Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Page 11 sur 19 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 15 ... 19  Suivant

Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Ven 1 Déc - 20:55

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XVIII

DES AMOURETTES


Saint Grégoire Nazianzène, écrivant contre les femmes vaines, dit merveilles sur ce sujet; en voici une petite pièce qu'il adresse voirement aux femmes, mais bonne encore pour les hommes : « Ta naturelle beauté suffit pour ton mari ; que si elle est pour plusieurs hommes, comme un filet tendu pour une troupe d'oiseaux, qu'en arrivera-t-il ?

Celui-là te plaira qui se plaira en ta beauté, tu rendras oeillade pour oeillade, regard pour regard ; soudain suivront les souris et petits mots d'amour, lâchés à la dérobée pour le commencement, mais bientôt on s'apprivoisera et passera-t-on à la cajolerie manifeste.

Garde bien, o ma langue parleuse, de dire ce qui arrivera par après; si dirai-je néanmoins, encore cette vérité-: rien de tout ce que les jeunes gens et les femmes disent ou font ensemble en ces folles complaisances n'est exempt de grands aiguillons. Tous les fatras d'amourettes se tiennent l'un à lautre et s'entresuivent tous, ni plus ni moins qu'un fer tiré par l'aimant en tire plusieurs autres consécutivement. »

Oh! qu'il dit bien, ce grand évêque: Que pensez-vous faire? Donner de l'amour, non pas? Mais personne n'en donne volontairement qui n'en prenne nécessairement; qui prend est pris en ce jeu. L'herbe aproxis reçoit et conçoit le feu aussitôt quelle le voit: nos coeurs en sont de même ; soudain qu'ils voient une âme enflammée d'amour pour eux, ils sont incontinent embrasés pour elle.

J'en veux bien prendre, me dira quelqu'un, mais non pas fort avant. Hélas! vous vous trompez, ce feu d'amour est plus actif et pénétrant quil ne vous semble; vous cuiderez n'en recevoir qu'une étincelle, et vous serez tout étonné de voir qu'en un moment il aura saisi tout votre coeur, réduit en cendres toutes vos résolutions et en fumée votre réputation.

Le Sage s'écrie: « Qui aura compassion d'un enchanteur piqué par le serpent? » Et je m'écrie après lui : « O fols et insensés, cuidez-vous charmer l'amour pour le pouvoir manier à votre gré? Vous voulez jouer avec lui, il vous piquera et mordra mauvaisement ; et savez-vous ce qu'on en dira ?

chacun se moquera de vous et on rira de quoi vous avez voulu enchanter l'amour, et que sur une fausse assurance vous avez voulu mettre dedans votre sein une dangereuse couleuvre, qui vous a gâté et perdu dâme et d'honneur.

O Dieu, quel aveuglement est celui-ci, de jouer ainsi à crédit, sur des gages si frivoles, la principale pièce de notre âme! Oui, Philothée, car Dieu ne veut l'homme que pour l'âme, ni l'âme que pour la volonté, ni la volonté que pour l'amour.

Hélas! nous n'avons pas d'amour à beaucoup près de ce que nous avons besoin; je veux dire, il s'en faut infiniment que nous en ayons assez pour aimer Dieu, et cependant, misérables que nous sommes, nous le prodiguons et épanchons en choses sottes et vaines et frivoles, comme si nous en avions de reste.

Ah! ce grand Dieu qui s'était réservé le seul amour de nos âmes, en reconnaissance de leur création, conservation et rédemption, exigera un compte bien étroit de ces folles déduites que nous en faisons; que s'il doit faire un examen si exact des paroles oiseuses, qu'est-ce qu'il fera des amitiés oiseuses, impertinentes, folies et pernicieuses?

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Sam 2 Déc - 21:18

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XVIII
DES AMOURETTES


Le noyer nuit grandement aux vignes et aux champs esquels il est planté, parce qu'étant si grand, il attire tout le suc de la terre, qui ne peut par après suffire à nourrir le reste des plantes; ses feuillages sont si touffus qu'ils font un ombrage grand et épais, et enfin il attire les passants à soi, qui, pour abattre son fruit, gâtent et foulent tout autour.

Ces amourettes font les mêmes nuisances à l'âme, car elles l'occupent tellement et tirent si puissamment ses mouvements qu'elle ne peut pas après suffire à aucune bonne oeuvre; les feuilles, c'est-à-dire les entretiens, amusements et muguetteries sont si fréquentes, qu'elles dissipent tout le loisir; et enfin elles attirent tant de tentations, distractions, soupçons et autres conséquences, que tout le coeur en est foulé et gâté. Bref, ces amourettes bannissent non seulement l'amour céleste, mais encore la crainte de Dieu, énervent l'esprit, affaiblissent la réputation : c'est, en un mot, le jouet des cours, mais la peste des coeurs.

CHAPITRE XIX
DES VRAIES AMITIÉS


O Philothée, aimez un chacun d'un grand amour charitable, mais n'ayez point d'amitié qu'avec ceux qui peuvent communiquer avec vous de choses vertueuses; et plus les vertus que vous mettrez en votre commerce seront exquises, plus votre amitié sera parfaite. Si vous communiquez ès sciences, votre amitié est certes fort louable; plus encore si vous communiquez aux vertus, en la prudence, discrétion, force et justice.

Mais si votre mutuelle et réciproque communication se fait de la charité, de la dévotion, de la perfection chrétienne, o Dieu! que votre amitié sera précieuse!

Elle sera excellente parce qu'elle vient de Dieu, excellente parce qu'elle tend à Dieu, excellente parce que son lien c'est Dieu, excellente par ce qu'elle durera éternellement en Dieu. Oh! qu'il fait bon aimer en terre comme l'on aime au ciel, et apprendre à s'entre-chérir en ce monde comme nous ferons éternellement en l'autre!

Je ne parle pas ici de l'amour simple de charité, car il doit être porté à tous les hommes; mais je parle de l'amitié spirituelle, par laquelle deux ou trois ou plusieurs âmes se communiquent leur dévotion, leurs affections spirituelles, et se rendent un seul esprit entre elles.

Qu'à bon droit peuvent chanter telles heureuses âmes : « Oh! que voici combien il est bon et agréable que les frères habitent ensemble! » Oui, car le baume délicieux de la dévotion distille de l'un des coeurs en l'autre par une continuelle participation, si qu'on peut dire que Dieu a répandu sur cette amitié sa bénédiction et la vie jusques aux siècles des siècles.

Il m'est avis que toutes les autres amitiés ne sont que des ombres au prix de celle-ci, et que leurs liens ne sont que des chaînes de verre ou de jayet, en comparaison de ce grand lien de la sainte dévotion qui est tout d'or.

Ne faites point d'amitié d'autre sorte, je veux dire des amitiés que vous faites: car il ne faut pas ni quitter ni mépriser pour cela les amitiés que la nature et les précédents devoirs vous obligent de cultiver, des parents, des alliés, des bienfaiteurs, des voisins et autres; je parle de celles que vous choisissez vous-même.

Plusieurs vous diront peut-être qu'il ne faut avoir aucune sorte de particulière affection et amitié, d'autant que cela occupe le coeur, distrait l'esprit, engendre les envies : mais ils se trompent en leurs conseils ; car ils ont vu ès écrits de plusieurs saints et dévots auteurs que les amitiés particulières et affections extraordinaires nuisent infiniment aux religieux; ils cuident que c'en soit de même du reste du monde, mais il y a bien à dire.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Dim 3 Déc - 20:48

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XIX

DES VRAIES AMITIÉS


Car attendu qu'en un monastère bien réglé le dessein commun de tous rend à la vraie dévotion, il n'est pas requis d'y faire ces particulières communications, de peur que cherchant en particulier ce qui est commun, on ne passe des particularités aux partialités; mais quant à ceux qui sont entre les mondains et qui embrassent la vraie vertu, il leur est nécessaire de s'allier les uns aux autres par une sainte et sacrée amitié; car par le moyen dicelle ils s'animent, ils s'aident, ils s'entreportent au bien.

Et comme ceux qui cheminent en la plaine n'ont pas besoin de se prêter la main, mais ceux qui sont ès chemins scabreux et glissants s'entretiennent l'un l'autre pour cheminer plus sûrement, ainsi ceux qui sont ès religions n'ont pas besoin des amitiés particulières, mais ceux qui sont au monde en ont nécessité pour s'assurer et secourir les uns les autres, parmi tant de mauvais passages quil leur faut franchir.

Au monde, tous ne conspirent pas à même fin, tous n'ont pas le même esprit , il faut donc sans doute se tirer à part et faire des amitiés selon notre prétention ; et cette particularité fait voirement une partialité, mais une partialité sainte, qui ne fait aucune division, sinon celle du bien et du mal, des brebis et des chèvres, des abeilles et des frelons, séparation nécessaire.

Certes, on ne saurait nier que Notre Seigneur n'aimât d'une plus douce et, plus spéciale amitié saint Jean, le Lazare, Marthe, Madeleine, car l'Ecriture le témoigne.

On sait que saint Pierre chérissait tendrement saint Marc et sainte Pétronille, comme saint Paul faisait son Timothée et sainte Thècle.

Saint Grégoire Nazianzène se vante cent fois de lamitié nonpareille qu'il eut avec le grand saint Basile, et la décrit en cette sorte : «

Il semblait qu'en l'un et l'autre de nous, il n'y eût qu'une seule âme portant deux corps. Que s'il ne faut pas croire ceux qui disent que toutes choses sont en toutes choses, si nous faut-il pourtant ajouter foi que nous étions tous deux en l'un de nous, et l'un en l'autre; une seule prétention avions-nous tous deux, de cultiver la vertu et accommoder les desseins de notre vie aux espérances futures, sortant ainsi hors de la terre mortelle avant que dy mourir. »

Saint Augustin témoigne que saint Ambroise aimait uniquement sainte Monique pour les rares vertus qu'il voyait en elle, et qu'elle réciproquement le chérissait comme un ange de Dieu.

Mais j'ai tort de vous amuser en chose si claire. Saint Jérôme, saint Augustin, saint Grégoire, saint Bernard et tous les plus grands serviteurs de Dieu ont eu de très particulières amitiés, sans intérêt de leur perfection.

Saint Paul reprochant le détraquement des Gentils, les accuse davoir été gens sans affection, cest-à-dire qui n'avaient aucune amitié.

Et saint Thomas, comme tous les bons philosophes, confesse que l'amitié est une vertu: or, il parle de l'amitié particulière, puisque, comme il dit, la parfaite amitié ne peut s'étendre à beaucoup de personnes.

La perfection donc ne consiste pas à n'avoir point damitié, mais à n'en avoir que de bonne, de sainte et sacrée.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Lun 4 Déc - 21:57

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XX

DE LA DIFFÉRENCE DES VRAIES ET DES VAINES AMITIÉS


Voici donc le grand avertissement, ma Philothée. Le miel d'Héraclée, qui est si vénéneux, ressemble à l'autre qui est si salutaire: il y a grand danger de prendre l'un pour l'autre ou de les prendre mêlés, car la bonté de l'un n'empêcherait pas la nuisance de l'autre.

Il faut être sur sa garde pour n'être point trompé en ces amitiés, notamment quand elles se contractent entre personnes de divers sexe, sous quel prétexte que ce soit, car bien souvent Satan donne le change à ceux qui aiment.

On commence par l'amour vertueux, mais si on n'est fort sage l'amour frivole se mêlera, puis l'amour sensuel, puis l'amour charnel ; oui même il y a danger en l'amour spirituel si on n'est fort sur sa garde, bien qu'en celui-ci il soit plus difficile de prendre le change, parce que sa pureté et blancheur rendent plus connaissables les souillures que Satan y veut mêler c'est pourquoi quand il l'entreprend il fait cela plus finement, et essaie de glisser les impuretés presque insensiblement.

Vous connaîtrez l'amitié mondaine d'avec la sainte et vertueuse, comme l'on connaît le miel d'Héraclée d'avec l'autre : le miel dHéraclée est plus doux à la langue que le miel ordinaire, à raison de l'aconit qui lui donne un surcroît de douceur, et l'amitié mondaine produit ordinairement un grand amas de paroles emmiellées, une cajolerie de petits mots passionnés et de louanges tirées de la beauté, de la grâce et des qualités sensuelles.

Mais l'amitié sacrée a un langage simple et franc, ne peut louer que la vertu et grâce de Dieu, unique fondement sur lequel elle subsiste.

Le miel d'Héraclée étant avalé excite un tournoiement de tête, et la fausse amitié provoque un tournoiement d'esprit qui fait chanceler la personne en la chasteté et dévotion, la portant à des regards affectés, mignards et immodérés, à des caresses sensuelles, à des soupirs désordonnés, à des petites plaintes de n'être pas aimée, à des petites, mais recherchées, mais attrayantes contenances, galanterie, poursuite des baisers, et autres privautés et faveurs inciviles, présages certains et indubitables d'une prochaine ruine de l'honnêteté.

Mais l'amitié sainte n'a des yeux que simples et pudiques, ni des caresses que pures et franches, ni des soupirs que pour le ciel, ni des privautés que pour l'esprit, ni des plaintes sinon quand Dieu n'est pas aimé, marques infaillibles de l'honnêteté.

Le miel d'Héraclée trouble la vue, et cette amitié mondaine trouble le jugement, en sorte que ceux qui en sont atteints pensent bien faire en mal faisant, et cuident que leurs excuses, prétextes et paroles soient des vraies raisons.

Ils craignent la lumière et aiment les ténèbres, mais l'amitié sainte a les yeux clairvoyants et ne se cache point, ains paraît volontiers devant les gens de bien.

Enfin, le miel d'Héraclée donne une grande amertume en la bouche: ains les fausses amitiés se convertissent et terminent en paroles et demandes charnelles et puantes, ou, en cas de refus, à des injures, calomnies, impostures, tristesses, confusions et jalousies qui aboutisssent bien souvent en abrutissement et forcènerie.

Mais la chaste amitié est toujours également honnête, civile et amiable, et jamais ne se convertit qu'en une plus parfaite et pure union d'esprits, image vive de l'amitié bienheureuse que l'on exerce au ciel.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Mar 5 Déc - 22:51

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XX

DE LA DIFFÉRENCE DES VRAIES ET DES VAINES AMITIÉS


Saint Grégoire Nazianzène dit que le paon, faisant son cri lorsqu'il fait sa roue et pavonnade, excite grandement les femelles qui l'écoutent à la lubricité: quand on voit un homme pavoner, se parer et venir comme cela cajoler, chuchoter et barguigner aux oreilles du'ne femme ou d'une fille, sans prétention d'un juste mariage, ah! sans doute, ce n'est que pour la provoquer à quelque impudicité;

et la femme d'honneur bouchera ses oreilles pour ne pas ouïr le cri de ce paon et la voix de lenchanteur qui la veut enchanter finement: que si elle écoute, o Dieu! quel mauvais augure de la future perte de son coeur!

Les jeunes gens qui font des contenances, grimaces et caresses, ou disent des paroles esquelles ils ne voudraient pas être surpris par leurs pères, mères, maris, femmes ou confesseurs, témoignent en cela qu'ils traitent d'autre chose que de l'honneur et de la conscience.

Notre Dame se trouble voyant un ange en forme humaine, parce qu'elle était seule et qu'il lui donnait des extrêmes, quoique célestes louanges:

o Sauveur du monde, la pureté craint un ange en forme humaine, et pourquoi donc l'impureté ne craindra-t-elle un homme, encore qu'il fût en figure d'ange, quand il la loue des louanges sensuelles et humaines?

CHAPITRE XXI

AVIS ET REMÈDES CONTRE LES MAUVAISES AMITIÉS


Mais quels remèdes contre cette engeance et fourmilière de folles amours, folâtreries, impuretés ? Soudain que vous en aurez les premiers ressentiments, tournez-vous court de l'autre côté, et, avec une détestation absolue de cette vanité, courez à la croix du Sauveur et prenez sa couronne d'épines pour en environner votre coeur, afin que ces petits renardeaux nen approchent.

Gardez bien de venir à aucune sorte de composition avec cet ennemi; ne dites pas: « Je l'écouterai, mais je ne ferai rien de ce qu'il me dira; je lui prêterai l'oreille, mais je lui refuserai le coeur. »

O ma Philothée, pour Dieu, soyez rigoureuse en telles occasions: le coeur et les oreilles s'entretiennent l'un à l'autre, et comme il est impossible d'empêcher un torrent qui a pris sa descente par le pendant d'une montagne, aussi est-il difficile d'empêcher que l'amour qui est tombé en l'oreille ne fasse soudain sa chute dans le coeur.

Les chèvres, selon Alcméon, halènent par les oreilles et non par les naseaux : il est vrai qu'Aristote le nie; or, ne sais-je ce que c'en est; mais je sais bien pourtant que notre coeur halène par loreille, et que comme il aspire et exhale ses pensées par la langue, il respire aussi par l'oreille, par laquelle il reçoit les pensées des autres.

Gardons donc soigneusement nos oreilles de l'air des folles paroles, car autrement soudain notre coeur en serait empesté. N'écoutez nulle sorte de propositions, sous quelque prétexte que ce soit: en ce seul cas, il n'y a point de danger d'être incivile et agreste.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Mer 6 Déc - 23:06

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XXI

AVIS ET REMÈDES CONTRE LES MAUVAISES AMITIÉS


Ressouvenez-vous que vous avez voué votre coeur à Dieu, et que votre amour lui étant sacrifié, ce serait donc sacrilège de lui en ôter un seul brin; sacrifiez-le-lui plutôt derechef par mille résolutions et protestations, et vous tenant entre icelles comme un cerf dans son fort, réclamez Dieu; il vous secourra et son amour prendra le vôtre en sa protection, afin quil vive uniquement pour lui.

Que si vous êtes déjà prise dans les filets de ces folles amours, o Dieu! quelle difficulté de vous en déprendre! Mettez-vous devant sa divine Majesté; connaissez en sa présence la grandeur de votre misère, votre faiblesse et vanité; puis, avec le plus grand effort de coeur quil vous sera possible, détestez ces amours commencées.

Abjurez la vaine profession que vous en avez faite; renoncez à toutes les promesses reçues, et d'une grande et très absolue volonté, arrêtez en votre coeur et vous résolvez de ne jamais plus rentrer en ces jeux et entretiens d'amour.

Si vous vous pouvez éloigner de l'objet, je l'approuverais infiniment, car comme ceux qui ont été mordus des serpents ne peuvent pas aisément guérir en la présence de ceux qui ont été autrefois blessés de la même morsure, aussi la personne qui est piquée d'amour guérira difficilement de cette passion, tandis quelle sera proche de l'autre qui aura été atteinte de la même piqûre.

Le changement de lieu sert extrêmement pour apaiser les ardeurs et inquiétudes, soit de la douleur, soit de l'amour. Le garçon duquel parle saint Ambroise au livre second de la Pénitence, ayant fait un long voyage, revint entièrement délivré des folles amours qu'il avait exercées, et tellement changé que la sotte amoureuse, le rencontrant et lui disant :

« Ne me connais-tu pas ? je suis bien moi-même. » « Oui da, répondit-il; mais moi, je ne suis pas moi-même » : l'absence lui avait apporté cette heureuse mutation. Et saint Augustin témoigne que pour alléger la douleur qu'il eut en la mort de son ami, il s'ôta de Tagaste, où icelui était mort, et s'en alla à Carthage.

Mais qui ne peut s'éloigner, que doit-il faire ? Il faut absolument retrancher toute conversation particulière, tout entretien secret, toute douceur des yeux, tout souris, et généralement toutes sortes de communications et amorces qui peuvent nourrir ce feu puant et fumeux; ou pour le plus, s'il est forcé de parler au complice, que ce soit pour déclarer, par une hardie, courte et sévère protestation, le divorce éternel que l'on a juré.

Je crie tout haut à quiconque est tombé dans ces pièges d'amourettes:

« Taillez, tranchez, rompez »; il ne faut pas s'amuser à découdre ces folles amitiés, il les faut déchirer; il n'en faut pas dénouer les liaisons, il les faut rompre ou couper; aussi bien les cordons et les liens n'en valent rien. Il ne faut point ménager pour un amour qui est si contraire à l'amour de Dieu.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Jeu 7 Déc - 23:04

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XXI
AVIS ET REMÈDES CONTRE LES MAUVAISES AMITIÉS


Mais après que j'aurai ainsi rompu les chaînes de cet infâme esclavage, encore m'en restera-t-il quelque ressentiment, et les marques et traces des fers en demeureront encore imprimées en mes pieds, c'est-à-dire en mes affections? Non feront, Philothée, si vous avez conçu autant de détestation de votre mal comme il mérite; car si cela est, vous ne serez plus agitée d'aucun mouvement que de celui d'une extrême horreur de cet infâme amour et de tout ce qui en dépend, et demeurerez quitte de toute autre affection envers lobjet abandonné, que de celle d'une très pure charité pour Dieu.

Mais si, pour l'imperfection de votre repentir, il vous reste encore quelques mauvaises inclinations, procurez pour votre âme une solitude mentale, selon ce que je vous ai enseigné ci-devant et retirez-vous-y le plus que vous pourrez; et par mille réitérés élancements d'esprit, renoncez à toutes vos inclinations; reniez-les de toutes vos forces; lisez plus que l'ordinaire des saints livres; confessez-vous plus souvent que de coutume, et vous communiez ; conférez humblement et naïvement de toutes les suggestions et tentations qui vous arriveront pour ce regard avec votre directeur, si vous pouvez, ou au moins avec quelque âme fidèle et prudente; et ne doutez point que Dieu ne vous affranchisse de toutes passions, pourvu que vous continuiez fidèlement en ces exercices.

« Ah ! ce me direz-vous, mais ne sera-ce point une ingratitude, de rompre si impiteusement une amitié? Oh! que bienheureuse est l'ingratitude qui nous rend agréables à Dieu! Non, de par Dieu, Philothée, ce ne sera pas ingratitude, ains un grand bénéfice que vous ferez à l'amant, car en rompant vos liens, vous romprez les siens, puisqu'ils vous étaient communs, et bien que pour l'heure il ne s'aperçoive pas de son bonheur, il le reconnaîtra bientôt après, et avec vous chantera pour action de grâce : «O Seigneur, vous avez rompu mes liens, je vous sacrifierai l'hostie de louange et invoquerai votre saint Nom. »

CHAPITRE XXII
QUELQUES AUTRES AVIS SUR LE SUJET DES AMITIÉS


L'amitié requiert une grande communication entre les amants, autrement elle ne peut ni naître ni subsister. C'est pourquoi il arrive souvent qu'avec la communication de l'amitié, plusieurs autres communications passent et se glissent insensiblement de coeur en coeur, par une mutuelle infusion et réciproque écoulement d'affections, d'inclinations et d'impressions.

Mais surtout, cela arrive quand nous estimons grandement celui que nous aimons; car alors nous ouvrons tellement le coeur à son amitié, qu'avec icelle ses inclinations et impressions entrent aisément tout entières, soit qu'elles soient bonnes ou qu'elles soient mauvaises.

Certes, les abeilles qui amassent le miel d'Héraclée ne cherchent que le miel, mais avec le miel, elles sucent insensiblement les qualités vénéneuses de l'aconit sur lequel elles font leur cueillette. Or donc, Philothée, il faut bien pratiquer en ce sujet la parole que le Sauveur de nos âmes voulait dire, ainsi que les Anciens nous ont appris:

« Soyez bons changeurs et monnayeurs »c'est-à-dire, ne recevez pas la fausse monnaie avec la bonne, ni le bas or avec le fin or; séparez le précieux d'avec le chétif ; oui, car il n'y a presque celui qui nait quelque imperfection.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde

ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Sam 9 Déc - 8:57

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XXII

QUELQUES AUTRES AVIS SUR LE SUJET DES AMITIÉS


Et quelle raison y a-t-il de recevoir pêle-mêle les tares et imperfections de l'ami avec son amitié ? Il le faut certes aimer nonobstant son imperfection, mais il ne faut ni aimer, ni recevoir son imperfection ; car l'amitié requiert la communication du bien et non pas du mal.

Comme donc ceux qui tirent le gravier du Tage, en séparent lor qu'ils y trouvent pour l'emporter, et laissent le sable sur le rivage, de même ceux qui ont la communication de quelque bonne amitié doivent en séparer le sable des imperfections, et ne le point laisser entrer en leur âme.

Certes, saint Grégoire Nazianzène témoigne que plusieurs, aimant et admirant saint Basile, s'étaient laissé porter à limiter, même en ses imperfections extérieures, « en son parler lentement et avec un esprit abstrait et pensif, en la forme de sa barbe et en sa démarche. »

Et nous voyons des maris, des femmes, des enfants, des amis qui ayant en grande estime leurs amis, leurs pères, leurs maris et leurs femmes acquièrent ou par condescendance ou par imitation, mille mauvaises petites humeurs au commerce de l'amitié qu'ils ont ensemble.

Or, cela ne se doit aucunement faire, car chacun a bien assez de ses mauvaises inclinations sans se surcharger de celles des autres; et non seulement l'amitié ne requiert pas cela, mais au contraire, elle nous oblige à nous entraider pour nous affranchir réciproquement de toutes sortes d'imperfections.

Il faut sans doute supporter doucement l'ami en ses imperfections, mais non pas le porter en icelles, et beaucoup moins les transporter en nous.

Mais je ne parle que des imperfections ; car quant aux péchés il ne faut ni les porter ni les supporter en l'ami. C'est une amitié ou faible ou méchante de voir périr l'ami et ne le point secourir, de le voir mourir d'un apostème et n'oser lui donner le coup du rasoir de la correction pour le sauver.

La vraie et vivante amitié ne peut durer entre les péchés. On dit que la salamandre éteint le feu dans lequel elle se couche; et le péché ruine l'amitié en laquelle il se loge: si c'est un péché passager, l'amitié lui donne soudain la fuite par la correction; mais s'il séjourne et arrête, tout aussitôt l'amitié périt, car elle ne peut subsister que sur la vraie vertu; combien moins donc doit-on pécher pour l'amitié?

L'ami est ennemi quand il nous veut conduire au péché, et mérite de perdre l'amitié quand il veut perdre et damner l'ami; ains c'est l'une des plus assurées marques d'une fausse amitié que de la voir pratiquée envers une personne vicieuse, de quelle sorte de péché que ce soit.

Si celui que nous aimons est vicieux, sans doute notre amitié est vicieuse; car puisqu'elle ne peut regarder la vraie vertu, il est force qu'elle considère quelque vertu folâtre et quelque qualité sensuelle.

La société faite pour le profit temporel entre les marchands n'a que l'image de la vraie amitié; car elle se fait non pour l'amour des personnes mais pour l'amour du gain.

Enfin, ces deux divines paroles sont deux grandes colonnes pour bien assurer la vie chrétienne. L'une est du Sage: « Qui craint Dieu aura pareillement une bonne amitié »; l'autre est de saint Jacques: « L'amitié de ce monde est ennemie de Dieu. »

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Dim 10 Déc - 4:42

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XXIII

DES EXERCICES DE LA MORTIFICATION EXTÉRIEURE


Ceux qui traitent des choses rustiques et champêtres assurent que si on écrit quelque mot sur une amande bien entière et qu'on la remette dans son noyau, le pliant et serrant bien proprement et le plantant ainsi, tout le fruit de l'arbre qui en viendra se trouvera écrit et gravé du même mot.

Pour moi, Philothée, je nai jamais pu approuver la méthode de ceux qui pour réformer lhomme commencent par lextérieur, par les contenances, par les habits, par les cheveux.

Il me semble, au contraire, quil faut commencer par l'intérieur: «Convertissez-vous à moi, dit Dieu, de tout votre coeur »; «Mon enfant, donne-moi ton coeur»; car aussi, le coeur étant la source des actions, elles sont telles qu'il est. L'Epoux divin invitant lâme:

«Mets-moi, dit-il, comme un cachet sur ton coeur, comme un cachet sur ton bras. » Oui vraiment, car quiconque a Jésus-Christ en son coeur, il l'a bientôt après en toutes ses actions extérieures.

C'est pourquoi, chère Philothée, j'ai voulu avant toutes choses graver et inscrire sur votre coeur ce mot saint et sacré:

Vive Jésus! assuré que je suis qu'après cela, votre vie, laquelle vient de votre coeur comme un amandier de son noyau, produira toutes ses actions qui sont ses fruits, écrites et gravées du même mot de salut, et que comme ce doux Jésus vivra dedans votre coeur, il vivra aussi en tous vos déportements, et paraîtra en vos yeux, en votre bouche, en vos mains, voire même en vos cheveux; et pourrez saintement dire, à l'imitation de saint Paul :

«Je vis, mais non plus moi, ains Jésus-Christ vit en moi ». Bref, qui a gagné le coeur de l'homme a gagné tout l'homme.

Mais ce coeur même par lequel nous voulons commencer, requiert quon l'instruise comme il doit former son train et maintien extérieur, afin que non seulement on y voie la sainte dévotion, mais aussi une grande sagesse et discrétion. Pour cela je vous vais brièvement donner plusieurs avis.

Si vous pouvez supporter le jeûne, vous ferez bien de jeûner quelques jours, outre les jeûnes que l'Eglise nous commande; car outre l'effet ordinaire du jeûne, d'élever l'esprit, réprimer la chair, pratiquer la vertu et acquérir plus grande récompense au ciel, c'est un grand bien de se maintenir en la possession de gourmander la gourmandise même, et tenir l'appétit sensuel et le corps sujet à la loi de l'esprit; et bien qu'on ne jeûne pas beaucoup, l'ennemi néanmoins nous craint davantage quand il connaît que nous savons jeûner.

Les mercredi, vendredi et samedi sont les jours auxquels les anciens chrétiens sexerçaient le plus à labstinence prenez-en donc de ceux-là pour jeûner, autant que votre dévotion et la discrétion de votre directeur vous le conseilleront.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 Empty Re: Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Message  ami de la Miséricorde Dim 10 Déc - 21:41

Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales - Page 11 5cf7c0ed0af9da14ed4da5c5a24bff2b

CHAPITRE XXIII

DES EXERCICES DE LA MORTIFICATION EXTÉRIEURE


Ce dirais volontiers comme saint Jérôme dit à la bonne dame Léta: « Les jeûnes longs et immodérés me déplaisent bien fort, surtout en ceux qui sont en âge encore tendre. J'ai appris par expérience que le petit ânon, étant las en chemin, cherche de s'écarter » ; c'est-à-dire, les jeunes gens portés à des infirmités par l'excès des jeûnes, se convertissent aisément aux délicatesses.

Les cerfs courent mal en deux temps: quand ils sont trop chargés de venaison et quand ils sont trop maigres. Nous sommes grandement exposés aux tentations, quand notre corps est trop nourri et quand il est trop abattu; car l'un le rend insolent en son aise et l'autre le rend désespéré en son mésaise; et comme nous ne le pouvons porter quand il est trop gras, aussi ne nous peut-il porter quand il est trop maigre.

Le défaut de cette modération ès jeûnes, disciplines, haires et âpretés rend inutiles au service de la charité les meilleures années de plusieurs, comme il fit même à saint Bernard qui se repentit d'avoir usé de trop d'austérité ; et d'autant qu'ils lont maltraité au commencement, ils sont contraints de le flatter à la fin.

N'eussent-ils pas mieux fait de lui faire un traitement égal, et proportionné aux offices et travaux auxquels leurs conditions les obligeaient?

Le jeûne et le travail matent et abattent la chair. Si le travail que vous ferez vous est nécessaire, ou fort utile à la gloire de Dieu, j'aime mieux que vous souffriez la peine du travail que celle du jeûne: c'est le sentiment de l'Eglise, laquelle, pour les travaux utiles au service de Dieu et du prochain, décharge ceux qui les font du jeûne même commandé.

L'un a de la peine à jeûner, l'autre en a à servir les malades, visiter les prisonniers, confesser, prêcher, assister les désolés, prier et semblables exercices cette peine vaut mieux que celle-là; car outre qu'elle mate également, elle a des fruits beaucoup plus désirables.

Et partant, généralement, il est mieux de garder plus de forces corporelles quil nest requis, que den ruiner plus quil ne faut; car on peut toujours les abattre quand on veut, mais on ne les peut pas réparer toujours quand on veut.

Il me semble que nous devons avoir en grande révérence la parole que notre Sauveur et Rédempteur Jésus-Christ dit à ses disciples : « Mangez ce qui sera mis devant vous. » C'est, comme je crois, une plus grande vertu de manger sans choix ce qu'on vous présente et en même ordre qu'on le vous présente, ou qu'il soit à votre goût ou qu'il ne le soit pas, que de choisir toujours le pire.

Car encore que cette dernière façon de vivre semble plus austère, l'autre néanmoins a plus de résignation, car par icelle on ne renonce pas seulement à son goût, mais encore à son choix ; et si, ce n'est pas une petite austérité de tourner son goût à toute main et le tenir sujet aux rencontres, joint que cette sorte de mortification ne paraît point, n'incommode personne, et est uniquement propre pour la vie civile.

Reculer une viande, pour en prendre une autre, pincer et racler toute chose, ne trouver jamais rien de bien apprêté ni de bien net, faire des mystères à chaque morceau, cela ressent un coeur mol et attentif aux plats et aux écuelles. J'estime plus que saint Bernard bût de l'huile pour de l'eau ou du vin, que s'il eût bu de l'eau d'absinthe avec attention; car c'était signe qu'il ne pensait pas à ce qu'il buvait.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 9979
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 65

https://www.saintmichel-princedesanges.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 19 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 15 ... 19  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum