"Le Nombre de la Bête", d'après Jean Vaquié !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

"Le Nombre de la Bête", d'après Jean Vaquié !

2 participants

Aller en bas

"Le Nombre de la Bête", d'après Jean Vaquié ! Empty "Le Nombre de la Bête", d'après Jean Vaquié !

Message  Octo Dim 9 Jan 2011 - 0:56

"LE NOMBRE DE LA BÊTE", D'APRÈS JEAN VAQUIÉ !

Voici ce que dit Jean Vaquié du Nombre de la Bête dans son Traité de démonologie :

XXV. LE NOMBRE DE LA BÊTE :

Il nous reste à nous poser une dernière question. « Le nombre de la bête », déclare saint Jean dans l’Apocalypse, est 666. Pourquoi ce nombre et quelle est sa signification ? Voici le texte de base :

« C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six cent soixante-six » (Apoc. XIII, 18).

Quel est le problème ? L’Écrivain sacré énonce le chiffre de la bête et il nous invite à l’interpréter. C’est ce que nous allons essayer de faire, en nous laissant guider par tout ce qui a été déjà écrit sur ce sujet.

L’idée qui vient tout de suite à l’esprit est de rechercher l’interprétation du chiffre de la bête en utilisant les valeurs numériques des lettres de l’alphabet hébreux. Pour cela, il faut rassembler les mots dont la valeur numérique des lettres arrive à un total de 666. Il ne reste plus alors qu’à choisir, parmi les mots hébreux ainsi rassemblés, ceux dont le sens peut le plus raisonnablement se rapporter à la Bête telle qu’elle est décrite dans l’Apocalypse. Nous sommes donc ramenés à un problème de calcul presque mécanique. Cette méthode est-elle la bonne ? Il ne semble pas, car le texte de saint Jean nous conseille de faire preuve de sagesse et d’intelligence.

C’est ici la sagesse, nous dit-on : pour comprendre le sens du nombre de la bête, il faut d’abord de la sagesse. Qu’est-ce que la sagesse ? C’est le goût des principes. Il faudra donc en cette matière, éviter les complications de la science profane et s’en tenir aux grands principes de la sagesse divine, autant que nous les connaissons.

Saint Jean nous demande aussi de faire preuve d’intelligence. Or le propre de l’intelligence, au sens religieux de ce terme, c’est de distinguer. Et la distinction fondamentale est celle du bien et du mal. Précisément nous allons voir qu’ici nous aurons à côtoyer la limite entre le bien et le mal. C’est pourquoi il nous faudra de l’intelligence.

L’Écrivain sacré nous met sur la voie en nous disant que 666 est « un nombre d’homme ». En effet, on aurait pu s’attendre à ce que la bête porte plutôt « un nombre d’ange » puisque le démon est un esprit. On nous avertit donc qu’il n’en est pas ainsi. C’est dans les nombres concernant l’homme qu’il faut chercher.
Saint Bède le vénérable et saint Albert le Grand ont pensé que ce « nombre d’homme » devait se référer au sixième jour de la Création, au cours duquel Adam fut formé du limon de la terre. Essayons de comprendre le mécanisme de cette signification. Après la formation de l’homme, Dieu déclare que tout ce qu’Il a fait est bon :

« Et Dieu vit tout ce qu’Il avait fait, et voici cela était très bon » (Gen. I, 31).

Nous sommes à la fin du sixième jour. Nous faisons une première constatation : le chiffre six ne désigne donc pas originellement une chose mauvaise, au contraire, puisque Adam, constitué maître de la terre, est la plus belle oeuvre du Créateur. On s’accorde même à penser que le chiffre six symbolise la perfection des choses terrestres. Il constitue « la marque » d’Adam puisqu’il est le chiffre de son origine. L’homme est fondamentalement « la créature du sixième jour ».

Le chiffre six contient une perfection naturelle mais il lui manque encore la sanctification que le chiffre sept apporte tout de suite après. C’est le septième jour qui est sanctifié : « Et Dieu bénit le septième jour et Il le sanctifia » (Gen. II, 3). Le chiffre sept est celui de la nature sanctifiée. C’est le chiffre du Sabbat et par conséquent il ne convenait pas pour désigner le démon qui avait précisément refusé la sanctification.

Au septième jour, l’homme possède déjà une religion tandis que le sixième jour était celui de la Création sans sabbat, sans religion, privé de sanctification, réduit aux forces et aux rythmes de la seule nature. C’est donc bien « le six » qui est le plus en harmonie avec le naturalisme des anges déchus qui ne croient qu’en leurs propres forces, comme nous l’avons fait remar-quer plus haut.

Nous comprenons maintenant pourquoi c’est le chiffre six qui est à la base du « nombre d’homme » choisi pour marquer la bête. Mais ce que nous ne comprenons pas, c’est que ce chiffre, bon à l’origine, désigne maintenant une bête mauvaise. Il y a donc eu, à un certain moment, un retournement de signification du six.
Ce retournement a été opéré par la révolte de Lucifer. C’est précisément cette révolte qui a transformé en mal ce qui était bien et qui a placé dessus ce qui aurait du rester dessous. Ce renversement de l’ordre primitif a encouru la malédiction divine. Dieu a maudit ce qu’Il venait de bénir. Or la malédiction de Dieu contre Satan a été réitérée trois fois : d’où le nombre à trois chiffres qui symbolise cette malédiction, 666.

La première malédiction est celle qui a chassé Lucifer du Ciel pour n’avoir pas voulu s’incliner devant l’Homme-Dieu. Elle correspond au chiffre six occupant le rang des unités. La seconde malédiction est celle que Dieu prononça contre le serpent :

« Parce que tu as fait cela, tu es maudit entre toutes les bêtes des champs » (Gen. II, 14).

L’adversaire a voulu entraîner l’homme dans sa guerre. La seconde malédiction correspond au chiffre six occupant le rang des dizaines, parce qu’il y a une aggravation de la malice, donc du châtiment.

La troisième malédiction est celle que Dieu prononcera au moment de la mort de l’Antéchrist pour le punir de s’être égalé au Fils de l’Homme. Elle correspond au rang des centaines puisqu’il y a une nouvelle aggravation dans l’audace.

Six cent soixante six résume la triple malédiction qui est le juste salaire de la révolte de Lucifer contre le Verbe Incarné, principe et fin de la création. Ce n’est pas un « chiffre d’ange » ; c’est un « chiffre d’homme » (numerus hominis). Il réitère trois fois le nombre d’Adam lequel est I’oeuvre du sixième jour. Celui qui a fait chuter Adam est puni sous le chiffre d’Adam.

Si l’on s’en tient à la lettre du texte apocalyptique, le nombre 666 est proprement celui de la bête. Mais il est d’usage de considérer ce nombre comme appartenant aussi à l’Antéchrist parce que ce personnage récapitulatif synthétise la Bête dont il est la tête.

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Octo
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16990
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

"Le Nombre de la Bête", d'après Jean Vaquié ! Empty Le chiffre de la Bête

Message  Isaïe Dim 9 Jan 2011 - 1:56

Jean Vaquié a écrit: "C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six cent soixante-six" (Apoc. XIII, 18).

Quel est le problème ? L’Écrivain sacré énonce le chiffre de la bête et il nous invite à l’interpréter. C’est ce que nous allons essayer de faire, en nous laissant guider par tout ce qui a été déjà écrit sur ce sujet.
Dans ma bible on dit : Ap 13, 18 : "...que le possesseur d'intelligence calcule le chiffre de la Bête..c'est un chiffre d'homme".

Je veux bien faire mon effort de guerre dans la recherche de ce chiffre d'homme mais sans garantir de résultat.

Dans une nouvelle traduction de la Bible datant de 2001 sous "666", on dit que Irénée de Lyon (saint Irénée) a déjà cherché à résoudre cette énigme qu'est le chiffre 666 qui résulterait d'un calcul selon lequel la somme de la valeur numérique de chacune des lettres (grecques, vraisemblablement) formerait un mot, un nom, un surnom. Saint Irénée propose trois solutions dont la valeur numérique de chacune des lettres aboutit à la somme recherchée (666) soit "Euanthas, Lateinos et Teitan". Le premier nom voudrait dire "brillant, florissant", mais l'énigme demeure entière. Quand aux deux autres qui veulent dire respectivement "Latin" (équivalent à "Romain") et "Titan", ils désignent de façon non équivoque l'empire du moment et son emprise "titanesque", voir tyrannique.

Si je tente de me représenter cet empire du moment et son emprise tyrannique je ne vois pas autre chose que l'emprise tyrannique de la mafia, ce tyran qui étend ses tentacules mondialement et j'y vois l'image de la mafia tentant de contrôler tout commerce (achat et vente).

Mais cette opinion vaut ce qu'elle vaut évidemment ! Mais c'est mon interprétation.

Qui dit mieux ?


Isaïe
Isaïe
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit. Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit.  Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.

Messages : 1256
Date d'inscription : 14/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum