La coalition internationale des Évêques offre une "Lettre Fraternelle" aux Évêques allemands !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

La coalition internationale des Évêques offre une "Lettre Fraternelle" aux Évêques allemands !

Aller en bas

La coalition internationale des Évêques offre une "Lettre Fraternelle" aux Évêques allemands ! Empty La coalition internationale des Évêques offre une "Lettre Fraternelle" aux Évêques allemands !

Message  Admin Jeu 14 Avr 2022 - 13:29

LA COALITION INTERNATIONALE DES ÉVÊQUES OFFRE UNE "LETTRE FRATERNELLE DE PRÉOCCUPATION" À L'ÉPISCOPAT ALLEMAND AU SUJET DU "CHEMIN SYNODAL" !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Plus de 70 évêques de quatre continents avertissent que les efforts de réforme hétérodoxes de l'Allemagne risquent de fracturer l'unité de l'Église et d'avoir un impact négatif sur l'Église dans le monde.

12 avril 2022

Soixante-quatorze évêques catholiques de quatre continents ont signé une "lettre ouverte fraternelle" à leurs homologues épiscopaux d'Allemagne, exprimant leur inquiétude face au controversé "chemin synodal" de l'Église allemande.

Tout en notant la nécessité d'une réforme de la vie de l'Église, la lettre affirme que "l'histoire chrétienne est parsemée d'efforts bien intentionnés qui ont perdu leur fondement dans la Parole de Dieu, dans une rencontre fidèle avec Jésus-Christ, dans une véritable écoute de l'Esprit Saint et dans la soumission de nos volontés à la volonté du Père". La lettre affirme que le controversé "chemin synodal" de l'Allemagne - un effort de réforme, soutenu par la majorité des évêques allemands, qui demande des changements fondamentaux dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, la bénédiction des unions sexuelles entre personnes de même sexe et l'ordination sacerdotale des femmes - "risque de conduire précisément à une telle impasse".

La lettre, rendue publique ce matin à 8h ET, fait suite à d'autres expressions récentes de préoccupation fraternelle concernant la "Voie synodale" allemande, également connue sous le nom de "Chemin Synodal". Le 22 février, l'archevêque Stanisław Gądecki, président de la Conférence épiscopale polonaise, a écrit une lettre aux évêques allemands pour leur faire part de sa "profonde préoccupation et de son anxiété" à l'égard de ce processus, tandis que les évêques nordiques ont mis en garde contre une "capitulation devant l'esprit du temps" dans une lettre datée du 9 mars.

La lettre d'aujourd'hui, cependant, se distingue par la portée internationale - et dans certains cas, la proéminence - de ses signataires. Des évêques d'Afrique, d'Australie, d'Europe et d'Amérique du Nord, soit 10 pays au total, ont ajouté leur nom à la lettre. La liste comprend quatre cardinaux - le cardinal nigérian Francis Arinze, le cardinal américain Raymond Burke, le cardinal sud-africain Wilfred Napier et le cardinal australien George Pell - 15 archevêques et 55 évêques.

Un scandale mondialisé

Le caractère international des signataires de la lettre reflète le problème international que ces évêques estiment que la "voie synodale" allemande présente. La première ligne indique que "dans une ère de communications mondiales rapides, les événements dans une nation ont inévitablement un impact sur la vie ecclésiale ailleurs".

"Ainsi, le processus de la "Voie synodale", tel qu'il est actuellement poursuivi par les catholiques en Allemagne, a des implications pour l'Église dans le monde entier", indique le texte de la lettre, y compris "les Églises locales dont nous sommes les pasteurs et les nombreux catholiques fidèles dont nous sommes responsables".

Le cardinal Napier a déclaré au Register qu'il avait signé la lettre parce qu'il craignait que l'Église en Allemagne ne prenne une direction différente de celle du reste de l'Église, "en particulier lorsqu'il s'agit de questions qui auront des répercussions sur l'Église dans toutes les parties du monde".

Le cardinal sud-africain s'est dit particulièrement préoccupé par la déviation de la voie synodale par rapport à l'enseignement établi en matière de sexualité et a déclaré que ce qui se passe en Allemagne a "absolument" un impact sur la vie dans son pays. En fait, il a déclaré que lors des réunions du Symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar, "on s'inquiète toujours de la façon dont ce qui se passe dans l'Église en Occident a un impact sur l'Église en Afrique, et en particulier lorsque cet impact est de nature négative".

Le cardinal Pell a déclaré au Register que l'écart du chemin synodal allemand par rapport à l'enseignement orthodoxe sur la moralité sexuelle, qu'il a décrit comme allant au-delà des habituels "hochements de tête, clins d'œil et suggestions" jusqu'à "un désaveu et un rejet explicites de l'enseignement chrétien", donnera probablement lieu à des efforts tout aussi hétérodoxes lors de la réunion de juillet 2022 du Conseil plénier de l'Église australienne.

"Je ne pense pas que cela menace d'être aussi extrême que l'allemand, mais ces enseignements renégats sont significatifs pour nous en Australie et pour notre conseil", a déclaré le cardinal.

L'évêque Thomas Paprocki de Springfield, dans l'Illinois, l'un des organisateurs à l'origine de la rédaction et de la promotion de la lettre, a déclaré qu'il avait signé cette "lettre fraternelle d'inquiétude" parce qu'il se sentait la responsabilité de dire clairement aux habitants de son diocèse que "ce qui sort de cette voie synodale allemande n'est pas correct."

"Les gens sont conscients que l'Église catholique en Allemagne tolère des pratiques et encourage des enseignements qui sont contraires à la foi catholique", a déclaré Mgr Paprocki au sujet du potentiel de scandale mondialisé. "Eh bien, alors, d'autres personnes dans d'autres pays vont dire : "S'ils peuvent le faire là-bas, pourquoi ne pouvons-nous pas le faire ?".

Correction fraternelle, assistance papale
Mgr Paprocki a déclaré que la lettre est un exemple du type de correction fraternelle décrite par le Christ dans Matthieu 18, son sens de la collégialité étant renforcé par le fait qu'elle vient d'au-delà d'une conférence épiscopale ou d'un seul pays.

Il a également décrit la lettre comme une aide pour le pape François, qui a précédemment écrit aux catholiques allemands au sujet du chemin synodal, les exhortant à éviter les tentations de compromettre l'Évangile dans leurs efforts de réforme.

"Je pense que nous, en tant que frères évêques, avons la responsabilité d'aider le Saint-Père à cet égard, en essayant de répondre à certaines préoccupations que nous avons sur ce qui se passe avec l'Église catholique en Allemagne, et nous espérons que [les évêques allemands] répondront", a déclaré Mgr Paprocki.

La lettre des évêques multinationaux exprime plusieurs préoccupations concernant la "voie synodale" allemande : elle sape la crédibilité de l'enseignement et de l'autorité de l'Église ; elle s'inspire principalement de l'analyse sociologique et de l'idéologie politique ; elle remplace la notion chrétienne de liberté par celle d'"autonomie" ; elle manque "la joie de l'Évangile" ; elle a un ton trop bureaucratique et anti-évangélique ; et elle met l'accent sur le pouvoir, ce qui "suggère un esprit fondamentalement opposé à la nature réelle de la vie chrétienne".

Le dernier "problème immédiat le plus affligeant" énuméré est la façon dont la "Voie synodale" risque de saper la crédibilité du concept même de synodalité - particulièrement pertinent à un moment où le pape François tente de diriger l'Église universelle par un "synode sur la synodalité".

"Par son exemple destructeur, [la Voie synodale de l'Allemagne] peut conduire certains évêques et de nombreux laïcs par ailleurs fidèles à se méfier de l'idée même de 'synodalité', entravant ainsi davantage le nécessaire dialogue de l'Église sur l'accomplissement de la mission de convertir et de sanctifier le monde."

Recherche d'autres signatures

Actuellement, les 74 signataires de la lettre comprennent 48 Américains, dont sept archevêques : Mgr Paul Coakley, archevêque d'Oklahoma City, Mgr Salvatore Cordileone, archevêque de San Francisco, Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas City (Kansas), Mgr Alexander Sample, archevêque de Portland (Oregon), Mgr Joseph Kurtz, archevêque émérite de Louisville (Kentucky), Mgr Charles Chaput, archevêque émérite de Philadelphie, et Mgr Samuel Aquila, archevêque de Denver, qui a déjà critiqué les premiers textes issus du "chemin synodal" allemand.

"L'Église allemande ne parle pas et ne peut pas parler pour l'Église universelle, et je suis encouragé de voir tant d'évêques s'exprimer pour défendre la foi", a déclaré l'archevêque Aquila dans un commentaire fourni au Register.

Notamment, la lettre ne comporte pas la signature de l'archevêque José Gomez, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis. En outre, aucun des six cardinaux métropolitains des États-Unis n'avait signé le document au moment de sa publication.

La plupart des signataires non américains de la lettre sont originaires d'Afrique, notamment de Tanzanie, où figurent 14 évêques.

La lettre, qui a vu le jour au sein d'un groupe d'évêques américains, s'est étendue à d'autres signataires potentiels grâce au bouche à oreille. La diffusion à grande échelle a été limitée par le désir de garder le contenu de la lettre confidentiel avant sa publication, mais Mgr Paprocki précise que la lettre "n'est pas censée être une liste fermée".

En fait, les organisateurs de la lettre ont fourni l'adresse électronique [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] où d'autres évêques peuvent demander d'ajouter leur nom à la lettre.

"J'espère que les autres évêques qui, pour quelque raison que ce soit, n'ont pas eu l'occasion de [signer précédemment] ne se sentiront pas exclus, mais qu'ils auront l'impression de pouvoir ajouter leur nom à la liste", a déclaré Mgr Paprocki. "J'espère donc voir cette liste continuer à s'allonger".

En fait, en publiant la lettre après avoir obtenu plus de 70 signatures, y compris celles de personnalités ecclésiales respectées au niveau international, Mgr Paprocki pense que d'autres évêques qui pourraient être préoccupés par le fait de s'écarter "du courant dominant en termes de collégialité et de communication avec les autres évêques" auront plus de facilité à signer la lettre qu'ils ne l'auraient fait eux-mêmes.

"Je pense que cela permet de répondre à ce genre de réserves ou d'hésitations qu'un évêque pourrait avoir, rien qu'en voyant le nombre d'évêques qui sont déjà sur ce sujet et les noms qui sont représentés ici."

L'espoir ultime

Les signataires qui ont parlé au Register ont dit espérer que la lettre conduirait à la fois à la clarté doctrinale et à la préservation de l'unité ecclésiale.

Le cardinal Napier a déclaré qu'il s'attendait à ce que la lettre suscite une large conversation au sein de l'épiscopat africain concernant le "chemin synodal" de l'Allemagne et sa possible menace pour l'unité de l'Église.

"Ce que nous ne voulons pas voir, c'est la scission de l'Église. Je pense que personne ne veut voir cela", a-t-il déclaré, y compris les évêques allemands.

Le cardinal sud-africain a également fait remarquer qu'en raison du grand respect que les évêques africains portent à l'autorité de l'Église et au Saint-Père, il s'attendrait à ce que le continent fasse preuve d'encore plus de franchise à l'égard de la "voie synodale" de l'Allemagne si celle-ci était perçue comme allant à l'encontre des intentions du pape François et menaçant l'unité de l'Église.

Le cardinal Pell, pour sa part, insiste sur le fait que l'unité ne peut se construire que sur un engagement commun envers la tradition apostolique. Il décrit les erreurs avancées par la "voie synodale" comme une source de "confusion morale et de relativisme" qui sape l'unité doctrinale authentique. Le cardinal australien déclare qu'il serait maintenant "très approprié, voire nécessaire" que la Congrégation pour la doctrine de la foi fournisse une clarification concernant les points de vue problématiques avancés en Allemagne.

"En tant que successeurs des apôtres, nous avons en quelque sorte le devoir de témoigner de la vérité", a-t-il déclaré au Register.

Selon Mgr Paprocki, l'"espoir ultime" de la campagne de lettres est d'amener les évêques allemands à constater l'inquiétude généralisée de leurs frères épiscopaux et à "réévaluer ce qu'ils font, en revenant sur la voie des véritables enseignements de l'Église", surtout avant que le "Chemin synodal" ne publie ses documents finaux en février 2023.

L'évêque de Springfield s'est dit que les évêques allemands pensaient peut-être que la publication des documents préliminaires de la "Voie synodale" inciterait d'autres évêques du monde entier à "adhérer" à leurs positions controversées. Il pense que c'est plutôt le contraire qui s'est produit.

"Ce que nous voyons, c'est une réponse internationale d'évêques aux évêques d'Allemagne, disant : "Frères évêques, vous faites fausse route, et nous espérons que vous reviendrez sur le bon chemin"."

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 59266
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 121
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum