Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  IDEAL le Lun 15 Avr 2013 - 18:44

Source : http://revelationcielitalie.free.fr/

Livret du Précieux Sang de Jésus
PDF : http://bit.ly/116RPlM

Ensuite allez sur SLOW DOWNLOAD et le PDF se télécharge directement sur votre ordinateur.

Table des matières du livret

- Chapelet du précieux sang
- Litanies du précieux sang (rédigées sur l'ordre du Saint-Père Jean XXIII par la Congrégation des Rites).
- Consécration mensuelle
- Prière quotidienne au précieux sang
- Prière au Précieux Sang. (Nihil Obstat Victor Quintal, v.g. S. Hyacinthe, le 5 novembre 1948. Imprimatur Arthur Douville, Evêque de S. -Hyacinthe)
- Les Sept offrandes du précieux sang de Jésus Christ au Père éternel
- Invocations au précieux sang de Jésus Christ (pour débarrasser l’âme et l’esprit des sortilèges et influences démoniaques).
- Neuvaine au très précieux sang de Jésus Christ
avatar
IDEAL
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 113
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  Ginou Saliba le Lun 15 Avr 2013 - 20:16

@ Ideal:


Meeerci ! Idéal pour cette richesse. Je suis a Montréal, je vais essayer de voir où est-ce que je peux trouver le chapelet, car sur le site c'est seulement des références en Europe. Que Dieu vous bénisse!
avatar
Ginou Saliba
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 5975
Date d'inscription : 13/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  IDEAL le Mar 16 Avr 2013 - 3:42

Ginou Saliba a écrit:@ Ideal:


Meeerci ! Idéal pour cette richesse. Je suis a Montréal, je vais essayer de voir où est-ce que je peux trouver le chapelet, car sur le site c'est seulement des références en Europe. Que Dieu vous bénisse!

Mais ils envoient dans tous les pays de langue française, même au Canada
avatar
IDEAL
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 113
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  IDEAL le Mar 16 Avr 2013 - 3:48

Dévotion au Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ
Une dévotion quotidienne pour notre temps

CONTACTEZ-NOUS :

Pour plus d’information et pour acheter ce livre, les chapelets et autres sacramentaux (scapulaires), CD d’évangélisation, livres religieux…

Association « Jésus Evangélisation »
1 Rue andré Chenier
34500 BEZIERS
France

Téléphone: 07.87.52.77.53



Vous pouvez vous procurer le chapelet du très précieux sang semi-cristal
(12 Euros) afin de pouvoir prier le chapelet du précieux sang proposé dans ce livret.

Nous vendons aussi d’autres chapelets du précieux sang à 9 Euros.

Nous donnons la permission de copier ce livret



TABLE DES MATIERES

Adresse de Jean XXIII sur le Précieux Sang Page 4

Chapelet du Précieux Sang Page 6

Litanies du Précieux Sang de Jésus-Christ Page 12

Consécration au Précieux Sang de Jésus-Christ Page 13

Prière au Précieux Sang de Jésus-Christ Page 15

Les 7 Offrandes du Précieux Sang de Jésus-Christ au Père éternel Page 16

Invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ Page 18
(Pour enlever de notre âme et de notre esprit les sortilèges et influences démoniaques)

Supplique au Précieux-Sang de Jésus-Christ Page 20
(Pour les personnes atteintes d’une maladie du sang)

Acte d’offrande au précieux sang de Jésus-Christ Page 20

Neuvaine au Très Précieux Sang de Jésus-Christ Page 21

Prières usuelles Page 25

Annexe 1
Les Promesses (Apparitions à L’escorial) Page 26

Annexe 2
Examen de conscience complet pour la confession sacramentelle Page 27




PROMOTION DE LA DÉVOTION AU TRÈS PRÉCIEUX SANG DE JÉSUS-CHRIST


Tiré de la lettre Apostolique
Inde a Primis par le Pape Jean XXIII.
(Juin 30, 1960).

La valeur du Sang du Dieu-Homme est illimitée – aussi illimitée que l’amour qui L’a poussé à le verser pour nous : premièrement, à la circoncision huit jours après sa naissance, et plus abondamment, à l’agonie au jardin des oliviers, à sa flagellation et au couronnement d’épines, à sa montée au Calvaire et sa crucifixion, et finalement de sa grande blessure dans son côté qui symbolise le sang divin se déversant sur tous les Sacrements de l’Église.

Tel amour sans borne suggère que quiconque est né dans ce torrent de ce sang divin va l’adorer avec un amour reconnaissant.

Le sang de la nouvelle et éternelle alliance mérite cette adoration de latrie lors de l’élévation pendant le sacrifice de la messe.

Mais telle adoration atteint le même but lors de la sainte communion avec le même sang uni au Corps du Christ. En relation intime avec le célébrant, le croyant peut alors démontrer ses propres sentiments: « Je prendrai ce Calice du salut et j’invoquerai le nom du Seigneur… Que le Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ préserve mon âme pour la vie éternelle. Amen. »

Alors aussi longtemps qu’ils viendront, en état de grâce, à la Sainte Table ils recevront en abondance les fruits de la rédemption et de la résurrection et la vie éternelle acquis pour tous les hommes par le sang que Jésus-Christ a versé « par l’Esprit Saint ». Nourri par son Corps et son Sang, partageant la force divine qui a soutenu les nombreux martyrs, ils feront face à tous les problèmes de chaque jour - au martyr même pour l’amour des valeurs chrétiennes et du royaume de Dieu.

Telle sera leur expérience d’un amour brûlant qui a fait dire à St Jean Chrysostome, « Que nous revenions de la sainte table comme des lions crachant le feu, devenant menaçant pour le démon, mais demeurant conscient de notre Tête et de l’amour qu’Il nous a démontré…Ce Sang, quand reçu en état de grâce, repousse les démons et les garde à distance, et même interpellent les anges et le Seigneur des anges…ceci est le prix du monde; par lui le Christ a racheté l’Église…Cette pensée va restreindre en nous les passions indisciplinées.

Pour combien de temps, en vérité, allons nous être attaché aux choses du présent? Pour combien de temps allons nous encore être endormis ? Combien de temps encore allons-nous prendre avant de penser à notre salut ? Rappelons-nous les privilèges que Dieu nous a accordés. Remercions-Le, glorifions-Le, et pas seulement par la foi mais par nos actes.

Vous savez très bien que votre rançon n’a pas été payée en monnaie terrestre, argent ou or ; elle a été payée par le Précieux Sang du Christ ; aucun agneau n’a jamais été une victime si pure, si immaculé. Si seulement ils prêtaient plus une oreille attentive à l’apôtre des Gentils; « Un grand prix a été payé pour votre rançon; glorifiez Dieu en faisant de vos corps le temple de sa présence. » Leurs vies exemplaires seraient l’exemple qu’elles doivent être.

L’Église du Christ remplirait plus efficacement sa mission. Dieu veut nous sauver tous, parce qu’Il a voulu que tous soient rançonnés par le Sang de son Divin Fils; Il les appelle tous à devenir membre du Corps Mystique dont le Christ est la tête. Si seulement les hommes étaient plus à l’écoute des appels de Sa Grâce, combien plus solide seraient les liens entre les individus et les nations. »


FETE DU TRES PRECIEUX SANG DE NOTRE SEIGNEUR JESUS CHRIST


La liturgie, ce résumé admirable de l'histoire de l'Église, nous rappelle chaque année que c'est à cette date qu'en 1849 fut vaincue, grâce au concours des armées françaises, la Révolution qui avait chassé le Pape de Rome.

Pour perpétuer le souvenir de ce triomphe et montrer qu'il était dû aux mérites du Sauveur, Pie IX, alors réfugié à Gaëte, institua la fête du Précieux Sang. Elle nous rappelle toutes les circonstances où il fut versé. En 1934 le Pape Pie XI, pour commémorer le 1900e anniversaire de la Mort du Sauveur, a élevé cette fête au rang de double de 1e classe.

Le Coeur de Jésus a fait circuler ce sang adorable dans ses membres ; aussi, comme en la fête du Sacré-Coeur, l'Évangile nous fait-il assister au coup de lance qui transperça le côté du divin Crucifié et en fit couler du sang et de l'eau. C'est l'union des deux témoignages que l'Esprit-Saint rendit au Messie lors de son baptême dans l'eau du Jourdain et lors de son baptême dans le sang sur la Croix.

" Les hommes, dit S. Augustin suivaient le démon et étaient ses esclaves, mais ils ont été rachetés de la captivité. Le Rédempteur est venu, et il a donné la rançon : il a répandu son sang et il a racheté le monde entier. Le sang du Christ est le salut pour qui l'accepte et le supplice pour qui le refuse "

Entourons de nos hommages le Sang précieux de notre Rédempteur, que le prêtre offre à Dieu à l'autel. (Tiré d'un vieux missel)



Comment prier cette dévotion ?

Nous conseillons comme dévotion quotidienne, les prières suivantes minimum :

1. Un mystère du Rosaire (Joyeux, Lumineux, Douloureux ou Glorieux) ou le Rosaire en entier

2. Chapelet du Précieux Sang

3. Litanies du Précieux Sang

4. Consécration au Précieux Sang

5. Les 7 offrandes du Précieux Sang de Jésus-Christ au Père éternel


***

Chapelet en l'honneur du Précieux Sang
de Notre Seigneur Jésus-Christ


O Dieu, viens à monde aide,
Seigneur, viens vite à mon secours.
Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit
au Dieu qui était et qui vient, pour les siècles et les siècles. Amen.

Introduction

Sang précieux versé pour moi par tant d'amour et de souffrance, Sang divin, je veux mettre en toi mon amour et mon espérance. Mon Dieu, pour prix de vos douleurs, Prenez tout mon sang comme offrande, faites que mon cœur répande à vos pieds un fleuve de pleurs. Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

Premier Mystère

Jésus a versé son sang dans la circoncision

« Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l'enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l'ange lui avait donné avant sa conception ». (Luc 2: 21)

D'un Dieu vengeur et tout-puissant, un enfant Dieu suspend le glaive:
L'offrande de son premier sang.

Aux cieux comme un parfum s'élève. Au ciel près d'un juge en courroux, Le sang d'Abel criait vengeance, Le sien prend la voix de l'enfance Afin de mieux prier pour nous.
Huit jours après sa naissance, notre divin Rédempteur répandit pour nous les prémices de son précieux sang. Ce fut alors que pour se conformer à la loi de Moïse, il se soumit à la circoncision.

Rappelez-vous, chrétien, que Jésus a voulu ainsi satisfaire à la divine justice pour tous vos dérèglements; efforcez-vous d'en éprouver une vive douleur, et promettez au Seigneur d'être désormais, avec le secours de sa puissante grâce, plus chaste de corps et d'esprit.

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.


Deuxième Mystère

Jésus a sué le sang dans le jardin des Oliviers

« Jésus sortit et se rendit comme d'habitude au mont des Oliviers, et les disciples le suivirent. Arrivé sur place, il leur dit: "Priez pour ne pas tomber au pouvoir de la tentation." Et lui s'éloigna d'eux à peu près à la distance d'un jet de pierre; s'étant mis à genoux, il priait, disant: "Père, si tu veux écarter de moi cette coupe... Pourtant, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui se réalise!"

Alors lui apparut du ciel un ange qui le fortifiait. Pris d'angoisse, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des caillots de sang qui tombaient à terre.

Quand, après cette prière, il se releva et vint vers les disciples, il les trouva endormis de tristesse. Il leur dit: "Quoi ! Vous dormez ! Levez-vous et priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation ! ». (Luc 22-39, 46)

O qu'il est triste et languissant ce Maître des cieux et du monde: je vois son front mêler du sang Avec la sueur qui l'inonde... Ce sang est ton accusateur, homme ingrat... c'est là ton ouvrage; qu'au moins cette cruelle image attendrisse et brise ton cœur !

Jésus, à la vue des ingratitudes dont les hommes allaient payer ses bienfaits, versa son sang en si grande abondance dans le jardin des olives, que la terre en fut tout arrosée.

Oh! chrétien, excitez-vous donc au repentir d'avoir si mal répondu aux ineffables miséricordes du Seigneur; et formez aujourd'hui une résolution sincère de faire un bon usage des grâces célestes et des saintes inspirations.

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

Doux Jésus, ma seule tendresse, ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

Troisième Mystère

Jésus à répandu son sang dans la flagellation

« Pilate, voulant contenter la foule, relâcha Barabbas, puis il livra Jésus, après l'avoir fait flageller, pour qu'il soit crucifié ». (Marc 15-15)

Sur toi les verges les bourreaux déchaînent un sanglant orage, pauvre agneau ! Ta chair en lambeaux ne saurait assouvir leur rage... Que de sang !... Pourtant tes douleurs ne sauraient trouver une plainte; et la haine en nous mal éteinte ose encore parler dans nos cœurs!...

Pendant sa cruelle flagellation, Jésus répandit son sang pour nous. Sa peau était déchirée, sa chair toute meurtrie, ce sang précieux coulait à flots de toutes les parties de son corps. Alors il l'offrait au Père éternel, en expiation de vos impatiences et de votre mollesse.

Comment donc ne pas mettre un frein à votre colère et à votre amour propre? Ah ! soyez à l'avenir plus patient dans les tribulations, apprenez à vous mépriser vous-même, et à recevoir avec humilité les outrages qu'on vous fait.

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.


Quatrième Mystère

Jésus a versé son sang dans le couronnement d'épines

Les soldats du gouverneur, emmenant Jésus dans le prétoire, rassemblèrent autour de lui toute la cohorte. Ils le dévêtirent et lui mirent un manteau écarlate ; avec des épines, ils tressèrent une couronne qu'ils lui mirent sur la tête, ainsi qu'un roseau dans la main droite; s'agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant: "Salut, roi des Juifs !" Ils crachèrent sur lui, et, prenant le roseau, ils le frappaient à la tête. Après s'être moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau et lui remirent ses vêtements. Puis ils l'emmenèrent pour le crucifier. Mt 27-27, 31.

Epines, ô sanglant bandeau qui d'un Dieu couronne la tête,
offert par la main d'un bourreau ! Fleurons à la poignante arête,
Humide encore du divin sang où votre dard cruel se trempe,
venez aussi toucher ma tempe et briser l'orgueil impuissant.

Le sang coula de la tête sacrée de Jésus quand il fut couronné d'épines, pour expier votre orgueil, et vos coupables pensées. Et vous continuerez encore à vous repaître d'orgueil, et à entretenir dans votre esprit des idées perverses, des images déshonnêtes? Ah! plutôt ayez toujours présent à la pensée votre néant, votre misère, votre faiblesse, et résistez avec courage aux iniques suggestions du démon.

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.


Cinquième Mystère

Jésus a répandu son sang en montant au Calvaire


Comme ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène qui venait de la campagne, et ils le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus. Il était suivi d'une grande multitude du peuple, entre autres de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.

Jésus se tourna vers elles et leur dit: "Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants. Car voici venir des jours où l'on dira : Heureuses les femmes stériles et celles qui n'ont pas enfanté ni allaité.

Alors on se mettra à dire aux montagnes: Tombez sur nous, et aux collines : Cachez-nous. (Luc 23, 26, 30) Sous sa croix il marche à pas lent, et chacun des pas qu'il doit faire va marquer d'un sillon sanglant les cruels sentiers du Calvaire.

Ce sang ! il t'accuse à grands cris, toi par qui le scandale arrive :
rends-moi, dit cette voix plaintive, rends-moi les cœurs que tu m'as pris.

Que de sang ne répandit pas notre aimable Sauveur sur le chemin du calvaire ? Succombant sous le fardeau de sa croix, il en arrosa les rues de Jérusalem, et tous les lieux par où il lui fallut passer.

Voilà, chrétien, ce qu'il a souffert en satisfaction de ces scandales, et de ces mauvais exemples qui devaient entraîner tant d'âmes dans la voie de la perdition.

Qui sait si vous n'êtes pas du nombre de ces malheureux ? Qui sait combien d'âmes auront été précipitées dans l'enfer par suite de vos mauvais exemples ? Et vous ne pensez y mettre aucun terme?

Ah ! du moins à l'avenir contribuez au salut de vos frères, par vos salutaires avis, par votre vie édifiante, et par l'exemple de bonnes et de saintes œuvres.

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.


Sixième Mystère

Jésus a répandu son sang dans le crucifiement

Arrivés au lieu dit "le Crâne", ils l'y crucifièrent ainsi que les deux malfaiteurs, l'un à droite, et l'autre à gauche. Jésus disait: "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font." Et, pour partager ses vêtements, ils tirèrent au sort. Le peuple restait là à regarder ; les chefs, eux, ricanaient ; ils disaient: "Il en a sauvé d'autres. Qu'il se sauve lui-même s'il est le Messie de Dieu, l'Elu!". Les soldats aussi se moquèrent de lui : s'approchant pour lui présenter du vinaigre, ils dirent: "Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même." Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui: "C'est le roi des Juifs."

L'un des malfaiteurs crucifiés l'insultait: "N'es-tu pas le Messie? Sauve-toi toi-même et nous aussi!" Mais l'autre le reprit en disant: "Tu n'as même pas la crainte de Dieu, toi qui subis la même peine ! Pour nous, c'est juste : nous recevons ce que nos actes ont mérité; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait: "Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras comme roi."Jésus lui répondit: "En vérité, je te le dis, aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis." (Luc 23-33, 43)

De son Dieu la terre est en deuil, Et la mort loin d'être assouvie
ose encore dans son orgueil au combat défier la vie.
Mais le sang fécond de l'Agneau saura bien lui ravir sa proie ;
elle est debout, et dans sa joie, brise les pierres du tombeau !

Ce fut surtout pendant son crucifiement, que Jésus répandit en abondance son sang précieux. Déjà ses veines étaient brisées, déjà ses artères étaient rompues, déjà ce baume salutaire de vie éternelle jaillissait comme un torrent de son divin corps, pour effacer les crimes et les iniquités du monde.

Qui voudra désormais continuer à pécher, et à renouveler ainsi la douloureuse Passion du Fils de Dieu?

O pleurez amèrement toutes vos fautes, venez les détester aux pieds du ministre sacré, commencez à présent même à vivre en chrétien, en vous rappelant que votre salut a coûté à Jésus tout Son sang.

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.


Septième Mystère

Jésus a versé du sang et de l'eau dans la blessure de la lance

Près de la croix de Jésus se tenaient debout sa mère, la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas et Marie de Magdala. Voyant ainsi sa mère et près d'elle le disciple qu'il aimait, Jésus dit à sa mère : "Femme, voici ton fils." Il dit ensuite au disciple: "Voici ta mère." Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après quoi, sachant que dès lors tout était achevé, pour que l'Ecriture soit accomplie jusqu'au bout, Jésus dit: "J'ai soif" ; il y avait là une cruche remplie de vinaigre, on fixa une éponge imbibée de ce vinaigre au bout d'une branche d'hysope et on l'approcha de sa bouche. Dès qu'il eut pris le vinaigre, Jésus dit: "Tout est achevé" et, inclinant la tête, il remit l'esprit.

Cependant, comme c'était le jour de la Préparation, les Juifs, de crainte que les corps ne restent en croix durant le sabbat-ce sabbat était un jour particulièrement solennel, demandèrent à Pilate de leur faire briser les jambes et de les faire enlever.

Les soldats vinrent donc, ils brisèrent les jambes du premier, puis du second de ceux qui avaient été crucifiés avec lui. Arrivés à Jésus, ils constatèrent qu'il était déjà mort et ils ne lui brisèrent pas les jambes. Mais un des soldats, d'un coup de lance, le frappa au côté, et aussitôt il en sortit du sang et de l'eau.

Celui qui a vu a rendu témoignage, et son témoignage est conforme à la vérité, et d'ailleurs celui-là sait qu'il dit ce qui est vrai afin que vous aussi vous croyiez. En effet, tout cela est arrivé pour que s'accomplisse l'Ecriture: Pas un de ses os ne sera brisé; il y a aussi un autre passage de l'Ecriture qui dit : Ils verront celui qu'ils ont transpercé. (Jean 19: 25, 37)

Mère d'amour et de bonté,
par ce pur sang qu'un fer de lance
a fait jaillir du saint côté d'un Dieu
qui vous doit la naissance,
lancez vers moi des dards de feu,
des étincelles dont la flamme
réveillent enfin dans mon âme
l'amour que je dois à mon Dieu !

Après la mort de Jésus son sang coula encore. Son côté fut entr'ouvert par la lance, et son cœur en fut percé. Il en sortit aussitôt du sang et de l'eau, pour nous montrer que Jésus avait répandu jusqu'à la dernière goutte de son divin sang pour notre rédemption.

O bonté infinie de mon Sauveur ! Qui pourra ne pas vous aimer ? Quel cœur ne se sentira pas embrasé d'amour pour vous, après que vous avez tant fait pour nous racheter?

Mais puisque les expressions me manquent, j'invite tous les anges et tous les saints du paradis, j'invite Marie notre Mère à bénir, à louer, à glorifier votre précieux sang. Oui, vive le sang de Jésus, maintenant, toujours, et dans tous les siècles des siècles! Ainsi soit-il.

Trois Notre Père et un Gloire au Père

(Pour indiquer les trois heures que Jésus a passées sur la croix, et pour achever les trente-trois Pater en mémoire des trente-trois années de sa vie terrestre.)

Vous nous avez rachetés, Seigneur par votre Sang,
Et vous avez fait de nous le royaume de Dieu.

Prions

Dieu éternel et tout-puissant qui avez constitué votre fils unique, Rédempteur du monde, et avez voulu être apaisé par son sang, faîtes, nous vous en prions, que, vénérant le prix de notre salut et étant par lui protégés sur la terre contre les maux de cette vie, nous recueillions la récompense éternelle dans le Ciel. Par le même Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi-soit-il.

Prière Finale

O sang précieux, source d'éternelle vie, prix et rançon de tout l'univers, qui désaltérez et purifiez nos âmes, qui plaidez incessamment la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément ; je voudrais, autant que cela dépend de moi, réparer les injures et les outrages que vous recevez des hommes, et surtout de ceux qui ont l'audace de vous blasphémer.

Qui pourrait ne pas bénir ce sang dont la valeur est infinie? Qui ne se sentira pas enflammé d'amour pour Jésus qui l'a versé? Que deviendrais-je si je n'avais pas été racheté par ce sang divin? Qu'est-ce qui l'a fait couler jusqu'à la dernière goutte des veines de mon Sauveur? N'est-ce pas l'amour?

O amour immense qui nous a donné ce baume salutaire ! O baume inestimable, jailli de la source d'un amour infini, faites que tous les cœurs, que toutes les langues puissent vous adorer, vous louer et vous rendre grâces, maintenant et pendant toute l'éternité. Ainsi soit-il.

****

Litanies du Précieux Sang de Jésus Christ

(Cette Litanie fut rédigée sur l'ordre du Saint-Père Jean XXIII par la Congrégation des Rites. Elle est particulièrement recommandée à l'usage de tous les fidèles).

Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus Christ, ayez pitié de nous
Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus Christ, écoutez-nous
Jésus Christ, exaucez-nous

Père Céleste, qui Êtes Dieu, ayez pitié de nous
Fils Rédempteur du monde, qui Êtes Dieu, ayez pitié de nous
Esprit Saint, qui Êtes Dieu, ayez pitié de nous
Trinité Sainte, qui Êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous

Sang du Christ, Verbe de Dieu, fait homme, ayez pitié de nous
Sang du Christ, alliance nouvelle et éternelle, ayez pitié de nous
Sang du Christ, qui coula au Jardin des Oliviers, ayez pitié de nous
Sang du Christ, qui fut versé à la Flagellation, ayez pitié de nous
Sang du Christ, qui jaillit au Couronnement d'épines, ayez pitié de nous
Sang du Christ, qui fut versé sur la Croix, ayez pitié de nous
Sang du Christ, rançon de notre salut, ayez pitié de nous
Sang du Christ, sans lequel il n'est point de Pardon, ayez pitié de nous
Sang du Christ, breuvage Eucharistique, ayez pitié de nous
Sang du Christ, fleuve de Miséricorde, ayez pitié de nous
Sang du Christ, victoire sur les démons, ayez pitié de nous
Sang du Christ, force des martyrs, ayez pitié de nous
Sang du Christ, soutien des confesseurs, ayez pitié de nous
Sang du Christ, source vivifiante de pureté, ayez pitié de nous
Sang du Christ, soutien de ceux qui sont en péril, ayez pitié de nous
Sang du Christ, secours de ceux qui pleurent, ayez pitié de nous
Sang du Christ, espérance des pénitents, ayez pitié de nous
Sang du Christ, réconfort des agonisants, ayez pitié de nous
Sang du Christ, Paix et Joie des coeurs, ayez pitié de nous
Sang du Christ, gage de la Vie future, ayez pitié de nous
Sang du Christ, délivrance des âmes du Purgatoire, ayez pitié de nous
Sang du Christ, digne de toute gloire et de toute louange, ayez pitié de nous

Agneau de Dieu, qui enlevez le péché du monde, exaucez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui enlevez le péché du monde, délivrez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui enlevez le péché du monde, ayez pitié de nous Seigneur,

Vous nous avez rachetés, Seigneur par Votre Précieux Sang,
Vous nous avez rendus héritiers du Royaume de Dieu.

Dieu Tout Puissant et Eternel, qui avez envoyé Votre Fils unique pour sauver le monde, et nous avez réconciliés avec Vous par l'Offrande de Son Précieux Sang, nous Vous prions de nous accorder la Grâce de vénérer dignement ce qui fut le prix de notre salut et d'être protégés, par les Mérites de ce Précieux Sang, des adversités de cette vie, afin que nous puissions jouir éternellement de Vos Bienfaits dans le Ciel. Par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.


****

Consécration au Précieux Sang de Jésus Christ

O Jésus, Mon bien aimé Sauveur, présent au tabernacle pour être la force la joie et la nourriture de nos âmes, je viens me consacrer à votre précieux sang et vous jurer un amour et une fidélité inviolable.

Pénétré de douleur au souvenir de vos souffrances à la vue de votre croix et à la pensée de votre sang que tant d'âmes ingrates outrageant et méprisent je désire en vous consacrant tout mon être réjouir votre cœur et vous faire oublier mes propres offenses et celles de mes frères.

Je ne veux plus vivre, o Jésus que par votre Sang et pour votre Sang que je prends à jamais pour mon trésor et le plus cher objet de mon amour.

O Miséricordieux rédempteur daignez me regarder comme un perpétuel adorateur de votre Très précieux sang et accepter mes prières, mes oeuvres et mes sacrifices comme autant d'actes de réparation d'amour.

Vin céleste qui faites germer la pureté et la force, inondez mon âme et faites en un vivant calice d'où s'échappe continuellement la grâce et sur ceux qui vous aiment et surtout sur les pauvres pécheurs qui vous offensent.

Enseignez-moi comment vous honorer et comment vous attirer les cœurs froids et endurcis afin qu'ils sentent combien vos consolations surpassent celles de la terre.

O sang de mon sauveur crucifié détachez-moi du monde et de l'esprit du monde faites moi aimer la souffrance et le sacrifice en marchant à la suite de sainte Catherine de Sienne qui Vous a tant aimé et que je choisis aujourd'hui pour patronne spéciale.

Soyez ô Très précieux sang ma force dans les épreuves et les combats de l'exil et faites qu'à l'heure de la mort, je puisse vous bénir d'avoir été la consolation et la sanctification de ma vie avant d'être au ciel l'éternel objet de mes louanges et de mon amour.

Ainsi soit-il.


***


Prière quotidienne au Précieux Sang

C'est par la voix de votre Sang, ô Jésus, que je viens vous presser, vous solliciter, vous importuner... Quoique vous sembliez rejeter mes supplications, je ne quitterai point vos pieds sanglants que vous ne m'ayez exaucé. Trop de grâces, trop de miséricordes ont jailli de vos plaies pour que je n'espère pas jusqu'à la fin en l'efficacité du Sang qui en découle !

Donc, ô Jésus, par votre Sang sept fois répandu, par chacune des gouttes du Prix sacré de ma rédemption,-- par les larmes de votre Mère Immaculée, je vous en conjure, je vous en supplie, exaucez mon instante prière.

(Spécifiez ici votre demande.)

O vous qui, aux jours de votre vie mortelle, avez consolé tant de souffrances, guéri tant d'infirmités, relevé tant de courages, n'aurez-vous pas pitié d'une âme qui crie vers vous du fond de ses angoisses ?... Oh ! non, cela est impossible !... Encore un soupir de mon coeur, et de la plaie du vôtre, ô Jésus, va s'échapper, dans un flot de Sang miséricordieux, la grâce tant désirée!... O Jésus! Jésus! hâtez le moment où vous changerez mes pleurs en allégresse, mes gémissements en actions de grâces !

O Marie, Source du Sang divin, je vous en conjure, ne laissez point perdre cette occasion de faire glorifier le Sang qui vous a faite Immaculée. Ainsi soit-il.
(100 jours d'indulgence)

Nihil obstat***Victor Quintal, v.g.***S.-Hyacinthe, le 5 novembre 1948.

Imprimatur:+ Arthur Douville, Évêque de S.-Hyacinthe, S.-Hyacinthe, 5 novembre 1948.


Les Sept offrandes
du Précieux Sang de Jésus Christ au Père éternel

I

Père éternel et tout-puissant, je vous offre: le précieux sang
de Jésus-Christ, votre Fils bien-aimé et mon divin
Rédempteur, pour la propagation et l'exaltation de notre
sainte mère l'Eglise, pour la conservation et la prospérité de
son chef visible le souverain Pontife, pour les cardinaux,
évêques et pasteurs des âmes, et pour tous les ministres du
sanctuaire.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous
a sauvés.


II

Père éternel et Tout-Puissant, je vous offre les mérites du
sang précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon divin
Rédempteur, pour la conservation de la paix et de la
concorde entre les rois et princes catholiques, pour
l'humiliation des ennemis de la sainte foi, et pour la félicité du peuple chrétien.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous a sauvés.

III

Père tout-puissant et éternel, je vous offre les mérites du sang précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon divin Rédempteur, pour le retour des incrédules à la lumière de la foi, pour l'extirpation des hérésies et la conversion des pauvres pécheurs.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous a sauvés.

IV

Père éternel et Tout-puissant tout-puissant, je vous offre les mérites du sang précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon divin Rédempteur, pour mes parents, amis et ennemis, pour les pauvres, les
malades, les malheureux et tous ceux enfin pour lesquels vous savez que je dois prier, et vous voulez que je prie.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous a sauvés.


V

Père éternel et tout-puissant, je vous offre les mérites du sang précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon divin Rédempteur, pour tous ceux qui aujourd'hui passeront à l'autre vie, afin que vous les délivriez des peines de l'enfer, et les admettiez à la jouissance de votre gloire.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous a sauvés.


VI

Père éternel et tout-puissant, je vous offre les mérites du précieux sang de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon divin Rédempteur, pour tous ceux qui savent apprécier ce grand trésor, pour ceux qui sont unis avec moi, dans l'adoration et la vénération de ce sang précieux, et pour ceux qui travaillent à en propager la dévotion.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous a sauvés.


VII

Père tout-puissant et éternel, je vous offre les mérites du précieux sang de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon divin Rédempteur, pour tous mes besoins spirituels et temporels, pour le soulagement des saintes âmes du purgatoire, de celles surtout qui ont été dévotes à ce sang adorable, et aux douleurs et souffrances de la très-sainte Vierge, notre tendre Mère.

Gloire au Père...

Louanges et grâces à jamais à Jésus, qui par son sang nous a sauvés.
Louons Jésus et Marie, Louons-les toujours.

Prions

Dieu éternel et tout-puissant qui avez constitué votre fils unique, Rédempteur du monde, et avez voulu être apaisé par son sang, faîtes, nous vous en prions, que, vénérant le prix de notre salut et étant par lui protégés sur la terre contre les maux de cette vie, nous recueillions la récompense éternelle dans le Ciel. Par le même Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi-soit-il.

Vive le sang de Jésus maintenant, et toujours, et dans tous les siècles des siècles.


****

Invocation au Très Précieux Sang de Jésus

Cette prière est destinée à la pratique de l’auto-délivrance. C’est une aspersion intense du Sang du Christ. Il s’agit d’une douche spirituelle dont le but est de débarrasser l’âme et l’esprit des sortilèges et influences démoniaques. Son effet est curatif et immédiat.

De plus, l’invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ fait partie de l’exorcisme sanctifiant, notion que nous développerons ultérieurement. Cette prière peut être récitée de façon occasionnelle ou au cours d’une séance planifiée. La répétition et l’ardeur augmentent l’intensité et l’étendue de l’action salvifique. L’exercice prolongé de l’invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ provoque des modifications radicales et profondes dans l’esprit du pratiquant.

Des personnes peu avisées pourraient ne pas percevoir les effets et seraient tentées d’abandonner. Agir ainsi revient à participer implicitement à l’action démoniaque qui est toujours négative et dévastatrice. Nous conseillons donc de réciter l’invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ avec confiance, ferveur et persévérance.

Conditionnement psychique

1) Prière mentale
Seigneur Jésus, je t’adresse cette prière afin que par les mérites de Ton Précieux Sang je sois lavé de tout péché, souillure et sortilège. Que ce Sang généreusement versé pour la gloire de Dieu et le salut du monde, me délivre des ténèbres et me conduise à la lumière et à la vérité, par Jésus-Christ notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec le Père dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

2) Projection mentale
Au moment où il récite l’invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ, le priant s’imagine au pied de la Croix de Jésus, recevant sur sa tête le Sang qui dégouline du Corps du Christ. Il est conseillé de pratiquer sur soi une projection mentale analogue à l’invocation de chaque partie du Corps du Christ.

3) Conjuration mentale
La conjuration universelle élémentaire d’exorcisme est la suivante :
Que tous sortilèges et maléfices soient anéantis par la force du Précieux Sang de Jésus-Christ. Cette conjuration peut servir de conclusion à l’invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ.

Invocation au Précieux Sang de Jésus-Christ

O Jésus, Agneau de Dieu immolé pour la gloire de Dieu
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Enlève nos péchés et délivre-nous du démon
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Sang qui coula de la Couronne d’épines
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Délivre-nous de l’oppresseur de nos âmes
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Sang qui coula de la main droite de Jésus
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Applique en nous la justice de notre Créateur
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Sang qui coula de la main gauche de Jésus
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Rétablit en nous la lumière et la droiture de l’Esprit de Dieu
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Sang qui coula du pied droit de Jésus
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Affermit notre foi dans l’Amour de Dieu
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Sang qui coula du pied gauche de Jésus
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Assure notre marche vers le salut éternel
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Sang qui coula du coeur ouvert de Jésus
R : Sang du Christ sauvez-nous.

Rends nos coeurs semblables au Coeur de Jésus
R : Sang du Christ sauvez-nous.


Amen.

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père

***

Supplique au Précieux Sang de Jésus

Pour les personnes atteintes d’une maladie de sang

Précieux-Sang qui avez abondamment coulé
des plaies du Corps sacré du Sauveur pour purifier le monde,
lavez mon âme souillée par mes nombreux péchés,
et donnez moi un sincère repentir qui puisse
toucher Jésus et m’obtenir son pardon.

Voyez mes maux, ma détresse, les épreuves
qui angoissent mon cœur et que mes péchés m’ont mérité

Au jardin des Oliviers, Vous avez abreuvé
la terre quand Jésus, saisi de frayeur
à l’approche de sa cruelle Passion agonisait
de souffrances pour les pécheurs.

Venez par une sainte communion soulager
mes peines et rendre la santé à mon sang malade,
si telle est la volonté de Dieu
Et parce que j’aurai reçu Votre marque sacrée,
que l’Ange de la mort n’osera s’approcher de moi et ne pourra
désormais m’arracher à Votre protection sous
laquelle je veux vivre toujours. Ainsi soit-il.


***

Acte d’offrande

Père éternel, recevez le Sang de votre Fils.
Prenez ses Plaies.
Prenez son Coeur.
Regardez sa tête couronnée d’épines

Ne permettez pas qu’une fois de plus
Ce Sang soit inutile
Voyez ma soif de vous donner des âmes

Ô mon Père, ne permettez pas
que ces âmes se perdent.
Mais sauvez-les,
Afin qu’elles vous glorifient éternellement.
Amen
Sœur Josefa Ménendez



avatar
IDEAL
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 113
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  IDEAL le Mar 16 Avr 2013 - 3:49

suite du livret :

Neuvaine au très Précieux Sang de Jésus Christ

“Je vous demande de prier afin que l’humanité contemporaine fasse l’expérience de la force du sang du Christ versé sur la Croix pour notre salut !” (Exhortation du pape Benoît XVI le 5 juillet 2006)

Que le Sang-Précieux de Jésus-Christ nous garde et nous protège tous, aujourd’hui et à jamais ! Amen !

Prières de chaque jour de la neuvaine :

Appel à l’Esprit-Saint, invocation ou chant à l’Esprit-Saint.

Credo, Notre Père, Je Vous salue Marie, Gloire au Père

Actions de grâces et Louanges avec cette prière :
O Sang Très Précieux de Notre Seigneur Jésus-Christ, source de la vie éternelle, prix et rançon de l’univers, bain sacré de nos âmes, qui défendez sans cesse la cause des hommes près du Trône de la Suprême Miséricorde, je vous adore profondément.


Premier jour de la neuvaine

Extrait du Chapelet du Très Précieux Sang :
En l’honneur de la première effusion du Sang de Jésus :
La Circoncision,

Père Eternel, par les mains immaculées de Marie et le Divin Cœur de Jésus, je t'offre les premières plaies, les premières douleurs et la première effusion de sang versé par Jésus pour expier les péchés de l'homme, de la jeunesse, les miens, et pour le renoncement aux premiers péchés mortels, surtout dans ma parenté.

Prières de chaque jour de la neuvaine

****

Deuxième jour de la neuvaine

En l’honneur de la deuxième effusion du Sang de Jésus : L’Agonie au jardin de Gethsémani.

Père Eternel, par les mains immaculées de Marie et le Divin Cœur de Jésus, je t'offre les douleurs horribles du Cœur de Jésus au jardin des Oliviers, et chaque goutte de sa sueur de sang pour expier tous les péchés de cœur, les miens, pour le renoncement à de tels péchés et pour l'accroissement de l'amour de Dieu et du prochain.

Prières de chaque jour de la neuvaine :

****
Troisième jour de la neuvaine


En l’honneur de la troisième effusion du Sang de Jésus :
La Flagellation,

Père Eternel, par les mains immaculées de Marie et le Divin Cœur de Jésus, je t'offre les milliers de plaies, les douleurs cruelles et le précieux Sang de Jésus lors de sa flagellation, pour tous les péchés de la chair, les miens, pour le renoncement à de tels péchés et pour la conservation de l'innocence, surtout dans ma parenté.

Prières de chaque jour de la neuvaine :

****
Quatrième jour de la neuvaine

En l’honneur de la quatrième effusion du Sang de Jésus :
Le Couronnement d’épines,

Père Eternel, par les mains immaculées de Marie et le Divin Cœur de Jésus, je t'offre les plaies, les douleurs et le précieux Sang de la tête sainte de Jésus lors de son couronnement d'épines, pour expier tous les péchés d'esprit de l'homme, les miens, pour le renoncement à de tels péchés et pour l'extension du règne du Christ sur la terre.

Prières de chaque jour de la neuvaine :

****
Cinquième jour de la neuvaine

En l’honneur de la cinquième effusion du Sang de Jésus :
Le Portement de la Croix,

Père Eternel, par les mains immaculées de Marie et le Divin Cœur de Jésus, je t'offre les douleurs de Jésus sur le chemin de Croix, surtout sa sainte plaie de l'épaule, le Précieux Sang pour alléger le poids de la Croix, mes murmures contre les saintes ordonnances, tous les péchés commis, pour le renoncement à de tels péchés et pour un véritable amour à la Sainte Croix.

Prières de chaque jour de la neuvaine :

****
Sixième jour de la neuvaine

En l’honneur de la sixième effusion du Sang de Jésus :
le Crucifiement,

Père Eternel, par les mains immaculées de Marie et le Divin Cœur de Jésus, je t'offre ton Divin Fils, cloué et élevé sur la Croix, ses plaies aux mains et aux pieds et tout Son Précieux Sang versé pour nous, son Extrême pauvreté, son obéissance parfaite, toutes les affres de son Corps et de son Âme, sa précieuse mort et son mémorial non sanglant dans toutes les Saintes Messes de la terre, pour expier toutes les atteintes aux vœux et aux saintes institutions, en satisfaction de mes péchés et ceux du monde entier, pour les malades et les mourants,
pour obtenir de saints prêtres et laïcs, aux intentions du Saint Père, pour la restauration de la famille chrétienne, pour fortifier et encourager la foi, pour notre pays, pour l'unité des 5 peuples dans le Christ et Son Eglise, ainsi que dans tous les pays où les Chrétiens sont en minorité.

Prières de chaque jour de la neuvaine :

****
Septième jour de la neuvaine

En l’honneur de la septième effusion du Sang de Jésus :
Le Percement du cœur par la lance du soldat,

Père Eternel, accepte, pour le besoin de la Sainte Eglise et en expiation des péchés des hommes, ces précieux dons, Eau et Sang, jaillis de la plaie du Divin Cœur de Jésus.

Sang du Christ, dernier contenu de Ton Sacré Cœur, lave-moi et purifie-moi de tous mes Péchés Coupables.
Eau du côté du Christ, lave-moi et purifie-moi de mes premiers péchés et sauve moi, ainsi que toutes les pauvres âmes, des flammes du purgatoire.

Prières de chaque jour de la neuvaine

****

Huitième jour de la neuvaine

0 Sang très précieux, source de la vie éternelle, prix et rançon de l'univers, bain sacré de nos âmes, qui défendez sans cesse la cause des hommes près du trône de la suprême miséricorde, je vous adore profondément.

Je voudrais, s'il était possible, compenser les injures et les outrages que vous recevez continuellement de la part des hommes, et surtout de la part de ceux qui osent blasphémer.

Qui pourrait ne pas bénir ce Sang d'une valeur infinie, ne pas être enflammé d'amour pour Jésus qui l'a répandu ?

Que serais-je devenu, si je n'avais été racheté par ce Sang Divin, que l'amour a fait sortir jusqu'à la dernière goutte des veines de mon Sauveur ?

O amour immense, qui nous avez donné ce baume salutaire ! O baume inestimable, qui provenez de la source d'un amour
infini ! Je vous en conjure, que tous les cœurs et toutes les langues vous louent, vous bénissent et vous rendent grâce, maintenant, toujours,

Prières de chaque jour de la neuvaine

****

Neuvième jour de la neuvaine

Prière de Consécration au Précieux Sang de Jésus-Christ

O Jésus, Mon bien aimé Sauveur, présent au tabernacle pour être la force la joie et la nourriture de nos âmes, je viens me consacrer à votre précieux sang et vous jurer un amour et une fidélité inviolable.

Pénétré de douleur au souvenir de vos souffrances à la vue de votre croix et à la pensée de votre sang que tant d'âmes ingrates outrageant et méprisent je désire en vous consacrant tout mon être réjouir votre cœur et vous faire oublier mes propres offenses et celles de mes frères.

Je ne veux plus vivre, o Jésus que par votre Sang et pour votre Sang que je prends à jamais pour mon trésor et le plus cher objet de mon amour.

O Miséricordieux rédempteur daignez me regarder comme un perpétuel adorateur de votre Très précieux sang et accepter mes prières, mes oeuvres et mes sacrifices comme autant d'actes de réparation d'amour.

Vin céleste qui faites germer la pureté et la force, inondez mon âme et faites en un vivant calice d'où s'échappe continuellement la grâce et sur ceux qui vous aime et surtout sur les pauvres pécheurs qui vous offensent.

Enseignez-moi comment vous honorer et comment vous attirer les cœurs froids et endurcis afin qu'ils sentent combien vos consolations surpassent celles de la terre.

O sang de mon sauveur crucifié détachez-moi du monde et de l'esprit du monde faites moi aimer la souffrance et le sacrifice en marchant à la suite de sainte Catherine de Sienne qui Vous a tant aimé et que je choisis aujourd'hui pour patronne spéciale.

Soyez O Très précieux sang ma force dans les épreuves et les combats de l'exil et faites qu'à l'heure de la mort, je puisse vous bénir d'avoir été la consolation et la sanctification de ma vie avant d'être au ciel l'éternel objet de mes louanges et de mon amour. Ainsi soit-il.

Prières de chaque jour de la neuvaine :

Prières au Très Précieux sang


****

PRIERES USUELLES


Signe de la Croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen


Symbole des Apôtres (credo)
Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible.
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles ; il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu. Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ; par l'Esprit-Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s'est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et il monta au ciel ; Il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts; et son règne n'aura pas de fin.
Je crois en l'Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père et du Fils. Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ; Il a parlé par les prophètes.
Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir. Amen.
Notre Père

Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous soumets pas à la tentation,
mais délivre-nous du Mal.
Amen

Je vous salue Marie

Je vous salue, Marie pleine de grâces
le Seigneur est avec vous
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,
le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen


Gloire au Père

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours,
pour les siècles des siècles. Amen.

***


Annexe 1


Les promesses de Dieu et de la Vierge Marie à l’Escorial
pour ceux qui s’y rendent en pelerinage
(Apparitions de Jésus et Marie en Espagne)

Le 7 mai 1988 : « Tous ceux qui viendront ici seront bénis et marqués d’une croix sur le front. Je promets maintenant que tous ceux qui viendront ici seront marqués pour que l’ennemi ne puisse emporter leur âme» (la Sainte Vierge).

Le 6 juin 1992 :
« Tous ceux qui viendront en ce lieu recevront des grâces spéciales.
Je les nourrirai comme une mère allaite ses enfants ; je les ferai asseoir sur mes genoux et ils béniront mon nom ; je leur apprendrai la sagesse et jamais il ne l’oublieront, ceux qui seront fidèles et qui vivront selon l’évangile car beaucoup disent vivre l’évangile mais ils ne le vivent qu’a moitié, ma fille » (le Seigneur).

Le 5 mars 1994 :
« Tous ceux qui oeuvreront pour la gloire de Dieu recevront dans l’éternité les fruits de leur travail. Tous ceux qui viendront en ce lieu, recevront des grâces spéciales. Tous ceux qui collaboreront à cette oeuvre, j’irai les accueillir à l’heure de la mort » (la Sainte Vierge).

Le 6 juin 1998 :
« Je vous promets, mes enfants, que vous tous qui viendrez en ce lieu, vous serez protégés le jour des tenebres. »

Le 6 février 2010 :
L’archevêque de Madrid déclara qu’il ne voyait pas d’inconvénient à ce que les âmes consacrés, prêtres, religieux et religieuses se rendent au pré-neuf de l’escorial pour la procession et les prières du premier samedi du mois.



Pour faire un pelerinage à l’Escorial en Espagne, (en départ de France), téléphonez à Melle Marie Georges Etcheverry : 05.59.37.41.01 ou 05.59.37.92.70 ou 06.81.67.00.30


***

Annexe 2

Pour vous bien confesser – Abbé Duvignau


Beaucoup de Confessions sont nulles, ou du moins stériles, parce qu'on y dit des banalités, des aveux passe-partout, en tout cas, pas ce qu'il faudrait dire...

Beaucoup de chrétiens ignorent la nomenclature même de tous les péchés qu'ils sont constamment exposés à faire, et qu'ils font, et, à force de ne plus s'examiner en détail à la lumière d'une vraie doctrine morale, ils finissent par ne plus se trouver coupables d'aucun péché, si ce n'est de quelques menues peccadilles, ce qui est le comble de la cécité spirituelle.

Avoir une conscience entièrement purifiée pour de vrai, n'est-ce pas une grâce inappréciable ?

Le Ciel ne sera pas peuplé de justes mais de pécheurs justifiés, purifiés et pardonnés.

Parcourez le livret pour faire votre examen de conscience, soit chez vous, soit à l'église. (Note de l’éditeur : vous pouvez le photocopier pour chaque confession et cocher les points qui vous concernent). Ainsi, pour vous confesser, vous n'aurez qu'à lire, et aucun effort de mémoire ne vous sera nécessaire, aucun risque d'oublier un péché.

Dans l'accusation de vos péchés, lisez simplement le texte qui est écrit ; de cette manière, vous serez précis, concis, et suffisamment bref. Vous n'avez pas à faire des commentaires, ni un exposé de spiritualité, vous êtes là pour dire, non pas ce qu'il faudrait faire ou ce que vous auriez dû faire, mais ce que vous avez fait ou pas fait : c'est au Confesseur de vous dire le reste.

Toutefois, vous pouvez, et même vous devez si cela vous est nécessaire, poser des questions au Confesseur, soit au cours de l'énumération de vos péchés, soit quand vous avez fini de les dire. Le Confesseur n'est pas là seulement pour vous pardonner, mais aussi pour vous éclairer.

Une très bonne Confession, dit Saint Jean Chrysostome, équivaut, pour la purification de l'âme, à un nouveau Baptême. Elle peut donc vous obtenir non seulement le pardon de vos péchés, mais encore la remise d'une partie des peines du Purgatoire. Et quand nous savons, d'après Saint Thomas, qu'une heure de Purgatoire est infiniment plus insupportable que tout une vie de souffrances ici-bas... alors, quelle légèreté d'esprit de ne pas tout faire, pendant qu'il est temps, pour abréger au maximum ce temps de terrible expiation qui nous attend dans l'autre monde !

Avant d'aller au Confessionnal, à genoux devant le Tabernacle ou devant une statue de la Vierge Marie, dites avec une piété filiale la prière suivante :

« Mère sainte et toute pure, moi, pécheur et votre enfant, je viens à vous avant d'aller à Jésus et à son prêtre demander le pardon de mes fautes.

« Je voudrais recevoir le Sacrement de Miséricorde plus dignement, avec plus de sincérité que d'ordinaire.
« O ma Mère Marie, faites que ma Confession soit vraiment purifiante, qu'elle me dégage de mes servitudes et me libère de mes entraves. Pour cela, daignez m'obtenir à moi, votre enfant, la grâce de la lumière, pour voir nettement, pour apprécier justement, loyalement et sans scrupule, la grâce de me sentir pécheur, indigne mais sans découragement et sans dépit, la grâce du courage humble pour avouer sans détours au prêtre qui ne sait pas, devant votre Fils qui sait tout.

« Je me suis si peu gêné pour le peiner, j'accepte maintenant la gêne de l'aveu pour réparer.

« A vous, l'Immaculée, qui connaissez la douleur attristée de Jésus sur mes offenses et mes négligences, telles et telles surtout, faites naître en moi le repentir qu'Il attend de mon coeur.

« Tout cela dans la paix, je vous prie, ma Mère. Ainsi soit-il. »

Puis vous allez au Confessionnal. Pour répondre à la sagesse de l’Eglise, suivez le schéma du Rituel de la Confession qu'elle a établi depuis des siècles, et que votre Catéchisme vous a appris.

Voici donc une bonne manière de vous confesser :

Au, nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.
Bénissez-moi, mon Père, parce que j'ai péché.

Je confesse à Dieu tout-puissant, à la bienheureuse Marie toujours vierge, à saint Michel archange, à saint Jean-Baptiste, aux saints apôtres Pierre et Paul, à tous les saints, et à vous, mon Père, que j'ai beaucoup péché, par pensée, par paroles, par action et par omission.

Mon Père, je ne me suis pas confessé depuis...

J'ai fait (ou je n'ai pas fait) ma pénitence.

Mon Père, voici mes péchés.

Pendant que vous faites ce signe de Croix, le prêtre vous bénit en disant : « Que le Seigneur soit dans votre coeur et sur vos lèvres afin que vous confessiez dignement et correctement tous vos péchés. "


1er COMMANDEMENT – “Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout“.

La Prière :

- Je ne prie jamais, ou pas beaucoup.
- Je ne fais pas régulièrement mes prières du matin et du soir.
- Je dis seulement une petite formule de prière très courte.
- Je ne prie qu'en me déshabillant, ou en faisant autre chose, sans respect, sans attention, la radio allumée.
- Je ne sais plus les prières du Catéchisme, et je ne fais rien pour les réapprendre.
- Je ne prie jamais à genoux,
- Je fais mal les génuflexions.
- Je fais les signes de Croix sans piété.
- Je ne fais pas des actes d'adoration à Dieu.
- Je ne remercie pas Dieu de tout ce qu'il me fait.
- Je ne prie pas devant les tentations (quand j’ai une envie mauvaise).
- Je ne fais rien pour mettre la prière en famille.
- Je ne dis jamais les Angelus.
- Je ne dis jamais de Chapelet, ou je ne le dis qu'au lit.

Mon instruction religieuse :

- Je ne cherche pas à m'instruire sur ma Religion.
- Je ne fais pas de lectures religieuses.
- Je n'écoute pas attentivement les sermons ; je n'y réfléchis pas pendant la semaine.
- Je trouve les prédications trop longues, au lieu de penser à ce qu'elles contiennent.
- Je critique et conteste ce qu'on m'enseigne

La Vertu de FOI :

- Je n'ai pas une Foi très convaincue, et je ne cherche pas à la fortifier.
- Je crois facilement que toutes les religions sont valables.
- J'ai douté volontairement de quelque vérité religieuse (dites lesquelles).
- J'ai exposé ma Foi dans des lectures hostiles ou équivoques.
- J'ai participé à des conversations où on critiquait la Religion.
- J'ai fréquenté sans nécessité des personnes sans Religion ou hostiles à la Foi catholique.
- Je n'ose pas prendre la défense de la Religion quand elle est attaquée devant moi.
- J'ai pris part à des actes de superstition : j'ai consulté des sorciers, des guérisseurs, des tireuses de cartes ou des diseuses de bonne aventure.
- J'ai assisté à des séances de tables tournantes, de spiritisme, d'hypnotisme, porté sur moi ou sur ma voiture des objets "porte-bonheur"
- J'ai donné suite, sans demander conseil, à des "chaînes de solidarité".
- Je "touche du bois" pour être préservé d'un malheur.
- J'ai honte de montrer ma Foi, de faire en public des gestes de piété, des signes de Croix, des génuflexions (péché de respect humain), de porter ostensiblement des objets pieux (médailles, croix, chapelet... ), de prier à haute voix en public.
- Je suis inscrit à une secte anti-catholique (Franc-maçonnerie, Rose-Croix…)
- J'ai reçu chez moi des adeptes d'une secte, et j'ai discuté inutilement avec eux, mettant ainsi ma Foi en danger.

La Vertu d’ESPERANCE :

- Je n'ai pas suffisamment le souci de mon salut éternel.
- Je suis trop attaché aux biens de la terre, et je ne pense pas beaucoup au Ciel.
- Je ne crois pas à la résurrection de mon corps
- Je ne redoute pas l'Enfer, je pense qu'il n'est pas possible pour moi.
- J'abuse de la patience et de la bonté de Dieu pour pécher et rester dans le péché sans crainte de me damner (péché de présomption).
- Je n'ai pas le souci d'abréger mon Purgatoire.
- J'ai manqué de confiance en Dieu dans les difficultés.
- Je n'ai pas suffisamment recouru à la prière quand j'avais des soucis.
- J'ai dit ou pensé que la prière est inutile parce que je n'étais pas exaucé tout de suite.
- J'ai murmuré contre Dieu quand j'étais éprouvé, en pensant que je ne méritais pas de telles épreuves.
- J'ai trop présumé de mes propres forces pour m'exposer au péché, me croyant assez fort pour résister à la tentation, et sans tenir compte des avertissements de l’Eglise (péché de témérité).
- Je me suis découragé après le péché ou j'ai eu du dépit, j'ai pensé que Dieu ne pouvait pas me pardonner, ou que mes efforts étaient inutiles (péché de découragement).

La Vertu de CHARITE :

- Dieu n'occupe pas beaucoup de place dans mon esprit et dans ma vie.
- Je préfère des créatures à Dieu Lui-même et je Le délaisse souvent pour leur faire plaisir.
- Je ne suis pas attentif à la présence de Dieu dans ma vie.
- Je n'offre pas à Dieu mon travail, mes joies, mes peines. .
- Je ne m'efforce pas de voir Dieu dans les événements, je ne crois pas à sa Providence, et je ne sais pas lui rendre grâces.
- Je n'ai pas de charité surnaturelle envers moi-même, je n'ai pas le souci de mon bien spirituel et de ma perfection.
- Je crois que la Morale naturelle est suffisante, et que les vertus surnaturelles ne sont pas nécessaires au Salut.
- Je n'aime pas assez les autres je ne fais pas assez d'efforts pour les comprendre, les aider, les encourager.
- Je n'ai pas le souci du Salut des autres et ne cherche pas à leur faire du bien.
- Je ne prie pas pour les personnes que je n'aime pas.
- Je garde rancune, et je ne cherche pas à me réconcilier après des fâcheries.
- J'ai communié avec de l'animosité contre quelqu'un.
- Je ne suis pas assez reconnaissant envers ceux qui me font du bien.
- Je ne prie pas assez pour les défunts, et spécialement pour ceux qui m'ont fait du bien.

Mes Confessions :

- Je néglige de me confesser souvent.
- Je ne prépare pas suffisamment mes confessions, et, je les fais légères en quelques mots banals et passe-partout.
- J'ai fait des Confessions incomplètes par manque de sincérité.
- Je n'ai pas un sincère repentir de mes fautes, je ne demande pas à Dieu la grâce de l'avoir.
- Je n'ai pas la volonté de me corriger de certains de mes défauts.
- Je n'ai pas fait correctement la pénitence que le prêtre m'avait donnée dans une de mes Confessions précédentes.
- Je n'ai pas la douleur de voir Dieu tant offensé dans le monde.

La Sainte Eucharistie :

- J’assiste à la Messe sans attention, je m'y tiens mal.
- Je n’y participe pas correctement, je ne réponds pas aux prières du prêtre à haute voix et avec l’effort convenable.
- Je n'écoute pas les lectures.
- Je suis distrait ou je dors pendant les sermons.
- Je suis négligent pour arriver avant le commencement des Offices.
- Je m'attarde devant l'église au lieu de rentrer avant la Messe.
- Je ne suis pas attentif à respecter le silence à proximité de l'église pour aider la prière de ceux qui sont entrés.
- A la fin de la Messe, je sors avant que le prêtre ait quitté l'autel.
- Après la Messe, je critique ce que j'ai vu ou entendu.
- Je ne fais pas d’effort pour assister à la Messe en semaine.
- Je suis venu à l'église en tenue immodeste ou provoquante.
- Je m'habille trop vulgairement pour venir à la Messe, au lieu de me mettre en tenue de cérémonie comme le mérite le Saint-Sacrifice.
- J'ai négligé les Offices autres que la Messe (Vêpres, Chapelets, Cérémonies du soir, etc... . )
- Je n'ai pas fait mon possible pour favoriser à mes proches l'assistance aux Offices, et pour qu'ils puissent y arriver à l'heure.
- J'ai été porter les autres aux Offices, et je n'ai pas daigné entrer dans l'église.
- Je suis quelquefois entré dans une église par besoin, sans même y faire une prière et une adoration.
- Je communie trop rarement.
- Je ne crois pas avec assez de force à la présence réelle.
- J'ai communié sans être en état de grâce consciemment.
- J'ai communié sans respecter intégralement les règles du Jeûne eucharistique.
- Après mes Communions, je ne me recueille pas dans une profonde Action de grâces.
- Dans la journée, je ne repense pas à ma Communion du matin pour en garder les fruits.
- Je ne fais jamais de visite au Saint-Sacrement même quand je passe à côté de l'église ou que je vais au cimetière.
- Quand je passe sur la route devant l'église, je ne fais pas un salut, ni un signe de Croix, en pensant à Notre-Seigneur qui est au Tabernacle.
- Je critique facilement les personnes qui communient souvent, sous prétexte qu'elles ne paraissent pas meilleures que les autres.

Les Sacramentaux :

- Je traite sans respect des choses bénites : eau bénite, médailles, cierges, laurier béni, images pieuses, reliques, etc...
- Je regarde avec indifférence les bénédictions rituelles de l’Eglise : maisons, véhicules, animaux, malades...
- J'attache à toutes ces choses une crédulité excessive et superstitieuse en leur attribuant une efficacité magique.
- Je me suis moqué des manifestations diaboliques et des Exorcismes.


2ème COMMANDEMENT – “Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect“.

Dans des excès de colère, j'ai profané le Saint Nom de Dieu :

- J'ai été injurieux sur la Religion, sur les prêtres, les Sacrements, la piété des autres.
- Je prononce facilement des jurons, des mots grossiers, orduriers, indignes de lèvres chrétiennes et je ne cherche pas à m'en corriger. .
- J'ai fait des serments sur des choses futiles, en disant légèrement "je le jure".
- J'ai juré pour soutenir un mensonge (parjure).
- J'ai porté de faux témoignages devant la police, devant les tribunaux ou devant mes supérieurs.
- J'ai refusé de témoigner quand je l'aurais pu, par exemple devant un accident.
- J'ai fait des voeux ou des promesses que je n'ai pas tenus.
- J'ai traité irrespectueusement (en paroles ou en actes) des personnes ou des objets consacrés (sacrilège).


3éme COMMANDEMENT – “Tu sanctifieras le jour du Seigneur “.

La Messe dominicale :

- J'ai manqué la Messe le dimanche sans excuse grave (dites combien de fois).
- J'ai été cause que d'autres l'ont manquée (dites combien de personnes et combien de fois).
- Je suis arrivé en retard (à quel moment et combien de fois) par ma faute.
- Je me suis dissipé pendant la Messe et j’ai fait dissiper les autres.
- J'ai fréquenté la Messe dominicale du Samedi soir sans que ce soit, pour moi, une nécessité.

Le Repos dominical :

- J’ai travaillé le Dimanche sans nécessité absolue et sans demander l'autorisation au prêtre.
- J'ai fait travailler les autres, ou je les ai laissé travailler alors que j'aurais pu les en dissuader.
- J'ai aidé les autres à travailler le dimanche sans nécessité absolue : je n'ai pas osé refuser par respect humain.
- J'ai exigé que d'autres me fassent un travail le Dimanche, par égoïsme, sans nécessité, j'ai ainsi violé et persécuté leur liberté de conscience.

La sanctification du Jour du Seigneur :

- Je n'ai pas cherché à mettre dans mon Dimanche plus de prières, ni de lectures spirituelles que les autres jours.
- Je n'ai pas aidé mes enfants à faire de leur Dimanche une journée d'instruction religieuse.
- J'ai donné trop de place, le Dimanche, à des loisirs légitimes (sport, pêche, chasse, courses, promenades) au détriment des exercices de piété ou des visites de charité.
- J'ai profané le Dimanche par des divertissements coupables bals, mauvais films, fréquentations malsaines...


4ème COMMANDEMENT – “Tu honoreras ton père et ta mère “.

Ma vie familiale :

- Je n'aime pas assez mes parents, mes beaux-parents, mes grands-parents. Je ne cherche pas à les rendre heureux, je ne les aide pas comme je le devrais matériellement et moralement.
- Je suis dur avec eux, je leur parle sans respect.
- Je désobéis ou j'obéis avec mauvaise humeur.
- J'ai de la haine et de la révolte envers les miens.
- Je les ai injuriés.
- Je les ai frappés.
- Je les ai dénigrés en parlant mal d'eux à des étrangers.
- Je rougis des miens devant les autres, à cause de leurs défauts ou de leur pauvreté.
- Je ne favorise pas la vie religieuse des miens comme je le devrais.
- J'ai tardé à procurer à des malades de ma famille les secours du prêtre.
- Je n'aime pas profondément mon époux (mon épouse).
- Je lui rends la vie pénible par ma faute.
- Je fais des dépenses égoïstes en ne pensant qu'à moi.
- Je suis hautain, capricieux, autoritaire.
- Je ne m'occupe pas assez de mes enfants, je ne leur donne pas assez de temps.
- Je les gâte trop, je suis trop faible dans leur éducation.
- J’ai refusé, sans raison valable, de nourrir mon enfant après sa naissance (faute grave).
- Je me suis opposé à la vocation religieuse d'un enfant, ou je n'ai rien fait pour l'aider.
- Je suis trop dur avec mes enfants, pas assez calme, patient et compréhensif.
- Je ne me soucie pas assez de l'exemple que je leur donne, je ne réfléchis pas au scandale que peut leur donner ma manière de vivre.
- J'ai attendu trop longtemps pour faire baptiser un enfant.
- Je ne parle pas assez de Dieu à mes enfants.
- Je ne prie pas avec eux et devant eux.
- Je ne contrôle pas leur manière de vivre en société, à l'école, aux loisirs.
- Je ne m'inquiète pas assez de leur formation religieuse : je ne collabore pas assez avec le prêtre pour le progrès spirituel de mes enfants. .
- Je laisse à mes enfants trop de liberté pour la radio, la télévision, les lectures, les fréquentations des camarades qui peuvent exposer leur Foi.
- Je les laisse sacrifier leur vie religieuse pour le sport.
- J'ai contrarié l'orientation professionnelle de mes enfants.

Ma vie civique :

- Je n'aime pas ma Patrie, je n'ai pas le souci de la voir revenir à Dieu, je ne prie pas pour son bien.
- Je m’accommode du laïcisme.
- Je décline toute responsabilité politique, et je ne me dévoue pas au bien public quand l'occasion se présente.
- J'ai voté pour des candidats nuisibles au bien religieux de mon pays.
- Quand j'avais le choix pour un bon candidat, je me suis abstenu de voter.
- Je suis inscrit à un groupe politique, syndical ou idéologique nuisible à la Religion (F.M. Communisme, Socialisme, Libre-Pensée, Syndicats Gauchistes, etc..)
- J'ai chassé, j'ai pêché, j'ai conduit des véhicules sans permis, ou sans les formalités administratives requises.
- J'ai violé consciemment quelque loi civile.
- J'ai commis volontairement des infractions au Code de la Route.
- Je ne soutiens pas l’Ecole chrétienne.

Ma vie professionnelle :

- Je suis dur et autoritaire avec mes employés.
- Je ne favorise pas de mon mieux la vie religieuse de mes employés.
Je n'ai pas le souci de la tenue matérielle et morale des lieux de travail ; j'y laisse traîner des affiches indécentes.
- Je suis incorrect avec mes patrons.
- Je désobéis à mes patrons.
- J'entretiens le mauvais esprit dans mon groupe de travail.
- Je participe à des activités subversives qui troublent le travail au lieu de chercher la paix sociale.
- Je suis jaloux de mes collègues de travail.


5ème COMMANDEMENT – “Tu ne tueras pas“.

- Je suis méchant.
- J'ai eu des disputés violentes, des discussions passionnées et autoritaires.
- J'ai donné des coups.
- Je me suis vengé.
- J'ai désiré me venger (sans pouvoir le faire).
- Je garde de la haine, de la rancune.
- J'ai souhaité du mal.
- Je me suis réjoui des épreuves des autres.
- J’ai dit des paroles blessantes avec l'intention de faire de la peine.
- Je ne souhaite pas de bien à ceux qui me sont antipathiques.
- Je suis jaloux du bien qui arrive aux autres.
- Je ne cherche pas à réconforter les malheureux
- Je méprise les autres à cause de leurs défauts.
- Je n'ai pas le souci des mauvais exemples que je donne en étant un chrétien médiocre.
- J'ai scandalisé par des paroles, des conseils, des comportements, des chansons, des livres ou journaux que j'ai prêtés.
- J'ai provoqué des accidents, des blessures ou des morts par imprudence, et j'y suis resté indifférent parce que j'étais "assuré".
- Je me suis attardé à des pensées de suicide.


6 et 9ème C0MMANDEMENTS – “Tu ne feras pas d’impureté“
“Tu n’auras pas de désir impur volontaire“.

Discipline des sens et Modestie :

- J'ai entretenu dans mon esprit des pensées, des rêveries et des désirs impurs.
- J'ai porté volontairement et inutilement mes regards sur des choses obscènes : affiches, presse, photographies, toilettes immodestes.
- J'ai regardé des films sans tenir compte de la côte morale (cinéma ou télévision).
- J'ai lu des récits inconvenants.
- J'ai laissé traîner sur les tables de la presse indécente.
- J'ai chanté, ou écouté chanter, des chansons indécentes.
- J'ai chanté ou fait jouer de mauvaises chansons en présence d'autres personnes, causant ainsi du scandale.
- Je me suis entretenu inutilement de choses impures.
- J'ai fréquenté les bals et autres lieux de luxure : j'y ai entraîné d'autres personnes.
- J'ai satisfait ma curiosité malsaine, sans nécessité, sur les choses sexuelles.
- J'ai eu des gestes indécents, des familiarités coupables, ou je les ai permises à d'autres sur moi.
- J'ai fait des actes sexuels, seul, avec d'autres (mentionnez s'il s'agit d'une autre personne de votre sexe ou non, mariée ou non, et combien de fois).
- J'ai porté des toilettes qui ne me couvraient pas suffisamment, j'ai eu des attitudes inconvenantes, j'ai négligé le scandale que je causais en étant une occasion de péché.
- Je m’habille trop légèrement pour travailler dans mon milieu familial, par manque de mortification. (Pénitence)


Vie conjugale :

- J'ai manqué à la fidélité conjugale, (adultère) en pensée, en désir, en acte
(très grave) (dans ce dernier cas, combien de fois ? ).
- J’ai cherché à plaire à d'autres qu'à mon conjoint, et recherché leur compagnie.
- J'ai triché avec les lois de la fécondité, acte conjugal inachevé, contraceptifs, préservatifs, actes contre nature, (sodomie)
- J'ai désiré, conseillé, pratiqué, ou participé médicalement à un avortement. (Demandez à votre Confesseur, si vous en avez besoin, de vous éclairer davantage sur la morale conjugale, c'est un point très important pour votre Salut).
- Je cohabite en concubinage.
- Je suis uni seulement à la mairie (c'est à dire que je me suis enchaîné au concubinage). (Demandez alors des conseils à votre Confesseur).
- J'ai refusé le devoir conjugal à mon conjoint sans motif légitime, je ne l'ai accordé qu'avec mauvaise humeur.
- Je n'ai pas proposé le devoir conjugal quand je savais que mon conjoint le désirait.
- J'ai volontairement et indûment limité les naissances dans mon foyer.


7 et 10ème C0MMANDEMENTS – “Tu ne voleras pas“
“Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui“.

- J'ai volé (dites quelle valeur, au moins approximativement, ou précisez l'objet volé).
- J'ai gardé des objets trouvés sans les déclarer.
- J'ai gardé des objets empruntés.
- J'ai triché dans un héritage avec mes cohéritiers, j'ai lésé mes héritiers, dans mon testament.
- J'ai trompé dans les marchés ou les transactions
- J'ai triché dans les jeux.
- J'ai extorqué par ruse, injustement, des avantages (salaires, retraites, pensions, subventions).
- J'ai pratiqué le "système D", le "piston" pour me procurer quelque avantage auquel je n'ai pas droit normalement.
- J'ai tardé, par négligence, à payer mes dettes.
- J'ai laissé traîner indûment des notes chez des commerçants.
- J'ai laissé abîmer le bien des voisins par mes bêtes ou mes machines, sans chercher à réparer les dégâts.
- Je me suis servi sans permission préalable et sans gêne du bien des autres.
- J'ai provoqué aux autres des préjudices par exemple en accrochant une voiture, et je n'ai pas révélé mon identité (le tort causé peut être considérable et constitue un péché très grave).
- Je n'ai pas payé le Denier du Culte.
- J'ai refusé d'aider les plus démunis que moi, alors que je l'aurais pu.
- J'ai refusé l'aumône à des pauvres.
- Je ne suis pas généreux pour les quêtes et les bonnes oeuvres.
- Je gaspille l’argent à des choses superflues,
- J’entretiens chez moi un luxe inutile.

Justice sociale :

- Je ne donne pas un juste salaire à mes employés.
- Je n'observe pas la législation sociale concernant le travail.
- J'ai triché dans mon travail et j'ai lésé mon employeur (retard dans les horaires, tricherie pour les visites médicales, grignotage sur le temps de travail, etc..)
- J'ai triché sur les déclarations fiscales et je ne paie pas correctement mes impôts.
- J'ai traduit quelqu'un devant les tribunaux, alors que j'aurais pu l'éviter.


8ème C0MMANDEMENT – “Faux témoignage ne diras ni ne mentiras aucunement“.

Mensonge :

- J'ai menti ou déformé la vérité par vantardise
- ou par intérêt,
- ou pour tenter de me disculper,
- ou pour nuire à quelqu'un.
- J'ai menti à mes supérieurs, à mon conjoint, à mes enfants.
- J'ai fait dire des mensonges à mes enfants.
- J'ai menti à mon Confesseur.

Médisances, Calomnies, Jugements téméraires, Indiscrétions :

- J'ai dit du mal vrai sur mon prochain sans raison valable.
- J'ai dit du mal faux sur mon prochain.
- J'ai inventé du mal.
- J'ai grossi le mal que je savais.
- J'ai dit du mal dont je n'étais pas sûr, que j'ai répété après les autres, sans preuve.
- J'ai pris plaisir à divulguer du mal sur les autres, par vengeance ou malice.
- J'ai soupçonné les autres sans preuve suffisante.
- J'ai écrit des lettres anonymes.
- J'ai porté faux témoignage devant la police ou devant les tribunaux.
- J'ai raconté, ou répété, des choses préjudiciables aux prêtres ou à l’Eglise.
- J'ai révélé sans nécessité des choses secrètes.
- J'ai révélé des secrets qu'on m'avait confiés (vous en dites la nature, sinon la matière pour que le confesseur puisse en apprécier la gravité, mais sans jamais nommer des personnes).
- J'ai parlé de choses qui m'ont été dites en Confession.
- J'ai ouvert des lettres destinées à autrui. (parents autorisés pour les enfants).
- J'ai lu des lettres destinées à autrui et que j'avais ouvertes involontairement.
- J'ai écouté, ou entendu involontairement, sans m'éloigner, la Confession d'une autre personne
- J'ai critiqué, devant autrui, des conseils ou des avis que j'avais reçus en Confession.


LES C0MMANDEMENTS DE L’EGLISE.

- Je ne crois pas suffisamment au caractère divin de l’Eglise Catholique.
- Je mets l’Eglise Catholique sur le même pied que d'autres organisations confessionnelles.
- Je n'ai pas la soumission profonde et filiale à l’Eglise : je discute son enseignement, et je le critique au lieu de lui obéir.
- Je n'ai pas le souci de faire aimer l’Eglise et de la faire progresser par ma manière de me comporter.
- Je n'ai pas assez le sens du Baptême, qui m'a fait fils de l’Eglise.
- Je critique la Hiérarchie sur des points où je devrais la suivre.
- Je n'aide pas financièrement l’Eglise comme je le pourrais (missions, Ecoles, séminaires... ).
- Je ne jeûne pas alors que j'y suis tenu et que je le pourrais.
- J'ai mangé de la viande les jours d'abstinence obligatoire.
- J'ai mangé de la viande les vendredis ordinaires sans compenser cette abstinence par une autre pénitence.
- Je ne prie pas pour le Pape, ni pour les Prêtres, ni pour les Vocations.
- Je m'obstine à "faire mes Pâques" sans être fidèle à la Messe dominicale, et j'accumule ainsi les sacrilèges.


LES PECHES CAPITAUX.

Orgueil :

- Je suis orgueilleux, arrogant, autoritaire.
- Je me crois meilleur que les autres, et je me mets facilement en relief quand j'en ai l'occasion.
- J'accepte difficilement d'être humilié.
- Je suis susceptible, et je supporte mal les plaisanteries qui me sont défavorables.
- Je suis vaniteux dans ma toilette, et je cherche à plaire.
- Je suis obstiné dans mes idées, sans chercher à les confronter avec la Vérité (entêtement et opiniâtreté).

Attachement aux biens matériels :

- Je suis attaché à l'argent, aux biens matériels, et trop peu aux biens spirituels.
- J'aime le luxe, le confort, le mobilier.
- J'ai toujours peur de manquer du nécessaire et je ne cherche pas à partager.
- Je refuse de prêter ce qui m'appartient, ou je ne le prête pas de bon coeur.
- Je suis pointilleux pour défendre mes biens.

Jalousie et Envie :

- Je suis jaloux des autres, de leurs biens, de leurs qualités, de leurs succès.
- Je me réjouis quand il leur arrive des choses désagréables, et je m'attriste de leur bonheur.
- J'ai souhaité du mal aux autres.

Gourmandise :

- Je donne beaucoup d'importance aux plaisirs de la table.
- Je mange plus que le nécessaire.
- Je fais des excès de boissons alcoolisées.
- Je ne surveille pas la boisson de mes enfants.
- Je suis difficile pour la nourriture, et je crée des difficultés inutiles à ma famille.
- Je suis trop attaché aux banquets et aux bons repas.
- J'abuse des friandises.
- Je fume d'une façon immodérée.

Colère :

- J'ai mauvais caractère, et je ne fais pas d'effort pour m'en corriger.
- Je m'emporte dans de violentes colères.
- Je corrige mes enfants sans me maîtriser.
- Je suis brutal envers les animaux.

Paresse :

- Je prolonge mon sommeil ou mon lit au delà du nécessaire.
- Je rechigne devant l'effort pour mon travail.
- J'ai refusé de me gêner pour rendre service aux autres gratuitement.
- Je cherche toujours à grignoter sur le temps de mon devoir, au profit de mon plaisir.
- Je suis paresseux pour mes prières, pour répondre à la Messe.
- Je cherche mes aises dans mes attitudes au lieu de me discipliner pour me tenir dignement.

Conclusion :

Après avoir dit avec sincérité tous vos péchés, vous ajoutez la formule suivante
« De tous ces péchés, de tous ceux que j'ai oubliés, de tous ceux de ma vie passée, je demande pardon à Dieu, et à vous, mon Père, pénitence et absolution, si vous m'en jugez digne. »

(Cette prière, chaque fois que vous la prononcez au Confessionnal, diminue la durée de Purgatoire que vous ont mérité vos péchés).

Puis, vous achevez le « Je Confesse »
C'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute. C'est pourquoi je supplie, la bienheureuse Marie, toujours vierge, saint Michel archange, saint Jean-Baptiste, les saints apôtres Pierre et Paul, tous les saints et vous, mon Père, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Vous écoutez ensuite ce que vous dit le Confesseur... quand il a fini de vous parler, vous dites l' « Acte de Contrition » :

« Mon Dieu, J'ai un très grand regret de vous avoir offensé, parce que vous êtes infiniment bon, et que le péché vous déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce, de ne plus vous offenser et de faire pénitence. »

Vous écoutez la formule d'ABSOLUTION, avec joie, humilité et reconnaissance.

Avant de quitter le Confessionnal, vous dites (à Dieu et au Prêtre) : Merci, mon Père !

Vous repartez Ami de Dieu et vous allez faire la pénitence que le Confesseur vous a imposée.



Dévotion au Très Précieux Sang de Jésus-Christ

Association Jésus Evangélisation
1 rue André Chenier
34500 BEZIERS

Téléphone : 07.87.52.77.53

Prix du livret : 8 Euros

Prix du chapelet :

12 E chapelet semi cristal

ou

9 Euros
(simple chapelet du précieux Sang)

Frais de port : 5 Euros

(Adressez votre commande par courrier avec votre règlement)
avatar
IDEAL
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 113
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  stjeanlagneau le Mar 16 Avr 2013 - 17:31

@ IDEAL Meeerci ! Bise
avatar
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 20548
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 50
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livret du Précieux sang à télécharger gratuitement

Message  IDEAL le Mer 17 Avr 2013 - 17:11

PROMESSES A CEUX QUI HONORENT LE PRECIEUX SANG DU CHRIST

Ceux qui quotidiennement offrent au PERE Céleste leur travail, leurs sacrifices et leurs prières en souvenir de Mon TRES PRECIEUX SANG et de Mes PLAIES en réparation de leurs actes pourront être certains que leurs prières et leurs sacrifices sont gravés dans Mon CŒUR et qu’une grande grâce du PERE Céleste les attend.

A Ceux qui offriront leurs souffrances, leurs prières et leurs sacrifices en union avec Mon TRES PRECIEUX SANG et Mes PLAIES pour la conversion des pécheurs, le bonheur de l’éternité sera deux fois plus fort et, sur la terre, ils seront capables de convertir de nombreux hommes par leurs prières.

Ceux qui offrent Mon TRES PRECIEUX SANG et Mes PLAIES, en contrition de leurs péchés, connus et inconnus, avant de recevoir la SAINTE COMMUNION peuvent être certains qu’ils ne feront jamais une COMMUNION indignement et qu’ils obtiendront leur place au PARADIS.

A Ceux qui, APRES LA CONFESSION, offrent Mes SOUFFRANCES pour tous les péchés de toute leur vie et récitent, de leur propre volonté et en guise de pénitence, le Rosaire des SAINTES PLAIES, je rendrai leurs âmes aussi pures et belles comme après Le Baptème et c’est pourquoi elles peuvent prier, après une semblable Confession, pour la conversion d’un grand pécheur.

Ceux qui quotidiennement offrent pour les mourants de la journée Mon TRES PRECIEUX SANG, alors qu’au nom du mourant ils expriment de la douleur pour les péchés pour lesquels ils offrent Mon TRES PRECIEUX SANG, peuvent être certains de voir s’ouvrir les Portes du CIEL pour les Nombreux pécheurs et ils peuvent espérer pour eux une belle mort.

Ceux qui honorent Mon TRES PRECIEUX SANG et Mes PLAIES avec une profonde méditation et Les offrent plusieurs fois par jour pour eux-mêmes et pour les pécheurs connaîtront et goûteront déjà sur terre la douceur du CIEL et ressentiront une profonde paix dans leurs cœurs.

Ceux qui offrent à Ma PERSONNE, en tant qu’unique DIEU de toute l’humanité, Mon TRES PRECIEUX SANG et Mes PLAIES, en particulier celles de la Couronne d’Epines, pour couvrir et remédier aux péchés du Monde, peuvent être réconciliés avec DIEU, obtenir de nombreuses grâces et indulgences pour de graves punitions et obtenir l’INFINIE MISERICRORDE du CIEL pour eux-mêmes.

Ceux qui, se trouvant gravement malades, offrent pour eux-mêmes Mon TRES PRECIEUX SANG ET Mes PLAIES ainsi que leur maladie et implorent par l’intermédiaire de Mon TRES PRECIEUX SANG, de l’aide et la santé, sentiront immédiatement leur douleur s’apaiser et ils noteront une amélioration ; s’ils sont incurables, ils devront persévérer car ils seront aidés.

Ceux qui, se trouvant dans un grand besoin spirituel, récitent les Litanies de Mon TRES PRECIEUX SANG et Les offrent pour eux-mêmes et pour toute l’humanité, obtiendront de l’aide, une consolation céleste et une profonde paix ; ils obtiendront la force de lutter contre la souffrance où ils en seront guéris.

Ceux qui inspirent à d’autres le désir d’honorer Mon TRES PRECIEUX SANG et de l’offrir à ceux qui l’HONORENT plus que tous les biens et les trésors du monde et ceux qui accomplissent souvent avec une profonde foi et amour l’adoration de Mon TRES PRECIEUX SANG auront une place honorifique près de Mon TRONE et ils disposeront d’un GRAND POUVOIR d’aider les autres, en particulier, celui de les convertir.
avatar
IDEAL
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 113
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum