Je me tiens à la porte et Je frappe (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Je me tiens à la porte et Je frappe (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).

Aller en bas

Je me tiens à la porte et Je frappe (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles). Empty Je me tiens à la porte et Je frappe (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).

Message  Invité Mar 18 Oct 2011 - 3:35

6 décembre 1976
De quoi se sont rendus responsables nombre de mes évêques et tant de mes prêtres ?
I) Ils sont coupables de l'hérésie de l'action, c'est-à-dire de vanité, sous couvert de faux zèle.
2) Ils sont coupables de s'être laissé absorber par l'activité extérieure, jusqu'à épuisement parfois; cela ne répond pas à un dessein de la volonté divine, mais à un subtil orgueil et à une insidieuse manoeuvre du Malin.
3) Cette activité exacerbée ne correspond pas à une activité intérieure, de sorte que s'est ancrée dans leur âme la conviction qu'ils sont des piliers de soutien, sans lesquels tout est condamné à crouler; en termes plus simples, une estime exagérée d'eux-mêmes, avec pour conséquence une diminution de la confiance et de l'abandon à Dieu.
4) Refus de se réformer et de réformer sérieusement et efficacement leurs Eglises en s'inspirant des principes évangéliques; c'est une faute très grave, parce que ne leur ont pas manqué les appels d'En-Haut, les avertissements, faits et événements surnaturels.
5) Commode prudence en vertu de laquelle ils ont empêché un bien immense pour les âmes, tout en commettant eux-mêmes d'innombrables imprudences !
6) Un certain nombre de mes évêques sont imbus de rationalisme et même de marxisme.
7) Je leur fais une accusation grave d'avoir cherché toujours et uniquement le compromis, dans le but d'éviter des ennuis au sommet et par peur des blâmes de la base; mais le compromis n'est pas de Dieu, il n'a pas été et ne sera jamais de ses saints, car il est en opposition avec mon Evangile.
8) I1s sont encore responsables de l'anarchie qui règne dans l'Eglise.
9) En outre, ils sont responsables de la contamination, dans le domaine doctrinal et souvent moral, d'un certain nombre de séminaires, et donc responsables de la diffusion d'erreurs et d'hérésies, faisant ainsi de l'Eglise un tohu-bohu tel qu'on ne s'entend plus guère ou mal.
10) A qui doit-on imputer les multiples contradictions de la pastorale moderne, sinon aux Pasteurs et aux prêtres à cause du sot usage de leur autorité ? Il a été dit avec justesse que le principe d'autorité doit être défendu et sauvegardé de l'anarchie envahissante, mais il a été dit aussi que l'exercice de l'autorité doit changer et que la bonté et la fermeté peuvent fort bien se concilier chez un Pasteur d'âmes.
11) C'est ensuite une faute très grave pour beaucoup d'évêques et de prêtres de s'être laissé influencer par la diabolique vie moderne, l'approuvant et la bénissant en beaucoup de cas, eux, choisis pour arrêter les forces obscures du Mal et s'opposer à elles dans leur action de démolition de mon Eglise; eux, les lampes allumées dans le monde, se sont laissé dominer et éteindre par l'obscurité de l'enfer; eux, le ferment de vie et de levain pour le peuple de Dieu, eux, le sel de la terre, se sont laissé dessécher et paralyser par l'agressivité des démons.
12) Ils sont coupables en outre de rivaliser avec les grands et les puissants de la terre dans l'art de gouverner; ils sont fiers de leur diplomatie, oubliant que Moi, Verbe éternel de Dieu, Rédempteur de l'humanité, Souverain et Suprême Ambassadeur de Dieu auprès de l'humanité entière, J'ai appliqué une seule diplomatie : celle de la Vérité.
Moi, Jésus, Je n'ai pas été un gouverneur. Durant les trois ans de ma vie publique, Je n'ai jamais recherché les honneurs, les approbations ou les consentements humains, mais Moi, le Bon Pasteur, J'ai toujours eu un unique désir: la volonté du Père et la libération des âmes du terrible joug de Satan, auquel aujourd'hui on ne croit plus.
13) Enfin, Je dois imputer encore à des Pasteurs et à des prêtres, comme une faute grave, une certaine insensibilité à l'égard des souffrants, des malades d'esprit et de corps, par la faute des forces obscures de l'enfer.

Insensibilité incroyable et inconcevable, insensibilité en criant contraste avec les enseignements évangéliques, avec les exemples de Moi, vrai Dieu et vrai Homme, avec les pouvoirs que J'ai donnés à mes Apôtres et à leurs successeurs de guérir les malades et de chasser les démons. C'est là que la mystification est portée à son extrême limite ! Les évêques et les prêtres pensent-ils que Moi, vrai Dieu, J'ai dit des choses inutiles et vaines ?
Pensent-ils que Moi, Jésus, vrai Dieu, J'ai prononcé des paroles et donné des enseignements qui ne seraient pas utiles et nécessaires en tous temps ?
Moi, Je suis Dieu, Je ne suis conditionné ni par le temps ni par l'espace. Mes enseignements sont valables pour toutes les générations.

Mais quel type de foi ont les évêques et les prêtres de cette génération athée, perverse et incrédule? Mes évêques pensent-ils donc que les temps actuels sont différents de mon temps, quand, devenu Homme, Je vécus sur la terre ?
Ne se sont-ils donc pas aperçus que tout le progrès moderne -Je veux parler de ce progrès matériel manipulé par Satan- a servi à Satan lui-même comme instrument de désordres, de perversions sociales et mondiales?
Mes évêques et mes prêtres ne se sont-ils pas aperçus que le but de l'homme n'est pas la technologie ou le bien-être matériel, lorsque ceux-ci sont coupés du suprême intérêt spirituel de l'humanité entière?
Evêques et prêtres n'ont-ils pas compris, ou bien ont-ils trouvé commode de ne pas vouloir comprendre, pour ne pas se heurter aux forces obscures et mystérieuses du Mal avec lesquelles, plutôt que d'employer l'arme de la vérité, ils ont préféré employer l'arme diabolique du compromis?

Qu'ont-ils fait de la lourde responsabilité incombant à leur sacerdoce, eux qui, en tant que maîtres naturels, étaient et sont les seuls à avoir l'obligation de mettre en garde les âmes contre le danger et les embûches inhérents au progrès matériel et à la civilisation de consommation ?
Non, mon fils, ne te fais pas souci au sujet de la vérité; heureux ceux qui sauront accueillir la vérité avec humilité, pour leur bien personnel et le bien général de mon Eglise.
Malheureusement, mes invitations réitérées pour les amener à scruter et à interroger leur conscience sont restées sans écho. Elles sont tombées dans le vide.
Mon fils, il est terrible de résister à la Bonté divine qui frappe à la porte des âmes qu'elle veut sauver; un de leurs prédécesseurs, Judas, a résisté, mais sa résistance fut sa perte.
Je te bénis, fils, prie, répare et aime-Moi!
(Source : Editions du Parvis – Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles – 1990 – chapitre 93 pages 191/193).
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum