Maria Valtorta et son oeuvre !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Maria Valtorta et son oeuvre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maria Valtorta et son oeuvre !

Message  Admin le Dim 9 Mai 2010 - 11:09

COURTE BIOGRAPHIE DE MARIA VALTORTA !


Maria Valtorta à 25 ans



Qui est Maria Valtorta :

Maria Valtorta est une mystique chrétienne ayant bénéficié de 1943 à 1947 (et dans une moindre mesure jusqu'en 1953) de visions des scènes de l'Évangile réunies dans une œuvre monumentale : "l'Évangile tel qu'il m'a été révélé" (Il Poema del Uome-Dio).

Cette œuvre de grande diffusion [1] a été mise un temps à l'Index des livres prohibés par le Saint Office (1960), mais a aussi bénéficié de soutiens éminents au sein même de la hiérarchie catholique. La polémique intervient à l'époque conciliaire au sein même de la Curie romaine. Elle a sans doute contribué ainsi à définir la position de l'Église catholique sur les révélations privées.

La vie de Maria Valtorta :

Née à Caserta, au nord de Naples, le 14 mars 1897, Maria Valtorta est décédée à Viarregio, sur la côte toscane le 12 octobre 1961, à l'âge de 64 ans. C'est la fille unique de Giuseppe, un sous-officier de cavalerie, pour qui elle avait une grande et profonde affection et d'une enseignante de français, Iside Fioravanzi, une femme très autoritaire et acariâtre qui exigeait l'exclusivité de l'attention de sa fille et ne supportant aucun soupirant, cassa ses fiançailles.


Son père et sa mère

Elle se déplace en divers endroits d'Italie, au gré de l'affectation du régiment de son père. Le 17 mars 1920 [2], tandis qu'elle chemine en compagnie de sa mère à Florence, elle est agressée par "un petit délinquant, fils d'un communiste et de notre modiste. Avec une barre de fer extraite du montant d'un lit, il arriva par derrière et cria : "À bas les riches et les militaires !" tout en m'assénant, de toute ses forces, un coup terrible" [3]. Après trois mois d'immobilisation, elle part, pendant deux ans, en convalescence dans sa famille maternelle à Reggio de Calabre.

En 1924, la famille s'établit définitivement à Viareggio, en Toscane où Maria Valtorta s'engage dans l'Action catholique. En 1925, elle s'offre à l'Amour miséricordieux et le 1er juillet 1931, s'offre au Seigneur comme victime expiatoire pour les péchés des hommes. Sa santé se détériore progressivement. À partir du 1er avril 1934 elle demeure définitivement clouée au lit.


Devant la maison
de Maria Valtorta


C'est là que Maria Valtorta remplit 122 cahiers, soit près de 15.000 pages manuscrites, avec la description des visions et révélations qu'elle reçoit du Seigneur à partir de 1943 jusqu'en 1947, mais en mesure moindre jusqu'en 1953. Tout en gardant son lit et malgré ses grandes souffrances, elle écrivait de sa propre main et d'un seul jet, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, sans se sentir nullement dérangée par des interruptions occasionnelles, gardant toujours son aspect naturel. Les seuls livres qu'elle pouvait consulter étaient "la Bible et le Catéchisme de Pie X". (Préface de l'éditeur) Durant cette période, elle est accompagnée par le Père Romualdo Migliorini, un Servite de Marie (o.s.m.) [4] qui se fera le promoteur zélé, voire excessif, de l'œuvre [5].


Maria Valtorta dans les dernières
années de sa vie


Les dernières années de sa vie sont douloureuses : Maria Valtorta se renferme dans une sorte d'isolement psychique après avoir offert tout à Dieu, jusqu'à sa propre intelligence. Elle s'éteint le 12 octobre 1961 après avoir vu la publication de l'œuvre qui, selon les directives de Jésus, devait être posthume [6] puis sa mise à l'Index vingt mois avant sa mort. Elle laisse comme souvenir, la phrase suivante: "J'ai fini de souffrir, mais je continuerai à aimer".


Le petit oratoire de Maria Valtorta

La cause de béatification de Maria Valtorta, soutenue par les Servites de Marie de Florence, n'a pas aboutie.

Son œuvre :

Les visions de Maria Valtorta reportent de nombreuses scènes de l'enfance de Marie et de Jésus, de la Vie Publique de Jésus et des premiers temps de l'Église. Maria Valtorta est spectatrice et se veut une narratrice scrupuleuse de ce qu'elle voit, entend et ressent (chaleur, senteurs) [7]. Maria Valtorta n'a cependant pas partagé les stigmates visibles de la Passion comme d'autres voyantes : Anne Catherine Emmerich ou Thérèse Neumann.

Les dictées reportent des enseignements de Jésus et Marie principalement, mais aussi de l'Esprit-Saint ou de saints, voire de son ange gardien (nommé Azarias), plus occasionnellement. Maria Valtorta consigne alors ce qui lui est dicté en introduisant généralement le texte de la mention "Jésus (Marie) dit". Cela n'empêche pas les rares commentaires personnels de Maria Valtorta, parfaitement distincts de ce qu'elle dit recevoir grâce à l'emploi d'une écriture à la première personne.



Les trois-quarts de ses écrits forment ''l'Évangile tel qu'il m'a été révélé'', œuvre majeure et la seule polémique. L'édition française (1985), comporte 4.700 pages en 700 chapitres en dix volumes. Chaque chapitre correspond généralement à une scène évangélique : enfances de Marie puis de Jésus (Tome 1) - Vie Publique de Jésus s'étendant sur trois ans (Tomes 2 à 8) - Sa Passion (Tome 9) - Les premiers temps de l'Église de la Résurrection de Jésus à l'Assomption de Marie (Tome 10). Les épisodes, reçus dans un ordre aléatoire, sont remis en ordre chronologique sur les instructions de Jésus à Maria Valtorta [8].

Les autres écrits ont été regroupés dans trois "Cahiers" comportant essentiellement des catéchèses et des visions de premiers martyrs; ainsi que dans "Les leçons sur l'épître de saint Paul aux Romains". Cet ouvrage comporte les commentaires de Jésus sur la Création, la Grâce, la venue du Royaume de Dieu, la justice et de la miséricorde de Dieu. Enfin "Le livre d'Azarias". Ce livre a été dicté en 1946 et 1947 à Maria Valtorta par Azarias, son ange gardien. Il comporte un commentaire théologique et spirituel des messes festives du missel romain.

Sa mission de porte-parole :

Elle précise ce qu'elle appelle son travail : "écrire sous la dictée ou décrire ce qui se présente à moi. S'il s'agit de dictée et qu'elle se rapporte à un passage de la Bible, Jésus commence par me faire ouvrir le Livre au passage qu'Il veut expliquer. […] Si c'est la vision qui se présente, comme je l'ai dit, avec une image initiale qui est généralement le point culminant de la vision, et puis se déroule en suivant l'ordre […] je décris ce point, puis ce qui précède et ce qui suit"

Maria Valtorta évoque discrètement, dans certaines notes personnelles, les souffrances qu'elle endure. Mais Jésus, dans une dictée, est plus explicite et d'une portée plus générale: "Si vous saviez quel esclavage c’est que d’être instrument de Dieu […] Cela entraîne sommeil, faim, souffrances, fatigues, envie de penser à autre chose, de lire des écrits qui ne soient pas des paroles de source surnaturelle, de parler et d’entendre des choses ordinaires, l’envie d’être et de vivre comme tout le monde, ne serait-ce qu’un seul jour : tout cela, la brûlure inexorable de la volonté de Dieu les empêche de l’avoir et de le réaliser. Sur tout cela, la hargne des hommes dépose son sel et son acide, comme si le maître de la galère mettait du sel et du vinaigre sur les brûlures de ses esclaves." [9].

Maria Valtorta a du lutter contre les tentations de Satan mais a toujours gardé une éthique personnelle à l'œuvre.

Notes et Références :

[1] Plus de deux millions de volumes en douze langues, dont 1,5 millions pour les trente dernières années à ce qu'estime l'éditeur.

[2] Trois jours après son 23ème anniversaire.

[3] "Autobiographie", page 220

[4] Cette congrégation est liée à Maria Valtorta, tant dans sa promotion que dans sa défense. Elle est par ailleurs gardienne de sa dépouille dans la chapelle de ''Santa Annunziata'' à Florence.

[5] "Les Cahiers de 1944" - Dictée du 24 septembre, page 565 : "Il faudrait méditer sur le fait qu’un zèle excessif peut tout gâcher, plus que ne pourrait le faire un peu de lenteur à agir. Ce qui est forcé finit par se briser. Or cette chose, sainte, utile, voulue par Dieu contre ton désir [...] ne doit pas être brisée. Mais ce ne doit pas être un torrent tourbillonnant et impétueux qui passe, soumet, submerge, dévaste, mais ne fait que passer. Ce doit être au contraire une onde légère qui coule doucement, un petit filet d’eau qui irrigue et nourrit les racines sans abîmer la moindre plante. Un filet, ai-je dit, livré avec beaucoup de prudence et de modération, avec bonté et sans exclusivisme, mais en s’accompagnant de dignité. Or il a été livré, au contraire, avec un excès de hâte, d’abondance, de rigidité, d’exclusivisme".

[6] "Les Cahiers de 1943" - Dictée du 23 août, page 256 : "Quand ta main sera immobile dans la paix en attendant sa résurrection dans la gloire, alors, et seulement alors, ton nom sera mentionné".

[7] Dans le Tome 4, chapitre 99, page 65, Jésus commente : "Souviens-toi (Maria Valtorta) d'être tout à fait scrupuleuse pour répéter ce que tu vois. Même une bagatelle a de la valeur et elle n'est pas à toi, mais à Moi. Aussi, il ne t'est pas permis de l'escamoter. [...] Pour les dictées, tu es arrivée à la plus fidèle fidélité. Dans les contemplations, tu observes avec beaucoup d'attention, mais dans la hâte d'écrire, et à cause de ton état particulier de santé et de l'ambiance où tu te trouves, il t'arrive d'omettre quelque détail. Il faut l'éviter, mets-les au bas des pages mais indique-les tous".

[8] Dans le Tome 2 de "L'Évangile tel qu'il m'a été révélé", chapitre 2, page 11, Jésus dit : "Je ne suivrai pas dans les contemplations un ordre chronologique correspondant à celui des Évangiles. Je prendrai les points que je trouverai plus utiles en un jour déterminé pour toi ou pour d'autres, en suivant mon ordre d'enseignement et de bonté". Il fournit les motivations de l'œuvre et les détails de son organisation dans le Tome 10, chapitre 38 "Adieu à l'œuvre", page 295 et suivantes.

[9] Les cahiers de 1944, dictée du 24 septembre, page 565

SOURCE : http://www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta04.htm

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Admin
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages: 22446
Date d'inscription: 14/12/2009
Age: 113
Localisation: Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

L'Évangile tel qu'il m'a été révélé.

Message  Invité le Dim 9 Mai 2010 - 13:30

Lisez cette œuvre et faites-la lire"
Jésus (Chapitre 38, Volume 10 ) à propos de
" L’évangile tel qu’il m’a été révélé "
de Maria Valtorta.



Dimanche 9 mai 2010, Sixième dimanche de Pâques.


Evangile de Jésus-Christ selon saint saint Jean 14,23-29. À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m'aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n'est pas de moi : elle est du Père, qui m'a envoyé. Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. C'est la paix que je vous laisse, c'est ma paix que je vous donne ; ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne. Ne soyez donc pas bouleversés et effrayés. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m'en vais, et je reviens vers vous. Si vous m'aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit toutes ces choses maintenant, avant qu'elles n'arrivent ; ainsi, lorsqu'elles arriveront, vous croirez.
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
Correspondance dans "l'Evangile tel qu'il m'a été révélé" de Maria Valtorta : Tome 9, Ch 19, p 182 - CD 9, piste 65 -

Lire sur ce lien:
[url=http://www.mariavaltorta.fr/]http://www.mariavaltorta.fr/[/url]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum