Les Chrétiens d'Orient
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Les Chrétiens d'Orient

Aller en bas

Les Chrétiens d'Orient Empty Les Chrétiens d'Orient

Message  Invité Dim 6 Juin 2010 - 9:48

Le Vatican souhaite attirer l’attention du monde sur les chrétiens d’Orient

Les Chrétiens d'Orient Lemonde_source pour Le Monde.fr | 06.06.10 | 12h16 • Mis à jour le 06.06.10 | 15h30


Nicosie (Chypre), envoyée spéciale



Lors d’une messe célébrée devant quelques milliers de personnes, rassemblées dans un gymnase couvert de Nicosie (Chypre), le pape Benoît XVI a remis, dimanche 6 juin aux évêques du Moyen-Orient, un document de travail, Instrumentum laboris (.PDF), à partir duquel ils réfléchiront, durant leur synode prévu en octobre à Rome, aux moyens de renforcer la présence et le rôle des chrétiens dans cette partie du monde. "L’histoire a fait que nous sommes devenus un 'petit reste' mais nous pouvons aussi par notre comportement devenir aujourd’hui une présence qui compte", assure le document rédigé par le Vatican.

A la remise du texte, le pape a affirmé aux catholiques présents : "C’est mon sérieux espoir que tous vos droits soient de plus en plus respectés, y compris le droit à la liberté de culte et à la liberté religieuse". Il a également assuré "prier" pour que ce synode aide à "centrer l’attention de la communauté internationale sur la situation des chrétiens du Moyen-Orient qui souffrent pour leur foi, afin que des solutions justes et durables soient trouvées aux conflits". "Sur cette grave question, a-t-il ajouté, je réitère mon appel personnel en faveur d’un effort international, urgent et concerté pour résoudre les tensions actuelles au Moyen-Orient, spécialement en Terre sainte, avant que de tels conflits ne conduisent à un plus grand bain de sang".

Le document balaye la situation et le rôle de l’Eglise catholique et des chrétiens au Moyen-Orient, les relations entre la quinzaine d’Eglises chrétiennes présentes dans la région et leurs rapports avec les musulmans et les juifs. Il affirme en préambule : "Les premiers chrétiens agissaient dans des situations pour le moins adverses. Ils rencontraient l’opposition et l’inimitié des pouvoir religieux de leur peuple. L’actuelle situation du Moyen-Orient est, pour une grande partie semblable à celle qu’a vécue la première communauté chrétienne en Terre sainte".
Contexte religieux.
"L’affaiblissement, voire la disparition du christianisme là où il est né est une perte pour l’Eglise universelle". Le texte appelle "les chrétiens à maintenir la foi en ces terres saintes, alors même que l’élan évangélique est souvent ralenti. La religion comme élément d’identification non seulement différencie mais peut aussi diviser et être asservie pour engendrer des fermetures et de l’hostilité".

"Les chrétiens sont des "citoyens indigènes" et appartiennent de plein droit au tissu social et à l’identité de leurs pays respectifs. Il convient de préserver les biens patrimoniaux de l’Eglise pour garantir la présence des chrétiens sur place". Le texte met aussi en garde les sociétés moyen-orientales "contre l’absence de Dieu, l’athéisme, le matérialisme, le relativisme et l’indifférentisme"

Contexte politique.

"Les conflits en cours ont une influence directe sur la vie des chrétiens." L’occupation israélienne des territoires palestiniens, qualifiée "d’injustice politique imposée aux Palestiniens", rend "difficile leur liberté de mouvement". Le texte rappelle le soutien du Vatican à la solution de "deux peuples vivant chacun dans sa patrie, avec des frontières sûres et internationalement reconnues". Il rappelle par ailleurs que "l’antisionisme est plutôt une position politique, étrangère à tout discours ecclésial".

En Irak, "la guerre a fait des victimes parmi tous les Irakiens mais les chrétiens en ont été parmi les principales victimes. La politique mondiale n’en tient pas assez compte". Le texte dénonce aussi "l’islamisation" à l’œuvre en Egypte ainsi que "les courants extrémistes [islamistes]" qui représentent "une menace pour tous, chrétiens, juifs et musulmans. Nous devons les affronter ensemble". "La pédagogie de la paix est réaliste même si elle risque d’être repoussée par la plupart". Le texte insiste aussi "sur le message de réconciliation basée sur le pardon réciproque" tout en rappelant que "témoigner de la vérité peut conduire à la persécution".

Relations avec l’islam.

le texte rappelle les "racines communes" entre chrétiens et musulmans. Mais insiste : "La coexistence entre les deux communautés dépend de la reconnaissance de la liberté religieuse et des droits de l’homme". Un dialogue rendu difficile par le fait que "les musulmans ne distinguent pas religion et politique" et par le fait que "l’opinion publique musulmane associe Eglise et Occident", ce qui "lèse les Eglises". "Il est important d’expliquer le sens de la laïcité et de l’autonomie légitime des réalités terrestres" dans "des milieux musulmans où la liberté de conscience et la liberté religieuse sont généralement inconnues".

Emigration.

Le conflit israélo-palestinien "et l’instabilité qu’il a causée dans toute la région" de même que la guerre en Irak sont à l’origine des nouvelles vagues d’émigration. Des raisons "économiques", "la restriction de la liberté culturelle et religieuse, de l’égalité des chances et de droits" sont d’autres motifs d’émigration. Pour maintenir une présence chrétienne dans ce contexte, les liens avec la diaspora sont encouragés et les immigrés sont incités à acquérir des biens fonciers dans leur pays d’origine.

Immigration.

Le document met en avant "un phénomène nouveau" : la présence au Moyen-Orient d’immigrés africains ou asiatiques de culture chrétienne. Les Eglises orientales doivent "les accompagner et éviter toute attitude de supériorité, voir de mépris" à leur égard.

Rôle politique et social des chrétiens.

Dans des pays majoritairement musulmans aux régimes politiques divers, les catholiques doivent approfondir avec les autres citoyens le concept de "laïcité positive", "alléger le caractère théocratique" de certains gouvernements et promouvoir une "démocratie saine". "Dynamiques là où c’est socialement et politiquement possible", les chrétiens font ailleurs face au "danger de repli sur soi". Le texte condamne formellement le prosélytisme et déplore qu’il soit "pratiqué ouvertement par certaines communautés "évangéliques". L’éducation et les activités caritatives, notamment dans le domaine de la santé, sont mises en avant.

Clergé.

Comme en Europe, l’Eglise catholique fait face à une baisse des vocations, due "à l’émigration des familles, un taux de naissance en baise, l’immersion des jeunes dans une ambiance de plus en plus contraires aux valeurs évangéliques, le manque d’unité parmi les membres du clergé, l’écart entre la parole prêchée et le témoignage donné qui n’invitent nullement à la vie sacerdotale, une formation qui laisse parois à désirer". Il est fait un rappel à la transparence dans la gestion de l’argent de l’Eglise "surtout de la part des prêtres et des évêques". Il leur est aussi demandé "une pratique rayonnante de la chasteté et une pureté de moeurs transparente".

Œcuménisme.

Les divisions ont souvent été provoquées par "des motifs politico-culturels", y compris le schisme qui sépara l’Occident catholique de l’Orient orthodoxe. Ces divisions, fruits amers du passé au 11ème siècle existent encore, déplore le texte "mais l’Esprit travaille les Eglises pour les rapprocher". Pour surmonter ces divisions, "il faut dépasser le confessionnalisme dans ce qu’il peut avoir d’étroit et d’exagérer". Des efforts de "collaboration" en termes de liturgie sont demandés antre catholiques et orthodoxes.Stéphanie Le Bars

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/06/06/le-vatican-souhaite-attirer-l-attention-du-monde-sur-les-chretiens-d-orient_1368550_3214.html#xtor=RSS-3208
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum