« NE TUE PAS »
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

« NE TUE PAS »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« NE TUE PAS »

Message  Invité le Mer 16 Nov 2011 - 7:47

« NE TUE PAS »
(Maria Valtorta, tome II, chapitre 93, pages 548 à 526)

« Il est dit : " Ne tue pas ".
Pour mesurer la culpabilité, il faut penser aux circonstances qui précèdent, préparent, justifient, expliquent la faute elle-même.
" Qui ai-je frappé ? Qu'est-ce que j'ai frappé ? Où ai-je frappé ? Avec quels moyens ai-je frappé ? Pourquoi ai-je frappé ? Comment ai-je frappé ? Quand ai-je frappé ? ": c'est ce que doit se demander, avant de se présenter à Dieu pour Lui demander pardon, celui qui a tué.

" Qui ai-je frappé ? "
Un homme. Je dis un homme. Mais je ne pense pas et je ne considère pas s'il est riche ou s'il est pauvre, s'il est libre ou s'il est esclave. Pour Moi il n'existe pas d'esclaves ou de puissants. Il s'agit des hommes créés par un Etre Unique, par conséquent tous égaux. En fait, devant la majesté de Dieu, même le plus puissant monarque de la terre n'est que poussière. Et à ses yeux, et aux miens, il n'existe qu'un seul esclavage : celui du péché et donc sous la domination de Satan. La Loi Antique distingue les hommes libres des esclaves, et se livre à des considérations subtiles selon que la mort a été immédiate ou qu'il y a eu un jour ou deux de survie, et de même si la femme enceinte est morte du coup ou si la mort n'a atteint que le fruit de ses entrailles. Mais tout cela a été dit lorsque la lumière de la perfection était encore bien lointaine. Maintenant, elle est parmi vous et vous dit: " Quiconque frappe mortellement un de ses semblables pèche ". Et il ne pèche pas seulement à l'égard de l'homme, mais aussi contre Dieu.
Qu'est-ce que l'homme ? L'homme est la créature souveraine que Dieu a créée pour être le roi de la création. Il l'a créé à son image et à sa ressemblance, en lui donnant la ressemblance pour l'esprit et en tirant son image de l'image parfaite de sa pensée parfaite. Regardez dans l'air, sur la terre et dans les eaux. Y voyez-vous peut-être, un animal ou une plante qui, si beaux qu'ils soient, égalent l'homme ? [Par rapport à l’animal] ….l 'homme, au contraire, parce qu'il n'a pas seulement une luette et une langue, mais un ensemble complexe de nerfs dont le centre est au cerveau, siège de l'intelligence, sait saisir des sensations nouvelles, en faire l'objet de ses réflexions et leur donner un nom.
[…] Et puis, au cours des siècles, voilà que les descendants d'Adam créèrent toujours de nouveaux noms au fur et à mesure qu'ils " connurent" les oeuvres de Dieu dans les créatures ou à mesure qu'avec l'étincelle divine qui est en l'homme, ils n'engendrèrent pas seulement des enfants, mais créèrent aussi des objets utiles ou nuisibles à leurs enfants eux-mêmes, selon qu'ils étaient avec Dieu ou contre Dieu. Ils sont avec Dieu ceux qui créent et produisent de bonnes choses. Ils sont contre Dieu ceux qui créent des choses mauvaises qui nuisent au prochain. Dieu venge ses enfants torturés par le mauvais génie humain.
L'homme est donc la créature bien-aimée de Dieu. Même si maintenant il est coupable, c'est toujours la créature qui Lui est la plus chère. Ce qui en témoigne, c'est qu'il a envoyé son Verbe Lui-même, non pas un ange, non pas un archange, non pas un chérubin, ni un séraphin, mais son Verbe, en le revêtant de la chair humaine pour sauver l'homme. Il n'a pas estimé indigne ce vêtement pour rendre passible en vue de la souffrance expiatrice Celui qui, étant comme Lui un Très Pur Esprit, n'aurait pu, en tant que tel, souffrir et expier la faute de l'homme.
Le Père m'a dit: " Tu seras homme : l' Homme. J'en avais fait un, parfait comme tout ce que Je fais. Je lui avais destiné une douce vie, une très douce dormition et un bienheureux réveil, un très heureux et éternel séjour dans mon céleste Paradis. Mais, Tu le sais, en ce Paradis ne peut entrer ce qui est souillé, car en ce lieu, Moi-Nous, Dieu Un et Trine, nous avons notre trône. Et en sa présence ne peut se trouver que sainteté. Je suis Celui qui suis. Ma divine nature, notre mystérieuse essence ne peut être connue que par ceux qui sont sans tache. Maintenant l'homme, en Adam et par Adam, est souillé. Va. Purifie-le. Je le veux. Tu seras désormais : l'Homme. Le Premier-Né. Car Tu entreras le premier ici, avec ta chair mortelle exempte du péché, avec l'âme exempte du péché d'origine. Ceux qui t'ont précédé sur la terre et ceux qui te suivront, auront la vie par ta mort de Rédempteur ". Il ne pouvait mourir que quelqu'un qui était né. Moi je suis né et je mourrai.
L'homme est la créature privilégiée de Dieu.


Maintenant, dites- Moi : si un père a plusieurs enfants, mais que l'un d'eux est son privilégié, la pupille de son œil, et qu'on le tue, est-ce que ce père ne souffre pas plus que s'il s'agissait d'un autre de ses enfants ? Cela ne devrait pas être car le père devrait être juste avec tous ses enfants. Mais cela arrive parce que l'homme est imparfait.

Dieu peut le faire avec justice car l'homme est l'unique créature dans la création qui possède en commun avec le Créateur l'âme spirituelle, marque indéniable de la paternité divine.
En tuant un fils à son père, n'offense-t-on que le fils ? Non, le père aussi. Le fils en sa chair, le père en son cœur. Mais c'est aux deux que la blessure est donnée. En tuant un homme, n'offense-t-on que l'homme ? Non, Dieu aussi. L'homme dans sa chair, Dieu dans son droit. Car la vie et la mort, c'est par Lui seulement qu'elles doivent être données et enlevées. Tuer, c'est faire violence à Dieu et à l'homme. Tuer, c'est faire irruption dans le domaine de Dieu. Tuer, c'est manquer au précepte de l'amour. Il n'aime pas Dieu, celui qui tue, car il fait périr son travail : un homme. Le meurtrier n'aime pas le prochain, car il lui enlève ce qu'il veut pour lui-même : la vie.

Et voilà que j'ai répondu aux deux premières questions.

" Où ai-je tué ? "
On peut tuer sur le chemin, dans la maison de la victime ou en l'attirant dans la sienne. On peut frapper l'un ou l'autre organe en produisant une souffrance plus grave et en commettant même deux homicides à la fois si on frappe la femme chargée du fruit de son sein.
On peut frapper dans la rue, sans en avoir l'intention. Un animal qui nous échappe peut tuer un passant. Mais alors, il n'y a pas préméditation. Mais, si quelqu'un se rend, armé d'un poignard qu'il dissimule hypocritement sous son habit de lin, dans la maison d'un ennemi -et souvent l'ennemi c'est celui qui a le tort d'être meilleur -ou bien s'il l'invite dans sa propre maison avec des marques d'honneur, et puis l'égorge et le jette dans la citerne, alors il y a préméditation et c'est le crime complet pour la malice, la férocité et la violence.
Si avec la mère je tue son fruit, c'est des deux que Dieu me demandera de rendre compte. Parce que le ventre qui engendre un nouvel homme selon le commandement de Dieu est sacré, et sacrée la petite vie qui mûrit en lui, et à laquelle Dieu a donné une âme.

" Par quels moyens ai-je frappé ?
C'est vainement que quelqu'un affirme: "Je ne voulais pas frapper " quand il est allé avec une arme véritable. Dans la colère, les mains mêmes deviennent une arme, et aussi la pierre que l'on prend sur la route, ou la branche arrachée à un arbre. Mais celui qui froidement examine le poignard ou la hache, et s'ils lui paraissent mal aiguisés les affile et puis s'en arme de façon qu'on ne les aperçoive pas, mais qu'il puisse facilement les brandir, s'il se rend ainsi chez son rival, il ne peut pas dire: " Je n'avais pas l'intention de frapper ". Celui qui prépare un poison en cueillant des herbes ou des fruits toxiques pour en faire une poudre ou une boisson, et puis les offre à sa victime comme si c'était des épices ou une boisson fermentée, ne peut certainement pas dire : " Je ne voulais pas tuer ".

Et, maintenant, écoutez vous, femmes, silencieuses meurtrières cachées et impunies de tant de vies. C'est tuer aussi que d'arracher un fruit qui croît en votre sein parce qu'il est d'une provenance coupable ou qu'il n'était pas désiré n'étant qu'un poids inutile en vos flancs et indésirable pour votre richesse. Il n'y a qu'une façon d'éviter ce poids : c'est de rester chastes. N’unissez pas l'homicide à la luxure, à la violence et à la désobéissance, et ne croyez pas que Dieu ne voit pas ce que l'homme n'a pas vu. Dieu voit tout et se souvient de tout. Souvenez-vous-en, vous aussi.

" Pourquoi ai-je frappé ? "
Oh! Il y a tant de raisons ! Le déséquilibre imprévu que crée en vous une émotion violente, celui de trouver la couche nuptiale profanée, ou le voleur surpris dans la maison, ou le dégoûtant qui viole votre propre fillette, ou le calcul froid et réfléchi de se débarrasser d'un témoin dangereux, de quelqu'un qui vous empêche d'arriver, ou dont on convoite la situation ou la fortune : il y a là tant de raisons. Si encore Dieu peut pardonner a celui qui dans la fièvre de la douleur devient assassin, Il ne pardonne pas à celui qui le devient par ambition ou parce qu'il recherche l'estime des hommes.
Agissez toujours avec droiture, et vous ne craindrez pas le regard ou la parole de quiconque. Contentez-vous de ce que vous avez et vous ne convoiterez pas ce que possède autrui au point de devenir assassin pour posséder ce qui appartient au prochain.

" Comment ai-je frappé ?
" En m'acharnant avant et après le premier coup porté par l'émotion ? Il arrive que l'homme n'a plus de frein. Satan le jette dans le crime, comme le frondeur lance sa pierre. Mais que diriez-vous d'une pierre qui, après avoir atteint la cible reviendrait à la fronde pour qu'on la lance de nouveau et qu'elle recommence à frapper ? Vous diriez : " Elle est possédée par une force magique et infernale ". Il en est ainsi de l'homme qui, après un premier coup en donne un second, un troisième, un dixième sans que sa férocité s'apaise. Car la colère tombe et l'on revient à la raison après le premier coup, lorsqu'il provient d'un motif qui peut se comprendre. Mais la férocité s'acharne d'autant plus que la victime a reçu plus de coups, chez le véritable assassin. C'est un satan qui n'a pas, qui ne peut avoir de pitié pour son frère, parce qu'il est un satan, c'est à dire la haine.

" Quand ai-je frappé ? "
Du premier coup ? Après que la victime est tombée par terre ? En simulant le pardon alors que la rancœur était toujours plus forte ? J'ai attendu, peut-être des années, pour frapper pour donner double douleur en tuant le père en la personne de ses enfants ?
Vous voyez qu'en tuant, on viole le premier et le second groupe des commandements parce que vous vous arrogez le droit de Dieu et que vous foulez aux pieds le prochain. Donc péché contre Dieu et contre le prochain. Vous ne faites pas seulement un péché d'homicide. Mais vous faites un péché de colère, de violence, d'orgueil, de désobéissance, de sacrilège et aussi de cupidité si vous tuez pour vous emparer d'une place, d'une bourse. Mais, j'y fais à peine allusion et je vous l'expliquerai mieux un autre jour, on ne commet pas l'homicide uniquement avec l'arme et le poison, mais aussi par la calomnie. Méditez.
Et j'ajoute encore : le maître qui frappe un esclave, en évitant par ruse qu'il ne lui meure entre les mains, est doublement coupable. L'esclave n'est pas l'argent du maître: c'est une âme qui appartient à son Dieu. Il est éternellement maudit celui qui lui inflige un traitement qu'il n'appliquerait pas à son bœuf. Les yeux de Jésus lancent des éclairs, et il tonne. Tous le regardent surpris car auparavant il parlait avec calme.
Maudit soit-il ! La Loi Nouvelle abolit cette dureté. C'était encore justice lorsque dans le peuple d'Israël n'existaient pas ces hypocrites qui simulent la sainteté et s'ingénient seulement à tourner la Loi de Dieu et l'exploiter à leur profit. Mais à présent où dans tout Israël on est envahi par ces vipères qui se permettent de faire ce qu'on leur laisse passer, parce que ce sont eux, les puissants misérables que Dieu regarde avec haine et dégoût, Moi, je dis: cela n'est plus.
Les esclaves tombent sur les sillons ou en tournant la meule. Ils tombent avec les os brisés et les nerfs mis à nu par les coups de fouets. Pour pouvoir les frapper, ils les accusent de crimes mensongers pour justifier leur propre sadisme satanique. On fait servir jusqu'au miracle de Dieu pour les accuser et avoir le droit de les frapper. Ni la puissance de Dieu, ni la sainteté de l'esclave ne convertit leur âme farouche. Elle ne peut être convertie. Le bien n'entre pas en ce qui est saturé par le mal. Mais Dieu voit et dit: Ça suffit "
Trop nombreux ce sont les Caïns qui tuent les Abels. Et que croyez-vous, tombeaux immondes dont l'extérieur est blanchi et recouvert des paroles de la Loi et à l'intérieur desquels Satan est devenu roi, où pullule le satanisme le plus rusé, que croyez-vous ? Qu'il n'y a eu d'Abel que le fils d'Adam et que le Seigneur ne regarde avec bienveillance que ceux qui ne sont pas esclaves d'homme, alors qu'Il rejette loin de Lui, l'unique offrande que peut faire l'esclave : celle de son honnêteté assaisonnée de ses larmes ?
Non, en vérité je vous dis que chaque juste est un Abel, même s'il est chargé de chaînes, même s'il meurt sur le sillon ou ensanglanté par vos flagellations, et que ce sont des Caïns tous ceux qui sont injustes et qui font des cadeaux à Dieu par orgueil, non pas pour Lui rendre un culte vrai, mais ils font des cadeaux souillés par leurs péchés et tachés de sang.
Profanateurs du miracle. Profanateurs de l'homme, tueurs, sacrilèges ! Dehors ! Eloignez-vous de ma présence ! Assez ! Je dis : assez. Et je puis le dire car je suis la Divine Parole expression de la Pensée Divine. Partez ! »

Jésus, debout sur la pauvre estrade, effraye par sa majesté. Le bras tendu, il indique la porte de sortie, ses yeux, comme des feux d’azur, semblent foudroyer les pécheurs présents.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum