Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis

3 participants

Aller en bas

Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis  Empty Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis

Message  AnneLéa Mer 12 Avr 2017 - 17:09

http://www.medias-presse.info/trump-un-nouveau-bush/72232/?utm_source=OxiMailing&utm_medium=e-mail&utm_campaign=mpi_187

Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis / International / Syrie — par Antoine de Lacoste — 10 avril 2017
Pour la première fois depuis le début de la guerre en Syrie, l’armée américaine a frappé l’armée syrienne.

Cinquante-neuf missiles Tomahawk ont été tirés depuis plusieurs navires américains stationnés en Méditerranée, tout près des navires russes. L’objectif visé, et maladroitement atteint, a été la base aérienne d’Al-Chaayrat, au sud de Homs, d’où seraient partis les avions responsables du bombardement chimique de la ville de Khan Cheikhoun.

Dans la précipitation et l’émotion, devant les images d’enfants agonisants diffusées par les combattants islamistes et notamment les fameux casques blancs, Donald Trump a ordonné de faire le contraire de ce qu’il a prôné pendant toute sa campagne électorale : intervenir en Syrie.

C’est le même homme qui, sur un ton martial et définitif, annonçait « la fin des aventures extérieures » et félicitait Obama de ne pas avoir suivi les Européens, François Hollande en tête, dans leur souhait de bombarder la Syrie après l’attaque au gaz sarin, jamais éclaircie, de La Ghouta en août 2013.

On reste confondu par un revirement aussi rapide et imprévisible. Finies les appréciations positives sur Poutine, le pragmatisme sur la situation au Proche-Orient et le refus de se comporter comme ses prédécesseurs dont les interventions en Libye et en Irak n’ont engendré que la chaos.

Du reste les premiers à féliciter Trump ont été Israël et Hillary Clinton. Tout un symbole.

Au delà du caractère sanguin du personnage et de son émotion face « aux magnifiques bébés morts » (combien de pays peut-il attaquer avec des raisonnements aussi puissants ?), il faut tout de même s’interroger sur le processus de décision qui a conduit à cette agression stupide, qui ne changera d’ailleurs rien au cours de la guerre.

Dans un premier temps on peut se contenter d’une explication simple et rassurante : Trump veut montrer au monde qu’il n’est pas Obama, et que l’indécision ne sera pas sa marque de fabrique. Un raid terrestre américain a d’ailleurs eu lieu il y a peu au Yemen, ce qui avait donné le ton, malgré là-aussi un résultat militaire médiocre. En clair Poutine n’a qu’a bien se tenir, il trouvera à qui parler. Certes c’est tout à fait contraire au programme électoral du nouveau président mais celui-ci n’en est pas à une incohérence près.

Cette explication est rassurante car elle implique que l’engagement en Syrie contre Bachar n’ira pas au delà de ce bombardement symbolique, quoique fort coûteux : six morts syriens pour trente millions d’euros de missiles, ce n’est pas un ratio très brillant. D’autant que les missiles en question ont raté la piste d’atterrissage et que l’aviation syrienne a pris un malin plaisir à faire décoller un avion dès le lendemain.

Une deuxième explication est possible et plus inquiétante : les hommes qui entourent Trump aujourd’hui ne sont pas du tout les mêmes que ceux qui l’ont accompagné vers la victoire.

Exit les Bannon et autres Flynn qui avaient tant inquiété les occidentaux. Les pro-russes ne sont plus à la mode et ont laissé les places aux ténors de Goldman Sachs tel Gary Cohn et aux faucons rescapés de l’ère Bush.

Le sénateur Mac Cain, l’homme qui rêve de faire du Proche-Orient un champ de ruines au profit d’Israël, s’est évidemment réjoui de l’attaque américaine et réclame maintenant d’aller plus loin et de livrer des armes aux rebelles. Lesquels , le Front al Nosra ou ceux qui sont à la solde des Turcs ?

Plusieurs généraux bellicistes sont depuis peu très en cours à la Maison Blanche et semblent avoir eu une influence décisive sur la décision de Trump. La CIA elle-même fait de nouveau entendre sa voix, ce qui est particulièrement inquiétant compte tenu de son brillant palmarès : financement de Ben Laden, création de fausses preuves contre Sadam Hussein, livraison de missiles anti-chars aux islamistes contre l’armée de Bachar pour ne citer que ses principaux faits d’armes.

Surtout, le gendre de Trump, Jared Kushner, militant sioniste convaincu, semble jouer un rôle de plus en plus important. Israël n’a pas renoncé à son objectif majeur de faire tomber Bachar et peut se frotter les mains du revirement spectaculaire de la politique américaine.

Heureusement que tout cela n’arrive qu’après la chute d’Alep, tournant militaire de la guerre. De plus, les rebelles islamistes sont profondément divisés et affaiblis et on ne voit pas comment ils pourraient l’emporter même en cas d’aide clandestine massive de la CIA.

Et puis il y a la Russie et l’Iran qui n’accepteront pas que l’Amérique détruise la Syrie comme elle a détruit l’Irak.

Mais tout de même, Trump n’aura pas mis longtemps à rentrer dans le rang..

Antoine de Lacoste



Trump et les missiles : les faucons sont de retour ! dans Diplomatie et Défense / Etats-Unis / Europe / International / Irak / Islamisme / Israël / Russie / Syrie / USA — par Francesca de Villasmundo — 10 avril 2017

Les frappes punitives américaines contre l’armée syrienne et le gouvernement de Bachar- al-Assad, outre qu’elles ont un but médiatique et d’être une démonstration de force tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, indiquent surtout un revirement soudain et total de Trump au Moyen-Orient qui implique un changement important au sein de l’entourage du nouveau président des États-Unis.

Steve Bannon, un des conseillers controversés de Trump, son ancien directeur de campagne, celui que l’on surnomme son « éminence grise », ancien patron du site d’informations Breitbart News qualifié « d’extrême-droite » par les médias du système, a été évincé ces derniers jours. Il a été démis, début avril, de ses fonctions de stratège en chef au sein du Conseil national de sécurité.

Or Steve Bannon défend une stratégie de non-intervention en Syrie, celle-ci étant considérée contraire à la doctrine de l’« America first », l‘Amérique en premier, alors que le gendre juif très écouté, et de plus en plus écouté, de Donald Trump, Jared Kushner, est partisan d’une offensive contre le régime syrien de Bachar al-Assad :

« La politique qu’il [Jared Kushner, ndlr] préconise est l’inverse de celle de Steve Bannon. Il est pour une politique assez traditionnelle aux Etats-Unis : intervenir à l’extérieur, aider les pays alliés et notamment Israël – dont il est très proche en tant que juif orthodoxe. Avec le groupe de gens influents autour de lui – comme Steven Mnuchin, le ministre du Trésor, David Friedman, l’ambassadeur américain en Israël ou même Steven Miller, qui est un autre conseiller très puissant auprès de Donald Trump – ils ont tous soutenu un changement d’attitude fort »

explique l’historien Jean-Eric Branaa dans un entretien à RT France.

Ivanka Trump, l’épouse de Jared, s’est d’ailleurs dite «être fière » de son père pour sa décision de bombarder la Syrie. Pourtant cette décision a été à l’encontre de toutes les déclarations précédentes de Trump durant sa campagne présidentielle : à plusieurs reprises il avait assuré qu’avec lui il n’y aurait pas d’intervention en Syrie ni de pressions pour faire partir Bachar al-Assad. Il s’était nettement démarqué des thèmes fondamentaux des néo-conservateurs américains, les fameux faucons, favorables à l’interventionnisme militaire destiné, en résumé, à organiser l’hégémonie américaine sur le monde et sur un nouvel ordre mondial fondé sur le consensus moral « plus jamais Auschwitz ».

«Le néo-conservatisme a réorienté la politique américaine dans le sens d’un internationalisme et d’un messianisme démocratique. Le néo-conservatisme est né sur le principe de « plus jamais Auschwitz ». Les néo-conservateurs disent vouloir un nouvel ordre international qui soit celui de la liberté, selon les conceptions qui ne sont pas venues de Kant et de Wilson, auxquels ils reprochent l’impuissance, mais qui prennent leur source dans des écrits de Moïse Maïmonide. (…) Ils soutiennent Israël. Leur credo est l’interventionnisme. Les États-Unis doivent être reconnus comme la nation-phare des droits de l’homme et exporter la démocratie et la liberté partout dans le monde si besoin par la force. (…) Parmi les idées emblématiques des néo-conservateurs, on peut citer la théorie du « chaos créateur » » peut-on lire sur la fiche Wikipédia qui leur est consacrée.

Si l’élection de Donald Trump avait semblé marquer un reflux de l’emprise du néo-conservatisme sur la politique américaine, cette accalmie aura été de courte durée. Le courant globaliste et interventionniste domine à nouveau à la Maison Blanche. Et on a vu quels résultats il a obtenu en Irak : destruction, terrorisme international, création de l’organisation État islamique, mort et anarchie… « le chaos créateur » en somme !

Les faucons sont de retour !

Francesca de Villasmundo

_________________
Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis  Signat11
AnneLéa
AnneLéa
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 31663
Date d'inscription : 03/07/2014
Localisation : Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis  Empty Re: Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis

Message  JeCrois Lun 24 Avr 2017 - 22:43

aujourd'hui 25/4/2017 (france) que fait trump que pense trump que peut-il faire quelles est sa marge de manoeuvre ?que sait-il? et puis il y a les elections francaise(qui vont jusqu'a juin legislatives comprises) ,le general est-il pret ?,on sait que "les elites" de ce monde font toujours des plans ,apres tout il n'ont pas attendu des milliers d'annees pour rien . comete qui arrive! troisieme guerre mondiale qui couve ?mais quand encore , l'ete peut-etre seras chaud?!!!! a ceci qu'en plus aux usa il risque dy'avoir l'international avec l'interieur ,voir venir.
JeCrois
JeCrois
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2203
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 59
Localisation : sud-ouest de le france

Revenir en haut Aller en bas

Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis  Empty Re: Trump, un nouveau Bush ? dans Etats-Unis

Message  Admin Mer 26 Avr 2017 - 12:19

@ Tous :

En effet, elle fut surprenante cette intervention musclée du Président américain, lui qui ne voulait pas attaquer Bachar Al Assad !

Cependant, qui sommes-nous pour le juger et pour le condamner devant cette intervention ?

Il joue ses cartes comme il l'entend et ce n'est pas à nous de lui dicter son jeu. La suite des événements nous montrera s'il avait raison ou s'il avait tort !

Trump, un homme de Dieu ?

La question ?

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66766
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum