Macron, seras-tu criminel comme ton pote Bergoglio ? Voici 3 crimes contre l'humanité !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Macron, seras-tu criminel comme ton pote Bergoglio ? Voici 3 crimes contre l'humanité !

Aller en bas

Macron, seras-tu criminel comme ton pote Bergoglio ? Voici 3 crimes contre l'humanité !

Message  Gilbert Chevalier le Sam 14 Avr 2018 - 16:25

Affaire Alfie Evans

Le silence de l’Église et le tweet du pape


("Benoît-et-moi", le 12/4/2018)

Service minimum...

J'espère sincèrement que tout le possible sera fait pour continuer à accompagner avec compassion le petit Alfie Evans, et que la profonde souffrance de ses parents pourra être écoutée. Je prie pour Alfie, pour sa famille, et pour tous ceux qui sont concernés.
— Pape François (@Pontifex_fr) 4 avril 2018
Tweet du 4 avril sur le compte @Pontifex

Nous avons évoqué à plusieurs reprises dans ces pages l'histoire tragique de ce bébé de Liverpool atteint d'une maladie dégénérative "incurable", et dont les médecins et un juge ont décidé de suspendre l'assistance respiratoire qui le maintient en vie, contre l'avis des parents, catholiques (les blogs italiens catholiques se sont massivement mobilisés, contrairement aux français...):


Le silence de l'Église, une trahison

Riccardo Cascioli
12 avril 2018
lanuovabq.it/it/il-silenzio-del…
* * *

L'indignation et la douleur face à ce qui arrive à Alfie Evans sont accrues par le silence complice non seulement du pouvoir, mais surtout de l'Église et de ses pasteurs. Face à ce massacre d'humanité, l'Église anglaise n'a pas dit un mot.

Un hôpital souillé de scandales graves contre des patients; une négligence manifeste envers Alfie; Alfie lui-même qui réagit aux stimuli et aux demandes de son père (et tout le monde peut le voir en vidéo). Mais médecins et les juges font un front compact et décrètent la mort d'Alfie, parce que sa vie est «inutile». Une chose scandaleuse, inquiétante, et il n'y a pas assez de mots pour exprimer l'indignation et la douleur. Cette indignation et cette douleur sont amplifiées par le grand silence dans lequel se déroule cette tragédie.

Mais si le silence complice de l'État et du pouvoir qui s'exprime à travers les grands médias était attendu, ce qui fait vraiment mal, c'est le grand silence de l'Église, ou plutôt de ses pasteurs. Oui, parce que grâce aux sites web et aux réseaux sociaux, beaucoup de catholiques se sont mobilisés avec des prières, la diffusion de nouvelles, des initiatives pour sensibiliser le public et impliquer les «puissants».

Mais du sommet, des pasteurs, seulement le silence, seulement un tweet du Pape - alors que les jeux étaient presque faits -, et au sens ambigu. Et il y a même eu quelque chose de pire que le silence: une interview du Président de l'Académie Pontificale pour la Vie, Mgr Vincenzo Paglia, qui a en substance donné raison aux juges et n'avait rien à objecter au fait que pour justifier le meurtre d'Alfie, la première phrase utilisait les paroles du Pape comme instrument.

Pourtant, comme nous l'avons dit, les parents d'Alfie avaient même présenté une demande officielle d'asile diplomatique au Vatican, et une lettre personnelle a été remise au Pape, mais les parents d'Alfie n'ont même pas reçu de réponse. Pire : Thomas Evans, le papa d'Alfie, a souvent appelé la Nonciature pour avoir des nouvelles: il a, à chaque fois, été rembarré. Certes, comme circonstance atténuante partielle, la correspondance qui a dû exister entre la Secrétairerie d'État et la Nonciature a été découragée par le comportement de l'Église anglaise, dont le silence a été absolu.

Rien de Mgr Malcolm McMahon, évêque de Liverpool, la ville où se déroule l'affaire; rien du primat d'Angleterre, le cardinal Vincent Nichols. Durant ces semaines, nous avons cherché pendant des jours à les joindre au téléphone, nous leur avons envoyé des mails, leur demandant d'expliquer leur position. Rien. Il est clair quils sont d'accord avec la décision des médecins et des juges, et cela doit avoir été dit au nonce. Pour eux aussi, la vie d'Alfie est inutile, et pour eux «l'intérêt d'Alfie» est de mourir. Au contraire, ils attendent sa mort avec impatience, et que cette histoire, qui risque de créer de l'embarras, s'achève au plus vite.

Plus encore que la férocité d'un État qui s'empare de nos vies et décide de nous donner naissance et de nous mettre à mort, c'est cette abdication de l'Église qui nous effraie. Jusqu'à récemment, face à toutes les injustices des hommes, face à la puissance oppressive du pouvoir, chacun savait qu'il pouvait au moins compter sur le soutien et le réconfort de ceux qui, par leur vocation, n'ont d'autre intérêt que de défendre l'homme, l'image et la ressemblance de Dieu, son irréductibilité et sa dignité.

Aujourd'hui, nous constatons avec douleur et malaise que la culture de la mort a également pénétré profondément dans l'Église. Nous l'avions déjà vu avec Charlie Gard, maintenant avec Alfie Evans c'est encore plus évident. Évêques et cardinaux qui n'ont pas un mot à exprimer devant un enfant mis à mort par un système pervers, devant des images irréfutables d'une vitalité que l'on veut éteindre à coups de mensonges sur mensonges, que disent-ils de cette pauvre Église? Et si, à Rome, on se cache derrière le paravent de l'acharnement thérapeutique pour justifier ce qui est à tous égards une euthanasie, vers qui pourra se tourner le pauvre à la recherche d'une plus grande justice que celle des hommes ?
Pourquoi le droit à la vie pose-t-il tant de problèmes qu'il ne mérite, je ne dis pas un appel du Pape, mais même pas le moindre signe de réponse à la douloureuse demande d'asile au Vatican ?

De ces choses aussi nous pouvons voir la profondeur de la crise que traverse l'Église, couchée devant la mentalité dominante sur l'idéologie de la qualité de vie; dominée par l'angoisse de flatter le monde, anxieuse à l'idée d'être dans l'opposition. Une trahison est en train d'être consommée ; une trahison de Dieu et donc de l'homme.

---
Justement à propos du tweet papal, Marco Tosatti réagissait hier à travers une lettre de "Super Ex" (il précise: «Ex du Mouvement pour la Vie, Ex d'Avvenire et bien d'autres choses, mais pas encore Ex Catholique, même s'il faut dire qu'on fait tout pour qu'il le devienne aussi...»)

Minimum syndical....

Marco Tosatti
Stilum Curiae
11 avril 2018

Cher Marco,

tous les journaux parlent de l'intervention de Bergoglio pour Alfie Evans. De quoi s'agit-il? D'une homélie? D'un Angelus? D'une interview interminable avec Scalfari? D'une rencontre avec ses parents, à Rome, au Vatican? D'une invitation aux médecins à respecter la vie? D'une admonestation aux juges : «Attention, la vie n'est pas votre propriété!»?

Rien de tout cela. Nous parlons d'un tweet. Un pépiement, un piou piou piou....faible faible.

Si le passé nous enseigne quelque chose, nous savons ce qui est arrivé à Charlie Gard: réclamé par des milliers et des milliers de personnes, et même par des journaux en pleine page, Bergoglio se dérangea, seulement à la fin.... alors aussi avec un tweet! Etait-il spontané, senti, plein de passion ? Ce n'est probablement que parce qu'on lui a expliqué que garder le silence devenait incroyablement embarrassant et contre-productif. Pour Charlie, un tweet impersonnel; après Charlie, la loi sur le biotestament en Italie: dans ce cas, pas même un tweet (peut-être qu'au Vatican il y avait une panne de réseau). Pour Alfie, répétons le, un tweet.

Maintenant, que Bergoglio ne s'intéresse ni à l'euthanasie, ni à l'avortement, ni aux mariages et aux adoptions homosexuelles, on l'a compris. Les noms de Paglia et Galantino suffiraient pour le prouver.

Mais qu'il y ait des catholiques pro vie qui continuent à relancer le tweet de Bergoglio pro Alfie comme s'il avait fait un geste héroïque, un acte surnaturel de rébellion et de courage contre la culture de la mort, cela fait vraiment sourire !

Le catholicisme ne méprise pas la raison et le bon sens, dons de Dieu: c'est pour cela qu'il vaudrait mieux que ceux qui considèrent comme déplacé de critiquer Bergoglio pour son silence assourdissant, évitent, précisément, de parler. Mieux vaut se taire que de dire et répéter que «le pape a parlé en défense d'Alfie»: par pitié, non! Regardons la réalité en face, car c'est à travers elle que Dieu nous parle.

On peut remarquer la vérité, on peut être silencieux, mais prétendre croire à un ...

Source : http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/affaire-alfie-evans.html

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Le cri d'une mère

La mère de Vincent Lambert écrit à Emmanuel Macron


Salon Beige, le 11 avril 2018

Le premier condamné à mort en France s’appelle Vincent Lambert. Il est condamné à la peine du « bunker de la faim » et devrait mettre un mois à agoniser.

Sauf s’il est gracié par le président de la République.

Dans une tribune publiée par Le Figaro, Viviane Lambert s'adresse au président de la République pour obtenir la grâce de son fils :


« Mon fils a été condamné à mort. Il s'appelle Vincent Lambert, il est père d'une petite fille, il vit, et n'a commis aucun crime. Et pourtant, ce lundi 9 avril 2018, en France, un médecin m'a annoncé que dans dix jours commencerait la lente et longue agonie de mon enfant, qui va mourir de faim et de soif.

Ce même lundi, vous étiez au Collège des Bernardins, à Paris, pour parler du handicap et de la vulnérabilité. Vous avez évoqué l'exigence de l'effectivité. Et vous vous êtes engagé personnellement, avec ces mots : «Je pense, pour ma part, que nous pouvons construire une politique effective, une politique qui échappe au cynisme ordinaire pour graver dans le réel ce qui doit être le premier devoir du politique, je veux dire la dignité de l'homme.»

Permettez-moi de vous prendre au mot, Monsieur le Président: mon fils n'a pas mérité d'être affamé et déshydraté. Qui oserait, à cet égard, parler de «mourir dans la dignité»? Pourquoi lui infliger cette peine? Quelle faute Vincent a-t-il commise?

Permettez-moi, pour que vous puissiez en juger, de vous le présenter, et de vous rappeler son état.

Vincent est un homme de 42 ans, en situation de grand handicap. À la suite d'un accident de voiture, il est en état pauci-relationnel. C'est un état de conscience minimale qui l'empêche de communiquer verbalement. Mais c'est tout! Vincent n'est pas dans le coma, il n'est pas malade, il n'est pas branché. Ce n'est pas une machine qui maintient mon fils en vie. Il respire sans assistance. Il se réveille le matin, et s'endort le soir. Quand nous, ses parents, sommes avec lui, il a des réactions. Il nous suit du regard, parfois intensément, également avec son frère David qui est très proche de lui. Il a eu en notre présence plusieurs vocalisations dont une que nous avons filmée et qui a impressionné les médecins spécialistes à qui nous l'avons soumise et qui affirment qu'il n'est pas en état végétatif.

Alors qu'il avait perdu le réflexe de déglutition, il l'a retrouvé. J'ai pu lui donner à manger de la nourriture qu'il a déglutie sans aucune difficulté. Nous avons soumis ce film également à ces dizaines de spécialistes qui, tous, ont affirmé qu'il devait être rééduqué à remanger par la bouche. Mais il faut le faire selon des protocoles spécialisés, avec une équipe pluridisciplinaire, dans une unité spécialisée, dans le cadre d'un projet de vie en lien avec sa famille.

Au lieu de cela, il n'y a plus pour lui qu'un projet de mort. Et un médecin, à Reims, sans tenir aucun compte de tous ces avis spécialisés, a décidé d'arrêter son alimentation et son hydratation donnée par sonde, sans lui permettre d'être pris en charge ailleurs pour être rééduqué et stimulé.

Vincent est handicapé mais il est vivant.

Bien évidemment, sa situation est dramatique. Je suis sa mère: vous pouvez imaginer comme j'en suis meurtrie et la souffrance quotidienne qu'il me faut porter. Est-ce pour cela qu'il faudrait l'éliminer? Ma famille, dans cette épreuve, s'est divisée et cela ajoute à ma douleur.

Comme les 1700 personnes porteuses du même handicap que lui, Vincent aurait donc dû être placé dans un service spécialisé pour personnes cérébrolésées. Mais il a été mis en soins palliatifs, sans traitements adaptés, sans le service de kinésithérapie qui lui permettrait de faire les progrès permis par son état. Plusieurs établissements qui accueillent des personnes victimes de graves accidents de la route sont prêts à l'accueillir, et le voilà retenu dans le centre de soins palliatifs d'un hôpital incompétent pour une telle prise en charge.

Pourquoi cet acharnement contre mon fils? Et est-ce que ces 1700 personnes handicapées en état pauci-relationnel vont aussi être condamnées à mort?

Monsieur le Président, il y a quelques années, le 29 avril 2013, au chevet de mon fils, je l'ai vu mourir. J'ai vu qu'il mourait alors que son handicap n'est pas mortel. J'ai été foudroyée: je me suis aperçue que depuis vingt jours Vincent n'avait rien mangé, parce qu'on avait coupé son alimentation sans rien nous dire et qu'il était desséché parce qu'on avait décidé de réduire son hydratation. Vincent me regardait ; et il pleurait. Des larmes coulaient le long de ses joues. À ce moment-là, mon fils souffrait. Non de sa maladie, mais parce qu'on l'avait abandonné. Et condamné. Il m'a fallu encore onze jours pour réussir à ce que l'on remette la sonde gastrique de Vincent afin de l'aider à manger et à boire.

Était-ce digne? Était-ce médical? Je ne le crois pas. Mais par-dessus tout, je ne comprends pas quelle loi, quelle volonté politique pourrait vouloir et justifier que l'on condamne à mort un individu parce que l'on refuse de le soigner.

L'état de Vincent, tenace bien qu'il soit immobilisé depuis 2008, toujours en vie bien qu'on l'ait affamé pendant un mois, témoigne de sa réelle volonté de vivre. Les vingt-cinq spécialistes que nous avons consultés l'ont affirmé par écrit: le fait qu'il ait survécu 31 jours sans alimentation et avec une hydratation réduite est incompatible avec une prétendue volonté de mourir.

Et pourtant, ce lundi 9 avril, un médecin a, de nouveau, décidé la mort de mon fils, pour la quatrième fois. Même ce médecin écrit que la volonté de Vincent Lambert est incertaine. Alors, dans le doute de sa volonté, il doit mourir? On vous dira que c'est une décision médicale pour refus d'acharnement thérapeutique. Mais c'est faux. Vincent n'est pas en fin de vie. Il n'est pas malade. Il ne souffre pas. Lors de la procédure collégiale, vingt-quatre spécialistes ont adressé un courrier à l'hôpital de Reims pour indiquer que Vincent Lambert n'est pas en situation d'obstination déraisonnable. S'il faut qu'il meure, ce n'est pas pour sa dignité: c'est par volonté euthanasique. Vincent va être sacrifié pour faire un exemple. Mon fils doit être un cas d'école.

Monsieur le Président, je vous demande de me recevoir en urgence, accompagnée des médecins spécialisés qui connaissent Vincent pour l'avoir vu et qui pourront vous expliquer son état de santé réel. »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/04/la-m%C3%A8re-de-vincent-lambert-%C3%A9crit-%C3%A0-emmanuel-macron.html
avatar
Gilbert Chevalier
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 90
Date d'inscription : 19/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, seras-tu criminel comme ton pote Bergoglio ? Voici 3 crimes contre l'humanité !

Message  Admin le Sam 14 Avr 2018 - 20:15

@ Gilbert Chevalier :

Ces trois crimes contre l'Humanité ne sont que le prélude à beaucoup d'autres qui suivront ceux-ci !

C'est comme l'avortement : cela devait être exceptionnel alors que maintenant c'est devenu un moyen contraceptif !

C'est comme l'euthanasie qui devait être également l'exception, mais qui devient de plus en plus une réalité qu'on étend à tous ceux qui réclament de mourir "dans la dignité" Chien rigolo (laissez-moi rire !).

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 39724
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 117
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, seras-tu criminel comme ton pote Bergoglio ? Voici 3 crimes contre l'humanité !

Message  Gilbert Chevalier le Sam 14 Avr 2018 - 21:24

Eh oui, l'exception est devenue la règle et la règle l'exception.
avatar
Gilbert Chevalier
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 90
Date d'inscription : 19/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Macron, seras-tu criminel comme ton pote Bergoglio ? Voici 3 crimes contre l'humanité !

Message  Gilbert Chevalier Hier à 12:31

Hôpitaux-Prisons et Médecins-Assassins !

Il faut prier pour Alfie

Derniers développements d'une histoire déchirante, tristement emblématique d'une terrible époque...

("Benoît-et-moi", le 24/4/2018, mise à jour ultérieure)

>>> L'une des dernières photos d'Alfie publiées (dans les bras de sa maman, et sans l'assistance respiratoire...)

L'histoire du petit garçon de Liverpool, atteint d'une maladie rare, dont la justice britannique a décidé de cesser la ventilation qui le maintient en vie (le juge s'est même réclamé de propos imprudemment tenus par le Pape lui-même, sur "l'acharnement thérapeutique"), connaît des rebondissement quotidiens (et désormais à chaque heure), à cause de l'acharnement impitoyable de ceux qui veulent sa mort, contre la ténacité de ses magnifiques et courageux jeunes parents, et grâce à l'implication passionnée de la Nuova Bussola Quotidiana (qui a créé une page spéciale ICI), qui a envoyé sur place, à l'Alder Hospital de Liverpool, une journaliste, Benedetta Figerio, laquelle suit l'affaire en temps réel: c'est grâce à leur intervention que le papa d'Alfie, Tom Evans, a pu enfin rencontrer à Sainte Marthe (la semaine dernière) le pape François (qui n'avait plus d'autre choix), qui s'est personnellement engagé, assurant que l'enfant pourrait être acueilli à l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù, propriété du Saint-Siège. Cela n'a pas suffi à désarmer la rage des médecins et de la "justice" britanniques.

Depuis lors, le gouvernement italien, à l'instigation de deux de ses ministres (l'un du Parti Démocratique, l'autre du centre-droit...), dans un geste inouï (et à saluer!) a accordé la nationalité italiennne au petit malade, ce qui devrait lui permettre (au moins en vertu du principe de libre circulation des personnes au sein de l'UE dont la "perfide Albion" fait toujours partie...) de pouvoir être transféré en Italie, soit au Bambino Gesù, soit dans une clinique pédiatrique de Gênes qui s'est elle aussi proposée. Malgré que la directrice du Bambino Gesù ait fait le voyage à Liverpool, la direction de l'hôpital n'a même pas daigné la recevoir, et l'intervention sur place de l'ambassadeur d'Italie en Grande-Bretagne n'a pas non plus eu d'effet. La police continue de bloquer les abords de l'hôpital.

Aux dernières nouvelles, le ventilateur a été débranché hier soir à 22h17, et depuis lors, l'enfant respire seul.... Il ne reste plus qu'à prier pour que le miracle se produise.

Tandis que la presse mainstream, si soucieuse du "drame" des migrants, a honteusement ignoré la déchirante histoire d'Alfie, les blogueurs habituels, honneur à eux, se sont massivement mobilisés derrière la Bussola (Valli, Tossatti, Socci, Riscossa Cristiana, chiesaepostconcilio.blogspot.ro/…/fiat-voluntas-t…, et pour la sphère anglophone, Edward Pentin), en relayant d'innombrables témoignages et pétitions de particuliers, en suppliant d'abord le Pape de parler haut et fort, et plus tard d'accorder à la famillle Evans l'asile "polititique" au Vatican.

ALFIE POURRAIT ÊTRE SAUVÉ
Pourquoi Bergoglio ne se rend-il pas à Liverpool pour tonner "C'est une honte" comme il l'a fait quand il est allé à Lampedusa ?
Pourquoi n'appelle-t-il pas la reine pour lui demander son intervention ? Pourquoi ne met-il pas Alfie et sa famille en sécurité comme il l'a fait avec trois familles de réfugiés syriens (musulmans) à Lesbos ? Pourquoi ne leur donne-t-il pas la citoyenneté du Vatican et ne les accueille-t-il pas dans des structures du Vatican comme Pie XII l'a fait avec tant de familles de persécutés pendant la guerre ? Pourquoi ne fait-il pas supprmer pas l'incroyable communiqué de la Conférence épiscopale anglaise qui a également été relancé dans l'Osservatore Romano ?

Sandro Magister faisait hier une chronologie détaillée couvrant toute l'affaire jusqu'au 22 avril inclus (comme les rebondissements se succèdent depuis lors pratiquement chaque heure, pour les derniers développements, on se rendra sur le site de la Bussola).
En marge de cette synthèse, voici deux documents tristement significatifs de "l'implication" de la hiérarchie de l’Église (tels qu'ils sont reproduits par Marco Tosatti, et dans ma traduction): le premier, un communiqué surréaliste de la Conférence épiscopale anglaise, le second, une lettre, qui ne l'est pas moins, de "Mgr" Paglia, président de l'Académie Pontificale pour la Vie.

Communiqué des évêques britanniques
Nos cœurs vont aux parents d'Alfie Evans et nos prières sont pour lui et avec eux, qui essaient de faire tout ce qu'ils peuvent pour le soin de leur fils.
Nous affirmons notre conviction que tous ceux qui ont pris des décisions déchirantes concernant les soins d'Alfie Evans agissent avec intégrité et pour le bien d'Alfie, tel qu'ils le voient.
Le professionnalisme et les soins prodigués aux enfants gravement malades à l'hôpital Alder Hey doivent être reconnus et affirmés. Nous savons que les critiques publiques récemment publiées au sujet de leur travail sont sans fondement, de même que l'attention de notre aumônerie au personnel, et vraiment offerte à la famille, a été fournie de façon constante.
Nous prenons note de l'offre du Bambino Gesù de Rome de s'occuper d'Alfie Evans. C'est à cet hôpital de présenter devant les tribunaux britanniques, où des décisions cruciales doivent être prises en cas de conflits d'opinion, les raisons médicales pour qu'une exception soit faite dans ce cas tragique.
Avec le Saint-Père, nous prions pour que tout soit fait avec amour et réalisme pour accompagner Alfie et ses parents dans cette profonde souffrance.


Lettre de Mgr Paglia
L'histoire dramatique d'Alfie Evans continue de susciter une profonde résonance émotionnelle. Au vu de l'évolution à laquelle nous assistons, nous ne pouvons pas échapper à un grand malaise, en particulier le sentiment d'être dans une impasse où nous risquons tous d'être vaincus. Compte tenu des solutions problématiques à trouver dans les circonstances changeantes, nous pensons qu'il est important de travailler à une solution aussi partagée que possible. Ce n'est que dans la recherche d'une compréhension entre tous - une alliance d'amour entre parents, famille et agents de santé - qu'il sera possible de trouver la meilleure solution pour aider le petit Alfie dans ce moment dramatique de sa vie.

Belles paroles, vraiment. Et de la part du monsignore, bel exemple de charabia ecclésiastique.
En ce qui concerne le "professionnalisme" et la qualité des soins portés à Alfie, et "l'amour" prodigué par les "agents de santé" de l'Alder Hospital de Liverpool, le papa de l'enfant a pris des photos de son fils et les a mises en ligne. En les regardant, on réalise que ce sont des preuves sans équivoque - au minimum - de négligence, voire de maltraitance.

Pour finir, voici une vidéo toute récente, qui montre combien l'enfant est vif et réactif : www.youtube.com/watch

Et on veut le faire mourir...

----------
Mise à jour

Voici le curieux commentaire datant d'hier après-midi de Luis Badilla, le directeur du site para-vatican Il Sismografo (sorte de Tornielli bis). On voit où ils veulent en venir. Badilla insinue que l'attribution de la citoyenneté italienne à Alfie est une récupération à des fins politiques, mais la récupération, au profit de l'immigrationnisme, n'est-elle pas surtout le fait de Badilla et de ses amis?

LA NOTE DU JOUR: QUAND UNE CERTAINE POLITIQUE EXPLOITE L'HISTOIRE DU PETIT ALFIE EVANS.
QUATRE QUESTIONS

23 avril 2018

http://ilsismografo.blogspot.ro/2018/04/italia-la-postilla-della-giornata.html

-----
Voici comment le site web de l'Avvenire rapporte la nouvelle: «Évolution inattendue dans le cas du petit Alfie : l'Italie a accordé la citoyenneté à l'enfant. Quel changement cette décision des ministres des Affaires étrangères Alfano et de l'Intérieur Minniti apportera au sort de l'enfant, ce n'est pas encore facile à imaginer. Malgré tout, le gouvernement italien " espère que le fait d'être citoyen italien permettra à l'enfant de s'installer immédiatement en Italie. A 14h30, heure italienne, alors que tout semblait prêt pour le détachement du respirateur d'Alfie, les parents ont réussi à obtenir un nouveau délai pour clarifier un aspect formel de la décision».

Questions nécessaires :
1) Comment se fait-il que cette citoyenneté soit arrivée presque au même moment où les médecins britanniques ont été autorisés par la loi à débrancher les appareils du petit Alfie Evans ?
2) Pourquoi n'a-t-on pas donné cette citoyenneté il y a quelques jours de manière à intégrer l'événement dans les procédures judiciaires de la Cour européenne et des tribunaux britanniques et peut-être ainsi apporter une aide significative au projet d'amener Alfie en Italie [NDT: Peut-être. mais pourquoi la démarche n'est-elle pas venue du Pape, comme on peut supposer que le gouvernement italien le prévoyait? Par ailleurs, il n'était pas évident que l'inhumanité des juges britanniques irait jusque là]
3) Que revendique cette démarche qui, adoptée in extremis, révèle son manque de cohérence et de sérieux au point d'apparaître comme un artifice propagandiste (???)?
4) Comment se fait-il que le ministre Alfano et le ministre Minniti aient trouvé un accord pour donner la citoyenneté italienne en quelques minutes à Alfie, chose plus que juste même si c'est tardif, et n'aient jamais trouvé un accord pour donner la citoyenneté italienne à des dizaines de milliers d'enfants nés en Italie, enfants de ...

Source : http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/il-faut-prier-pour-alfie.html#304418a8ce0d38115

* * * * * * * * * * * * *

>>> NEUVAINE EFFICACE à NOTRE-DAME des TROIS AVE MARIA : https://gloria.tv/album/UjKzPoRcoKE81GwKSRm2gHxsL/record/CCJbmbwaDNuh3yx6DYnWELY7H

Album ACTU : https://gloria.tv/album/76VN81FZDJbK2uSHFW7kZmX3K
avatar
Gilbert Chevalier
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 90
Date d'inscription : 19/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum