RÉFLEXIONS SUR LA FOI DES MAGES
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

RÉFLEXIONS SUR LA FOI DES MAGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RÉFLEXIONS SUR LA FOI DES MAGES

Message  Invité le Dim 4 Déc 2011 - 6:20

RÉFLEXIONS SUR LA FOI DES MAGES
( Maria Valtorta, tome I, chapitre 57 , pages 210/217 )


Jésus dit :

« Et maintenant ? Que vous dire, maintenant, ô âmes qui sentez mourir votre foi ?
Ces Sages d'orient n'avaient rien qui les assurât de la vérité. Rien de surnaturel. Seulement leurs calculs astronomiques et leur travail de réflexion qu'une vie intègre rendait parfaite.

Et pourtant, ils ont eu la foi.
Foi en tout : foi dans la science, foi dans leur conscience, foi dans la bonté divine.


Par la science ils ont cru au signe de l'étoile nouvelle qui ne pouvait être que " celle " attendue depuis des siècles par l ' humanité : le Messie. Par la conscience ils ont eu la foi dans la même voix qui, recevant les " voix " célestes, leur disait : " C'est cette étoile qui indique la venue du Messie ". Par leur bonté, ils ont eu foi que Dieu ne les aurait pas trompés et, puisque leur intention était droite, Dieu les aurait aidés de toutes façons pour atteindre leur but.

Et ils ont réussi. Eux seuls, parmi tant de gens qui étudient les signes, ils ont compris ce signe, parce que eux seuls avaient dans l'âme le désir anxieux de connaitre les paroles de Dieu avec une intention droite dont la pensée profonde était de donner sans retard à Dieu louange et honneur.

Ils ne recherchaient pas un intérêt personnel. Bien plus, ils vont au devant des fatigues et des dépenses et ne demandent aucune compensation humaine.

Ils demandent seulement que Dieu se souvienne d'eux et les sauve pour l'éternité.


De même qu'ils ne pensent pour l'avenir à aucune récompense humaine, ainsi quand ils décident leur voyage, ils n'ont aucune préoccupation humaine. Vous, vous auriez formulé mille prétextes : " Comment ferai-je à faire un si long voyage, dans des pays et parmi des peuples de langues différentes ? Me croira-t-on ou m'emprisonnera-t-on comme espion ? Quelle aide me donnera-t-on pour franchir déserts et fleuves et montagnes ? Et la chaleur ? Et le vent des hauts plateaux ? Et les fièvres qui règnent dans les zones marécageuses ? Et les fleuves gonflés par les pluies ? Et la nourriture différente ? Et les langues diverses ? Et... et... et… ".

C'est ainsi que vous raisonnez. Eux n'ont pas raisonné de cette façon. Ils disent avec une sincère et sainte audace : " Toi, ô Dieu, tu lis ce que nous avons dans le coeur et tu vois quelle fin nous poursuivons. Nous nous remettons entre tes mains. Accorde-nous la joie surhumaine d'adorer ta Seconde Personne faite Chair pour le salut du monde ".

Suffit. Et ils se mettent en chemin depuis les Indes lointaines.
Des chaînes mongoliques sur lesquelles planent seulement les aigles et les vautours, où Dieu leur parle avec le fracas des vents et des torrents et Il écrit des paroles mystérieuses sur les pages illimitées des neiges.
Des terres où naît le Nil et d'où il s'avance, veine d'un verte d'azur jusqu'au coeur azuré de la Méditerranée, ni pics, ni forêts, ni sables, océans desséchés et plus dangereux que les océans marins n'arrêtent leur marche.
Et l'étoile brille sur leurs nuits, les empêchant de dormir. Quand on cherche Dieu, les habitudes animales doivent céder à des impatiences et des nécessités surhumaines.

L'étoile les amène du nord, de l'orient et du midi, et par un miracle de Dieu elle s'avance pour eux trois vers un même point. De même, par un autre miracle, elle les rassemble après de si longs parcours en ce même point. Et par un autre miracle encore, leur fait, anticipation de la Sagesse de la Pentecôte, le don de comprendre et de se faire comprendre, comme au Paradis où on parle une seule langue : celle de Dieu.


(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Un seul moment d'effroi les assaille quand l'étoile disparaît.

Message  Invité le Dim 4 Déc 2011 - 6:28

Jésus ajoute :

Un seul moment d'effroi les assaille quand l'étoile disparaît.

Alors, humbles parce que réellement grands, ils ne pensent pas que ce soit par la méchanceté des hommes que la chose arrive, que les gens corrompus de Jérusalem ne méritent pas de voir l'étoile. Ils pensent que c'est eux-mêmes qui ont démérité de Dieu et ils s'examinent, tremblants et contrits, déjà prêts à demander pardon.

Mais leur conscience les rassure. Ames habituées à la méditation, leur conscience est très sensible. Elle s'est affinée par une attention constante, une introspection aigüe qui fait de leur intérieur un miroir où se reflètent les plus petites traces des évènements journaliers. Ils s'en sont fait une maîtresse, une voix qui prévient et se fait entendre, je ne dis pas à la plus petite erreur mais à un simple regard vers la déviation ou l'erreur vers ce qui est humain, vers la complaisance pour ce qui est le moi. Aussi, quand ils se mettent en face de cette maîtresse, de ce miroir sévère et clair, ils savent qu'il ne mentira pas. Maintenant, elle les rassure et ils reprennent courage.

" Oh! douceur d'avoir conscience qu'il n'y a rien en nous de contraire à Dieu ! De savoir qu' Il regarde avec complaisance l'âme du fils fidèle et la bénit. De ce sentiment vient un accroissement de foi et de confiance et d'espérance et la force d'âme et la patience. En ce moment c'est la tempête. Mais elle passera, puisque Dieu m'aime et sait que je l'aime et Il ne manquera pas de m'aider, une fois de plus ".

Ainsi parlent ceux qui possèdent la paix, la paix qui vient d'une conscience droite qui dirige souverainement chacune de leurs actions.


J'ai dit qu'ils étaient " humbles parce qu'ils étaient réellement grands ". Dans votre vie, au contraire, qu'arrive-t-il ? Qu'un individu, non pas parce qu'il est grand, mais parce qu'il est violent, et il tire sa puissance avec la complicité de son influence et de votre sotte idolâtrie, voilà pourquoi il n'est jamais humble. Il y a de pauvres malheureux qui, pour le fait qu'ils sont majordomes d'un personnage influent, huissiers d'un bureau, employés d'une administration, sujets de celui qui leur a procuré une place, ils prennent des poses de demi-dieux. Ils font pitié !...

(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ils se considèrent comme un néant : poussière sur la poussière de la terre.

Message  Invité le Dim 4 Déc 2011 - 6:39

Jésus ajoute encore :

Eux, les trois Sages, étaient réellement grands.

Par leur vertu surnaturelle, en premier lieu, par leur science ensuite, et enfin par leur richesse.

Mais ils se considèrent comme un néant : poussière sur la poussière de la terre par rapport au Dieu Très-Haut qui crée les mondes par un sourire et les sème comme des graines pour rassasier le regard des anges avec des colliers d'étoiles.

Mais s'ils se considèrent comme rien en face du Dieu Très-Haut qui a créé la planète sur laquelle ils vivent et lui a donné une extraordinaire variété, en disposant, Lui Sculpteur Infini d' oeuvres sans limites, ici, d'un coup de pouce une couronne de douces collines et là, une ossature de dômes et de pics qui semblent des vertèbres de la terre, de ce corps démesuré qui a pour veines les fleuves, pour bassins, les lacs, pour coeur les océans, pour vête- ments les forêts, pour voiles les nuages, pour ornements les glaciers cristallins, pour gemmes les turquoises et les émeraudes, les opales et les béryls de toutes nuances qui, avec les bois et les vents, chantent le grand choeur de louanges à leur Seigneur .

Mais ils se sentent néant, en leur sagesse, en présence du Dieu Très-Haut d'où leur vient la sagesse et qui leur a donné un regard plus pénétrant que celui de leurs yeux pour voir les réalités : les yeux de l'âme qui savent lire dans les choses des paroles que n'a pas écrites une main humaine mais qui ont été gravées par la pensée de Dieu.

Mais ils ont conscience de leur néant comme possesseurs de richesses : atomes en comparaison des richesses du Possesseur de l'univers qui répand les métaux et les gemmes dans les astres et les planètes et des richesses inépuisables dans le coeur de ceux qui l'aiment.

Arrivés devant une pauvre maison, dans la plus insignifiante des cités de Juda, ils ne hochent pas la tête en disant : " Impossible ", mais ils courbent l'échine, fléchissent les genoux, s'humilient surtout en leur coeur et adorent.

Là, derrière ce pauvre mur, Dieu se trouve, ce Dieu qu'ils ont toujours invoqué n'osant jamais espérer d'avoir même de loin la possibilité de le voir, mais ils l'invoquent pour le bien du genre humain, pour " leur " bien éternel.


Oh ! c'est seulement cela qu'ils souhaitaient, de pouvoir le voir, le connaître, le posséder dans la vie où il n'y a plus d'aubes ni de crépuscules.

(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Il est là, Dieu, derrière ce pauvre mur.

Message  Invité le Dim 4 Déc 2011 - 6:51

Jésus continue :

Il est là, derrière ce pauvre mur.

Sans doute son Coeur de Bambin, qui est pourtant le Coeur d'un Dieu, perçoit les battements du coeur de ces trois qui, prosternés sur la poussière du chemin, crient :

" Saint, Saint, Saint.
Béni le Seigneur notre Dieu.
Gloire à Lui au plus haut des Cieux et paix à ses serviteurs.
Gloire, gloire, gloire et bénédiction ".

C'est cela qu'ils demandent avec un coeur tremblant d'amour. Pendant la nuit et la matinée qui suit, ils se préparent par la prière la plus vive à communier avec Dieu-Enfant. Ils ne vont pas vers cet autel qu'est un sein virginal qui porte l'Hostie Divine, comme vous y allez, l'âme remplie de préoccupations humaines.

Ils oublient sommeil et nourriture, et s'ils prennent les plus beaux habits, ce n'est pas par vanité humaine, mais pour faire honneur au Roi des rois. A la cour des souverains, les dignitaires entrent avec les plus beaux habits. Et pourquoi n'iraient-ils pas voir ce Roi avec leurs habits de fête ? Et quelle fête y aurait-il pour eux, plus grande que celle-là ?
Oh ! dans leurs pays lointains à plusieurs reprises, ils ont dû se parer pour des hommes qui étaient leurs égaux, pour les fêter et leur faire honneur.

Il est donc juste de prosterner aux pieds du Roi Suprême, pourpre et joyaux, soies et plumes précieuses. Mettre à ses pieds, à ses doux petits pieds, les textiles de la terre, les gemmes de la terre, les plumes de la terre, les métaux de la terre -tout qui appartient à son oeuvre- pour que, elles aussi, ces choses de la terre adorent leur Créateur. Et ils seraient heureux si la Petite Créature leur ordonnait de s'allonger sur le sol pour offrir un tapis vivant à ses pas de Bambin et leur marcher dessus, Lui qui a laissé les étoiles pour eux, poussière, poussière, poussière.

Ils sont humbles et généreux, obéissants aux " voix " du Très- Haut. Elles ordonnent de porter des cadeaux au Roi Nouveau-Né. Ils portent eux-mêmes ces dons. Ils ne disent pas : " Il est riche et n'en a pas besoin. Il est Dieu et ne connaîtra pas la mort ". Ils obéissent. Et ce sont eux qui les premiers secourent la pauvreté du Sauveur.

Comme il sera utile cet or pour ceux qui demain seront des fugitifs !
Comme elle sera expressive cette myrrhe pour celui qui bientôt sera mis à mort !
Comme il sera pieux cet encens pour qui devra respirer la puanteur
de la luxure des hommes qui bouillonne autour de sa pureté infinie !

(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ils sont humbles, généreux, obéissants et respectueux l'un de l'autre.

Message  Invité le Dim 4 Déc 2011 - 7:02

Jésus ajoute :

Ils sont humbles, généreux, obéissants et respectueux l'un de l'autre.

Les vertus enfantent toujours d'autres vertus.
Après celles qui s'adressent à Dieu, voilà celles qui s'adressent au prochain.
C'est le respect qui devient charité.


Au plus vieux il est réservé de parler au nom de tous, de recevoir pour le premier le baiser du Seigneur, et de le conduire par la main. Les autres pourront encore le voir, mais lui, il est âgé, non. Il est bien proche le jour où il retournera à Dieu. Il le verra ce Christ, après sa mort cruelle et le suivra dans le sillage des sauvés, quand il retournera au Ciel. Mais il ne le verra plus sur cette terre, et alors, pour viatique, il lui reste la tiédeur de la petite main qui se fie à sa main déjà ridée.

Il n'y a aucune envie chez les autres, mais au contraire un surcroît de respect pour le vieux sage. Il a mérité plus qu'eux et pendant un plus long temps. Le Dieu-Enfant le sait. Elle ne se fait pas encore entendre la Parole du Père, mais son geste est parole. Bénie soit son innocente parole qui indique l'ancien comme son préféré.

Mais, ô mes fils, il y a deux autres enseignements qui ressortent de cette vision.

L'attitude de Joseph qui sait se tenir à " sa " place. Présent, comme gardien et protecteur de la Pureté et de la Sainteté, mais il n'en usurpe pas les droits. C'est Marie, avec son Jésus, qui reçoit les hommages et à qui est adressée la parole.

Joseph s'en réjouit pour Elle et ne se fait pas de souci d'être un personnage secondaire. Joseph est un juste: il est le Juste. Et il est juste toujours, même à cette heure. Les vapeurs de la fête ne lui montent pas au cerveau. Il reste humble et juste.


Il est heureux des cadeaux. Pas pour lui. Mais il pense qu'avec ces présents il pourra procurer une vie plus facile à son Epouse et à l'Enfant. Il n'y a pas en Joseph de désir de richesses. C'est un travailleur, et il continuera de travailler. Mais que " Eux ", ses deux amours aient un peu d'aise et de confort. Ni lui, ni les Mages ne savent que ces dons serviront pour une fuite et une vie d'exil où ces richesses se dispersent comme des nuages chassés par le vent, et encore à un retour dans leur patrie. Ils auront alors tout perdu, clients et mobilier, ils ne trouveront que les murs de leur maison protégés par Dieu car c'était là qu'Il s'était uni à la Vierge et s'était fait Chair.

Joseph est humble, lui gardien de Dieu et de Celle qui était la Mère de Dieu et l'Epouse du Très-Haut, jusqu'à présenter l'étrier à ces vassaux de Dieu. C'est un pauvre charpentier parce que la violence des hommes a dépouillé les héritiers de David de leurs possessions royales. Mais il est toujours de race royale et a les manières d'un roi. C'est pour lui aussi qu'a été dit: " Il était humble parce que vraiment grand ".

(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Elle est ma Reine, avant d'être la vôtre, et son amour pour vous a des indulgences ...

Message  Invité le Dim 4 Déc 2011 - 7:12

Jésus parle de Marie :

Dernier, doux, expressif enseignement.

C'est Marie qui prend la main de Jésus, qui ne sait pas encore bénir,
et la guide dans le geste saint.


C'est toujours Marie qui prend la main de Jésus et la guide, maintenant encore. Maintenant Jésus sait bénir. Mais parfois, sa main transpercée retombe lasse et découragée parce qu'il est inutile de bénir. Vous détruisez ma bénédiction. Elle retombe encore indignée parce que vous me maudissez. C'est alors Marie qui contient cette indignation en baisant cette main. Oh ! le baiser de ma Mère ! Qui résisterait à ce baiser ? Puis, de ses doigts délicats, avec un amour si impérieux, elle prend mon poignet et me force à bénir. Je ne puis repousser ma Mère, mais il faut passer par Elle pour la faire votre Avocate.

Elle est ma Reine, avant d'être la vôtre, et son amour pour vous a des indulgences que le mien même ne connaît pas. Et Elle, sans parole, avec les perles de ses larmes et l'évocation de ma Croix dont Elle me fait tracer le signe en l'air, plaide votre cause et me persuade : " Tu es le Sauveur. Sauve ! ".

Voilà, mes fils, " l'Evangile de la Foi " dans la vision de la scène des Mages. Méditez et imitez, pour votre bien.»

Vendredi 3 mars 1944. Jésus dit : « Ecris cela seulement.

Il y a quelques jours, tu disais que tu meurs sans voir satisfait ton désir de visiter les Lieux Saints. Tu les vois et comme ils étaient quand je les ai sanctifiés par ma présence. Maintenant, après vingt siècles de profanations par haine ou par amour, ils ne sont plus comme ils étaient. Donc, à présent, toi, tu les vois et qui va en Palestine ne les voit pas. Ne t'attriste donc pas.

Deuxième chose : tu te lamentes de ce que même les livres qui parlent de Moi te semblent n'avoir plus de saveur aucune alors qu'autrefois tu les aimais tant. Cela aussi vient des conditions où tu te trouves. Comment veux-tu que te paraissent plus parfaites les oeuvres humaines lorsque c'est par mes soins que se manifeste à toi la réalité des faits ? Cette impression peut se produire même avec de bonnes traductions. Elles altèrent toujours la force de la phrase originelle. Les descriptions humaines, aussi bien pour les lieux que pour les faits et les sentiments, sont des " traductions " et pour cela toujours incomplètes, inexactes, sinon dans les paroles et les faits, mais dans les sentiments. Surtout maintenant que le rationalisme en a abimé la vie qui s'y exprimait. Aussi quand je donne à quelqu'un de voir et de savoir, toute autre description parait froide et laisse insatisfait et dégoûté.

Troisièmement : c'est vendredi. Je veux que tu revives ma souffrance. Je veux cela de toi aujourd'hui, que tu la revives dans ton esprit et ta chair. C'est assez. Souffre avec paix et amour. Je te bénis. »
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum