Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

3 participants

Page 9 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Mar 30 Jan 2024 - 13:00

@ Tous :

Trudeau, le Dictateur Blanc, a financé les Terroristes du Hamas :



Et s'apprête à accueillir des Terroristes du Hamas :


Effrayé

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Ven 16 Fév 2024 - 14:40

LE CANADA DE TRUDEAU SE CLASSE AU TROISIÈME RANG DES PAYS OCCIDENTAUX QUI PERSÉCUTENT LES CHRÉTIENS !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Trudea10


Le Canada de Trudeau se classe au troisième rang des pays occidentaux qui persécutent les chrétiens. « Justin Trudeau a transformé le Parti libéral en un véritable groupe haineux contre les chrétiens », a déclaré Jack Fonseca, de la Campaign Life Coalition, à LifeSiteNews.


par Clare Marie Merkowsky

14 février 2024

(Le Canada est troisième sur la liste des pays occidentaux persécuteurs de chrétiens sous la direction du premier ministre Justin Trudeau.

Selon un rapport publié le 31 janvier par le Centre pour la liberté religieuse du Family Research Council (FRC), le Canada se classe au troisième rang des pays occidentaux qui persécutent les chrétiens en raison de leur foi.

« Ces histoires sont alarmantes et montrent les diverses façons dont les gouvernements occidentaux – qui devraient être les porte-étendards du respect de la liberté de religion et d’expression – sapent le droit humain fondamental à la liberté religieuse », a déclaré Arielle Del Turco, auteure du rapport et directrice du Centre pour la liberté religieuse de la FRC, dans un communiqué de presse.

« Ce rapport sert d’avertissement sur la façon dont les libertés fondamentales peuvent s’éroder, même dans les démocraties occidentales », a-t-elle poursuivi. « La liberté religieuse doit être protégée chez nous afin que nous puissions également défendre la liberté religieuse dans le monde entier et défendre les personnes persécutées. »

Le rapport, intitulé « Libre de croire ? L’intensification de l’intolérance envers les chrétiens en Occident », a documenté 168 incidents de persécution ou de discrimination injuste à l’encontre des chrétiens dans 16 pays entre 2019 et 2023.

Selon le rapport, les États-Unis se classent au premier rang avec 58 incidents de persécution des chrétiens, suivis du Royaume-Uni avec 43 et du Canada avec 36 cas.

Les auteurs du rapport admettent que leur travail est « loin d’être exhaustif », mais met en évidence « les facteurs qui contribuent aux violations de la liberté religieuse des chrétiens par les gouvernements occidentaux ».

La majorité des cas enregistrés en 2020 et 2021 étaient liés aux restrictions liées à la COVID-19, car de nombreux responsables d’églises ont été condamnés à des amendes pour avoir organisé des services en personne pendant les confinements ou parce que des chrétiens ont perdu leur emploi pour avoir refusé de se faire vacciner contre la COVID-19 en raison d’objections morales et religieuses.

Le deuxième thème observé au cours des quatre dernières années était le licenciement, l’amende, l’arrestation ou même l’emprisonnement de chrétiens pour s’être exprimés contre les programmes LGBT ou l’avortement, ainsi que pour avoir prié ou prêché en public.

Pendant la « pandémie » de COVID, les églises du Canada ont été fermées, car le gouvernement les a jugées « non essentielles ». Ceux qui s’opposaient aux mandats et organisaient des services religieux étaient sévèrement punis.

Le rapport a dénombré un total de 16 cas dans lesquels des églises ont été ciblées pour avoir organisé des services en personne. Le cas le plus célèbre est peut-être celui du pasteur Artur Pawlowski, qui a été arrêté et emprisonné à plusieurs reprises pour avoir protesté contre les mandats COVID et pour avoir organisé des services religieux.

En février 2022, il a été arrêté pour la cinquième fois par une équipe d’infiltration du SWAT juste avant qu’il ne prenne la parole lors d’une manifestation du convoi de la liberté qui se déroulait à Coutts. Pawlowski a ensuite été emprisonné pendant trois mois.

De plus, le rapport énumère plusieurs cas de Canadiens qui ont été punis pour avoir condamné publiquement le programme LGBT et cité la Bible.

Les cas comprenaient celui de Josh Alexander, alors âgé de 16 ans, qui a été suspendu puis expulsé de son école catholique de Renfrew, en Ontario, pour avoir cité Genesis pour combattre l’idéologie LGBT.

Bien qu’il ait été arrêté pour avoir manifesté à plusieurs reprises, Alexander continue de se battre, voyageant à travers le Canada pour organiser des manifestations contre l’agenda LGBT. Il est maintenant devenu un visage familier dans le mouvement pro-famille, et beaucoup le reconnaissent à son chapeau rouge « Sauvons le Canada ».

Un autre cas célèbre, ou tristement célèbre, est celui du pasteur albertain Derek Reimer, qui a été expulsé de force d’une bibliothèque publique l’année dernière après avoir protesté lors d’un événement « l’heure du conte de drag queen » ciblant les enfants, au cours duquel il a déclaré que « l’homosexualité est un péché ».

Il a ensuite été arrêté en mars avant d’être libéré sous caution pour avoir protesté contre l’événement. Reimer a été arrêté à nouveau le même mois après avoir semblé enfreindre les conditions de sa libération sous caution en protestant contre un nouveau règlement municipal de Calgary qui interdit les manifestations contre « l’heure du conte des drag queens » ou d’autres événements dits LGBT dans les installations publiques.

Notamment, le rapport n’a pas compté les incendies d’églises qui ont eu lieu partout au Canada depuis 2021. Selon une carte créée par le média indépendant True North, 44 églises ont été incendiées, tandis que 52 autres ont été vandalisées.

Si l’on avait compté ces cas, le Canada se serait classé au 132e rang, ce qui en ferait le pays de l’Ouest où l’on a persécuté les chrétiens le plus nombre.

Cependant, Trudeau et ses libéraux ont refusé à plusieurs reprises de condamner les incendies d’églises ou, en fait, tout autre acte de persécution contre les chrétiens.

Au lieu de cela, la CBC, financée par l’État, a récemment produit une vidéo semblant justifier les incendies intentionnels d’églises.

Jack Fonseca, de la Campaign Life Coalition, a déclaré à LifeSiteNews que « le fait que le Canada se classe au troisième rang des pays occidentaux en termes d’hostilité envers les chrétiens n’est pas du tout surprenant ».

« Justin Trudeau a transformé le Parti libéral en un véritable groupe haineux contre les chrétiens », a-t-il ajouté. « Par ses lois, ses politiques et ses déclarations oppressives, Trudeau a révélé qu’il est l’ennemi de la croix. »

Fonseca a en outre expliqué que « l’interdiction des thérapies de conversion » de Trudeau rend illégal pour les pasteurs de « prêcher du haut de la chaire que le Christ a le pouvoir de transformer les homosexuels et les transgenres ».

De plus, de nombreux experts ont noté que le projet de loi semblerait permettre aux parents d’être emprisonnés jusqu’à 5 ans s’ils refusent de permettre à leur jeune enfant de subir une « transition de genre ».

« Je crois que Justin Trudeau est un sociopathe qui a passé les neuf dernières années à essayer de construire un État policier totalitaire dans lequel les chrétiens finiront par porter tout le poids de sa haine de la foi », a averti Fonseca.

« Nous sommes à un moment où l’hostilité du régime Trudeau ressemble étrangement à celle d’Adolf Hitler juste avant qu’il ne prenne le pouvoir total en Allemagne », a-t-il ajouté. « Hitler a pris des mesures, tout comme Trudeau, pour changer les lois et les règlements qui aideraient à mettre en place la dictature d’État policier fasciste dont il rêvait. »

« Hitler bouillonnait de haine pour les Juifs de la même manière que Trudeau bouillonne maintenant de haine pour les chrétiens », a déclaré Fonseca.

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/news/trudeau-canada-persecuting-christians/?utm_source=daily-canada-2024-02-15&utm_medium=email

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Dim 18 Fév 2024 - 12:26

LE CANADA VA ARRÊTER LES CITOYENS QUI FONT LA PROMOTION DES COMBUSTIBLES FOSSILES !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unnam904


Le Canada va commencer à arrêter les citoyens qui font la promotion des combustibles fossiles… Le gouvernement canadien a annoncé son intention d’emprisonner et d’infliger des amendes aux citoyens qui « font la promotion des combustibles fossiles » en tant que moyen viable de production d’énergie.


17/02/2024

Le gouvernement canadien a annoncé son intention d'emprisonner et d'infliger des amendes aux citoyens qui "font la promotion des combustibles fossiles" en tant que moyen viable de production d'énergie.

Le député Charlie Angus est à l'origine de cette nouvelle loi, qui criminalisera tout discours "promouvant les combustibles fossiles", même si les déclarations faites sont vraies et exactes.

Bombthrower.com rapporte : Le député Charlie Angus, de Timmins, dans le nord de l'Ontario (où la température moyenne en février varie de -7°C à -21°C), a déposé un projet de loi d' initiative parlementaire C-372 intitulé "Loi sur la publicité pour les combustibles fossiles" qui "interdirait la promotion des combustibles fossiles, sauf en conformité avec les dispositions de la loi".

La promotion est définie comme suit :

"une présentation d'un produit ou d'un service par quelque moyen que ce soit, directement ou indirectement, y compris toute communication d'informations sur le produit ou le service, son prix et sa distribution, qui est susceptible d'influencer et de façonner les attitudes, les croyances et les comportements à l'égard du produit ou du service.‍"

CE QUI N'EST PAS EXPRESSÉMENT AUTORISÉ EST INTERDIT...

"Ce texte édicte la loi sur la publicité pour les combustibles fossiles afin d'interdire la promotion des combustibles fossiles, sauf en conformité avec les dispositions de la loi."

Le seul discours public autorisé en la matière serait les représentations littéraires ou dramatiques qui "utilisent ou dépeignent" les combustibles fossiles, ou les "opinions ou commentaires" à condition que, dans les deux cas, l'auteur ou le créateur n'ait aucun lien ou ne reçoive aucune contrepartie "directe ou indirecte" de la part de l'industrie des combustibles fossiles.

Le préambule qualifie le changement climatique de "menace existentielle" et cite la saison des feux de forêt de 2023 comme prétexte.

"Attendu qu'en 2023, le Canada a connu la pire saison d'incendies de forêt jamais enregistrée, le pays ayant dépassé la plus grande superficie jamais brûlée en une année, totalisant plus de 7,‍9 millions d'hectares".

Il n'est pas mentionné que dans de multiples cas tout au long de la saison des feux de forêt de 2023, tels que les incendies du lac Cavan au Québec et le tristement célèbre incendie du lac Barrington en Nouvelle-Écosse, la cause était criminelle, (et non pas "l'ébullition mondiale").

"AFFIRMÉ, SANS PREUVE..."

L'expression "affirmations sans preuves" est devenue un classique des médias d'entreprise. Elle dénote un esprit partisan qui rappelle l'agit-prop de la fin de l'ère soviétique. Cela est particulièrement visible si quelqu'un à la droite de Staline ose remettre en question les préceptes du socialisme technocratique.

Pourtant, le projet de loi C-372 est truffé de telles affirmations...

Attendu que la pollution atmosphérique causée par les combustibles fossiles entraîne des millions de décès prématurés dans le monde, dont des dizaines de milliers de décès prématurés rien qu'au Canada, et qu'elle est une cause majeure de cancer, de maladies respiratoires, d'issues défavorables de la grossesse, de maladies infantiles et de symptômes cardiovasculaires ;

Il s'agit là d'une affirmation fondée sur la foi (à l'instar d'Al Gore qui, à Davos 2023, s'est écrié que "le changement climatique provoque l'équivalent de 600 000 bombes de classe Hiroshima par jour !) Elle va également à l'encontre de données quantifiables provenant de multiples sources et études montrant que les décès liés au climat sont en chute libre depuis plus d'un siècle.

Il est également établi que le nombre d'êtres humains qui meurent chaque année des suites d'un froid extrême est supérieur à celui des effets de la chaleur ou du réchauffement , dans un rapport de 2 à 1.

Le projet de loi C-372 affirme en outre, sans aucune preuve (est-ce que je fais bien cela ?), que

"la production et la consommation de combustibles fossiles ont entraîné une crise nationale de santé publique d'une importance et d'une urgence considérables, d'une manière similaire à la crise de santé publique causée par la consommation de tabac".

Selon les propres critères de Statistique Canada, le tabac tue encore 48 000 Canadiens chaque année. Ce projet de loi affirme que chaque jour, 131 Canadiens meurent à cause du changement climatique induit par les combustibles fossiles. Si c'est vrai, pourquoi ne pas réduire de moitié le problème total des décès liés au climat et au tabac en interdisant purement et simplement de fumer ?

IL N'Y A QU'UN SEUL PROBLÈME : LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

"Le Parlement est d'avis que la publicité pour les combustibles fossiles utilise actuellement des techniques qui induisent sciemment le public en erreur et ne divulguent pas les dommages sanitaires et environnementaux associés à leur utilisation, ce qui empêche les consommateurs de prendre des décisions éclairées et sape le soutien du public en faveur d'une action climatique efficace.

Par "empêcher les Canadiens de prendre des décisions éclairées", il entend probablement toutes les critiques formulées à l'encontre de taxes sur le carbone inexorablement plus élevées (qui sont de toute façon appliquées injustement en fonction des caprices du favoritisme politique) ou le fait d'attirer l'attention sur des non-solutions symboliques et ridicules telles que les éoliennes, ou encore le fait d'obliger les Canadiens à payer pour des pompes à chaleur coûteuses dans des climats inférieurs à zéro.

En outre, les entreprises et les scientifiques employés par l'industrie énergétique canadienne, qui représente 7,5 % du PIB du pays (dont 75 % en Alberta ) , ne sont pas autorisés à défendre leur industrie ou leurs moyens de subsistance contre les assauts de la science de pacotille et du fanatisme idéologique, ou à y répondre par des contre-factuels mesurés, rationnels et fondés sur la science.

Alors que le projet de loi C-372 affirme que "la protection de l'environnement est un usage valide de la compétence fédérale en matière de droit pénal", il serait exagéré d'appliquer les dispositions du projet de loi C-372 à la protection de l'environnement. Il serait exagéré d'appliquer les dispositions de la loi sur la protection de l'environnement aux activités normales de l'industrie de l'énergie, sans parler de la liberté d'expression. Celle-ci n'est pas mentionnée dans la Constitution canadienne, ni dans la Charte des droits et libertés.

L'article 2(a) de cette dernière déclare comme un droit fondamental de tous les Canadiens "la liberté de conscience et de religion" (bien que personne n'ait semblé avoir ce droit lorsqu'il s'est agi de refuser les piqûres de Covid).

Et, bien sûr, le paragraphe 2(b) stipule "la liberté de pensée, de croyance, d'opinion et d'expression, y compris la liberté de la presse et des autres moyens de communication"

Qu'on le veuille ou non, la communication inclut la promotion, la défense et l'adoption d'une position ferme et défendable selon laquelle nous avons le devoir moral de fournir une énergie abondante à la société grâce à l'utilisation pratique et judicieuse de combustibles fossiles plus propres.

Cela dit, le gouvernement canadien (dont le NPD est le partenaire junior d'une coalition libérale-socialiste au pouvoir) n'hésite pas à bafouer les droits constitutionnels des Canadiens.

En réalité, le projet de loi C-372 a autant de chances d'être adopté qu'un projet de loi de Liz Warren, mais le NPD soutient le Parti libéral de Justin Trudeau dans le cadre d'une coalition minoritaire au pouvoir - il pourrait, en théorie, le faire adopter.

Après cela, il serait illégal pour moi de faire remarquer que les habitants de Timmins, en Ontario, la circonscription de Charlie Angus, ne survivraient pas à un seul hiver sans combustibles fossiles (et comme je détiens des actions d'Imperial Oil et de Canadian Natural Resources, cela pourrait être interprété comme "bénéficier des produits de l'extermination du climat", ou quelque chose comme ça).

Le fait que ce projet de loi ait même été inscrit au registre parlementaire montre à quel point la coalition libérale-socialiste au pouvoir est déconnectée de la réalité.

Je vous laisse avec ce clip du ministre fédéral de l'environnement Steven Guilbeault, criant "le changement climatique est réel", comme un cinglé total à la Chambre des communes du Canada...

SOURCE :

https://thepeoplesvoice.tv/canada-to-begin-arresting-citizens-who-promote-fossil-fuels/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Mer 28 Fév 2024 - 15:48

LE GOUVERNEMENT TRUDEAU DEVRAIT PRÉSENTER UN NOUVEAU PROJET DE LOI SUR LA RÉGULATION DE L'INTERNET CETTE SEMAINE !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unna1432


Alors que le gouvernement Trudeau prétend que son futur projet de loi sur les "préjudices en ligne" vise à protéger les enfants, le président du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, a déclaré que le gouvernement fédéral cherchait simplement des moyens astucieux de promulguer des lois sur la censure d'Internet.


par Anthony Murdoch

26 février 2024

OTTAWA, Ontario (LifeSiteNews) - Le gouvernement libéral du Premier ministre Justin Trudeau présente cette semaine son projet de loi sur les "préjudices en ligne"La loi sur la liberté d'expression a été adoptée par le Parlement européen en décembre 2007, ce qui a suscité des craintes quant à la réactivation de certaines parties d'un projet de loi caduc datant de 2021 qui visait à cibler la liberté d'expression en interdisant certains contenus légaux sur l'internet.

Le nouveau projet de loi, présenté par le ministre libéral de la justice, Arif Virani, a été publié sur le site de la Chambre des communes. papier à lettre pour le 26 février 2024, et sera bientôt lue au Parlement.

La loi sur les préjudices en ligne modifiera les lois existantes, en modifiant le code pénal ainsi que la loi canadienne sur la protection de la vie privée. Loi sur les droits de l'homme, dans ce qui, selon les libéraux de Trudeau, ciblera certains cas de suppression de contenu sur l'internet, notamment ceux impliquant des abus sexuels sur des enfants et de la pornographie.

Le nouveau projet de loi prévoit également la création d'un poste de médiateur chargé de traiter les plaintes du public concernant les contenus en ligne, ainsi que la mise en place d'une fonction de régulation chargée de surveiller les comportements des plateformes internet.

Alors que le gouvernement Trudeau prétend que le projet de loi vise à protéger les enfants, le président du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, a déclaré que le gouvernement fédéral cherchait des moyens astucieux de promulguer des lois sur la censure de l'internet.

Lors d'une conférence de presse tenue le 21 février, M. Poilievre a déclaré que M. Trudeau cherchait à criminaliser les propos qu'il n'aimait pas.

Que veut dire Justin Trudeau lorsqu'il parle de "discours de haine" ? Il veut dire un discours qu'il déteste", a déclaré M. Poilievre.

Virani avait plusieurs fois l'année dernière, a laissé entendre qu'un nouveau Loi sur les préjudices en ligne sera présenté en 2024.

Il est important de noter que la nouvelle La loi sur les préjudices en ligne vise à modifier la loi canadienne sur les droits de l'homme. Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a décidé de rétablir une disposition relative à l'incitation à la haine, à savoir l'article 13 de la loi, que le gouvernement conservateur précédent, dirigé par Stephen Harper, avait supprimée en raison d'un manque de clarté. avait abrogé en 2013.

Nombreux sont ceux qui craignent que le nouveau projet de loi soit similaire à celui présenté en juin 2021 par le ministre de la justice de l'époque, David Lametti, et qui a échoué. Lametti avait introduitProjet de loi 36Loi modifiant le Code criminel et la Loi canadienne sur les droits de la personne et apportant des modifications connexes à une autre loi (propagande haineuse, crimes haineux et discours haineux)". qui était Cette loi controversée sur le "discours de haine" donnerait à la police le pouvoir de "faire quelque chose" pour lutter contre la "haine" en ligne.

On craignait que, si elle était adoptée, elle ne cible les blogueurs et les utilisateurs des médias sociaux pour avoir exprimé leur opinion.

Le projet de loi C-36 comprend un texte modifiant le code pénal et la loi sur les droits de l'homme du Canada afin de définir la "haine" comme "l'émotion qui implique la détestation ou la diffamation et qui est plus forte que l'aversion ou le dédain (...)".haine)."

S'il avait été adopté, le projet de loi aurait théoriquement permis à un tribunal de juger toute personne ayant fait l'objet d'une plainte pour "haine" en ligne, même si elle n'a pas commis de délit. En cas de condamnation, la personne aurait enfreint la nouvelle loi et aurait été passible d'une amende pouvant aller jusqu'à $70 000 euros, ainsi que d'une assignation à résidence.

Deux autres projets de loi Trudeau portant sur la liberté dans le domaine de l'internet ont été adoptés. Projet de loi C-11ou le Loi sur la diffusion en ligne, qui prévoit que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), l'autorité de régulation de la radiodiffusion au Canada, supervise la régulation du contenu en ligne sur des plateformes telles que YouTube et Netflix afin de s'assurer que ces plateformes promeuvent le contenu conformément à une série de ses lignes directrices.

L'autre loi de Trudeau sur la censure de l'internet, le Loi sur l'information en ligne, étaitpassépar le Sénat en juin de l'année dernière.

La loi sur l'information en ligne a imposé aux entreprises de la Big Tech de payer pour publier du contenu canadien sur leurs plateformes. En conséquence, Meta, la société mère de Facebook et d'Instagram, abloquétous les accès aux contenus d'information au Canada.

Les critiques des lois récentes de Trudeau,comme le magnat de la technologie Elon Musk, ont déclaré que cela montrait que "Trudeau essayait d'écraser la liberté d'expression au Canada".

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/le-gouvernement-trudeau-sapprete-a-presenter-un-autre-projet-de-loi-sur-la-regulation-de-linternet-cette-semaine/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Ven 1 Mar 2024 - 11:50

LA LOI TRUDEAU SUR LES PRÉJUDICES EN LIGNE PRÉVOIT L'EMPRISONNEMENT À VIE POUR LES CRIMES HAINEUX !"


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unnam919


La loi Trudeau sur les « préjudices en ligne » prévoit l’emprisonnement à vie pour les « crimes haineux ». Dans le cadre du nouveau projet de loi, les libéraux de Trudeau cherchent à alourdir considérablement les peines pour les délits de propagande haineuse existants.


26 février 2024

OTTAWA, Ontario (LifeSiteNews) - Les détails de la nouvelle législation sur les "préjudices en ligne" visant à réglementer l'internet sont apparus, révélant que le projet de loi pourrait conduire à davantage de personnes emprisonnées à vie pour "crimes de haine" ou condamnées à des amendes de $20 000 et à des peines d'emprisonnement pour des messages que le gouvernement définit comme des "discours de haine" fondés sur le sexe, la race, ou d'autres catégories.

Projet de loi C-63 est intitulée "Loi édictant la Loi sur les préjudices en ligne, modifiant le Code criminel, la Loi canadienne sur les droits de la personne et la Loi concernant la déclaration obligatoire de la pornographie juvénile sur Internet par les personnes qui fournissent un service Internet et apportant des modifications corrélatives et connexes à d'autres lois".

Elle a été présentée par le ministre de la justice, Arif Virani, à la Chambre des communes aujourd'hui et a été adoptée en première lecture dans l'après-midi.

Le nouveau projet de loi créera la loi sur les préjudices en ligne et modifiera les lois existantes, en modifiant le code pénal ainsi que la loi canadienne sur les droits de l'homme, dans le but, selon les libéraux du Premier ministre Justin Trudeau, de cibler certains cas de suppression de contenu sur Internet, notamment ceux impliquant des abus sexuels sur des enfants et de la pornographie.

Selon le gouvernement Trudeau, le projet de loi C-63 vise à protéger les enfants contre les préjudices en ligne et à réprimer la fausse pornographie profonde non consensuelle impliquant des enfants. Il ciblera sept types de préjudices en ligne, tels que les discours haineux, les contenus terroristes, l'incitation à la violence, le partage d'images intimes non consensuelles, l'exploitation des enfants, la cyberintimidation et l'incitation à l'automutilation.

Virani avait plusieurs fois a laissé entendre l'année dernière qu'un nouveau projet de loi sur les préjudices en ligne (Online Harms Act) verrait le jour.

Alors que le gouvernement Trudeau prétend que le projet de loi vise à protéger les enfants, le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Pierre Poilievre, a déclaré que le gouvernement fédéral cherchait des moyens astucieux de promulguer des lois sur la censure d'Internet.

Lors d'une conférence de presse tenue le 21 février, M. Poilievre a déclaré que M. Trudeau cherchait à criminaliser les discours qu'il n'aimait pas.

Que veut dire Justin Trudeau lorsqu'il parle de "discours de haine" ? Il veut dire un discours qu'il déteste", a déclaré M. Poilievre.

Jusqu'à présent, M. Poilievre n'a pas commenté le texte intégral du projet de loi C-63.

Dans le cadre du nouveau projet de loi, les libéraux de Trudeau cherchent à alourdir considérablement les peines pour les délits de propagande haineuse existants.

La loi sur les préjudices en ligne modifiera également la loi canadienne sur les droits de l'homme afin de rétablir une disposition relative à l'incitation à la haine, à savoir l'article 13 de la loi, que le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper avait abrogée en 2013 après avoir jugé qu'elle portait atteinte à la liberté d'expression.

Les texte du projet de loi L'article 13 de la loi canadienne sur les droits de l'homme, publié lundi après-midi, est modifié.

Cet article stipule : "Constitue un acte discriminatoire le fait de communiquer ou de faire communiquer un discours haineux par le biais d'Internet ou de tout autre moyen de télécommunication dans un contexte où ce discours est susceptible de susciter la détestation ou la diffamation d'une personne ou d'un groupe de personnes sur la base d'un motif de discrimination prohibé".

"Dans cette section, discours de haine désigne le contenu d'une communication qui exprime la détestation ou la diffamation d'une personne ou d'un groupe de personnes sur la base d'un motif de discrimination interdit", précise le projet de loi.

Il est entendu que le contenu d'une communication n'exprime pas la détestation ou la diffamation, pour l'application du paragraphe (8), du seul fait qu'il exprime le dédain ou l'aversion ou qu'il discrédite, humilie, blesse ou offense".

Plus tôt dans la journée de lundi, les détails du projet de loi ont été communiqués aux médias lors d'une réunion d'information technique.

"Une nouvelle infraction autonome de crime de haine qui s'appliquerait à toutes les infractions prévues dans le code pénal et dans toute autre loi du Parlement, prévoyant des peines pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement à vie pour dénoncer et dissuader ces comportements haineux en tant que crime en soi", peut-on lire dans la note d'information technique.

"Les peines maximales pour les quatre délits de propagande haineuse vont de 5 ans à la prison à vie pour l'apologie du génocide et de 2 ans à 5 ans pour les autres délits lorsqu'ils font l'objet d'un acte d'accusation.

Pour l'instant, la loi affectera toutes les plateformes de médias sociaux ainsi que les services de vidéo en direct, notamment Meta et Google (YouTube).

LE PROJET DE LOI CRÉE TROIS POSTES DE "SÉCURITÉ NUMÉRIQUE" CHARGÉS D'APPLIQUER LES RÈGLES ET DE PERMETTRE À QUICONQUE DE DÉPOSER UNE "PLAINTE".

Le projet de loi C-63 prévoit la création d'une commission de la sécurité numérique, d'un médiateur pour la sécurité numérique et d'un bureau de la sécurité numérique.

Le médiateur et les autres bureaux seront chargés de traiter les plaintes du public concernant le contenu en ligne et de mettre en place une fonction de régulation au sein d'un groupe de cinq personnes "nommées par le gouvernement". Ce groupe sera chargé de surveiller les comportements des plates-formes Internet afin de responsabiliser les internautes.

Le projet de loi C-63 comprend également un texte visant à modifier le Code criminel et la Loi sur les droits de la personne du Canada afin de définir la " haine " comme " le contenu qui exprime la détestation ou la diffamation d'un individu ou d'un groupe d'individus sur la base d'un motif de distinction illicite, au sens de la Loi canadienne sur les droits de la personne, et qui, compte tenu du contexte dans lequel il est communiqué, est susceptible de fomenter la détestation ou la diffamation d'un individu ou d'un groupe d'individus sur la base d'un tel motif de distinction illicite "‍ (en anglais seulement).contenu fomentant la haine)."

Plus inquiétant encore, le nouveau projet de loi permettra à quiconque de déposer une plainte contre une autre personne auprès de la Commission canadienne des droits de l'homme pour "diffusion en ligne de propos haineux" jugés "discriminatoires" à l'égard d'un large éventail de catégories dites protégées, notamment le sexe, la race, l'âge ou d'autres domaines.

Si une personne est reconnue coupable d'avoir enfreint la loi sur les droits de l'homme en s'opposant à ce que le gouvernement considère comme un discours de haine, elle encourt une amende de $20 000 et se voit obligée de supprimer toute publication en ligne, notamment sur les médias sociaux.

De nombreux aspects du projet de loi C-63 proviennent d'un projet de loi caduc datant de 2021.

En juin 2021, le ministre de la justice de l'époque, David Lametti, a introduit le programme Projet de loi 36Loi modifiant le Code pénal et la Loi canadienne sur les droits de la personne et apportant des modifications connexes à une autre loi (propagande haineuse, crimes haineux et discours haineux).

Elle a été dénoncée comme une loi controversée sur le "discours de haine" qui donnerait à la police le pouvoir de "faire quelque chose" contre la "haine" en ligne.

On craignait qu'elle ne cible les blogueurs et les utilisateurs des médias sociaux qui s'expriment.

Le projet de loi C-36 comprend un texte modifiant le code pénal et la loi sur les droits de l'homme du Canada afin de définir la "haine" comme "l'émotion qui implique la détestation ou la diffamation et qui est plus forte que l'aversion ou le dédain (...)".haine)."

S'il est adopté, le projet de loi permettra théoriquement à un tribunal de juger toute personne ayant fait l'objet d'une plainte pour "haine" en ligne, même si elle n'a pas commis de délit. Si elle est reconnue coupable, la personne enfreindrait la nouvelle loi et pourrait se voir infliger une amende de $70 000 euros ainsi qu'une assignation à résidence.

Deux autres projets de loi Trudeau portant sur la liberté dans le domaine de l'internet ont été adoptés. Projet de loi C-11La loi sur la diffusion en ligne (Online Streaming Act) charge le régulateur canadien de la radiodiffusion, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), de superviser la réglementation du contenu en ligne sur des plateformes telles que YouTube et Netflix, afin de s'assurer que ces plateformes promeuvent le contenu conformément à une série de lignes directrices.

L'autre loi de Trudeau sur la censure de l'internet, la loi sur l'information en ligne, a été adoptée par le Parlement européen. passé par le Sénat en juin 2023.

La loi impose aux entreprises de la Big Tech de payer pour publier du contenu canadien sur leurs plateformes. En conséquence, Meta, la société mère de Facebook et d'Instagram, bloqué tous les accès aux contenus d'information au Canada. Google a promis de faire de même plutôt que de payer les frais prévus par la nouvelle législation.

Critiques des lois récentes comme le magnat de la technologie Elon Musk, ont déclaré que cela montrait que "Trudeau essayait d'écraser la liberté d'expression au Canada".

"Les peines maximales pour les quatre délits de propagande haineuse vont de 5 ans à la prison à vie pour l'apologie du génocide et de 2 ans à 5 ans pour les autres délits lorsqu'ils font l'objet d'un acte d'accusation.

Pour l'instant, la loi affectera toutes les plateformes de médias sociaux ainsi que les services de vidéo en direct, notamment Meta et Google (YouTube).

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/la-legislation-trudeausur-les-prejudices-en-ligne-prevoit-une-peine-demprisonnement-a-vie-pour-les-discours-dincitation-a-la-haine/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Ven 1 Mar 2024 - 14:46

L'ASSOCIATION CANADIENNE DES LIBERTÉS CIVILES A AVERTI DES DANGERS DU NOUVEAU PROJET DE LOI SUR LES PRÉJUDICES EN LIGNE !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unna1443


L'Association canadienne des libertés civiles a averti que le nouveau projet de loi du gouvernement Trudeau sur les "préjudices en ligne" pourrait permettre à des bureaucrates non élus de devenir "juges, jurés et bourreaux" en ce qui concerne le comportement sur l'internet.


par Anthony Murdoch

29 février 2024

TORONTO (LifeSiteNews) -- Un groupe constitutionnel canadien de premier plan a demandé au gouvernement fédéral du Premier ministre Justin Trudeau d'apporter des modifications substantielles à sa nouvelle "loi sur les préjudices en ligne", qui vise à réglementer davantage l'internet, affirmant que le projet de loi soulève "plusieurs préoccupations sérieuses" de "violations trop larges" qui permettent à un organisme nommé par le gouvernement de servir de "juge, de jury et de bourreau".

"Il s'agit d'un projet de loi de grande envergure que nous devons examiner plus en détail. Notre lecture préliminaire soulève plusieurs préoccupations sérieuses". notée C'est ce qu'a déclaré Noa Mendelsohn Aviv, directrice exécutive et avocate générale de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC), dans un communiqué de presse publié mercredi.

"Bien que l'ACLC soutienne les objectifs déclarés de maintien de la sécurité publique, de protection des enfants et de soutien aux communautés marginalisées, notre première évaluation révèle que le projet de loi comprend des violations excessives de la liberté d'expression, de la vie privée, des droits de protestation et de la liberté.

Mendelsohn Aviv a déclaré directement que les problèmes liés à la loi sur les préjudices en ligne "doivent être rectifiés avant que le projet de loi ne soit adopté".

Le nouveau projet de loi du gouvernement a été introduite Le projet de loi a été présenté lundi à la Chambre des communes par le ministre de la justice, Arif Virani, et a été adopté en première lecture.

Le projet de loi C-63 créera la loi sur les préjudices en ligne et modifiera les lois existantes, en modifiant le code pénal ainsi que la loi canadienne sur les droits de l'homme, dans le but, selon les libéraux de Trudeau, de cibler certains cas de suppression de contenu sur l'internet, notamment ceux impliquant des abus sexuels sur des enfants et de la pornographie.

Les détails de la nouvelle législation sur les "préjudices en ligne" montrent que le projet de loi pourrait conduire à un plus grand nombre de personnes emprisonnées à vie pour "crimes haineux" ou condamnées à une amende de $50 000 et à une peine d'emprisonnement pour des messages que le gouvernement définit comme des "discours haineux" fondés sur le sexe, la race ou d'autres catégories.

Le projet de loi prévoit la création d'une commission de la sécurité numérique, d'un médiateur pour la sécurité numérique et d'un bureau de la sécurité numérique.

L'ACLC a noté en particulier qu'un "aspect troublant" du projet de loi C-63 de M. Trudeau est "le vaste pouvoir conféré à un organisme nouvellement créé", la Commission de la sécurité numérique, qui comprend des personnes nommées par le gouvernement, "pour interpréter la loi, élaborer de nouvelles règles, les appliquer, et ensuite servir de juge, de jury et de bourreau".

"L'octroi de pouvoirs aussi étendus à un seul organisme sape le principe fondamental de la responsabilité démocratique", note l'ACLC.

Selon le gouvernement Trudeau, le projet de loi C-63 vise à protéger les enfants contre les préjudices en ligne et à réprimer la fausse pornographie profonde non consensuelle impliquant des enfants. Il ciblera sept types de préjudices en ligne, tels que les discours haineux, les contenus terroristes, l'incitation à la violence, le partage d'images intimes non consensuelles, l'exploitation des enfants, la cyberintimidation et l'incitation à l'automutilation.

Virani avait plusieurs fois laissé entendre l'année dernière qu'un nouveau projet de loi sur les préjudices en ligne (Online Harms Act) verrait le jour.

GROUPE CONSTITUTIONNEL : LE PROJET DE LOI CRÉE DE "NOUVEAUX POUVOIRS DE RECHERCHE CONSIDÉRABLES" DANS LES DONNÉES ÉLECTRONIQUES

La mise en garde de l'ACLC concernant le projet de loi C-63 fait suite à l'intervention de Marty Moore, directeur des litiges pour Charter Advocates Canada, qui est entièrement financé par le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF), a déclaré à LifeSiteNews sur les graves problèmes que pose le nouveau projet de loi.

M. Moore a souligné que la nouvelle "loi sur les préjudices en ligne" du gouvernement fédéral, qui vise à réglementer davantage l'internet, permettra à une nouvelle "commission de la sécurité numérique" de mener des "audiences secrètes" contre les personnes ayant enfreint la nouvelle loi, ce qui soulève de "graves inquiétudes pour la liberté d'expression" des Canadiens sur l'internet.

Mendelsohn Aviv, de l'ACLC, a averti que le projet de loi C-63 comprend "de nouveaux pouvoirs étendus de recherche de données électroniques sans exigence de mandat, ce qui constitue une menace importante pour le droit à la vie privée".

Il a noté que le projet de loi tel qu'il est rédigé prévoit des "intrusions inacceptables dans la vie numérique des individus".

"Le projet de loi C-63 risque de censurer toute une série d'expressions, depuis les reportages journalistiques jusqu'aux conversations saines entre jeunes de moins de 18 ans sur leur propre sexualité et leurs relations", a-t-il déclaré.

"Les larges interdictions pénales d'expression contenues dans le projet de loi risquent d'étouffer le discours public et de criminaliser l'activisme politique.

L'ACLC a averti que, tel qu'il est rédigé, le projet de loi C-63 impose des "peines draconiennes", y compris l'emprisonnement à vie pour un délit très large et "vaguement défini" d'"incitation au génocide". Il impose également une peine d'emprisonnement de cinq ans pour d'autres "actes d'expression définis de manière large".

"Non seulement la liberté d'expression est entravée, mais les principes de proportionnalité et d'équité de notre système juridique sont également mis à mal", a déclaré Mendelsohn Aviv.

La loi sur les préjudices en ligne modifiera également la loi canadienne sur les droits de l'homme afin de rétablir une disposition relative à l'incitation à la haine, à savoir l'article 13 de la loi, que le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper avait abrogée en 2013 après avoir jugé qu'elle portait atteinte à la liberté d'expression.

Quant à Moore, il a prévenu LifeSiteNews que le retour de l'article 13 permettra des "plaintes confidentielles".

Comme les amendes s'élèvent à 1,4 million de dollars et que les victimes doivent recevoir 1,4 million de dollars, le nouvel article 13, a fait remarquer M. Moore, "jettera sans aucun doute un froid sur l'expression des Canadiens, en limitant le discours démocratique, la recherche de la vérité et l'expression humaine normale, y compris les tentatives d'humour".

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/un-groupe-constitutionnel-de-premier-plan-demande-au-gouvernement-trudeau-de-modifier-le-projet-de-loi-sur-les-dommages-en-ligne/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Sam 2 Mar 2024 - 15:03

LE PROJET DE LOI SUR LES PRÉJUDICES EN LIGNE POURRAIT CONDUIRE LES CANADIENS À ÊTRE ASSIGNÉS À RÉSIDENCE SUR LA BASE DE PLAINTES DÉPOSÉES PAR DES CITOYENS !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unna1447


Le projet de loi sur les préjudices en ligne pourrait conduire les Canadiens à être assignés à résidence sur la base de plaintes déposées par des citoyens. L'avocat constitutionnel Marty Moore a averti LifeSiteNews qu'en vertu du projet de loi sur les préjudices en ligne, les tribunaux pourraient imposer des restrictions aux Canadiens sous la menace d'une peine de prison s'il y a "crainte" que l'accusé ne commette un "crime de haine" à l'avenir.


par Anthony Murdoch

1er mars 2024

(LifeSiteNews) -- Un avocat constitutionnel de haut niveau a déclaré à LifeSiteNews que la partie la plus "choquante" de la "Loi sur les préjudices en ligne" proposée par le gouvernement Trudeau est qu'elle pourrait permettre aux tribunaux provinciaux d'imposer une assignation à résidence aux Canadiens en raison d'une "crainte" qu'ils puissent commettre un "crime haineux" à l'avenir.

"La partie la plus choquante de ce projet de loi est sans doute l'ajout de l'article 810.012 à la loi sur l'immigration et la protection des réfugiés (LIPR).Code pénalMarty Moore, directeur des litiges pour Charter Advocates Canada, qui est entièrement financé par le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF), a déclaré à LifeSiteNews.

"En vertu de cette nouvelle disposition, une personne peut déclarer à un tribunal provincial qu'elle 'craint' que quelqu'un fasse l'apologie du génocide ou de l'antisémitisme, et ce tribunal provincial est habilité à emprisonner une personne pendant un an (deux ans si elle a déjà été condamnée pour un tel délit) si elle refuse d'accepter les conditions imposées par le tribunal".

Moore a noté que les "conditions imposées par le tribunal" pouvaient être le port obligatoire d'un bracelet électronique, un couvre-feu ou l'interdiction de communiquer avec certaines personnes.

Des tactiques punitives similaires pourraient également être appliquées aux Canadiens pour d'autres délits dits "de haine" sans rapport avec l'antisémitisme ou le génocide, ce que le ministre de la justice Arif Virani, qui a été élu à la présidence de l'Union européenne, a déclaré lors d'une conférence de presse à la fin de l'année. a présenté le projet de loi C-63 au Parlement lundi continue à défendre.

"S'il existe une véritable crainte d'escalade, un individu ou un groupe pourrait se manifester et demander un engagement de ne pas troubler l'ordre public à l'encontre de ces personnes afin de les empêcher de faire certaines choses", a déclaré M. Virani. dit mercredi, en faisant valoir que de telles tactiques "contribueraient à déradicaliser les personnes qui apprennent des choses en ligne et agissent dans le monde réel de manière violente, parfois mortelle".

S'il est adopté, le projet de loi C-63 créera la "loi sur les préjudices en ligne" et modifiera les lois existantes, notamment le code pénal et la loi canadienne sur les droits de l'homme, dans le but, selon les libéraux du Premier ministre Justin Trudeau, de cibler certains contenus Internet déjà illégaux, tels que les abus sexuels commis sur des enfants et la pornographie.

Toutefois, la proposition de loi vise également à cibler les "discours de haine" au sens large, ce qui fait craindre à de nombreux Canadiens qu'il s'agisse d'un cheval de Troie utilisé pour instaurer une censure politique.

Plus inquiétant encore, le nouveau projet de loi permettra à quiconque de déposer une plainte contre une autre personne auprès de la Commission canadienne des droits de l'homme pour "diffusion en ligne de propos haineux" jugés "discriminatoires" à l'égard d'un large éventail de catégories dites protégées. Le projet de loi comprend même une disposition qui permet à la Commission de ne pas révéler l'identité de l'accusateur à l'accusé, ouvrant ainsi la voie aux Canadiens qui devront se défendre contre des plaintes anonymes.

Moore, en tant que rapporté par Le 27 février, LifeSiteNews a déclaré que la "Loi sur les préjudices en ligne" permettra à une nouvelle "Commission de sécurité numérique" de mener des "audiences secrètes de la Commission" contre ceux qui ont violé la nouvelle loi, qui soulève de "sérieuses inquiétudes pour la liberté d'expression" des Canadiens en ligne.

Selon le texte du projet de loi, les Canadiens pourraient bientôt être condamnés à la prison à vie pour certains "crimes de haine", en plus d'autres peines d'emprisonnement de plusieurs années et d'amendes élevées pour des messages en ligne que le gouvernement considère comme des "discours de haine" fondés sur le sexe, la race et d'autres catégories.

LE PROJET DE LOI DONNE UNE DÉFINITION TROP "LARGE" DU TERME "CONTENU HAINEUX".

Dans des commentaires supplémentaires à LifeSiteNews sur le projet de loi C-63, Moore a averti que le projet de loi donne une définition large du terme "contenu préjudiciable".

La définition de "les contenus incitant à la violenceIl est possible que quelqu'un encourage des dommages matériels mineurs dans un contexte où cela "pourrait amener" une personne à faire quelque chose qui "pourrait" interférer avec un "service, une installation ou un système essentiel"", a déclaré M. Moore à LifeSiteNews.

De même, la définition de "les contenus incitant à l'extrémisme violent ou au terrorismeIl a ajouté que "l'expression qui encourage des dommages matériels mineurs dans le cadre d'une protestation politique visant à faire pression sur le gouvernement sur une question particulière pourrait être prise en compte si l'expression "pourrait amener" une personne à faire quelque chose qui "pourrait entraîner" un "risque grave pour la santé ou la sécurité du public"".

Moore a fait remarquer que, compte tenu de l'expérience récente des Canadiens en ce qui concerne les mandats et les fermetures de COVID, qui "ont littéralement interdit les manifestations sur la base qu'elles pourraient causer un risque pour la santé ou la sécurité du public", il n'est pas difficile de voir comment "ces dispositions" du projet de loi C-63 pourraient être utilisées pour "censurer l'expression prônant la désobéissance civile et, à l'exception des dommages mineurs à la propriété, la protestation pacifique".

Pour faire appliquer la loi proposée, le projet de loi prévoit la création d'une commission de la sécurité numérique, d'un médiateur pour la sécurité numérique et d'un bureau de la sécurité numérique.

Le médiateur et les autres bureaux seront chargés de traiter les plaintes du public concernant le contenu en ligne. Une fonction de régulation sera également confiée à un groupe de cinq personnes "nommées par le gouvernement", dont la tâche consistera à surveiller les comportements des plates-formes Internet afin de responsabiliser les internautes.

Moore a déclaré à LifeSiteNews que les Canadiens ont déjà vu le gouvernement "abuser grossièrement des droits et des libertés des Canadiens au nom de la prévention des dommages et de la sécurité (mandats du COVID)". Il a noté que ce projet de loi pourrait donner à une commission de fonctionnaires non élus une "portée" "inquiétante" dans "la vie des Canadiens".

Outre M. Moore, le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, a également indiqué que la loi proposée pouvait être dangereuse, déclarant en début de semaine que le gouvernement fédéral cherchait simplement des moyens astucieux de promulguer des lois sur la censure de l'internet.

Mardi, à la Chambre des communes, M. Poilievre s'est opposé à la loi sur les préjudices en ligne, affirmant que si l'objectif du gouvernement Trudeau est de protéger les enfants, il devrait appliquer les lois pénales plutôt que de censurer les opinions en ligne.

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/le-projet-de-loi-sur-les-prejudices-en-ligne-pourrait-permettre-aux-canadiens-detre-assignes-a-residence-sur-la-base-de-plaintes-de-citoyens-avocat-constitutionnel/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Dim 3 Mar 2024 - 13:20

SELON TRUDEAU, PRIER EN PUBLIC ET LIRE LA BIBLE À HAUTE VOIX SONT DES "DISCOURS HAINEUX" QUI DOIVENT ÊTRE SÉVÈREMENT PUNIS !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unnam923


03/03/2024

Le gouvernement Trudeau a présenté un projet de loi qui pourrait conduire les chrétiens en prison pour avoir cité la Bible ou exprimé une opinion traditionnelle fondée sur la foi si le gouvernement canadien considère qu'il s'agit d'une "promotion de la haine ou de l'antisémitisme".

Le projet de loi C-367, censé modifier le code pénal, redéfinira les limites de la liberté d'expression, en criminalisant les lectures publiques de la Bible, les prières et d'autres expressions des enseignements chrétiens.

Cette décision du gouvernement libéral de M. Trudeau a été interprétée par beaucoup comme une tentative de criminaliser le christianisme et les valeurs traditionnelles sous prétexte de lutter contre des discours de haine "non définis".

Traduction du tweet ci dessous :

La persécution des chrétiens est sur le point d'être introduite au Canada : S'il est adopté, le projet de loi C-367 pourrait conduire les chrétiens en prison pour avoir cité la Bible ou exprimé une opinion fondée sur la foi si le gouvernement canadien estime qu'il s'agit d'une "promotion de la haine ou de l'antisémitisme". C'est une véritable honte.

🇨🇦 Christian persecution is about to be introduced in Canada:

If passed, Bill C-367 could land Christians in jail for quoting the Bible or expressing a faith based opinion if the Canadian government deems it “promotion of hatred or antisemitism”.

This is an absolute disgrace. pic.twitter.com/Bq8zT8N3J9

— Eva Vlaardingerbroek (@EvaVlaar) February 22, 2024

Ses détracteurs estiment que le projet de loi soutenu par M. Trudeau entraînera des sanctions sévères pour ceux qui pratiquent publiquement les croyances chrétiennes traditionnelles, notamment en ce qui concerne des questions controversées telles que le transgendérisme.

Selon Rebel News, le projet de loi C-63 a déjà suscité des inquiétudes similaires par le passé, soulignant une tendance à la restriction croissante de la liberté d'expression au Canada.

Voici quelques exemples flagrants de préjugés anti-chrétiens dans l'histoire récente du Canada :

- En 2013, la Cour suprême du Canada a qualifié de crime de haine la critique de l'homosexualité fondée sur la Bible (en relation avec un tract par ailleurs réellement homophobe).

- En 2017, une loi a été adoptée en Ontario autorisant la séparation des enfants de leur famille si les parents refusent "d'accepter et d'encourager" les droits de leur enfant liés à l'identité LGBTQ qu'ils ont choisie.

- En 2021, un père divorcé, Robert Hoogland, a été emprisonné après avoir appelé sa fille mineure biologiquement féminine "fille" en dépit d'une décision de justice.

- En 2022, le Canada a interdit les thérapies dites de conversion pour toute personne donnant des conseils en promouvant un modèle familial basé sur les enseignements chrétiens, ou "qui renforce l'idée que les êtres humains sont créés entièrement mâles ou femelles dès la naissance".

Le risque de lourdes amendes ou d'emprisonnement pour avoir exprimé des opinions chrétiennes traditionnelles constitue une menace directe pour la liberté de religion au Canada. Les mesures prises par le gouvernement Trudeau ont tiré la sonnette d'alarme quant aux implications sociétales et juridiques plus larges de tels changements législatifs, créant potentiellement un précédent pour d'autres juridictions.

SOURCE :

https://thepeoplesvoice.tv/trudeau-praying-in-public-reading-aloud-from-bible-is-hate-speech-to-be-severely-punished/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Mar 5 Mar 2024 - 12:16

UN CHRÉTIEN EST CONTRAINT DE SUBIR UN DEUXIÈME PROCÈS POUR INCITATION À LA HAINE !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unna1449


Un chrétien canadien est contraint de subir un second procès pour « crime de haine » après avoir déjà été acquitté… La Cour suprême du Canada a décidé que le chrétien albertain Bill Whatcott devait être rejugé pour « promotion délibérée de la haine » pour avoir distribué des tracts mettant en garde contre les actes homosexuels lors de la « parade des fiertés » de juin 2016 à Toronto.


par Clare Marie Merkowsky

4 Mars 2024

OTTAWA, Ontario (LifeSiteNews) - Un chrétien albertain est contraint de subir un deuxième procès pour "crime de haine" après avoir été acquitté. en 2021.

Le 15 février, la Cour suprême du Canada statué que l'activiste chrétien Bill Whatcott doit être rejugé pour "promotion délibérée de la haine" pour avoir distribué des tracts mettant en garde contre les actes homosexuels lors de la "parade des fiertés" gay de juin 2016 à Toronto.

"La Cour suprême du Canada a rendu sa décision ce matin et a confirmé la décision de la Cour d'appel de l'Ontario d'annuler mon acquittement pour 'promotion délibérée de la haine' et d'ordonner un nouveau procès", a déclaré M. Whatcott. a écrit sur son blog.

La bataille juridique de M. Whatcott a commencé en 2016 après que lui et une demi-douzaine d'autres activistes chrétiens ont participé à la "Pride Parade" gay de Toronto en se faisant passer pour des membres de la "Gay Zombies Cannabis Consumers Association" (Association des consommateurs de cannabis des zombies gays).

Whatcott a expliqué que lui et ses amis s'étaient inscrits à la parade en tant que "consommateurs de cannabis zombies gays" parce que la parade n'acceptait pas les chrétiens ouverts et qu'ils pensaient que s'ils essayaient de se fondre dans la masse, ils obtiendraient de meilleurs résultats.

Au cours du défilé, ils ont distribué environ 3 000 petits paquets ressemblant à des préservatifs et contenant des passages de l'Évangile et des photos explicites de personnes atteintes de maladies sexuellement transmissibles, avertir les gens des dangers physiques et spirituels liés aux pratiques homosexuelles et partager la bonne nouvelle que Jésus-Christ est mort pour toute l'humanité, y compris pour ceux qui ont adopté le mode de vie homosexuel.

À la suite du défilé, des militants homosexuels ont annoncé une action collective de $104 millions de dollars, apparemment dans le but de ruiner financièrement Whatcott et de décourager tout activisme futur.

Après deux ans de procédure, les militants homosexuels ont abandonné les poursuites.

Cependant, en 2018, le gouvernement de l'Ontario, alors libéral, a accusé Whatcott d'incitation publique à la haine, en violation de l'article 319 du Code criminel du Canada, alléguant que son tract équivalait à un "discours de haine" criminel.

Whatcott s'est volontairement rendu à la police de Calgary après qu'un mandat d'arrêt ait été lancé contre lui dans tout le Canada. Il a été libéré sous caution, l'une des conditions de sa libération étant que son tract fasse l'objet d'une interdiction de publication au Canada.

L'affaire Whatcott a été traitée par le système de justice pénale pendant trois ans avant d'être finalement entendue par la Cour supérieure de l'Ontario en octobre 2021.

Le 10 décembre 2021, le juge de première instance a rendu son jugement, déclarant Whatcott "non coupable" et prononçant un verdict d'acquittement.

Cependant, le procureur général de l'Ontario a refusé d'accepter le verdict et a fait appel de la décision devant la Cour d'appel de l'Ontario le 21 juin 2023.

Le gouvernement a soutenu que la décision de 2021 n'avait pas correctement pris en compte l'analyse "experte" de l'activiste homosexuel Nick Mules sur le tract de Whatcott, alléguant qu'il promulguait des "tropes homophobes" et des "microagressions". En fin de compte, la Cour d'appel de l'Ontario a décidé que M. Whatcott devait effectivement faire l'objet d'un second procès.

"Il semble que la Cour suprême ne soit pas d'accord avec mon avocat et le juge Goldstein et qu'elle se contente de me faire subir un nouveau procès avec la participation de Nick Mule", a déploré M. Whatcott.

"Le premier procès est donc annulé et nous revenons à juin 2018, lorsque le mandat d'arrêt pancanadien a été délivré, et je serai à nouveau jugé probablement dans le courant de l'année", a-t-il ajouté.

LifeSiteNews avait lancé une campagne LifeFunder pour aider Whatcott dans ses batailles juridiques, un fonds qui est toujours actif. Pour faire un don afin de soutenir financièrement Whatcott, cliquez sur ici.

L'obligation pour Whatcott de subir un procès pour un crime dont il a déjà été acquitté est intervenue quelques semaines seulement avant que le gouvernement libéral fédéral du Premier ministre Justin Trudeau ne présente le projet de loi C-63, visant à créer la "loi sur les préjudices en ligne".

Projet de loi C-63 créera la loi sur les préjudices en ligne et modifiera les lois existantes, en modifiant le code pénal ainsi que la loi canadienne sur les droits de l'homme, dans le but, selon les libéraux, de cibler certains cas de suppression de contenu sur l'internet, notamment ceux impliquant des abus sexuels sur des enfants et de la pornographie.

Outre ces objectifs louables, le projet de loi vise également à alourdir considérablement les peines pour les délits de propagande haineuse existants, ainsi qu'à élargir le champ d'action du gouvernement pour réprimer la liberté d'expression.

Un avocat constitutionnel de haut niveauavertiLifeSiteNews a déclaré que la législation permettra à une commission de sécurité numérique qui n'a pas encore été créée de mener des "audiences secrètes" contre ceux qui ont violé la nouvelle loi, ce qui soulève de "sérieuses inquiétudes pour la liberté d'expression" des Canadiens en ligne.

Le médiateur de la commission proposée, ainsi que les autres bureaux, seront chargés de traiter les plaintes du public concernant le contenu en ligne et de mettre en avant une fonction de régulation dans un groupe de cinq personnes "nommées par le gouvernement". Ce groupe sera chargé de surveiller les comportements des plates-formes Internet afin de responsabiliser les internautes.

Plus inquiétant encore, le nouveau projet de loi permettra à quiconque de déposer une plainte contre une autre personne auprès de la Commission canadienne des droits de l'homme pour "diffusion en ligne de propos haineux" jugés "discriminatoires" à l'égard d'un large éventail de catégories dites protégées, notamment le sexe, la race, la sexualité ou d'autres domaines.

Les infractions à la loi proposée sont passibles d'une amende de $20 000 et d'une peine d'emprisonnement.

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/un-chretien-canadien-est-contraint-de-subir-un-second-proces-pour-crime-de-haine-apres-avoir-ete-acquitte/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Empty Re: Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" !

Message  Admin Mer 6 Mar 2024 - 11:07

CAMPAIGN LIFE COALITION AVERTIT QUE LA LOI TRUDEAU SUR LES PRÉJUDICES EN LIGNE ÉCRASERAIT LA LIBERTÉ D'EXPRESSION !


Vidéo-Analyse : "Trudeau, le Dictateur Blanc" ! - Page 9 Unna1450


Campaign Life Coalition avertit que la loi Trudeau sur les préjudices en ligne écraserait la liberté d’expression et le militantisme pro-vie… Si ce projet de loi est adopté, tous les Canadiens épris de liberté seront encore plus opprimés dans l’expression de leurs opinions chrétiennes et religieuses sur la place publique. Si ce projet de loi est adopté, la CVX et tous les Canadiens épris de liberté seront encore plus opprimés dans l'expression de leurs opinions chrétiennes et religieuses sur la place publique", a déclaré Jeff Gunnarson, président de la Campaign Life Coalition, à LifeSiteNews.  


par Clare Marie Merkowsky

5 mars 2024

OTTAWA (LifeSiteNews) - Campaign Life Coalition (CLC) a averti que le projet de loi du Premier ministre Justin Trudeau sur les préjudices en ligne vise les défenseurs de la vie et la liberté d'expression des Canadiens.

Lors d'une interview exclusive avec LifeSiteNews, le président du CLC, Jeff Gunnarson, a révélé qu'alors que Trudeau prétend que le projet de loi C-63, la "Loi sur les préjudices en ligne", vise à protéger les enfants de la pornographie, il s'agit en fait d'une attaque à peine voilée contre la liberté d'expression.

"Les Canadiens devraient s'inquiéter de ce projet de loi d'une portée démesurée", a averti M. Gunnarson. "En utilisant des tactiques typiquement libérales, ils essaient de séduire le public avec des objectifs bien intentionnés (protéger les enfants contre les abus sexuels en ligne) et en y ajoutant plus de pouvoir pour le gouvernement afin de contrôler notre liberté d'expression".

M. Trudeau, qui encourage l'"éducation sexuelle" graphique et l'endoctrinement des enfants par les LGBT, "tente de donner un signal de vertu aux Canadiens en leur disant qu'il se préoccupe du préjudice causé par la sexualisation des enfants par le biais de la pornographie en ligne", a déclaré M. Gunnarson.

"Il espère que les électeurs lui pardonneront et oublieront son amour pour l'avortement, l'oppression des libertés et diverses idéologies marxistes en ce qui concerne la morale humaine traditionnelle et la loi naturelle", a-t-il expliqué.

Introduit à la Chambre des Communes la semaine dernière, Projet de loi C-63 créerait la loi sur les préjudices en ligne et modifierait les lois existantes, en modifiant le code pénal ainsi que la loi canadienne sur les droits de l'homme, dans le but, selon les libéraux, de cibler certains cas de suppression de contenu sur Internet, notamment ceux impliquant des abus sexuels sur des enfants et de la pornographie, mais aussi ce que l'on appelle le "discours de haine" et la cyberintimidation, entre autres choses.

Dans le cadre du nouveau projet de loi, les libéraux de Trudeau cherchent à alourdir considérablement les peines pour les délits de propagande "haineuse" existants.

Un avocat constitutionnel de haut niveau averti LifeSiteNews a déclaré que la législation permettra à une commission de sécurité numérique qui n'a pas encore été créée de mener des "audiences secrètes" contre ceux qui ont violé la nouvelle loi, ce qui soulève de "sérieuses inquiétudes pour la liberté d'expression" des Canadiens en ligne.

Le médiateur de la commission proposée, ainsi que les autres bureaux, seront chargés de traiter les plaintes du public concernant le contenu en ligne et de mettre en avant une fonction de régulation dans un groupe de cinq personnes "nommées par le gouvernement". Ce groupe sera chargé de surveiller les comportements des plates-formes Internet afin de responsabiliser les internautes.

Plus inquiétant encore, le nouveau projet de loi permettra à quiconque de déposer une plainte contre une autre personne auprès de la Commission canadienne des droits de l'homme pour "diffusion en ligne de propos haineux" jugés "discriminatoires" à l'égard d'un large éventail de catégories dites protégées, notamment le sexe, la race, la sexualité ou d'autres domaines.

Les infractions à la loi proposée sont passibles d'une amende de $20,000 et d'une peine d'emprisonnement.

Selon M. Gunnarson, cette législation apparemment radicale pourrait être le signe que le règne tyrannique de M. Trudeau au Canada touche à sa fin.

"Ce projet de loi est peut-être une mesure désespérée d'un homme politique qui sait que son temps est compté", a-t-il déclaré. "Il pense à tort qu'un projet de loi sur la protection de l'enfance sera son héritage. Il aurait tort de penser que les Canadiens oublieront son style de leadership tyrannique, son oppression des libertés et ses nombreux scandales".

Toutefois, alors que M. Trudeau tente de convaincre les Canadiens qu'il se soucie de leurs enfants, M. Gunnarson a prévenu que la nouvelle législation restreindrait considérablement les droits des Canadiens favorables à la vie et à la liberté.

"Si ce projet de loi est adopté, la CVX et tous les Canadiens épris de liberté seront encore plus opprimés dans l'expression de leurs opinions chrétiennes et religieuses sur la place publique", a-t-il déclaré.

Notre opposition et notre communication contre l'avortement et l'idéologie du genre, ainsi que notre lutte pour les valeurs traditionnelles de la vie et de la famille, conduiraient la "police anti-haine" à nous menacer de sanctions pénales, ainsi que tous les pro-vie, les partisans de la famille traditionnelle et les citoyens qui croient en la Bible et qui osent parler ouvertement de nos convictions", a expliqué M. Gunnarson.

Tout en reconnaissant la nécessité d'une législation protégeant les enfants de la pornographie en ligne, M. Gunnarson a fait remarquer que le projet de loi proposé imposerait des restrictions massives à la liberté d'expression, ce que la gauche désapprouve.

"S'il est adopté, nous attendons d'un gouvernement nouvellement formé qu'il abroge immédiatement cette loi et la remplace par un projet de loi de bon sens visant à protéger les enfants de la pornographie et de tous les contenus sexuels en ligne qui y sont liés", a-t-il déclaré.

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/campagne-vie-trudeau-en-ligne-mefaits/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66778
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum