Un éminent Ecclésiastique soutient un Projet de Loi obligeant les Prêtres à briser le Sceau du Confe
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Un éminent Ecclésiastique soutient un Projet de Loi obligeant les Prêtres à briser le Sceau du Confe

Aller en bas

Un éminent Ecclésiastique soutient un Projet de Loi obligeant les Prêtres à briser le Sceau du Confe Empty Re: Un éminent Ecclésiastique soutient un Projet de Loi obligeant les Prêtres à briser le Sceau du Confe

Message  Admin Mer 19 Avr 2023 - 10:52

UN ÉMINENT ECCLÉSIASTIQUE DU WISCONSIN SOUTIENT UN PROJET DE LOI OBLIGEANT LES PRÊTRES À BRISE LE SCEAU DU CONFESSIONNAL !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Un éminent ecclésiastique du Wisconsin soutient un projet de loi obligeant les prêtres à briser le sceau du confessionnal.

Le père James E. Connell, ancien vice-chancelier de l'archidiocèse de Milwaukee accusé d'avoir protégé des prêtres pédophiles, a déjà intenté des actions en justice contre des États pour qu'ils révoquent leur protection du sceau de la confession.



(Institut Lepanto) - Un prêtre catholique retraité de l'archidiocèse de Milwaukee a appelé les habitants de l'État du Delaware à soutenir la loi HB 74, qui obligerait les prêtres à signaler les cas d'abus ou de négligence envers les enfants s'ils étaient mentionnés dans le confessionnal. Publié à l'origine dans USA Today, le père James E. Connell a rédigé un article d'opinion intitulé "Pourquoi la loi du Delaware sur le privilège du clergé et des pénitents devrait être abrogée", dans lequel il conclut que "tous les habitants du Delaware devraient soutenir la proposition de loi HB 74 qui abrogerait la loi du Delaware sur le privilège du clergé et des pénitents".

Le père Connell soutient que :

aucun argument valide de liberté de religion ancré dans l'absence de vérité ne peut fournir une justification morale pour abriter les auteurs d'abus ou de négligence envers les enfants de leur punition méritée, tout en mettant en danger les victimes potentielles.

Il conclut donc que :

les gouvernements devraient intervenir de telle sorte que, tout en frustrant peut-être le libre exercice de la religion pour certaines personnes, l'intérêt supérieur de la protection des enfants contre la maltraitance ou la négligence soit renforcé pour le bien commun de tous.

Actuellement, trois autres États, l'Utah, le Vermont et l'État de Washington, envisagent également d'adopter des lois qui obligeraient les prêtres à violer le sceau de la confession.

Le père Connell, divorcé de Chicago et ordonné prêtre en 1987, est un avocat canonique qui a été vice-chancelier de l'archidiocèse de Milwaukee de 1994 à 2012. Après avoir été nommé en 2003 par l'archevêque Timothy Dolan au comité d'examen des abus sexuels de l'archidiocèse de Milwaukee, il est actif dans ce qu'il appelle la "défense des victimes" depuis au moins 2010, date à laquelle il a commencé à rencontrer des membres du Réseau des survivants des personnes abusées par les prêtres (SNAP), la même organisation qui l'a accusé d'avoir agi pour couvrir les abus sexuels commis par des prêtres en octobre 2009.

READ : L'évêque homosexuel dissident qui a couvert des abus sexuels commis par des prêtres est décédé

En 2012, le père Connell a pris la parole lors d'un événement organisé par Voice of the Faithful, une organisation intimement liée à la tristement célèbre Association des prêtres catholiques américains, pour parler de sa "nouvelle mission" consistant à s'exprimer au nom des victimes d'abus sexuels commis par des prêtres.

En 2013, le père Connell est devenu un membre fondateur du comité directeur de Catholic Whistleblowers, une organisation qui se décrit comme "un réseau de prêtres actuels et anciens, de religieuses, de frères, de diacres et de laïcs qui soutiennent activement les survivants d'abus sexuels dans l'Église catholique".

Le père Connell a attaqué pour la première fois le sceau de la confession en 2018 lorsqu'il a écrit un article d'opinion pour le National Catholic Reporter intitulé "Il est temps de modifier le 'sceau de la confession' de l'Église catholique". Dans cet essai, le père Connell soutient que "les abuseurs sexuels ne sont pas signalés aux autorités civiles et ecclésiastiques" parce que "la loi de l'Église catholique interdit inconditionnellement à tout prêtre de trahir un pénitent, pour quelque raison que ce soit." Il suggère que l'utilisation par l'Église de pénitences publiques pour certains crimes est une indication que le sceau de la confession "n'est pas une question de droit divin" et que, par conséquent, le pape François "devrait libérer du sceau de la confession toutes les personnes qui ont commis des abus sexuels" :

devrait libérer du sceau de la confession toutes les informations concernant les abus sexuels sur un mineur ou un adulte vulnérable afin que ces informations puissent être fournies aux autorités civiles et ecclésiastiques.

En mai 2019, le père Connell a poursuivi les États du Wisconsin, de l'Arizona, de l'Arkansas, de la Californie, du Delaware, de la Géorgie, du Maryland, du Michigan, du Vermont et du Commonwealth de Pennsylvanie pour révoquer les protections constitutionnelles du sceau de la confession. L'ordonnance du tribunal rejetant l'action en justice avec préjudice stipule ce qui suit : "Le plaignant cherche à contester "la protection constitutionnelle du sceau de la confession" :

Le plaignant cherche à contester "la constitutionnalité de l'utilisation d'un privilège clergé-pénitent dans le cadre des lois des États sur le signalement obligatoire des abus ou de la négligence à l'égard des enfants et des lois sur les règles de la preuve qui s'y rapportent". (Dossier 1, p. 7). Chacun des États a promulgué des lois exigeant que certaines personnes signalent les cas de suspicion de maltraitance d'enfants. Id. Cependant, chaque État a également prévu que les membres du clergé n'ont pas le droit de signaler un tel comportement si l'information a été obtenue dans le cadre d'une confession ou d'un autre contexte religieux confidentiel. Id. Le plaignant affirme que cette utilisation du privilège des membres du clergé viole les droits substantiels des enfants en vertu du cinquième amendement, en privant les enfants d'une source vitale de protection contre les agresseurs. Id. Il soutient que le préjudice créé par l'utilisation du privilège de cette manière l'emporte sur les intérêts de la liberté de religion incarnés dans l'approche des États en matière de signalement des abus commis par des membres du clergé. Id., p. 8. Le plaignant cherche à obtenir un jugement déclaratoire selon lequel les lois en question sont inconstitutionnelles. Id., p. 9.

Il convient de noter que depuis le dépôt de ce procès, des tentatives ont été faites par des législateurs du Wisconsin, de l'Arizona, de la Californie, du Delaware et du Vermont pour violer la protection de la confession, comme si les législateurs de ces États reprenaient le gant jeté par le Père Connell.

S'il est indéniable qu'il existe une crise profonde au sein de l'Église concernant les abus sexuels commis par des prêtres sur des mineurs et des adultes vulnérables, il est tout aussi indéniable que le père Connell s'attaque au sacrement de la confession lui-même en suggérant que le sceau pourrait, et même DEVRAIT, être brisé pour certains crimes. Et le pire, c'est que ses attaques sont mises en œuvre par les législateurs de l'État.

Ce qui est particulièrement exaspérant dans cette situation, c'est que de bons prêtres qui souhaitent défendre les enseignements de l'Église contre les perversions sexuelles de l'homosexualité et les idéologies transgenres, s'opposer aux politiciens qui promeuvent des abominations morales en recevant la Sainte Communion, ou qui souhaitent célébrer l'ancien rite de la Messe en latin, sont suspendus, retirés des paroisses et persécutés, alors que des prêtres comme le Père Connell sont autorisés à rester "en règle" sans même un mot de condamnation de la part de la hiérarchie.

L'Institut Lepanto appelle les catholiques fidèles du monde entier à contacter l'archidiocèse de Milwaukee pour faire taire et sanctionner le père Connell. Ce qu'il fait représente un danger clair et présent pour la libre pratique de la foi catholique et il DOIT être arrêté !

Contactez l'archidiocèse !

Mgr Jerome E. Listecki

Archevêque de Milwaukee

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Gwen Fastabend

Secrétaire de l'archevêque

414-769-3497

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67029
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum