L’homme, créé parfait, s’est plongé par sa faute dans la rébellion (message de Jésus).
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

L’homme, créé parfait, s’est plongé par sa faute dans la rébellion (message de Jésus).

Aller en bas

L’homme, créé parfait, s’est plongé par sa faute dans la rébellion (message de Jésus). Empty L’homme, créé parfait, s’est plongé par sa faute dans la rébellion (message de Jésus).

Message  Invité le Mar 8 Nov 2011 - 15:32

13 novembre 1978
L’homme, petite mais merveilleuse synthèse des trois règnes de l’univers, véritable « microcosme », ne sortit pas de l’infinie Puissance créatrice de Dieu tel qu’il est aujourd’hui ; il en sortit beau et parfait, ayant le reflet d’une âme, souffle de la puissance divine et donc libre et responsable de ses actes, capable de dominer la matière, de planer dans les horizons infinis de l'éternité divine, de s'avancer et de sortir des limites de la nature humaine pour atteindre et saisir par son esprit les beautés infinies et les joies de la Trinité divine... et tout cela tandis qu'il était en attente de pouvoir entrer dans la maison du Père commun, le paradis.
Mais un jour, le plus triste parmi tous les jours, il fut effleuré par l'obscurité de l'enfer, faite de haine et de rébellion et, par sa faute, fut plongé dans la rébellion et dans la haine, dont il ne serait jamais sorti si l'Amour du Dieu créateur n'avait pas assuré son salut grâce à une Vierge, Mère du Verbe éternel, Rédempteur de l'humanité.

A la promesse fit suite la venue du Rédempteur
L'homme, beau, parfait et heureux cessa d'être tel lorsque, touché par la faute délibérée, il fut chassé de sa lumineuse demeure, faisant l'expérience du labeur qui l'accompagnera tout le temps de son séjour sur la terre jusqu'à la consommation des temps.
Comme il fut dit, Dieu eut pitié de lui et ne l'abandonna pas. Ainsi, à la promesse de la Rédemption fit suite la venue du Rédempteur, précédée par une préparation millénaire, transcrite par Volonté divine avec l'infaillible assistance de l'Esprit-Saint, Lumière et Guide sûr pour tous ceux qui voulaient, aimaient et préféraient la voie du salut à la voie obscure de la perdition.
Maintenant, si d'un observatoire neutre tu considères la situation actuelle de l'humanité, Je veux dire si tu considères, libre de préjugés, l'humanité actuelle, tu vois, mon fils, une situation bien opposée à celle qui devrait logiquement exister selon le bon usage de la lumière de la raison et de la foi.
Les secours divins de la Rédemption, d'une abondance et d'une richesse telles qu'elles surpassent en fait l'imagination, devraient logiquement avoir une incidence pour le triomphe du bien sur le mal, de la paix sur la guerre, de la vérité sur l'erreur et donc favoriser un jugement positif. Mais si tu regardes objectivement, quelle est la réalité ?
Pourquoi les hommes, les chrétiens et mes ministres, en dépit des très puissants moyens surnaturels dont ils peuvent disposer, en sont-ils arrivés au chaos actuel ? Pourquoi, mon fils ?
Révolte consciente et délibérée contre Dieu
Ni la "blessure" causée à l'humanité dès son origine, d'où découle la tendance aux passions et au mal, ni les interventions des forces obscures de l'enfer ne suffisent à justifier la situation actuelle de l'Eglise et des peuples. Il y a en plus la responsabilité humaine des individus et des peuples, responsabilité qu'il ne faut pas du tout minimiser, mais qu'il est au contraire nécessaire de considérer à fond pour comprendre ce qui va arriver.
Dieu est juste et il ne permettrait jamais une punition non méritée. C'est pourquoi l'heure de la purification, annoncée dès les temps anciens, est la preuve accablante de la responsabilité humaine des individus, des nations et de l'Eglise; elle est la preuve de la révolte consciente et délibérée contre Dieu.
Observe, mon fils, cette humanité dans ses multiples aspects :

-Observe les moyens de communication qui, en général, sont des moyens de perversion : télévision, presse, radio, tout est désormais pourri. Sous le prétexte d'informer l'opinion publique, ils la déforment et la corrompent, étendant la contagion du mal, encourageant la violence, la corruption et opérant la désagrégation du tissu social.

-Qui peut comprendre l'étendue du mal fait aux enfants mineurs par la presse pornographique introduite dans les familles souvent par les parents eux-mêmes ou par quelque «apôtre» du mal, pour le simple goût du mal ?

-Regarde la prostitution devenue aujourd'hui un fait habituel comme l'adultère, l'avortement et tant d'autres péchés contre nature, dont on revendique ouvertement la légitimité, en se servant précisément des moyens de communication et du cinéma qui n'est pas autre chose désormais qu'une école de violence, de vols et de rapines et de tant d'autres maux.

-Observe les autres aspects du corps social, comme la mode excitant à la sensualité et cause de tant de péchés dont personne ne pourra jamais vraiment saisir pleinement la gravité, mode qui a pénétré partout, acceptée par les familles et par l'Eglise elle-même, de sorte qu'on s'est permis de porter à l'Eglise des modes vraiment diaboliques devant lesquelles on a plié le genou, cédant aux plus iniques compromis.

-Observe le monde de la politique qui a presque toujours comme levier la soif du pouvoir et qui ne dédaigne même pas, pour arriver à ses fins, de recourir au crime et où l'hypocrisie et la fausseté règnent en maîtres.

-Observe le monde des arts dans ses diverses manifestations, monde qui reflète toujours la source dont il provient. C'est un corps en pleine putréfaction, dont il ne peut qu'émaner une odeur nauséabonde.

Un homme ne pourra jamais exprimer ce qu'il ne possède pas ou ce qu'il ne ressent pas, c'est ainsi que les bizarreries et les choses les plus étranges sont le produit prétendument artistique d'une société pénétrée de matérialisme.

Grande faute de l'Eglise de ne s'y être opposée que faiblement

Mon fils, tu pourrais passer en revue tous les aspects de la vie moderne. Le tableau qu'elle t'offrirait ne changerait en rien.
Moi, Jésus, Je veux attirer ton attention sur mon Eglise et sur sa responsabilité dans les vicissitudes de la vie moderne.
Sa grande faute est de ne s'être opposée que faiblement à l'imposante avalanche du matérialisme qui ne signifie rien moins que paganisme. L'Eglise, dans son enfance, ne céda pas au matérialisme païen et nous donna les martyrs. L'Eglise actuelle a cédé sur tout et est en train de voir déserteurs et traîtres, hérésies sur hérésies, maux sur maux... mais, pour tout cela, personne ne peut évidemment avancer de justifications plausibles.


Dans l'Eglise comme dans les nations de la terre, ceux qui reçurent le plus parce que davantage doués, compte tenu des exceptions habituelles, sont ceux qui répondirent le plus mal et sont par conséquent les plus responsables dans le processus de désintégration spirituelle, morale, civile, artistique et littéraire.
Combien d'hommes orgueilleux et présomptueux se veulent les artisans d'une civilisation purement matérielle, sans rien de spirituel. Mais qu'importent à l'homme en chemin sur la terre les avions supersoniques, les vaisseaux spatiaux, la télévision en couleurs, si ensuite lui, le roi de la Création, finit en enfer ?
C'est une réalité dont l'homme d'aujourd'hui, atteint d'un sot aveuglement, peut se moquer; mais c'est une réalité qui demeure avec tout son caractère tragique. Ces hommes, soi-disant grands, ne devaient pas seulement faire progresser les choses matérielles, mais devaient progresser eux-mêmes dans les voies de l'Esprit.
Quel bouleversement, mon fils ! Ces hommes vraiment diaboliques, au lieu de développer les valeurs morales, spirituelles et artistiques, en ont fait, avec un grand acharnement, des moyens de perversion, de corruption, de mort et de violences de toute nature... Ce ne sont pas des hommes donc, mais bien des monstres envahis par l'esprit du mal, toutefois toujours déguisé sous l'apparence du bien.
Voici, mon fils, que ces hommes que le monde honore comme des bienfaiteurs sont les plus grands ennemis de l'humanité, sont des «fils de l'enfer» engendrés par l'enfer, protégés et associés dans cette "Eglise" créée par la haine inextinguible de Satan. C'est la plus colossale duperie occasionnée à l'humanité et à mon Eglise.
A la lumière de ce qui précède, un jour on pourra mieux comprendre l'heure de la purification.

A présent cela suffit. Je te bénis et comme toujours Je te dis : donne-Moi ton amour, prie et répare !
(Source : Les Editions du Parvis – Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles – 1990 – chapitre 2, pages 10/13)
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum