Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter. - Page 77
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Page 77 sur 77 Précédent  1 ... 40 ... 75, 76, 77

Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Mer 26 Déc 2018 - 7:43

Nigeria: 13 soldats tués par Boko Haram
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 26/12/2018 à 13:38 Publié le 26/12/2018 à 12:32
Au moins 13 soldats et un policier nigérians ont été tués dans une embuscade tendue par le groupe djihadiste Boko Haram lundi soir dans le nord-est du pays, a annoncé aujourd'hui l'armée nigériane. "Malheureusement, treize de nos hommes et un agent de police (...) ont payé de leur vie en tentant de s'enfuir de l'embuscade", écrit dans un communiqué le porte-parole de l'armée pour la région du Nord-Est, le colonel Onyema Nwachukwu. Selon d'autres sources médicale et militaire, le nombre de victimes s'élèverait à 18.
antoine
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2954
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Dim 30 Déc 2018 - 2:59

Année noire pour l'Afghanistan qui craint encore pire en 2019
AFP
Publié le 30/12/2018 à 08:43 | AFP
Année noire pour l'Afghanistan qui craint encore pire en 2019Année noire pour l'Afghanistan qui craint encore pire en 2019 ©️ AFP/Archives / WAKIL KOHSAR
ABONNEZ-VOUS
L'Afghanistan s'apprête à clore une année noire, marquée par des violences record, mais craint que 2019 ne soit pire encore avec la perspective d'un net désengagement militaire américain et d'une élection présidentielle à haut risque.

La récente décision du président Donald Trump de réduire de moitié la présence de soldats américains en Afghanistan avant que les pourparlers de paix aient abouti a réduit à néant les espoirs de nombreux Afghans après 17 ans de guerre.

Cette annonce, que la Maison Blanche n'a toujours pas confirmée, est venue clore une année déjà terrible pour le pays, qui selon certaines estimations se classe désormais en tête des zones de conflit les plus dangereuses au monde, devant la Syrie.

"Cela devient pire chaque jour", constate Mohammad Hussain, étudiant en ingénierie électrique à Kaboul, devenue au fil des attentats talibans et du groupe Etat islamique l'un des lieux les plus à risque du pays pour les civils.

"Il y a quatre ou cinq ans, la sécurité était meilleure que maintenant. Même lorsqu'il n'y a pas d'attentats à Kaboul, on s'attend à ce qu'il se passe quelque chose", souligne-t-il.

Zabihullah Shirzad, 42 ans, propriétaire d'une entreprise de ramassage de déchets dans la capitale, assure ne pas se souvenir d'une année plus sanglante que 2018.

Quant à 2019, "nous verrons plus de tueries et de sang", prédit-il. "Je ne suis pas optimiste pour les négociations de paix".

Le pessimisme atteint des niveaux record parmi les Afghans, selon un sondage de l'institut Gallup publié en octobre.

Selon une récente étude de la Asia Foundation, plus de 60 % des sondés estiment que le pays va dans la mauvaise direction.

Ambulance piégée
Le nombre de civils tués a atteint un record au premier semestre de l'année. Quant aux forces de sécurité, elles sont décimées par les talibans.

L'année a également été marquée par certains des pires attentats à la bombe qu'ait connus le pays depuis 2001, comme celui qui a tué plus d'une centaine de personnes avec une ambulance piégée dans une rue bondée de Kaboul en janvier.

La stratégie agressive mise sur pied en août 2017 par M. Trump pour l'Afghanistan a également contribué au déchaînement de violence.

Selon des données compilées par les organisations américaines Armed Conflict Location et Event Data Project, le nombre de morts liées au conflit a dépassé les 40.000 cette année, soit presque autant que celles recensées en Syrie et au Yémen prises ensemble.

L'Afghanistan aura en outre été cette année le pays le plus mortel pour les journalistes avec 15 employés de presse tués dont deux de l'AFP, le photographe Shah Marai et le chauffeur Mohammad Akhtar.

Outre les violences, l'Afghanistan a aussi été frappé cette année par la pire sécheresse de son histoire récente, qui a contraint plus de 250.000 personnes à l'exil.

Des milliers de familles déplacées en situation d'extrême précarité ont dressé des tentes en périphérie des grandes villes, certaines en venant même à marier leurs jeunes filles en échange d'argent ou de nourriture pour survivre.

"Cela a été une très mauvaise année. La situation ne s'est pas améliorée du tout", résume Thomas Ruttig, co-directeur du réseau Afghanistan Analysts Network.

Guerre civile
Certains observateurs décèlent cependant des signaux potentiellement positifs pour l'année à venir.

Un cessez-le-feu inédit de trois jours en juin dernier entre talibans et forces gouvernementales a révélé un fort désir partagé de paix. Les antagonistes de la veille ont été vus se prenant en photo et mangeant des glaces ensemble.

Et la participation des insurgés aux négociations de paix avec des représentants américains ces derniers mois est un bon signe, veut croire Lotfullah Najafizada, directeur du principal groupe de télévision privé afghan, Tolo News.

"Je pense que l'Afghanistan va connaître un certain succès en 2019. J'espère que cela sera une année historique", a-t-il affirmé.

Davood Moradian, directeur général de l'Afghan Institute for Strategic Studies redoute pour sa part que le repli partiel américain - qui pourrait n'être qu'un prélude à un retrait total - ne se traduise par une guerre civile "à dimension régionale" s'il intervient avant un accord de paix.

Pour M. Ruttig, Washington ferait bien de donner la priorité au besoin de paix en Afghanistan face à son propre désir de rapatrier ses troupes et d'économiser de l'argent.

"Ils sont une partie du problème tout en pouvant être la solution", estime-t-il, qualifiant la politique américaine en Afghanistan de "dysfonctionnelle".

L'autre facteur d'inconnue pesant sur l'Afghanistan en 2019 est l'élection présidentielle actuellement prévue le 20 avril, mais qui a de grandes chances d'être repoussée à l'été.

Le scrutin, auquel l'actuel président Ashraf Ghani compte se représenter, pourrait produire une nouvelle vague de violences comme celle qui a accompagné les élections législatives d'octobre dernier.

Mais après tant d'années de souffrances, les Afghans sont devenus "plus endurants" et le pays tiendrait malgré tout, souligne M. Moradian.

"Beaucoup d'Afghans ont appris à vivre avec la douleur chronique de la guerre. Elle ne les empêche pas de mener une vie normale", conclut-il.

30/12/2018 08:41:59 - Kaboul (AFP) - ©️ 2018 AFP
antoine
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2954
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Mar 1 Jan 2019 - 11:35

Afghanistan: 21 membres des forces de sécurité tués dans un assaut des talibans contre une ville du Nord
AFP
Publié le 01/01/2019 à 17:14 | AFP
Afghanistan: 21 membres des forces de sécurité tués dans un assaut des talibans contre une ville du NordAfghanistan: 21 membres des forces de sécurité tués dans un assaut des talibans contre une ville du Nord ©️ AFP / Gillian HANDYSIDE
ABONNEZ-VOUS
Au moins 21 membres des forces de sécurité ont été tués dans un assaut des talibans contre une capitale provinciale et un district proche de cette dernière au nord de l'Afghanistan, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Des centaines d'insurgés sont rassemblés devant Sar-e-Pul, capitale de la province éponyme, a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouverneur, Zabihullah Amani. La ville pourrait tomber si des renforts ne sont pas envoyés, a-t-il ajouté.

"L'ennemi amasse encore ses forces hors de la ville (...). Nous avons déployé toutes les troupes disponibles dans la ville, mais aucun renfort n'est arrivé de l'extérieur", a regretté M. Amani, pour qui les habitants sont "très inquiets".

Les talibans ont démarré leur assaut contre Sar-e-Pul et le district voisin de Sayad lundi soir afin de prendre contrôle de plusieurs puits de pétrole se trouvant dans cette zone, a estimé le porte-parole, ajoutant que 21 membres des forces de sécurité, dont des policiers et des membres des services de renseignement, avaient été tués et 23 blessés dans les combats.

"Ils ont plusieurs fois attaqué la ville dans le passé, mais cette fois-ci la menace est plus sérieuse", a observé Zabihullah Amani.

Une source sécuritaire, interrogée par l'AFP sous couvert d'anonymat, a de son côté fait état d'un bilan légèrement inférieur de 15 à 20 morts parmi les forces de sécurité.

L'adjoint au porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi, a confirmé qu'il y avait eu des pertes, sans plus de précisions. Des renforts ont été déployés à Sar-e-Pul, qui ne risque pas d'être prise par les talibans, a-t-il affirmé.

Les talibans ont également confirmé l'attaque, affirmant que leurs hommes avaient tué ou blessé 50 membres des forces de sécurité.

En 2018, les insurgés ont réalisé d'importants gains territoriaux et ont attaqué les villes de Farah (Ouest) et Ghazni (Sud). Ils ont occupé cette dernière plusieurs jours, avant d'en être chassés par les forces afghanes, appuyées par les forces aériennes américaines.

Ces offensives ont coïncidé avec plusieurs initiatives diplomatiques pour faire participer les talibans à des négociations de paix, 17 ans après l'arrivée d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis en Afghanistan qui les avait chassés du pouvoir.

Mardi, les talibans ont déclaré avoir évoqué à l'occasion d'une récente rencontre avec des responsables iraniens l'"après-occupation" en Afghanistan, d'où les Etats-Unis envisagent un retrait partiel de leurs forces.

01/01/2019 17:13:32 - Kaboul (AFP) - ©️ 2019 AFP
antoine
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2954
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Mar 15 Jan 2019 - 13:55

Kenya: au moins cinq morts dans une attaque jihadiste à Nairobi
AFP
Modifié le 15/01/2019 à 19:43 - Publié le 15/01/2019 à 16:07 | AFP
Kenya: au moins cinq morts dans une attaque jihadiste à NairobiKenya: au moins cinq morts dans une attaque jihadiste à Nairobi ©️ AFP / KABIR DHANJI
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !
Au moins cinq personnes ont été tuées mardi dans l'attaque, toujours en cours, perpétrée par un commando d'islamistes radicaux somaliens shebab dans un complexe de Nairobi regroupant un hôtel, des restaurants et des immeubles de bureaux.

Un photographe de l'AFP a vu les cadavres affalés sur leurs tables de cinq victimes, à la terrasse d'un restaurant du complexe. Non loin, le photographe a également vu le corps d'un kamikaze qui avait fait exploser sa ceinture d'explosifs.

Cette "attaque coordonnée", selon les termes du chef de la police kényane, Jospeh Boinnet, a été revendiquée très rapidement par les shebab.

Le modus operandi ressemble à celui d'autres attaques perpétrées par les shebab à Mogadiscio: une bombe explose (soit un kamikaze soit une voiture piégée) et dans la foulée, un commando pénètre dans l'établissement visé pour faire le plus de victimes possible.

Le chef de la police kényane a confirmé qu'au moins un kamikaze s'était fait exploser non loin de l'entrée de l'hôtel Dusit. Le complexe DusitD2 est situé dans un quartier verdoyant où de nombreux immeubles de bureaux sont venus, ces dernières années, progressivement remplacer des résidences individuelles et leurs jardins manucurés.

M. Boinnet a précisé que six des sept étages de l'hôtel Dusit, qui compte une centaine de chambres, avaient été sécurisés.

Il a toutefois ajouté que d'autres bâtiments alentour devaient encore l'être.

L'hôtel est la propriété du groupe thailandais Dusit Thani.

Barricadés dans les bureaux
Sur place, des journalistes de l'AFP pouvaient entendre des coups de feu sporadiques, près de six heures après le début de l'attaque.

Pendant plus d'une heure après le début de l'attaque, ce sont des tirs nourris qui ont émergé du complexe, laissant craindre le pire.

La brigade antiterroriste est arrivée peu de temps après le début de l'attaque, à bord d'un véhicule blindé. Une équipe de déminage a fait exploser dans l'après-midi le véhicule à bord duquel le commando était arrivé.

De nombreux Occidentaux lourdement armés, vraisemblablement des militaires rattachés à des ambassades à Nairobi, étaient visibles sur place aux côtés des forces de l'ordre kényanes.

Peu après le début de l'attaque, un garde kényan d'une compagnie de sécurité privée travaillant sur place avait affirmé à l'AFP avoir vu "quatre bandits" à bord du véhicule, en sortir et poursuivre leur chemin à pied.

Au plus fort de la fusillade mardi après-midi, Simon Crump, qui travaille dans le complexe, décrivait au téléphone à l'AFP comme de nombreux employés s'étaient barricadés dans leurs bureaux.

"Nous n'avons aucune idée de ce qui se passe. Les tirs viennent de plusieurs directions à la fois", avait-il rapporté, ajoutant que tout le monde était "terrifié". M. Crump et ses collègues ont ensuite été évacués par les forces de l'ordre tout comme de très nombreuses personnes du complexe et des immeubles voisins.

'Un éclair de lumière'
John Maingi a pour sa part vu "un éclair de lumière" et entendu "une forte explosion" au niveau du restaurant Secret Garden, où il travaille. "Quand j'ai regardé à l'extérieur, j'ai aperçu une jambe qui avait été arrachée. Nous nous sommes cachés dans une chambre et les policiers sont ensuite venus nous secourir".

Le Kenya a déjà été la cible d'attentats jihadistes de grande ampleur.

Le 7 août 1998, un attentat, revendiqué par Al-Qaïda, contre l'ambassade américaine à Nairobi avait fait 213 morts et 5.000 blessés.

Depuis l'entrée en octobre 2011 de l'armée kényane en Somalie pour combattre les islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, le pays a été durement touché.

Le 21 septembre 2013, un commando islamiste avait pris d'assaut le centre commercial Westgate à Nairobi avant d'être éliminé après 80 heures de siège, faisant 67 morts.

Le 2 avril 2015, un commando avait abattu de sang-froid 148 personnes dans l'université de Garissa (est), pour la plupart des étudiants.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale.

Ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), à laquelle le Kenya contribue.

Cette attaque intervient trois ans jour pour jour après celle de la base militaire kényane d'El Adde, dans le sud de la Somalie. Les shebab, vidéo à l'appui, avaient revendiqué avoir tué près de 200 militaires kényans, ce que les autorités kényanes ont toujours démenti.

Lundi, un tribunal kényan a par ailleurs ordonné que trois hommes, soupçonnés de complicité avec les auteurs de l'attaque du Westgate (eux-mêmes tués dans l'assaut de la police) soient prochainement jugés, près de cinq ans après les faits.

15/01/2019 19:42:04 - Nairobi (AFP) - ©️ 2019 AFP
antoine
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2954
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Mar 5 Fév 2019 - 13:33

Nigeria: 6 morts dans des attaques de Boko Haram
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 05/02/2019 à 16:11 Publié le 05/02/2019 à 16:03
Au moins six personnes ont été tuées dans plusieurs attaques menées par des djihadistes du groupe Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, où ils ont pillé des commerces et mis plusieurs villages à sac, ont indiqué aujourd'hui des sources locales.

Des membres de la faction d'Abubakar Shekau ont envahi hier les villages de Shuwa et Kirchina, dans le district de Madagali, dans l'Etat d'Adamawa (nord-est). "Ils ont tué une personne à Shuwa et deux autres à Kirchina", a déclaré Maina Ularamu, chef de communauté. "Les "terroristes" ont attaqué Shuwa vers 18h45 (17h45 heure française), tirant des coups de feu et des grenades", a-t-il raconté, soulignant que les policiers en charge de la sécurité avaient fui le district.

Les combattants ont volé des véhicules et pillé des commerces avant d'incendier des habitations. Des soldats nigérians basés à Madagali, à 13 km de là, sont arrivés pour déloger les attaquants, qui se sont enfuis vers la forêt de Sambisa, leur bastion. Quelques heures plus tôt, dans la journée de lundi, la même faction a abattu trois bergers, à Tubba, dans la périphérie de Maiduguri, la capitale de l'Etat voisin du Borno. "Nous avons retrouvé les corps de trois bergers dans les champs", a déclaré Umara Kyari, un habitant d'un village voisin. "Deux autres bergers qui étaient avec eux sont toujours portés disparus ou ont été enlevés par les assaillants", a indiqué Mustapha Muhammad, un milicien qui combat aux côtés de l'armée nigériane.

Boko Haram a intensifié ses attaques contre des agriculteurs et des bûcherons, les accusant de transmettre des informations à l'armée. Le groupe s'est scindé en deux factions. L'une de ces factions est loyale au chef historique du mouvement, Abubakar Shekau, et est connue pour cibler des civils, notamment dans des attaques de villages et des attentats-suicides. L'autre faction, affiliée depuis 2015 au groupe djihadiste Etat islamique, cible particulièrement l'armée et a fait des dizaines, voire des centaines de morts parmi les soldats.

Plus de 27.000 personnes sont mortes depuis le début du soulèvement de Boko Haram dans le nord-est du pays, en 2009, alors que 1,8 million personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.
antoine
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2954
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 77 sur 77 Précédent  1 ... 40 ... 75, 76, 77

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum