AU PIED DE LA MONTAGNE. LE SABBAT APRES LE DISCOURS.
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

AU PIED DE LA MONTAGNE. LE SABBAT APRES LE DISCOURS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

AU PIED DE LA MONTAGNE. LE SABBAT APRES LE DISCOURS.

Message  Invité le Lun 26 Déc 2011 - 9:39

AU PIED DE LA MONTAGNE. LE SABBAT APRES LE DISCOURS.
(Maria Valtorta, tome 3, chapitre 36, pages 213/216 )

Jésus s'appuyant à la montagne commence à parler :

«La volonté de Dieu nous a retenus en ce lieu, car aller plus loin après le chemin déjà fait, aurait été violer les préceptes et scandaliser. Et il faut éviter cela jusqu'à ce que le Nouveau Pacte ne soit écrit. Il est juste de sanctifier les fêtes et de louer le Seigneur dans les lieux de prière.
Mais toute la création peut être lieu de prière si la créature sait le rendre tel en élevant son esprit vers le Père. Elle fut un lieu de prière l'arche de Noé à la dérive sur les flots. Il fut lieu de prière le ventre de la baleine de Jonas. Elle fut lieu de prière la maison du pharaon quand Joseph y vécut et aussi la tente d'Holopherne pour la chaste Judith.

Et n'était-il pas tellement sacré au Seigneur le lieu corrompu où vivait esclave le prophète Daniel, sacré par la sainteté de son serviteur qui sanctifiait le lieu au point de mériter les prophéties élevées du Christ et de l'Antéchrist, clefs des temps actuels et des temps derniers ?

A plus forte raison, est saint ce lieu qui par ses couleurs, ses parfums, la pureté de l'air, la richesse des moissons, les perles de la rosée parle de Dieu Père et Créateur, et dit : "Je crois. Et vous, veuillez croire parce que nous sommes les témoins de Dieu". Qu'il soit donc la synagogue de ce sabbat et lisons en ce lieu les pages éternelles sur les corolles et les épis, éclairés par la lampe sacrée du soleil.

Je vous ai nommé Daniel. Je vous ai dit : "Que ce lieu soit notre synagogue". Il nous rappelle le joyeux "Bénissez" des trois saints enfants au milieu des flammes de la fournaise: Cieux et eaux, roses et givres, glaces et neiges, feux et couleurs, lumières et ténèbres, foudres et nuages, montagnes et collines, tout ce qui germe, oiseaux, poissons et bêtes sauvages, louez et bénissez le Seigneur avec les hommes qui ont un coeur humble et saint. C'est le résumé du cantique saint qui enseigne tant aux humbles et aux saints. Nous pouvons prier et pouvons mériter le Ciel en tout lieu.

Nous le méritons quand nous faisons la volonté du Père.

Au commencement de cette journée, on m'a fait observer que si tout vient d'une volonté divine, les erreurs des hommes sont voulues par elle. C'est une erreur et une erreur très répandue. Un père peut-il jamais vouloir que son enfant se rende répréhensible ? Il ne le peut pas. Et pourtant nous voyons que, même dans les familles, certains enfants se rendent répréhensibles alors qu'ils ont un père juste qui leur montre le bien à faire et le mal à fuir. Et aucun homme droit n'accuse le père d'avoir poussé son enfant au mal.

Dieu, c'est le Père. Les hommes sont ses enfants. Dieu leur indique le bien et dit : "Voici, Je te mets dans cette situation pour ton bien", ou encore lorsque le Malin et les hommes ses serviteurs procurent des malheurs aux hommes, Dieu dit : "Voilà, dans cette heure pénible, agis ainsi et alors ce mal servira à un bien éternel". Il vous conseille, mais Il ne vous force pas. Et alors si quelqu'un, tout en sachant quelle est la volonté de Dieu, préfère faire tout l'opposé, peut-on dire que ce soit la volonté de Dieu ? C'est impossible.

Aimez la volonté de Dieu. Aimez-la bien plus que la vôtre et suivez-la contre les séductions et la puissance des forces du monde, de la chair et du démon. Même ces choses ont leur volonté. Mais en vérité je vous le dis que bien malheureux est celui qui s'y soumet. Vous m'appelez : Messie et Seigneur. Vous dites que vous m'aimez et vous m'acclamez. Vous me suivez et cela vous semble de l'amour. Mais en vérité je vous dis que parmi vous, tous n'entreront pas dans le Royaume des Cieux. Même parmi mes plus anciens et mes plus proches disciples il y en aura qui n'y entreront pas parce que beaucoup feront leur volonté ou la volonté de la chair, du monde et du démon, mais pas celle de mon Père.

Ce ne sont pas ceux qui me disent : "Seigneur ! Seigneur !" qui entreront dans le Royaume des Cieux, mais ceux qui font la volonté de mon Père. Eux seuls entreront dans le Royaume de Dieu.

Il viendra un jour où Moi qui vous parle, après avoir été Pasteur, je serai Juge. Que mon aspect actuel ne vous flatte pas. Aujourd'hui ma houlette rassemble toutes les âmes dispersées et elle est douce pour vous inviter à venir aux pâturages de la Vérité. Alors la houlette fera place au sceptre du Roi Juge et ma puissance sera bien différente. Ce n'est pas avec douceur, mais avec une justice inexorable que Moi, alors, je séparerai les brebis nourries de la Vérité de celles qui mélangèrent Vérité et Erreur ou se nourrirent seulement de l'Erreur .

Une première fois et une autre encore j'aurai ce rôle. Et malheur à ceux qui entre la première et la seconde comparution devant le Juge ne se seront pas purifiés, ne pourront pas se purifier du poison. La troisième catégorie ne se purifiera pas. Aucune peine ne pourrait la purifier. Elle n'a voulu que l'Erreur et restera dans l'Erreur. Et pourtant, alors, parmi eux, il y en aura qui diront en gémissant: "Mais, comment, Seigneur ? N'avons-nous pas prophétisé en ton nom, et en ton nom chassé les démons, et fait en ton nom de nombreux prodiges ?"

Et Moi, alors, très clairement je leur dirai: "Oui, vous avez osé vous revêtir de mon Nom, pour paraître tels que vous n'êtes pas.
Votre satanisme, vous avez voulu le faire passer pour la vie en Jésus. Mais le fruit de vos oeuvres vous accuse. Où sont ceux que vous avez sauvés ? Vos prophéties, où se sont-elles accomplies ? Vos exorcismes, à quoi ont-ils servi ? Vos prodiges, quel complice ont- ils eu ?
Oh! il est bien puissant mon Ennemi ! Mais il ne l'est pas plus que Moi. Il vous a aidé mais pour avoir une plus grande proie et par votre travail s'est élargi le cercle de ceux qui sont tombés dans l'hérésie.
Oui, vous avez fait des prodiges, encore plus grands en apparence que ceux des vrais serviteurs de Dieu qui ne sont pas des histrions qui stupéfient les foules, mais humilité et obéissance qui étonnent les anges.


Eux, mes vrais serviteurs, par leurs immolations, ne créent pas des fantômes mais les chassent des coeurs; eux, mes vrais serviteurs, ne s'imposent pas aux hommes, mais aux âmes des hommes ils montrent Dieu.
Eux ne font qu'accomplir la volonté du Père et amènent les autres à la faire, comme le flot pousse le flot qui le précède et attire celui qui le suit. Ils ne se hissent pas sur un trône pour dire : 'Regardez'.
Eux, mes vrais serviteurs, font ce que je dis, ne pensant qu'à le faire et leurs oeuvres portent mon cachet de paix incomparable, de douceur, d'ordre.
Voilà pourquoi je puis vous dire : tels sont mes serviteurs; vous, je ne vous connais pas. Allez loin de Moi, vous tous, artisans d'iniquité".


C'est cela qu'alors je vous dirai.

Et elle sera une parole terrible.
Cherchez à ne pas la mériter et venez par le chemin sûr de l'obéissance,
bien que pénible, vers la gloire du Royaume des Cieux.

Maintenant jouissez de votre repos du sabbat en louant Dieu de tout coeur. La paix soit avec vous.»
Jésus bénit la foule avant qu'elle ne se disperse.
Et le cycle du Sermon sur la Montagne est terminé.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum