Interview - 2 février 2008 : Mgr Laurentin rencontre Luz Amparo à l'Escorial !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Interview - 2 février 2008 : Mgr Laurentin rencontre Luz Amparo à l'Escorial !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview - 2 février 2008 : Mgr Laurentin rencontre Luz Amparo à l'Escorial !

Message  Admin le Lun 20 Aoû 2012 - 0:20

INTERVIEW - 2 FÉVRIER 2008 : MGR LAURENTIN RENCONTRE LUZ AMPARO CUEVAS À L'ESCORIAL !

RENCONTRE de Luz Amparo Cuevas à l’ESCORIAL…Le 2 Février 2008…*Par Monseigneur René Laurentin *


Je vous prie mes frères et soeurs..de lire jusqu’au bout cet entretien émouvant et vraiment touchant.


Le texte est long, mais vous ne le regretterez pas .!!


**************************



Après la Messe de la Présentation de Jésus au Temple, Luz Amparo m’a reçu dans la grande maison de la Communauté.



Sont aussi présents le Chanoine Don José Arranz, aumônier de la Fondation de Torralba, et le Père José Maria, Chapelain de l’œuvre.


 


Luz Amparo est assise sur son fauteuil roulant car elle est affaiblie.


=*=======================*=


 


Mgr L : monseigneur Laurentin


 


L.A. : Luz Amparo Cuevas


=====================================


 


Mgr L : Quel a été votre premier contact avec la Sainte Vierge et comment l’avez-vous vécu ?


 


L A : Cette expérience m’a conduite au service des nécessiteux et en renouvelant mon esprit. Auparavant, je ne savais rien de tout cela et je vivais sans Dieu. J’ai toujours cru qu’il y avait quelque chose et Quelqu’un. Pour moi çà a été un enrichissement surtout dans la connaissance de Dieu et une grande joie pour mon âme qui peu à peu, a été comblée. Et on en arrive à se dire qu’on ne pourrait plus vivre sans Dieu. C’est quelque chose de très intime ; on mène une vie très intime avec Dieu et on en arrive à tomber amoureux de Lui, et de tout ce qui est de Lui : on ne peut plus vivre sans Lui.


 


 


Mgr L : Avez-vous perçu des paroles, des locutions, ou avez-vous eu des visions de la Sainte Vierge ou des Apparitions ?


 


L A : J’ai eu des apparitions de la Sainte Vierge et j’en ai eu beaucoup.


 


 


Mgr L : La première fois, c’était en quelle année ?


L A : En 1981.


 


Mgr L : Vous souvenez-vous du mois ?


L A : Oui, en Juin, le 14.


 


Mgr L : Était-ce une vision intérieure ou une vision qui se trouvait en face de vous ?


 


L A : Elle était devant moi mais pénétrait à l’intérieur de moi-même.


 


 


Mgr L : Oui, il en est toujours ainsi. Quand il s’agit d’une communication authentique, celle-ci n’est jamais purement extérieure.


L A : Mais pour ma part, je touchais et je voyais.


 


Mgr L : Pouvez-vous me décrire la Sainte Vierge, comment est-Elle ? Ses vêtements ? Son visage ?



L A : Je ne l’ai pas toujours vue vêtue de la même manière. Je l’ai souvent vue avec une tunique jaune (couleur du Vatican) et Elle avait les armoiries du Pape sur Sa cape. Sa chevelure est rousse, frisée. D’autres fois, je l’ai vue en Vierge douloureuse.


 


Mgr L : Avait-elle un voile ?


 


L A : Elle avait un voile qui se croisait sous le cou et était habillée d’un manteau noir et d’une tunique de couleur grenat. Ses yeux verts sont très beaux et nul mot ne peut exprimer la beauté de ce `vert’. C’est une beauté comme il n’y en a pas. Elle a un teint mat, bronzé comme si Elle avait pris le soleil.


 


Mgr L : La couleur des cheveux ?


L A : Roux.


 


Mgr L : Comme David.


L A : Elle est très belle.


 


Mgr L : Pendant combien de temps l’avez-vous vue ? Je pense que maintenant les Apparitions sont terminées.


 


L A : Maintenant les Apparitions sont privées.


Mgr L : Sans message ?


 


L A : Il y a des messages, mais ils sont privés. Ce matin la Vierge était en douloureuse. Elle est venue avec Son enfant et Elle me l’a donné pour que je l’embrasse.



Mgr L : Alors, rien n’est terminé ?


L A : Ça continue.


 


Mgr L : Quel est votre espoir pour l’avenir des Fondations ?


 


L A : Mon espoir est que chaque jour, cette œuvre grandisse en accueillant des pauvres et des nécessiteux. Je veux inculquer aux Religieuses qu’elles doivent se sanctifier en se consacrant aux pauvres et aux nécessiteux ; elles peuvent être fières de les accueillir et de s’en occuper.


 


Mgr L : Y -a-t-il encore des ennemis ?


 


L A : Des ennemis, nous en avons beaucoup et nous sommes très persécutés. Maintenant quelques évêques et quelques prêtres commencent à comprendre… Le Cardinal est en relation avec nous et notre relation est bonne.



Mgr L : Avec les deux Cardinaux, le précédent et l’actuel ?


 


L A : Oui. Le précédent a approuvé l’Association et il est venu célébrer la messe à la Fondation.


 


 


Mgr L : Il a passé une journée entière avec vous ?


L A : Oui. Il a parlé. Eux aussi sont très persécutés ; on en a parlé.



****************************************


 


Mgr L : Le Cardinal actuel est-il venu vous voir ?


L A : Non, c’est nous qui sommes allés le rencontrer à Madrid.


Mgr L : Il n’est pas venu vous voir ?


 


L A : Non, mais il va venir. Il y a des évêques qui sont venus, plusieurs membres de la Hiérarchie ainsi que des prêtres.


 


Mgr L : Y -a-t-il un message pour les pèlerins français ?


 


L A : La Sainte Vierge aime beaucoup les pèlerins français parce que les français ont une grande affection pour Elle. Elle les aime beaucoup. Elle leur donnera le centuple et c’est ce qu’Elle fait pour ceux qui travaillent dans cet œuvre et pour l’effort qu’ils font de conduire les pèlerins.


 


Mgr L : Je sens que c’est une bénédiction de Dieu et je l’avais ressenti lorsque je vous ai vue pour la première fois, que vous étiez avec le Seigneur, et que vous étiez transparente, un peu comme Bernadette.


 


L A : Non, je ne suis pas comme Bernadette. Je n’en suis pas là, j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir.


 


Mgr L : La même transparence pour nous. Je voudrais demander la bénédiction de la Sainte Vierge pour nous et aussi pour moi.


Il m’est difficile de bien servir la Sainte Vierge parce que, comme j’ai perdu mes yeux, il y a beaucoup de choses que je voudrais faire mais que je ne peux.


 


J’ai terminé plusieurs œuvres dont la vie de Marie et un autre volume sur la Présence… J’ai quasi terminé une œuvre sur la façon dont la Vierge a vécu concrètement toute sa vie.


 


Telle que nous la connaissons et comme nous connaissons sa prière, le Magnificat et tous les messages qu’Elle a reçus, si on les comprend, ils nous font pénétrer comment Elle a vécu.


 


 


M. G. Etcheverry : Luz Amparo a vu beaucoup de scènes de la vie de la Sainte Vierge.


 


 


Mgr L : Ah oui ? Mais vous ne l’avez pas écrit.


L A : Vous les avez dans les messages.



Mgr L : Quelles scènes avez-vous vues ? Par exemple…



L A : Comment St Joseph a fait connaissance de la Sainte Vierge. Elle quitte sa terre avec St Joseph. Ils n’avaient rien alors, pas de voiture.


 


Ils ont une mule et toutes leurs affaires sont sur la mule. Quand Elle est partie avec St Joseph, Elle était alors enceinte, l’Ange lui avait annoncé qu’Elle allait être mère, mère du Fils de Dieu.


 


Elle avait demandé comment, puis qu’Elle ne s’était engagée envers aucun homme et qu’Elle voulait garder sa virginité. Alors ils sont allés vivre, et Elle attendait qu’on leur remette un appartement. Quand ils ont trouvé un logement, Marie vivait dans une pièce et St Joseph dans une autre.


 


Mgr L : À Nazareth ?


 


L A : Oui, à Nazareth. Il respectait beaucoup la Sainte Vierge. Il ne l’a jamais vue se déshabiller car ils avaient deux chambres séparées. Il l’a toujours vue, vêtue.


 


Il a toujours eu un grand respect à son égard. Je vois la Sainte Vierge enceinte, elle est en train de coudre, les oiseaux chantent à sa fenêtre ; alors Elle leur demande de se taire parce qu’Elle est en train de parler avec Son enfant.


 


Les oiseaux se taisent. Alors Elle se met à converser avec Son Fils et l’enfant se mettait à genoux (dans le ventre de sa mère) pour prier avec Elle.



Et lorsque naît l’Enfant, la Sainte Vierge ne permet pas que St Joseph assiste à la naissance.



L’Enfant nait, et il naît comme s’Il était enveloppé d’or. Il va dans les mains de l’Archange St Gabriel, et l’Archange St Gabriel Le passe à l’Archange St Raphaël, et l’Archange St Raphaël Le passe à l’Archange St Michel. Les trois Archanges sont présents lors de la naissance de l’Enfant. Mais St Joseph voit tout en songe : St Joseph voyait, avant l’accouchement, que la Vierge était enceinte et que ce n’était pas de lui.



Alors il pensait que ce n’était pas possible. Il voyait que son ventre s’arrondissait. Il ne comprenait pas. Il faisait confiance à la Sainte Vierge mais Elle, Elle n’a pas voulu lui dire quoi que ce soit.



Elle le voyait souffrir mais Elle n’a rien voulu lui dire jusqu’à ce que Dieu lui révèle tout. Alors Joseph, qui était sur le point de La quitter, a tout vu en songe.


 


Mgr L : Avez-vous vu la fête d’aujourd’hui, quand Joseph et Marie sont allés au Temple avec Jésus ?



L A : Oui, j’ai vu comment les Anges le présentent au Temple qui est tout rempli d’anges. Et là il y a Siméon ; les Anges chantent de très beaux cantiques. Et l’enfant est le Fils de Dieu.


Il y a des scènes très touchantes. C’est très long, il y a beaucoup à dire.


******************************************


 


 


Mgr L : Avez-vous vu comment ils avaient perdu Jésus lorsqu’Il avait douze ans ?



L A : Oui. Ils allaient en colonne. Les hommes étaient avec les hommes et les femmes avec les femmes. Jésus allait donc avec Son père. Quant à la Sainte Vierge, Elle pensait que Jésus était avec Son père ; et St Joseph pensait que Jésus était avec Sa Mère.


 


Et ce, jusqu’à ce qu’Ils arrivent à une étape où tout le monde s’arrête et là Ils se sont rendus compte que l’enfant avait disparu. Alors Ils commencent à Le chercher partout et Ils reviennent sur leurs pas.


 


A l’entrée de Jérusalem, Ils demandent si l’on n’avait pas vu un enfant de 12 ans à cheveux blonds et bouclés. Dans plusieurs maisons, on leur dit qu’ils L’avaient vu mendier pour les pauvres et qu’Il était allé dans les faubourgs, distribuer aux pauvres tout ce qu’Il avait recueilli.


 


La Sainte Vierge et Saint Joseph Le cherchaient partout. Alors la Sainte Vierge dit à St Joseph : Notre enfant ne peut se trouver qu’en deux endroits : ou Il est dans le Temple, ou Il est avec les nécessiteux ou bien les malades.


 


Ils ont cherché dans les faubourgs et on leur a dit qu’effectivement, un enfant avait apporté de la nourriture et les avait laissés dans une grande paix et une grande tranquillité.


 


Ensuite Ils sont allés dans les hôpitaux et on leur a dit qu’un enfant était venu leur rendre visite et que l’état de santé de la plupart des malades s’en était trouvé amélioré.


 


Les malades étaient rentrés chez eux parce qu’ils avaient été guéris. Puis la Sainte Vierge et Saint Joseph sont allés au Temple chercher Jésus. Quand Ils sont entrés très discrètement dans le Temple.



Ils ont vu Jésus qui expliquait la Loi de Dieu à tous les docteurs et Ses explications les confondaient tous.



La Sainte Vierge s’est mise à genoux, en prières, et Elle disait que Son cœur était rempli de joie en voyant Son Fils.


Il en était de même pour St Joseph. Lorsque Jésus eut terminé son discours, Il s’approcha de Ses parents et Ils lui dirent :


 


`Mais où étais-Tu ? Nous te cherchions’. ‘Ne savez-Vous pas que Je dois être au service de Mon Père ?’ leur répondit Jésus.



Alors Ils demeurèrent sans parole car Ils comprirent la Sagesse qu’Il avait en Lui.


 



Mgr L : Avez-vous vu la Sainte Vierge au pied la Croix, lors de la mort de Jésus ? Comment L’avez-vous vue ?


 


L A : Oui. Elle s’agrippait aux pieds de Jésus en pleurant amèrement. J’ai vu toute l’amertume de la Sainte Vierge.


 


J’ai vu comment Elle suivait Son Fils avec Marie Madeleine. Et j’ai vu comment les soldats sont en train de fabriquer une croix ; et j’ai vu comment on l’insultait: `vois, cette croix est pour Ton Fils.


 


Mais la Sainte Vierge Marie a toujours suivi Son Fils jusqu’au Golgotha.


 


 


Mgr L : Elle L’a suivi avec les saintes femmes ?


 


L A : Oui, Elle a toujours été accompagnée, on ne L’a jamais laissée seule.



Mgr L : Et avec St Jean ?


 


L A : Avec St Jean. Saint Jean ne L’a jamais abandonnée. Alors, Jésus meurt. Le fouet avec lequel on le flagellait, avait un fer recroquevillé en quelque sorte et quand on le flagellait, on lui arrachait des lambeaux de chair.


 


 


Mgr L : C’est la flagellation.



L A : Oui, sur le chemin (du Golgotha), on Lui donnait des coups de pied sur le visage, aux jambes, aux pieds, et Il est tombé plus de trois fois. Il était tout ensanglanté, méconnaissable, rempli de sang jusqu’à ce qu’Il parvienne au Golgotha.


 


On L’a placé sur la croix sur laquelle Il priait, parce que, dans Sa maison, Jésus priait déjà tous les jours sur une croix. Alors Il a demandé cette croix-là et elle lui a été concédée.



Comme cette croix n’était pas à sa mesure, on a commencé à tirer Ses bras, et on L’a attaché avec une corde, à la ceinture, aux pieds et aux mains.


 


Mgr L : Attaché ou cloué ?


L A : On L’a d’abord attaché et ensuite cloué.


 


 


Mgr L : La Vierge était-Elle à la sépulture


avec Joseph d’Arimathie ?


L A : Oui, Elle y était.


 


****************************************


 


Mgr L : Avez-vous écrit toutes ces scènes de la vie de Jésus ?


L A : Ces scènes sont dans les messages.


P L : Ont-elles été publiées ?


 


 


 


M. G. Etcheverry : Il y a actuellement deux livres qui ont été publiés : `Les messages de1980 à 1984′ et `Les messages de 1992 à 1998′.


Mgr L : La Vie de la Sainte Vierge est racontée dans les messages ?


 


L A : Je ne peux parler davantage car je n’ai plus de salive. Il me manque une glande…


 


Mgr L : Je suis très heureux de vous avoir rencontrée,


 


 


 


Père José Maria : Y -a-t-il un traducteur pour la traduction en espagnol du `Dictionnaire des Apparitions’?


 


Mgr L : Il y aura une traduction en italien l’an prochain, une traduction en portugais, mais pas en espagnol.


 


Père José Maria : Quel dommage.


 


Mgr L : Peut-être que je trouverai quelqu’un.


 


L A : Le Père Laurentin est-il âgé ?


M. G. Etcheverry : Oui, il a 90 ans.



Mgr L : Peut-être faut-il vous laisser vous reposer maintenant ?



L A : J’ai une maladie : quand je parle, j’ai une glande qui s’assèche.


 


Mgr L : Faites une prière intérieure avec nous pour les pèlerins français et puis pour mes yeux, pour que je puisse servir mieux la Sainte Vierge.


 


L A : Je prierai pour vous.


 


Mgr L : Merci beaucoup.


L A : Nous allons partir.



Mgr L : Je vous remercie beaucoup pour le temps que vous m’avez consacré.


L A : Je prierai pour vous, pour votre cécité et votre pèlerinage.



Mgr Laurentin : Continuez. L’essentiel, c’est d’avoir la lumière éternelle et de pouvoir la communiquer et c’est plus difficile quand on a perdu la vue.


 


Luz Amparo : Mais ce que l’on a à l’intérieur, on peut l’exprimer par sa bouche.




SOURCE : http://myriamir.wordpress.com/2012/02/16/rencontre-de-luz-amparo-cuevas-a-lescorial-le-2-fevrier-2008-par-monseigneur-rene-laurentin/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37131
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum