L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER ! Bilan du mandat de François : « L’Église est en r
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER ! Bilan du mandat de François : « L’Église est en r

2 participants

Aller en bas

L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER !  Bilan du mandat de François : « L’Église est en r Empty L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER ! Bilan du mandat de François : « L’Église est en r

Message  Célestine Lun 24 Oct - 14:18

L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER !

Bilan du mandat de François : « L’Église est en ruine » selon l’évêque Schneider

Le but du synode sur la synodalité est de saper la foi et de l’adapter à une [supposée] « mode du jour », a déclaré l’évêque Athanasius Schneider à EWTN (20 octobre).

Il a dénoncé les processus synodaux diocésains comme étant non transparents, manipulateurs et une façon d’entendre uniquement ceux qui veulent changer la foi, tandis que les catholiques « sont méprisés ou non entendus ».

Les catholiques et les prêtres ont dit à Schneider que leur contribution au synode a été ignorée et que « beaucoup » d’évêques craignent que le synode ne soit qu’une couverture pour une politique prédéterminée à Rome. Il est d’accord avec le cardinal Müller pour dire qu’il y a une « prise de contrôle hostile de l’Eglise » par les ennemis de la foi.

Le « processus d’audition » [feint] est un problème de principe pour Schneider, car l’Église n’est pas un parlement aux méthodes « démocratiques », car elle doit enseigner la foi transmise par les apôtres, et non écouter des opinions.

« Jésus-Christ n’a pas dit : allez écouter les païens, les gnostiques, les bouddhistes. C’est une perversion de la nature de l’Église catholique.«

Schneider reproche à François de faire des déclarations qui embrouillent et diluent la foi. Traditionis Custodes vise à détruire la messe. Cela, dit-il, est rendu encore plus clair par les restrictions et constitue « une grande injustice », « une persécution » et « une discrimination contre les catholiques, alors que les païens et le culte de Pachamama sont introduits à Rome. »

Pour Schneider, les textes de Vatican II sont ouverts à « différentes interprétations » et François adopte « l’interprétation et l’application extrêmement libérale [= anticatholique] de certaines expressions de Vatican II. »

Par conséquent, « l’Église est en ruines, sa vie est un chaos ».

Pour écouter la vidéo : » SOURCE [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Célestine
Célestine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 161627
Date d'inscription : 18/07/2013

Admin, AnneLéa et saintjeanlagneau 2 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER !  Bilan du mandat de François : « L’Église est en r Empty Re: L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER ! Bilan du mandat de François : « L’Église est en r

Message  Admin Jeu 2 Mar - 18:43

LA PRINCESSE ALLEMANDE GLORIA VON THURN UND TAXIS AFFFIRME QUE LES ÉVÊQUES ALLEMANDS VEULENT QUE L'ÉGLISE MEURE !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La princesse allemande Gloria von Thurn und Taxis pense que les évêques modernistes veulent une "Église différente" parce qu'ils espèrent que les dirigeants anti-chrétiens du monde leur "permettront" de "survivre" s'ils jouent selon leurs règles.

Mais cette stratégie s'est avérée fausse, a déclaré Gloria à LifeSiteNews.com (22 décembre), "Les dirigeants politiques vous utilisent et ensuite vous serez persécutés comme tout le monde."

Gloria a détecté une "nouvelle religion". Selon elle, "la première chose que chaque nouveau gouvernement dit au monde est que 'nous prenons le changement climatique comme notre priorité numéro un' - comme si c'était la Sainte Trinité."

Dans l'Église de François, Gloria ne détecte pas beaucoup de synodalité : "le clergé doit obéir à ce qui vient de Rome ou est licencié immédiatement."

À la question de savoir si beaucoup de gens apprécieraient qu'elle cesse de promouvoir la messe en latin, Gloria répond par un OUI souriant. Elle explique que le rite romain était florissant sous le pontificat de Benoît XVI et remplissait les séminaires, si bien que les modernistes, avec leur musique pop ennuyeuse et leurs défilés gays, sont devenus jaloux.

Il y a des évêques allemands qui souhaitent des séminaires vides, dit-elle : "Ils veulent que l'Église meure, pour pouvoir faire entrer des laïcs [financés par les impôts de l'Église]."

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66229
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER !  Bilan du mandat de François : « L’Église est en r Empty Re: L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER ! Bilan du mandat de François : « L’Église est en r

Message  Admin Jeu 2 Mar - 20:35

MGR GYULA MARFI : "L'ÉGLISE ALLEMANDE EST L'ANTÉCHRIST" !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'archevêque hongrois de Veszprém à la retraite, Gyula Márfi, 79 ans, a dû quitter Veszprém pour Szombathely au mois d'août parce qu'il avait critiqué les plans de "rénovation" de son ancienne cathédrale qui prévoyaient la suppression d'un vitrail de Saint Michel, mis en place par l'évêque Bertalan Badalik OP (+1965) qui a été exilé par les communistes. Márfi a parlé à MagyarJelen.hu (25 décembre).

• "L'un des signes les plus frappants de l'idéologie anti-chrétienne de l'UE est le fait que sa constitution parle des traditions gréco-romaines de l'Europe et du [soi-disant] siècle des lumières, mais ne mentionne pas le christianisme."

• Márfi estime que "les francs-maçons et les musulmans" unissent leurs forces pour faire disparaître le christianisme d'Europe.

• Il confirme que les chrétiens aiment aussi les homosexualistes, mais "en faire un culte est un péché mortel qui est aussi contre les lois de la nature."

• "La situation de l'Église allemande est vraiment désastreuse".

• Selon les évêques allemands, il n'est pas important que Jésus soit né ou ressuscité des morts, mais qu'il naisse et ressuscite "en vous." Márfi qualifie cela d'"absurde".

• "Un nombre important de prêtres allemands bénissent des pseudo-mariages homosexuels, ainsi que des cohabitations et des partenariats de vie. Ce n'est plus du christianisme, c'est l'antichrist."

• Dans une société mixte, les individus perdent leur identité, leur culture, leur foi, leur langue, ils "deviennent facilement manipulables, ce qui est idéal pour les grandes entreprises mondiales."

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66229
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER !  Bilan du mandat de François : « L’Église est en r Empty Re: L’ÉGLISE EST EN RUINE, SELON L’ÉVÊQUE SCHNEIDER ! Bilan du mandat de François : « L’Église est en r

Message  Admin Sam 2 Déc - 21:04

MGR SCHNEIDER : "LA BEAUTÉ DE LA FOI CATHOLIQUE EST IMMUABLE ET S'ADRESSE À TOUS LES ÂGES" !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Mgr Schneider : La beauté de la foi catholique est immuable et s'adresse à tous les âges. La foi catholique appartient à tous les temps, à tous les lieux et à toutes les générations de catholiques, en commençant par les apôtres et en passant par tous les pères et docteurs de l'Église et tous les saints que nous connaissons.


par L'évêque Athanase Schneider

29 novembre 2023

Note de l'éditeur : Ce qui suit est le texte d'une conférence donnée par Son Excellence l'évêque Athanasius Schneider à Milton Keynes, en Angleterre, le dimanche 26 novembre. Intitulée "Beauté et immutabilité de la foi catholique", cette conférence a également été l'occasion pour Mgr Schneider de présenter son catéchisme "Credo", récemment publié. Le texte de son intervention est publié ici avec l'autorisation directe de l'évêque Schneider.

(LifeSiteNews) -- Je voudrais vous encourager à être fiers de notre foi catholique, qui est le don le plus précieux et le plus beau que Dieu nous ait accordé. La foi catholique n'est en effet pas la propriété privée du pasteur d'une paroisse, ni de l'évêque d'un diocèse, ni même du pape. La foi catholique est plus grande, elle précède et transcende les pasteurs de l'Église, parce qu'ils sont les premiers à devoir obéir à la foi de manière exemplaire et à la transmettre intégralement aux fidèles. La foi catholique appartient à tous les temps, à tous les lieux et à toutes les générations de catholiques, en commençant par les apôtres et en passant par tous les pères et docteurs de l'Église et tous les saints que nous connaissons.

La foi catholique ne peut admettre ni changement, ni rupture, ni réinterprétation dans un sens différent de celui qu'elle a constamment cru et enseigné pendant deux mille ans. De nos jours, nous pouvons constater l'introduction de certains changements et de certaines ruptures dans la présentation de la vérité en matière de doctrine et de morale.

Pour cacher et masquer ces changements, on utilise des expressions séduisantes telles que le changement de paradigme ou l'herméneutique de la continuité, même lorsque le sens évident des changements contredit la croyance et la pratique constantes de l'Église. Dans de telles situations, vous devriez dire : "Je connais ma foi catholique : Je connais ma foi catholique, je ne permettrai pas qu'elle soit confuse. Pour cette foi, je suis prêt à mourir. L'Église doit remplir sa mission première de proclamation de la vérité en gardant à l'esprit qu'elle sera toujours persécutée.

Il y a un fait qui doit durer jusqu'à la fin des temps : c'est la conservation de l'Église à travers le temps, sans mélange dans sa doctrine, sans altération dans sa hiérarchie. Mille grandes choses humaines ont été créées, développées et sont tombées en décadence. L'Église est toujours debout ; Dieu la soutient directement, et tout homme de bonne foi, capable d'appliquer les lois de l'analogie, peut lire dans les faits qui la concernent cette promesse immortelle faite à l'Église de durer jusqu'à la fin des temps, et que l'Église porte écrite sur sa base par la main du Dieu incarné.

Hérésies, scandales, défections, conquêtes, révolutions, rien ne pouvait détruire l'Église ; repoussée d'un pays, l'Église avançait sur un autre ; toujours visible, toujours catholique, toujours conquérante et toujours éprouvée.

Ce fait montre l'importance de l'action de l'Union européenne dans le domaine de l'éducation. raison d'être de l'humanité, c'est-à-dire que la vocation du genre humain est un appel surnaturel ; que les nations de la terre n'appartiennent pas seulement à Dieu comme Créateur qui a créé la première famille humaine, mais qu'elles sont aussi, comme l'a dit le Prophète, le domaine particulier de Jésus-Christ, l'Homme-Dieu. Alors, plus de mystères dans la succession des siècles, plus de vicissitudes inexplicables ; tout va au but, tout problème se résout par ce fait divin de l'Incarnation.

Que les affirmations suivantes de célèbres apologistes catholiques vous donnent de la force, du courage, de la joie et de l'amour pour notre foi catholique immuable.

Le bienheureux John Henry Newman a déclaré :

L'Église de Dieu sur terre sera considérablement réduite, comme on peut l'imaginer, dans son nombre apparent, aux temps de l'Antéchrist, par la désertion ouverte des puissances du monde. Cette désertion commencera par une indifférence déclarée à l'égard de toute forme particulière de christianisme, sous prétexte de tolérance universelle ; cette tolérance ne procédera pas d'un véritable esprit de charité et d'indulgence, mais d'un dessein de miner le christianisme en multipliant et en encourageant les sectaires.

La prétendue tolérance ira bien au-delà d'une juste tolérance, même en ce qui concerne les différentes sectes de chrétiens. En effet, les gouvernements feindront l'indifférence à l'égard de tous et accorderont leur protection de préférence à aucun d'entre eux. De la tolérance des hérésies (les plus pestilentielles), ils passeront à la tolérance du mahométanisme (islam), de l'athéisme, et enfin à une véritable persécution de la vérité du christianisme. Les chrétiens purement nominaux abandonneront tous la profession de la vérité, lorsque les puissances du monde l'abandonneront. Je considère que cet événement tragique est illustré par l'ordre donné à saint Jean de mesurer le temple et l'autel, et de laisser le parvis extérieur (les Églises nationales, schismatiques, les hérésies) être foulé aux pieds par les païens.

Les biens du clergé seront pillés, le culte public insulté et vilipendé par ces déserteurs de la foi qu'ils ont autrefois professée, qui ne sont pas appelés apostats parce qu'ils n'ont jamais été sérieux dans leur profession. Leur profession n'était rien d'autre qu'une conformité à la mode et à l'autorité publique. En principe, ils ont toujours été, ce qu'ils semblent être aujourd'hui, des païens.

Quand cette désertion générale de la foi aura lieu, alors commencera le ministère des sacs des témoins... Ils n'auront aucun soutien de la part des gouvernements, aucun honneur, aucun émolument, aucune immunité, mais ils auront ce qu'aucune puissance terrestre ne peut leur enlever, ce qu'ils tiennent du Christ, qui les a chargés d'être ses témoins". (Magazine britannique(mai 1834).

Le bienheureux John Henry Newman a vu le péril particulier des temps futurs dans la propagation du fléau de l'infidélité et de l'incrédulité. Dans un sermon de 1873, il dit :

Le christianisme est d'origine surhumaine, il diffère de toutes les autres religions. De même que l'homme diffère du quadrupède, de l'oiseau ou du reptile, de même le christianisme diffère des superstitions, des hérésies et des philosophies qui l'entourent. Il possède une théologie et un système éthique qui lui sont propres. C'est son idée indestructible. Comment pouvons-nous assurer et perpétuer dans ce monde ce don d'en haut ? Comment préserver pour le peuple chrétien ce don si spécial, si divin, si facilement caché ou perdu au milieu des imposantes faussetés dont le monde regorge ?

Toutes les époques ont leurs épreuves particulières que d'autres n'ont pas. Jusqu'à présent, j'admets que les chrétiens ont été exposés à certains dangers spécifiques à d'autres époques, qui n'existent pas à l'heure actuelle. Sans doute, mais tout en admettant cela, je pense que les épreuves qui nous attendent sont telles qu'elles consterneraient et étourdiraient même des cœurs aussi courageux que ceux de saint Athanase, de saint Grégoire Ier ou de saint Grégoire VII. Et ils avoueraient que, si la perspective de leur propre journée était sombre pour chacun d'entre eux, la nôtre est d'une obscurité différente de toutes celles qui l'ont précédée.

Le péril particulier du temps qui s'ouvre devant nous est la propagation du fléau de l'infidélité, que les Apôtres et notre Seigneur lui-même ont prédit comme la pire calamité des derniers temps de l'Église. Et au moins une ombre, une image typique des derniers temps se dessine dans le monde. Je n'ai pas la prétention de dire que ce sont les derniers temps, mais qu'ils ont la prérogative maléfique de ressembler à cette saison plus terrible, où l'on dit que les élus eux-mêmes seront en danger de chute.

Une connaissance solide, précise et complète de la théologie catholique est la meilleure arme (après une bonne vie). en la controverse. Tout enfant, bien instruit au catéchisme, est, sans le vouloir, un véritable missionnaire. Et pourquoi ? Parce que le monde est plein de doutes et d'incertitudes, et de doctrines incohérentes - une idée claire et cohérente de la vérité révélée, au contraire, ne peut être trouvée en dehors de l'Église catholique. La cohérence, l'exhaustivité, est un argument persuasif en faveur de la véracité d'un système. S'il est incohérent, ce n'est certainement pas la vérité. (Sermon 9. L'infidélité de l'avenir, Ouverture du Séminaire St Bernard, 2 octobre 1873.)

Dès 1938, Hilaire Belloc présentait une analyse quasi prophétique de la situation actuelle à laquelle le christianisme, et plus particulièrement l'Église catholique, doit faire face et dans laquelle sa mission de proclamation de la vérité révèle son importance primordiale :

"L'attaque moderne" est une attaque en règle contre les fondements de la foi, contre l'existence même de la foi. Et l'ennemi qui avance maintenant contre nous est de plus en plus conscient du fait qu'il ne peut être question de neutralité. Les forces qui s'opposent aujourd'hui à la Foi veulent détruire. La bataille est désormais engagée sur une ligne de clivage précise, qui implique la survie ou la destruction de l'Église catholique. Et tout - pas une partie de sa philosophie.

Nous savons, bien sûr, que l'Église catholique ne peut être détruite... La vérité devient chaque jour tellement plus évidente que, dans quelques années, elle sera universellement admise. Je ne qualifie pas l'attaque moderne d'"antéchrist", même si, dans mon coeur, je crois que c'est le vrai terme pour la désigner : Non, je ne lui donne pas ce nom parce qu'il semblerait pour le moment exagéré.

Mais le nom n'a pas d'importance. Que nous l'appelions "l'attaque moderne" ou "l'antéchrist", c'est tout un ; il y a un enjeu clair entre le maintien de la morale, de la tradition et de l'autorité catholiques d'un côté, et l'effort actif pour les détruire de l'autre. L'attaque moderne ne nous tolérera pas. Elle tentera de nous détruire. Nous ne pouvons pas non plus la tolérer. ...

Cette grande attaque moderne (qui est plus qu'une hérésie) est indifférente à l'auto-contradiction. Elle se contente d'affirmer. Elle avance comme un animal, ne comptant que sur sa force. On peut d'ailleurs remarquer en passant que c'est peut-être là la cause de sa défaite finale, car jusqu'à présent la raison a toujours vaincu ses adversaires, et c'est par la raison que l'homme est maître de la bête. ...

L'attaque moderne contre l'Église catholique, la plus universelle qu'elle ait subie depuis sa fondation, a tellement progressé qu'elle a déjà produit des formes sociales, intellectuelles et morales qui, combinées, lui donnent la saveur d'une religion.

Mais aujourd'hui, la raison est partout décriée. L'ancien processus de conviction par l'argumentation et la preuve est remplacé par l'affirmation réitérée ; et presque tous les termes qui étaient la gloire de la raison portent maintenant avec eux une atmosphère de mépris. Voyez ce qu'il est advenu, par exemple, du mot "logique", du mot "controverse" ; notez des expressions populaires telles que "personne n'a jamais été convaincu par l'argumentation", ou encore "on peut prouver n'importe quoi", ou "c'est peut-être très bien en logique, mais en pratique c'est très différent". Le discours des hommes est de plus en plus saturé d'expressions qui évoquent partout le mépris de l'usage de l'intelligence...

Lorsque la raison est détrônée, non seulement la foi est détrônée (les deux subversions vont de pair), mais toute activité morale et légitime de l'âme humaine est détrônée en même temps. Il n'y a pas de Dieu. Ainsi, les mots "Dieu est la Vérité" que l'esprit de l'Europe chrétienne utilisait comme postulat dans tout ce qu'il faisait, cessent d'avoir un sens. Personne ne peut analyser l'autorité légitime du gouvernement ni lui fixer des limites.

En l'absence de raison, l'autorité politique reposant sur la simple force est sans limite. Et la raison est ainsi victime parce que l'humanité elle-même est ce que l'Attaque moderne détruit dans sa fausse religion de l'humanité. La raison étant la couronne de l'homme et en même temps sa marque distinctive, les Anarchs marchent contre la raison comme leur principal ennemi... ou bien nous, les croyants, deviendrons une petite île négligée et persécutée au milieu de l'humanité, ou bien nous pourrons lancer à la fin de la lutte le vieux cri de guerre : "Christus Imperat !".

Enfin, il y a cette considération très importante et peut-être décisive : si la force sociale du catholicisme, en nombre certes, et dans la plupart des autres facteurs aussi, décline dans le monde entier, la question, entre le catholicisme et le tout nouveau paganisme (la destruction de toute tradition, la rupture avec notre héritage), est aujourd'hui clairement marquée. (Les grandes hérésies(réimpression San Francisco 2017, pp. 175 et suivantes).

L'archevêque Fulton Sheen a fait la déclaration remarquable suivante :

Si je n'étais pas catholique et que je cherchais la véritable Église dans le monde d'aujourd'hui, je chercherais l'Église qui ne s'entend pas bien avec le monde ; en d'autres termes, je chercherais l'Église que le monde déteste. La raison pour laquelle je ferais cela serait que si le Christ est dans l'une des églises du monde d'aujourd'hui, il doit toujours être haï comme il l'était lorsqu'il était sur terre dans la chair. Si vous voulez trouver le Christ aujourd'hui, trouvez l'Eglise qui ne s'entend pas avec le monde. Cherchez l'Église qui est détestée par le monde, comme le Christ a été détesté par le monde.

Cherchez l'Église, que le monde rejette parce qu'elle prétend être infaillible, comme Pilate a rejeté le Christ parce qu'il se disait la Vérité. Si l'Église est impopulaire auprès de l'esprit du monde, c'est qu'elle n'est pas du monde, et si elle n'est pas du monde, c'est qu'elle est de l'autre monde. Puisqu'elle est de l'autre monde, elle est infiniment aimée et infiniment haïe comme l'était le Christ lui-même. (Extrait de Radio Replies, Vol. 1, p. 9, Rumble & Carty, Tan Publishing, 2015).

Juan Donoso Cortes, écrivain et apologiste catholique espagnol du XIXe siècle, a expliqué avec perspicacité la mission unique confiée par Dieu à l'Église, qui la rend indestructible :

L'Église catholique, considérée comme une institution religieuse, a exercé sur la société la même influence que la catholicité, considérée comme une doctrine, a sur le monde - la même que notre Seigneur Jésus-Christ a exercée sur l'homme. Cela consiste en ce que Notre Seigneur Jésus-Christ, sa doctrine et son Église ne sont que trois manifestations différentes d'une seule et même chose, c'est-à-dire de l'action divine opérant surnaturellement et substantiellement sur l'homme et toutes ses puissances, sur la société et toutes ses institutions. Notre Seigneur Jésus-Christ, la catholicité et l'Église catholique ne sont qu'une seule et même parole, la parole de Dieu qui résonne perpétuellement dans les hauteurs.

Sa doctrine est merveilleuse et vraie, parce qu'elle est enseignée par le grand Maître de toute vérité et le grand Ouvrier de toutes les merveilles ; et pourtant le monde étudie dans les salles de l'erreur et prête une oreille attentive à la vaine éloquence de misérables sophistes et d'obscurs clowns. Elle a reçu de son divin Fondateur le pouvoir de faire des miracles, et elle les fait, étant elle-même un miracle perpétuel ; et pourtant le monde la traite de superstition vaine et honteuse, et elle est donnée en spectacle aux hommes et aux nations. Ses propres enfants, aimés d'un tel amour, lèvent des mains sacrilèges contre leur tendre mère, abandonnent le saint foyer qui protégeait leur enfance, et cherchent dans une nouvelle famille et sur un nouveau foyer des délices grossiers et des amours impures.

Supprimez un instant en imagination cette vie, ces vérités, ces prodiges, ces témoignages invincibles de l'Église, et vous aurez supprimé d'un seul coup toutes ses tribulations, toutes ses larmes, toutes ses infortunes, tous ses malheurs. Dans les vérités qu'elle proclame réside le mystère de sa tribulation ; dans la force surnaturelle qu'elle possède réside le mystère de sa victoire ; et ces deux choses réunies expliquent à la fois ses victoires et ses tribulations.

Les institutions anciennes et modernes ne sont que l'expression de deux sociétés différentes, parce qu'elles sont l'expression de deux humanités différentes. Ainsi, lorsque les sociétés catholiques prévarient et tombent, le paganisme les envahit immédiatement, et les idées, les coutumes, les institutions, et les sociétés elles-mêmes, deviennent païennes.

L'Église a agi sur la société d'une manière analogue à celle des autres éléments politiques et sociaux et, en outre, d'une manière qui lui est propre. Considérée comme une institution née dans le temps et localisée dans l'espace, son influence était visible et limitée, comme celle des autres institutions localisées dans l'espace et issues du temps. Considérée comme une institution divine, elle avait en elle un immense pouvoir surnaturel qui, sans être influencé par les lois du temps et de l'espace, agissait sur tous et dans toutes les directions à la fois, silencieusement, secrètement et surnaturellement. C'est si vrai que, dans la confusion critique de tous les éléments sociaux, l'Église a donné quelque chose d'exclusivement propre à tous les autres, tandis qu'elle-même conservait intacte son identité absolue.

La société romaine, en entrant en contact avec elle, est devenue, sans cesser d'être romaine, ce qu'elle n'était pas auparavant - elle est devenue catholique. Les peuples allemands, sans cesser d'être allemands, sont devenus ce qu'ils n'étaient pas auparavant - ils sont devenus catholiques. Les institutions politiques et sociales, sans perdre leur nature propre, en ont pris une qui leur était étrangère, la nature catholique.

Dans la masse commune de la civilisation européenne, qui, comme toutes les autres civilisations, et plus encore que les autres, est à la fois unité et variété, tous les autres éléments combinés et unis la constituaient diverse, tandis que l'Église seule la rendait une, et, en la rendant une, lui donnait son caractère essentiel, lui donnait ce dont on tire ce qu'il y a de plus essentiel dans une institution, c'est-à-dire son nom. La civilisation européenne ne s'est pas appelée allemande, ni romaine, ni absolue, ni féodale ; elle s'est appelée et s'appelle encore civilisation catholique.

C'est ce quelque chose de surnaturel, de divin et d'impalpable qui a assujetti le monde à la vérité enseignée par l'Église, qui a surmonté pour elle les obstacles les plus invincibles, qui lui a soumis les intelligences rebelles et les cœurs orgueilleux, qui l'a élevée au-dessus des vicissitudes humaines et qui a assuré son influence sur les tribus et sur les nations. Quiconque ne garde pas à l'esprit la vertu souveraine et divine de l'Église ne pourra jamais comprendre son influence, ses victoires ou ses tribulations. (Juan Donoso Cortes, Essais sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme, Considérés dans leurs principes fondamentaux, Gornahoor Press 2010, pp. 23-25.)

"Le vrai progrès consiste à soumettre l'élément humain qui corrompt la liberté à l'élément divin qui la purifie. La société a suivi une autre voie en regardant comme mort l'empire de la foi ; et en proclamant l'empire de la raison et de la volonté de l'homme, elle a rendu absolu, universel et nécessaire le mal qui n'était que relatif, contingent et exceptionnel. Cette période de régression rapide a commencé en Europe par la restauration de la littérature païenne, qui a entraîné successivement la restauration de la philosophie païenne, du paganisme religieux et du paganisme politique. A l'heure actuelle, le monde est à la veille de la dernière de ces restaurations, celle du socialisme païen". (Juan Donoso Cortes, Lettre à Montalembert, 4 juin 1849, cité par Jean Joseph Gaume, Le paganisme dans l'éducation. Londres : Charles Dolman, 1852, p. 206).

"Le jour où la société, oubliant les décisions doctrinales de l'Église, a demandé à la presse et à la tribune, aux rédacteurs de nouvelles et aux assemblées, ce qu'est la vérité et ce qu'est l'erreur, ce jour-là l'erreur et la vérité sont confondues dans tous les esprits, la société entre dans les régions de l'ombre et tombe sous l'empire des fictions". (Juan Donoso Cortes, Essais sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme, considérés dans leurs principes fondamentaux, tr. William McDonald. Dublin : M.H. Gill & Son, 1879.)

"L'intolérance doctrinale de l'Église a sauvé le monde du chaos. Son intolérance doctrinale a mis hors de cause des vérités politiques, domestiques, sociales et religieuses, des vérités primitives et saintes, qui ne sont pas sujettes à discussion, parce qu'elles sont le fondement de toutes les discussions ; il y a des vérités qui ne peuvent être mises en doute un seul instant sans... se perdre entre la vérité et l'erreur, et sans que le clair miroir de la raison humaine ne soit souillé et obscurci." (Ibid.).

Le Pape Saint Pie X a souligné avec beaucoup de réalisme la nécessité pour l'Eglise des temps modernes de résister aux faux prophètes :

L'implacable ennemi de l'humanité ne dort jamais ; selon les circonstances du temps et la survenance des événements, il change tactiquement de langage, mais il est toujours prêt à combattre. En effet, plus l'erreur, persécutée par la vérité, est condamnée à se cacher, plus il faut craindre les dangereuses embuscades derrière lesquelles elle n'hésite pas à rétablir ses toujours fatales unités d'artillerie. Il ne faut donc jamais s'abandonner à une fausse sécurité, sous peine de s'exposer aux condamnations prononcées contre les faux prophètes, qui ont annoncé la paix là où elle n'était pas et qui ont chanté la victoire là où tout nous appelait au combat.

Il est donc nécessaire en tout temps, et spécialement en ce temps, où il y a une grande conspiration instiguée directement contre Notre Seigneur Jésus-Christ et contre sa religion surnaturelle et révélée, de dénoncer les faux maîtres du peuple, qui appellent le mal bien et le bien mal, qui mettent les ténèbres pour la lumière et la lumière pour les ténèbres, séduisant beaucoup d'intelligences, qui cèdent à tout vent de doctrine. Nous croyons donc que le moment est venu de parler. (Archivio Segreto Vaticano, Epistolae ad principes. Positiones et minutuae 157, 1907/1908, fascicolo 35.)

Un évêque catholique est tenu de respecter son serment public : "Maintenir le dépôt de la foi, entière et incorrompue, telle qu'elle a été transmise par les apôtres et professée par l'Église en tout lieu et en tout temps." (Rite d'ordination épiscopale) Par conséquent, je suis obligé de répondre aux demandes de nombreux fils et filles de l'Église qui sont perplexes face à la confusion doctrinale généralisée dans l'Église de notre temps.

Je propose ce travail, Credo : Compendium de la foi catholiqueJe suis conscient du devoir épiscopal de "nourrir la foi catholique et apostolique" (catholicae et apostolicae fidei cultoribus) tel qu'il est énoncé dans le Canon de la Messe. Conscient du devoir épiscopal d'être un "éducateur de la foi catholique et apostolique" (catholicae et apostolicae fidei cultoribus), tel qu'énoncé dans le Canon de la Messe, je souhaite également témoigner publiquement de la continuité et de l'intégrité de la doctrine catholique et apostolique. En préparant ce texte, je me suis adressé principalement aux "petits" de Dieu - les catholiques fidèles qui ont faim du pain de la juste doctrine. C'est donc en obéissance à mon devoir envers eux, qui m'a été imposé par ma consécration épiscopale de prêcher la vérité à temps et à contretemps (voir 2 Tm 4,2), que je publie aujourd'hui ce Compendium.

L'enseignement du catéchisme est, selon les mots du Pape Benoît XIV, "la plus utile des institutions pour la gloire de Dieu et le salut des âmes". (Cons. Etsi Minime) Le pape Pie X, en tant que cardinal patriarche de Venise, a écrit une lettre dans laquelle il soulignait l'importance vitale d'une instruction catéchétique claire et précise, car l'une des soifs les plus profondes du peuple est la soif de vérité. En 1894, le cardinal Sarto écrivait :

Nous prêchons trop et enseignons trop peu. Il faut laisser de côté ces discours fleuris et prêcher pieusement et simplement au peuple les vérités de la foi, les commandements de l'Église, les enseignements de l'Évangile, les vices et les vertus, car il arrive souvent que des personnes bien instruites dans les sciences profanes ne connaissent pas ou mal les vérités de la foi et savent moins le catéchisme que des enfants idiots. Pensez au bien des âmes plus qu'à l'impression que vous espérez faire. Le peuple a soif de vérité : qu'on lui donne ce qu'il faut pour le salut de son âme ; et alors, instruit dans sa langue, touché, ému, il pleurera ses fautes et s'approchera des divins sacrements.

La foi catholique est plus grande, elle précède et transcende les papes et les évêques, parce qu'ils sont les premiers à devoir obéir à la foi de façon exemplaire et à la transmettre intégralement aux fidèles. La foi catholique appartient à tous les temps, à tous les lieux et à toutes les générations de catholiques, en commençant par les apôtres et en passant par tous les pères et docteurs de l'Église et tous les saints que nous connaissons. Que doivent faire les vrais catholiques s'ils sont désorientés ou persécutés au sein même de l'Église ? Saint Vincent de Lérins, un père de l'Église du Ve siècle, a donné des indications utiles à cet égard lorsqu'il a dit :

Si une nouvelle contagion cherche à infecter non seulement une partie insignifiante de l'Église, mais toute l'Église ? Alors il vous appartiendra de vous attacher à l'antiquité, qui aujourd'hui ne peut être séduite par aucune fraude de la nouveauté. Il doit consulter et interroger les opinions des anciens, de ceux qui, bien que vivant en des temps et des lieux différents, continuent dans la communion et la foi de l'unique Église catholique, autorités reconnues et approuvées : et en tout cas il doit s'assurer que cela a été soutenu, écrit, enseigné, non seulement par une ou deux de ces autorités, mais par toutes, également, d'un commun accord, ouvertement, fréquemment, avec persévérance. (Commonitorium, 7-8).

Juan Donoso Cortes, le grand apologiste catholique espagnol du XIXe siècle, a fait l'observation suivante : "Le jour où la société, oubliant les décisions doctrinales de l'Église, a demandé à la presse et à la tribune, aux rédacteurs de journaux et aux assemblées, ce qu'est la vérité et ce qu'est l'erreur, ce jour-là l'erreur et la vérité sont confondues dans tous les esprits, la société entre dans les régions de l'ombre et tombe sous l'empire des fictions". (Essais sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme, considérés dans leurs principes fondamentaux, tr. William McDonald. Dublin : M.H. Gill & Son, 1879).

John Henry Newman a dit : "Une connaissance solide, précise et complète de la théologie catholique est la meilleure arme (après une bonne vie) dans la controverse. Tout enfant, bien instruit dans le catéchisme, est, sans le vouloir, un véritable missionnaire. Et pourquoi ? Parce que le monde est plein de doutes et d'incertitudes, et de doctrines incohérentes - une idée claire et cohérente de la vérité révélée, au contraire, ne peut être trouvée en dehors de l'Église catholique. La cohérence, l'exhaustivité, est un argument persuasif en faveur de la véracité d'un système. S'il est incohérent, ce n'est certainement pas la vérité. (Sermon 9. L'infidélité de l'avenir, ouverture du séminaire Saint-Bernard, 2 octobre 1873).

Aujourd'hui plus que jamais, la société a besoin d'une formulation claire et cohérente des doctrines catholiques. Comme dans les premiers temps du christianisme, il est nécessaire que les chrétiens frappent le monde incroyant par l'unité de leurs principes et de leurs jugements. Les catholiques doivent se montrer à la société moderne tels qu'ils sont réellement, des catholiques convaincus. Si les ecclésiastiques et les catholiques de notre temps flattent la société moderne en parlant son langage, ils l'amusent un moment, puis la société incroyante les oubliera, car ces ecclésiastiques et ces catholiques n'auront pas fait sur elle une impression sérieuse. Car la société moderne se sera plus ou moins reconnue en eux, et comme la société incroyante a peu de confiance en elle, elle n'aura plus confiance en ces ecclésiastiques conformistes.

Il faut rappeler aux hommes d'Église et à tous ceux qui travaillent à l'apostolat de la diffusion de la foi catholique de nos jours qu'ils doivent prêcher les mêmes vérités que notre Seigneur, ce qui inclut la prédication du mystère de la Croix et du combat spirituel avec la grâce de Dieu, qui conduit à la sainteté, à une vie en union avec Dieu. Quant à ceux qui pensent que le Nouveau Testament a ouvert pour nous l'ère d'une vie spirituelle sans lutte et sans compromis avec l'esprit du monde, qu'ils se trompent ! Aujourd'hui, on parle beaucoup de "temps nouveaux", de "nouvel ordre", de "réinitialisation". Mais ces "temps nouveaux", l'authentique "remise à zéro" sera le règne du Sacré-Cœur de Jésus et le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat !

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66229
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum