique du XXIème siècle aussi énorme dans ses implications que la révolution industrielle du XIXème siècle. »

Le duo allègue que les politiciens actuels sont « en danger de mener un combat du XXème siècle en marge de la politique fiscale et des dépenses, alors que la question est de savoir comment exploiter cette nouvelle révolution pour réimaginer l’État et les services publics ».

Le duo exige des identifications numériques pour chaque citoyen – ils ont également appelé à « une infrastructure nationale de santé qui utilise les données pour améliorer les soins et maintenir les coûts à un niveau bas, et des systèmes d’IA souverains soutenus par des capacités de supercalcul. »

Dans une interview accordée à BBC Radio 4, Blair a souligné comment des pays « aussi petits que l’Estonie et aussi grands que l’Inde » s’orientent vers des identifications numériques.

« Si vous regardez la technologie biométrique qui vous permet de faire l’identification numérique aujourd’hui, elle peut surmonter beaucoup de ces problèmes », a déclaré Blair.

Big Brother Watch a condamné Blair pour avoir fait pression en faveur d’un système d’identité numérique.

Le directeur de Big Brother Watch, Silkie Carlo, a déclaré : « Sir Tony et Lord Hague ont tout à fait raison quant à la nécessité pour le Royaume-Uni de prendre le leadership en matière d’innovation technologique, mais cela signifie qu’il faut protéger les droits et la vie privée des gens, et non pas relancer des propositions ratées pour un système d’identité numérique de masse intrusif et un État-base de données. »

Carlo a ajouté : « Un système d’identité numérique tentaculaire du type décrit par Sir Tony et Lord Hague est tout à fait rétrograde et constituerait l’un des plus grands assauts contre la vie privée jamais vus au Royaume-Uni. Le public s’est toujours opposé aux systèmes d’identité obligatoires et il n’y a absolument rien qui suggère que le public voudrait ou soutiendrait un tel système d’identité numérique maintenant. »

Blair a récemment appelé les organisations mondiales telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le Forum économique mondial (FEM) à faire pression sur les gouvernements nationaux pour qu’ils introduisent une « infrastructure numérique » permettant de contrôler qui a été vacciné et qui ne l’a pas été.

Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale

SOURCE :

https://www.aubedigitale.com/tony-blair-lance-une-nouvelle-campagne-en-faveur-de-lidentification-numerique-biometrique-pour-tous-les-citoyens/


_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Ven 24 Fév 2023 - 12:32

SELON UN BANQUIER, LE ROYAUME-UNI VA INTRODUIRE UNE APPLICATION COMBINANT "IDENTITÉ NUMÉRIQUE" ET "DONNÉES FINANCIÈRES" !


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unnam334


Plans à long terme.

Bob Wigley, président de la commission des finances du Royaume-Uni, a prédit le développement d’une « super application » qui stockerait l’identité numérique économique d’une personne, y compris les notes de crédit et les données relatives à la connaissance du client (KYC).

L’identité numérique économique serait similaire à l’application de santé NHS du gouvernement britannique, qui transporte les données de santé d’un individu. Lancée en janvier 2019, l’appli a fait face à une opposition avant de gagner en popularité pendant la pandémie.

Wigley, expert en finance, affirme que le secteur bancaire a pris note de l’appli NHS et pourrait lancer une appli similaire pour les données économiques.

« Ce sera l’année où nous persuaderons enfin le système bancaire que nous avons besoin d’un système d’identité numérique économique, tout comme l’appli NHS », a déclaré Wigley lors du New Digital Assets and Money Symposium à Londres.

« Cette appli financière sera personnelle et attachée à chaque citoyen, car nous avons besoin d’un programme plus large d’identité économique entièrement numérique. »

« Ce serait quelque chose que chaque personne porterait sur elle et elle pourrait ensuite le connecter à toute plateforme ou institution financière avec laquelle elle opère, comme les banques et les compagnies d’assurance », a-t-il expliqué.

Wigley a ajouté que si le gouvernement ne le fait pas, les plateformes des Big Tech s’en chargeront.

Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale

SOURCE :

https://www.aubedigitale.com/selon-un-banquier-de-premier-plan-le-royaume-uni-va-introduire-une-super-application-combinant-identite-numerique-et-donnees-financieres/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Dim 26 Fév 2023 - 12:58

@ Tous :


L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Dim 26 Fév 2023 - 13:44

SURVEILLANCE NUMÉRIQUE DES POPULATIONS : VERS UN "CRÉDIT SOCIAL" EN EUROPE ?


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unna1056


21/02/2023 (2023-02-21)

[Source : qg.media]

L’Union européenne se dote peu à peu d’une législation ambiguë quant à l’instauration d’un crédit social, en dépit des grandes proclamations officielles. Depuis 2022, les municipalités de Rome et de Bologne en Italie mettent par exemple à l’essai des initiatives de crédit social, qui, incitatives et optionnelles, visent à récompenser les comportements jugés « vertueux » en matière de développement durable. Faut-il redouter l’instauration d’un système de crédit social tel que celui apparu en Chine? Quels furent là-bas les ressorts de la mise en place d’un tel système? Pourrons-nous longtemps encore nous prémunir d’une « notation sociale » des personnes ?

Par Pauline ELIE, conseillère éthique sur les données de santé à l’hôpital Lariboisière (AP-HP), doctorante en droit et philosophie au Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS / EHESS) et Pierre-Antoine CHARDEL, professeur de sciences sociales et d’éthique à l’école de management de l’Institut Mines-Télécom (IMT-BS), chercheur au Laboratoire d’Anthropologie Politique (UMR 8177, CNRS / EHESS)

* * * * *

Jugeant et notant les actes des citoyens (bons ou mauvais), le système de crédit social instigué en Chine est en train de s’établir en Europe de manière aussi subtile et insidieuse que dans l’empire du Milieu. Certes, contrairement à l’actuelle version chinoise, essentiellement punitive et désormais érigée en système, le balbutiant crédit social des citoyens européens se veut incitatif. Or à ses débuts, la même approche gratifiante et facultative fut privilégiée par l’État autoritaire chinois. À bien des égards, ce crédit social renvoie aux caractéristiques de l’hégémonie culturelle telles qu’elles furent décrites par l’intellectuel marxiste Antonio Gramsci qui analysait les ressorts d’une domination exercée, non pas de manière coercitive, mais en intervenant sur la production des représentations et des habitudes quotidiennes. Il s’agissait par là de décrire les mécanismes de logiques de pouvoir ne disant par leur nom, en ce sens d’autant plus difficiles à contrer.        

Alors que la Commission européenne se dote d’une proposition de règlement sur l’intelligence artificielle aménageant par un large régime d’exceptions la notation sociale des personnes, depuis l’été 2022 deux initiatives de crédit social ont vu le jour en Italie, à Rome et à Bologne. Comme en résonance avec le Meilleur des Mondes de Aldous Huxley ou à quelques épisodes de la série Black Mirror, ranger sa trottinette électrique ou trier correctement ses déchets rapporte des bons points au citoyen : en conséquence, par exemple, un fournisseur d’énergie pourrait lui octroyer un tarif préférentiel ! À la différence de la situation chinoise, ces initiatives italiennes optionnelles valorisent les actions dites «éco-responsables» mais ne les sanctionnent pas[1]. Pourtant, progressivement, la logique du système de crédit social chinois s’immisce dans la gestion de notre quotidien. Comment s’opère un tel glissement ? Surtout, qu’induit-il pour l’évolution de la vie sociale et politique dans des sociétés revendiquant un attachement à certains grands principes démocratiques ? Quels enjeux en termes de soft power se profilent ?

Créditer la confiance ?

En Chine, la mise en place du système de crédit social est intimement liée à l’accès de sa population au crédit bancaire. Dans les années 1990, le pays entreprend d’ouvrir son économie au monde par de nombreuses réformes, en vue de faire émerger une classe moyenne[2]. Pour ce faire, la population majoritairement rurale doit souscrire à des prêts financiers. En 1999, l’Institut d’économie et de politique mondiales de l’Académie chinoise des sciences sociales initie le projet « Vers un système national de gestion du crédit », en réponse à la demande d’entreprises américaines désireuses de s’assurer de la fiabilité de leurs homologues chinois. Avec ses collègues, le futur penseur du crédit social, Lin Jinyue, jeune ingénieur à l’époque, s’inspire des systèmes de credit scoring européens et américains au cours de voyages d’étude. Dans leur rapport au Parti communiste en mars 2000[3], lui et ses pairs affirment la nécessité de bâtir un système de notation de crédit gageant de la solvabilité des citoyens et des entreprises. Mais ce n’est qu’en 2002 qu’apparaît la première occurrence du terme « crédit social » lors de l’allocution de Jiang Zemin, secrétaire général du Parti communiste, à l’occasion de son 16ème Congrès[4]. « Crédit social » et « crédit bancaire » se confondent ainsi jusqu’en 2014 dans les discours du Parti. Puis le « Schéma directeur pour la construction d’un système de crédit social (2014-2020) » du Conseil d’État chinois pose les jalons de ce système[5]. Au nom de la confiance et de l’intégrité, les personnes jugées fiables sont récompensées, celles considérées comme indignes de confiance sont punies. Les principes moraux se mêlent aux normes juridiques tandis que le concept flottant de « confiance » prodigue un terrain fertile à l’expression arbitraire du pouvoir.

Des prémisses indolores

Le crédit social chinois se déploie par des initiatives locales et variées, initialement incitatives. Dans leur enquête « Bons et mauvais chinois » les journalistes René Raphaël et Ling Xi montrent que dès 2015 plusieurs municipalités concluent des partenariats divers avec des entreprises locales[6]. Notamment, la plateforme numérique Alibaba via sa filiale Ant Financial introduit le crédit Sesame (ou Zhima) en janvier 2015, disponible à partir l’application en ligne de paiement Alipay. Inspiré des modèles de credit scoring des entreprises américaine et allemande FICO et Schufa Holding, le crédit Zhima évalue les risques de l’emprunteur en lui attribuant une note fondée sur l’analyse algorithmique de ses données personnelles et financières[7]. L’emprunteur qui s’acquitte de ses échéances de paiement en temps voulu, ou qui se procure les marchandises et services valorisés par Alipay, cumule des points lui octroyant des avantages lors de dépenses futures. Partenaire de Alibaba, la municipalité de Hangzhou propose par exemple à ses habitants d’intégrer leur note Sésame à leur système d’identification municipale pour bénéficier de nouvelles faveurs.

Alors qu’en 2018, un quart de la population chinoise seulement est notée, la Banque centrale fonde (à l’aide des données collectées par huit entreprises chinoises) Baihang, son propre système de crédit social testé dans certaines provinces. Les actes jugés vertueux, tels que balayer la voie publique, augmentent la note sociale de l’individu si celui-ci en apporte la preuve au Parti. A contrario, des informations dissidentes communiquées en ligne par exemple ou des échéances bancaires recouvrées hors-délai entraînent l’inscription des personnes sur listes noires, restreignant leurs libertés de circuler, d’entreprendre ou même d’apprendre. Or, comme le notent Yu-Jie Chen, Ching-Fu Lin & Han-Wei Liu, en 2018, le système de crédit social fait l’objet de nombreuses incompréhensions dans le traitement médiatique international[8]. Si collecte et partage de données entre pouvoirs publics et privés sont opérationnels, le traitement automatisé des données est loin d’être une réalité.

La stratégie des petits pas

Pragmatique, cette stratégie qui conquiert territoire après territoire, en s’adaptant aux usages des populations locales, permet en outre à la technologie soutenant ce système d’évoluer vers son unification. En décembre 2020, 80% des territoires chinois[9], soit plus d’un milliard de personnes[10], sont concernés par des mesures diverses de notation sociale. Cependant, il n’existe pas en novembre 2022 de note sociale pour chaque individu attribuée par un système central[11]. Le recours uniforme sur le territoire à l’intelligence artificielle, au traitement algorithmique de données massives issues par exemple de la reconnaissance faciale en temps réel par la vidéosurveillance reste un fantasme[12]. Toutefois, selon Josh Chin et Liza Lin dans Surveillance State (2022), la crise du Covid-19 a vu les technologies sous-tendant la progression d’un système de crédit social unifié prospérer : une caméra de vidéosurveillance pour trois habitants, fichage biométrique et génomique de la population, attribution de codes QR individuels, etc.[13]. Dénué d’application uniforme, ce système trouve pourtant écho hors de l’Empire du Milieu, en Union européenne.

Les balbutiements d’un crédit social européen

Sur le Vieux continent, pourtant fervent défenseur des idéaux démocratiques, le crédit social se concrétise par un cadre normatif à l’échelle européenne et des initiatives locales en Italie. En premier lieu, la Commission européenne propose un portefeuille européen d’identité numérique ainsi qu’une législation introduisant la notation sociale des citoyens. Dans son discours sur l’état de l’Union en 2020, la présidente de la Commission Ursula Van der Leyen annonce la création d’« une identité fiable, que tout citoyen pourra utiliser partout en Europe pour n’importe quel usage, comme payer ses impôts ou louer un vélo »[14]. Ambitionnant de rallier 80% des citoyens en 2030[15], ce portefeuille européen d’identité numérique résulte de la proposition de révision du règlement eIDAS en 2021[16]. Optionnel, il rendra possible l’authentification sur les plateformes numériques privées et contiendra état civil, diplômes, informations financières, données des entreprises[17], voire le certificat Covid numérique[18]. De surcroît, en matière d’intelligence artificielle, la version finale[19] de la proposition de règlement de la Commission européenne introduit le concept de « note sociale »[20]. Cette dernière est issue de « systèmes d’IA destinés à évaluer ou à établir un classement de la fiabilité de personnes physiques au cours d’une période donnée en fonction de leur comportement social ou de caractéristiques personnelles ou de personnalité connues ou prédites »[21]. Et si par principe « la mise sur le marché, la mise en service ou l’utilisation, par les pouvoirs publics ou pour leur compte » de ces systèmes de notation sociale est interdite, par exceptions elles sont autorisées[22]. Car le traitement « préjudiciable ou défavorable de certaines personnes physiques ou de groupes entiers de personnes physiques » est proscrit dans quelques cas de figure seulement : « dans des contextes sociaux dissociés du contexte dans lequel les données ont été générées ou collectées à l’origine »[23] ou, si ce traitement est « injustifié ou disproportionné par rapport à leur comportement social ou à la gravité de celui-ci »[24]. Autrement dit, juste, proportionnée et entreprise dans le contexte d’origine de la collecte ou de la génération des données, la notation sociale par les pouvoirs publics ou leur compte est possible. L’interdiction de principe du crédit social est dès lors contrebalancée par un régime d’exceptions si large qu’il l’autorise de facto.

En second lieu, depuis l’été 2022, les villes de Rome et de Bologne en Italie mettent à disposition de leurs citoyens un « Smart citizen wallet », un portefeuille d’identité numérique. À Rome, il « encourage les comportements vertueux mis en place par les usagers de la ville, visant à améliorer la durabilité environnementale, sociale et économique de la ville, en ligne avec les objectifs de l’Agenda 2030 », de l’Organisation des Nations Unies[25]. Pour le citoyen « vertueux », des « points » sont « convertis en récompenses (biens et/ou services durables) offerts par la Capitale de Rome et ses partenaires »[26]. À Bologne, l’initiative également facultative « vise à récompenser ceux qui, par exemple, trient bien les déchets ou utilisent les transports en commun et ne prennent pas d’amendes »[27]. Optionnels, incitatifs, ces essais de crédit social se distinguent de l’actuel système de crédit social chinois, punitif. Or, d’une part, le régime chinois a préféré dans un premier temps les incitations à la coercition, et d’autre part, le futur règlement sur l’intelligence artificielle cultive l’ambiguïté quant à ce nouveau concept de « note sociale ». Selon l’euro-député roumain Cristian Terheş le crédit social européen s’établirait « par segments » suivant « le même schéma qu’en Chine »[28].

La redoutable ambiguïté du milieu

L’antagonisme entre un modèle vertueux de crédit social porté par l’Europe, et sa version maligne qui serait affirmée par l’Empire du milieu favorise la progression de ce modèle. Evgeny Morozov relatait déjà en 2013 dans L’aberration du solutionnisme technologique le discours de certains industriels du numérique en vertu duquel tous les problèmes s’évanouiraient grâce à leurs technologies. Suite à la crise du Covid-19, il note l’émergence de deux camps[29], d’un côté les « solutionnistes progressifs » qui useraient d’indolores nudges, ces incitations sans contraintes[30], de l’autre, les « solutionnistes punitifs » qui contraindraient pour parvenir à leurs fins. Ainsi polarisée, cette dialectique opposant une thèse et une antithèse caricaturées se solde en une synthèse, qui profite à un solutionnisme médian, en Eurasie. Mais de l’Orient à l’Occident, ce soft power technologique a pour effet de rompre l’« intégrité contextuelle », telle qu’elle a été définie par Helen Nissenbaum[31]. De fait, les flux d’informations numériques ne respectent plus les contextes d’usages, qui possèdent des normes, explicites ou non, correspondant aux attentes des usagers quant aux informations partagées. Notamment, une personne s’attend à ce que les informations communiquées à son médecin ne soient pas diffusées à son employeur. Cette exigence de séparation des contextes se traduit en pratique par le recours, pour une même personne, à des identités multiples. Or, en témoignent des initiatives de portefeuilles numériques, certaines politiques publiques évoluent vers l’unification des identités. Dans un tel contexte de rupture de l’intégrité contextuelle, la question de la légitimité des critères de l’identification doit nous préoccuper, a fortiori lorsque cette dernière est liée à des systèmes automatisés de traitement de données qui peuvent, à tout moment, être manipulés. Une banque pourrait, par exemple, refuser ou accepter d’accorder un crédit en fonction du type de relations que nous entretenons sur les réseaux sociaux, en permettant ainsi à des réalités anodines – et même parfaitement insignifiantes – de s’immiscer dans un processus d’identification. À titre d’illustration, la société LendUp, spécialisée dans le prêt en ligne, examine les comptes Facebook et Twitter des demandeurs, en observant notamment le nombre d’amis et la nature des interactions, afin d’accorder ou non un prêt. Comment enrayer la logique ? Et surtout, le peut-on encore ?

De l’exposition au risque de servitude

Déjouer la progression du phénomène de notation sociale suppose d’en comprendre les ressorts : le crédit social repose en effet sur nos désirs d’exposition en ligne et de normativité, pérennisant par-là même, les inégalités sociales. Dans La Société d’exposition (2015), Bernard Harcourt montre comment, par le truchement de nos intérêts nourris par Facebook, MySpace, Google, Instagram, etc., nous nous exposons à une surveillance omniprésente : « ce sont nos passions – en tension avec nos ambivalences […] qui alimentent la société d’exposition »[32]. Les innovations technologiques résonnent avec des attentes relatives à la normativité qui proviennent des individus eux-mêmes. À cet égard, une singulière concomitance entre l’économique, le social et le politique s’observe dans des demandes qui sont implicitement formulées en termes de sécurisation et de normalisation[33]. Selon de récentes enquêtes, ces mesures chinoises de crédit social, perçues comme des « moyens d’améliorer la qualité de vie »[34], seraient préférées par les citoyens les plus favorisés socialement ainsi que les personnes âgées. En dépit d’une volonté affichée de promouvoir une société confiante et harmonieuse, le système de crédit social chinois séduit ceux qui possèdent déjà. Quant aux plus précaires qui se voient inscrits sur listes noires, l’opprobre induit ne peut qu’accentuer leurs difficultés. Au nom de la confiance, le traitement de données à des fins de notation sociale trahit une logique paranoïaque, niant l’oubli, pourtant fondamental pour se réinventer, à l’aune des travers de l’existence. Pire, libéré du choix à mesure que des logiques de recommandations algorithmiques investissent nos vies, nous nous laissons mentalement coloniser par des représentations bâties sur des corrélations, et non plus sur des causes. Tout un chacun pourrait avoir à répondre, non de ses actes, mais de probabilités statistiques capables de mesurer l’intention de commettre tel ou tel acte[35]. Comme l’expliquait Zygmunt Bauman dans son entretien paru en 2013, au regard de « la facilité avec laquelle les gens acceptent de livrer leurs secrets personnels sur la scène publique »[36], dans les sociétés liquides modernes, nous pouvons « devenir des esclaves »[37]. Un état de servitude est indirectement généré par la porosité des contextes permise par le numérique : des propos qui semblaient totalement anodins dans un contexte donné, peuvent, un jour ou l’autre, se retourner contre une personne.

Par définition, le soft power ne repose pas sur la contrainte mais, sur la séduction, la convivialité et le plaisir. Nous faisons « volontairement beaucoup de choses que les pouvoirs totalitaires cherchaient à imposer par la force et la violence ou la peur »[38]. Nous nous accoutumons au fait de livrer des parts de nous-mêmes dans tous les moments de notre vie quotidienne, du fait de la valorisation sociale qu’une telle exposition induit. Le système de crédit social en Chine, à l’instar des balbutiements européens en la matière, s’avère tout à fait exemplaire, et particulièrement emblématique des risques encourus à l’ère hypermoderne, dans des sociétés au sein desquelles les demandes de normativité ou de normes de confiance se multiplient. Au regard du dévoilement croissant de la personne en ligne et de l’accoutumance à la visibilité, mieux vaut veiller à ce que l’instrumentalisation politique de cette accoutumance puisse toujours être questionnée.

NOTES :

[1] Nous développons ici, et dans les pages qui suivent, des éléments initialement abordés par Pauline Elie (« En Europe, la tentation de la surveillance. Le crédit social chinois fait des émules », in Philonomist, 16 novembre 2022), après de récents échanges sur le sujet à l’EHESS.[⮬]
[2] Jean-Louis Rocca, The Making of the Chinese Middle Class: Small Comfort and Great Expectations, Palgrave Macmillan, Londres, 2016.[⮬]
[3] Rapport intitulé « Vers le système national de gestion de crédit ».[⮬]
[4] Rapport de Jiang Zemin lors du 16ème Congrès du Parti communiste chinois en 2002. « Nous devons rectifier et uniformiser l’ordre de l’économie de marché et établir un système de crédit social compatible avec une économie de marché moderne » [⮬]
[5] Conseil d’État, Circulaire du Conseil d’État sur l’impression et la distribution du schéma de planification pour la construction d’un système de crédit social (2014-2020), Guofa [2014] n° 21, 14 juin 2014. « Ce n’est que lorsque les membres de la société se traitent avec sincérité et sur la base de la confiance qu’ils peuvent établir des relations interpersonnelles harmonieuses et amicales, promouvoir le progrès de la civilisation sociale et parvenir à l’harmonie sociale, à la stabilité, et la stabilité à long terme  ».[⮬]
[6] René Raphaël, Ling Xi, « Bons et mauvais Chinois. Quand l’État organise la notation de ses citoyens », Le Monde diplomatique, janvier 2019, pp.4-5.[⮬]
[7] Ohlberg Mareike, Ahmed Shazeda, Lan Bertram (12 décembre 2017), « Central Planning, Local Experiments: The complex implementation of China’s Social Credit System », Merics China Monitor, Mercator Institute for China Studies, 16 mars 2018.[⮬]
[8] Yu-Jie Chen, Ching-Fu Lin, Han-Wei Liu, « Rule of trust : the power and perils of China’s social credit megaproject », Columbia Journal of Asian Law, vol. 32, n°1, 2018.[⮬]
[9] Jessica Reilly, Muyao Lyu, Megan Robertson, « China’s Social Credit System: Speculation vs. Reality », The Diplomat, 30 mars 2021.[⮬]
[10] Amanda Lee, « What is China’s social credit system and why is it controversial? », South China Morning Post, 9 août 2020.[⮬]
[11] Zeyi Yang, « China just announced a new social credit law. Here’s what it means. », MIT Technology Review, 22 novembre 2022.[⮬]
[12] Yu-Jie Chen, Ching-Fu Lin, Han-Wei Liu, « Rule of trust : the power and perils of China’s social credit megaproject », Columbia Journal of Asian Law, vol. 32, n°1, 2018.[⮬]
[13] Josh Chin, Liza Lin, Surveillance State: Inside China’s Quest to Launch a New Era of Social Control, St. Martin’s Publishing Group, New York, 2022.[⮬]
[14] Commission européenne, Discours sur l’état de l’Union de la présidente von der Leyen en session plénière du Parlement européen, Bruxelles, 16 septembre 2020.[⮬]
[15] Commission européenne, Commission proposes a trusted and secure Digital Identity for all Europeans, 3 juin 2021.
Commission européenne, Communication, « Une boussole numérique pour 2030: l’Europe balise la décennie numérique », Bruxelles, 9 mars 2021, p. 14.[⮬]
[16] Commission européenne, Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil modifiant le règlement (UE) n° 910/2014 en ce qui concerne l’établissement d’un cadre européen relatif à une identité numérique, 3 juin 2021.[⮬]
[17] Ibid. Annexe VI Liste minimale d’attributs.[⮬]
[18] Règlement (UE) 2021/953 du Parlement européen et du Conseil du 14 juin 2021 relatif à un cadre pour la délivrance, la vérification et l’acceptation de certificats COVID-19 interopérables de vaccination, de test et de rétablissement (certificat COVID numérique de l’UE) afin de faciliter la libre circulation pendant la pandémie de COVID-19. Commission européenne, Communiqué de presse, « COVID-19: la Commission propose de prolonger d’un an le certificat COVID numérique de l’UE », 3 février 2022.[⮬]
[19] Commission européenne, Proposition de règlement n° 2021/0106 (COD) du Parlement européen et du Conseil établissant des règles harmonisées concernant l’intelligence artificielle (législation sur l’intelligence artificielle modifiant certains actes législatifs de l’Union), 21 avril 2021, Bruxelles.[⮬]
[20] Considérant 17, art. 5 1. (c) ibid.[⮬]
[21] Art. 5 1. (c) ibid.[⮬]
[22] Idem.[⮬]
[23] art. 5 1. (c) i) [⮬]
[24] art. 5 1. (c) ii) [⮬]
[25] Raffaele Gareri, « Citizen Wallet: la piattaforma che ti premia », Site internet de la Commune de Rome, date inconnue.[⮬]
[26] Ibid.[⮬]
[27] Guide De Jade, « Bologne une ville de plus en plus numérique : le Smart Citizen Wallet arrive », Bologna Indiretta, 28 mars 2022.[⮬]
[28] Torbjörn Sassersson, « Cristian Terhes : Manifestez pour sauver votre pays du contrôle totalitaire », Newsvoice, 22 janvier 2022.[⮬]
[29] Evgeny Morozov, « The tech ‘solutions’ for coronavirus take the surveillance state to the next level », The Guardian, 15 avril 2020.[⮬]
[30] Richard Thaler, Cass R. Sunstein Nudge, Improving Decisions About Health, Wealth, and Happiness, Yale University Press, Londres, 2008.[⮬]
[31] Helen Nissenbaum, Privacy in Context. Technology, Policy, and the Intergrity of Social Life, Stanford, Stanford University Press, 2009.[⮬]
[32] Bernard Harcourt, Exposed. Desire and Disobedience in the Digital Age, Cambridge, Harvard University Press, 2015.[⮬]
[33] Pierre-Antoine Chardel, L’empire du signal. De l’écrit aux écrans, Paris, CNRS Editions, 2020.[⮬]
[34] Genia Kostka, « China’s social credit systems and public opinion: Explaining high levels of approval », New Media & Society, juillet 2019.[⮬]
[35] Jean-Paul Karsenty, « Big data (mégadonnées) : une introduction », in Olaf Avenati et Pierre-Antoine Chardel (dir.), Datalogie. Formes et imaginaires du numérique, Paris, Loco Editions, 2016, p. 112.[⮬]
[36] Ibid.[⮬]
[37] Zygmunt Bauman, « La précarité est le seul élément qui rassemble », in Au fait. Une enquête, un entretien, des enjeux, juin 2013, p. 76.[⮬]
[38] Ibid.[⮬]

SOURCE :

https://nouveau-monde.ca/surveillance-numerique-des-populations-vers-un-credit-social-en-europe/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Lun 27 Fév 2023 - 10:56

@ Tous :

Attention : l’identité numérique a été adoptée en commission au parlement européen il y a quelques jours ! Le projet passera en plénière mi-mars !

Le portefeuille numérique contiendrait vos infos d’état civil, médicales, vaccinales, bancaires,…Vers le crédit social !
Stop !

— Florian Philippot (@f_philippot) February 26, 2023

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Sam 4 Mar 2023 - 15:26

ALERTE ! - L'UNION EUROPÉENNE ENVISAGE DE LIMITER À 10,000 EUROS LES PAIEMENTS EN ESPÈCE !


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unnam356


Alerte ! L'UE envisage de limiter à 10 000 euros les paiements en espèces sous prétexte de prévenir le "blanchiment d'argent" et le "terrorisme". L'expert financier du Parti des Verts, Gerhard Schick, a déclaré que cette limite était "une imposture absolue" et qu'elle ne contribuait "en rien" à "couper les moyens de subsistance des terroristes ou les ventes d'armes".


(LifeSiteNews) - Le Conseil de l'Union européenne a proposé une limite d'argent liquide de 10 000 EUR pour tous les États membres de l'UE afin de lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

La législation proposée exige également que les fournisseurs de crypto-monnaies vérifient "les faits et les informations concernant leurs clients" s'ils effectuent des transactions de 1 000 EUR ou plus.

"L'UE poursuit sa lutte pour protéger les citoyens de l'UE et le système financier de l'UE contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme", indique le communiqué de presse du Conseil européen.

Le ministre tchèque des Finances, Zbyněk Stanjura, a déclaré qu'ils avaient l'intention de "fermer les échappatoires" pour les criminels.

"Les gros paiements en espèces au-delà de 10 000 euros deviendront impossibles", a déclaré M. Stanjura. "Essayer de rester anonyme lors de l'achat ou de la vente de crypto-actifs deviendra beaucoup plus difficile. Se cacher derrière de multiples couches de propriété de sociétés ne fonctionnera plus. Il deviendra même difficile de blanchir de l'argent sale via des bijoutiers ou des orfèvres."

La question de savoir si les limites d'argent liquide empêchent les activités criminelles reste discutable. En 2016, le magazine d'information grand public allemand der Spiegel a rapporté que des pays européens comme le Portugal, la Grèce, l'Espagne et la Belgique avaient déjà introduit des limites d'argent liquide, dont certaines étaient bien inférieures à 10 000. Cependant, aucune réduction notable de l'activité criminelle ou de l'"économie souterraine" n'a été constatée dans ces pays.

L'"économie souterraine" a été beaucoup plus florissante dans ces pays qu'en Allemagne, où il n'y avait pas de limite d'argent liquide à l'époque.

Der Spiegel cite l'expert financier du Parti vert, Gerhard Schick, qui a déclaré que la limite d'utilisation de l'argent liquide est "une imposture absolue" et qu'elle "n'aide pas le moins du monde" à "couper les moyens de subsistance des terroristes ou les ventes d'armes."

Selon le Spiegel, "ni la mafia, ni les terroristes, ni les trafiquants d'armes ou de drogue internationaux ne se promènent avec des liasses de billets de banque", car "ils ont leurs propres systèmes de transfert d'argent."

En outre, "n'importe qui peut créer des sociétés écrans anonymes pour une somme modique - partout dans le monde", et "payer par leur intermédiaire par chèque, carte de crédit ou virement bancaire", et être en parfaite conformité avec la loi.

"Les notaires et les avocats proposent également des comptes anonymes par lesquels l'argent noir peut être transigé", écrit der Spiegel.

Beaucoup craignent que l'argent liquide anonyme soit lentement aboli et remplacé par des monnaies numériques. Au Nigeria, le gouvernement a récemment limité les retraits d'argent liquide afin de pousser les gens à utiliser la monnaie numérique de la Banque centrale, que cette dernière prévoit également de relier à un système d'identification numérique.

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/news/eu-plans-10000-euro-limit-on-cash-payments-under-pretext-of-money-laundering-terrorism-prevention/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Mar 14 Mar 2023 - 13:05

LE PORTEFEUILLE D'IDENTITÉ NUMÉRIQUE EUROPÉEN POURRAIT ENTRER EN VIGUEUR SANS LE VOTE DU PARLEMENT !


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unna1059


11/03/2023 (2023-03-11)

[Source : Nexus]

Par Hermine Le Quellec

Le portefeuille d’identité numérique entre dans sa phase de concrétisation à l’échelon européen. Après que la Commission a révélé l’architecture technique qui soutiendra les différents pilotes, et que de gigantesques consortiums industriels ont été choisis pour les construire, le portefeuille d’identité numérique est à présent entre les mains des institutions européennes, et pourrait se passer d’un vote au Parlement.

La loi sur le portefeuille d’identité numérique entre ce printemps en phase de « trilogue », c’est-à-dire en négociations interinstitutionnelles, entre le Parlement, la Commission et le Conseil européens. Attendu initialement en mars pour être soumis au vote des eurodéputés en assemblée plénière, le paquet de lois sur les possibilités permises par le prochain portefeuille numérique européen pourrait se passer de cette étape et être négocié au plus haut niveau des institutions européennes sans l’avis des députés.

◆ Quand le règlement de l’UE permet de s’affranchir de la démocratie… :

En vertu du règlement du Parlement européen (article 71, alinéa 1), le comité parlementaire chargé du dossier sur l’identité numérique (en l’occurrence, le comité ITRE compétent sur les questions industrielles) a voté à la majorité de ses membres, un mandat pour faire entrer la loi sur le portefeuille digital directement en négociation, sans passer par un vote des députés.

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unnam391

Ainsi, la loi sur le portefeuille d’identité numérique européen pourra continuer son parcours législatif entre la Commission européenne (gouvernement exécutif) et le Conseil européen (représentation des États membres), et s’affranchir de l’avis du Parlement, seul organe représentatif des citoyens européens, pourtant les premiers concernés par la loi.

Une demande de recours a été lancée par le député conservateur hollandais Rob Roos. Si cette demande est signée par un nombre suffisant de députés, alors un vote en plénière devra avoir lieu au mois d’avril. Ce recours sera déposé mardi 14 mars et la décision rendue jeudi 16 mars.

◆ Un portefeuille numérique aux possibilités multiples :

Le portefeuille d’identité numérique est dans les cartons de l’Union européenne (UE) depuis plus d’un an et demi. En juin 2021, le règlement sur le droit digital (règlement eIDAS) a été modifié pour inclure le cadre légal du prochain portefeuille numérique européen.

« C’est passé comme une lettre à la poste », se souvient Virginie Joron, eurodéputée française issue du Rassemblement national et membre du groupe « Identité et Démocratie » au Parlement européen.

Dès lors, trois avancées majeures ont eu lieu. D’abord, un groupe opaque d’experts  de la Commission européenne a imaginé l’architecture de référence qui soutiendra les portefeuilles digitaux et les rendra interopérables. Puis, deux gigantesques consortiums d’industriels (POTENTIAL et NOBID) ont été choisis par la Commission pour construire les premiers pilotes.

Ainsi, ce portefeuille numérique, application mobile ancrée dans votre téléphone sur une nouvelle génération de cartes SIM, contiendra vos données civiles et biométriques (empreinte digitale, photo…), permettra d’héberger votre dossier médical partagé et y recevoir vos ordonnances électroniques, donnera accès aux services bancaires et gouvernementaux (impôts, prestations sociales, services préfectoraux, etc.), contiendra votre permis de conduire digitalisé et potentiellement tout document et certificat important (diplômes, attestations d’assurance, etc.). Enfin, le portefeuille numéirique devra pouvoir servir de terminal de paiement, via la connectivité NFC des téléphones portables, et sera compatible avec le prochain euro digital.

◆ Quand la technologie supplante la démocratie :

Alors que cette technologie rend possible des usages liberticides en cas d’un partage trop permissif des données entre les différents compartiments du portefeuille numérique, et offrirait aux États une connaissance quasi exhaustive des usages et comportements de leurs administrés, les garde-fous légaux sont importants pour empêcher un dévoiement de la technologie en outil de contrôle politique. D’autant que les entreprises qui co-construisent les premiers pilotes de portefeuilles numériques, comme les français Thales ou Idemia, sont déjà à la pointe des technologies de surveillance.

De plus, l’architecture qui surplombera les différents portefeuilles numériques propose d’affubler tous les citoyens européens d’un identifiant unique qui semble pouvoir être traçable par les fournisseurs des portefeuilles numériques (les États membres a priori).

Enfin, si cette technologie pourrait effectivement permettre un contrôle citoyen accru sur ses données et la manière dont il consent – ou non – à les partager, il est nécessaire que le cadre légal le prévoie en amont. Il semblerait cette fois-ci que la technologie ait été définie avant que le processus légal ait fait son travail de contre-pouvoir.

Deux grands dossiers législatifs sont attendus cette année sur le plan européen : le nouveau cadre légal concernant l’intelligence artificielle et le nouvel espace européen des données de santé. Tous deux seront décisifs pour baliser les possibilités des prochains portefeuilles numériques, dont les premiers pilotes sont attendus en 2025.

SOURCE :

https://nouveau-monde.ca/le-portefeuille-didentite-numerique-europeen-pourrait-entrer-en-vigueur-sans-le-vote-du-parlement/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Sam 22 Avr 2023 - 16:04

@ Tous :

Objectif 2024 : en route vers la Devise Numérique :


L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Empty Re: UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen!

Message  Admin Mer 31 Mai 2023 - 10:50

L'UNION EUROPÉENNE SOUHAITE QUE TOUS LES CITOYENS DISPOSENT D'UNE CARTE D'IDENTITÉ NUMÉRIQUE D'ICI 2030 !


UNION EUROPÉENNE : Les Législateurs Européens sont favorables à un Porte-Monnaie Numérique Européen! Unnam533


L’UE souhaite que tous les citoyens disposent d’une carte d’identité numérique d’ici 2030… Le déploiement de l’identité numérique s’accélère sans que l’on s’en préoccupe vraiment et sans que l’on s’y oppose suffisamment.


31 mai 2023

Le portefeuille pourrait être utilisé pour présenter des titres de voyage, enregistrer une carte SIM, ouvrir un compte bancaire et accéder à des services tels que les prestations sociales.

Une augmentation du financement.

Le déploiement de l’identité numérique s’accélère sans que l’on s’en préoccupe vraiment et sans que l’on s’y oppose suffisamment. La Commission européenne a réservé 46 millions d’euros (environ 49 millions de dollars) pour le controversé portefeuille européen d’identité numérique, une application pour smartphone qui permettra aux citoyens des 27 États membres de l’UE de stocker et de partager une pièce d’identité numérique. L’argent sera investi dans des programmes pilotes.

Le portefeuille pourrait être utilisé pour présenter des titres de voyage, enregistrer une carte SIM, ouvrir un compte bancaire et accéder à des services tels que les prestations sociales.

Les projets pilotes impliqueront 250 organisations publiques et privées dans presque tous les États membres, ainsi qu’en Islande, en Norvège et en Ukraine, et dureront au moins deux ans, selon Biometric Update.

Les projets sont censés aider les États membres à se préparer au règlement européen sur l’identité numérique, qui fait actuellement l’objet de discussions au Parlement. Ils permettront également à l’Union européenne de se rapprocher de son objectif de doter tous les citoyens d’une carte d’identité numérique d’ici 2030.

Certains ont toutefois exprimé des inquiétudes quant à la sécurité du projet, arguant que le stockage d’une telle quantité de données dans un seul système attirerait les cyberattaquants.

« Cela reste un défi de fournir le plus haut niveau de sécurité étant donné les nombreuses falsifications que l’on pourrait injecter dans le système », a déclaré Jean-Karim Zinzindohoue, directeur technique de France Identite, lors d’un séminaire sur le projet de portefeuille d’identité électronique à Bruxelles.

Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale

SOURCE :

https://www.aubedigitale.com/lue-souhaite-que-tous-les-citoyens-disposent-dune-carte-didentite-numerique-dici-2030/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66762
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum