LA NOUVELLE EVE A PRATIQUÉ L'OBÉISSANCE EN TOUTES OCCASIONS
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

LA NOUVELLE EVE A PRATIQUÉ L'OBÉISSANCE EN TOUTES OCCASIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA NOUVELLE EVE A PRATIQUÉ L'OBÉISSANCE EN TOUTES OCCASIONS

Message  Invité le Lun 28 Nov 2011 - 3:53

LA NOUVELLE EVE A PRATIQUÉ L'OBÉISSANCE EN TOUTES OCCASIONS
( Maria Valtorta, tome I, chapitre 25 , pages 105/109 )


Marie dit :

« Dans la joie -parce que, lorsque j'ai compris la mission à laquelle Dieu m'appelait, je fus remplie de joie- mon coeur s'ouvrit comme un lys fermé et il s'en épancha le sang qui fut le terrain pour le Germe du Seigneur.

Joie d'être mère. Je m'étais consacrée à Dieu dès le premier âge car la lumière du Très-Haut avait mis pour moi en pleine lumière la cause du mal du monde et j'avais voulu, pour autant que c'était en mon pouvoir, effacer de moi l'empreinte de Satan. Je ne savais pas que j'étais sans tache. Je ne pus penser que je l'étais. La seule pensée de ce privilège aurait été présomption et orgueil. Née en effet de procréateurs humains, il ne m'était pas permis de penser que c'était moi l'Elue appelée à être la Sans Tache. L'Esprit de Dieu m'avait instruite sur la douleur du Père devant la corruption d'Eve qui avait voulu s'avilir et, de créature de grâce, descendre au niveau des créatures inférieures. Je portais en moi le désir d'adoucir cette douleur en élevant ma chair à une pureté angélique avec la volonté de me garder inviolée dans mes pensées, mes désirs et dans les relations humaines. Seulement pour Dieu, les battements de mon coeur, seulement pour Lui, mon être tout entier . Mais si je n'avais pas en moi la fièvre brûlante de la chair, il y avait pourtant encore en moi le sacrifice de ne pas être mère.

La maternité, exempte de tout ce qui maintenant l'avilit, avait été aussi accordée à Eve par le Père Créateur. Douce et pure maternité, sans pesanteur des sens ! J'en ai eu l'expérience. De combien s'est appauvrie Eve en renonçant à cette richesse ! Plus que de l'immortalité. Et que cela ne vous paraisse pas exagération. Mon Jésus, et moi avec Lui, sa Mère, avons connu la langueur de la mort. Moi, la douce langueur où, épuisée je me suis endormie, Lui l'atroce langueur du condamné à mort. A nous donc aussi est venue la mort.

Mais la maternité sans violation d'aucune sorte est venue à moi seule, Eve nouvelle, afin que je puisse dire au monde de quelle douceur aurait été le sort de la femme appelée à devenir mère sans souffrance dans sa chair. Et le désir de cette maternité pure pouvait exister et existait de fait dans la Vierge qui était toute à Dieu, car cette maternité est la gloire de la femme.

Si vous pensez ensuite en quel honneur était tenue la femme devenue mère, chez les Israélites, vous pouvez encore mieux apprécier le sacrifice que j'avais consenti en acceptant par mon vœu cette privation. Maintenant à sa servante, l'Eternelle Bonté faisait ce don sans m'enlever la candeur dont j'avais été revêtue pour être une fleur sur son trône. Et moi j'en ai éprouvé une suave jubilation d'avoir la double joie d'être mère d'un homme et d'être la Mère de Dieu.


(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Joie d'être Celle par laquelle la paix ressoudait ensemble le Ciel et la terre.

Message  Invité le Lun 28 Nov 2011 - 4:12

Marie dit :

Joie d'être Celle par laquelle la paix ressoudait ensemble le Ciel et la terre.
Oh ! avoir désiré cette paix, pour l'amour de Dieu et du prochain et savoir que c'était par mon intermédiaire à moi, pauvre servante du Puissant, qu'elle venait au monde ! Dire: " Oh ! hommes ne pleurez plus. Je porte en moi le secret qui vous rendra heureux. Je ne puis vous le dire parce qu'il est scellé en moi, en mon coeur, comme est renfermé en mon sein inviolé le Fils de Dieu. Mais déjà je vous l'apporte parmi vous, mais chaque heure qui passe rapproche le moment où vous le verrez et connaîtrez son Nom saint ".

Joie d'avoir donné la joie à Dieu :
joie de croyante pour son Dieu rendu heureux. Oh ! avoir enlevé au coeur de Dieu l'amertume de la désobéissance d'Eve et l'orgueil d'Eve, de son incrédulité ! Mon Jésus a fait comprendre de quelle faute le premier Couple s'est souillé. J'ai annulé cette faute refaisant à rebours ces étapes de sa descente.

Le commencement de la faute se trouva dans la désobéissance: " Ne mangez pas et ne touchez pas à cet arbre " avait dit Dieu. L'homme et la femme, les rois de la création, qui pouvaient toucher à tout, manger de tout, excepté de cet arbre parce que Dieu voulait que seuls les anges leur fussent supérieurs, eux ne tinrent pas compte de sa défense.

L'arbre: le moyen pour mettre à l'épreuve l'obéissance de ses fils.
Qu'est-ce que l'obéissance aux commandements de Dieu ? C'est le bien, car Dieu ne commande que le bien. Qu'est ce que la désobéissance ? C'est le mal, car elle met dans l'âme les sentiments de rébellion, terrain propice au travail de Satan.


Eve s'approche de l'arbre qu'elle aurait du fuir pour en recevoir le bien, mais dont le voisinage, au contraire, lui en a donné le mal. Elle y va, entrainée par la curiosité puérile de voir ce qu'il avait de spécial, et par l'imprudence qui lui fait juger inutile le commandement de Dieu, car elle est forte et pure, la reine de l'Eden où tout lui est soumis, où rien ne pourra lui faire du mal. Sa présomption sera sa ruine, la présomption qui est déjà le levain de l'orgueil.

Auprès de la plante, elle trouve le Séducteur. A son inexpérience, à sa candide inexpérience de vierge, à la faiblesse de son inexpérience, il chante la chanson du mensonge.

" Tu crois qu'il y a du mal ? Non. Dieu te l'a dit parce qu'Il veut vous garder esclaves de son pouvoir. Vous croyez être rois ?

Vous n'êtes même pas libres comme l'est la bête fauve. A elle, Il a accordé d'aimer d'un vrai amour. Pas à vous. A elle, Il a permis d'être créatrice comme Dieu. Elle engendre des fils et voit grandir à souhait sa famille. Pas vous. A vous cette joie est refusée. A quoi bon donc vous avoir fait homme et femme si vous devez vivre ainsi ? Soyez des dieux.

Vous ne connaissez pas la joie d'être deux en une seule chair et d'en créer une troisième et davantage. Ne croyez pas aux promesses de Dieu de jouir de votre postérité en voyant vos fils créer de nouvelles familles, vous quitter pour être pères et mères. Il vous a donné un semblant de vie. La vie réelle c'est de connaître les lois de la vie. C'est alors que vous serez semblables à des dieux et que vous pourrez dire à Dieu: ' Nous sommes tes égaux' ".

(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

J'ai parcouru à rebours le chemin des deux pécheurs. J'ai obéi. ...

Message  Invité le Lun 28 Nov 2011 - 4:50

Marie dit :

Et la séduction se poursuivit parce que Eve n'eut pas la volonté de la repousser, mais plutôt de la suivre et de connaître ce qui n'appartenait pas à l'homme. Voilà que l'arbre défendu devient pour la race, réellement mortel, parce qu'à ses branches pend le fruit de l'amer savoir qui vient de Satan.

Et la femme devient femelle et avec le levain de connaissance satanique au coeur, s'en va corrompre Adam. La chair ainsi avilie, les moeurs corrompues, l'esprit dégradé, ils connurent la douleur et la mort de l'esprit privé de la Grâce et de la chair privée de l'immortalité.

Et la blessure d'Eve engendra la souffrance qui ne disparaîtra, jusqu'à la mort du dernier couple sur la terre.

J'ai parcouru à rebours le chemin des deux pécheurs. J'ai obéi. En toutes circonstances j'ai obéi. Dieu m'a demandé d'être vierge. J'ai obéi. Après avoir aimé la virginité qui me faisait pure comme la première des femmes avant qu'elle ne connût Satan, Dieu me commanda d'être épouse. J'ai obéi, relevant le mariage à ce degré de pureté où il était dans la pensée de Dieu quand il avait créés les deux premiers parents. Convaincue d'être destinée à la solitude dans le mariage et au mépris du prochain pour ma stérilité sainte, alors Dieu me demanda d'être Mère. J'ai obéi. J'ai cru que cela serait possible et que cette parole venait de Dieu parce qu'en l'écoutant j'étais inondée de paix.

Je n'ai pas pensé: " Je l'ai mérité ". Je ne me suis pas dit: " Maintenant le monde m'admirera parce que je suis semblable à Dieu en créant la chair de Dieu ".

Non. Je me suis anéantie dans l'humilité.
La joie a jailli dans mon coeur comme une tige de rose fleurie.
Mais elle se garnit tout de suite d'épines aigües et je fus étreinte, enveloppée par la douleur comme les branches autour desquelles s'enroulent les liserons. La douleur de la douleur de l'époux: c'est le pressoir au sein de la joie. La douleur de la douleur de mon Fils : voilà les épines au milieu de ma joie. Eve voulut la jouissance, le triomphe, la liberté. J'acceptai la douleur, l'anéantissement, l'esclavage. Je renonçai à ma vie tranquille, à l'estime de l'époux, à ma propre liberté. Je ne me réservai rien.

Je devins la Servante du Seigneur dans ma chair, dans ma conduite, dans mon esprit, me fiant à Lui, non seulement pour la conception virginale, mais pour la défense de mon honneur, la consolation de mon époux, pour le moyen de le porter à la sublimation du mariage, de façon à faire de nous ceux qui rendent à l'homme et à la femme leur dignité perdue. J'ai embrassé la volonté du Seigneur, pour moi, pour mon époux, pour ma Créature. J'ai dit: " Oui " pour nous trois, certaine que Dieu n'aurait pas menti à sa promesse de me secourir dans ma douleur d'épouse qui voyait qu'on la jugeait coupable, de mère qui voyait qu'elle engendrerait pour livrer son Fils à la douleur.
"Oui" j'ai dit. Oui. Cela suffit. Ce " oui " a annulé le " non " d'Eve à l'ordre de Dieu. " Oui, Seigneur, comme tu veux. Je connaîtrai ce que tu veux. Je vivrai comme tu veux. Je jouirai si tu le veux. Je souffrirai pour ce que tu veux. Oui, toujours oui, mon Seigneur, depuis le moment où ton rayon me fit Mère jusqu'au moment où tu m'as appelée à Toi. Oui, toujours oui. Toutes les voix de la chair, toutes les inclinations de ma sensibilité, sous le poids de ce oui perpétuel qui est à moi. Et comme au-dessus d'un piédestal de diamant, mon esprit à qui manque les ailes pour voler vers Toi, mais qui est le maître de tout mon moi dompté et asservi pour te servir dans la joie, pour te servir dans la douleur.

Mais, souris, ô Dieu. Et sois heureux. La faute est vaincue. Elle est enlevée, elle est détruite. Elle gît sous mon talon.

Elle est lavée dans mes larmes, détruite par mon obéissance. De mon sein naîtra l'Arbre nouveau. Il portera le Fruit qui connaîtra tout le mal pour l'avoir souffert en Lui-même, et donnera tout le bien. A Lui pourront venir les hommes et je serai heureuse s'ils le cueillent, même sans penser qu'il naît de moi. Pour que l'homme se sauve et que Dieu soit aimé, qu'on fasse de sa servante ce que l'on fait de la terre où un arbre se dresse : une marche pour monter ".


Je vous salue,
Marie,
pleine de grâce;
le Seigneur est avec vous;
vous êtes bénie entre toutes les femmes
et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous, pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.


(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

MARIE TRES SAINTE ENCOURAGE MARIA VALTORTA :

Message  Invité le Lun 28 Nov 2011 - 5:05

Marie :

il faut toujours savoir être une marche pour que les autres montent à Dieu.
S'ils nous piétinent, cela ne fait rien. Pourvu qu'ils réussissent à aller vers la Croix.

C'est l'arbre nouveau qui porte le fruit de la connaissance du Bien et du Mal. En effet, il dit à l'homme ce qui est mal et ce qui est bien pour qu'il sache choisir et vivre.
Et il sait, en même temps, devenir une liqueur pour guérir ceux qui se sont empoissonnés avec le mal qu'ils ont voulu goûter.

Notre coeur sous les pieds des hommes pour qu'augmente le nombre des rachetés et que le Sang de mon Jésus n'ait pas été versé sans produire de fruit. Voilà la destinée des servantes de Dieu.

Mais après, méritons-nous de recevoir dans notre sein, l'Hostie sainte, et au pied de la Croix, pétrie dans son Sang et dans nos larmes nous pouvons dire :

" Voici, ô Père, l'Hostie immaculée que nous t'offrons pour le salut du monde. Garde-nous , ô Père, fondues en Elle et par ses mérites infinis, donne-nous ta bénédiction ".

Et Moi, je te donne ma caresse. Repose-toi, ma fille, le Seigneur est avec toi. »


avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum