FÊTE DE NOTRE PERE DU CIEL AUJOURD'HUI DIMANCHE 7 AOÛT- DEMANDEE A MERE EUGENIA !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

FÊTE DE NOTRE PERE DU CIEL AUJOURD'HUI DIMANCHE 7 AOÛT- DEMANDEE A MERE EUGENIA !

2 participants

Aller en bas

FÊTE DE NOTRE PERE DU CIEL AUJOURD'HUI DIMANCHE 7 AOÛT- DEMANDEE A MERE EUGENIA ! Empty FÊTE DE NOTRE PERE DU CIEL AUJOURD'HUI DIMANCHE 7 AOÛT- DEMANDEE A MERE EUGENIA !

Message  Célestine Dim 7 Aoû 2022 - 10:34




Mère Eugenia avec la prière " DIEU EST MON PERE " donnée par le Père Céleste

Elle est née en 1907 à San Gervasio d'Adda (Bergame) Italie, dans un milieu familial modeste, de maman Félicita et papa Carlo Ravasio. Elisabetta, c’est son nom de son baptême, a connu les privations et la souffrance dès les premières années de sa vie.


Dieu le Père - Mère Eugenia
La famille fut matériellement très éprouvée à cause d'un krach bancaire. C'est après ce désastre financier que maman Félicita a mis au monde son bébé prématuré de six mois. Après cette naissance difficile, elle a dû rester alitée pendant sept ans. "Occupons-nous de la mère !" dit le médecin en regardant le bébé de six mois, "de toute façon, la petite ne survivra pas".
Elisabetta a survécu à sa mauvaise condition physique grâce à un miracle obtenu par son grand-père. Cependant, à quatre ans, elle ne parlait pas, ne marchait pas. Son grand-père, Piero, décida de se rendre à pied au sanctuaire de la Vierge de Varèse : ou bien Dieu guérira la fillette ou bien il la prendra auprès de Lui. Au moment où le grand-père arrivait au sanctuaire, Bettina - c'est le tendre petit nom que lui donnait la famille - se leva, conduite par une très belle Dame qui l'aida à s'habiller. Bettina se présenta à ses parents.

Ceux-ci, considérant qu'il s'agissait d'un miracle, et partagés entre l'étonnement et une joie profonde, remercièrent la très Sainte Vierge. Plus tard, lorsque les parents amenèrent la petite au Sanctuaire marial en pèlerinage de reconnaissance, Bettina s'écria enapercevant la statue de la Vierge : "Voilà la Dame qui m'a habillée".

Ainsi la vie de Mère Eugenia fut-elle, dès le début, accompagnée par la présence de la Sainte Vierge. Ultérieurement la Mère de Dieu l'a introduite dans le mystère de la Très Sainte Trinité. Cette connaissance l'a marquée profondément dans son âme. Maintenant elle sait de quelle façon il faut réaliser l'Unité - si cher que cela lui coûte.

" Vierge Marie,
Mère de Jésus et ma Mère très douce ! Je mets toute ma vie entre Tes mains, en adorant toujours et en toute chose la Divine Volonté du PÈRE : offre-la à Jésus dans l'Amour du Saint Esprit, afin que tous puissent arriver dans la Maison du PÈRE : finalement Une Seule Famille dans la Béatitude éternelle, pour la Gloire de Dieu, notre PÈRE. Je suis prête à faire n'importe quel sacrifice afin qu'aucun des fils ne se perde.
Aide-moi Toi, ma Mère ! à vivre en vraie Fille (vrai Fils) du PÈRE dans une fidélité totale au Saint Evangile. Reine de l'Unité, prie pour nous !"

Son grand-père, très pieux, guidait sa famille dans la prière et donnait à tous des enseignements très précieux, qui aidaient l'enfant à grandir religieusement.
Un jour, montrant le fleuve Adda, il lui dit : "Regarde l'eau, elle coule et s'éloigne, si elle s'arrêtait, ce serait un marécage d'eau putride. Il en est de même pour tes souffrances, tes larmes et tes luttes : elles sont là et passent, prends garde de ne pas les retenir, autrement tu deviendras malheureuse. Tout passe, offre-les à Dieu et accepte chaque jour sa Volonté. Ne regarde pas la personne qui t'apporte la souffrance, prends-la de ses Mains, rien n'est dû au hasard ; Dieu suit ses créatures pas à pas. Lui, c'est sûr qu'il nous aime, même si nous n'en comprenons pas le sens. Courage, va toujours de l'avant et attends que la souffrance passe." Elisabetta mit à profit les enseignements de son cher grand-papa.
Aujourd'hui encore, elle répète ces mots évocateurs : "J'attends que ça se passe et entre-temps, je chante".
On dit aussi : "si la Mère Eugenia chante, c'est que quelque chose ne va pas".
En 1927, à l'âge de vingt ans, après avoir passé huit ans à travailler dans le tissage, elle décide de se faire missionnaire, malgré tous les obstacles qu'elle rencontre : "Me voici, je viens, ô PÈRE, pour faire Ta Volonté !"
Elle entre à l'Institut missionnaire français « Notre-Dame des Apôtres » qui faisait partie du diocèse de Grenoble. C'est là qu'en 1932, elle a eu la grâce extraordinaire de recevoir le Message du PÈRE Céleste pour les hommes.
Au couvent elle éprouve, outre de nombreuses difficultés, la déception. Certainement, on ne peut pas prétendre qu'on est déjà des saints, seulement parce qu'on est au couvent ; on devient saint en luttant et en se dépassant, jour après jour, pour croître dans la Grâce de Dieu. Elle a bien compris qu'il ne faut pas juger, qu'il faut rester uni à Dieu, et se conformer aux règlements, sans chercher à savoir si les autres s'y conforment eux-mêmes ; chacun se trouve seul à répondre devant Dieu, de ses propres responsabilités.
Elle est convaincue qu'elle doit regarder les autres pour être charitable et les aider dans leurs besoins. Dieu lui en donnera la force: "Courage, donc, et de l'avant !".
Très rapidement, elle est nommée, encore très jeune, maîtresse des novices et, en 1935 - elle avait à peine 28 ans - elle est élue Mère Générale. Elle remplit cette fonction avec puissante énergie et amabilité surhumaine pendant douze ans.
Elle agit comme quelqu'un qui a une confiance illimitée en Dieu, se donnant sans compter pour aider les autres.
Ses connaissances scolaires se limitent aux trois premières années élémentaires. Or maintenant, par sa fonction, elle est obligée de gérer de nombreux problèmes et de parler plusieurs langues ; sa confiance en Dieu est encore plus forte et Dieu l'aide, lui donne la force nécessaire pour continuer. Elle parle en latin avec les prêtres et écrit plusieurs livres d'instruction religieuse.

En Mission

Les apparences sont trompeuses : qui aurait pu s'attendre à ce qu'une petite Sœur si jeune et si mince puisse parvenir à réaliser un travail aussi colossal et aussi semé d'embûches ? Grâce à un grand courage, à une grande ténacité, à de grandes souffrances et beaucoup de combats acharnés, elle a pu obtenir pour ses Sœurs respect et dignité dans leur travail de missionnaires.
Il arriva, à cause du paternalisme exercé par d'autres sur ses Sœurs, qu'on se crut en droit de les employer dans des rôles inférieurs ; ce qui était vrai pour la plupart des femmes de cette époque-là. Pour Mère Eugenia d'ailleurs, tous les êtres humains sont égaux devant Dieu, tous enfants du même PÈRE : ni la couleur, ni la race, ni la classe sociale, ni le sexe ne peuvent rendre une personne supérieure à une autre.
Dans l'accomplissement total de son devoir, elle est animée d'une force et d'un courage exceptionnel, selon l'Évangile.

Mère des Lépreux

Le seul guide de toute sa ferveur est l'Amour de Dieu. Dans ses œuvres, on peut vérifier cette impulsion : elle donne et se dépense pour les autres sans compter, sans redouter les jugements et les mises en garde que certains lui adressent. Son unique but est d'arriver à l'accomplissement de la Volonté de Dieu, au cours d'une vie vécue selon l'Évangile.
Il en fut ainsi quand, en 1939, elle se rendit en Afrique et rencontra des lépreux, ravagés par la maladie, que l'on mettait à l'écart en les cloîtrant sur une île, de laquelle ils ne pouvaient pas s'échapper et on les abandonnait ainsi à leur maladie, leur solitude et leur désespoir.
C'est près de cette île qu'un jour se posa l'hydravion avec Mère Eugenia et ces maudits virent ainsi descendre du ciel la "Missionnaire de la Charité". Mère Eugenia en les rencontrant leur demande :
- Qu'est-ce que vous aimeriez ? Parlez librement, il y a qui vous aime et voudrait vous aider.
Les pauvres gens regardaient l'étrangère, qui s'adressait à eux, un peu étonnés mais sans méfiance.
- Aimeriez-vous habiter dans une petite ville tout à vous ?
- Sans remparts ?, risqua un jeune homme, défiguré par la maladie.
- Sans remparts, bien entendu, répliqua Mère Eugenia.
- Mais ce n'est pas possible, la lèpre est contagieuse, il nous faut vivre isolés. La mer nous tient prisonniers, personne ne peut partir. Nous sommes condamnés à vivre et à mourir seuls.
- Vous ne devez pas désespérer, je vous promets que je reviendrai bientôt.
Et Mère Eugenia les touche avec ses mains, sans craindre la maladie, pour les rassurer sur son amour pour eux.
Raoul Follereau raconte cet épisode dans son autobiographie. « La seule vérité, c'est de s'aimer ». Il raconte : "L'île Désirée, avec sa végétation luxuriante, est faite pour le bonheur, le repos et la paix. Ce paradis terrestre est pourtant un lieu d'enfer, car il est habité par des êtres marqués des plus horribles souffrances..."
Mais comment faire pour améliorer la condition de ces hommes et de ces femmes, pour qu'ils puissent vivre plus dignement, car nombreuses et sévères étaient les contraintes qu'imposaient alors les services sanitaires à tous les lépreux. Malgré ces difficultés, Mère Eugenia eut une idée: "On construira la ville des lépreux en pleine forêt vierge ; ainsi ils pourront aller et venir à leur gré. Dans la ville, ils auront vraiment l'impression d'être libres ; une ville où ils ne seront plus parqués comme des animaux; une ville où ils auront droit à tout le respect et à la dignité qu'ils méritent".
Tout cela paraît aujourd'hui simple et naturel, mais en 1939, c'était un projet révolutionnaire, qu'on qualifia plus d'une fois d'insensé ! Le Ministre d'État français, à qui Mère Eugenia s'était adressée pour être aidée dans ce projet, lui fit cette réponse : "C'est un rêve, une utopie, une chimère ! On ne bâtit pas une ville en pleine forêt. Vous êtes une femme généreuse, bien sûr, mais votre charité vous entraîne hors du possible..."

Aux prises avec les médicaments

Mère Eugenia avait mobilisé une multitude de personnes qui répondaient avec générosité, mais il fallait, entre temps, donner aux malades les premiers secours et il n'y avait pas de médicaments contre la lèpre.
Elle était hantée par la pensée d'aider ces pauvres lépreux, leurs corps délabrés tombant en lambeaux. Elle semblait demander du secours à n'importe qui, en regardant autour d'elle, le cœur brisé par la peine.
Elle trouva un jour une plante devant elle, c'était un chalmograd ; son regard fut attiré par les baies et elle ne perdit pas son temps : "Vous pouvez m'aider, peut-être ? Mais oui, vous servez à quelque chose si le Seigneur vous a créées, aidez-moi !" Le cœur plein d'espoir, elle les transforme, en les écrasant en une bouillie huileuse. Elle l'applique sur les membres couverts de plaies et en arrête le développement. La Mère Eugenia est vraiment imprévisible !
L'Institut Pasteur de Paris a perfectionné cette découverte en donnant ainsi une nouvelle impulsion à la science pour vaincre la lèpre.
De sa vie de missionnaire nous avons rappelé seulement quelques épisodes ; tant pour se faire une idée de sa force, de son courage, de son zèle pour le bien des autres, de sa très grande confiance en Dieu, de la Parole de l'Évangile vécu : "Vous êtes le sel de la terre... La lampe allumée sur la bougie afin que tout le monde voie" (Mt 13,33 ; 5,13-15).

Mère Eugenia lance R. Follereau en faveur des Lépreux

Mère Eugenia confie sa préoccupation, d'une voix vibrante et indignée à Raoul Follereau qui, à ce moment-là, est caché dans leur couvent, fuyant les persécutions. Elle lui dit : "En Europe, on fait la guerre, et là-bas les êtres les plus pauvres au monde meurent de faim et de misère noire, et nous jouons à la guerre ! Je veux bâtir une ville où les lépreux seront traités comme des hommes, avec tout le respect et la dignité qu'ils méritent."
Follereau percevait dans la voix de la petite Sœur sa volonté et son opiniâtreté ; il lui dit : "Ma Mère, continuez votre travail, moi, je vais m'occuper de l'argent."
A partir de ce moment-là, il quitte le couvent avec courage sans se préoccuper des persécutions.
Dix ans plus tard, en 1950, le village est prêt, grâce à la bonne volonté de nombreuses personnes et à la confiance que Mère Eugenia a su communiquer. Le "rêve impossible" a été réalisé.
Le projet a pris une telle ampleur que le gouvernement a décidé de transformer le village en "Institut National de la Lèpre de la Côte d'Ivoire".
A travers Mère Eugenia, Adzopé devient un symbole d'encouragement à ouvrir d'autres centres de soins pour ce genre de malades. La France a accordé pour cette Œuvre fondée par Mère Eugenia la Couronne Civique, décoration la plus importante qu'elle donne pour des œuvres à caractère social.
Dans une interview de Raoul Follereau sur Mère Eugenia, il dit : "Pour Mère Eugenia, il a été assez dit que le mot "impossible" n'existe pas..."

Charisme de Mère Eugenia

En 1948, encouragée par un Cardinal, Mère Eugenia est sortie de la Congrégation pour fonder une nouvelle Œuvre Religieuse, en espérant pouvoir faire davantage pour la connaissance de l'immense Amour du PÈRE, et réaliser l'Unité désirée par Jésus : "Père Saint, que tous soient UN" (cf. Jn 17). Mais ce ne fut possible que 40 ans plus tard. En 1988, suite à un grand calvaire, elle a reçu de l'Église la reconnaissance de l'Œuvre : « Unitas in Christo ad Patrem » qui continue à vivre et animer l'esprit de Mère Eugenia.
Son charisme est celui de réaliser l'Unité tant désirée par Jésus (cf. Jn 17). Une seule famille à la tête de laquelle se trouve Dieu le Père.
Le PÈRE, bon, aimable, qui est toujours avec nous.
Le PÈRE qui nous aime continuellement avec tendresse.
Le PÈRE qui nous a tellement aimés en nous donnant son Fils unique.
Pour la préparer à sa Mission, Dieu l'a comblée de dons et de grâces extraordinaires et l'a entraînée à une vertu très forte par des épreuves et de grandes souffrances où son amour pour Dieu est devenu toujours plus intense.
Et quand fut proche l'heure de la manifestation du PÈRE, Jésus lui dit :
"Dans les siècles, Dieu a déjà procuré beaucoup de dons, mais maintenant voilà le DON des Dons". Et avec un geste de la main, II lui fit voir l'arrivée de Dieu le PÈRE, le PÈRE qui Se donne à l'humanité.

Mère Eugenia est chargée par le PÈRE Lui-Même de faire connaître aux hommes, ses fils, le Message de son Amour :

LE PÈRE de l'humanité qui a révélé Jésus,
est toujours avec nous,
nous aime d'un Amour Tendre,
protège notre vie après nous l'avoir donnée ;
il ne faut pas Le craindre, mais avoir respect et confiance en Lui.
IL a constitué JUGE son Fils Jésus.

La Mission de Mère Eugenia est de nous faire prendre conscience de cette merveilleuse réalité : DIEU est notre PÈRE. Il nous aime. Il est toujours avec nous. Il veut nous introduire, nous Ses Fils bien-aimés, dans la Gloire de Sa Maison.

Elle a fondé la Communauté du PÈRE pour l'Unité « UNITAS IN CHRISTO AD PATREM » qui continue à animer le charisme de Mère Eugenia. Le PÈRE Lui-Même a dit à Mère Eugenia que, chaque fois qu'une personne lit le Message du cœur ouvert, Lui-Même est là avec son Amour et sa Présence vivante, pour Se communiquer à cette âme.

Mère Eugenia s’est endormie dans le Seigneur, en holocauste offert pour l’Unité de tous les fils en Christ pour la Gloire du Père, le 10 août 1990, entourée de l’affection et de la vénération de ceux qui l’ont approchée.

Dieu le PÈRE accorde beaucoup de grâces par l'intercession de Mère Eugenia Elisabetta Ravasio par la prière « DIEU EST MON PÈRE » que le PÈRE Lui-Même lui a donnée :

« Per Ipsum, cum Ipso et in Ipso »
DlEU EST MON PÈRE

O mon Père des cieux, comme il est doux et suave de savoir que Vous êtes mon Père et que je suis Votre enfant !
C'est surtout quand le ciel de mon âme est noir et ma croix plus lourde, que je sens le besoin de Vous dire : Père, je crois à Votre Amour pour moi !
Oui, je crois que Vous êtes mon Père et que je suis Votre enfant !
Je crois que Vous m'aimez d'un Amour infini !
Je crois que Vous veillez jour et nuit sur moi et que pas un cheveu ne tombe de ma tête sans Votre permission !
Je crois que, infiniment Sage, Vous savez bien mieux que moi ce qui m'est avantageux !
Je crois que, infiniment Puissant, Vous tirez le bien du mal !
Je crois que, infiniment Bon, Vous faites tout servir au bien de ceux qui Vous aiment : et derrière les mains qui blessent, je baise votre main qui guérit !
Je crois, mais augmentez en moi la foi, l'espérance et la charité !
Apprenez-moi à bien voir Votre Amour diriger tous les événements de ma vie.
Apprenez-moi à m'abandonner à Vos conduites comme un enfant entre les bras de sa mère.
Père, Vous savez tout. Vous voyez tout. Vous me connaissez mieux que je ne me connais : Vous pouvez, tout et Vous m'aimez !
O mon Père, puisque Vous voulez que nous Vous demandions tout, je viens avec confiance Vous de mander avec Jésus et Marie..................... (nommer la grâce que l'on désire obtenir)
A cette intention je Vous offre, en union avec leurs Sacrés Cœurs, toutes mes prières, mes sacrifices et mortifications, toutes mes actions et une plus grande fidélité à mon devoir.
Donnez-moi la lumière, la force et la Grâce de Votre Esprit !
Affermissez-moi dans cet Esprit de manière que je ne Le perde jamais, que je ne Le contriste ou ne L'affaiblisse pas en moi.
Mon Père, c'est au nom de Jésus Christ, Votre Fils, que je Vous le demande ! Et Vous, ô Jésus, ouvrez Votre Cœur et mettez-y le mien, et avec Celui de Marie offrez-le à notre Divin Père ! Obtenez-moi la grâce dont j'ai tant besoin ! Père Divin, faites-Vous connaître à tous les hommes. Que tout le monde proclame Votre Bonté et Votre Miséricorde !
Soyez mon tendre Père et protégez-moi partout comme la pupille de Vos yeux. Que je sois à tout jamais votre digne enfant : ayez pitié de moi !
PÈRE DIVIN,
doux Espoir de nos âmes,
soyez connu, honoré et aimé des hommes !
PÈRE DIVIN,
Bonté infinie qui s'exerce envers tous les peuples,
soyez connu, honoré et aimé des hommes !
PÈRE DIVIN,
Rosée bienfaisante de l'humanité,
soyez connu, honoré et aimé des hommes !
Célestine
Célestine
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 160050
Date d'inscription : 18/07/2013

stjeanlagneau et HUBERT Jeannine aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

FÊTE DE NOTRE PERE DU CIEL AUJOURD'HUI DIMANCHE 7 AOÛT- DEMANDEE A MERE EUGENIA ! Empty Re: FÊTE DE NOTRE PERE DU CIEL AUJOURD'HUI DIMANCHE 7 AOÛT- DEMANDEE A MERE EUGENIA !

Message  stjeanlagneau Dim 7 Aoû 2022 - 10:57



Merci Célestine, c'est une fête très importante, qui devrait être célébré dans toutes les paroisses du monde.  Non

J'ai eu la chance de la célébrer deux fois cette année, hier soir en anticipée et ce matin.

Célébrons notre papa du Ciel.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] "CHERCHEZ D'ABORD LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE,
ET LE RESTE VOUS SERA DONNE PAR SURCROIT"  (Matthieu 6,33)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
stjeanlagneau
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 27851
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 55
Localisation : BRETAGNE

Célestine et HUBERT Jeannine aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum