Formation pour exercer une prière de délivrance
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Formation pour exercer une prière de délivrance

2 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty Formation pour exercer une prière de délivrance

Message  Hildegarde Sam 31 Déc 2022 - 16:52

Je remercie beaucoup le Forum Viens-Seigneur-Jésus qui me donne la permission de vous informer, de vous former (pour ceux qui le désirent) pour exercer une prière de délivrance.

Formation pour exercer une prière de délivrance Captu715

Faire tout pour la Gloire de Dieu et le salut des âmes.

Du cardinal Ch. JOURNET :

« L'Esprit Saint viendra au secours de son Église par des voies exceptionnelles. Aux moments décisifs de son histoire, il lui enverra des renforts inespérés. Il suscitera en elle des miracles de force, de lumière, de pureté: dans la hiérarchie, ou dans le peuple fidèle, des hommes et des femmes se lèveront (...). Ils auront, pour annoncer leur message, tant de netteté dans le cœur (...), que le monde, secoué de sa léthargie, croira réentendre les apôtres. Ils feront des miracles, ils discerneront les esprits, ils parleront en langues. Ils seront les vrais prophètes. Ils prophétiseront (...) pour éclairer, à la lumière de la Révélation, le mouvement de leur époque et les besoins de l'humanité. En eux reparaîtront, sous une forme adaptée aux conditions nouvelles de la vie de l'Église, les grâces charismatiques qui, au témoignage de l'Écriture, furent élargies aux premiers chrétiens (1 Co 12, 7-11).

Ces venues de l'Esprit dans l'Église, ces visites, pourront se borner parfois à des secours miraculeux. Mais, le plus souvent, les manifestations charismatiques de l'Esprit Saint ne seront elles-mêmes que le signe extérieur, le contrecoup sensible d'une effusion surnaturelle, incomparablement plus précieuse encore, de grâce et de sainteté.  »


Le 8 janvier 2010, Notre Seigneur m’a appelée à le servir d’une autre façon en me donnant des charismes, d’abord celui de libération, puis en 2012, le discernement direct des esprits dans la libération, puis dans l’écoute, le parler en langues et d’autres cités dans mes six livres publiés.

Cela avait été précédé le 14 septembre 2009 à Lourdes par l’accueil d’une « possédée » dans le cadre de mon service de Piscinière. Et annonce du charisme de libération ! Lettre envoyée au Président de l’Hospitalité Notre Dame de Lourdes sur sa demande, ainsi qu’à l’Aumônier Général. Et plus tard à l’exorciste italien qui accompagnait cette dame.  J’avais récité une prière de louange en boucle pendant au moins trois quart d’heure et imploré le Sang du Christ sur elle et sur nous.

Puis, le 7 Novembre 2009 : dix ans d’écart entre ces deux dates : et le 7 novembre 1999, pendant la Messe de clôture du rassemblement des Evêques, l’Esprit Saint fera un Miracle Eucharistique au moment de la Consécration, miracle qui ne sera pas reconnu par les Evêques !
Dix ans plus tard, je bénéficierai d’un Miracle, celui de la Transfiguration d’une personne agonisante.
Mon responsable de l’aumônerie m’avait demandé de prendre le relais et d’aller assister Mme L., qui était en salle de soins intensifs, je n’ai su son prénom qu’un quart d’heure avant mon départ de sa chambre, Jeanne. La semaine précédente, nous ignorions qu’elle était chrétienne, ce n’était pas marqué dans son dossier. […]
Le frère Curé m’a demandé ce que j’avais dit pendant deux heures trente. Il s’est présenté à la dame en lui disant que j’allais partir et qu’il allait réciter un chapelet avant de la bénir. Jeanne a demandé à boire, le frère Curé était étonné que je puisse répondre à sa demande.
Avant de partir, je l’ai bénie, puis je lui ai dit que « Jésus vous donne Sa paix, Sa sérénité et Sa joie ». Je lui ai dit « à demain », ignorant l’heure de sa mort. L’infirmière m’ayant dit qu’elle était en fin de vie, mais que cela pouvait durer, sa seule famille, un neveu n’est pas venu la voir, pour une question d’héritage ! […]
Je me suis dirigée vers le pied de son lit. Jeanne était assise dans son lit, la Sainte Hostie (Jésus) que je portais sur moi était dans la custode sous mon pull, l’aumônier prêtre était derrière moi.
Quand je suis passée devant Jeanne, malade agonisante que j’accompagnais pour la première fois et dernière fois pendant deux heures quarante-cinq minutes, le 7 novembre 2009, j’ai vu un visage resplendissant, des yeux ouverts, souriants, un beau visage plein de lumière, la bouche normale, des dents, des vraies dents bien blanches, pas un dentier qu'elle n'avait pas, le temps que je l'ai accompagnée.
J’ai vu un visage TRANSFIGURÉ. Nous avons vu un visage transfiguré. […]
Comme saint Thomas (et saint Jean), je peux professer : « j’ai vu et j’ai cru. » Et je suis partie !
Je croyais déjà à la Transfiguration du Christ, mais vivre en direct cet instant Unique prend une dimension surnaturelle où j’ai vu en quelques minutes la Gloire de Dieu sur la terre des vivants. […]
Le prêtre présent (l'Aumônier de l'hôpital) que j'interrogeais beaucoup plus tard me confia : « ce visage lumineux était bien pour vous, quand vous avez mis la main sur la poignée de la porte, tout s'est arrêté. » […]
La surveillante générale d’hôpital me disait le 9 novembre 2009 : « S’il y a quelque chose après la mort, vous étiez là ! »
Encore d’un prêtre : « Magnificat ! Merci Béatrice pour ce beau témoignage. Que le Seigneur continue de faire de vous le canal de sa miséricorde. »
J’ai pu le découvrir puisque l’Esprit Saint me fera la grâce de me visiter le 8 janvier 2010, deux mois plus tard, par l’intercession d’un Religieux et m’offrira comme temps de « visitation » celui que j’avais donné à cette mourante pour m’appeler à travailler à la Vigne du Seigneur d’une nouvelle façon ! […]
Tous les témoignages sont cités dans mes livres.

« Prier n’est pas un acte magique : des extraits du livre « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu »

Je te demande cela et Tu me donnes. Non ! Voudrions-nous que Dieu fasse notre volonté, être exaucé tout de suite ?

Prenons l’exemple d’une entreprise, le patron ne fait pas tout le travail et son employé ne se tourne pas les pouces assis à son bureau à le regarder travailler. Le patron a besoin de la collaboration de son employé. Il en est de même si j’accepte de devenir collaborateur du Seigneur. Mais il est indispensable de croire que Dieu est Tout-Puissant et qu’Il peut faire des miracles. Ne soyons pas incrédules sinon le Seigneur ne pourra rien faire. » Le verset suivant le montre :
Selon saint Marc, 6, 5 à 6 : « Et il ne put faire aucun miracle, si ce n’est qu’il guérit quelques malades en leur imposant les mains. » 6 « Il était surpris de leur incrédulité. […] »

Prière à l’Esprit-Saint (Cardinal Mercier) :
O Esprit-Saint, Âme de mon âme, je vous adore ; éclairez-moi, guidez-moi, fortifiez-moi, consolez-moi.
Dites-moi ce que je dois faire, donnez-moi vos ordres, je me consacre à Vous.

Je vous promets de me soumettre à tout ce que vous désirez de moi, d’accepter tout ce que Vous permettez qui m’arrive ; faites-moi seulement connaître Votre très Sainte Volonté et donnez-moi la force d’y correspondre et de l’accomplir.

O bien-aimé Saint Esprit, Amour du Père et du Fils, je vous aime !
S’il vous plaît : éclairez-moi et donnez-moi vos sept dons. Amen

Ainsi, Dieu nous demande notre collaboration, il nous demande d’accepter de travailler pour Lui, avec Lui et en Lui. Comment ? Par la prière, qu’elle soit une prière de demande, de louange, d’action de grâces, d’intercession, par notre don de notre personne à répondre à Son appel, à travailler à Son Service, à Sa Vigne. Par l’obéissance à sa Sainte Volonté. Fais de moi ce qu’Il te plaira ! Accepter qu’Il taille les branches inutiles !

Il embauche à toute heure, à la première et à la dernière heure …
Il n’y a pas de chômage avec Lui et il nous rétribue au-delà de ce que nous pourrions souhaiter. Sainte Bernadette avait reçu à Nevers l’emploi de prier.
Ne nous le donne-t-Il pas à nous tous cet « emploi de prier ». Ne L’avez-vous pas entendu vous le murmurer à « l’oreille » de votre cœur ? En effet, le Seigneur a besoin de prières pour le salut des âmes. Il a besoin de notre participation, il a besoin de nous. Un Dieu qui a besoin de notre collaboration, n’est-ce pas merveilleux ! Que dois-je lui répondre ?

D’un prêtre : « Luc 17, 11-19, Jésus entre dans un village :

Et voilà que dix lépreux apprennent sa présence. L’infortune les a réunis en un groupe mis au ban de la société, à cause de cette maladie affreuse, qui rend le corps faible, hideux, d’une difformité repoussante, dévoré et le couvert d’ulcères dégoûtants et douloureux. Ces lépreux tout en gardant la distance et la séparation prévues par la loi mosaïque, s’avancent avec peine attirés par la réputation de thaumaturge de Jésus et s’écrient : « Jésus, Maître, prends pitié de nous ». Qui n’aurait pas compassion devant un tel spectacle, qui ne se sentirait pas remué au fond de ses entrailles face à une telle souffrance.

Le cœur de Jésus en est bouleversé. Mais son cœur est mu d’une autre compassion devant une misère beaucoup plus profonde et plus grave : la misère des âmes blessées par le péché.

En effet, la lèpre est l’image du péché. Le péché produit dans l’âme les mêmes effets que la lèpre sur le corps : la difformité, la contagion, l’anathème. La guérison des dix lépreux nous montre le chemin de la conversion, comment ouvrir son cœur à l’amour miséricordieux infini du bon Dieu et recevoir son pardon, qui nous purifie de nos péchés, et la reconnaissance que nous devons avoir.

Conscient de leur triste état, les dix lépreux se tournent vers Jésus, l’unique Sauveur des hommes. Ils lui demandent la guérison par une prière commune pleine d’humilité, de ferveur, de persévérance et de confiance. Ils obéissent à Jésus sans hésitation, ni retard, car ils ont foi en lui, ils sont persuadés que seul le regard de compassion et de miséricorde de Jésus peut les guérir et les sauver.

Ces dix lépreux invitent chacun d’entre nous à se tourner vers Jésus avec confiance et amour, avec humilité et obéissance, convaincu qu’il accordera toujours ce qui convient le mieux pour le salut de notre âme et de notre corps.
Contemplons la compassion et la bonté de Jésus pour ces dix lépreux. Il exauce leur prière en les envoyant aux prêtres, c’est là une promesse certaine de guérison. En effet, le lépreux devait pour obéir à la loi et pouvoir réintégrer la société des hommes faire constater sa guérison par les prêtres.
Cette compassion et cette bonté de Jésus sont notre héritage, si nous voulons bien obéir à ses paroles : « Allez-vous montrer aux prêtres ».

Il y a là une allusion évidente au sacrement de Pénitence, source abondante et intarissable de la miséricorde de Dieu. Que le Seigneur est bon de nous avoir donné un moyen si simple, si facile, si sûr d’être guéris non pas seulement une fois, mais tout au long de notre vie en recourant à cet admirable sacrement. »
Reconnaître que nous avons péché en pensée, en parole, par action et par omission.
Apprendre à dire l’acte de contrition :
« Mon Dieu, j’ai un très grand regret de T’avoir offensé,
Parce que tu es infiniment bon, infiniment aimable
Et que le péché Te déplait.
Je prends la ferme résolution
Avec le secours de Ta Sainte grâce,

De ne plus t’offenser et de faire pénitence. »
Cet acte de contrition peut être dit chaque soir avant de s’endormir.
Nous ne pouvons pas prier pour les autres si nous ne sommes pas nous-même libérés.
Tous, nous avons besoin de prières de libération pour libérer le mal qui s’est fait dans les générations précédentes, afin que l’Esprit Saint les libère par la prière. Le nier, m’avait dit un prêtre exorciste fiable, c’est un esprit d’orgueil qui gouverne la personne ou l’autorité d’Église.

Dans la Bible, Exode 20, 5-6, « Dieu punit l’iniquité des pères sur les enfants sur la troisième et sur la quatrième génération pour ceux qui me haïssent », des prêtres exorcistes m’ont dit que cela remontait plus loin. Je remonte avec l’aide de l’Esprit Saint aussi loin qu’Il le veut puisque c’est Lui qui brise les malédictions et je me sers de la belle prière de libération de l'arbre généalogique (à la fin du livre « Peut-on se libérer des esprits impurs ? de Mgr Tournyol du Clos, édition l’Archistratège). Dans ce livre, vous trouverez aussi des belles prières de délivrance.
Proposition pour tous les couples : les libérer des iniquités commises par leurs ascendants, les souffrances de leur vie personnelle, y compris dans la vie intra-utérine et avant le mariage et pendant le mariage. Cela éviterait beaucoup de problèmes pour tous.
A tous péchés graves ou mortels, sont liés des esprits impurs ou démoniaques qu’il faudra chasser. Normalement, le prêtre Confesseur devrait le faire après le Sacrement de Réconciliation, mais très peu le savent. Vous pouvez apprendre à vous libérer vous-même des esprits impurs liés à vos péchés. Par exemple, vous avez volé une pomme, vous allez vous confesser d’un vol de pomme. Mais si le prêtre ne sait pas faire, l’esprit impur (ou démoniaque) de vol de pomme sera toujours là. Et il ne partira que s’il est chassé.
Notre journée commence par une prière de Protection avant de sortir de chez soi et aussi quand vous commencez une prière de délivrance après avoir écouté la personne.
Si vous discernez avec l’Esprit Saint que ce n’est pas pour vous, il faut la renvoyer à une personne plus compétente.

1-Prière de protection écrite par Jean Pliya  :
Je me place au pied de la Croix de Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu venu dans la chair, et je me couvre de Son précieux Sang. Sa lumière m'enveloppe, je réclame sur moi et sur tous ceux qui sont ici présents et (« présents dans mon cœur, énumérer les noms  ») la protection du Sang de l'Agneau de Dieu.
Que son Sang nous purifie de nos péchés et de nos fautes et nous protège de tout mal, de toute attaque et de toute influence de l’esprit des ténèbres ! Que le Sang de Jésus recouvre également ma famille, mes amis (« temporels et spirituels  »), mes relations, ma maison, mes biens et tout ce qui m’appartient.
Que L'Esprit de Dieu me (ou nous ) couvre du bouclier de Sa toute-puissance. Qu’il manifeste la victoire du Christ en ce lieu ! Qu’il éloigne de nous Satan et empêche tout esprit démoniaque perturbateur de se manifester. Que tout ce que nous dirons et ferons vienne de l’inspiration et de la motion du Saint Esprit.
Que la Vierge Marie nous couvre de son manteau de Souveraine maîtresse des Anges et nous introduise dans la victoire du Christ ressuscité !
Saint Michel Archange, « défends-nous dans ce combat. Sois notre secours contre la méchanceté et les embûches du démon. Que Dieu lui retire tout pouvoir de nuire à qui que ce soit ici présent ». Amen !
L’Esprit Saint a révélé à un prêtre qu’il était bon que nous la récitions matin et soir.
La prière de protection est vitale pour tout chrétien avant de sortir de chez lui. Ce n’est qu’une partie de la prière de Jean Pliya. Je vous conseille de l’adapter à votre situation et de la réciter en entier.
Je modifie le final : » je remets la conduite de cette réunion à la seule direction du Saint Esprit », je remets la conduite de ma vie à la seule direction du Père, du Fils et du Saint Esprit avec l’intercession de la Sainte Famille, des Saints Archanges et Saints Anges Gardiens, dans la communion des Saints. Je remets le contrôle de mon esprit à la seule direction du Saint Esprit, avec l’intercession du Père et du Fils. Appelez aussi à l’aide l’Ange Gardien.

2-Les prières d’Église :
a)Prière à l’Auguste Reine des Cieux  :

« Auguste Reine des Cieux et Souveraine Maîtresse des Anges, toi qui, dès le commencement, as reçu de Dieu le pouvoir et la mission d’écraser la tête de Satan, nous te le demandons humblement, envoie les légions célestes pour que sous tes ordres, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l’abîme. Qui est comme Dieu ?
Ô bonne et tendre Mère, tu seras toujours notre amour et notre espérance. Ô divine Mère, envoie les saints Anges pour me défendre et repousser loin de moi le cruel ennemi. Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen ! »
b)Prière à saint Michel Archange.
c)Litanie des Saints et Saintes exorcistes que vous lirez dans le livre de Mgr Tournyol du Clos, déjà cité.
d)Prière de louange.

3-Prière de délivrance

D’une façon douce et non traumatisante pour la personne, inspirée par le Seigneur,
« Père Eternel, au nom de Jésus, par l’autorité de mon Baptême et de ma Confirmation,  je lie l’esprit de … au pied de la Croix, en citant un verset de la Bible : par exemple « car tu rachetas pour Dieu au prix de ton sang des hommes de toute race, langue, peuple et nation, Ap, 5,9 ou « par ses meurtrissures, nous sommes guéris, Is 53, 5 ». [Ainsi, nous sommes protégés par le glaive de l’Esprit Saint]. Vous pouvez la répéter deux autres fois. Je loue beaucoup. Et j’utilise des psaumes ou des versets bibliques. La Puissance de la Parole de Dieu et du Sang du Christ.
Nous n’avons qu’Un Sauveur, le Christ ; n’allons pas chercher des « faux sauveurs ! »


Si le ou les esprits démoniaques ne partent pas, il faut fermer les portes et les sceller dans le Sang du Christ, voir le numéro 4. Et il faut aller voir quelqu’un qui a une plus grosse autorité, comme un ou une charismatique qui a un charisme de libération ou un prêtre qui a un charisme de délivrance ou de libération ou un prêtre exorciste.

Je rappelle que si vous n’êtes pas libéré, si vous n’êtes pas confessé, si vous êtes en état de mensonge, votre prière de délivrance ne sera pas exaucée. Idem pour la personne pour qui vous priez.

4- La Prière pour fermer les portes  : QUE SOIT SCELLÉ DANS LE SANG DE JÉSUS, TOUT LE TERRAIN QUI VIENT D'ÊTRE RECONQUIS ! A dire trois fois ! Et en faisant le signe de Croix. Si vous sentez que cela ne part, louez beaucoup. Implorez le Sang du Christ. Et redites la prière pour fermer les portes.

Très important, à ne pas oublier : dès que vous priez pour vous, n’oubliez jamais de fermer les portes, sinon les esprits impurs reviendront.
« Mt 12, 44-45, alors il dit : « Je vais retourner dans ma demeure d'où je suis sorti. » Etant venu, il la trouve libre, balayée, bien en ordre. Alors il s'en va prendre avec lui sept autres esprits plus mauvais que lui ; ils reviennent, et y habitent. Et l’état final de cet homme devient pire que le premier. »  

5-Pour vous et pour la personne pour qui vous priez :
C'est pourquoi, Père Saint, au Nom glorieux de votre Fils Premier-né Jésus-Christ, et par l'autorité qui me vient de mon baptême, JE RENONCE à Satan, à ses séductions et à ses œuvres quelle qu'en soit l'origine: occultisme, spiritisme ou sorcellerie ou (…) et, avec la Foi que Vous, ô Père, m'avez donnée, je proclame : que soit abattu tout ce qu'il a fait dans ma vie. (Je vous conseille de renoncer à Satan tous les jours, matin ou soir comme vous voulez).
Jésus, vous êtes mon Seigneur et mon Sauveur. Vous avez triomphé de lui : au désert, sur la Croix et dans le tombeau, et Vous l'avez vaincu pour toujours par votre glorieuse Résurrection, scellant ainsi sa fin et son destin.
En Vous, moi aussi, je triomphe de lui par la puissance de votre saint Nom, devant lequel : « Tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans les enfers. » (Ph 2.10)
C'est pourquoi, Seigneur, grâce à la puissance de votre Nom, je résiste à tous les efforts du démon pour m'accabler, me tourmenter ou me tromper, et je m'oppose de toutes mes forces à sa tentative de me dérober la joie et le fruit de mon salut.
Par la puissance de votre Sang très Précieux versé pour moi au Calvaire, je vous demande d'éloigner de moi toutes les puissances de ténèbres qui m'attaquent et m'assaillent, et de leur commander de s'en aller immédiatement là où vous voudrez, Seigneur, en sorte qu'elles ne reviennent jamais plus.
Notre Père. Je vous salue Marie. Gloire au Père. »
6-La prière de purification pour celui qui prie est indispensable, elle est issue du livre de formation de MacNutt.
Il faut utiliser les sacramentaux et avoir une croix de Saint Benoît.

Du Père Ovila Melançon théologien :
L'emprise des esprits malins produit différentes anomalies, comme les suivantes : imperméabilité à l'égard des valeurs divines, doute religieux, incapacité de ressentir une vraie contrition du péché, impossibilité de se concentrer lors de la lecture de la Bible et de la prière, insatisfaction chronique, agitation intérieure, angoisse, irritabilité, agressivité, blasphèmes, mélancolie, tendance au suicide. A cela s'ajoutent différents vices, tels l'alcoolisme, l'immoralité, la mythomanie, la kleptomanie, le tabagisme, la toxicomanie, l'usage des drogues.
(Livre du Père Ovila Melançon c.s.c. Exorcismes et pouvoirs des laïcs. Influences diaboliques. Pages 61 et 62. ©Editions Bénédictines. ISBN 2- 910972-13-5. Achevé d'imprimer en octobre 1996.)

Du Père Ovila Melançon  :  « L'homme n'a jamais le droit d'utiliser l'aide du démon, d'une façon explicite ou même implicite. Dieu étend son domaine sur tous les démons, qu'il fait parfois servir à ses fins providentielles. Mais l'homme n'a pas reçu la charge de gouverner les démons, et il n'a pas le pouvoir qui lui permette d'user de leur influence à son gré. Au contraire, il est avec eux en état de guerre déclarée .

J’ai lu sur le forum qu’une personne se faisait appeler d’un nom de démon Belz…., je mets en garde cette personne, vous jouez avec le feu, vous donnez un droit au démon de vous visiter ! Je vous recommande vivement de changer de pseudonyme.
Je sais pour l’avoir expérimenté plusieurs fois qu’il est très important de louer dans la libération et qu’elle peut débloquer des situations sans issue parce que Dieu vient à notre secours.
Quand vous ne savez pas prier pour libérer une personne d’un esprit de suicide, d’un esprit de mort, la meilleure prière est la louange.
« Je te loue, je te bénis Seigneur pour cette personne qui veut se suicider, Toi Seul peut l’aider, viens à son secours, Seigneur Jésus. Que Ton Sang Précieux la recouvre et la protège et la sauve. »

La louange touche le cœur de Dieu et débloque les problèmes. Vous pouvez aussi réciter « Sang de Jésus-Christ, sauve-la, (sauve-moi) ». Mais attention, ce n’est pas une prière magique, y mettre beaucoup d’amour pour Notre Seigneur qui a versé Son Sang Précieux pour chacun de nous.

Une après-midi, je priais au Nom de Jésus pour un vieil homme pour que Jésus le guérisse de son cancer.
Je recevais de l’Esprit Saint dans le parler en langues qu’il devait se confesser. Je lui confie et nous nous séparons. Le lendemain, il me rappelle pour m’annoncer qu’il est à moitié guéri. Surprise, je lui demande s’il était allé se confesser. Il me répond qu’il a pris rendez-vous. Le lendemain du rendez-vous, il est fier de m’annoncer qu’il est complètement guéri par le Seigneur. En effet, le Sacrement de Réconciliation est aussi un sacrement de guérison.
Demandez à l’Esprit d’Amour de vous donner le parler en langues..

Ecoutons Dieu nous ordonner à travers Sa Parole :

« Mon fils, quand tu es malade ne te révolte pas, mais prie le Seigneur et il te guérira. Renonce à tes fautes, garde tes mains nettes, de tout péché purifie ton cœur. Offre de l'encens et […] et fais de riches offrandes selon tes moyens ». L’Ecclésiastique, 38, 9 à 11.

Un charisme ?

« Qu’est-ce que c’est ? Laissons répondre le père Emiliano Tardif  qui a eu une grande expérience :
«Les charismes ne sont que des dons gratuits que Dieu donne à des personnes qu’Il a choisies pour servir les autres. Quel est le principal obstacle pour recevoir des charismes ? Je crois que c’est la peur de perdre notre réputation ».

« Les charismes sont une croix et beaucoup ne sont pas disposés à les porter. » « L’exercice de quelques charismes font en sorte que beaucoup nous considèrent comme fous, que d’autres se moquent de nous, nous méprisent ou nous poursuivent ».

Vous pouvez demander tous les charismes dont vous avez besoin pour servir vos frères.

Du †père Ovila Melançon , théologien

« Quant aux CHARISMES, c’est le Christ lui-même qui les a annoncés, comme des bienfaits devant découler de la foi :
Voici les miracles qui accompagneront CEUX QUI AURONT CRU : par mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront en langues, ils prendront des serpents dans leurs mains, et s’ils boivent quelque poison mortel, ils n’en éprouveront aucun mal ; ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris. (Mc 16, 17-18) »

Ces paroles sont infaillibles, puisqu’elles sont sorties de la bouche même du Verbe incarné. C’est donc une attitude hérétique que de redouter les charismes COMME TELS : ils constituent des miracles que le Christ veut opérer, en se servant de ses disciples comme les instruments de sa bonté et de sa puissance. »

Car le chrétien sait que sa vie est dans les mains de Dieu et que « même ses cheveux sont tous comptés, qu’il n’a rien à craindre » (Lc 12,7). »


Prière : « La puissance du Christ est plus forte que toutes les puissances diaboliques !  »

« C'est lui qui en est victorieux. C'est Lui qui les condamne, les châtie, les anéantit et les détruit »

Ô Jésus Sauveur, mon Seigneur et mon Dieu, mon Dieu et mon tout, qui nous a rachetés par le sacrifice de la Croix et vaincu le pouvoir de Satan.
Je te prie de libérer ma famille de toute présence maléfique et de toute influence du malin.
Je te le demande par ton nom. Je te le demande par tes plaies.
Je .te le demande par ton sang. Je te le demande par ta croix.
Je te le demande par tes souffrances. Je te le demande par tes mérites.
Que le sang et l'eau qui jaillissent de ton côté transpercé descendent sur ma famille pour la purifier, la libérer, la délivrer et la guérir.
Amen !  

Le Seigneur donne les prières pour libérer en priant en langues. Par contre, je ne parle jamais aux démons. Et je sais quels sont les esprits impurs qui attaquent la personne grâce au discernement direct des esprits dans l’écoute. Et si j’en ai oublié, l’Esprit Saint me les montrera dans la prière de libération par ce même charisme.
Dieu ne nous abandonne pas dans le combat, Il est avec nous et nous sommes protégés et aidés, ainsi que par les Saints et Saintes exorcistes.
Luc 10, 19 :
« Voici que je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds, serpents, scorpions et toute la puissance de l’Ennemi et rien ne pourra vous nuire.»

D’une accueillie : « Alors, je viens rendre hommage à tes prières, ton implication totale, ta disponibilité sans faille, ton dévouement constant et illimité dès que la nécessité s'en ait faite ressentir pendant le temps des coupures de liens nécessaires pour lesquelles je me suis adressée à toi, t'ayant connue par l'intermédiaire d'une proche parente, lors d'un pèlerinage.

Et ce que je sens de toi : une femme ""de terrain"" de DIEU (ton apprentissage de scoutisme...!) d’une grande foi agissante et d'une chaleureuse et forte énergie, sans jugement pour autrui, qui permet d'aller en toute confiance là où l'Esprit Saint nous mène afin de faire ""un toilettage complet"" des miasmes glanés lors d'errance de mauvaise aloi (humour : pour ne pas dire de mauvaise foi ...!).
J'ai fortement ressenti et apprécié chez toi, ton désir et ta volonté d'aider tes frères en humanité à sortir de leurs ornières où ils se sont embourbés. Ton espérance m'a portée là où chez moi, elle se faisait défaillante.

Oui, pour moi et pour tout cela nommé, tu as bien ta place au sein de l'Eglise. Tu œuvres là, où hélas, nos prêtres ne peuvent s'attarder, faute de temps souvent, faute de compréhension des besoins de notre époque parfois.

Il faut donc une personne, bien formée et bien conseillée et suivie, en obéissance de l'Eglise, qui puisse accueillir tout cela, car le temps et les besoins dans le domaine spirituel, ne peuvent se régler ni comme un acte de """déchargement à tendance légaliste"" (= Ah! J’ai contrevenu à la loi !!) ""Ni comme une formalité administrative obligatoire """ (j'ai voté, mon devoir est fait) qui en laissent trop dans l'illusoire d'une bonne conscience mais ne permettent pas de sentir le sel d'une avancée intérieure avec une recherche motivée d'une relation plus intime avec l’AIME et le VIVANT.

Donc, je témoigne et précise aussi …
- que, enfin, je n'ai plus ressenti, en rentrant chez moi, la sensation de revenir dans une prison, à attendre la mort.
- que je sens la vie poindre et revenir m'habiter. Je ressens à nouveau des élans de joie et comme ""réintégrer"" le cours de ma vie.
- qu'il y avait pléthore de malédictions dans ma famille et celle de mon mari, et je persiste à écrire que malgré toutes mes sessions de guérison, toutes mes confessions (et qui datent), tous mes pèlerinages, toute ma foi et ma pratique régulière et fervente, et le nombre plus que conséquent de messes données, tant pour les vivants que les défunts familiaux, ces aspects et obstacles qui m'entravaient et me désespéraient n'avaient jamais été abordés aussi précisément, ni de fait…levés !

Que de temps perdu.....mais certes j'inclus pour accepter tous ces "mystères de temps et de fait"", que le repentir des erreurs et fourvoiements devait être sincère, les prises de conscience se faire, la constance dans le retour être éprouvé et il appartient à DIEU de choisir de donner Sa Grâce en Son Temps ; il n'en reste pas moins, qu'il a fallu que tu sois sur ma route pour ""booster"" et achever par ton Intercession fervente toutes ces entraves, qui n'avaient jamais été ainsi mis à jour et en relief.
Que DIEU te bénisse et que cet écrit te serve. Avec toute ma joie spirituelle. »

Le 16 novembre 2010 : lettre d’un prêtre exorciste :
Le Seigneur veillera toujours à me faire accompagner d’un prêtre compétent dans la délivrance et l’exorcisme.
Je rencontrais un prêtre exorciste français fiable, qui écrivit à un responsable de Communauté :
« j’ai pu constater que Béatrice avait une bonne expérience, une réelle autorité, et un vrai charisme pour discerner et agir en matière de guérison et de libération. »
« Je me sens en profond accord avec sa compassion cordiale et spirituelle vis-à-vis de nombreuses personnes en détresse pour lesquelles elle se dépense sans compter et en obéissance à l’Église … »
Un charisme se juge à ses fruits, me dira ce prêtre exorciste.

Le 30/10/2012 : Réponse de Dom Amorth, célèbre prêtre exorciste italien : à qui je me présentais par courrier en lui joignant les nombreux témoignages relatant les fruits de ces charismes.
Je fis traduire sa réponse datée du 30/10/2012, écrite dans sa langue, par un prêtre italien recommandé par le Curé de ma Paroisse. Mais cette traduction n’était pas correcte. Voici la nouvelle traduction :
Béatrice N. (mon nom usuel)
Je vois tout le bien que vous faites.
Continuez d’accueillir avec assiduité les personnes que le Seigneur vous envoie. Il est très bon que vous ayez un prêtre pour directeur spirituel qui puisse vous conseiller.
Veuillez bien prier pour moi aussi, je vous en serais reconnaissant, car j’en ai vraiment besoin. Et moi je prierai pour vous.
Il n’est pas nécessaire que nous nous rencontrions. Il suffit que nous soyons unis au Seigneur et à la Vierge Marie.
Je vous bénis en Jésus et Marie,
P. Gabriele Amorth
Un Prêtre exorciste m’écrivit que « j’avais un charisme particulier ». « Un charisme ne s’explique pas. C’est un don de Dieu.

Que Notre Seigneur vous donne des grâces de délivrance, de libération tout au long de cette nouvelle année 2023, qu’Il vous donne l’emploi de prier, qu’Il vous bénisse et vous garde vous et vos familles.
O Fils de Dieu, ne tardez pas ; Par votre corps donnez la vie à notre monde en désarroi.
Hildegarde
PS : Je vous recommande de vous procurer le livre de Mgr Tournyol du Clos « Peut-on se libérer des esprits impurs ? Un guide pratique vers la délivrance ? » Editions l’Archistratège.« En cinquante paragraphes, Mgr Tournyol du Clos nous explique la stratégie du combat spirituel dans sa première partie.
Hildegarde
Hildegarde
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 12
Date d'inscription : 07/10/2010

Admin et saintjeanlagneau 2 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty N°2. Formation à la prière de délivrance - Les Malédictions -

Message  Hildegarde Mar 3 Jan 2023 - 20:26

N°2. Formation à la prière de délivrance - Les Malédictions -

Dans le premier dossier de formation, j’avais abordé la prière de délivrance. Et des dates importantes qui précédaient la visitation de l’Esprit Saint, j’avais oublié celle du 14 septembre 2008 où le charisme de guérison fut reconnu par un Prieur de Communauté Religieuse.

Pendant ce temps de visitation de l’Esprit Saint, le 8 Janvier 2010,
un Religieux charismatique avait prié à la fin d’une école sur le Saint Esprit pour que le Saint Esprit me donne le parler en langues que je ne recevrais pas ce jour, mais six mois plus tard.
Ainsi, à cette date, j'ai d’abord reçu une guérison divine d'une souffrance fœtale, mon souffle ne descendait pas profondément dans mon thorax, médecin et spécialiste me l’avaient fait remarquer. C’était dû à une souffrance fœtale que j’avais vécue dans le ventre de ma maman quand elle m’attendait, elle était restée seule, mon père étant en Indochine.
Avant que le Seigneur me guérisse, j’avais très mal aux entrailles, comme si j’allais accoucher et mal au cœur. J’étais assise, les mains ouvertes et je remerciais le Seigneur qui guérissait mon souffle et aussi le souvenir de mon ressenti dans le ventre maternel.
Je me souviens d’avoir joué avec mon souffle comme un enfant peut jouer avec une balle. C’était extraordinaire cette sensation de retrouver un souffle nouveau. Et cela a duré un certain temps. La joie m’inondait, me submergeait ! Quelle bonté de la part du Seigneur. Le Religieux, en qui j’avais confiance, par discrétion, m’avait laissée en tête à tête avec le Seigneur. Puis il est revenu, sa mission n’était pas terminée.

Et j’ai reçu de l’Esprit Saint :
« Oublie les fautes du passé, voici que je fais des choses nouvelles. »
Le religieux parlait en langues, il a béni mes mains.
Et il m’a transmis de nombreux textes bibliques.

Tout d’abord, Genèse 50, 15-21 : « pardonne à tes frères tout le mal qu’ils t’ont fait » et « sauver la vie à un peuple nombreux. »

Ensuite, « tout le livre d’Esther » qui sauve la vie à son peuple juif.

Enfin, le verset d’Isaïe 61,4 : « Rebâtir les ruines antiques, Relever les restes désolés d’autrefois, Restaurer les villes en ruine, les restes désolés des générations passées. »

Les verbes rebâtir, relever et restaurer m’ont été répétés deux fois.

Il m’a été demandé d’être un térébinthe de justice.
Une religieuse à laquelle je m’adresserai plus tard me dira à propos du térébinthe, « c’est être un repère de stabilité et de droiture morale. »

« Oublie les prêtres et les évêques qui t’ont créé des soucis »

« Continue d’obéir à Dieu »

Et l’Esprit Saint a continué par le canal du religieux, il m’a été demandé de porter une croix particulière, le charisme de la couronne d’épines comme avait reçu saint Padre Pio […] Cela fut transmis à mon père spirituel. […] Au début de ma mission divine, je ne l’avais que le vendredi ; actuellement, c’est beaucoup plus souvent.
En lisant le livre de Dom G.Tomaselli, «  l’histoire de Padre Pio », l’étonnement et le ravissement m’ont saisie à la lecture de la vie de Padre Pio qui avait reçu « deux autres charismes extraordinaires » dont l’un que je viens d’évoquer. Jamais personne n’a su ou n’a pu m’expliquer ce que le Seigneur me demandait. Aussi, à cette relecture, je comprends mieux ce que je vis.
Dans la communion des Saints, j’implore très souvent Padre Pio, ainsi que le Curé d’Ars afin qu’ils m’aident dans le combat.

J’ai eu la joie de ressentir une onction de parfum de lys blanc, (en deux jours, les 8 et 9 janvier 2010, j’ai reçu 7 onctions de parfum !) que je reçois parfois maintenant lorsque le Seigneur me confirme une décision ou une action, mais plus rarement à ce jour.
Et le verset de Genèse 50, 15-21 « sauver la vie à un peuple nombreux » m’a été redonné cinq mois plus tard à une convention charismatique à Saint Etienne par des personnes que je ne connaissais pas du tout. Le Seigneur confirme ainsi sa Parole.

Ne t’ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu ?
En recevant cette Parole de Vie le 4 mars 2010, lors d’une veillée d’Adoration Eucharistique animée par des Jeunes, je compris que j’allais vivre encore un moment exceptionnel. J’avais un rendez-vous téléphonique avec une dame que j’appellerais Violaine qui m’avait demandé d’intercéder pour que Jésus-Christ guérisse son sein droit atteint d’un cancer depuis deux ans, au stade 3 m’avait-elle dit, le stade 4 étant mortel.

A 23h 45, j’ai vu la Gloire de Dieu. Le Seigneur l’a guérie tout de suite dès les derniers mots de la prière. Il nous demande seulement de croire en Son Amour, en Sa Puissance. « Car rien n’est impossible à Dieu.   »
« Elle a dû vite raccrocher, le sommeil la terrassant. L’apaisement a rejailli dans tout son corps immédiatement. Elle s’est sentie mieux tout de suite. Elle a dormi comme un bébé du sommeil des justes, sans aucune emprise, d’un sommeil réparateur. Des larmes coulaient sur ses joues, m’a-t-elle raconté le lendemain. Elle était dans l’allégresse.

Violaine avait retrouvé une forme éblouissante, son visage s’était transformé, plus calme, plus reposé, plus du tout tourmenté. Ses douleurs avaient disparu et son moral était au beau fixe ! »
Si j’analyse cette Parole, il nous est demandé de CROIRE.

Croire en Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. Croire en la Parole de Dieu. Jésus n’est-il pas le chemin, la Vérité, la Vie . Croire en la Vie de Dieu. Croire en la Puissance de Dieu. Croire qu’à Dieu, rien n’est impossible. Car sans Moi, vous ne pouvez rien faire.  

Croire en la Gloire de Dieu. Croire en l’Amour total de Dieu pour sa créature. Croire en la bonté de Dieu. Croire que je suis aimé (e) de Dieu. Pas un de vos cheveux ne tombera sans qu’Il ne soit au courant .
Oui, rien n’est impossible à Dieu   ! Et tout est possible à celui qui croit  !

« La Parole de Jésus touche les cœurs,
elle agit au plus intime de l’âme. Jésus n’avance pas des opinions, il n’apporte pas sa contribution intéressante à des discussions, il enseigne avec autorité suprême et conviction.
Les paroles de Jésus ont la même puissance que les paroles du Créateur qui dit : « Que cela soit » et cela fut. Nous pouvons croire en Jésus-Christ, parce qu’Il est Lui-même Dieu, le Verbe fait chair. Personne ne peut dire de ses propres paroles, ce que Jésus dit un jour de lui :
« Le ciel et la terre passeront, mais mes Paroles ne passeront pas » (Mc 13, 31). Alors nous aussi, croyons fermement à sa Parole, ouvrons chaque jour l’évangile pour y découvrir le visage du Christ et nous imprégner de son enseignement ; il est le chemin, la vérité et la vie. Mettons-nous à l’écoute de Jésus et inclinons l’oreille de notre cœur pour entendre cette Parole qui nous apporte le salut.  »

Jésus leur dit : «Ce jour-là, vous ne me poserez aucune question. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez, pour que votre joie soit complète (Jn, 16, 23-24). »

Cette Parole de Dieu « demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira » Mt 7, 7, je la recevrais trois fois dont la dernière fois remise par le père Ravanel (dans mes livres), alors Responsable international des Foyers de Charité dans le monde qui m’écrira après m’avoir remis cette Parole de Vie […] Un extrait : « Chère Madame, je vous remercie d’accepter votre mission de prière et de catéchèse. »  

Quand le Seigneur m’avait donné le verset d’Isaïe 61, 4 en lien avec les malédictions, j’ai cherché à prendre des cours en me rendant dans des conventions charismatiques pour me former. En effet, l’Esprit Saint a permis que j’achète le livre de Derek Prince « Bénédiction ou Malédiction, à vous de choisir ». Personne ne m’avait jamais expliqué ce qu’était une malédiction. Les malédictions sont fort nombreuses et elles font d’innombrables ravages dans les familles. Nous sommes tous touchés, personne n’est épargné. Et dans l’Eglise, on n’en parle jamais.

7-Derek Prince nous explique « une malédiction pourrait être comparée à un long bras maléfique tendu à partir de notre passé. Il repose sur vous avec une force sombre et oppressante qu’inhibe la pleine expression de votre personnalité. Vous ne sentez jamais complètement libre d’être vous-même. Vous réalisez intuitivement que vous avez en vous un potentiel qui ne se développe jamais complètement.
Ou encore, il se peut que ce long bras maléfique vous fasse tomber pendant que vous marchez… Pour une raison mystérieuse, vous tombez juste au moment où vous arrivez à la portée d’un but. »
« Il y a un mot qui résume les effets d’une malédiction, la frustration. »
« Il se peut parfois que les malédictions proviennent d’actes ou d’évènements qui se sont passés dans votre propre vie. Il faut révoquer la malédiction avant de prier pour la guérison et aussi la libération. La malédiction joue un rôle de barrière invisible ».
« Les mots bénir ou bénédictions surgissent environ 410 fois dans la Bible. Le mot « malédiction » est cité environ 230 fois », nous dit Derek Prince.

8-Des exemples de malédictions : malédictions de la langue, qui est un feu dévorant. Dans Jacques 3, 6, "la langue est un feu, c'est le monde du mal ..., elle souille tout le corps". Même en pensée, une critique atteint son but, demandons au Seigneur de mettre une garde à nos lèvres , chaque jour.

Que ce soit des paroles dites, écrites ou simplement prononcées intérieurement, je conseille de les avouer en confession et de demander au prêtre de couper cette malédiction. S’il ne sait pas faire, apprenez à le faire vous-même. Une malédiction lancée ne s’arrête jamais. Tournons sept fois sa langue dans sa bouche avant de proférer une malédiction. Une fois, le Seigneur m’a inspirée de couper une malédiction datant de 3000 ans avant Jésus-Christ posée sur un village.

9-Un exemple de prière : « Au nom de Jésus, je coupe cette malédiction (la citer), je m’en libère, je la déclare nulle et je l’annule pour moi et tous mes descendants et je la cloue au pied de la Croix de Jésus-Christ pour les siècles des siècles. » Puis, fermer les portes en scellant dans le Sang de l’Agneau de Dieu (la prière est dans la formation N°1). Très important, à ne pas oublier : dès que vous priez pour vous, n’oubliez jamais de fermer les portes, sinon les esprits impurs reviendront.
En effet, nous faisons tellement de mal par la langue que cela crée une malédiction.
Une ou plusieurs malédictions non brisées bloqueront la prière de délivrance ou de libération.

10-L’avortement est une malédiction. Par l’avortement, rentrent des esprits impurs de mort, d’avortement et de rejet de l’enfant qu’un prêtre ou un/une charismatique devra chasser. Gloria Polo  nous dit « chaque fois que le sang d'un bébé est versé, c'est un holocauste à Satan, qui blesse et fait trembler le Seigneur. »

Une fois, le Seigneur m’a demandé avec l’accord de la dame de toucher son ventre qui avait avorté. J’ai senti sous ma main des entrailles qui hurlaient de douleur quatre ou cinq années après l’acte d’avortement. L’avortement est en lien avec le commandement de Dieu « tu ne tueras pas » et même si on ne le sait pas, c’est un sacrifice à Satan.

D’autres malédictions en lien avec l’impureté, comme dans la Bible, dans le Lévitique, 18, 22, c’est même une abomination. Le Seigneur libère et guérit tous les actes délictueux liés à l’impureté. J’écrirai un dossier sur l’impureté.

11-Une importante malédiction : celle du fruit des entrailles. Au chapitre 28, 1 à 14 de Deutéronome, les bénédictions promises. A partir des versets 15 à 46 les malédictions : « si tu n’obéis pas à la voix de Yahvé ton Dieu, ne gardant pas ses commandements et ses lois que je te prescris aujourd’hui, toutes les malédictions que voici t’adviendront et t’atteindront. Verset 18, maudit soit le fruit de tes entrailles. » « Tout ce qui est en lien avec la procréation : « l’incapacité de concevoir, une tendance aux fausses-couches, des absences de menstruation, des irrégularités dans la menstruation, des crampes menstruelles débilitantes, la frigidité, des kystes, des tumeurs, ou autres grosseurs ou défauts de structure. Un cordon ombilical autour du cou de l’enfant qui naît. » Je vous conseille vivement d’acheter ce petit livre. J’ai remarqué des femmes qui avaient un problème de stérilité, cela était souvent dû à une mère ou une grand-mère guérisseuse ! Des absences de menstruation peuvent venir aussi des conséquences d’un viol.

12-Ma formation était basée sur le livre de Francis MacNutt , « la délivrance pour aujourd’hui », sur recommandation d’un prêtre exorciste. « Il aborde lui aussi le sujet des malédictions et cite Derek Prince qui a derrière lui des années d’expérience dans la prière de délivrance et a dressé une liste des sept signes indiquant qu’une personne ou une famille souffre d’une malédiction :

1 la dépression mentale ou psychique – 2 la maladie chronique ou répétitive, surtout si elle est héréditaire – 3 la stérilité et la tendance à avoir des fausses couches – 4 les ruptures au sein du couple et de la famille – 5 les problèmes financiers continuels – 6 une prédisposition aux malheurs – 7 un passé familial anormal (suicides, morts prématurées). »
Il y a aussi les auto-malédictions que nous nous mettons nous-mêmes.
Le Seigneur me demande très souvent d’en couper. Apprenons nous-mêmes à couper nos malédictions.

Une dame témoigna qu’elle avait su grâce à l’Esprit Saint quand j’avais prié en langues la vérité sur sa vie dans le ventre de sa mère, « quelqu’un m’a envoyé une malédiction lorsque j’étais dans le ventre de ma mère pour que je meure » ! L’exorciste qu’elle avait rencontré n’avait pu la libérer, sans l’aide de l’Esprit Saint, nous sommes bien pauvres ! N’ayons pas peur de demander le secours de l’Esprit Saint !

13-Dans ma formation , j’ai appris « à couper les sceaux sataniques, en particulier le sceau utero est la cause la plus commune d’un sceau satanique car parmi les esprits que nous rencontrons, il y en a beaucoup qui sont entrés avant la naissance. » Mais j’ai reçu un jour du Seigneur qu’il fallait détailler les sceaux in utero : sceaux in utero de mort, de rejet, de désir d’avortement, de malédiction, d’abandon, sceau utéro de vente au démon de l’âme, sceau utéro de vente au démon de l’ADN, sceau utéro de vente au démon des cellules, etc. suivant l’écoute de la personne. Si ce sceau in utero n’est pas brisé, la personne ne sera jamais complètement libérée. J’y reviendrai dans la formation N°3.

14-« Le pouvoir d’une malédiction  peut être à l’origine de bien des problèmes qui détruisent notre société.
Particulièrement en divisant les couples avec la luxure, l’adultère. (P.114)
Il y a aussi les malédictions générationnelles quand la famille s’est impliquée dans l’occultisme P.116. […], les malédictions dont nous sommes responsables.
On trouve aussi des malédictions qui nous affectent venant de l’extérieur, (P.114), des mauvais sorts qu’un sorcier peut jeter pour rendre malade ou faire mourir la personne. (P.117) »

« …J'ai été très secouée par ses prières de libération. Aux mots d’occultisme, spiritisme, avortement, j'ai reçu des courants glaciaux qui me parcouraient intérieurement et des fourmillements dans les jambes, les bras, des vertiges.
C'était très net et par vagues qui me saisissaient intérieurement à chaque invocation. J'avais les mains moites…  
La Croix de Jésus posée sur moi était chaude à l'endroit du coeur de Jésus ! J'ai fini complètement courbée sur la Croix de Jésus... »

« Le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité, qui garde sa fidélité jusqu’à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu’à la troisième et quatrième génération.  »
« Que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1Tm 2, 4). « La charité ne fait point de tort au prochain. La charité est donc la loi dans sa plénitude.» (Rm 13, 10).

« Une dame m’écrira qu’après une prière de libération et une autre par téléphone, le Seigneur lui a fait remonter ce qu’elle avait oublié de me confier, elle avait consulté de très nombreux prêtres dans la délivrance et prêtres exorcistes qui n’avaient pas vu ses nombreuses malédictions : C'est Grâce à votre travail, vos prières, votre aide chaleureuse, sans jugement, et ma sincérité et la ténacité de mes prières aussi qui permettent toutes ces remontées. Oh Seigneur, qu'il n'y ait plus rien.... Ou que ce cauchemar cesse bientôt grâce à vous. Oh Béatrice que DIEU vous comble, vous bénisse, vous protège. Qu'il soit loué de vous avoir donné un tel charisme. Que vous assumez avec joie, force et droiture. »

De Saint Vincent Ferrier  « les 7 formes du culte à Dieu sont :
Un ardent amour, une crainte souveraine, une adoration constante, un zèle intense, la louange et l’action de grâces, une obéissance prompte et absolue, et autant que possible le goût de la divine suavité. » P.51.

« Vous ne savez pas, disait l’homme de Dieu, vous servir des moyens que l’Eglise met à votre disposition. Employez de l’eau bénite avec foi, tous vos fléaux disparaîtront. »
[Je vous recommande d’utiliser de l’eau bénite et exorcisée tous les jours, faire une croix avec l’eau bénite sur le lit avant de se coucher, faire son café, sa tisane avec de l’eau bénite, en boire pendant les repas, pour laver les légumes, pour se laver le visage, demandez à votre Ange Gardien de vous inspirer.]

« L’eau bénite est toujours efficace, mais il est un degré de foi qui n’appartient qu’aux Saints.
Un jour, […], il exorcisait un démoniaque avec de l’eau que l’on croyait bénite. Ah ! La bonne eau ! disait le diable, ah ! Vraiment oui, c’est de la bonne eau ! » Le Saint eut un doute ; il bénit l’eau, qui aussitôt, produisit son effet. » P162
Page 336. Vincent Ferrier croyait à sa mission de toutes les forces de son esprit ; il la remplissait de toutes les forces de son cœur ; il prenait hautement le titre de légat a laetere Christi.
Accusé auprès de Benoît XIII d’aller trop loin dans ses affirmations, il écrivit au Pontife une lettre…

P71 et 72. Tome second 1894. Par le Père Fages des Frères Précheurs.
« Un homme de condition avait une jeune femme ornée de toutes les vertus, mais sujette à des actes de délire qui tenaient sa famille dans les plus pénibles appréhensions. Il supplia Vincent Ferrier de vouloir bien loger chez lui.
Le Saint y consentit, sachant qu’il y avait là des âmes à consoler. Les premiers jours, nulle crise n’eut lieu […]
Mais voilà qu’un matin, […] la jeune femme, […], fut tout à coup saisie d’un violent accès de frénésie ; elle prit son petit enfant, l’égorgea, le coupa en morceaux et en fit rôtir une partie.
« Cependant, le mari revient joyeux et demanda si tout était prêt, notamment les poissons qui devaient faire le repas du prédicateur : « Oui, » dit-elle, et aussi un plat de viande dont je garde une partie pour ce soir ».
A son air égaré, l’infortuné père soupçonna un malheur ; il ne tarda pas à être informé de l’horrible vérité. Chrétien, mais faible contre un pareil coup, il accusait Dieu et la Providence. « Est-ce donc ainsi, ô Dieu cruel, disait-il dans son égarement, que vous récompensez ceux qui vous honorent ? Que me sert d’avoir versé tant d’aumônes dans le sein des pauvres, et d’avoir reçu sous mon toit cet homme que tous regardent comme un Saint ? […] »

« L’apôtre est prévenu aussitôt. Il prie Dieu intérieurement et se rend à la maison en deuil. »
« Ayez confiance », dit-il, Dieu qui a tiré du néant cette petite âme, « peut lui ordonner de revenir, si vous avez la foi. » Puis il se fit apporter les morceaux du pauvre petit. Fléchissant le genou, il pria, disant : « Jésus, Fils de Marie, salut et roi du monde, qui avez fait de « rien l’âme de cet enfant, faites qu’elle ranime ce corps pour l’honneur « et la plus grande gloire de Votre Majesté ineffable . »
« […] Et devant les spectateurs haletants, les petits membres se rapprochèrent, toute trace sanglante disparut comme l’ombre au soleil, la vie circula, et l’enfant ouvrit à son père son doux regard et ses bras caressants. »

« Pleurer et connaître ses propres misères, c'est le principe du salut. »

Oui, Dieu nous aime toujours autant que du temps de Vincent Ferrier. Si nous avons la Foi, Il peut faire des miracles, mais Il a besoin de ses collaborateurs.

Mon témoignage :
Je priais seule chez moi plusieurs fois pour une personne en danger de mort, le Seigneur m’avait montré qui voulait sa mort et le pourquoi. Elle a été persécutée à cause de sa Foi.
A chaque fois, le Seigneur la sortait de l’embûche.

A la dernière intervention chirurgicale, elle a dit à un membre de sa famille « ils m’ont tuée ! ». En effet, elle avait un sceau de mort mis sur elle.

Absente, j’ai demandé au Seigneur si je devais prier une énième fois ou attendre l’issue fatale qui ne faisait aucun doute. Réveillée à 7h30 le jour de la Croix Glorieuse 2015 dans ma chambre d’hôtel d’un autre diocèse par des membres de sa famille, je leur indiquais le déroulement de la prière en m’appuyant sur la Bible, Ac 9, 40, comme Pierre, « il fit sortir tout le monde, se mit à genoux et pria, puis il se tourna vers le corps et il dit : « Tabitha, lève-toi ! ».
Et la résurrection de Lazare, Jean 11, 1-46 « au nom de Jésus, je te l’ordonne, lève-toi et marche ». Et aussi le verset de Marc 5, 41.

J’ai prié intérieurement comme cela, « je te l’ordonne, N. (je passe son prénom sous silence) au nom de Jésus, lève-toi et marche ». Trois fois ! Dans le train du retour, j’ai reçu « ta prière a été entendue », mais je n’ai pas compris, croyant que c’était Dieu qui avait entendu ma prière, c’était la première fois que je priais sur un mort, même à distance !

En allant m’incliner le soir devant la dépouille mortelle, c’est là que j’ai compris que ma prière avait été entendue par son âme. Comme je la renouvelais intérieurement, cela a été encore plus clair. Elle avait bien entendu ma prière. Son visage était resplendissant, illuminé d’une lumière intérieure, (je n’avais jamais vu sur une morte un tel visage), comme si elle nous souriait, j’entendis une dame prononcer dans mon dos, j’étais à genoux, « on dirait le visage d’une sainte. »

Elle est une martyre de la Foi ! Elle n’aura certainement pas les honneurs de la presse catholique ! J’ai accompagné un prêtre qui la visitait tous les jours et lui portait l’Eucharistie. Nous nous sanctifions en sa présence !

Je transmettais à sa famille ce que j’avais entendu et qui ne m’appartient pas. Elle était radieuse de ce qu’elle voyait et voulait quitter cette terre parce qu’elle avait trop souffert. Elle était sûre d’aller au Ciel.

J’arrêtais toute prière, voulant respecter sa volonté et je la remerciais d’avoir eu la grâce de la rencontrer et de vivre avec elle cette expérience unique, avec l’autorisation du Seigneur.
Qu’elle intercède pour nous au Ciel comme Sainte Thérèse qui voulait passer son Ciel à faire du bien sur la Terre !

Quelle grâce extraordinaire que Dieu ait permis que je vive en ce jour de la Croix Glorieuse, si chère à mon cœur !

Il me paraît évident que nous devons pratiquer certains versets de la Bible avec l’autorisation de Jésus. Mettre notre Foi en action ! Ne soyons pas des chrétiens tièdes que le Seigneur vomit !

Voici ce que Jésus nous dit dans l’Apocalypse au chapitre 3, versets 14, 15, 16 :
« 14 Tu écriras encore ceci à l'Ange de l'Église qui est à Laodicée : Ainsi parle le témoin fidèle et véridique, celui qui est « Amen », celui qui est le commencement de la création de Dieu :
15 Je connais ta conduite : tu n'es ni froid ni brûlant - mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant –
16 Ainsi, puisque tu es tiède - ni froid ni brûlant- je vais te vomir.»

Une dame témoigne :
MERCI encore pour la qualité d'écoute et votre prière,
J’ai reçu une prière de coupure de liens, après une longue conversation où j’ai pris conscience que ma famille était sûrement porteuse d'une malédiction et que les guérisseurs rencontrés lors de ma recherche de guérison, ou actes de divination posés dans ma jeunesse, même de courte durée, (cartomancienne, etc..) avaient pu ouvrir des portes au Malin.
A la fin de la prière, ayant une douleur au côté droit, Béatrice pria l'Esprit Saint et elle perçut une blessure profonde de mon coeur et une autre avec la paternité. Elle pria pour que je sois libérée par le Nom de Jésus de tout dysfonctionnement dans la paternité.
Je me suis sentie touchée aux larmes et je découvris que j'avais un Père, ce qui me reliait à la vie. J'étais émue, sans trop pouvoir exprimer quelque chose. Le lendemain, j'ai été habitée d'une joie de vivre, profonde, intérieure et sensible.
Cette joie se voyait extérieurement, mais venait du profond de mon être qui devenait vivant. Joie de sentir la vie qui peut passer, qui circule alors que j'avais vécu durant de très longues années dans l'angoisse, le sentiment de ne pas avoir le droit d'exister. Et là, je goûtais la vie. Bien sûr, c'est par un chemin de conversion personnelle, de prière, d'abandon, et de travail sur moi, sur mes blessures que je reçus cette grâce du Seigneur, de guérison profonde et de renaissance. Il est le Dieu Vivant qui vient à nous pour nous faire passer de nos ténèbres à Sa lumière, de la mort à la Vie ! Amen Seigneur Jésus !

D’un prêtre Curé et exorciste : « Je lui suis très reconnaissant pour avoir profité d'un charisme que je ne connaissais pas. »

Croyons-nous que Dieu nous aime ?
Quand Jésus nous appelle à collaborer, nous devons toujours répondre présent ! Même si nous risquons être traités de fous ! Il vaut mieux laisser tomber nos appréhensions et il est prudent de Lui demander le discernement dans ce que nous avons à entreprendre.

Participant à un pèlerinage marial à Pellevoisin en août 2010, dans le Centre de la France, je venais de déposer, à la demande du prêtre, mon intention de prière au pied de la statue de Notre Dame dans la petite grotte miniature ressemblant à celle de Lourdes, comme Estelle Faguette avait pu le faire en 1876 . Il nous avait été conseillé de la déposer dans le panier placé à cet effet, mais j’ai préféré la glisser dans une faille de la roche.

Puis, je me suis reculée de quelques pas et regardais les personnes prier devant la statue de la Vierge Marie et confiant leurs intentions à Jésus quand mon regard a été attiré par une dame enlaçant de ses deux bras la statue de Marie et ployant sous le poids du fardeau. J’entendis, à ce moment-là devant cette scène, Jésus me dire « va lui dire que Je l’aime ». Même si j’étais sûre que cela venait de Jésus, j’ai demandé confirmation pour ne pas être trompée par celui qui se déguise en ange de lumière, Lucifer et de me mettre cette personne que je ne connaissais pas en ma présence d’une façon privée, ne pouvant la rejoindre devant toute cette foule de pèlerins et de prêtres, ma réputation en aurait pris un coup !

Je rejoins avec les autres pèlerins l’esplanade où devait avoir lieu la Messe. M’inscrivant au point accueil, je fais connaissance avec mon hôtesse qui me demande un service de conduire en voiture après la cérémonie une dame qui marche avec des béquilles. Acceptant de bon cœur, nous convenons de nous retrouver à ce même endroit pour effectuer le tour du sanctuaire.
Garant ma voiture devant la porte principale du Sanctuaire, je vois, à ma très grande surprise, la dame à qui je dois délivrer la commission divine suivre celle qui marchait avec des béquilles ! Le Seigneur a beaucoup d’humour. Et de plus, elle se prénomme comme une sainte que j’aime beaucoup. La « petite » Sainte, ma grande sœur devait sourire devant ma surprise !
Ce fut alors très clair que cette commission venait de Jésus. Je n’avais plus qu’à m’acquitter de cette tâche. Mais les complications allaient commencer ! Nous rentrons dans la maison et je la vois s’enfermer à double tour dans sa chambre. Serait-ce le Malin qui ne voulait pas qu’elle reçoive la consolation de Jésus ? Il m’était difficile de frapper à sa porte en disant « chère Madame, j’ai quelque chose à vous dire, alors qu’elle m’était inconnue ». Ou alors, ce n’était pas le moment. Le soir, j’étais indisponible, ayant prévue d’aller à l’Adoration Eucharistique adorer mon Jésus d’Amour et rentrer très tardivement.

Réveillée très tôt, je demandais au Seigneur de m’ouvrir une porte pour transmettre Son message, il ne restait plus que le petit déjeuner pour m’acquitter de cette mission. Nous prenons place autour de la table du petit déjeuner, un prêtre égyptien, ami de notre hôtesse était déjà installé et nous avons fait connaissance comme de vieux amis qui se retrouvaient dans la confiance mutuelle de Celui qui nous rapprochait. J’étais très à l’écoute, priant intérieurement et guettant la porte que le Seigneur allait m’ouvrir ! Il ne pouvait pas en être autrement ! Notre hôtesse nous a confié sa belle mission, je l’interrompe joyeusement, puis je l’ai remerciée vivement en me levant de table. Ce moment tant attendu venait d’arriver, je venais de comprendre qu’elle m’ouvrait cette porte que j’attendais avec impatience, devant aller jusqu’au bout, même si mon attitude pouvait paraître bizarre et saugrenue ! Il nous est demandé d’obéir ! Je me suis vivement dirigée vers le fond de la pièce où cette dame, assise sur le canapé, se morfondait dans l’incapacité de participer à la joie générale et de déjeuner, tant la souffrance la submergeait.

Je m’approche d’elle et je lui transmets la commission dont je suis chargée « Jésus vous aime ». Elle me regarde et éclate en sanglots. Je lui explique ce que je viens de vous raconter. Elle était tellement en souffrance, le Seigneur, Notre Sauveur savait qu’elle avait un besoin vital d’entendre cette Parole d’Amour qui mettrait un baume de réconfort sur sa peine et son découragement. Son fardeau était tellement lourd, elle n’en pouvait plus, elle était désespérée. J’ai choisi de rester avec elle, de l’écouter et de prier avec elle, l’enseignement ecclésial devait être instructif, mais la charité pressait. Nous avons rendu grâce des bontés de Notre Seigneur.

Selon l’épître 1 Corinthiens 13, 1 à 7 :
1 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis plus qu’airain qui sonne ou cymbale qui retentit.
2 Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science ; quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.
3 Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.
4 La charité est longanime, la charité est serviable ; elle n'est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, ne se gonfle pas ;
5 elle ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal ;
6 elle ne se réjouit pas de l'injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.
7 Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.

C’est évident que nous pouvons dire grâce à l’Esprit Saint à Notre Père, « Abba, Papa, Papa d’amour, Papa bien-aimé ». Guide-nous Seigneur, montre-nous le chemin ! Notre Père ne va pas nous laisser dans la désespérance.
Fermons nos yeux, faisons silence et écoutons-Le nous murmurer « tu es ma fille, tu es mon fils, bien-aimé (e), tu as du prix à mes yeux et je t’aime (Is 43, 4).» « N’aie pas peur, je t’aime, fais-moi confiance ». Que ses mots retentissent dans notre cœur et s’y installent à tout jamais quand le doute, le découragement, la peur, l’épreuve, la désespérance nous envahissent et nous semblent insurmontables ! Courez-vous jeter dans les bras du Père et vous serez consolé (e).

Deux jours avant Noël, la fille d'un homme de 90 ans, m'appelle au téléphone. Son père vient de partir en ambulance. L'ambulancier n'avait pu le prendre depuis deux jours en raison des routes rendues impraticables par la neige et le verglas dans le Nord. Son cas est très grave, il souffre d'un problème aux reins, infection, septicémie, la radio montre une tâche noire au niveau du rein. Il ne boit pas d'eau depuis des années, malgré la recommandation de son médecin. En arrivant à l'hôpital, il doit passer sur la table d'opération. Sa femme ne croit pas à la puissance des prières adressées à Dieu.
Quand j'ai su l'âge de cet homme, j'ai prié pour sa guérison, mais aussi pour que le Père soit miséricordieux pour lui s'il devait décéder et préparé sa fille à son éventuel décès.
Miracle de Noël, en arrivant sur la table d'opération, la radio était claire, il n'avait plus de problème aux reins, tout était normal. Les médecins mécontents, croyant avoir été abusés, au vu de sa guérison, ont renvoyé tout de suite cet homme chez lui. Depuis, il boit deux verres d'eau par jour et sa femme est en train de se convertir. Gloire à Dieu et louange à Dieu.

Deux de mes intercesseuses que j’ai formées ont témoigné : L’une dira ce qui m'a séduit chez Béatrice et cela m'impressionne encore.
Ce grand calme en regardant les personnes gravement blessées et souvent exacerbées,
Son regard tranquille qui se posait sur elles,
Ses yeux parfois profonds les apaisaient et les calmaient,
Rien de visible ne transparaissait sur son visage, si ce n'est quelques pâleurs lors des excès verbaux. Son amour du prochain et l'aide de l'Esprit Saint lui permettaient cette sérénité.
C'est du moins, ce que moi, en dehors de la scène, j'ai visiblement constaté.
Elle les regardait toutes les trois, elle maîtrisait et contrôlait la situation les fixant droit dans les yeux à chaque vocifération sans jamais élever la voix. De sa voix douce, elle posait les questions à l'une ou l'autre avec cette voix douce, mais ferme.
Plusieurs fois, je l'ai entendue dire à l'une ou l'autre en particulier, alors qu'elles hurlaient ensemble "répétez-moi cela", toujours avec la même voix, sans élever le ton, sans se laisser impressionner, avec cette force, force de résistance, force douce, force de l'amour, de conviction. Visage d'écoute bienveillant, l'amour de Jésus passe dans sa voix, dans son regard mais avec fermeté et sans aucune trace de colère ; comme un mur capitonné !

L’autre souligne ma patience dans l'écoute des personnes dans la souffrance et ma perspicacité à amener les personnes à se libérer de leurs secrets douloureux qui me permet d'aller en profondeur guidée par l'Esprit Saint à la recherche du mal pour couper les liens.
Je fais un double travail, dit-elle, celui de psychothérapeute et comme le prêtre dans l'écoute de l'Esprit Saint.

Les deux ont une expérience du monde médical, la dernière fut infirmière et cadre de santé.

Pour collaborer avec le Seigneur, vivre des Sacrements est essentiel, principalement de l’Eucharistie qui est source et sommet de toute vie.

Jésus peut faire des miracles, si l’on croit en sa Puissance.
L’aumônier prêtre de l’hôpital m’avait demandé de porter Jésus-Eucharistie à Marie qui ne parlait plus depuis deux ans enfermée dans la maladie d’Alzheimer. Je la préparais à recevoir la Sainte Eucharistie en lui lisant le passage de l’Evangile « lève-toi et marche » et je l’interrogeais « voulez-vous communier ? » J’ai précisé « voulez-vous recevoir Jésus ? « Et j’entendis une réponse « oui ». Dans la joie, j’interpellais son mari en lui disant : « avez-vous entendu la réponse de votre épouse à ma demande si elle voulait recevoir la Sainte Communion ? » Son mari me répondit : « C’est impossible puisqu’elle ne parle plus depuis deux ans ».

Comme je n’étais pas sourde, j’ai reposé la question à Marie, son mari était attentif cette fois-ci et nous avons entendu Marie me dire « Oui, je veux Jésus ». La Puissance de Jésus-Eucharistie venait de briser l’enfermement de la maladie. Plus tard, lorsque je sortis de la chambre, je croisais une infirmière qui me confia « cette dame ne vous demandera jamais la Communion ». Trop tard, Marie venait de retrouver Jésus, elle qui avait été « enfant de Marie » pendant toute son enfance. Tout ce qui avait été semé ne fut pas perdu ! Et Marie reçut régulièrement Jésus-Hostie tous les dimanches ! Et grâce à Jésus, la barrière de la maladie a pu être brisée de nombreuses fois à chacune de mes visites quand je lui racontais les différentes apparitions de la Vierge Marie dans le monde qui l’ouvraient sur une vie plus réjouissante que celle qu’elle vivait. Jusqu’au jour où son mari fut jaloux de notre entente cordiale (j’avais des soupçons de maltraitance) et je la confiais à mon collègue. Mais ce ne fut plus pareil !

Les Saints nous enseignent :

« Mais, si elle accepte de participer aux souffrances du Christ, l’âme fidèle aura part aussi à sa gloire. Comme l’étendard de sainte Jeanne d’Arc, elle sera à l’honneur si elle a été à la peine. Saint Benoît veut qu’elle n’ait là-dessus aucun doute ; qu’elle se repose avec confiance dans la certitude de la récompense promise. Trop souvent, en effet, elle est tentée de croire que Dieu l’abandonne et la condamne, lui aussi, comme les hommes. Et c’est tout le contraire : il n’est jamais si près d’elle que lorsqu’elle souffre. Je suis avec lui dans la tribulation, dit-il, parlant de tout homme qui a confiance en sa protection.  »

Dieu a le pouvoir de vaincre le mal. Savez-vous que dans le Nouveau Testament, on cite le démon sous différents noms et on le cite 263 fois !

« Le pouvoir des esprits impurs  » :
« Celui d’une nature angélique bien supérieure à la nature humaine ; mais ce pouvoir est limité et soumis à la mesure de la permission divine. »

« Dieu permet aux esprits impurs de tenter tous les hommes et d’en tourmenter un grand nombre de manière plus particulière. »

« Pourquoi cette permission » : « Parce que, dans son infinie Sagesse, Dieu dispose qu’à l’occasion du mal, il puisse se produire un plus grand bien […] Les attaques diaboliques l’obligent à compter davantage sur le Seigneur et à s’unir plus intimement à Lui dans la Foi, l’Espérance et la Charité. »
« Tentations et assauts mettent en évidence la nécessité du combat spirituel pour parvenir au ciel. »
« Ce sont les hommes qui, par leurs péchés, ouvrent les portes aux esprits impurs ; Dieu a créé les hommes libres et Il respecte leur liberté même quand ils en usent mal. »

« Quels péchés » : « Les péchés mortels ouvrent les portes aux esprits impurs. »

« Péché grave » ? Il s’agit des oeuvres de la chair dont parle Saint Paul (Ga 5) : l’impudicité, l’impureté, le libertinage, l’idolâtrie, les maléfices, les inimitiés, les contentions, les jalousies, les emportements, les disputes, les dissensions, les sectes, l’envie, les meurtres, l’ivrognerie, les excès de table, et autres choses semblables. »
« Autrement dit, toutes les actions par lesquelles on désobéit gravement aux commandements de Dieu et de l’Eglise. »

« Les péchés qui portent le plus grand nombre d’âmes en enfer sont les péchés de la chair », a dit la Vierge à Fatima faisant écho aux graves avertissements de son Fils . »

« Péchés plus graves » d’après le livre de Monseigneur Tournyol du Clos.  
« Certainement, ceux qui atteignent Dieu dans son honneur comme le blasphème, la superstition, le spiritisme, la magie et la divination, et qu’Il a en abomination (Dt 18). Un seul d’entre eux (même par jeu, imprudence et ignorance) peut ouvrir et offrir une brèche fatale. »

D’un prêtre : « La lèpre spirituelle ronge toute l’humanité et qu’ils sont peu nombreux ceux qui s’en soucient ; on ne pense qu’à s’amuser et à jouir des plaisirs de la vie, et personne pour pleurer, personne pour se lamenter. Nous sommes tous atteints par le plus grand des maux qui existe en ce monde : le péché. Que chacun veuille bien se regarder comme l’un de ces lépreux en faisant son examen de conscience sur le passé et le présent, car c’est là la vérité : voyons les puissances de notre âme : la mémoire, l’intelligence et la volonté ; les sens de notre corps : la vue, la langue, l’ouïe, l’odorat, le toucher. Tout en nous est infecté de lèpre : lèpre de l’orgueil, de la jalousie, de l’intempérance, de la colère, de la luxure, de la paresse, de l’avarice. »

« Et nous savons qu’avec ceux qui l’aiment, Dieu collabore en tout pour leur bien, avec ceux qu’il a appelés selon son dessin. »

En 2004, revenant d’un pèlerinage à Lourdes, j’écoutais une grand-mère en souffrance, femme de médecin. Sa petite fille devait passer l’après-midi du jour sur la table d’opération pour une maladie dont je ne me souviens plus du nom. Je l’ai écoutée au détriment de ma préparation de catéchèse pour des CE1. J’ai promis qu’à la séance de catéchèse de ces enfants, ils prieraient pour cette jeune fille et je prierais moi aussi à l’Adoration Eucharistique que j’animais à 15h15 tous les mardis, avec l’autorisation de l’Evêque d’ouvrir la porte du Tabernacle, dans la chapelle des sœurs de l’école saint Joseph au Puy en Velay, qui était l’ancienne chambre d’Agnès de Jésus.

Agnès de Jésus, béatifiée :
« Née au Puy-en-Velay le dimanche 17 novembre 1602, […]. Vers l’âge de sept ans, à la cathédrale de Notre-Dame du Puy, Agnès reçoit cet appel intérieur « Rends-toi esclave de la Sainte Vierge, et elle te protègera contre tes ennemis ». […]
Agnès est reçue en 1621 dans le Tiers-Ordre de saint Dominique. […] Deux ans plus tard, […] se fonde à Langeac, un monastère de Dominicaines. Agnès y reçoit l’habit le 4 octobre 1623 et fait profession le 2 février 1625. Nommée maîtresse des novices l’année suivante, elle est élue prieure en 1627. […] En 1631, la Vierge Marie dit à Agnès : « Prie mon Fils pour l’abbé de Pébrac. » Il s’agit de Jean-Jacques Ollier (1608-1657) que l’Esprit Saint suscite pour établir les séminaires et, par-là, renouveler la ferveur du clergé. […] Agnès meurt le 19 octobre 1634 et rejoint enfin son bien-aimé Seigneur. Béatifiée en 1994, Agnès est fêtée le 19 octobre. »  
Retenons une « parole d’Agnès : Confiez-vous en Dieu, il y pourvoira. »

En effet, je priais ce mardi précisément pour cette intention. Je remettais tout au Seigneur. Plusieurs mois après cette entrevue téléphonique, cette grand-mère me rappela. Elle m’a dit « je suis depuis cinq minutes près de mon téléphone et je n’ose pas vous appeler ». Cette annonce me fit pressentir que j’allais entendre quelque chose d’inhabituel, mais j’étais loin de me douter de la suite.
Elle m’annonça « ma petite fille a été guérie à 15h15 sur la table d’opération à l’heure où vous ouvriez le Tabernacle dans la chapelle qui fut la maison où Agnès de Jésus avait vécu ». J’ai même cru que ce miracle était pour Mère Agnès de Jésus, pour qu’elle soit canonisée, aussi suis-je allée rencontrer l’Evêque pour en discuter (cf. Une Hospitalière raconte….De la souffrance à la joie !). « C’est grâce à vous, me dit-elle, que ma petite fille a été guérie. » « Non, ai-je répondu vivement, c’est grâce à Jésus, Lui seul peut guérir, sauver, libérer, délivrer, purifier, cicatriser, transformer. C’est Lui Seul Notre Sauveur, Notre Libérateur. »

Mais cette déclaration m’avait dérangée. Que cette jeune fille soit guérie, c’était magnifique ! Mais que je le sache, ce fut très dur à supporter ! J’aurai préféré ne pas savoir. Mais certainement que Dieu avait un plan que je peinais encore à découvrir. Je suis allée rencontrer deux prêtres dont mon Curé pour échanger, tellement cela m’avait déstabilisée.

Un des prêtres dans sa joie a annoncé à tout un groupe que j’étais charismatique parce que mes prières étaient exaucées ! Cela a créé des tensions, de la jalousie. Ce mot de « charismatique » m’avait troublée. Je n’y comprenais rien. Ce devait être la première fois que j’étais nommée comme « une charismatique ». Cette définition ne faisait pas partie de mon vocabulaire. Que voulait le Seigneur pour moi ? De prier ? Cela, je savais faire. Je ne faisais partie d’aucun groupe charismatique et le Seigneur n’a pas voulu que je devienne coéquipière de prière.

Donc, la guérison divine n’a rien à voir avec les guérisseurs qui pullulent dans l’indifférence de l’Eglise.

Selon l’Evangile de saint Matthieu 17, 14-20
« 14 Quand ils rejoignirent la foule, un homme s'approcha et, tombant à genoux devant lui,
15 il lui dit : «  Seigneur, prends pitié de mon fils. Il a des crises d’épilepsie, il est bien malade. Souvent il tombe dans le feu et souvent aussi dans l'eau.
16 Je l'ai amené à tes disciples, et ils n'ont pas pu le guérir. »
17 Jésus leur dit : "Génération incroyante et dévoyée, combien de temps devrai-je rester avec vous? Combien de temps devrai-je vous supporter? Amenez-le-moi ici. "
18 Et Jésus l’interpella vivement, le démon sortit de lui, et à l'heure même l'enfant fut guéri. »

J’ai prié pour une dame qui avait des crises d’épilepsie. Auparavant, j’avais coupé de nombreux liens occultes en lien avec son histoire personnelle. Puis, le Seigneur m’a inspirée, avec son accord d’apposer ma croix de saint Benoît sur sa tête. Ma croix de Saint Benoît devenait chaude sous mes doigts qui ne dépassaient pas la croix et je ressentais, comme si je les voyais, les chairs se rapprocher et s’assembler. L’épilepsie était guérie. Une amie infirmière m’a confirmé la guérison divine.

19 Alors les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent en particulier : " Pour quelle raison est-ce que nous, nous n'avons pas pu l’expulser ? "
20 Jésus leur répond : » C’est parce que vous avez trop peu de foi. Amen, je vous le dis : si vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne : « Transporte-toi d’ici jusque là-bas, et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible. »

Assistant avec des amis charismatiques à une convention charismatique avec des Pasteurs américains, je me suis rendue compte que ce couple de Pasteurs n’avaient pas peur de mettre en action leur Foi. En effet, ils nous ont cité ce verset, Mt 17, 20, ci-dessus. Cette assurance, cette certitude qu’ils manifestaient m’avaient interpellée. J’y réfléchissais tout en conduisant sur la route du retour de Toulouse à Aurillac. Le jour déclinait, la nuit commençait à nous envelopper de son opacité, la pluie faisait aussi son apparition et la chaussée devenait dangereuse.

Même si nos cœurs étaient joyeux à toutes ces bonnes nouvelles que nous avions entendues pendant ce week-end dans la banlieue de Toulouse en octobre 2010 où Catholiques, Protestants et Evangéliques avaient célébré tous ensemble Notre Dieu et vibré à l’unisson d’un même cœur et partagé cette joie de croire.
Malgré toute cette joie ressentie et imprimée au fond de nos cœurs, la fatigue se faisait sentir et le cocktail de la pluie, de la nuit naissante et le ballet des essuie-glaces qui troublaient notre méditation me pesaient. J’aurai pu passer le volant de ma 806 à un coéquipier, mais comme il ne l’avait jamais conduite, je préférais la garder en main.

Quand tout d’un coup, ce verset 20 du chapitre 17 de Saint Matthieu m’est revenu en mémoire « si vous aviez la foi comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne : « Transporte-toi d’ici jusque là-bas » et elle se transportera, rien ne vous sera impossible ».
Avais-je la Foi ? Pourrais-je mettre moi aussi ma Foi en action comme ces pasteurs ? Ce n’était pas réservé aux Protestants, me semblait-il ? En tant que Catholique, pouvais-je le prononcer aussi ou ont-ils une Foi plus grande que nous, les Catholiques ? Pourrais-je dépasser la peur, le ridicule si je me trompais ? Avais-je l’audace d’ordonner à la pluie de quitter la route pour aller se jeter sur la colline d’à côté ? Qu’est-ce que je risquais si j’osais formuler cet ordre à voix haute ? Le sourire ? Le rire de ma voisine assise sur le siège du passager qui fréquentait le Renouveau Charismatique depuis 30 ans ?

La Foi donne l’audace. Aussi, à voix haute, avec la certitude d’être exaucée, pour mon bien, mon confort, il est vrai, mais aussi pour tous les usagers de la route qui vivaient la même situation que moi, j’ai ordonné à la pluie, au Nom de Jésus, de quitter cette départementale et d’aller se jeter sur la colline qui se trouvait à notre droite.
En effet, ma voisine a ri, mais elle s’est reprise tout de suite et a de même ordonné à la pluie de quitter la route pour aller se jeter sur la colline d’à côté.
Et nous avons vu de nos yeux de chair, émerveillés, la pluie quitter la route et nous l’avons vue arroser la colline d’à côté, nous avons admiré le joli rideau de pluie qui tombait sur cette colline.

Dans la joie, nous avons d’abord ri ensemble un court instant, puis nous avons loué et remercié le Seigneur d’avoir permis de vivre ce verset biblique. Je me répète, la Foi donne l’audace, n’ayons pas peur ! Et j’ai osé recommencer lors d’une sortie de classe. Je suis rentrée dans la classe sous une trombe d’eau tenant la main d’un petit garçon et j’allais ressortir avec un autre enfant. Difficile d’empoigner un parapluie, avec les mains occupées. Et c’est le petit garçon qui s’est exclamé en sortant de l’école « regarde, Nanou, il ne pleut plus ». Dieu venait d’agir ! J’avais aussi pensé à tous les enfants de l’école et leurs mères !

Mettons notre Foi en action !
Un jour, j’arrivais dans le couloir de l’hôpital et j’entendis une dame hurler. J’aperçois l’infirmier chrétien, un Pasteur qui me transmet « nous avons tout fait médicalement, c’est à vous de jouer ! ». Décidément, le Seigneur a beaucoup d’humour ! Entrant dans leur chambre, je salue les deux pensionnaires. Après quelques mots d’accueil, je propose le chapelet à celle qui crie le plus, Marie, s’appelait-elle. D’habitude, elle aime beaucoup le dire à une allure rapide ! Non, ce jour-là, elle n’a pas envie. Je prie Jésus qu’il m’inspire. Je lui propose la Sainte Communion, non, elle ne la veut pas. Je laisse passer un temps de silence, je continue de prier le Seigneur.

Je demande au Seigneur ce que je dois faire, ce que je dois dire, je n’ai qu’une envie, sortir de la chambre, les laisser et me rendre dans une autre où Il sera mieux reçu ! Mais ce n’était pas la Volonté de Jésus.
Je reçois l’inspiration de prier pour elle. Je lui demande, elle accepte et joignant le geste à la parole, je la prends dans mes bras, j’encercle le haut de son corps de mes bras, puisqu’elle est en fauteuil roulant. Elle s’abandonne dans mes bras, telle une enfant dans les bras de sa mère, sa tête reposant sur mon bras.

Avec l’aide de Jésus, avec toute la douceur qu’Il me donne, je fais passer toute la compassion que je reçois. Je l’embrasse et elle me confie « je vous remercie, vous m’avez ôté tout le fiel  qu’il y avait dans mon cœur ». Je suis ébahie ! La barrière de la démence sénile avait été coupée par le Seigneur. Elle demanda le sacrement de Réconciliation à la prochaine visite, mais la Sainte Eucharistie et le chapelet me sont réclamés tout de suite, énergiquement. Sa voisine exigea aussi la même chose. J’ai remercié le Seigneur de Son aide précieuse et de Sa grande bonté.

D’un Prêtre :
« Cherchons Dieu en tout et partout et nous aurons la plénitude de la vie, de la paix de la joie, déjà en ce monde par la vie de la Foi et quand viendra l’heure de notre mort pour toujours dans la vision béatifique ! »

Des extraits de mon deuxième livre "Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu"

A tous ceux, à toutes celles qui liront ce texte, Notre Seigneur m’inspire de vous dire :
« Jésus vous aime, n’ayez pas peur, faites Lui confiance, même si les temps actuels sont difficiles, Il est Votre Sauveur, Votre Libérateur. Le meilleur refuge est le Cœur de Jésus, le Cœur de Marie.

« tu es ma fille, tu es mon fils, bien-aimé (e), tu as du prix à mes yeux et je t’aime (Is 43, 4).» « N’aie pas peur, je t’aime, fais-moi confiance ». Que ses mots retentissent dans votre cœur et s’y installent à tout jamais.
Hildegarde. Une porteuse de Bonne Nouvelle…
Hildegarde
Hildegarde
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 12
Date d'inscription : 07/10/2010

Admin et kriss3738 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty Re: Formation pour exercer une prière de délivrance

Message  Admin Lun 9 Jan 2023 - 13:09

@ Hildegarde :

Merci-3

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 61341
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 122
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

AnneLéa aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty Re: Formation pour exercer une prière de délivrance

Message  Admin Lun 9 Jan 2023 - 13:10

@ Tous :

Flèche  Flèche  Flèche

"C’est donc une attitude hérétique que de redouter les charismes COMME TELS : ils constituent des miracles que le Christ veut opérer, en se servant de ses disciples comme les instruments de sa bonté et de sa puissance."

Père Ovila Melançon

Pape JPII

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 61341
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 122
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

AnneLéa et kriss3738 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty Re: Formation pour exercer une prière de délivrance

Message  Admin Lun 9 Jan 2023 - 13:19

@ Tous :

Flèche Flèche Flèche

"Les paroles de Jésus ont la même puissance que les paroles du Créateur qui dit : « Que cela soit » et cela fut. Nous pouvons croire en Jésus-Christ, parce qu’Il est Lui-même Dieu, le Verbe fait chair."

Ma confiance en Jésu

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 61341
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 122
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

AnneLéa et kriss3738 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty N°3 Formation à la prière de délivrance – Les Présences –

Message  Hildegarde Mer 11 Jan 2023 - 3:40

Merci pour vos encouragements.

Extraits du livre « la délivrance pour aujourd’hui de Francis MacNutt [Francis MacNutt. La délivrance pour aujourd’hui. Guide pratique. 2008. ©Editions Bénédictines.] », support de ma formation fin 2010 avec Béatrice Soulary qui a un ministère de délivrance et sur recommandation d’un prêtre exorciste :

15 - Chapitre 6, page 98 : Les esprits ancestraux (bien connus).

A la page 99, … « s’agit-il d’un esprit mauvais que l’on doit envoyer aux abîmes ? » Ou s’agit-il simplement d’un esprit humain malheureux et sans repos ? » Il suffit pour cela de dire à l’esprit : au Nom de Jésus,
« Je t’ordonne d’aller à Jésus-Christ, c’est à Jésus de s’occuper de toi dans sa Justice et sa Miséricorde. »

Avec cette sorte de prière, vous vous en sortez en laissant le Seigneur résoudre les interrogations théologiques, tout en libérant la personne qui vous demande de la défendre de cette influence.

16- Selon Dom Amorth, dans le livre « Nouveaux récits d’un exorciste Dom Gabriele Amorth. » [Nouveaux récits d’un exorciste. Présentation du Père René Laurentin. 1993. ©Editions F.X. de Guibert, 27, rue de l’Abbé Grégoire, 75006 Paris. Page 159] :

« Je ne fais qu’évoquer […] un problème […] : celui des présences.
C’est ainsi qu’on appelle la possibilité pour une personne d’avoir présente en elle des âmes de défunts : damnés, personnes décédées de mort violente ou subite, ancêtres ou personnes étrangères à sa propre famille. […] »

De Dom Amorth, dans le livre « Exorcisme et Psychiatrie » [Dom Gabriele Amorth. Exorcisme et psychiatrie. 2002. ©Editions François-Xavier de Guibert. Page 175. ISBN-13: 978-2868397911],

« A propos des défunts qui sont au Purgatoire, rien n’empêche qu’ils puissent, avec la permission divine, faire leur purgatoire à travers les âmes d’êtres vivants, c’est-à-dire à travers des personnes qui sont encore itinérantes sur terre.

Mais cette opinion n’était pas étrangère aux théologiens du Moyen Age et que j’approuve […]. »

17- Mon Témoignage : Le sorcier mort qui m’habitait fin 2013 et 2014, s’est manifesté au sanctuaire de Rocamadour lorsqu’on nous a raconté que la cloche sonnait seule, sans intervention humaine, lors de naufrages de marins en mer. L’âme de ce marin a réagi tout de suite.
Cet homme de son vivant avait commis l’adultère et il n’avait qu’un but me faire tomber aussi dans l’adultère, ce fut un combat personnel que j’ai pu gagner avec l’aide du Seigneur. Et ainsi pour tous les péchés qu’il avait commis de son vivant. Cet homme avait assassiné une personne.

Dans ma prière personnelle, il réagissait sur certains mots comme Dieu des « martyrs » ! En effet, il avait été condamné au bagne à Cayenne, portant des fers aux jambes et aux pieds. Je ressentais dans ma chair ces fers par le discernement direct des esprits. Il a fallu petit à petit le familiariser avec les Saintes Ecritures, l’amener à connaître Jésus, sa vie, sa Passion, sa Résurrection. Puisque je le portais en moi, il participait aux sacrements que je recevais.

Au lieu de lui donner la vie puisqu’il était mort, j’allais lui donner la vie spirituelle, l’enfanter à la vie spirituelle en lui faisant découvrir la Foi, en un mot, l’évangéliser, même si cela était accompagné pour moi d’épreuves physiques et morales.

L’âme dans le passage de la mort dans le corps humain vivant s’entend, elle fait un bruit comme si l’on avait faim. Elle se situe plutôt à gauche dans le corps, au niveau du ventre.

J’ai remarqué que les personnes atteintes de bipolarité et de schizophrénie ont souvent en elles des âmes dans le passage de la mort.
En effet, on entend des voix, mais ce ne sont pas les nôtres si l’on sait être attentif.

Un jour, rentrant dans une église où trône une belle statue de Jésus miséricordieux, je l’ai entendue distinctement dire « salut, roi des Juifs » ! Bien que surprise, j’étais persuadée que cela ne venait pas de moi. Et j’ai prié Jésus pour qu’Il m’éclaire. C’est Lui qui m’a appris que j’étais habitée d’une âme dans le passage de la mort.

Physiquement : la personne a mal à l’estomac, au nombril pour être précis et elle a une douleur au sternum, peut-être au dos aussi.

Puis, un jour au moment de la Toussaint 2014, lors d’une écoute dans une chapelle d’un témoignage sur la confession, cette âme dans le passage de la mort demandera le Baptême. Puis, elle me remerciera de ce que j’ai fait pour elle.
« Tu es bonne », me dira-t-elle. Je l’entendis à l’intérieur de moi. Le prêtre m’expliquera comment la baptiser, mais c’est le prêtre qui lui pardonnera tous ses péchés et la baptisera.

Quant à moi, je lui pardonnais les souffrances que j’avais vécues lors de sa présence en mon être et la remettais à la Justice et à la Miséricorde de Dieu, sans me poser des questions théologales, comme je l’ai lu dans mon livre de cours « Un guide pour la délivrance » de Francis MacNutt.
Pour permettre à ces âmes dans le passage de la mort de monter vers Jésus, il est indispensable de les libérer de tous leurs esprits impurs liés aux péchés graves qu’ils ont commis de leur vivant ; quand c’est un sorcier, il faut couper le sacrifice de son âme faite à Satan.

Saint Pio de Pietrelcina avait la mission divine de « sauver des âmes », c’était une belle mission donnée par le Seigneur.

Je me répète, le Sacrement de Réconciliation est indispensable, n’ayons pas peur de le recevoir très souvent. A la mort, une âme qui s’est confessée souvent et a vécu régulièrement des sacrements pourra partir dans la paix rejoindre son Seigneur.

18- Témoignage qui illustre ce sujet d’âmes dans le passage de la mort :

depuis cinquante ans, cette dame avait mal à l’estomac. Elle avait consulté des médecins qui n’avaient rien décelé d’anormal, puis rencontré le prêtre exorciste de son diocèse qui avait confirmé qu’il n’y avait pas d’envoûtement et elle avait vu aussi une guérisseuse ! Vous comprendrez dans ce livre (Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu) que ce n’est pas bon de consulter une guérisseuse, même si elle vous est recommandée.
Cette personne avait passé plusieurs coloscopies, médicalement, c’était inexplicable ! L’âme d’un membre de sa famille mort en révolte contre Dieu et par suicide l’habitait !

Il est important d’indiquer la Parole de Dieu pour libérer ces âmes dans le passage de la mort.
Je continuerai prochainement à traiter les Présences, vous découvrirez quelles autres présences, on peut trouver dans un corps humain vivant.

D’un prêtre qui nous recentre sur l’Essentiel :

« Si nous voulons vivre dans la joie : cherchons à aimer le Seigneur de tout notre cœur, c’est-à-dire à faire sa volonté en toutes choses ; si nous voulons que la force de Dieu habite en nous, c’est-à-dire son Esprit d’amour : cherchons le Seigneur ; et si nous ignorons comment chercher le Seigneur, afin de vivre continuellement dans sa joie, sa paix, son amour : cherchons son visage, c’est-à-dire sa présence, son amitié, à vivre un cœur à cœur avec Jésus en nous mettant à son école par la méditation de l’Evangile, la prière, la contemplation, la docilité à l’Esprit-Saint. »

Les Saints nous enseignent : Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582)

« Elle est devenue, en 1970, la première femme proclamée Docteur de l'Église. Sainte Thérèse d’Avila ne pense qu’à Dieu et ne s’occupe que de Dieu. Elle dirige tout à la gloire de Dieu et au bien spirituel des âmes… Toute son ambition est de se perfectionner chaque jour et de grandir dans la vertu. Elle dit un jour à Dieu : »

Seigneur, n’y a-t-il pas d’autres personnes, en particulier des gens de doctrine ? »
Dieu répondit : « Dès lors que des gens de doctrine ne veulent pas se disposer de traiter avec moi, je viens comme quelqu’un qui est dans la nécessité et rejeté par eux, chercher des pauvres petites femmes auprès de qui je trouve du repos et avec qui je traite de mes intérêts. »

Jésus lui dit encore : « Le démon ne pouvait pas donner ce contentement, cette joie intérieure, ni cette joie spirituelle. De même, le démon ne pouvait pas produire cet amour et ce progrès dans la vertu ». (Citation de Thérèse d’Avila). »[ Le discernement des esprits par le R.P. L.M. Barrielle, C.P.CR-V. Pages 47 et 48.

Dans la rencontre avec la Samaritaine,
les disciples s’étonnent que Jésus parle à une femme. Jésus regarde la personne, comme Marie a regardé Bernadette à la grotte de Lourdes. Ce regard va transformer sa vie, ce regard que Jésus a posé sur moi, a transformé la mienne. Jésus va venir chercher comme pour la Samaritaine ce qu’il y a de meilleur. Il nous dit : « ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Jean, 4, 1 à 42.»

« Les saints ne sont pas des héros qui survolent l’humanité, ni des stars qui brillent plus qu’ils n’éclairent, mais des hommes et des femmes comme nous qui nous aident à entrer dans cette ardente amitié qu’ils ont pour le Christ. Ils nous font retrouver la joie d’être aimé de Dieu. [Jacques Gauthier lu sur un calendrier d’Eglise 2014-2015.] »

Les saints nous enseignent :
« Ma vocation c’est l’amour, de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, l’amour de Dieu et l’amour des autres. »
« Il suffit d’aimer « de sainte Bernadette Soubirous.

D’un prêtre qui nous évangélise :

« Chercher Dieu, c’est s’engager sur le chemin qui conduit au vrai bonheur, auquel tout homme aspire du fond de son cœur. Dieu nous appelle à la béatitude éternelle, mais ce bonheur, nous pouvons déjà y participer en raison de notre condition de fils de Dieu par les vertus théologales de Foi, d’Espérance et de Charité.

Par notre baptême, nous sommes des enfants de Dieu, c’est là notre plus grande dignité et loin d’en rougir, nous devons nous montrer au monde comme de vrai fils de Dieu, comme des fils de la lumière, remplis de zèle pour sa gloire et le salut des âmes, à l’exemple de Jésus, notre Sauveur, le Verbe de Dieu, venu en ce monde dissiper les ténèbres de la mort et du péché. »

« D’après les paroles mêmes de Jésus conférant à tous les croyants le pouvoir de chasser les démons (Marc, 16, 17), selon les enseignements communs des Pères de l’Eglise et des théologiens, il ressort très clairement que les LAÏCS peuvent faire des exorcismes PRIVES, sans doute avec la prudence et la discrétion qui s’imposent !...

Ce pouvoir octroyé à tous les CROYANTS conserve toute sa valeur de légitimité et toutes les interdictions ne peuvent être qu’abusives et invalides !... C’est un pouvoir fondé sur la foi et la prière. (…) Cette fonction établie par le Christ est imprescriptible et elle jouit de la pérennité, tiré du livre « Retire-toi Satan » !... (…)

En effet, c’est une hérésie de contredire des paroles formelles du Christ !... (…) Il y a deux espèces de dogmes : les vérités DE FOI CATHOLIQUE, qui ont été définies par le Magistère et les vérités DE FOI DIVINE, qui sont clairement et explicitement exprimées dans l’Ecriture Sainte.

Or, les paroles de l’Evangile, par lesquelles le Christ octroie à TOUS LES CROYANTS le pouvoir de chasser les démons, constituent une vérité DE FOI DIVINE et en conséquence, c’est une hérésie de contredire ces paroles du Christ !...

Comme il s’agit d’un pouvoir que le Christ lui-même a accordé à tous les croyants, absolument personne ne peut le contredire, même pas le Magistère actuel de l’Eglise !... (…) La Constitution de Vatican II sur la Révélation Divine ajoute ce qui suit : « CE MAGISTERE N’EST PAS AU-DESSUS DE LA PAROLE DE DIEU… » (n.10).

(…) En effet, l’hérésie suppose l’obstination à nier une vérité dogmatique, qu’il s’agisse évidemment d’une vérité DE FOI DIVINE, comme l’est la collation à tous les croyants de chasser les démons ou d’une vérité DE FOI CATHOLIQUE, comme l’est tout dogme défini par le Magistère de l’Eglise et le Droit canonique stipule que l’hérétique encourt une excommunication « latae sententiae » (Can.1364, parag.1).»

Saint Curé d’Ars [Pierre Descouvement. Gagner le combat spirituel. Page 85. 2006. ©Editions de l’Emmanuel – Ref151, ci-après Mgr René Fourrey, Jean-Marie Vianney, curé d’Ars, Desclée de Brouwer, 1981, p. 135-13]:

« Bien des saints ont eu maille à partir avec le diable. C’est ainsi que le sommeil du curé d’Ars fut perturbé durant l’hiver 1823-1824 par des bruits épouvantables qui se produisaient dans la cure […] »

« […] Mais une nuit qu’un vacarme étourdissant se fait de nouveau entendre à l’entrée du presbytère, Jean-Marie Vianney ouvre précipitamment la porte, persuadé qu’il va surprendre des hommes en flagrant délit de tapage nocturne ! Et que voit-il ? La neige qui tombe et pas la moindre trace de pas sur la neige !

Désormais le curé est rassuré ! « Ce n’est que le diable ! » - « le grappin », comme il disait. Il renvoie définitivement ses gardes et s’habitue peu à peu à cette sorte de fond sonore qui accompagne souvent ses heures de sommeil. »

Aider un prêtre exorciste :

Ainsi, dans un service d’exorcisme, j’aidais un prêtre exorciste et ma fonction était de maintenir avec une autre assistante chacun un bras afin d’éviter que la « patiente » ne se fasse du mal et de prier pour cette personne.

Ma charge après plusieurs heures d’exorcisme devenait lourde à porter, la fatigue se faisait sentir. Quand tout fut fini, je me suis rappelée que le soir après le dîner, je devais recommencer pour une autre personne qui venait de loin et je ne pouvais plus la prévenir, parce qu’elle n’avait pas de portable.

Le soir donc, je menais la prière et j’avais des intercesseurs religieux pour le chant et le soutien dans la prière. Il faisait un peu froid ; aussi, n’avais-je pas pensé à ôter mon pull avant de commencer.

Ne pouvant m’en débarrasser pendant la prière de libération, afin de garder les yeux fixés sur la « patiente », je remontais mes manches au maximum sans lâcher ma croix de Saint Benoît et je me suis aperçue avec bonheur que la fatigue de mes bras avait complètement disparu et le Seigneur m’avait remise en pleine forme.

Dieu m’avait redonné l’équipement du combattant, c’est-à-dire la force pour mener à bien cette prière.

Et la personne fut libérée et guérie d’une bipolarité. Son mari était tout joyeux de retrouver son épouse guérie le jour de la Saint Nicolas, me témoigna-t-il par sms.

Je peux aussi, grâce à Dieu, prier pendant cinq heures d’affilée sans être fatiguée, même sans intercesseur.
Si je suis seule,  je ressens que je n’ai rien à craindre parce que la Cour Céleste combat avec moi et est présente même si je ne la vois pas.

Pour le combat, il est primordial de jeûner. Je jeûne deux fois par semaine le mercredi et le vendredi. Et autant de fois lorsque j’ai une prière de libération. Et le Seigneur me coupe parfois l’appétit pour le combat ! Mc 9, 28-29.

Saint Pio de Pietrelcina [Giovanni P.Siena. Bonjour Padre Pio, Faits d’hier et d’aujourd’hui, éditeur La Colombe, 1960. Pages 95 et 96, 14 juillet, soir]

« je vous exhorte tous à livrer constamment le bon combat. Ce combat doit nous mériter le ciel ; nos armes sont la prière, la persévérance, la fuite du mal… Soyons étroitement et toujours plus unis dans la charité fraternelle ; car c’est à ce signe seulement que l’on distingue les enfants de Dieu : l’amour.

Aimons-nous, sachons compatir réciproquement à nos maux ; serrons-nous mutuellement la main, afin que nous puissions tous atteindre notre fin dernière : le salut éternel. »

Selon l’épître aux Ephésiens 6, 10, 18 :

10 En définitive, rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.
11 Revêtez l'armure de Dieu, pour pouvoir résister aux manœuvres du diable.
12 Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes.
13 C'est pour cela qu’il vous faut endosser l'armure de Dieu, afin qu’au jour mauvais vous puissiez résister et, après avoir tout mis en œuvre, rester fermes.
14 Tenez-vous donc debout, avec la Vérité pour ceinture, la Justice pour cuirasse,
15 et pour chaussures le Zèle à propager l’Evangile de la paix ;
16 ayez toujours en main le bouclier de la Foi, grâce auquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais ;
17 Enfin recevez le casque du salut, et le glaive de l'Esprit, c’est-à-dire la Parole de Dieu.
18 Vivez dans la prière et les supplications ; priez en tout temps dans l’Esprit ; apportez-y une vigilance inlassable et intercédez pour tous les saints.

Si je comprends bien, je dois revêtir l’armure de Dieu et prendre en main le bouclier de la Foi pour éteindre tous les traits enflammés du Mauvais. Je recommande de réciter ces versets bibliques tous les matins.

« Au cours d'une conférence,
[http://users.mmic.net/maranatha/Amorth.html journaliste Maximilien Curletti. Avec l’autorisation de Jean-Claude Lenzyme des Editions Leparex], Dom Gabriele Amorth, l’exorciste bien connu du Vatican,
nous a entretenus d'une question très importante pour la vie des chrétiens, surtout en ce temps où lumière et ténèbres s'affrontent de manière évidente. Le thème abordé, Exorcisme et discernement, peut être synthétisé en trois points. Je vous invite à lire ce document. Je ne retiendrais que ce dernier point :
L'autorité que le Christ a conférée à l’Église afin qu'elle chasse Satan.

Jésus a donné ce pouvoir, d'abord aux Douze, puis à 72 disciples ; enfin, Il l’a étendu à tous les croyants : « Voici les signes qui accompagneront ceux qui croient : en mon nom, ils chasseront les démons » (Mc 16.17).
Pourtant, aujourd'hui l'exorcisme peut être fait seulement par un prêtre autorisé par son propre Évêque, et avec la permission de l’Évêque du lieu. Toutefois, chaque fidèle peut réciter des prières de libération, pour soi-même et pour les autres, sans qu'il soit besoin de l'autorisation de l’Évêque, lequel peut au maximum prohiber la forme publique ou le lieu où ces implorations sont faites.
La finalité de ces prières est la même que celle de l'exorcisme, c’est-à-dire chasser Satan ; mais tandis que l'exorcisme est la prière officielle et publique faite au nom de l’Église - et c'est pourquoi elle est intrinsèquement plus efficace - la prière de libération reste toujours une prière privée qui, dans quelques cas, peut quand même donner de grands résultats.
En fait, au temps de Sainte Catherine, il est arrivé qu'on lui amène les cas de possession les plus difficiles : Catherine, qui n'était pas prêtre mais qui était sainte, réussissait à les libérer.
Ainsi en fut-il de Saint François, Saint Léopold Mandic et de tant d'autres saints qui, bien que n'étant pas exorcistes, ont libéré de nombreux possédés.
En règle générale, le pouvoir de chasser les démons dépend de la foi et de la prière. »

« Don du discernement des esprits [de Jean Pliya] »

« L’un des dons que le Saint Esprit nous donne pour construire la communauté chrétienne est la capacité à discerner les esprits. Ce don est le septième des neuf manifestations spirituelles énumérées par Paul dans 1 Corinthiens 12, 8-10. […] Ce don nous permet de distinguer si une personne (ou ses actes) est influencée par :
• Le Saint-Esprit
• Des causes naturelles […]
• Un esprit mauvais. Page 84.

[…] La capacité de déceler la présence d’un esprit mauvais ;
La capacité, en plus, (à un niveau plus élevé) de connaître son identité (de l’esprit mauvais) ou de le nommer. Page 85.
[…] Beaucoup de gens souffrent d’infestation démoniaque. Il y a un manque énorme dans la pastorale parce que la plupart des Eglises ne s’occupent pas de la question. Page 88.

Plusieurs étapes […] Recevoir l’effusion de l’Esprit Saint.  La puissance de l’Esprit Saint nous rend plus efficace dans le ministère de délivrance. Elle nous procure ces charismes indispensables […] comme le charisme de guérison et celui du discernement des esprits. Page 89 »
« Jean Pliya relate les odeurs révélatrices que sentait le père Halter [Jean Pliya. Des Ténèbres à la Lumière…osez prier pour la délivrance, Saint Paul, éditions religieuses, France, 82 rue Bonaparte – 75006 Paris. 2002. Page 122. Pierre Téqui Editeur.]»

Un Curé m’avait invitée à me rendre dans son presbytère afin de prier pour un séminariste qui était troublé et se posait des questions sur sa vocation sacerdotale.
J’ai d’abord prié pour qu’il soit libéré et en fin de prière, je recevais de l’Esprit Saint « je ferai de toi un pécheur d’hommes ».

Dans ce cas particulier et la possible crainte de m’être trompée, je préférais assurer cette réponse. Aussi, ai-je demandé au Seigneur de confirmer ce verset biblique qu’il a validé. Puis, je lui ai encore demandé de bloquer ma mémoire si ce verset ne venait pas de lui afin de l’oublier instantanément.
Enfin, je l’ai prononcé très lentement afin de laisser au Seigneur la possibilité de m’arrêter si j’avais commis une erreur. Je ne m’étais pas trompée, c’était la bonne parole de connaissance que le Saint Esprit destinait à ce jeune séminariste.

Un jour, je priais pour un monsieur qui s’était rendu dans une boutique indienne pour acheter un gri-gri.

Il pensait que le vendeur était sympathique, sauf que cet homme était sorcier et il lui avait jeté un sort dès le départ de l’échoppe. J’ai senti une flèche traverser mon omoplate qui m’a arraché un cri de douleur.

Mon intercesseur en fut le témoin auditif et confirmera par une motion charismatique similaire. Je ressens dans ma chair les chaînes d’un bagnard ou d’un esclave qu’il soit vivant ou mort. Je ressens l’odeur du feu quand la victime est morte brûlée. Aussi l’esprit de luxure, violente douleur au niveau du ventre. Je ne peux tout décrire.
J’ai pris l’habitude de noter tous mes ressentis qui me sont confirmés par un prêtre charismatique ou par un charismatique laïc et dans les autres prières de libération.

Pour la « contempl’active », que je suis, la louange, l’Adoration de Notre Seigneur rythment mes journées. Et concilier travail professionnel et ces deux piliers de ma vie de foi devenaient parfois compliqués surtout quand la chapelle où j’avais l’habitude de me rendre était fermée. Une fois, j’ai osé demander si je pouvais avoir la clé pendant l’absence des prêtres.
L’un m’a assurée que cela ne poserait aucun problème, mais le Responsable n’a pas compris ma demande et m’en a gardé rancune au point de m’ignorer à l’église, comme si j’étais devenue transparente. Et il ne me saluait plus ! Je me suis renseignée sur la cause de cette brouille et c’était la clé de la chapelle que j’avais demandée qui l’avait indisposé à mon égard. Ce soir-là, le Seigneur me mit dans le cœur de Le louer pour le Curé qui m’ignorait !

Aussi, ai-je formulé : « Je te loue et je te bénis Seigneur pour ce Curé qui me fait la tête pour cette histoire de clé ». Point, je souligne ! Je n’en dis pas plus. Le Seigneur sait tout, je n’ai pas besoin de lui raconter un roman ! Me croirez-vous si je vous raconte que le lendemain, le prêtre m’a saluée en prononçant ces paroles « excusez-moi, Béatrice, je ne vous avais pas vue ! »

J’étais encore assise au même banc, au fond de la chapelle. J’ai pris l’habitude de ne plus me mettre devant dans une église parce que je ressens les personnes « infestées » derrière moi, leurs esprits impurs s’agglutinent au-dessus de mes cheveux, telle une perruque !
[On nous avait expliqué en cours de formation de délivrance qu’il ne fallait pas habiter au-dessus d’un Bar parce qu’on récupérait tous les esprits impurs des consommateurs. A la Chapelle, où j’allais à la Messe en semaine, une ancienne responsable de Brasserie venait aussi et j’étais obligée de m’installer au fond de la Chapelle parce que je récupérais tous ses esprits impurs ! J’avais prévenu le prêtre. Cela m’est arrivé aussi en présence d’un mort que je connaissais, j’avais prié pour ce défunt et tous ses esprits impurs sont venus sur moi, que j’ai chassés évidemment.]

J’ai préféré passer sous silence que cela faisait deux mois qu’il ne me voyait plus ! Je règle toujours mes différends maintenant en louant le Seigneur et je Le laisse s’en occuper ! Je suis souvent très surprise ! Notre Dieu est bon !

Prions :
Louez et bénissez vos ennemis !
N’ayons pas peur de louer Notre Seigneur !
Je t’exalte, Ô Roi mon Dieu,
Je bénis ton nom toujours et à jamais ;
Je veux te bénir chaque jour,
Je louerai ton nom toujours et à jamais… Psaume 145, 2.
Si vous ne louez pas sur la terre, vous ferez tapisserie au Ciel, m’indiqua un prêtre.

« Je Lui confiai toute ma crainte du démon et de ses menaces […] [Page 270. Un Appel à l’Amour. Message du Sacré Cœur à sœur Josefa Menéndes. 2014. Œuvre du Sacré Cœur, Les Feuillants, 1 voie André Malraux, 86000 Poitiers. Pages 270, 272, 273.]

Pourquoi crains-tu ? Ne sais-tu pas que Je suis plus puissant que lui et que tous tes ennemis ? Le démon avec toute sa rage ne peut faire plus de mal que ce qu’autorise mon Amour. Car c’est Moi qui permets la souffrance des âmes que J’aime. [...] Elle les purifie et Je peux ainsi Me servir d’elles pour arracher beaucoup d’âmes à l’enfer. » […]

Page 272.
[…] − « Ne refuse rien à ton Dieu. »
Dès le soir, le démon s’exaspère […] :
« −Ah !−rugit-il dans un blasphème −si je veux tenir à fond une âme, je n’ai qu’à exciter en elle l’orgueil… si je veux la perdre, je n’ai qu’à lui laisser suivre l’instinct de son orgueil.
« C’est l’orgueil qui fait mes victoires et je ne prendrai pas de repos jusqu’à ce qu’il surabonde dans le monde. Je me suis perdu par l’orgueil, je ne consentirai pas à ce que les âmes se sauvent par l’humilité. »

Témoignage datant de fin 2013,
un homme d’une cinquantaine d’années, envoyé par une religieuse, désirait que je prie avec lui pour que le Seigneur le guérisse d’une bipolarité. Dans l’écoute, je lui posais différentes questions dont certaines sont issues du questionnaire de mon cours de formation rédigé par MacNutt et je lui demandais si la femme avec qu’il vivait était son épouse ou son amie.

En effet, il m’assurait vivre en frère et sœur puisque le remariage lui était interdit parce que le premier mariage sacramentel n’avait pas été annulé. Je lui avais bien précisé que Dieu n’exauce pas le mensonge. Je pressentais qu’il ne me disait pas toute la vérité.

Il m’a affirmé qu’il vivait en frère et sœur avec son amie ; à ce moment-là, j’éprouvais une violente douleur, jamais ressentie, dans le ventre. Ne sachant pas ce que c’était, j’interrogeais d’une part le Saint Esprit dans mon cœur et d’autre part, par sms, un prêtre charismatique.

La réponse du Saint Esprit est arrivée la première, le prêtre a confirmé, je venais de rencontrer l’esprit de luxure ! Et le prêtre a ajouté « ne faites pas la prière parce qu’elle ne sera pas exaucée par Dieu ».

J’ai informé la Religieuse qui a prévenu cet homme que je refusais de prier. J’ai rarement refusé de prier sauf quand la personne est dans le mensonge et cela m’est donné par l’Esprit Saint. Mais, dans la majorité des cas, les personnes évitent de mentir et je ne prie jamais sans que la personne ne se soit confessée.

Ce charisme de sentir des odeurs ou de ressentir des sensations particulières m’a été donné début décembre 2013 :

J’ai reçu différentes odeurs à des dates différentes :
Dès 2010 : le 8 janvier, l’odeur céleste du lys blanc. Un parfum merveilleux qu’on n’oublie pas !
En 2010, l’odeur de l’urine pour l’occultisme.
En 2012, l’encens, j’avais prié longuement pour un prêtre. Je ressens toujours cet encens à chaque fois qu’un prêtre est concerné, même s’il est mort depuis longtemps !
Fin septembre 2013, l’odeur de la colle pour le viol, je l’ai sentie dans une cuisine près d’une personne qui avait subi le viol. Et je suis arrivée dans le service d’exorcisme, sachant que cette dame avait été violée.

19- En 2014, dans une maison, je sentais l’odeur de la pourriture, l’odeur puante d’un charnier. Cette odeur était tellement désagréable que j’ai mis un sacramental dans le nez pour la neutraliser. Sous la dalle de la salle à manger où nous étions installés, j’ai eu la vision d’un charnier d’embryons, de morts qui servaient aux maléfices des sorciers, et aussi la vision d’un chemin de nombreuses âmes errantes, « habillées de noir », mortes lors de combats sanglants. Je me trouvais dans cette maison avec un prêtre qui a libéré les âmes errantes. Je m’étais déjà rendue dans cette propriété un an auparavant, mais le Seigneur ne m’avait rien donné parce que le prêtre exorciste que j’accompagnais ne croyait pas trop aux âmes dans le passage de la mort.

Et ma vision et cette odeur seront confirmées par un autre prêtre quelques mois plus tard.
Et d’autres odeurs en lien avec la personne accueillie sont données dans la prière de libération…

Cette perception d’odeurs est bien utile pour le discernement des esprits impurs. J’ai maintenant un odorat très développé. Mais avant de dire ce que je ressens, je demande toujours une confirmation à l’Esprit Saint.

L’Ennemi peut se déguiser en ange de lumière. Il m’a été inspiré pour m’assurer que cela vient bien de Dieu, « faire le signe de la Croix et jeter de l’eau bénite ». Dire « au nom de Jésus, est-ce toi Seigneur qui me parle ? » Et je rajoute « au nom de Jésus, tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans les enfers ». (Ph 2, 10).

Saint Pio de Pietrelcina « qui avait confessé le diable rajoutait « vive Jésus et vive Marie ». Ces mots avaient fait fuir le diable dans une odeur pestilentielle de soufre. »

J’ai prié avec de très nombreux prêtres, parfois exorcistes ; j’ai eu la grâce de prier dans deux églises avec l’accord de l’Evêque des lieux avec un ou plusieurs prêtres et aussi la grâce de prier pour la libération de plusieurs prêtres, nous avons tous besoin de libération. J’ai aussi prié pour des évêques, deux Cardinaux et pour le Pape, mais sans qu’ils me le demandent. J’ai prié dans six services d’exorcisme pour les aider à finir des « cas difficiles ».

« Pouvons-nous penser que l’apport des charismes donnés par le Seigneur pour l’Eglise en vue du bien commun serait très utile dans une équipe autour d’un prêtre exorciste.
N’est-ce pas cela que le père Rufus Pereira [Article écrit par Jean PLIYA et publié dans: "La Prière de Délivrance et d'Exorcisme - face aux défis actuels du démon - Actes du colloque de Hochaltingen - 2003 - International Association for Delivrance (I. A. D.)" p.152-183. N° ISBN: 2-84863-010-8 - © Editions Bénédictines (Editions laïques et chrétiennes qui doivent leur nom au lieu où elles sont implantées).] voulait dire dès le début de son ministère sacerdotal et d’exorciste en affirmant que le charisme du parler en langues pour intercéder donne à la prière un impact plus puissant ? »
Que ce soit dans sa prière personnelle ou dans une prière de guérison ou de libération (si le charisme est authentifié dans l’Eglise), il est recommandé de demander au Seigneur de continuer à nous sauver par Son Sang très Précieux qu’Il a versé au Calvaire pour chacun de nous. Dire chaque jour matin et soir les litanies du Précieux Sang peuvent nous aider dans notre combat, surtout la nuit si nous sommes attaqués. J’ai coutume de rajouter des litanies suivant mes besoins.

Voici ce que dit Jean Pliya [même référence citée pour le père Rufus Pereira] :
La prière de délivrance proprement dite, considérée éventuellement comme une préparation à l'exorcisme, se fera dans un contexte de louange puissante avec les prières de l'Église, l'invocation du sang du Christ pour nous protéger, l'usage judicieux des sacramentaux et de l'intercession des saints.

20- Si les malédictions, il est vital de les couper, les jugements, il est bon aussi de se libérer de tous ces faux jugements qui sont comme un poison qui se distille peu à peu dans vos veines dans le but de vous détruire. Une flèche empoisonnée qui va vous atteindre profondément. Et c’est ce qui se passe !
Dans Matthieu 7, 1-2, "ne jugez pas afin de n'être pas jugés, car du jugement dont vous jugez, on vous jugera et de la mesure dont vous mesurez, on mesurera pour vous".

21- Prière donnée par un prêtre exorciste :

Au nom de Jésus, je dénonce devant Toi Seigneur et renonce à ce jugement, cette phrase malheureuse (les citer), je les chasse de ma vie et je les cloue au pied de la Croix où Jésus fera d’eux ce qu’il voudra.
Fermez les portes en scellant dans le Sang de l’Agneau de Dieu. N’oubliez pas de le confesser.

Une anecdote sur le pendule qui n’est pas à utiliser :

un entrepreneur m’avouait que son père avait gagné toute sa fortune grâce au pendule. Depuis sa conversion, il se posait beaucoup de questions et m’avait demandé la prière de libération. Je lui demandais si son père ne lui aurait pas remis un objet qui aurait pu le polluer. Il me confia qu’il lui avait donné une bague en bois qu’il avait mise à son doigt.

Mais le problème était qu’il ne pouvait plus la retirer. Nous avons été très surpris l’un et l’autre que dans la prière, Jésus fasse éclater la bague en petits morceaux. C’était bien la preuve que la bague était maléfique !

Il est courant de voir des médecins soigner avec le pendule ! J’espère que c’est par ignorance ! Et aussi des exorcistes. Pour l’un décédé, le Seigneur m’avait inspirée de faire célébrer une messe de réparation.

« Mon peuple périt faute de connaissance », Osée 4, 6

Du site charismata : http://charismata.free.fr/ onglet occultisme, Les personnes qui touchent ont-elles reçu un don de guérison ? (Page lue en 2010). Autorisation à publier donnée par son Responsable le 24/02/2017.

22- « La magie blanche consiste à invoquer Dieu, la Trinité, les Saints et à prétendre s’approprier la puissance divine.

23- La magie noire consiste à invoquer Satan, pour demander ce qui semble un bien pour soi ou pour faire du mal à d’autres. »

24- Le danger du magnétisme :
Mettant en garde, un guérisseur chrétien de ma région sur sa pratique accompagnée de magnétisme, il croyait que la Vierge Marie avait authentifié son don à la Grotte de Lourdes. Il me répondit qu’il n’y avait aucun danger puisque des religieux de Congrégation venaient le consulter. Détrompez-vous, ces religieux ou religieuses ne sont souvent pas au courant du danger de tels soins. Certains prêtres en confession par ignorance recommandent le magnétisme.
« Les personnes qui se font soigner par magnétisme peuvent être selon les cas lourdement « infestées ». Cela leur occasionne angoisses et cauchemars qui devront être libérées par la prière de libération. »

25- Le danger de la sophrologie :
« La sophrologie par exemple, d'après le père Joseph-Marie Verlinde, emprunte ses principes au voodoo, au macoumba, au Tantrisme supérieur, au yoga et à l'ordre initiatique. Or, vous le savez, la sophrologie est introduite dans le système hospitalier français tout comme la radiesthésie divinatoire par le biais des magnétiseurs et des kinésithérapeutes. » [Article écrit par Jean PLIYA et publié dans: "La Prière de Délivrance et d'Exorcisme - face aux défis actuels du démon - Actes du colloque de Hochaltingen - 2003 - International Association for Delivrance (I. A. D.)" p.152-183. N° ISBN: 2-84863-010-8 - © Editions Bénédictines]» Et aussi dans la balnéothérapie, m’avait confié une personne qui en a été libérée.

26- Le danger de l’hypnose à l’hôpital pour remplacer l’anesthésie :
« La question de l'hypnose est très délicate car elle se pratique maintenant en milieu hospitalier avec des protocoles très stricts et des résultats spectaculaires : opération sans endormissement et sans anesthésie.
L'hypnose est un moyen de placer une personne dans ce qu'on pourrait appeler un état de conscience modifiée. Dans cet état, il devient plus facile, plus efficace, de solliciter les capacités d'autosuggestion qui sont en chacun de nous. Cela peut avoir pour effet de nous faire moins ressentir la douleur. Vous êtes donc en état de vulnérabilité durant le temps où vous êtes hypnotisé, un peu comme si les portes de votre maison étaient ouvertes.
Cela peut présenter des risques si la personne qui vous hypnotise n'est pas absolument fiable [ http://pncds72.free.fr/811_hypnose/811_1_hypnose.pdf  Autorisation à publier donnée par son Responsable le 24/02/2017). »

En serrant la main d’une personne manipulée dans un hôpital, j’ai été hypnotisée. Je me rendais à l’Adoration Eucharistique, j’y ai dormi deux heures sans pouvoir m’en empêcher, sans pouvoir prier, anéantie est le terme. J’étais seule avec Lui, c’est Jésus qui me gardait ! Sur le conseil d’une amie infirmière, j’ai chassé l’esprit d’hypnose et j’ai été libérée. En effet, sans l’aide de Jésus, j’aurai pu mourir en ayant un accident au volant de ma voiture ou en butant sur une marche !

27- Le danger des guérisseurs :
Une guérisseuse d’Auvergne s’est vantée d’avoir « guéri » mille personnes. « Il ne s’agit pas de guérison, mais de la disparition de symptômes organiques. Au prix de conséquences se situant à d’autres niveaux, psychiques et spirituels, comme on peut le constater ensuite. Il ne s’agit pas d’une guérison divine qui n’a pas cet automatisme. Elle n’est pas soumise à la volonté de l’homme. Il s’agit de la conjuration magique des maladies, opérée par magie blanche », relire le site charismata.

Dieu s'oppose aux orgueilleux, l'orgueil est un péché capital, c'est une porte ouverte au démon ! Je vous conseille un site à consulter absolument : « sosdiscernement.org  Celui qui fait la vérité vient à la lumière » tenu aussi par le responsable de Charismata.

J’ai remarqué souvent que l’infestation de la guérisseuse bloquait la maternité de sa fille ou d’une de ses descendantes. Une malédiction ainsi s’installait ! Désobéir à Dieu entraîne tellement de conséquences pour soi et ses descendants ! Y réfléchir vivement ! Obéissons-nous aux dix Commandements ? Le péché d’idolâtrie dénoncé dans la Bible ouvre la porte aux esprits impurs. Nous confessons-nous souvent ?

28- Les liens démoniaques [Jean Pliya « Soyez toujours joyeux…c’est possible ! 2009. SAINT-PAUL Editions Religieuses. Paris. 2009. Pages 95, 96 et 97.] :
« Les causes […] sont les traumatismes aigus de l’enfance, l’endurcissement dans le péché qui aboutit aux vices, nos refus d’aimer, […] « Beaucoup de gens sont « infestés » parce qu’ils se sont livrés eux-mêmes à des pratiques occultes, au spiritisme, à la Méditation Transcendantale. Ils se sont mis entre les mains de médiums, de mages, de guérisseurs : […] en utilisant les forces obscures de la magie, de l’astrologie ou les pouvoirs qu’elles confèrent. […] ; […]. S’ils sont provoqués, l’hypnose, les extases, les transes et l’action par le corps astral font courir des risques de maladie, de psychose et de schizophrénie. […] Parfois des enfants consacrés à Satan ou à des divinités, et sur qui on a pratiqué des rites occultes […] »
« Les conséquences : les liens démoniaques touchent nos sentiments ; nos rapports avec les autres qui sont marqués notamment par l’envie […], la colère, le désir de vengeance, la crainte, la rébellion, l’orgueil, l’égoïsme, l’esprit de division, des passions désordonnées, le vice. […] »

29- N’oubliez pas la Prière pour fermer les portes [Mgr Tournyol du Clos. Livre « Peut-on se libérer des esprits impurs ». Un guide pratique vers la délivrance. Sixième édition. Prière n°29. 2008. Edition L’Archistratège. Page 72. Autorisation à publier donnée par Monseigneur Tournyol du Clos le 16/02/2017.] :
QUE SOIT SCELLÉ DANS LE SANG DE JÉSUS, TOUT LE TERRAIN QUI VIENT D'ÊTRE RECONQUIS ! A dire trois fois ! Et en faisant le signe de Croix.

Prière de saint Sébastien : Pour renvoyer les flèches empoisonnées [Mgr Tournyol du Clos. Livre « Peut-on se libérer des esprits impurs ». Un guide pratique vers la délivrance. Sixième édition. Prière n°23. 2008. Edition L’Archistratège. Page 68. Autorisation à publier donnée par Monseigneur Tournyol du Clos le 16/02/2017.]

Par mon saint Baptême et ma Confirmation (*), selon la volonté de Marie Immaculée, par l'intercession de saint Sébastien et de tous les saints de la Cour céleste, je renvoie toutes les flèches empoisonnées que le diable lance contre nous [ou contre N.] sur ceux qui les ont commandées, non dans un esprit de vengeance, mais pour qu'ils cessent et se convertissent, pour la confusion de l’homme qui marche selon le désir de la chair, et pour le salut de l’homme qui fait pénitence et marche selon l’esprit. Que la bénédiction du Père+ (faire le signe de Croix) et du Fils et du Saint Esprit descende sur toute personne qui me ferait ou me voudrait du mal. Ainsi soit-il.
(*) Les prêtres pourront dire: « Par mon pouvoir sacerdotal et ces mains qui touchent chaque jour le Corps de Jésus »

Une infirmière en retraite viendra me voir
pour que je prie le Seigneur de lui couper le jugement blessant posé par sa mère et qui l’avait empêchée tout simplement de vivre, d’être libre, elle s’était enchaînée à ce jugement qui avait brisé sa vie. Jésus vient libérer les captifs. Après que le Seigneur l’eût exaucée, elle était méconnaissable, Jésus venait de transformer son visage. Elle était devenue une créature nouvelle.
Sa prison s’était ouverte, elle était libre ! Il m’est arrivé plusieurs fois que, par le charisme de connaissance, l’Esprit Saint me montrait une prison qu’il entrouvrait pour libérer la personne.

« Mon peuple périt faute de connaissance », nous redit Jésus. Notre mère, modèle de compassion, nous aide à avoir un regard rempli d’amour sur celui qui souffre. La jalousie, c’est comme de la magie… Et la jalousie dans l’Eglise, quels ravages fait-elle entre les prêtres et les laïcs, on n’en a pas conscience. C’est une blessure à vie ! Dieu seul pourra la cicatriser.

Très belle Prière à notre Seigneur pour obtenir la guérison intérieure DELIVRANCE ET LIBÉRATION (Guérison, Libération et Délivrance du corps, de l’âme et de l’esprit) [PLENITUDE: B.P 35267 Yaoundé Cameroun Tel.: (237) 99 93 35 86 / 33 03 19 80 http://plenitude.cwebh.org E-mail: plenitude.jc@gmail.com / lolojacques@yahoo.fr   Pages 8 et 9, de juin 2010, vol 4. Avec l’autorisation à publier donnée par le Père Jacques-Marie LOLO le 16/01/2017. Prière citée aussi par Mgr Tournyol du Clos, Peut-on se libérer des esprits impurs ? Un guide pratique vers la délivrance. Sixième édition. 2008. L’Archistratège.  Pages 76 et 77. N°33. Prière à Notre Seigneur pour obtenir la guérison intérieure. Autorisation à publier donnée le 16/02/2017.]

L’on ne sait pas assez quelles blessures et affections un enfant peut être victime avant même sa naissance, quelles plaies de l’âme, quelles actions maléfiques, quels traumatismes psychiques peut avoir subis un enfant étant encore tout petit et le disposer à l’angoisse, à la fermeture sur soi-même ou au sentiment de rejet. Profitant de tout ce qui peut contribuer à dégrader l’intégrité de l’innocent, le démon est toujours à l’affût de l’égoïsme, du désordre, du péché.

Seigneur Yahvé, Dieu Eternel et Tout-Puissant, plein d’amour et de miséricorde pour tes enfants.
Je te demande de venir dans mon cœur et de toucher du doigt tout ce que j'ai vécu et qui a besoin d'être guéri. Tu me connais beaucoup mieux que moi-même, c'est pour cela que je te demande de remplir mon cœur de ton amour.
Où que tu découvrirais en moi l'enfant blessé, pose la main sur lui, console-le, libère-le, délivre-le, guéris-le !
Rencontre mon existence depuis l'instant où je fus conçu, purifie-moi de toute prédisposition négative, étends tes bénédictions jusqu'au moment où j'étais dans le sein de ma mère, et supprime toutes les causes qui ont porté atteinte à l'intégrité de mon être, pendant les mois où elle m'attendait.
Accorde-moi un grand désir de vivre et guéris tout traumatisme physique, psychique, ou spirituel qui m'a atteint quand je suis venu au monde.
Seigneur, pénètre mon enfance de ta lumière et guéris tout ce qui a porté atteinte à ma liberté.
Si j'ai manqué d'amour maternel, envois-moi Marie, ta Mère Marie pour qu'elle y pourvoie. Demande-lui de me prendre contre son cœur, de me bercer, et de remplir tout le vide de mon être qui aurait besoin du réconfort et de la chaleur que seule une mère peut donner.
Seigneur, délivre-moi, libérez-moi, guéris-moi pour que je crie de tout mon Être : Abba qui signifie Père !
Si j'ai manqué d'amour paternel et de sécurité pour avoir l'assurance que l'on m'a désiré et aimé très profondément, je te demande de me tenir près de ton cœur et de me faire sentir la force de ton bras protecteur.
Donne-moi confiance pour affronter les luttes du monde, dans la certitude que l'amour de mon Père me soutiendra si je trébuche et tombe.
Accompagne-moi tout au long de ma vie, Seigneur mon Dieu, et réconforte-moi chaque fois que les autres se montrent désagréables.
Guéris les plaies ouvertes par les rencontres et situations malheureuses de la vie qui m'ont traumatisé, qui m'ont fermé sur moi et qui ont dressé des barrières entre les autres et moi.
Lorsque je me sens seul, épuisé, abandonné et rejeté par le monde, console-moi et accordez-moi, Seigneur, par ton amour qui guérit, une conscience nouvelle de ma valeur personnelle.
Jésus-Christ, je me donne à toi corps, âme et esprit, et je te rends grâce de m'avoir fait tout entier. Merci Seigneur Jésus !
Seigneur Yahvé, c’est au nom de ton Fils Jésus-Christ que je te demande de m’exaucer, Toi Dieu Eternel et Tout-Puissant qui vis et qui règne avec ce même Jésus en l’unité avec le Saint-Esprit, un seul Dieu pour les siècles des siècles.
Amen !
Très souvent l’Esprit Saint m’oblige à transformer cette prière de guérison intérieure comme Il le désire pour la personne. Notre Seigneur m’inspire aussi de demander pardon au nom de quelqu’un de sa famille ou autre, suivant le cas. Le pardon est essentiel dans la libération.

Pour que le Seigneur me mette au service de mes frères et sœurs, il était indispensable que le Seigneur me libère.

Les Ténèbres avaient déjà reculé après une prière de délivrance, mais je recevrais une libération extraordinaire du Seigneur le 30 octobre 2006.
Je revenais d’une retraite de guérison intérieure. Même si des souffrances avaient été mises en lumière, elles n’étaient pas libérées pour autant et ralentissaient considérablement mon chemin avec Dieu. Mon père spi m’avait demandé d’écrire toutes mes souffrances dans une lettre et de la lui remettre.

Avec l’aide de l’Esprit Saint et après avoir beaucoup prié, j’ai écrit six pages de souffrances et je lui ai confiées dans la certitude que Dieu accomplirait des merveilles. Mon père spi avait prévu de célébrer une messe de libération ce 30 octobre, mais il ne m’avait pas invitée à y participer. Je ne connaissais pas l’horaire de la célébration dans l’oratoire. Je m’étais retirée dans ma petite chambre, telle une cellule de moine, jouxtant la chapelle.
Et je réfléchissais à un grave problème, ne sachant pas comment le traiter. J’en étais là de mes réflexions quand il s’est passé quelque chose d’incroyable que je ne comprenais pas.

Comme je ne pouvais maîtriser ce qui m’arrivait, je me suis levée de ma table de travail et j’ai fait quelques pas, puis je me suis assise sur mon lit. Et je devenais spectatrice de ce qui se passait dans ma tête. Je regardais le mur d’en face et j’avais l’impression de voir sur ce mur, comme si cela était photographié, ce qui se passait à l’intérieur de mon front.
Je voyais donc sur ce mur une bande de film qui se dévidait, cela se passait au niveau de ma tête, comme si mon front était peint sur le mur, j’admirais des fils gris clair qui se rompaient et continuaient à se rompre. Et je me posais la question « pourquoi ces fils sont-ils gris ?» « Pourquoi pas verts ou rouges, mes deux couleurs préférées ?» J’étais abasourdie, mais je raisonnais encore ! Cela a duré assez longtemps.

Puis a éclaté dans ma tête le mot « LIBERATION ».

J’ai couru vers la chapelle pour remercier Dieu. Je n’avais pas regardé ma montre et je ne connaissais pas l’heure de ce miracle de libération. Mais je pouvais le situer dans le temps, j’avais été invitée à deux veillées mais je m’étais retirée pour essayer de réfléchir au problème qui m’inquiétait.
Le lendemain, je pus rencontrer mon père spi dans l’escalier et lui demandait une rapide entrevue. Je lui racontais l’évènement et il m’a annoncé qu’il avait célébré la messe à 21h après avoir déposé ma lettre sur l’autel. Le Seigneur a donc commencé son travail de libération par ces fils gris clair qui se rompaient.

Il m’a libérée des souffrances de l’enfance que j’avais demandées, mais aussi des souffrances de l’âge adulte que je n’avais pas mentionnées. Le Seigneur, dans sa grande bonté, m’a redonné quinze ans, les quinze ans de la double vie de mon mari. Des vrais amis m’ont annoncé que j’avais rajeuni de dix ans, non, ai-je répondu de quinze !
Et je suis devenue radieuse, la souffrance n’était plus à l’état latent, elle est acceptée, offerte pour la conversion des pécheurs, en particulier ma famille. Au point que maintenant lorsque je souffre, il m’est répondu que c’est impossible parce que je suis rayonnante ! Des prêtres s’en sont aperçus !

Demandez à un prêtre charismatique de célébrer une Messe de libération pour vous.

Une remarque : ne jamais mettre d’obstacle à la Puissance de Dieu.
Il m’est demandé de croire et de laisser le Seigneur agir, y compris dans la prière de libération. Une personne l’a vécu et l’a appris à ses dépens. Après sa prière de libération par téléphone, je lui citais un verset biblique que je venais de recevoir en ouvrant la Bible après avoir prié en langues.
Elle ne fut pas d’accord avec ce verset, croyant que j’y mêlais des commentaires personnels. Elle a ainsi bloqué l’exaucement de sa prière, ne croyant pas à cette Parole de Dieu que lui transmettait l’intercesseur que je suis. Elle fut libérée six mois plus tard.

J’ai vécu la calomnie et elle est encore plus redoutable lorsque c’est un prêtre qui l’emploie.

Et c’était le Curé de ma Paroisse !
Il a tout fait pour me blesser et me calomnier dans ses enseignements et auprès de tous ceux qu’il approchait, j’étais devenue la pestiférée devant qui on change de trottoir.
Des amis ont osé témoigner en ma faveur. Il ne croyait pas que j’avais pu recevoir l’Effusion de l’Esprit Saint le 8 janvier 2010. Il croyait qu’elle venait du démon ! Un Religieux avait reçu pour moi « Daniel 13, 1 à 64 », « Suzanne qui avait été accusée injustement et condamnée à mort ! »

C’est Notre Père qui m’a consolée. J’ai reçu une très grande grâce de consolation du Père.

Je participais à une convention charismatique dans l’Ouest de la France en 2011.
Un des Pasteurs, sous l’inspiration de l’Esprit Saint, dira « allez confier les blessures infligées par une autorité quelle qu’elle soit, aux coéquipiers de prière qui prieront pour vous". Je crois avoir été une des premières à me lever, tant cette blessure ecclésiale était vive.

Dès que ces deux dames m’ont écoutée raconter ma blessure, j’ai commencé à vouloir tomber dans le repos de l’Esprit à l’écoute du chant « A l’Agneau de Dieu, la Victoire », mon chant préféré. Mais elles m’ont retenue pour prier sur moi. A un autre moment, j’ai encore entendu le chant « A l’Agneau de Dieu, la Victoire », et je suis tombée dans le repos de l’Esprit Saint.

Et j’ai reçu une grâce très spéciale : « être consolée par le Père dans Ses bras ».
C’était extraordinaire, j’ai ressenti un Père, mon Père bien-aimé, Abba, mon Papa d’Amour, me serrer très fort dans ses bras et me consoler. Quelle Joie Unique ! J’ai senti physiquement Ses bras autour de moi. C’était tellement fabuleux d’être consolée comme cela, que j’entendais à peine l’orchestre et les musiciens qui jouaient, qui chantaient alors que j’étais sous l’estrade, j’aurai dû avoir les oreilles cassées par la puissance de la sonorisation !

Mes amis inquiets par ma très longue absence me cherchaient ! Seuls ceux qui étaient au premier rang pouvaient me voir !
Quand l’Esprit Saint m’inspire de dire à la personne en face de moi « qu’elle est sa fille, qu’elle a du prix aux yeux de Dieu, que pas un de ses cheveux ne tombera sans que Dieu soit au courant, que Dieu l’aime », voici ce que j’ai pu vivre ce soir-là. Un cadeau merveilleux d’amour !
Oui, j’ai reçu une très grande grâce de consolation.
Oui, nous avons un Père merveilleux qui nous aime tellement, à la folie puisqu’Il a livré Son Fils Unique pour nous sauver. Et nous sommes souvent des enfants ingrats qui se détournent de ce Père extraordinaire de bonté, d’amour, de compassion, de miséricorde pour ses pauvres enfants rebelles à son autorité de Père.

« Ce texte, paru dans un bulletin monastique (1940), est d’auteur inconnu. Pour certains, ce texte est de saint Augustin. »
« Aime-Moi, tel que tu es »
Autorisation à publier le texte de cette prière donnée par sœur A.D. des Ursulines le 20/12/2016.
http://ursulines.union.romaine.catholique.fr/Aime-moi
« Je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton âme ; la faiblesse et les infirmités de ton corps ; je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances ; je te dis quand même : "Donne-Moi ton cœur, aime-Moi comme tu es."
Si tu attends d’être un ange pour te livrer à l’amour, tu ne m’aimeras jamais. Même si tu retombes souvent, dans ces fautes que tu voudrais ne jamais connaître, même si tu es lâche dans la pratique de la vertu, je ne te permets pas de ne pas M’aimer. Aime-Moi comme tu es.

A chaque instant et dans quelque position que tu te trouves, dans la ferveur ou dans la sécheresse, dans la fidélité ou dans l’infidélité. Aime-Moi tel tu es.
Je veux l’amour de ton cœur indigent ; si pour m’aimer tu attends d’être parfait, tu ne m’aimeras jamais. Ne pourrais-je pas faire de chaque grain de sable un séraphin tout radieux de pureté, de noblesse et d’amour ? Ne pourrais-je pas, d’un seul signe de ma volonté faire surgir du néant des milliers de saints, mille fois plus parfaits et plus aimants que ceux que j’ai créés ? Ne suis-je pas le Tout-Puissant ? Et s’il me plaît de laisser pour jamais dans le néant ces êtres merveilleux et de leur préférer ton pauvre amour !

Mon enfant, laisse-moi t’aimer, je veux ton cœur.
Je compte bien te former mais en attendant, je t’aime comme tu es.
Et je souhaite que tu fasses de même : je désire voir, du fond de ta misère, monter l’amour. J’aime en toi jusqu’à ta faiblesse.
J’aime l’amour des pauvres ; je veux que, de l’indigence, s’élève continuellement ce cri : Seigneur, je vous aime. C’est le chant de ton cœur qui m’importe. Qu’ai-je besoin de ta science et de tes talents ? Ce ne sont pas des vertus que je te demande, et si je t’en donnais, tu es si faible que bientôt l’amour-propre s’y mêlerait : ne t’inquiète pas de cela. J’aurais pu te destiner à de grandes choses : Non, tu seras le serviteur inutile, je te prendrai même le peu que tu as, car je t’ai créé pour l’amour. Aime !

L’amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses ; ne cherche qu’à remplir le moment présent de ton amour. Aujourd’hui je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant, Moi, le Seigneur des seigneurs. Je frappe et j’attends, hâte-toi de m’ouvrir, n’allègue pas ta misère. Ton indigence, si tu la connaissais pleinement, tu mourrais de douleur. Cela seul qui pourrait me blesser le cœur, ce serait de te voir douter et manquer de confiance. Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit, je ne veux pas que tu poses l’action la plus insignifiante pour un motif autre que l’amour. Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force ; tu m’as donné l’amour, je te donnerai d’aimer au-delà de ce que tu as pu rêver.

Mais souviens-toi : "Aime-moi, tel que tu es." « N’attends pas d’être un saint pour te livrer à l’Amour, sinon tu n’aimeras jamais ».  Saint Augustin

Hildegarde. En effet, aimez-Jésus tel (telle) que vous êtes.
Mais pensez à recevoir une prière de libération pour être libéré (e) de tout ce qui vous entrave.
Hildegarde
Hildegarde
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 12
Date d'inscription : 07/10/2010

Admin aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty Re: Formation pour exercer une prière de délivrance

Message  Admin Mer 11 Jan 2023 - 8:54

@ Hildegarde :

Meeerci ! Merci ! Meeerci !

L'Administrateur Bonjour !

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 61341
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 122
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty Re: Formation pour exercer une prière de délivrance

Message  Admin Mer 11 Jan 2023 - 8:58

@ Tous :

Je me répète, le Sacrement de Réconciliation est indispensable, n’ayons pas peur de le recevoir très souvent. A la mort, une âme qui s’est confessée souvent et a vécu régulièrement des sacrements pourra partir dans la paix rejoindre son Seigneur.

Formation pour exercer une prière de délivrance Confes12

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 61341
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 122
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

AnneLéa et Joanne aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty N°4 FORMATION A LA DELIVRANCE - SUITE DES PRESENCES DANS UN CORPS HUMAIN

Message  Hildegarde Dim 22 Jan 2023 - 9:07

N°4 Formation : suite des Présences dans un corps humain vivant :

30.  Rappel : Qu’est-ce qu’une âme errante ? Tout d’abord, je m’appuie sur le livre « Nouveaux récits d’un exorciste » de Dom Amorth (Dom Gabriele Amorth. Nouveaux récits d’un exorciste. Présentation du Père René Laurentin. 1993. ©Editions F.X. de Guibert, 27, rue de l’Abbé Grégoire, 75006 Paris. Page 159.) Des âmes errantes dans un corps humain peuvent déclencher une bipolarité, une schizophrénie.

Une parenthèse : le suicide qu’il soit assisté ou non donne un droit à Satan. On peut aussi introduire des esprits de mort, de suicide, et autres esprits démoniaques dans un corps humain pour pousser la personne à se suicider, mais dans ce cas-là, elle n’est pas coupable. Elle devient une âme errante… Si on a compris la prière de libération d’âme errante que j’ai déjà expliquée, on peut la libérer, toujours au nom de Jésus, jamais en votre nom et avec les explications données. Le mieux est de tout noter dans un cahier ou carnet pour éviter d’en oublier. Demandez au Paraclet de vous donner des charismes et faites les vérifier.

31. « Je ne fais qu’évoquer […] un problème […] : celui des présences. C’est ainsi qu’on appelle la possibilité pour une personne d’avoir présente en elle des âmes de défunts : damnés, personnes décédées de mort violente ou subite, ancêtres ou personnes étrangères à sa propre famille. […] »

Mais il y a d’autres prêtres exorcistes qui confirment la présence d’âmes errantes dans un corps humain vivant. Cité au chapitre 3 de mon deuxième livre « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu ». (D’après les Pères Meinrad Hebga, Dom Amorth, Padre Fortea, P. Dagnon,P. Fanou).
Certains prêtres exorcistes et des Evêques affirment que les présences ne sont que des démons !
Des Prêtres exorcistes de renommée mondiale comme P.Meinrad Hebga, Padre Fortea et Dom Amorth affirment le contraire et moi aussi. Et même des psychiatres !

32. Dans un corps humain vivant , on peut découvrir :
1 un ou plusieurs démons ;
2 l’envoûtement d’un être vivant que j’appelle esprit humain vivant ;
3 une ou plusieurs âmes errantes ;
4 une ou plusieurs âmes damnées ;
5 un ou plusieurs génies bienveillants ou malveillants ;
6 un ou plusieurs animaux ;
7 un ou plusieurs oiseaux ;  
8 une chimère ou une cybride ou une hybride ;
9 un démon ou plusieurs démons transformés en animaux ;
10 un ou plusieurs esprits humains vivants transformés en animaux que l’on trouve dans le cannibalisme mystique ; tel que le P. M. Hebga l’a décrit ! (C'est très compliqué et cette attaque est très violente !)
11 une ou plusieurs âmes damnées transformées en animaux.
J’ai déjà rencontré tous ces cas dans l’exercice des charismes.

33. « Les défunts qui ne connaissent pas la délivrance dans le Paradis éternel de Dieu, sont encore retenus à la terre. [...] Ces esprits égarés, dégagés de leur corps ou désincarnés, qui ne se sont pas encore tournés vers Jésus errent, cherchant le repos, et ils se manifestent en interférant dans l'existence des vivants, soit avec des intentions malveillantes, soit pour demander de l'aide. (cf. Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu, chapitre 3, pages 62 à 92. Libération d’âmes).
Ils ont besoin de recourir à des personnes sensibles, priantes et compatissantes - de préférence un descendant ou un membre de la famille en qui ils ont confiance. S'ils ne parviennent pas à trouver ce genre de personne à qui ils puissent s'attacher [...], ils hanteront les lieux où ils sont morts, puisqu'ils ne peuvent plus se venir en aide à eux-mêmes. Ces âmes sont égarées parce que, durant leur vie, elles ont omis de se préoccuper de leurs péchés par le pardon et la vie nouvelle apportés à l'humanité par Jésus-Christ sur la Croix. Et les vivants - qui eux ont la pleine et entière liberté de prier - se sont également dispensés de le faire pour elles [...] » (Guide de la guérison de l'arbre généalogique du Dr Kenneth McAll. Nouvelle édition. Editions Bénédictines 1999 - 2006. ISBN 2-84863-039-6 Syndrome de possession (et péché). Page 365.)

34. Et ces envoûtements particuliers, ces cas d’envoûtement par une personne vivante ou par une personne morte, un génie, un totem, un animal sont nombreux en France et toutes mes motions charismatiques furent confirmées par les livres de Prêtres exorcistes mondialement connus.
Ma formation en 2010 était basée sur le livre de Francis MacNutt « la délivrance pour aujourd’hui.» Vous pouvez aussi acheter ce livre et le travailler, mais vous ne pourrez pas tout libérer.
De nombreux Prêtres pour qui j’ai prié, ont reconnu ce charisme : Plusieurs Prêtres exorcistes français ignorent complètement qu’une personne puisse être squattée par un esprit humain vivant ou mort. Cela m’a été confirmé par deux Prêtres africains dont un Prêtre exorciste du Bénin, de renommée internationale, le Père Pamphile Fanou à qui j’ai pu téléphoner.

35. Différentes dates d’odeurs : ce charisme de sentir des odeurs ou de ressentir des sensations particulières : à des dates différentes, j’ai reçu le parfum de différentes odeurs…  
L’odeur du feu pour montrer que l’on voulait détruire la personne par le feu. Invitée dans une ancienne ferme qui fut transformée en belle maison d’habitation par les nouveaux propriétaires, dont mon hôtesse, et m’intéressant à l’histoire de cette bâtisse, un occupant défunt qui avait été assassiné dans la grange se fit connaître, mais sans apparaître. Malgré que la demeure fût déjà bénie par un Prêtre, l’âme dans le passage (Guide pratique. 2008. ©Editions Bénédictines) de la mort venait de se manifester pour qu’elle soit libérée. Comment savait-elle que je priais pour la libération des âmes errantes ? Par son Ange Gardien ou le mien ? Je ressentais au niveau de mon ventre comme si j’étais enfermée dans un cerclage de fer et en effet, il était mort attaché dans ce cercle de fer dans lequel il avait été enserré. Et plus grave encore, le feu avait été mis à la grange et je toussais gênée par la fumée du feu, grâce à l’Esprit Saint qui mettait en lumière comment ce défunt était mort.
Ces âmes dans le passage de la mort savent remercier ceux qui les libèrent et promettent de prier pour la personne qu’elles habitent. Je suis sûre qu’elles le font. Prions souvent pour nos chers défunts, offrons-leur des indulgences plénières, des Saintes Messes, des prières. Relisons les vies de Saints pour connaître ce dont on a besoin pour aller au Ciel. Rappelez-vous que s’il y a la Miséricorde de Dieu, il y a aussi Sa Justice.

36. Du livre « Sorcellerie et Prière de délivrance » du Père Meinrad P.Hebga. (Prêtre exorciste de renommée mondiale) "Deuxième type : […] A la page 110, les possesseurs de […] sont […] des âmes du Purgatoire. Il ne faut pas les traiter comme des démons [...] Tout ceci est troublant, mais nous avons beaucoup à apprendre sur la vie de l'au-delà [...]"

37. Grâce au charisme des odeurs, au Nom de Jésus, j'ai libéré les âmes de huit Prêtres d'un charnier sous l'appartement que l'on me prêtait... Dans l’été 2019, au Nom de Jésus, j'ai libéré les âmes de ces huit prêtres qui avaient été poussés à renier le Christ à cause du fluor mis dans l'eau qu'ils avaient avalée dans un camp de concentration nazi.

38. Des prêtres exorcistes et des psychiatres nous enseignent...
« Carl Jung dans Analectes et Inconscient Collectif fut le premier à soulever cette idée quand il déclarait : « J’admets à contrecœur que certains de mes patients semblent gouverner par une autre entité : ce sont des états de possession provoqués par quelque chose que l'on pourrait décrire au plus juste comme l'âme d'un ancêtre ».

En 1961, le psychiatre S.M. Yap classa cela sous le nom de « syndrome de possession » et comme tel, il en fut beaucoup débattu dans la littérature psychiatrique et théologique. Dix ans après cette classification, 374 « Exorcismes et pouvoirs des laïcs - Influences diaboliques » - Père Ovila Melançon, 1996, p.62. et Livre d'Alexandre Lebreton. MK – Abus Rituels et Contrôle Mental, outils de domination de la « Religion sans nom ». Editions Omnia Veritas. Paru en 2016, p. 351 et 352. Cet état fut déclaré relever de la démonologie. [...] »

39. Ames Damnées :
D'Harry Potter... Je présume que vous avez tous entendu parler d'Harry Potter présenté en films et en livres. Mais en connaissez-vous la très grande nocivité ? De nombreuses écoles, collèges et lycées tant catholiques que laïcs le font découvrir en classe. Les parents sont aussi sollicités. Même dans le scoutisme, on s'en servait pour créer des jeux de piste ! Je suggère aux prêtres exorcistes de prier pour libérer tous ces enfants, jeunes et adultes qui se font fait piéger dans la sorcellerie.
Les dégâts conséquents d'Harry Potter... Une petite jeune fille avait regardé le film d'Harry Potter. Elle a eu un souci de santé important. Le médecin consulté a déclaré n'avoir jamais vu un tel cas pendant toute sa carrière. Elle n'avait pas révélé au médecin qu'elle voyait la tête d'un homme bizarre qui lui répétait « t'es bête » ! plusieurs fois par jour. Sa maman inquiète m'a contactée : elle avait en elle une âme damnée ! Elle a réagi tout de suite à la prière d'Auguste Reine des Cieux. Je laisse à Mona Mikaël le soin de nous présenter les dégâts conséquents qu'Harry Potter a produit dans ces chères têtes blondes ou brunes. (Avec l'autorisation le 26 11 2019 de Mona Mikael « Franc-parler sur Harry Potter » qui fait partie d'un article écrit il y a longtemps pour la revue catholique canadienne En Route).

40. « [...] « Dans le cas de maladies de longue durée, [...] Se trouver « harcelé » ou « tourmenté » est une bonne description de l'action des entités identifiées par Jung mais « visité » est probablement le terme le plus approprié. Ces « visites » subconscientes, étrangères et déplaisantes, exigent un exutoire physique : il leur faut un organe terminal cible, et c'est ainsi qu'elles peuvent être prises pour des symptômes par le patient qui peut alors, après les avoir rassemblés, aller se plaindre auprès d'un médecin. [...] » (Guide de la guérison de l'arbre généalogique du Dr Kenneth McAll. Nouvelle édition. Editions Bénédictines 1999 - 2006. ISBN 2-84863-039-6 Syndrome de possession (et péché). Page 362).

41. Dans son livre « Exorcismes et pouvoirs des laïcs : Influences diaboliques », le père Ovila Melançon écrit : « On ignore qu'il y a des névroses-maladies et des névroses-démoniaques. On attribuera parfois à un dédoublement de la personnalité ce qui ne sera, en fait, que l'intervention d'un esprit déchu. Il faut savoir aussi qu'une vraie possession diabolique est accompagnée presque toujours de troubles mentaux et nerveux, qui sont produits et amplifiés par le démon et dont les manifestations et symptômes sont médicalement identiques à ceux que produisent les névroses. (...) »

42. Le Père Francesco Palau, béatifié par le Pape Jean-Paul II le 25 avril 1988, avait bien raison d'accueillir les malades mentaux et de tous les exorciser, alors « ceux qui étaient possédés guérissaient ; ceux qui étaient malades restaient malades », comme l'indiquait le père Gabriele Amorth dans son volume intitulé « Un exorciste raconte. » Le même auteur avait bien raison d'écrire aussi : « Je suis tombé d'accord avec tous les autres exorcistes que j'ai consultés pour affirmer que jamais le recours à un exorcisme, dans les cas où il n'était pas nécessaire, n'a été nuisible. Voilà la vraie pastorale qu'on devrait retrouver dans l'Église, pastorale qui correspond à la doctrine authentique de l'Église concernant les exorcismes ! »

43. Témoignage d’une dame reçue, libérée et guérie le jour de la Fête de Notre Dame de Lorette : « Mon Dieu que de grâces reçues ! Une joie immense a envahi tout mon être. Je remercie profondément Dieu d’avoir permis cette merveilleuse rencontre tant espérée secrètement au fond de mon cœur. Béatrice, je vous serai éternellement reconnaissante pour tous les bienfaits dispensés par Notre Seigneur Jésus Christ à travers vous. Amen. Alléluia. » L.

44. Un autre défunt, esclave de son vivant, était mort enchaîné avec des fers aux pieds. Par le discernement direct des esprits, je ressentais dans ma chair les chaînes et les fers aux pieds. Il avait d’abord habité la mère de la personne pour qui nous prions, puis quand cette femme fut décédée et que sa fille ressentit les mêmes pathologies que la défunte, elle alla vite consulter un Prêtre exorciste avec qui j’ai prié.

45. Un esprit humain vivant dans un corps humain vivant :
Premier trimestre 2014 : un résumé de l’histoire de Muriel (le prénom a été modifié) victime de 34 ans, Catholique : libération d’un esprit humain vivant dans un corps humain vivant : je suis une jeune femme de 34 ans. A 15 ans, ma vie a basculé. J'étais alors stagiaire […] avec un patron autoritaire qui nous harcelait psychologiquement et nous poussait à bout dans le travail. Après une année à subir tout cela, je n'avais plus de force et je me sentais vidée : plus de goût à rien, n'aimant plus ce monde ! Les ennuis physiques ont commencé. J'avais de drôles sensations dans mon corps. L'impression que mon ventre était comprimé et m'empêchait de respirer, de manger aussi ! Je maigrissais, je n'arrivais plus à manger car manger me fatiguait et me causait des malaises qui ressemblaient à des chutes de tension.

J'avais fait toute une batterie d'examens et d'analyses à l’hôpital qui a conclu à un problème psychologique, ce que j'ai cru à ce moment-là. Plus les années passaient, plus mes crises avec une sensation de brûlures bien réelles de l'intestin s'intensifiaient, tant au niveau des douleurs que de la fréquence. A cette époque, j'ai tout essayé : magnétiseurs, rebouteux, ostéopathe, naturopathe. J’ai refait des analyses par la médecine traditionnelle : coloscopies, endoscopies, analyses sanguines etc. Toujours rien ! Pourtant, mes sensations étaient bien réelles car je faisais des malaises vagaux à répétition sans explication pour la médecine…jusqu'à être licenciée de mon travail d'ouvrière […] (que j'aimais beaucoup) car je n'arrivais plus à tenir debout. Il m'arrivait parfois d'aller travailler la journée avec une seule pomme dans le ventre car il y avait comme un nœud dans mon corps qui m'empêchait de me nourrir. J’avais tellement mal aux intestins que ne rien manger me soulageait. J'ai fini par trouver une ébauche d'explication par une naturopathe, avec une analyse d'allergies alimentaires, (trois pages d'aliments !) que mon corps ne supportait plus !
Diagnostiquée maladie inflammatoire auto immune ! Pour résumer, mon corps s'était mis en mode autodestruction ! Version que la médecine n'a jamais confirmée ! Après tous les traitements de la naturopathe, pas de réelle amélioration !
Je criais à DIEU de m'aider car c'était invivable. C'était un enfer sur terre ! Non seulement, c'était dur physiquement, mais aussi mentalement car vous vous retrouvez au final toute seule car personne ne vous croit et la médecine vous dit que c'est dans votre tête !!! J'ai toujours senti au fond de mon cœur qu'il y avait autre chose là-dessous…

J'ai toujours parlé avec Jésus depuis que je suis petite, je sais qu'Il m'a toujours protégée. Et j'ai confiance que s’Il a permis de telles épreuves (croyez-moi, il y en a eu beaucoup d'autres que je ne peux pas détailler ici, sinon je devrais écrire un livre !) c'est qu'il y avait certainement une bonne raison ! Un soir, j'ai vraiment crié à Notre Papa du Ciel que je n'en pouvais plus de tout ça et que j'avais besoin de connaître la vérité, car Il a dit que la Vérité nous libèrerait.

Le lendemain, je rencontre Béatrice après la messe, nous commençons à parler. Intérieurement je demande à Jésus : « qu'est-ce que je fais, dois-je prendre rendez-vous » ? En mon cœur, la réponse était OUI. Nous avons donc commencé par beaucoup parler, elle a pris le temps pour tout écouter. Ensuite, j'ai demandé au Prêtre qui me suit sur ma paroisse, le Père A. […], de venir pour prier, ainsi qu'un ami de confiance qui organise des soirées de louange.
Comme à l'habitude, lors de prières, mon corps a réagi, surtout mon ventre. Il bouge tout seul et je ressens une agitation dans mon corps.

D'après Béatrice, j'avais un esprit humain vivant en moi. Je vous avoue qu'au début, je restais perplexe !!! Mais je restais dans la confiance dans le Seigneur car Il a dit quand plusieurs sont réunis en mon Nom : « Je suis au milieu d'eux ». Donc, Jésus était présent : je n'avais aucune raison d'avoir peur. Après plusieurs prières, j'entendais en moi cet esprit, il me disait qu'« il ne voulait pas partir ».

Nous avons donc intensifié nos prières demandant à l'Esprit Saint de nous éclairer ainsi qu'à la Vierge Marie et tous les Saints du Ciel. Suppliant Dieu et Jésus, j'ai alors reçu en mon cœur cette phrase :"c'est par Marie qu'il partira ! » Nous avons donc prié Marie. Ce qui suit est magnifique car je l'ai vécu de l'intérieur. Plus nous priions et plus cet esprit qui était en moi devenait petit, jusqu'à s'écrouler en moi en pleurant et en me demandant pardon, ainsi qu’à l’équipe !

L'esprit humain de cet homme avoua être ce fameux maître de stage que je citais au début du témoignage. Je me suis alors souvenue de son histoire personnelle, c'était un orphelin qui avait vécu de foyer en foyer et qui cherchait l'amour dans de multiples conquêtes féminines, il redevenait enfant en moi. J'ai senti Marie qui le consolait et Dieu venait le toucher. Je pleurais à ce moment-là, mais cela n'était pas mes larmes : c'étaient les siennes, celles d'un enfant blessé par la vie et qui a commencé à pécher parce qu'il n'avait pas les bons repères. Mais, la Miséricorde de Dieu est immense ! Cet esprit était donc en moi avec tous ses péchés qui faisaient souffrir mon corps. Les péchés sont nos croix ! Dieu n'a-t-il pas dit qu'il fallait porter notre croix ? Eh bien aujourd'hui, tout s'éclaire en moi ! Nous devons porter nos frères qui n'ont pas eu la chance de rencontrer Dieu dans leur vie, à l'image du Christ qui a porté les péchés du monde en Lui, pour nous sauver. Il a été permis à cet esprit d'être dans mon corps pour sauver cette personne qui ne connaissait pas Dieu. J'ai senti physiquement cet esprit quitter mon corps et monter au-dessus de ma tête.

Quelle joie, j'ai ressentie après dix-huit ans de sa présence en moi !!! Je lui ai pardonné, je rends grâce à Dieu de me faire vivre de telles choses et de m'avoir fait rencontrer Béatrice. En mon cœur, je sais que ma guérison passera par Béatrice, car à côté d'elle, je ressens une grande paix et l'Amour du Seigneur. Dieu opère de grandes choses tous les jours ! C'est un grand cadeau de Dieu. C'est par l'Amour que Dieu sauvera le monde.

Et bien là, nous avons été témoins de l'Amour de Dieu ! Gloire à Dieu au plus haut des Cieux ! L’auteure précise que l’esprit humain ne reste pas vingt-quatre heures dans un corps humain, il est obligé de repartir dans son propre corps, et c’est un esprit démoniaque qui prend le relais, l’esprit guide ! Mais il peut revenir le lendemain… Tous, nous avons besoin d’une prière de libération pour libérer le mal qui s’est fait dans les générations précédentes, afin que l’Esprit Saint les libère par la prière.

46. Du Père Ovila Melançon : L'emprise des esprits malins produit différentes anomalies, comme les suivantes : imperméabilité à l'égard des valeurs divines, doute religieux, incapacité de ressentir une vraie contrition du péché, impossibilité de se concentrer lors de la lecture de la Bible et de la prière, insatisfaction chronique, agitation intérieure, angoisse, irritabilité, agressivité, blasphèmes, mélancolie, tendance au suicide. A cela s'ajoutent différents vices, tels l'alcoolisme, l'immoralité, la mythomanie, la kleptomanie, le tabagisme, la toxicomanie, l'usage des drogues.

47. Des démons dans un corps humain vivant :
Un témoignage de la Puissance de Dieu écrit par Bernadette le vendredi 27 mars 2020 :
Je viens de me réveiller, il est 4 heures ; je n’ai mal nulle part , la tête est légère ???
Nous sommes en confinement depuis le 17 mars 2020. Hier, je suis allée au ravitaillement et je suis rentrée très, très fatiguée : mal à la tête, oppression et tachycardie, je me suis reposée. A 21h, j’étais au lit, je me suis réveillée à minuit, après les prières habituelles du soir, j’ai décidé de réciter les prières 9, 10 et 19 du livre « Peut-on se libérer des esprits impurs ? » de Monseigneur Tournyol du Clos.
…En un instant, tous mes maux ont disparu !!!
Je suis perplexe. Déjà dimanche soir, après la prière de libération de Béatrice, mon mal de tête s’était dissipé et le lendemain matin, malgré une semaine très fatigante, je m’étais réveillée, la tête légère ce qui m’arrive rarement ; je suis toujours plus fatiguée le matin que le soir.
Je rends grâce au Seigneur Esprit Saint pour sa Bonté et sa proximité.
« Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ! »
Je comprends enfin ce que veut dire cette Parole.

Béatrice est arrivée pour la retraite du Père Jean vraiment à la dernière minute, suite à un désistement.
Le thème de la retraite était : Combat spirituel...Enjeu de la vie intérieure...
Lors de mon premier contact avec Béatrice, je m’étais aperçue qu’il ne s’agissait pas de quelqu’un d’ordinaire. En arrivant, elle me présentait ses livres dont l’un portait le titre de : « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu», il relate de nombreuses libérations. C'est le fruit d’un énorme travail de recherche biblique, de connaissances sur les maléfices, de possession et de bien d’autres phénomènes plus que bizarres.
Le deuxième soir de la retraite, le Prêtre et Béatrice ont prié sur Marie, retraitante Belge, très fatiguée pendant que les autres retraitantes intercédaient dans une autre pièce (rosaire du Cœur d’Accueil, chemin de Croix, chapelet de la Divine Miséricorde et litanies de la délivrance).
Le lendemain après-midi, Béatrice me demande de l’accompagner afin qu’elle puisse réciter des prières de libération pour Gabrielle.
Gabrielle souffre d’une pneumonie depuis quinze jours, je suis allée la chercher à son domicile, elle n’était pas capable de conduire. Malgré son état, elle désirait vivement assister à la retraite. Quel courage ! Je pensais qu’elle aurait été mieux dans son lit !!!
Il y a dix ans que j’ai rencontré Gabrielle lors d’une réunion autour de J-Marc messager de la Sainte Trinité. A cette occasion, j’avais acheté les livres dont Béatrice se sert (Pour se défendre du malin et Peut-on se libérer des esprits impurs ?). J’avais parcouru ces ouvrages me disant : cela ne me concerne pas !!

Gabrielle avait des difficultés de santé : bronchites, asthme, maux de tête, maux de dos, maux de hanches, des problèmes avec ses enfants. Malgré tous ses ennuis, elle continuait à travailler, sa retraite étant maigre. Et surtout, elle priait des chapelets et des chapelets, ayant toujours un chapelet à la main et même autour du cou. J’admirais sa capacité à prier. Un samedi, elle souffre terriblement d’une épaule, elle me demande de la conduire chez le kiné, celui-ci suppose une luxation, conseille une radio : Rien !!!
Afin d’essayer de comprendre ces manifestations plus qu'étranges pour moi, qui suis infirmière puéricultrice, je commence à lire les livres de Gabriele Amorth, exorciste du Vatican. Je ne mets pas en doute les faits relatés, mais j’ai beaucoup de difficultés à accepter que les anges déchus puissent nuire autant.
Gabrielle avait consulté le Prêtre exorciste du diocèse qui, devant ses antécédents (mère avorteuse et maltraitante puisque Gabrielle était enfermée dans le taie ou la petite étable aux cochons ) avait considéré que le problème relevait du domaine de la psychologie !

Cependant, Gabrielle ne se résignait pas, elle continuait à beaucoup prier, allait souvent à la messe en semaine, en plus du dimanche et était toujours prête à rendre service auprès de sa famille et des étrangers.
Une année, à Lourdes, lors d’une session du Père Manjackal, elle est complètement anéantie : une larve, aucun Prêtre ne l’aidera. Elle dérange ! Quel remerciement pour toute l‘aide qu’elle leur avait apportée bénévolement pendant de nombreux rassemblements !
En 2014, nous allons écouter un Prêtre présenter ses retraites bibliques, c’était en juillet et Gabrielle s’était mise à tousser aux repas, la nuit et pendant les conférences, c’était épuisant pour elle et agaçant pour l’auditoire. A la fin du séminaire, elle était allée trouver le Prêtre qui lui avait dit : vous êtes infestée, mais ce n’est pas n’importe quoi !!! Enfin elle n’était pas malade imaginaire !!!
Gabrielle continue toutes ses dévotions sans se lasser.
En 2015, à l’occasion de l’intronisation de Marie chez moi, elle rencontre un Prêtre de la communauté de Marie Reine Immaculée, il ressent son problème et téléphone à l’un de ses amis, Prêtre de Vendée pour lui signaler sa détresse. Grâce à cet appel et celui du Père Jean, une démarche d’exorcisme se met en route après plusieurs discernements par un Laïc.
L’exorcisme durera une journée. [Elle aura en fait trois prières d’exorcisme pendant trois journées !] Gabrielle va mieux, mais elle n’est pas complètement libérée et elle se recharge régulièrement : toux, voix caverneuse, bâillements bruyants. Elle ne regarde pas l’Hostie à l’Élévation, pieds qui s’agitent continuellement lorsqu’elle est au repos ou en prière.
Durant les prières de libération que fera Béatrice pour Gabrielle, je prie les Saints Exorcistes du livre de Monseigneur Tournyol du Clos. Gabrielle réagit fortement à certaines citations : cannibalisme mystique, sorcellerie, et bien d’autres que je n’ai pas retenues, elle souffre de la tête.  Elle dit que des épées lui lacèrent le cerveau, elle tousse et elle crache, cela durera trois heures. J’étais atterrée devant tant de souffrances, elle est épuisée. Quel combat ! De la chambre où elle se reposera, se dégagera une odeur nauséabonde.

Le lendemain, juste après la Communion, elle se prend la tête dans les mains, elle ne va pas bien du tout. Béatrice s’avance doucement, le Prêtre aussi, leurs regards se croisent, ce dernier n’agit pas.
Alors Béatrice, avec autorité, prend sa grande croix de Saint Benoit, fait une grande croix de haut en bas dans le dos de Gabrielle afin qu'elle soit enveloppée par la présence de Jésus. La situation était grave, Gabrielle me dira : « j’étais en train de mourir ». [Elle vivait une attaque de cannibalisme mystique]. Tout ceci s’est passé devant les retraitantes et j’en remercie le Seigneur, cela permettra aux personnes présentes de croire à la présence des esprits impurs dans nos vies.
Le jour suivant, dès le début de la messe, la pauvre est à nouveau chahutée de l’intérieur, au niveau du poumon gauche, cela ne durera pas, le démon qui l’empêchait d’aller à la messe est expulsé.
Depuis quelque temps, Gabrielle ne trouvait plus le temps d'aller à la messe en semaine.
Ruse des démons qui se servaient de sa grande générosité afin qu'elle passe son temps à dépanner les uns et les autres !!!
Aujourd’hui, premier avril 2020, Gabrielle va très bien, elle a beaucoup dormi, sa pneumonie est complètement guérie.
Pour moi qui suis infirmière, ce fut une grande découverte. Je ne doute plus de l’action journalière et malfaisante des démons dans nos vies et de l’importance vitale des prières de libération, de délivrance et de coupures des liens.
Je suis très heureuse de la libération de Gabrielle.
Béni-sois tu Seigneur pour la guérison que tu as accordée à Gabrielle, pour les charismes que Tu as donnés à Béatrice et son Abandon à la Divine Volonté.
Gloire et louange à Notre Dieu pour sa Bonté Miséricordieuse envers nous.

Un complément de l’auteure à ce témoignage :
Je fus effarée de constater que des Prêtres exorcistes n'aient pas discerné que Gabrielle (le prénom a été changé) était
sous l'emprise de l'esprit de sorcellerie, qu'elle appartenait à Satan parce que sa mère avait fait un pacte avec le démon. Elle avait une possession satanique à vie ! Son Baptême est donc invalide. Et se rajoutaient des esprits démoniaques liés aux agresseurs actuels dont je parle dans le livre !

Après la messe du jeudi 12 mars 2020, quand Gabrielle était en train de mourir sous les coups d'un Prêtre sorcier que je connais. (J'avais avisé son Evêque qui ne l'a pas obligé à être libéré, donc ce Prêtre continue à faire du mal sans problème !) Ce Prêtre a fait du cannibalisme mystique sur elle pour la tuer en direct devant nous. Grâce à Dieu, je connaissais la prière qui n'est pas dans les deux livres du P. Meinrad Hebga que je possède. Et Jésus a réalisé le miracle de la guérir devant nous.
Le lendemain, elle a commencé à avoir de nouveau un problème tout au début de la Messe, je l'ai faite sortir et ai prié seule avec elle. C'est la Vierge Marie qui m'a révélé que le problème était la Messe. Elle avait un esprit démoniaque mis par sa mère qui l'empêchait de suivre la Messe.
Quelles Tendresse et Bonté du Père Eternel, de Jésus et de l’Esprit Saint et de la Vierge Marie et de Saint Joseph d'avoir libéré et guéri Gabrielle, souffrante depuis 72 ans d'âge !


48. Du Père Ovila Melançon (Livre du Père Ovila Melançon c.s.c. Exorcismes et pouvoirs des laïcs. Influences diaboliques. Page 10. ©Editions Bénédictines. ISBN 2-910972-13-5) :
« Mais chaque chrétien est membre du Christ et il participe à ce pouvoir ; en tant que baptisé et confirmé, il a part au sacerdoce royal du Christ. A ce titre et selon la mesure de son union au Christ par la foi et par la charité, il n'échappe pas seulement aux emprises du Mauvais, au moins partiellement, mais il est aussi habilité à combattre, à faire reculer son empire ; il est médiateur de sa défaite. »
Le 20 avril 1999. Publication et photocopies autorisées. Un théologien. Du livre « Retire-toi, Satan ».  

« En effet, lorsque Jésus a transmis aux Apôtres et à tous les « croyants » le pouvoir de chasser les démons, il n’a pas ajouté de conseils invitant à la prudence, à l’analyse des situations diverses, à l’usage des techniques, au recours aux psychologues !
Son mandat fut direct et concret : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : par mon nom, ils chasseront les démons » (Marc 16 17) ». « Si actuellement Jésus revenait en personne dans l’Eglise, il dirait certainement au Magistère : « N’empêchez pas vos fidèles de chasser les démons : c’est Moi qui leur en ai donné le pouvoir ; ne contredisez pas mon enseignement ! ». Il importe grandement que l’Eglise retrouve le plein emploi des moyens que le Christ lui a donnés pour mener le combat spirituel contre le démon ». "Sans doute, il ne faut pas voir le démon partout ni pratiquer les exorcismes ou les prières de libération à la légère ! Néanmoins, la théologie, qui a un rôle éminent à jouer dans l’Eglise, considère comme une faute, pour ceux qui ont charge d’âme, de ne pas secourir une personne soumise à l’action du démon ».

« A ce sujet, Mgr Auguste Saudreau a écrit : « Les théologiens, qui ont traité ces questions « ex professo », déclarent qu’il y a faute mortelle pour celui qui a charge d’âmes à ne pas exorciser ceux qui sont possédés. Il est évident qu’il y aurait faute mortelle à s’opposer aux exorcismes et à empêcher qu’on porte secours à de pauvres êtres qui ont à subir une épreuve spirituelle et corporelle aussi terrible. »

49. « Dans l’action du démon, il faut distinguer une façon ordinaire et une autre extraordinaire. La première façon consiste pour le démon à pousser les hommes au péché par les tentations ; quant à la seconde façon, elle peut se traduire par les formes suivantes » :
1-« L’obsession, qui est une suite de tentations plus violentes et plus prolongées que les tentations ordinaires ».

2-« La possession, où le démon agit réellement dans le corps du patient, au lieu de faire sentir son action seulement du dehors comme dans l’obsession ».

3-« La vexation, par laquelle le démon peut causer des troubles dans la santé, les biens matériels, les affections humaines, le travail… »

4-« Les infestations, qui peuvent atteindre différents objets, des maisons, des animaux ».

5-« Les souffrances externes, coups et sévices, que l’on retrouve dans la vie des saints ou personnes ferventes ».

6-« L’état de dépendance du démon, dont la cause est un pacte avec lui ».

« Avant que la possession ne soit discernée, le démon provoque souvent des troubles physiques et psychiques, pour lesquels les traitements et les médicaments s’avèrent le plus souvent inefficaces. Parmi les maux physiques, on constate que ce sont souvent la tête et l’estomac qui en sont le plus affecté ».

« Parmi les influences diaboliques secondaires, on peut mentionner plusieurs anomalies psychiques, comme l’imperméabilité à l’égard des valeurs divines, l’aversion du sacré, le doute religieux, l’incapacité d’éprouver une vraie contrition du péché, l’impossibilité de se concentrer pour la prière et pour la lecture de l’Ecriture Sainte, l’angoisse, l’irritabilité, l’agressivité, le blasphème, l’alcoolisme, l’immoralité, la kleptomanie, le tabagisme, la toxicomanie…
Devant cette diversité des influences diaboliques, que peut bien faire le psychologue ? »

«Dans notre monde permissif, plusieurs deviennent sous l’influence du démon, sans trop s’en apercevoir, en faisant des expériences du côté de la magie, de la sorcellerie, de l’occultisme, du spiritisme, des religions orientales, en ignorant les dangers qu’ils encourent. Par ailleurs, certains peuvent nuire à autrui par l’intervention du démon au moyen de la magie noire, des malédictions, du mauvais œil et des sorts ». (Le 20 avril 1999. Publication et photocopies autorisées. Un théologien. Extraits du livre Retire-toi, Satan – année 2004 - Edition Leparex –)

50. L’Eglise a une grande ignorance dans ce domaine et certaines autorités confondent les attaques diaboliques avec les délires psychiatriques. J’ai essayé d’en informer certaines, mais elles ne veulent pas comprendre. Et ceux qui vivront cela, clercs ou laïcs, seront considérés et catalogués à jamais avec l’étiquette de « fragiles » (Paragraphe rajouté suite à l’expérience de l’auteure) et ils seront soignés avec des médicaments dangereux pour leur santé et inefficaces !

51. Un prêtre Curé Doyen me confiait « le sujet du combat spirituel contre le démon fait partie du quotidien du catholique, mais a été trop marginalisé par le clergé. L’Eglise est largement fragilisée par son absence d’enseignement et d’unité sur des grands sujets comme celui-là. Soyons très humbles et sous le regard de Jésus, avec la grande protection de Marie, soyons témoins et enseignants fidèles de la Parole de Dieu et du Magistère de l’Eglise, qui a perdu le savoir et oublier son savoir-faire en matière de délivrance, de guérison et de discernement des esprits, experte pourtant qu’elle doit être en humanité.» «

52. « Du Père Jean-Régis Fropo dans son ministère de prêtre exorciste dans le diocèse de Fréjus-Toulon (Mgr Dominique Rey) de 2005 à 2014 et qui a reçu des centaines de personnes en souffrances diverses et pour des causes souvent mélangées, psychologiques et maléfiques :

[…] On connaît la tradition ininterrompue de l’Église catholique concernant les prières d’exorcisme avant le baptême : Clément d’Alexandrie, Tertullien, Hippolyte de Rome, Cyprien de Carthage, Cyrille de Jérusalem, Jean Chrysostome, Augustin. On peut dire qu’il y a un « consentement unanime des Pères sur ce sujet ». J’ai moi-même constaté sur un cas difficile que le seul rite du baptême donné à un adulte ne provoque pas la libération de la personne.

(On constate d’expérience que les liens maléfiques résistent aux sacrements). Un baptisé peut pratiquer régulièrement les sacrements de pénitence et d’Eucharistie et conserver des « liens » contractés avant sa conversion.

[…] Mais cela peut avoir une autre cause : dans le cas où la personne a « pataugé » dans la boue des péchés mortels pendant des années (addictions diverses par exemple), non seulement elle a perdu la grâce sanctifiante de son baptême, mais encore elle a sans doute contracté des « liens » maléfiques avec divers démons.

Ces liens n’ont pas été rompus par la seule « absolution ». Il faut nécessairement que le prêtre complète ce pardon par une prière de délivrance spécifique. Sinon, il n’aura fait que la moitié de son travail et le pénitent va retomber peu de temps après. Peu de prêtres, hélas, sont au courant de ce problème.

J’ai eu le cas d’un catéchumène de 40 ans environ gravement possédé par une vie très désordonnée pendant vingt ans et par l’influence d’ascendants liés à la franc-maçonnerie. Une année d’exorcismes a précédé son baptême mais il a fallu les renouveler pendant une quinzaine de mois après son baptême et la célébration de celui-ci a été très mouvementée).
On peut en conclure qu’une prière spécifique d’exorcisme est nécessaire non seulement pour les adultes mais également pour les petits enfants qui ont pu être victimes de liens avant ou juste après leur naissance.

[…] On a souvent peu conscience des terribles dégâts que provoquent des liens maléfiques sur la personne : douleurs corporelles, perturbations psychiques, difficultés relationnelles… c’est l’ensemble de la vie de la victime qui est atteinte dans sa santé physique et psychique, ses relations familiales, professionnelles, sentimentales. Et quand cela dure pendant des années, j’ai pu constater que c’était très lourd à porter pour l’intéressé et son entourage. […] »

53. Dans l'exercice des charismes, je me souviens d'une personne qui, à ma demande, devait renouveler ses promesses de Baptême et renoncer à Satan, à ses œuvres, à ses séductions. Elle ajoutait, « ce n'est pas avec mon cœur que je le dis », un ancêtre avait vendu son ADN à Satan.
En effet, le Seigneur me montra que son Baptême était invalide. Tous les prêtres interrogés me confirmaient que c'était impossible. Un moine prêtre a accepté de refaire un Baptême sous condition. Il a posé sur le front de cette dame sa croix qui a été repoussée par l'Ennemi qui possédait cette personne ! Je l'avais déjà vu dans les yeux de cette dame et il était passé par sa bouche pour me débiter une fausse vérité.

Avec tout ce que l'Esprit Saint m'a montré depuis treize ans, je pense qu'à chaque confession, quand le pénitent s'accuse de péchés en lien avec les dix Commandements, il faudrait à chaque fois une prière de libération. J'avais ainsi formé un prêtre âgé et lui avais donné un déroulé de certaines prières de libération. Et il était très heureux de constater sur la pénitente, par exemple l'exaucement de la prière de libération d'un esprit d'avortement, de mort et de rejet de l'enfant.
L'histoire générationnelle des personnes ne peut être révélée que par l'Esprit Saint. Je m'aperçois qu'il y a souvent des hérédités de sorcellerie, de sectes antichrétiennes, quand ce ne sont pas des pactes de sang à vie pour détruire les descendants, les sacrements de Baptême sont alors invalides, y compris le sacrement de l'Ordre !

54. Pleurer des larmes de sang sur la statue de la Vierge Couronnée à Lourdes.
Je fus triste et émue de voir la statue de la Vierge Couronnée pleurer des larmes de sang ! J'ai emmené un prêtre que je connaissais regarder cette statue. Il a confirmé qu'il voyait lui aussi des larmes de sang couler de son visage. Je lui ai demandé s'il pouvait interroger la Vierge Marie sur le pourquoi de ces larmes.
Elle a répondu : « Je souffre » !

55. La bataille de Lépante
1 - La bataille de Lépante est l'une des plus grandes batailles navales de l'histoire. Elle s'est déroulée le 7 octobre 1571 dans le golfe de Patras en Grèce appelée alors Lépante. La puissante marine ottomane y affrontait une flotte chrétienne comprenant des escadres vénitiennes et espagnoles renforcées de galères génoises, pontificales, maltaises et savoyardes, le tout réuni sous le nom de Sainte Ligue à l'initiative du pape Pie V. La bataille se conclut par un désastre pour les Turcs qui y perdirent la plus grande partie de leurs vaisseaux et près de 30 000 hommes. L'événement eut un retentissement considérable en Europe car, il sonnait comme un coup d'arrêt porté à l'expansionnisme ottoman.
Le contexte
Le XVIème siècle est marqué par l’expansion de l’Empire Ottoman. En effet les Turcs, après avoir occupé presque tout le bassin de la Méditerranée, l’Afrique du Nord, le Moyen Orient, la péninsule baltique, menacent l’Europe occidentale. Ils s’emparent de Belgrade en 1521, enlèvent Rhodes l’année suivante, puis envahissent la Hongrie et mettent le siège devant Vienne en 1529. Après avoir été repoussés de justesse et avoir échoué devant Malte, ils se rabattent sur Chypre, colonie vénitienne.

Face à la menace turque, l’Europe a du mal à s’unir. La France entretient même des relations amicales avec Constantinople. Dans ce contexte peu favorable, le pape St Pie V s’efforce avec patience et ténacité de coaliser les différents royaumes européens contre les Turcs. Finalement, il réussit à établir une alliance avec l’Espagne, Venise et Malte. En mai 1571, St Pie V proclame solennellement en la Basilique Saint-Pierre la constitution de la Sainte-Ligue. Une flotte imposante est réunie, qui est confiée à don Juan d’Autriche, frère de Philippe II d’Espagne, fils naturel de Charles Quint. Afin d’implorer la protection céleste sur la flotte, St Pie V ordonne un jubilé solennel, un jeûne et la prière publique du Rosaire [2].
La flotte chrétienne est composée de soldats chrétiens à bord : 8000 Espagnols, 5000 Vénitiens, 1500 Pontificaux, 5000 Allemands, 5000 Italiens, 51 4000 nobles aventuriers [3].
La flotte ottomane est commandée par le kapudan pacha Ali Pacha Moezzin, qui se place au centre. Il est assisté d'Uludj Ali (régent d'Alger) qui dirige l’aile gauche et de Mohammed Sirocco (gouverneur d'Égypte) qui dirige l’aile droite. Les galères ottomanes sont occupées par 13 000 marins expérimentés et 34 000 soldats.
La Sainte Ligue a mobilisé au total 202 galères et 6 galéasses et pour la flotte ottomane, un total de 210 galères et 63 fustes et galiotes [4]

La Bataille
Au matin du 7 octobre 1571, la flotte chrétienne en provenance de Messine rencontre la flotte turque en provenance de Lépante dans le golfe de Patras, au large de la Grèce.
Cette bataille est restée dans les traités d’histoire militaire comme un tournant dans la stratégie navale. En effet, c’est la première fois que les galères se voient opposées (à grande échelle) à une flotte plus manœuvrante et armée de canons. Cette combinaison technique, une stratégie qui a consisté à enfermer les Turcs dans le golfe de Lépante, une tactique consistant à faire prendre à l’abordage les galères par l’infanterie espagnole (les tercios), alliées à des défections rapides dans la flotte turque contribua grandement à la réputation de cet affrontement.
Pendant le cours de la bataille, le navire du commandant ottoman est envahi par les hommes de la galère de Juan d'Autriche ainsi que par celle de l’amiral de la flotte savoyarde André Provana de Leyni entre autres, et l’amiral turc est décapité et sa tête placée au bout du mât du navire principal espagnol, ce qui contribue à saper le moral turc.
La bataille dure une grande partie de la journée et est particulièrement violente.

La démesure de l’affrontement en fait un événement majeur : on dénombre au moins 7000 morts et 20000 blessés chez les Chrétiens, 30000 morts ou blessés et 3500 prisonniers chez les Turcs (sans compter ceux qui sont massacrés à terre par les Grecs révoltés), 15 000 forçats chrétiens libérés de leurs fers.
Les Ottomans subissent une lourde défaite : 117 galères et 13 galiotes sont capturées, 52 et 62 galères coulées, alors que les Chrétiens ne perdent qu'une douzaine de galères. 450 canons et 39 étendards sont pris aux Ottomans [5].
L’un des participants les plus connus est l’écrivain espagnol Miguel de Cervantes, qui y perdit l’usage de sa main gauche, gagnant le surnom de « manchot de Lépante » mais il fut capturé à son retour par l'amiral algérois Mami Arnaute au large de Barcelone. De là, il fut emmené à Alger.

Gilles Veinstein, selon une lettre de la Sainte-Ligue publiée à Paris en 1572, mentionne que « Le désastre de Lépante aurait semé la panique à Istambul. Sélim II aurait fait passer son trésor à Bursa, de même que les femmes et les jeunes enfants mâles du sérail. Lui-même et ses janissaires se seraient réfugiés à Edirne, tandis que les défenses d'Istambul étaient renforcées. La population musulmane aurait également fui la capitale ne la laissant peuplée que de Grecs et de chrétiens francs » [6].

2 - Une victoire chrétienne et la dévotion à Marie
La victoire de la flotte chrétienne à dominante vénitienne, confirme l’hégémonie espagnole sur l'ouest de la Méditerranée et met un coup d’arrêt, par la Providence Divine, à la progression ottomane vers l'Europe. Psychologiquement, la victoire a un retentissement considérable en Europe, car c'était la première fois qu'une flotte chrétienne réussissait à vaincre la très puissante marine ottomane. Un miracle.

Mais le véritable miracle de Lépante est avant tout celui de ce réveil profond de la Chrétienté qui a su dépasser ses querelles internes (comme par exemple la réforme protestante) pour reconnaître et défendre ce qui précisément en faisait son unité, une civilisation fondée sur l’Evangile. Sans commune mesure avec les croisades qui voulaient libérer le tombeau du Christ et permettre aux fidèles de s’y rendre en sécurité, cette nouvelle unité chrétienne entendait réaffirmer haut et fort son attachement au Christ et à son message, inscrit dans une civilisation plus que millénaire. Comment expliquer un tel miracle ? Car l’unité est toujours un miracle instable.

Dominicain avant tout, le pape Pie V est pétri d’une profonde dévotion à Marie et au rosaire que son père fondateur, Saint Dominique de Guzman, a donné à l’Église. Confiant en la puissance de cette prière des pauvres, il demande à toute la Chrétienté de prier quotidiennement le chapelet pour le  salut de la civilisation fondée sur le Christ et portée par sa mère. Par obéissance au souverain pontife, la prière mariale s’est répandue et a recouvert la vieille Europe de son manteau étoilé, si bien que telle la Vierge de l’Apocalypse, Marie semble avoir écrasé l’ennemi sous son pied. C’est en tout cas vers elle que le pape se tourne ce 7 octobre 1571 après 17h, alors que de la fenêtre de son bureau il contemple en vision l’issue heureuse du combat de Lépante. Puis il se retourne et dit aux prélats qui l’entourent : « Allons rendre grâce à Dieu : notre armée est victorieuse «. Au même temps don Juan, victorieux, s’agenouillait sur le pont de son navire pour remercier Dieu de sa protection.

Par la suite Sebastian Venier envoie immédiatement le capitaine d’une de ses galères, Onfrè Giustinian, avertir le doge de la victoire. Ce capitaine était vraisemblablement prédestiné à devenir un heureux messager puisque son navire était baptisé L’ange Gabriel. La bonne nouvelle parvient à Venise le 19 octobre et le 26 octobre arrive à Rome confirmant ainsi la révélation faite au souverain pontife. Dans toutes les villes de la Chrétienté, la nouvelle de la victoire entraîne des manifestations festives et joyeuses. Même la France —qui n’a pas participé— manifeste sa liesse ; par exemple, la bonne ville de Lyon casse les cloches pour célébrer l’événement, comme l’a raconté un auteur resté anonyme : « que mesmes en ceste ville de Lyon vous avez entendu les grosses cloches qui vous ont donné ample et certain temoisgnage de telle victoire « [7].

En commémoration de la bataille de Lépante, Pie V ajouta aux Litanies de la très Sainte Vierge, une invocation supplémentaire : « Secours des chrétiens, priez pour nous «, et il ordonna l’institution de la fête de Notre-Dame des Victoires (actuellement, en 2019, les statues de Notre Dame des Victoires sont consacrées à l'esprit d'Antichrist !)
Au sein du peuple catholique la victoire de Lépante contribua ainsi au rapide essor de la dévotion du Rosaire et suscita la fondation d’un grand nombre de confréries. Elle est une date importante de l’histoire du culte marial [8].
Son successeur Grégoire XIII changea en 1573 le nom de cette fête locale en fête du Saint-Rosaire, fixée le premier dimanche d’octobre. Elle a donc été instituée pour méditer les mystères mariaux et s’unir à la vie de la Vierge, ainsi que pour se souvenir secondairement de la libération de l’Occident devant la menace ottomane.
Clément XII étend la fête du Saint-Rosaire à l’ensemble de l’Église catholique de rite latin en 1716 et saint Pie X en fixe la fête le 7 octobre en 1913. Saint Jean XXIII change une nouvelle fois son nom en Notre-Dame du Rosaire en 1960.
Désormais symbole de la victoire de la Chrétienté sur toute autre civilisation qui voudrait la détruire, la bataille de Lépante reste d’une vibrante actualité tant les tensions qui ont précédé cette bataille semblent se retrouver aujourd’hui. Autre temps, autres mœurs, certes, mais l’arme reste la même et c’est bien ce qui inquiète ceux que ce symbole dérange.
S. Moreno, La Bataille de Lepante et le Rosaire in www.blogcathedraletunis.com, Tunis, 2015.
[1] Cf. Paul K. Davis, 100 decisive battles: from ancient times to the present: The World’s Major Battles and How They Shaped History, New York, Oxford University Press, 2001.
[2] Olivier, Jacques, en histoire de l’Église, article publié en 2003 http://www.salveregina.com/salve/La_bataille_de_Lepante
[3] William Ledyard Rodgers, Naval Warfare Under Oars, 4th to 16th Centuries : A Study of Strategy, Tactics and Ship Design, United States Naval Institute, 1940
[4] Edmond Jurien de la Gravière, La guerre de Chypre et la bataille de Lépante, 1ère édition 1951, réédition 2011, Éditions Laville, collection Batailles essentielles : mémoire des peuples, p 210-218
[5] Daniel Panzac, La marine ottomane : de l'apogée à la chute de l'empire, 1572-1923, Paris, CNRS, 2009, p. 15 - 19
[6] Gilles Veinstein, L'Europe et l'Islam, p. 221, fait référence d’une lettre dans The Turk in french history, Clarence Dana Rouillard, Parsi Boivin 1942, p. 72
[7] Carlo Campana, Marie Viallon. Les célébrations de la victoire de Lépante. Marie Viallon. La fête au XVIe siècle, Sep 2002, Le Puy-en-Velay, France. PUSE, pp.55-78, Colloques du Puy-en-Velay.
[8] Olivier, Jacques, ibidem.

« Le pape saint Pie X dans l’encyclique Pascendi dominici gregis, dénonçant et condamnant les erreurs modernistes disait : « Il n’a jamais manqué, suscités par l’ennemi du genre humain, d’hommes au langage pervers, diseurs de nouveautés et séducteurs, sujets de l’erreur et entraînant à l’erreur. Mais il faut le reconnaître, le nombre s’est accru étrangement, en ces derniers temps, des ennemis de la Croix de Jésus-Christ qui, avec un art tout nouveau et souverainement perfide, s’efforcent d’annuler les vitales énergies de l’Église, et même, s’ils le pouvaient de renverser de fond en comble le règne de Jésus-Christ ».
Ces lignes ont été écrites en 1910. Que dirait aujourd’hui ce saint Pape voyant que les erreurs qu’il dénonçait, débordant de tous côtés, se sont propagées sous l’instigation du malin « dans tout l’univers, n’oubliant aucune province, aucune condition, aucun lieu, aucune personne en particulier pour reprendre les expressions de saint Ignace dans la méditation des deux étendards.» (Cadeau d’un prêtre dans mon deuxième livre).

Chrétiens, Chrétiennes qui lisez ces lignes, comme le pape Pie V, j’ose vous demander ce qu’il a demandé « Confiant en la puissance de cette prière des pauvres, il demande à toute la Chrétienté de prier quotidiennement le chapelet pour le  salut de la civilisation fondée sur le Christ et portée par sa mère. »

Par la prière avec l’intercession de l’Archange Gabriel, nous pouvons tous et toutes faire des miracles, alors, faites circuler cette demande pour que tous et toutes, nous récitions le chapelet pour sauver les nations qui sont sous l’emprise de l’ennemi de nos âmes. Priez et suppliez Notre Seigneur, n’ayez pas peur.

Je relève aussi dans ce texte « Ce capitaine était vraisemblablement prédestiné à devenir un heureux messager puisque son navire était baptisé L’ange Gabriel. La bonne nouvelle parvient à Venise le 19 octobre, » moi aussi, j’ai reçu une bonne nouvelle un 19 octobre que je vous raconterai une prochaine fois…

Que Dieu en Trois Personnes et la Vierge Marie et Saint Joseph vous bénissent et vous gardent tous et toutes et vous aident à porter vos fardeaux.
- La croix soufferte par Jésus-Christ, me libère de l’esclavage du démon... Livre de Luisa Piccaretta « La Croix du Ciel » vol.3 2/12 1889.
« La croix est l’arme la plus puissante pour assaillir les démons et me défendre de toutes leurs emprises. L’âme qui possède la croix fait l’envie et l’admiration de tous les anges et de tous les saints, et la rage et la colère des démons. La croix est mon paradis sur la terre, tel que si le Paradis d’en haut est jouissance, celui d’ici-bas est souffrance. »

« MAIS PRIEZ MES ENFANTS. DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS. MON FILS SE LAISSE TOUCHER.
Hildegarde
Hildegarde
Hildegarde
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 12
Date d'inscription : 07/10/2010

Admin et saintjeanlagneau 2 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Formation pour exercer une prière de délivrance Empty N°5 FORMATION POUR EXERCER UNE PRIERE DE DELIVRANCE

Message  Hildegarde Sam 28 Jan 2023 - 23:30

N° 56 : PRECISIONS IMPORTANTES : QUAND JE LIE, AU NOM DE JESUS, DES ESPRITS DEMONIAQUES, JE LEUR DONNE TOUJOURS UNE DESTINATION, SOIT AU PIED DE LA CROIX DE JESUS-CHRIST, SOIT EN ENFER, SOIT DANS LES ABIMES ET SCELLER TOUJOURS DANS LE SANG DU CHRIST.
VOUS NE POUVEZ PAS BRISER UNE CONSECRATION DIABOLIQUE, C’EST RESERVE A CEUX QUI ONT AUTORITE.
QUAND JE LIS SUR LE TITRE D’UN SITE « DESENVOUTEMENT », JE FUIS, NI UN PRETRE EXORCISTE, NI UN LAÏC AYANT REÇU DES DONS SPIRITUELS N’EMPLOIENT UN TEL MOT !
QUAND VOUS AVEZ DES DOUTES, CONSULTEZ UN SITE TRES SERIEUX QUE JE VOUS AVAIS DEJA DONNE « SOSDISCERNEMENT.ORG »
« CELUI QUI FAIT LA VERITE VIENT A LA LUMIERE »
UNE PERSONNE QUI SE PROCLAME PROPHETE DOIT ETRE DISCERNEE PAR UN PRETRE EXORCISTE FIABLE ET ELLE DOIT AUSSI RECEVOIR AUSSI DES PRIERES DE LIBERATION, SURTOUT SI LA PERSONNE N’EN A JAMAIS EU. SI VOUS SAVIEZ TOUT CE QUI A PU SE PASSER DANS LES GENERATIONS PRECEDENTES…
UNE PROPHETE DISAIT A UN PRETRE (JE L’AI ENTENDU), QUE JESUS BENISSE VOTRE MINISTERE. CETTE DAME AVAIT EN FACE D’ELLE UN PRETRE SORCIER. SI JESUS NE LA MET PAS EN GARDE, C’EST QU’IL Y A UN SOUCI !

N°57 « Un prêtre français, docteur en Théologie, m’avait envoyé un sms en septembre 2013 pour que je prie pour une dame très attaquée. Avec mon accord, une de ses amies a essayé de joindre le prêtre exorciste de son diocèse qui n’a pas répondu à l’appel au secours ! Puis, elle a écrit à l’évêque, l’exorciste ne s’occupait pas de cette « patiente » qui souffrait beaucoup. J’ai ainsi décidé de la porter dans ma prière du soir et plus particulièrement quand elle souffrait. Son amie me tenait informée.
Pouvez-vous prier pour une amie ce soir et un peu chaque soir de cette semaine ? Vos prières sont très puissantes pour elle qui est si attaquée ! Elle n'a plus de cauchemar la nuit et de manipulations violentes d'esprits mauvais alors qu'elle subissait cela depuis 9 ans. Elle pense qu'elle s'en sort tout doucement grâce à vos prières. Elle appréhende toujours ses nuits qui sont parfois un véritable cauchemar vivant et c'est peu dire. Un immense merci pour elle ! Je vous tiens au courant.
Je tiens à vous préciser que N. vous remercie de tout cœur pour tout ce que vous faites pour elle. Merci madame pour toutes vos prières ! Continuez, je vous en supplie pour mon amie qui me dit que cette semaine beaucoup de choses ont changé pour elle ! Elle va m'appeler aujourd'hui pour me préciser les choses. Deo gratias !
Je viens d'avoir mon amie au téléphone ! C’est incroyable ! Elle me dit qu'elle est encore dans un tunnel, mais le tunnel s'éclaircit depuis que vous priez pour elle ! Elle voit encore des choses horribles dont des araignées, insectes et visages agressifs quand elle ferme les yeux. Elle se réveille souvent vers 3h du matin et n'arrive plus à s'endormir après. Mais elle sent un apaisement. Elle arrive à retourner à la messe. Elle m'a demandé plusieurs fois de vous remercier et de continuer à prier car elle voit bien qu'il y a un mieux ! Alors Deo gratias, ma chère madame ! Vous êtes la seule qui m'ait autant aidée et fait autant d'effets, je ne peux pas m'en sortir sans votre aide, ne me lâchez pas, je commence à sentir une sortie. MERCI POUR TOUT.
Depuis quelques nuits, je ne dors plus alors que ça allait beaucoup mieux, sans dormir je ne peux pas tenir. Pouvez-vous prier pour que le Ciel m’accorde au moins le repos à toutes mes nuits (car les attaques ont déréglé tout mon système de sommeil et de récupération la nuit). Je suis désolée de vous demander encore ceci mais vos prières sont puissantes et précieuses pour moi ; mille mercis et bonne soirée.
Merci pour votre soutien, j'ai bien dormi cette nuit, et sans cauchemars horribles, c’est tellement agréable d'avoir au moins ça pour se ressourcer. En ce moment je ne sais plus qui je suis, je vis avec quelqu'un que je ne connais plus, c'est un vrai cauchemar vivant. Néanmoins, depuis mes derniers sms que je vous ai envoyés, des choses vont mieux chaque jour. Je vais réciter les prières que vous m'avez envoyées, merci et bon dimanche à vous. Bonsoir N. pouvez-vous prier pour cette nuit, je suis encore dérangée la nuit (2 nuits blanches), je vois des visages monstrueux avec une très grande agressivité et méchanceté et je reçois des coups dans le corps (surtout dans le dos, le crâne, la nuque) je n’ai aucune protection à ces endroits, ils rentrent très facilement, merci beaucoup (désolée de vous le demander si tard).
Bonsoir, je vais quand même beaucoup mieux depuis un mois, même si je reste traumatisée à vie, très, très fatiguée, que ma chambre est toujours inaccessible, je souffre beaucoup moins dans mon corps, je dors un peu mieux,  je lutte un peu moins contre l'aliénation, aller au travail reste encore une tâche surhumaine mais je suis toujours vivante si tenter que ce soit un cadeau vu mon état général, je vous remercie pour vos prières ; j 'en ai bien besoin, quand je le pourrai, j'essaierai de venir vous voir (à moins que toute ma guérison puisse se faire à distance, qu’en pensez-vous ? Fraternellement.
Je ne sais pas si vous avez fait quelque chose hier mais aujourd'hui il y a un grand mieux ; je me sens moins déséquilibrée, merci !!! Continuez ! Je redécouvre le jour peu à peu avec votre aide. PS: un de mes problèmes apparemment, c'est que mes deux traumatismes crâniens ont créé une médiumnité assez forte et je serai branchée sur des mauvais canaux et il faudrait, soit couper cette médiumnité, soit la brancher sur des canaux plus lumineux, à vous de voir ce que le Seigneur veut faire de tout ça, moi il ne m'entend pas quand je lui parle ! Si vous priez pour stopper la médiumnité ça marche, je me sens beaucoup mieux, moins envahie et cinglée, j'ai l'impression de commencer à avoir une vraie vie à moi ! Continuez SVP, merci pour tout. En effet, Notre Seigneur guérit la médiumnité. Je l’ai constaté plusieurs fois.
J'espère que vous allez bien, pouvez-vous prier pour me nettoyer le dos, la colonne, les reins, le bassin, la nuque, le crâne, j'y ressens de grandes douleurs et des sensations indescriptibles de désespoir, de gouffre, de ténèbres et d'autres choses glauques qui ne me donnent plus envie d'avancer, ni de vivre ; priez pour que Dieu rétablisse toute mon ossature dans tout mon corps. Je vous remercie, bien cordialement. J'ai oublié de vous dire que je vais encore beaucoup mieux qu'il y a quelques semaines, que Dieu vous garde ! Merci pour votre formidable dévouement.[…]
Ce ne fut que le début des prières de libération pendant deux ans chaque soir (je priais l’exorcisme) et plus si elle allait mal. Puis, je l’ai rencontrée et le Seigneur a donné beaucoup de motions charismatiques et j’ai prié une soixantaine de fois pour la libérer. Et j’ai pu contacter un prêtre exorciste qui l’a reçue quelques fois, puis j’ai prié avec son père spirituel qui confirmait ma prière de libération. Sinon, j’ai prié seule ou avec un membre de sa famille. Même si elle n’arrivait pas à expliquer son histoire, je suis atterrée que l’on ait pu la laisser souffrir aussi longtemps. On lui avait fait croire que Dieu l’avait abandonnée. Je remercie la Vierge Marie et Notre Seigneur de m’avoir donné des entrailles de compassion.  
« Sais-tu combien est grande, pour l’âme qui souffre, la consolation d’avoir quelqu’un qui a compassion d’elle ?  » (Un appel à l’Amour. Message du Sacré-Cœur à Sr Josefa Menéndez. 2014. Œuvre du Sacré Cœur. Page 360.)
N°58 Une victime tient à témoigner des merveilles qu’a faites Notre Seigneur Jésus-Christ grâce à mes prières de délivrance. En effet, suite à une agapéthérapie où le responsable de l’association, un laïc m’avait imposé les mains, je ne pouvais plus prier, ni avoir un cœur à cœur avec le Seigneur, ni entrer dans la prière pendant les Messes.
Quelques mois plus tard, j’ai suivi une retraite avec les Exercices spirituels de Saint Ignace et le dernier jour, alors que je méditais l’enseignement à la chapelle, je me suis mise à trembler sans comprendre ce qu’il m’arrivait. Depuis ce jour, je tremblais chaque fois que je recevais Jésus Eucharistie ou que je priais Jésus à l’Adoration Eucharistique.
J’avais bien compris qu’il s’était passé quelque chose dans le monde invisible lorsque ce laïc m’avait imposé les mains à l’agapéthérapie. N’ayant plus de prêtre accompagnateur, j’ai eu besoin d’en parler à mon Confesseur. Ce dernier me connaissant, il m’a répondu qu’il ne pouvait y avoir aucune manifestation d’ordre spirituel, ces tremblements ne pouvaient être que du ressort psychologique. Or, je sentais bien que je ne maîtrisais pas ce qui se passait en moi, alors que je n’avais aucun trouble psychique.
Le Seigneur m’a donné la grâce de la connaître, alors que je me trouvais dans un grand désarroi face à l’indifférence de l’Eglise.
Un prêtre compétent dans la prière de délivrance a prié sur moi avec elle et elle a découvert que mes tremblements étaient provoqués par quelque chose de diabolique, un animal, mis par ce laïc qui m’avait imposé les mains. Ils m’ont délivrée sans que je m’en rende compte.
Par la suite, un prêtre sorcier africain (j’ignorais qu’il était sorcier !) a prié sur moi et m’a mis des animaux dont une panthère. Il a aggravé mon état. Comme cette dame ne pouvant plus prier avec l’autre prêtre, elle m’a prise en charge seule. Elle a prié pour moi seule pendant trois heures et grâce à Jésus et à Marie, elle est parvenue à me délivrer totalement.
Amen, merci Seigneur d’avoir entendu les prières de notre sœur qui n’a pas hésité à donner de son temps et de son expérience pour en venir à bout.

N°59 : Un autre Témoignage : le 22 janvier 2014, à la demande d’un prêtre de son diocèse, j’informais un évêque de ce que j’avais intitulé « cri d’alarme ». Mais cette lettre est restée sans réponse.
Suite aux découvertes données par le Seigneur pour la libération d’une personne convertie, je me suis aperçue que de nombreuses personnes en France sont habitées en particulier par des esprits humains vivants, certaines depuis de très nombreuses années dans l’indifférence du clergé qui n’a pas connaissance de la gravité de ces situations de souffrance et de désespérance. L’esprit humain n’étant pas un démon, une prière d’exorcisme ne sert à rien, sinon à faire souffrir encore plus la personne. J’ai eu la grâce d’apporter et d’offrir un document de travail à un service d’exorcisme qui m’avait invitée à venir prier avec eux pendant trois mois.
Cette habitation ou ce squat abusif est en fait un viol mystique qu’il convient de traiter comme tel et de chasser cet esprit et les autres esprits qui rentrent avec cet esprit de viol !
Lisons ou relisons le texte suivant sur la découverte du secret de la Salette où j’ai constaté : « il y aura des églises (satanistes ) (rajouté par l’auteure) pour servir ces esprits (des ténèbres ) (ibid.). Des personnes seront transportées d'un lieu à un autre par ces esprits mauvais, et même des prêtres, parce qu'ils ne seront pas conduits par le bon esprit de l'Évangile ».
Je ne connaissais pas ce texte et grâce au père Michel Corteville qui me l’offre, comme sur un plateau, ainsi cet écrit confirme, ce que l’Esprit Saint m’a fait découvrir dans l’exercice des charismes. En effet, de nombreuses personnes sont habitées par l’esprit humain de clerc impurs qui sont guidés par des esprits mauvais dont l’esprit guide (démoniaque).
« Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, par leur irrévérence et leur impiété à célébrer les saints mystères, par l’amour de l'argent, l'amour de l'honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d'impureté. »
Le but de ces « habitations » est de faire perdre la foi à la personne, la manipuler, la contrôler, vampiriser son énergie, la détruire, la faire devenir comme un zombie, avec des maladies occultes à la clé, comme les morgellons, nanotechnologies douées d’une certaine forme d’intelligence.
Ils revêtent plusieurs formes comme des insectes vivants qui rampent sous la peau et vous dévorent, la sensation est détestable, une victime me confia « comme si j’étais tombée dans un bain de piranhas !»  Les médecins ne pourront jamais guérir cette maladie, puisqu’elle est complètement diabolique.
L’usage des sacramentaux est alors indispensable, comme le sacrement des Malades et la prière de libération.
Et cela avait été annoncé dans les Apparitions de Notre Dame d’Amsterdam, apparitions reconnues. Le 31 mai 2002, Mgr Jozef Marianus Punt, évêque de Haarlem-Amsterdam reconnaissait l’authenticité des apparitions de la Dame de tous les Peuples. Et la Vierge Marie les nomme comme « des inventions diaboliques. »
« Des inventions diaboliques » : L’apparition de Notre Dame, Marie corédemptrice, Dame de tous les peuples à Amsterdam , 1945-1959.
« Une image très curieuse se présente alors à moi. Une force me pousse à regarder le ciel ; […] Alors que tout ça a disparu, je vois flotter de minuscules choses noires autour de moi. J’essaie de sentir ce que c’est, mais je n’y parviens pas ; cela me semble une matière très fine.[…]
Je demande à la Dame : “Est-ce que ce sont des bacilles ?” Avec beaucoup de gravité, elle répond : “C’est diabolique.” Je sens alors mon visage enfler ainsi que tout mon corps. J’ai l’impression que mon visage grossit énormément, que tout se raidit et est boursouflé. Je ne peux pas bouger. J’entends la Dame dire : “Et c’est ce qu’ils sont en train d’inventer”, puis, tout doucement : “le Russe, mais les autres aussi.” Elle ajoute énergiquement : « Peuples, vous êtes prévenus !» https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_2gEXLCe4bQ7UV7KoHGxC8C Par Arnaud Dumouch, 2014. Je remercie encore Arnaud Dumouch de sa bonté à m’autoriser à utiliser ses textes et vidéos. Amsterdam 1/6 ─ Récit de l’apparition de Notre Dame de tous les peuples (1 h 05). https://youtu.be/gjGT819t8QI
De très nombreuses personnes sont touchées dans le monde, la peste du 21ème siècle ». Il n’y a que Dieu qui peut la guérir ! Dans un service d’exorcisme, il m’avait été demandé d’assister le prêtre exorciste. Et je suspectais chez la personne la présence de morgellons, mais le prêtre restait dubitatif. Nous allions commencer la prière de libération lorsque la victime machinalement passa son doigt sur le dessus d’une de ses mains.
Elle appuya sur une veine et sortiront de sa veine cinq ou six choses noires, telles des petites particules que l’assistante recueillit dans une bassine dont le fond était tapissé d’une feuille d’essuie-tout blanche. Intriguée, elle me demanda ce que c’était. Avec certitude, j’ai pu affirmer que c’étaient des morgellons que je n’avais vus jusque-là qu’en photo. Jésus venait de faire le miracle d’en faire sortir quelques-unes,« ces minuscules choses noires! »

N°60 : Le père Pamphile Fanou , (Le livre du colloque de l'IAD 2006. La prière de délivrance et d’exorcisme n°4 Page 153. Page 160. Dont l'exorcisme face aux nouveaux défis de la sorcellerie. Père Pamphile ©Editions Bénédictines.)  exorciste béninois que j’ai contacté sur la recommandation du père E. décrit « page 153 ... la catégorie de sorcier...en liaison avec le démon et qui peut se déplacer invisiblement ou visiblement, jeter des malédictions, rendre les autres malades invisiblement ou leur infliger une mort subite. »
Page 160 : « le pouvoir de vous mettre des objets dans le corps, c'est le chacatou. » Il m’a donné aussi de judicieux conseils que j’ai appliqués.
« Mettre des animaux dans le corps, Jean Pliya en parle aussi  »(Article écrit par Jean PLIYA et publié dans: "La Prière de Délivrance et d'Exorcisme - face aux défis actuels du démon - Actes du colloque de Hochaltingen - 2003 - International Association for Delivrance (I. A. D.)" p.152-183. N° ISBN: 2-84863-010-8 - © Editions Bénédictines) le « chakatou », qui loge dans le corps de la victime des tessons de bouteille, des aiguilles, des hameçons, des dents d'animaux, même des animaux vivants: gecko, lézard, poisson, etc.
Si je mentionne ces différents prêtres exorcistes et laïcs étrangers, c’est pour appuyer les motions charismatiques reçues du Seigneur et mes différentes découvertes dans le cadre de cet apostolat pour lequel l’Esprit Saint m’a appelée, Dieu m’a donné la grâce de prier dans différents services d’exorcisme.
Le démon n’est pas un symbole, rappelons-nous les Saintes Ecritures, il est venu voler, égorger, détruire. Et il s’y emploie avec ses différents sbires, il continue son œuvre de destruction, sans que presque personne ne l’arrête. Et on lui laisse une autoroute pour commettre ses méfaits ! En 2003, l’association internationale des exorcistes savait et les exorcistes avaient été informés que l’on pouvait mettre des animaux dans le corps d’une victime, alors pourquoi en 2013 et les années suivantes, je n’ai pas été crue et qu’on a laissé souffrir toutes les victimes ? Pourquoi ? Dans le livre du colloque de l'IAD 2006 , (Livre du colloque de l'IAD 2006. La prière de délivrance et d’exorcisme n°4. Page 137. Dont le prêtre face à la possession. Père Dagnon. ©Editions Bénédictines.)  le père Gilbert Dagnon intervient : N°5 Qui possède qui ? Pendant les exorcismes, c'est souvent le démon qui parle.

N°61- La croix soufferte par Jésus-Christ, me libère de l’esclavage du démon... Livre de Luisa Piccaretta « La Croix du Ciel » vol.3 2/12 1889.
En septembre 2012, à Lourdes, un prêtre m’appelle, il avait entendu parler de moi par un ami prêtre commun d’un autre diocèse. Il me parle d’une dame d’une cinquantaine d’années très croyante, mais qui est malmenée par le démon. Il me confie ce qu’il a vécu, « elle se jetait sur la table et en ne changeant pas de voix, lui disant « elle m’appartient, elle est à moi », puis tout s’arrêtait et le prêtre priait seul. Devant cette situation, il l’a emmenée avec sa famille voir un prêtre exorciste d’un diocèse voisin, le père N. Ce prêtre a fait le même jour une prière d’exorcisme et une prière de délivrance.
Puis, il me raconta que tout avait recommencé. Quand il a appris que j’avais des charismes, il m’a téléphoné pour que je vienne voir cette personne. Il m’a dit le nom du prêtre exorciste. Comme j’étais passée très souvent derrière ce prêtre exorciste, j’avais dit au Seigneur, « je ferais l’écoute, mais je la renverrai à un autre prêtre exorciste. »
Mais le démon s’est manifesté dès l’écoute. Elle s’est levée, n’a pas changé de voix, s’est approchée de la table ronde, me fixant « « il » m’a dit « elle m’appartient, elle est à moi, toi, je t’aurai », la table devenait une banale séparation ! Le prêtre avait mis sa croix de St Benoît sur la table dès le début de l’entretien et j’avais laissé la mienne dans mon sac.
La fixant toujours et sans rien dire, j’ai pris mon sac et ai sorti ma croix de saint Benoît. Je l’ai mise devant ma poitrine, « il » a reculé, elle a reculé, elle s’est assise et a éclaté en sanglots. Le prêtre a repris sa croix, j’ai fait le vide sur la table, ne voulant pas que mes documents soient éparpillés et nous avons commencé à prier.
Vers midi, j’ai rappelé au prêtre qu’il était attendu. Il a préféré continuer la prière, j’ai repris tout ce qu’elle m’avait dit dans l’écoute et coupé tel que je le fais d’habitude, d’une façon douce et non traumatisante pour la personne, inspirée par le Seigneur, « Père Eternel, au nom de Jésus, je lie l’esprit de … au pied de la Croix, en citant un verset de la Bible, ainsi, nous sommes protégés par le glaive de l’Esprit Saint.
La prière a duré trois heures. Quand nous sommes partis, nous avions réussi avec la grâce de Dieu à la libérer.
Mais nous sommes revenus deux autres fois avec des intercesseurs. Et nous avons fait appel à un prêtre exorciste qui chassait tout ce qui était de son ressort par téléphone. Cela a duré aussi trois heures à chaque fois. Elle était touchée en particulier par la magie d’une religion abrahamique. Celle-ci est très difficile à sortir. Le prêtre du diocèse l’avait reçue, mais, comme beaucoup de prêtres exorcistes, il lui avait dit « vous vivez de la prière et des sacrements, vous n’avez pas besoin d’une prière d’exorcisme ». Le démon sait nous rouler dans la farine !

LE SECRET DE MELANIE
Donné par la très Sainte Vierge sur la montagne de LA SALETTE le 19 septembre 1846
…Maximin recevait alors son secret. Puis, s'adressant à moi, la Très Sainte Vierge me parla et me donna un secret en français. Ce SECRET, le voici tout entier, et tel qu’elle me l'a donné :
"Mélanie, ce que je vais vous dire maintenant ne sera pas toujours secret, vous pourrez le publier en 1858.
"Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, par leur irrévérence et leur impiété à célébrer les saints mystères, par l’amour de l'argent, l'amour de l'honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d'impureté. Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes. Malheur aux prêtres, et aux personnes consacrées à Dieu, lesquelles, par leurs infidélités et leur mauvaise vie, crucifient de nouveau mon Fils ! Les péchés des personnes consacrées à Dieu crient vers le Ciel et appellent la vengeance, et voilà que la vengeance est à leurs portes, car il ne se trouve plus personne pour implorer miséricorde et pardon pour le peuple ; il n'y a plus d’âmes généreuses, il n'y a plus personne digne d'offrir la Victime sans tache à l’Éternel en faveur du monde.
"Dieu va frapper d'une manière sans exemple. Malheur aux habitants de la terre ! Dieu va épuiser Sa colère, et personne ne pourra se soustraire à tant de maux réunis.
"Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la prière et la pénitence, et le démon a obscurci leurs intelligences ; ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr.
"Dieu permettra au vieux serpent de mettre des divisions parmi les régnants, dans toutes les sociétés et dans toutes les familles ; on souffrira des peines physiques et morales ; Dieu abandonnera les hommes à eux-mêmes, et enverra des châtiments qui se succéderont pendant plus de trente-cinq ans.
"La société est à la veille des fléaux les plus terribles et des plus grands événements ; on doit s'attendre à être gouverné par une verge de fer et à boire le calice de la colère de Dieu.
"Que le Vicaire de mon Fils, le Souverain Pontife Pie IX, ne sorte plus de Rome après l'année 1859 ; mais qu’il soit ferme et généreux, qu'il combatte avec les armes de la Foi et de l'amour ; je serai avec lui. Qu’il se méfie de Napoléon : son cœur est double, et quand il voudra être à la fois Pape et empereur, bientôt Dieu se retirera de lui ; il est cet aigle qui, voulant toujours s'élever, tombera sur l'épée dont il voulait se servir pour obliger les peuples à se faire élever.
"L'Italie sera punie de son ambition en voulant secouer le joug du Seigneur des Seigneurs ; aussi elle sera livrée à la guerre ; le sang coulera de tous côtés. Les Églises seront fermées ou profanées ; les prêtres, les religieux seront chassés ; on les fera mourir, et mourir d'une mort cruelle.
"Plusieurs abandonneront la Foi, et le nombre des prêtres et des religieux qui se sépareront de la vraie religion sera grand ; parmi ces personnes il se trouvera même des Évêques. Que le Pape se tienne en garde contre les faiseurs de miracles, car le temps est venu que les prodiges les plus étonnants auront lieu sur la terre et dans les airs.
"En l'année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l'enfer : ils aboliront la Foi peu à peu et même dans les personnes consacrées à Dieu ; ils les aveugleront d'une telle manière, qu'à moins d'une grâce particulière, ces personnes prendront l'esprit de ces mauvais anges ; plusieurs maisons religieuses perdront entièrement la Foi et perdront beaucoup d’âmes.
"Les mauvais livres abonderont sur la terre, et les esprits de ténèbres répandront partout un relâchement universel pour tout ce qui regarde le service de Dieu ; ils auront un très grand pouvoir sur la nature ; il y aura des églises pour ces esprits. Des personnes seront transportées d'un lieu à un autre par ces esprits mauvais, et même des prêtres, parce qu’ils ne se seront pas conduits par le bon esprit de l’Évangile, qui est un esprit d’humilité, de charité et de zèle pour la gloire de Dieu. On fera ressusciter des morts et des justes. Il y aura en tous lieux des prodiges parce que la vraie Foi s'est éteinte et que la fausse lumière éclaire le monde. Malheur aux Princes de l’Eglise qui ne seront occupés qu’à entasser richesses sur richesses, qu’à sauvegarder leur autorité et à dominer avec orgueil !
"Le Vicaire de mon Fils aura beaucoup à souffrir, parce que pour un temps l’Eglise sera livrée à de grandes persécutions : ce sera le temps des ténèbres ; l’Eglise aura une crise affreuse. La sainte Foi de Dieu étant oubliée, chaque individu voudra se guider par lui-même et être supérieur à ses semblables. On abolira les pouvoirs civils et ecclésiastiques, tout ordre et toute justice seront foulés aux pieds ; on ne verra qu'homicide, haine, jalousie, mensonge et discorde, sans amour pour la patrie ni pour la famille.[…]
"Dans l'année 1865, on verra l'abomination dans les lieux saints ; dans les couvents, les fleurs de l’Eglise seront putréfiées et le démon se rendra comme le roi des cœurs. Que ceux qui sont à la tête des communautés se tiennent en garde pour les personnes qu'ils doivent recevoir, parce que le démon usera de toute sa malice pour introduire dans les ordres religieux des personnes adonnées au péché, car les désordres et l'amour des plaisirs charnels seront répandus par toute la terre.
"La France, l'Italie, l’Espagne et l’Angleterre seront en guerre ; le sang coulera dans les rues ; le Français se battra avec le Français, l’Italien avec l’Italien ; ensuite il y aura une guerre générale qui sera épouvantable. Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France ni de l’Italie, parce que l’Évangile de Jésus-Christ n'est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera mutuellement jusque dans les maisons.
[…]"Les justes souffriront beaucoup, leurs prières, leur pénitence et leurs larmes monteront jusqu’au Ciel, et tout le peuple de Dieu demandera pardon et miséricorde, et demandera mon aide et mon intercession.
"Alors Jésus-Christ, par un acte de Sa justice et de Sa grande miséricorde pour les justes, commandera à Ses anges que TOUS Ses ennemis soient mis à mort.
"Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l'antéchrist.
"Les démons de l'air avec l'antéchrist feront de grands prodiges sur la terre et dans les airs, et les hommes se pervertiront de plus en plus. Dieu aura soin de Ses fidèles serviteurs et des hommes de bonne volonté ; l’Évangile sera prêché partout, tous les peuples et toutes les nations auront connaissance de la vérité !...
"L'Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la consternation. Mais voilà Enoch et Elie remplis de l'Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu, et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d'âmes seront consolées ; ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l'antéchrist.
"Malheur aux habitants de la terre ! Il y aura des guerres sanglantes et des famines ; des pestes et des maladies contagieuses ; il y aura des pluies d’une grêle effroyable d'animaux ; des tonnerres qui ébranleront des villes ; des tremblements de terre qui engloutiront des pays ; on entendra des voix dans les airs ; les hommes se battront la tête contre les murailles ; ils appelleront la mort, et, d'un autre côté la mort fera leur supplice ; le sang coulera de tous côtés.
"Qui pourra vaincre, si Dieu ne diminue le temps de l'épreuve ? Par le SANG, les LARMES et les PRIÈRES des justes, Dieu Se laissera fléchir ; […] La Très Sainte Vierge a terminé son discours en français : "Eh bien ! mes enfants, vous le ferez passer à tout MON peuple".
Imprimatur et nihil obstat de Mgr Zola, évêque de Lecce, 15 novembre 1879. LU SUR LE SITE HTTP://VIRGO-MARIA.ORG/DOCUMENTS/LA-SALETTE/SECRETSALETTE.HTM

15 juin, 2020
Mgr Carlo Maria Vigano s'exprime sur le Concile Vatican II (traduction autorisée)
C'est avec plaisir que je publie ci-dessous la version française révisée, modifiée et autorisée par Mgr Carlo Maria Viganò de son Excursus sur Vatican II sur chiesa et postconcilio, à la suite de la publication par LifeSiteNews d'un texte de Mgr Athanasius Schneider , (version française ici) au début du mois sur le thème du Document d'Abu Dhabi et du concile Vatican  II.

N'ayant pas eu moi-même le temps de faire la traduction du texte ci-dessous je signale que c'est la version française publiée par le site benoit-et-moi qui a été utilisée en vue de la révision par Mgr Viganò. Je remercie « benoit-et-moi » par la même occasion.
Voilà que les « discussions doctrinales » sur la liberté religieuse prennent le devant de la scène, là où on ne les attendait peut-être pas… Plus que jamais d'actualité ! – J.S.

J’ai lu avec grand intérêt le texte de S.E. Athanasius Schneider publié dans LifeSiteNews le 1er juin dernier et intitulé There is no divine positive will or natural right to the diversity of religions [la diversité des religions n'est pas le résultat d'un vouloir divin positif ni l'objet d'un droit naturel, NdT]. L’étude de Son Excellence résume, avec la clarté qui distingue les paroles de celui qui parle selon le Christ, les objections sur la prétendue légitimité de l’exercice de la liberté religieuse que le Concile Vatican II a théorisée, contredisant le témoignage de la Sainte Écriture, la voix de la Tradition et le Magistère catholique qui est le fidèle gardien de l’une et de l’autre.

Le mérite de ce texte réside tout d’abord dans le fait d’avoir su saisir le lien de causalité entre les principes énoncés ou sous-entendus par Vatican II et l’effet logique qui en résulte dans les déviations doctrinales, morales, liturgiques et disciplinaires qui sont apparues et se sont progressivement développées jusqu’à ce jour. Le monstrum engendré dans les cercles modernistes pouvait d’abord être trompeur, mais en se développant et en se renforçant, il se montre aujourd’hui pour ce qu’il est vraiment, dans sa nature subversive et rebelle. La créature, alors conçue, est toujours la même et il serait naïf de penser que sa nature perverse puisse changer. Les tentatives visant à corriger les excès du Concile – en invoquant l’herméneutique de la continuité – ont abouti à une faillite : Naturam espellas furca, tamen usque recurret (Épître d’Horace. I,10,24) [Chassez le naturel, il revient au galop]. La Déclaration d’Abou Dhabi et, comme le fait remarquer à juste titre Mgr Schneider, ses prodromes du panthéon d’Assise, « a été conçue dans l’esprit du Concile Vatican II » comme le confirme fièrement Bergoglio.

Cet « esprit du Concile » est le certificat de légitimité que les novateurs opposent aux critiques, sans se rendre compte que c’est précisément en confessant cet héritage, que se confirme non seulement le caractère erroné des déclarations actuelles, mais aussi la matrice hérétique qui les justifierait. À y regarder de plus près, jamais dans la vie de l’Église il n’y a eu un Concile qui ait représenté un événement historique au point de le rendre différent des autres : il n’y a jamais eu « l’esprit du Concile de Nicée », ni « l’esprit du Concile de Ferrare-Florence », et encore moins « l’esprit du Concile de Trente », tout comme il n’y a jamais eu de « post-Concile » après Latran IV ou Vatican I.

La raison en est évidente : ces conciles étaient tous, sans distinction, l’expression de la voix à l’unisson de la Sainte Mère l’Église, et pour cela même de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est significatif que ceux qui soutiennent la nouveauté de Vatican II adhèrent également à la doctrine hérétique qui voit le Dieu de l’Ancien Testament opposé au Dieu du Nouveau, presque comme s’il pouvait y avoir une contradiction entre les Personnes Divines de la Très Sainte Trinité. Il est évident que cette opposition presque gnostique ou kabbalistique sert à légitimer un nouveau sujet délibérément différent et opposé à l’Église catholique. Les erreurs doctrinales trahissent presque toujours aussi une hérésie trinitaire, et c’est donc en revenant à la proclamation du dogme trinitaire que les doctrines qui s’y opposent peuvent être vaincues : ut in confessione veræ sempiternæque deitatis, et in Personis proprietas, et in essentia unitas, et in majestate adoretur æqualitas. Professant la divinité véritable et éternelle, nous adorons le caractère propre des Personnes divines, l’unité dans leur essence, l’égalité dans leur majesté.
Mgr Schneider […]
Et d’une certaine manière, nous pourrions, par le même principe, croire que les paroles du bienheureux Pie IX dans Quanta cura ont été en quelque sorte corrigées précisément par Vatican II, tout comme Son Excellence espère que cela puisse se produire pour Dignitatis humanæ. Parmi les exemples qu’il a donnés, aucun n’est en soi gravement erroné ou hérétique: le fait d’avoir déclaré la traditio instrumentorum nécessaire à la validité de l’Ordre n’a en aucun cas compromis le ministère sacerdotal dans l’Église, l’amenant à conférer des Ordres invalidement. Il ne me semble pas non plus que cet aspect, aussi important soit-il, ait insinué des doctrines erronées chez les fidèles, ce qui n’est arrivé qu’avec le dernier Concile. Et lorsque, au cours de l’histoire, les hérésies se sont répandues, l’Église est toujours intervenue promptement pour les condamner, comme cela s’est produit au moment du Concile de Pistoia en 1786, qui a été en quelque sorte le précurseur de Vatican II, surtout lorsqu’il a aboli la communion en dehors de la Messe, introduit la langue vernaculaire et supprimé les prières au bas de l’autel du Canon de la Messe; mais plus encore lorsqu’il a théorisé les bases de la collégialité épiscopale, en limitant la primauté du Pontife à la seule fonction ministérielle. En relisant les actes de ce Synode, on s’étonne de la formulation minutieuse des erreurs que l’on retrouvera ensuite, voire davantage, dans le Concile présidé par Jean XXIII et Paul VI. D’autre part, de même que la Vérité puise en Dieu, ainsi l’erreur se nourrit chez l’Ennemi, qui déteste l’Église du Christ et son cœur, la Sainte Messe et la Très Sainte Eucharistie. […]

Nous avons, entre autres erreurs, commis aussi celle de considérer nos interlocuteurs comme des personnes qui, malgré la diversité des idées et de la foi, étaient néanmoins animées de bonnes intentions, et qui, au cas où elles réussiraient à s’ouvrir à notre Foi, seraient prêtes à corriger leurs erreurs. Avec de nombreux Pères du Concile, nous avons pensé l’œcuménisme comme un processus, une invitation appelant les dissidents à l’unique Église du Christ ; les idolâtres et les païens au seul vrai Dieu ; le peuple juif au Messie promis. Mais, à partir du moment où il a été théorisé dans les commissions du Concile, il s’est configuré en nette opposition à la doctrine jusqu’alors exprimée dans le Magistère. Nous avons pensé que certains excès n’étaient qu’une exagération de celui qui s’était laissé prendre par l’enthousiasme de la nouveauté ; nous avons sincèrement pensé que le fait de voir Jean-Paul II entouré de marabouts, de bonzes, d’imams, de rabbins, de pasteurs protestants et d’autres hérétiques donnait la preuve de la capacité de l’Église à rassembler les gens pour invoquer la paix auprès de Dieu, alors que l’exemple d’un geste faisant autorité donnait lieu à une suite déviante de panthéons plus ou moins officiels, jusqu’à voir l’idole impure de la Pachamama portée sur leurs épaules par plusieurs évêques, sacrilégement dissimulée sous l’apparence présumée d’une maternité sacrée. Mais si le simulacre d’une divinité infernale a pu entrer à Saint-Pierre, cela fait partie d’un crescendo que la partition avait prévu dès le début. Un grand nombre de catholiques pratiquants, et peut-être même la plupart des clercs eux-mêmes, sont aujourd’hui convaincus que la foi catholique n’est plus nécessaire pour le salut éternel ; on croit que le Dieu Un et Trine révélé à nos pères est le même dieu que celui de Mahomet. Nous l’avons entendu répéter depuis les chaires et les évêchés il y a vingt ans déjà, mais récemment nous l’avons entendu affirmer avec insistance même depuis le Trône le plus élevé. […] c’est l’ouverture aux célébrations inter-ecclésiales, aux prières œcuméniques, à la fin inexorable de la nécessité de l’Église pour le salut, de son unicité, de sa nature missionnaire.

Certains se souviendront peut-être que les premières rencontres œcuméniques ont eu lieu avec les schismatiques d’Orient, et très prudemment avec certaines sectes protestantes. […] Aujourd’hui, nous entendons les sourates du Coran récitées depuis les chaires de nos églises, nous voyons des religieux, frères et sœurs vénérer une idole en bois, nous entendons des évêques confesser ce qui, jusqu’à hier, nous semblait être les excuses les plus plausibles de nombreux extrémismes.

Ce que le monde veut, à l’instigation de la franc-maçonnerie et de ses tentacules infernaux, c’est créer une religion universelle, humanitaire et œcuménique, dans laquelle ce Dieu jaloux que nous adorons est banni. Et si c’est ce que le monde veut, toute démarche dans la même direction de la part de l’Église est un choix malheureux, qui se retournera contre ceux qui croient pouvoir se moquer de Dieu. Les espoirs de la Tour de Babel ne peuvent pas être ramenés à la vie par un plan mondialiste qui vise à effacer l’Église catholique, à la remplacer par une confédération d’idolâtres et d’hérétiques unis par l’environnement et la fraternité humaine. Il ne peut y avoir de fraternité qu’en Christ, et seulement dans le Christ : qui non est mecum, contra me est.

Il est déconcertant que peu de gens soient conscients de cette course vers l’abîme, […] Si la Pachamama a pu être vénérée dans une église, nous le devons à Dignitatis humanae. Si nous avons une liturgie protestante et parfois même paganisée, nous le devons aux actions révolutionnaires de l’évêque Annibale Bugnini et aux réformes post-conciliaires. Si nous avons signé le document d’Abou Dhabi, nous le devons à Nostra Aetate. Si nous en sommes arrivés à déléguer des décisions aux conférences épiscopales – même en violation très grave du Concordat, comme cela s’est produit en Italie – nous le devons à la collégialité, et à sa version actualisée dans la synodalité. Grâce à ce processus synodale nous nous sommes retrouvés avec Amoris Laetitia à devoir chercher un moyen d’éviter ce qui était évident pour tout le monde, à savoir que ce document, préparé par une impressionnante machine organisationnelle, devait légitimer la Communion pour les divorcés et les concubins, tout comme Querida Amazonia devait servir de légitimation pour les femmes prêtres (voir le cas très récent d’une « vicaire épiscopal » à Fribourg) et l’abolition du Saint Célibat. […]

Le Concile a été utilisé pour légitimer, dans le silence de l’Autorité, les déviations doctrinales les plus aberrantes, les innovations liturgiques les plus audacieuses et les abus les plus éhontés.[…] le seul à poser autant de problèmes d’interprétation et à présenter autant de contradictions par rapport au Magistère précédent, alors qu’il n’y en a pas un – du Concile de Jérusalem à Vatican I – qui ne s’harmonise pas parfaitement avec l’ensemble du Magistère et qui nécessite quelques interprétations. Je l’avoue avec sérénité et sans polémique : […]

Dans la « chambre des larmes » adjacente à la Sixtine, alors que l’évêque Guido Marini prépare le rochet, la mozette et l’étole pour la première apparition du pape « nouvellement élu », Bergoglio s’exclama : « Le carnaval est terminé ! », rejetant avec dédain les insignes que tous les papes avaient jusqu’alors humblement acceptés comme distinctives du Vicaire du Christ. […]
Le plus grand affront de son pontificat a été la libéralisation de la vénérable liturgie tridentine, à laquelle la légitimité a finalement été reconnue, niant cinquante ans d’ostracisme illégitime.[…] Elle a progressivement occulté l’institution divine fondée par Notre Seigneur pour la remplacer par une entité fallacieuse, correspondant à la religion universelle souhaitée, dont la Franc-maçonnerie a été le premier théoricien. Des expressions comme nouvel humanisme, fraternité universelle, dignité humaine sont les mots d’ordre d’un humanitarisme philanthropique qui nie le vrai Dieu, d’une solidarité horizontale d’inspiration vague et spiritualiste, et d’un irénisme œcuménique que l’Église condamne sans appel. « Nam et loquela tua manifestum te facit » (Mt 26, 73) : ce recours très fréquent, presque obsessionnel, au même vocabulaire que l’ennemi, trahit l’adhésion à l’idéologie dont il s’inspire; inversement, le renoncement systématique au langage clair, sans équivoque et cristallin propre à l’Église, confirme la volonté de se détacher non seulement de la forme catholique, mais aussi de sa substance.

Ce que nous entendons depuis des années, de façon vague et sans connotations claires, de la plus haute Chaire, nous le trouvons ensuite élaboré dans un véritable manifeste chez les partisans du présent Pontificat : la démocratisation de l’Église par le biais non plus de la collégialité inventée par Vatican II, mais de la voie synodale inaugurée au Synode pour la Famille; la démolition du sacerdoce ministériel par son affaiblissement, avec les exceptions au célibat ecclésiastique et l’introduction de figures féminines aux fonctions quasi-sacerdotales; le passage silencieux de l’œcuménisme visant les frères séparés à une forme de pan-œcuménisme qui abaisse la Vérité du Dieu Un et Trine au niveau des idolâtries et des superstitions les plus infernales; l’acceptation d’un dialogue interreligieux qui présuppose le relativisme religieux et exclut l’annonce missionnaire; la démythisation de la papauté, poursuivie par Bergoglio lui-même en tant que marque du pontificat; la légitimation progressive du politiquement correct: théorie du genre, (gender) sodomie, mariages homosexuels, doctrines malthusiennes, écologisme, immigrationnisme…  Ne pas reconnaître les racines de ces déviations dans les principes fixés par le Concile rend toute guérison impossible : si le diagnostic s’obstine contre l’évidence à exclure la pathologie initiale, il ne peut formuler une thérapie adaptée. […]

La Déclaration d’Abu Dhabi est le manifeste idéologique d’une idée de paix et de coopération entre les religions qui pourrait être tolérée si elle émanait des païens, privés de la lumière de la Foi et du feu de la Charité.[…]
[…]Les premiers mots de ce Symbole aujourd’hui disparu restent gravés en lettres d’or : « Quicumque vult salvus esse, ante omnia opus est ut teneat Catholicam Fidem ; quam nisi quisque integram inviolatamque servaverit, absque dubio in aeternum peribit » [Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la Foi Catholique: s’il ne la garde pas entière et pure, il périra sans aucun doute pour l’éternité].

+ Carlo Maria Viganò, Archevêque                                  © leblogdejeannesmits

Ecrit par Mgr Carlo Maria Vigano, et lu le 9 juin 2021 sur le site « Le Salon Beige »
J’exhorte mes Confrères dans l’épiscopat, prêtres et laïcs, à défendre énergiquement leur droit à la liturgie catholique, solennellement sanctionnée par la bulle Quo primum de saint Pie V ; et à défendre avec elle la Sainte Église et la Papauté,[…] Il doit savoir que l’autorité que le Pontife Romain exerce sur l’Église est celle de Vicaire, et que le pouvoir qu’il détient vient de Notre Seigneur Jésus-Christ, unique Tête du Corps Mystique : abuser de l’autorité apostolique et du pouvoir des Saintes Clés dans un but opposé à celui pour lequel elles ont été instituées par le Seigneur est une offense sans précédent à la Majesté de Dieu, un déshonneur pour l’Église et une faute dont il devra répondre devant Celui dont il est le Vicaire. […]
Il a déjà été douloureux d’imposer par la force aux prêtres et aux fidèles la révolution liturgique, au nom de l’obéissance au Concile, en leur arrachant l’âme même de la vie chrétienne pour la remplacer par un rite que le maçon Bugnini avait copié du Book of Common Prayer de Cranmer. Cet abus, partiellement réparé par Benoît XVI avec le Motu Proprio, ne peut en aucun cas se répéter maintenant, […]

Je rajoute : « Dans l’article “Une réforme liturgique pour la destruction du Saint Sacrifice de la Messe” (Instruction catholique, du 20 avril 2018) on peut lire: «Annibale Bugnini, (enregistré sous le nom en code de la loge maçonnique à laquelle il appartenait: (...) Buan 1365/75) fut sans aucun doute le plus grand prestidigitateur de tous les temps. http://www.chiesaviva.com
Dans ma prière personnelle, à la lumière de mon expérience dans un service de prière de libération depuis plus de treize années et mue par l’Esprit Saint, j’ai entrevu la conséquence de ce rite sur les âmes que j’accompagne dans la prière. Ce que j’ai découvert aussi dans l’exercice des charismes, dès qu’il y a RITE, il y a CONSECRATION , (Renseignements donnés par l’Esprit Saint dans l’exercice des charismes de libération.), cela va de pair. Dans ce sens, Mgr Bugnini a transformé la liturgie catholique en UN RITE MAÇONNIQUE.
Il a ainsi CONSACRÉ L'ÉGLISE CATHOLIQUE À LUCIFER, EN FAISANT SON RITE. Personne ne l’a jamais brisé, ni le rite, ni la consécration luciférienne !
Par cette consécration luciférienne, TOUS LES SACREMENTS DE L’ORDRE DEPUIS CETTE DATE, deviennent INVALIDES. De même que tous les Sacrements reçus par les fidèles depuis le 18 juin 1968.
Inspirée de prier, AU NOM DE JÉSUS, J’AI BRISÉ CE RITE, LA CONSÉCRATION LUCIFÉRIENNE et J’AI ABJURÉ. (Tous doivent abjurer).
« Le livre de la prière commune (en anglais : Book of Common Prayer) est le livre fondamental décrivant l'ensemble des prières […]

Un extrait d’une lettre écrite à mon père spirituel en 2021 : mais ce que Mgr Vigano ne met pas en valeur, (peut-être ne le sait-il pas ?) c'est un rite maçonnique que le maçon Bugnini a fait, donc il a consacré l'Eglise Catholique à Lucifer, en faisant son rite. Dans tout ce que Notre Seigneur m'a donné dans les prières de libérations depuis treize années, dit rite, dit consécration !

Notre Seigneur me demande de vous en faire part. L'Esprit Saint m'a déjà inspiré une prière, j'ai brisé le rituel, la prière commune, la consécration et j'ai abjuré. « Ils n'ont pas apprécié », je fus attaquée quelques heures plus tard ». […]

Je rajoute : Jean Pliya affirme qu’« au moment du Baptême, si des exorcismes ne sont pas faits dans l’intention de briser ce pouvoir, le démon va se manifester régulièrement auprès de la femme ou de l’homme. »
Je démontre dans un livre que plusieurs prêtres exorcistes le confirment.
A la différence du contrat (que la personne établit elle-même), une consécration implique qu’on a fait quelque chose à la personne. Autrement dit, on l’a consacrée à Satan. C’est ce qui arrive aux nouveaux-nés qui sont dédiés à Satan dans des rites sataniques. […] Ceux qui ont été dédiés à Satan peuvent vivre sous tension,  même s’ils vont à l’église et en ignorent la cause. »
Quant aux ordinations ou messes modernes si, depuis Vatican II, il y a un rite maçonnique et une consécration luciférienne, avant que le Prêtre ne soit ordonné et ce rite maçonnique et cette consécration luciférienne n’ont jamais été brisés, les personnes sont toujours liées au démon.
Lire l’article du Père Fropo, exorciste (https://www.hommenouveau.fr/1815/religion/nouveau-rituel-du-bapteme---le-cri-d-alarme-dun-exorciste.htm ).

Quant aux ordinations ou messes modernes, il y a en effet un problème puisque Notre Seigneur m’a interdit depuis le 1er novembre 2020, d’aller à la Messe conciliaire de ma Paroisse.

Mon article étant trop long, je supprime plusieurs explications que vous pourrez trouver dans un livre.
Pourquoi cette consécration luciférienne n’a-t-elle pas été découverte par des Autorités d’Église présentes au Concile ? Je ne le sais pas, par manque de formation peut-être ou ce n’était pas l’heure de Dieu ! Mais, il est vrai, que, sans charismes de libération (supérieur à l’exorcisme rituel) et de discernement direct des esprits, on est bien pauvre pour démêler le machiavélisme du Pape Paul VI et de Mgr Bugnini.
Je me réjouis de cette grande grâce, de cette belle preuve de confiance que m’a donnée en juin 2021 Notre Seigneur qui prouve que je suis bien dans la vérité et dans l'obéissance dans l'exercice des charismes de libération, de guérison, de discernement direct des esprits et autres dons spirituels offerts par Notre Seigneur pour avoir reçu cette information capitale de la consécration luciférienne liée au rite de Mgr Bugnini et qu'aucun prêtre exorciste de France, ni d'ailleurs, n'avait publié. UN GRAND MERCI A JESUS-CHRIST.

Demandons à Notre Dame de la Salette que nous soyons conduits par le bon esprit de l’Évangile, qui est un esprit d’humilité, de charité et de zèle pour la gloire de Dieu.
Récitons chaque jour notre chapelet et pour ceux qui peuvent, le Rosaire.

Jésus nous redit :
« Sans Moi, vous ne pouvez rien faire » Jean 15,5.
De Notre Dame de la Salette : « enfin, j'appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans un mépris du monde et d'eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l'humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l'oraison et dans la mortification, dans la chasteté et dans l'union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde.[…] COMBATTEZ, enfants de lumière, vous, petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins. »
Hildegarde.
Hildegarde
Hildegarde
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 12
Date d'inscription : 07/10/2010

Admin aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum