Le Pape François nie que l'Enfer soit un lieu et affirme qu'il s'agit d'une "attitude à l'égard de l
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le Pape François nie que l'Enfer soit un lieu et affirme qu'il s'agit d'une "attitude à l'égard de l

Aller en bas

Le Pape François nie que l'Enfer soit un lieu et affirme qu'il s'agit d'une "attitude à l'égard de l Empty Le Pape François nie que l'Enfer soit un lieu et affirme qu'il s'agit d'une "attitude à l'égard de l

Message  Admin Sam 18 Mar - 17:52

LE PAPE FRANÇOIS NIE QUE L'ENFER SOIT UN LIEU ET AFFIRME QU'IL S'AGIT D'UNE "ATTITUDE À L'ÉGARD DE LA VIE" !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) - Dans une interview accordée à l'occasion de son dixième anniversaire, le pape François a semblé nier l'existence de l'enfer, affirmant qu'il "n'est pas un lieu" mais qu'il s'agit simplement d'un "état du cœur" et d'une "attitude à l'égard de la vie".

Les commentaires du souverain pontife font partie d'une longue conversation menée par le site d'information argentin Perfil, l'un des nombreux entretiens que le pape a récemment accordés à des journalistes pour marquer sa décennie sur le trône papal. Abordant un certain nombre de sujets dont il a discuté avec d'autres journalistes, François a également parlé de sa pensée philosophique et théologique, ainsi que d'aspects liés à la politique mondiale.

Dans le cadre de cette discussion approfondie, la question suivante a été posée à François : "Quelle est votre propre interprétation de l'enfer et du paradis, de ce qui arrive aux personnes qui vont en enfer et de ce qui arrive à celles qui vont au paradis ?

En donnant une réponse longue, alambiquée et quelque peu évasive, François a semblé nier l'existence de l'enfer en tant que lieu réel. "L'enfer n'est pas un lieu", a-t-il déclaré. "Si l'on assiste au jugement dernier et que l'on voit les visages de ceux qui vont en enfer, on a peur. Si vous lisez Dante, vous avez peur. Mais ce sont des représentations médiatiques.

Développant sa réponse, François a décrit l'enfer simplement comme "un état" - une description qui semble faire référence à un état d'esprit. "L'enfer est un état, il y a des gens qui vivent continuellement en enfer.

Il a précisé qu'il ne faisait pas référence à la souffrance en général, mais à "ceux qui font un monde d'autoréférentialité mauvaise ou malade, et qui finissent par vivre en enfer".

L'enfer est un état, c'est un état du cœur, de l'âme, d'une attitude envers la vie, envers les valeurs, envers la famille, envers tout. Il y a des gens qui vivent en enfer parce qu'ils le cherchent, il y en a d'autres qui ne le cherchent pas, qui souffrent. Et qui va en enfer, dans cet enfer, dans cet état ? Ils vivent déjà d'ici.

Non content de sembler nier l'existence de l'enfer, Francis a laissé entendre qu'il n'y avait personne en enfer - un revirement dans son argumentation qui l'a amené à accepter que l'enfer puisse être réel.

"Si vous me demandez combien il y a de personnes en enfer, je vous réponds par une célèbre sculpture de la cathédrale de Deslé", a-t-il déclaré. En donnant une description de la sculpture, François a noté que la sculpture "montre Judas pendu et le diable le tirant vers le bas, et de l'autre côté ils ont le Bon Pasteur, Jésus qui saisit Judas et l'emmène à la babucha avec un sourire ironique".

"Qu'est-ce que cela signifie ? demanda-t-il. "Que le salut est plus fort que la damnation. Cette capitale est une catéchèse qui doit nous faire réfléchir."

"La miséricorde de Dieu est toujours à nos côtés, et ce que Dieu veut, c'est toujours être avec son peuple, avec ses enfants, et qu'ils ne le quittent pas", a-t-il conclu.

Ses propos font écho à ceux tenus lors d'une interview controversée avec le journaliste athée Eugenio Scalfari, dans laquelle ce dernier affirmait que François niait l'existence de l'enfer et soutenait au contraire que les "âmes perdues" étaient anéanties à la mort du corps terrestre.

Le Vatican a ensuite publié un processus de contrôle des dommages à la suite de la publication de l'interview par Scalfari. À l'époque, le père Thomas Rosica, assistant en langue anglaise du Bureau de presse du Saint-Siège, a déclaré à LifeSiteNews : "Tous les textes officiels et définitifs du Saint-Père se trouvent sur le site Internet du Vatican", et comme ils n'ont jamais été publiés par le Bureau de presse du Saint-Siège, ils "ne devraient pas être considérés comme des textes officiels".

Il s'agit, selon le père Rosica, de "discussions privées qui ont eu lieu et qui n'ont jamais été enregistrées par le journaliste".

L'enseignement catholique sur l'existence de l'enfer

La tentative sincère du pape François de nier l'existence de l'enfer, ou la possibilité que quelqu'un s'y trouve, va à l'encontre de l'enseignement de l'Église catholique sur le sujet.

Les Évangiles présentent les paroles du Christ à ce sujet. Dans la parabole de Lazare et de l'homme riche, le Christ avertit que l'homme riche, cupide et égoïste, qui est mort sans s'être repenti, "est mort lui aussi, et il a été enseveli dans la géhenne". (Luc 16:22)

De même, dans l'Évangile de saint Matthieu, le Christ présente le récit du jour du jugement et de la séparation des justes et des injustes. Ceux qui n'ont pas suivi la loi de Dieu "iront au châtiment éternel", enseigne le Christ. (Mt 25:46)

Dans un autre discours avec ses disciples, le Christ explique la signification de la parabole du semeur, en la comparant aux derniers jours du jugement. "Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui rassembleront hors de son royaume tous les scandales et tous ceux qui commettent l'iniquité. Ils les jetteront dans la fournaise du feu, où il y aura des pleurs et des grincements de dents." (Matt 13:41)

Dans son supplément à la Summae Theologiae, saint Thomas d'Aquin s'appuie sur l'enseignement de l'Écriture pour décrire et défendre clairement l'existence de l'enfer. Le grand théologien parle de l'endroit où les âmes sont portées immédiatement après la mort et écrit : "Et puisqu'un lieu est assigné aux âmes, il n'y a pas de place pour elles :

Et comme les âmes ont une place qui leur est assignée en fonction de leur récompense ou de leur châtiment, dès que l'âme est libérée du corps, elle est plongée dans l'enfer ou s'envole vers le ciel, à moins qu'elle ne soit retenue par quelque dette, pour laquelle son vol doit nécessairement être retardé jusqu'à ce que l'âme soit tout d'abord purifiée.

"Cette vérité est attestée par l'autorité manifeste des Écritures canoniques et par la doctrine des saints Pères, poursuit-il, c'est pourquoi le contraire doit être considéré comme hérétique, ainsi qu'il est dit dans Dial. iv, 25, et dans De Eccl. Dogm. xlvi.

Plus loin dans la même section, saint Thomas réaffirme l'existence physique de l'enfer, en s'appuyant comme toujours sur les Pères de l'Église et l'Écriture sainte. Citant saint Basile, l'Aquinate écrit que :

lors de la purification finale du monde, il y aura une séparation des éléments : tout ce qui est pur et noble restera en haut pour la gloire des bienheureux, et tout ce qui est ignoble et sordide sera jeté en bas pour le châtiment des damnés : ainsi, de même que toute créature sera pour les bienheureux un sujet de joie, de même tous les éléments conduiront à la torture des damnés, selon la Sagesse 5:21, "le monde entier combattra avec lui contre les imprudents".

Il est également conforme à la justice divine que, s'ils se sont éloignés de l'unité par le péché et ont placé leur fin dans les choses matérielles qui sont nombreuses et variées, ils soient tourmentés de plusieurs manières et de plusieurs sources.

Saint Thomas était si convaincu de l'existence de l'enfer qu'il a décrit la manière dont le feu du supplice - dont parlent les Écritures - serait réel. "Cependant, quoi que nous puissions dire du feu qui tourmente les âmes séparées, nous devons admettre que le feu qui tourmentera les corps des damnés après la résurrection est corporel, puisqu'on ne peut convenablement appliquer un châtiment à un corps si ce châtiment n'est pas lui-même corporel".

L'Aquinate cite également l'enseignement du pape saint Grégoire et celui de saint Augustin pour étayer ses propos.

Dans les commentaires fournis à LifeSiteNews, le catéchiste et auteur Deacon Nick Donnelly a souligné l'importance d'enseigner l'existence physique de l'Enfer, puisque cela "soutient la réalité objective de la Justice de Dieu".

"Lorsque notre Seigneur a évoqué les châtiments de l'enfer - le feu éternel et le ver impérissable - il les a décrits en termes très physiques, et non en termes d'états d'esprit psychologiques ou spirituels", a déclaré M. Donnelly.

Les Pères de l'Église ont compris que la description de l'enfer par Jésus était une description littérale d'un lieu physique. Il est essentiel d'enseigner la nature de l'enfer en tant que lieu physique car cela confirme la réalité objective de la justice de Dieu - Dieu détermine la punition des damnés - et la réalité objective de la résurrection du corps - les corps des damnés subissent des punitions réelles.

L'ecclésiastique anglais a critiqué les commentaires de François sur l'enfer comme étant en fin de compte un "exemple de son détrônement du vrai Dieu pour un autre qu'il a lui-même créé".

La caricature de l'enfer comme étant un état psychologique est un autre exemple d'un humanisme idolâtre qui réduit tout à ce monde, comme si l'expérience de l'homme était la mesure de Dieu, plutôt que le dessein et le plan éternels de Dieu comme étant la mesure de la destinée de l'homme. Le rejet désinvolte par le pape François de la description par notre Seigneur de la matérialité de l'enfer est un autre exemple de son détrônement du vrai Dieu au profit d'un autre qu'il a lui-même créé.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67553
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

nadine aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum