Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:25

SULEMA NOUS ENTRETIENT SUR L'ILLUMINATION DES CONSCIENCES - 1/4 !


A l’occasion de la publication du premier livre de Sulema: «Je viens vous préparer à cet événement: l’illumination des consciences», présenté dans Stella Maris 498, Sulema a bien voulu nous accorder un entretien.


Sulema, voudriez-vous nous parler de vos origines? Vous êtes née au Canada?
Je suis née au Salvador en septembre 1954. Dans notre famille, mon père nous a laissés quand j’étais très jeune. J’ai un frère plus âgé que moi. A l’annonce d’une nouvelle naissance, mon père a dit à maman: «C’est l’enfant ou c’est moi!» Et ma mère a dit: «C’est l’enfant!» J’ai su ensuite que, quand elle me portait dans son sein, elle m’a consacré au Sacré-Cœur de Jésus. Ma mère avait une grande foi, elle a su m’éduquer et entretenir ma foi; elle-même avait une grande foi. Cela veut dire que mon enfance s’est déroulée entre la joie, la prière et la souffrance.


Vous avez donc reçu une formation religieuse, avec le catéchisme, la confirmation…
Oui, j’ai été dans un collège très sévère, tenu par des religieuses.


De quel ordre religieux étaient les sœurs?
C’était la congrégation mexicaine Notre–Dame de Guadalupe.


Alors vous connaissiez les apparitions de la Vierge Marie?
Oui, le collège s’appelait collège Notre-Dame de Guadalupe.


A cette époque votre foi était déjà bien enracinée en vous ou bien étiez-vous un peu comme tous les enfants?
Je pense que ma foi était bien enracinée, parce que, quand j’ai eu six ou sept ans, j’ai eu la première manifestation de Maman Marie. Pour la première fois, je l’ai vue, elle m’a regardée et elle m’a souri, sans me parler.


Ce qui évidemment a beaucoup soutenu votre foi?
Oui et quand je l’ai partagé avec ma mère, elle a cru que Maman Marie m’a souri, mais quand elle en a parlé au prêtre, il lui a dit: «Oh, non. Madame, vous savez, ça, c’est l’imagination des enfants.»


Bien sûr, c’est la réponse courante pour cet âge.
Mais la réponse du prêtre m’a blessée du fait qu’il ne m’a pas crue. Il a poursuivit: «Quand la petite vous parle de cela, changez de sujet. Il ne faut pas qu’elle continue à parler de ça.»
Inversement le sourire de Maman Marie m’a beaucoup marquée.


Quand la Vierge vous a souri, vous souvenez-vous comment elle vous est apparue?
Plus tard, j’ai vu qu’elle était comme Notre-Dame des douleurs, tout en noir. Elle avait comme des petits poignards dans son cœur: c’était durant la semaine sainte. C’était un samedi, le samedi qu’on appelle des Douleurs. Au début, elle manifestait une grande tristesse et tout à coup, elle me souriait. C’est cela qui m’a touchée si fort, je venais de la voir toute triste, puis elle m’a souri.


Donc vous vous souvenez de toutes ses expressions
Ca m’a tellement marquée que c’est gravé dans mon cœur.


Où était-ce?
On était à l’église, la messe était terminée. Après la messe, maman nous faisait prier le chapelet avec mon frère. Et juste avant de commencer le chapelet, j’ai vu Maman Marie.


Et vous étiez surprise, comment avez-vous réagi à cette vue?
Je me souviens que j’étais dans une grande joie. J’ai pensé que c’était quelque chose de normal. Mais quand j’ai entendu le prêtre dire que ce n’était pas bon, je me suis sentie mal. J’en suis restée marquée. Quelques années plus tard, quand j’ai commencé à entendre des voix, j’ai pensé que c’était mal.


Si je comprends bien, vous l’avez dit tout de suite à votre maman et elle l’a dit de suite au prêtre?
Oui, maman m’a crue, et elle a été en parler au prêtre, du fait que le prêtre est passé à côté de nous quand on a eu fini le chapelet et maman lui a dit que j’avais vu Marie.


Jusqu’à quand avez-vous continué vos études et votre formation chez les sœurs?
J’ai fait toute l’école primaire et une partie de mon école secondaire chez les sœurs.


A ce moment-là qu’envisagiez-vous pour votre avenir, avoir une profession, devenir religieuse? Quel était le désir de votre cœur?
Quand j’étais petite, j’aurais voulu devenir religieuse, mais on ne m’a pas laissée. Alors j’ai continué les études et quand est venu le temps de choisir, j’ai choisi de devenir comptable.


Et vous êtes devenue comptable. Avez-vous exercé votre métier?
J’ai pu travailler, mais pas longtemps. A la fin de 1973, j’ai rencontré mon époux et en décembre 1975, on s’est marié.


Avez-vous fait une préparation au mariage avec la paroisse?
Oui.


Avez-vous participé à quelque groupe de prière ou mouvement d’action catholique ou bien priiez-vous seulement en famille?
Quelquefois j’allais faire des retraites, mais la prière était plutôt au niveau familial. Cinq ans après notre mariage, on a dû quitter notre pays pour venir ici au Canada.


En quelle année êtes-vous arrivée au Canada?
Nous sommes sortis du Salvador en juin 1981, les mêmes mois et année que le commencement des apparitions à Medjugorje. Nous sommes arrivés ici au Canada en juillet 1981.


Etiez-vous au courant de ces apparitions?
Non, on a quitté le 17 juin et les apparitions de Medjugorje ont commencé les 24-25 juin. Moi, je n’étais pas au courant, je l’ai appris étant au Canada.


Le motif de votre départ, était-ce pour raison économique ou…
C’était la guerre et mon mari a été séquestré.


Ah, c’est une raison politique qui vous a fait partir.
Oui, quand il a été libéré, on a quitté le pays le plus vite possible.


Votre mari était-il engagé politiquement?
Non, il était avocat et notaire et il travaillait à son compte.


Vous souvenez-vous sous quel régime c’était?
Un régime militaire.


Et qui était le président?
C’était, je pense, la Junte militaire. A ce moment-là, il y avait la guérilla et un régime militaire. C’est pourquoi nous avons quitté notre pays.


Quand vous êtes partis, c’était clair pour vous que vous alliez de suite au Canada?
Quand on est parti, on a transité par le Mexique et, le moment venu, on a choisi de venir à Sherbrooke au Québec. On est arrivé en juillet 1981 au Canada, il a fallu quelques temps pour avoir nos papiers d’entrée.


Vous connaissez Léandre Lachance? Il est souvent venu en France.
Oui.


Venons-en maintenant à ce qui est notre objet; votre vie spirituelle. Entre le moment de la première apparition de la Vierge à 6 ou 7 ans et votre arrivée au Canada, avez-vous eu des locutions?
Quelques années plus tard, j’ai commencé à recevoir des petites phrases, des paroles, mais les locutions comme telles, les dialogues, les conversations débutèrent fin 1992.


Les premières petites phrases, quand les avez-vous reçues? Quand vous étiez au Salvador, encore adolescente?
Les premières paroles, je les ai reçues vers 19 ans.


Avant que vous rencontriez votre époux?
Oui, un peu avant notre rencontre puisque je me suis mariée à 21 ans et que nous nous sommes connus deux ans auparavant. J’ai commencé à recevoir des paroles, mais je croyais que ce n’était pas bon suite à ce que le prêtre avait dit à maman. Cela a produit comme un blocage en moi. J’écoutais, mais je croyais que c’était mon imagination.


Vous en avez parlé à votre maman?
A ce moment, non. Je le gardais pour moi.


Est-ce que vous les avez notées?
Quelques fois seulement.


Et je suppose que vous avez mis votre mari dans la confidence?
Non, mon époux est resté quarante ans loin de la foi.


Vous ne lui avez rien dit?
Non! Il a eu sa conversion à Medjugorje.


Il ne venait pas d’une famille chrétienne?
Si, il venait d’un milieu intellectuel. J’ai prié pour lui pendant 26 ans pour obtenir sa conversion. Et maintenant, il est confirmé!


Epouser un homme qui ne partageait pas votre foi, cela ne vous a pas posé de questions? La foi est quand même au cœur de votre vie.
Oui, pour moi, la foi est très importante, mais je pensais toujours, «le Seigneur, il sait pourquoi.»


Vous étiez suffisamment amoureuse pour supporter la différence?
Comment dire? La foi a été plus grande et je disais toujours: le Seigneur sait pourquoi. Car il m’a bien appris à respecter la volonté et la liberté de celui ou de celle qui est devant moi. Alors je le laisse continuer sa route; ce n’est pas facile, mais qui sommes-nous pour essayer de changer l’autre? Je devais continuer à prier, à croire et à espérer. Cela m’a été confirmé quelques années après; c’était en vue de sa conversion.


C’est un chemin du Seigneur.
C’est vraiment tout un chemin, parce que 26 ans c’est long.


Vous avez eu beaucoup de persévérance! Peut-on dire que les paroles que vous avez reçues, c’était pour vous guider dans votre avancée spirituelle?
Oui, c’était pour me diriger, pour me guider et aussi pour me former.


Cela arrive souvent que le Seigneur forme son messager un certain temps, avant de lui donner une mission prophétique. Peut-on dire que, depuis l’âge de dix neuf ans jusqu’en 1992, toutes ces paroles constituaient une formation?
Je pense que oui. Les vraies locutions ont commencé en 1992. A la fin de 1992, c’est devenu clair et fort.


Et comment avez-vous réagit au changement de rythme?
J’étais très surprise. Je l’ai partagé avec mon époux et il ne m’a pas crue. Il a dit que j’étais malade, que j’étais folle.


Et votre maman?
Elle n’était plus là.


Et n’avez-vous pas parlé aux prêtres, ce n’étaient plus les mêmes?
Non en 1992, non. J’ai eu des prêtres à partir de 1995. J’ai parlé à un prêtre, je lui ai fait des confidences, mais il est resté comme neutre.


Il s’est contenté de vous écouter.
C’est le 7 février 1998 que j’ai rencontré Sœur Claire Gagné. Je participais à une journée charismatique de ressourcement qui avait lieu au Buisson-Ardant à Lennoxville, Qc.


A-t-elle accueilli votre charisme?
Sœur Claire Gagné a annoncé qu’il y avait dans l’assemblée quelqu’un qui allait vivre une effusion, puis elle s’est reprise en disant: «non, ce n’est pas une effusion, ça va être une onction de l’Esprit Saint.(1)» Tout à coup j’ai commencé à louer le Seigneur, à haute voix, sans savoir que c’était moi qui recevais cette onction.


Mais vous avez loué le Seigneur à haute voix dans l’assemblée?
Pour moi, c’était dans mon cœur. Et à partir de ce moment-là, ma vie a changé totalement. Une religieuse m’a accompagnée spirituellement. Puis elle m’a dit: «Sulema, tu dois être suivie par un prêtre, parce que ce que tu vis, c’est grand.» Alors elle m’a suggéré de rencontrer le Père Guy Giroux. Comme c’était le début de l’été, il était parti en vacances! Elle m’a suggéré un autre prêtre, on est allé voir l’abbé Claude Bureau, mais il était aussi en vacances! Alors un jour je suis allée au sanctuaire de Beauvoir et devant le Sacré-Cœur j’ai commencé à prier.


Quand vous parlez du Sacré-Cœur, c’était une peinture ou une statue.
C’est une grande statue du Sacré-Cœur, au-dessus de l’autel où on célèbre la messe. Je l’ai fixé, je l’ai prié, je lui parlais, quand tout à coup ça a changé et le Père Doré est apparu. Je l’ai vu comme une personne, il bougeait, il s’approchait, il m’a souri.


C’était comme à la TV, comme un tableau?
Non, ce n’était pas un tableau, ce n’était pas un film, c’était face-à-face, comme s’il était là. C’était comme une vision réelle. Je le priais: «Seigneur, aide-moi à trouver un prêtre qui puisse me diriger.» Et tout à coup le Sacré-Cœur a disparu et un homme est apparu avec un gilet bleu, un pantalon gris et avec une barbe! Quand je l’ai vu, j’ai dit: «Seigneur, c’est un mauvais esprit, fais que je ne le voie plus!», parce que sa barbe était différente de celle d’autres hommes. Mais il était toujours là. Et quand je l’ai vu se rapprocher, j’ai constaté que son regard était doux, j’ai senti la paix. Alors j’ai dit: «Jésus, est-ce que c’est ton grand-père?» mais je n’ai pas eu de réponse. J’ai pensé que ce devait être un saint, parce que j’avais la paix. Après quelques minutes, il a disparu et le Sacré-Cœur est revenu. J’ai dit: «Seigneur qui est-ce, celui que je viens de voir?» Je n’ai pas eu de réponse. Mais trois mois plus tard, je suis allée à Saint-Etienne de Bolton au Québec. Là, j’ai été accueillie par trois dames. Tout à coup, je vois sortir d’une pièce un homme avec un gilet bleu, un pantalon gris et avec une barbe. J’étais folle de joie. Je lui ai dit: «Je vous connais!» Il m’a dit: «Non! Je ne vous connais pas.» «Mais si, lui-dis-je, je vous ai rencontré au sanctuaire de Beauvoir.» Il m’a répondu: «Non, cela fait des années que je ne vais pas à Beauvoir.» Mais quand je lui ai dit: «Mon Père, j’ai prié le Sacré-Cœur et, tout à coup, c’est vous qui êtes apparu!» Là, il était tout surpris. Je lui ai annoncé: «ça fait 3 mois que je vous connais.» Alors il m’a dit: «Je ne serai pas ton guide.» Je lui ai dit: «Je peux comprendre, moi, j’ai vécu toute ma vie le rejet.» Il a poursuivi: «Je ne serai pas ton directeur spirituel!» J’ai repris: «Oui, j’ai bien compris.» Et j’ai interrogé le Seigneur: «Pourquoi me le dit-il une deuxième fois?» J’ai pensé qu’il ne le voulait pas ou qu’il n’avait pas le temps. Et tout à coup il me dit: «Je serais ton papa spirituel.» Tout a changé! C’était le Père Marcel Doré. C’est lui qui m’a accompagné plusieurs années, il m’a donné une formation extraordinaire.


De quelle congrégation est-il?
Il est prêtre des Missions Etrangères. Il a été missionnaire dans divers pays, notamment au Japon. Il avait beaucoup voyagé les dernières années, avant que le Seigneur ne me le fasse connaître.


Vous avez reçu une très belle grâce, parce que vous savez, parmi ceux qui reçoivent des charismes, beaucoup ne trouvent pas de prêtre accompagnateur. Le Seigneur, après vous avoir fait attendre longtemps, vous a bien servi!
Oui, il m’a fait attendre, mais je suis demeurée dans l’action de grâce, parce que trois mois auparavant, il m’a fait voir celui qui devait me diriger. Cela a été extraordinaire, une grande grâce. C’est ainsi que j’ai eu mon premier directeur spirituel, un canadien. «Non, disait-il, je ne suis pas ton directeur spirituel, mais ton papa spirituel.»
Alors vous voyez comme c’est spécial, la manière dont le Seigneur m’a guidée et formée. C’est extraordinaire!


Vous avez des locutions. Le Père vous a accompagnée et il vous a aidée à comprendre ce qui vous arrivait pour comprendre ces messages?
Oui, il m’a confirmé que les locutions étaient de Dieu, il m’a beaucoup aidée, mais il est décédé le 18 février 2001. Après c’est Lise Guindon qui a continué à me guider jusqu’à ce que je rencontre le Père José Rubén Riveros qui m’accompagne en ce moment. Il a fait la préface du livre. Le Père Guy Giroux est aussi devenu un conseiller spirituel. Donc j’ai deux prêtres pour m’assister. Lise était avec le Père Marcel Doré depuis des années pour l’aider dans son ministère.


Vous êtes désormais très bien encadrée, c’est un grand soutien, une grande consolation.
Au moment où le Père Marcel vous a accompagnée, les locutions se sont développées?

Oui, de plus en plus.


Et il vous a demandé de les écrire ou vous l’avez fait de vous-même?
Oui, je les écrivais et je les partageais toutes avec lui. Il me faisait un suivi, je le rencontrais deux fois par mois. A un moment donné, je participais à un groupe de prière, quand il m’a dit: «Le Seigneur te demande de vivre la vie cachée de Nazareth. Alors je me suis retirée, j’ai vécu la vie cachée avec Jésus.»


Je comprends très bien, c’est pour permettre au Seigneur d’agir plus directement sur votre âme et vous avoir encore plus près de lui, sans les risques et les dangers extérieurs.
Avant ce premier livre qui vient de paraître, vous tenez d’autres écrits qui n’ont pas été publiés…

J’avais beaucoup d’écrits personnels et, à un moment donné, le Père José Rubén m’a dit que c’était pour tous ses enfants. Quand j’ai rencontré le Père Rubén voilà 10 ans, il a cru, il m’a beaucoup soutenue. Mais un an après il m’a dit: «Sulema, ces écrits étaient pour tous les enfants de Dieu, il faut les partager.» Alors j’ai demandé: «Savez-vous, mon Père, quand l’heure va arriver?» Il a ri et a dit: «Le Seigneur va nous faire un signe.»
(à suivre)


Notes:
(1) L’onction est une manifestation de l’Esprit Saint plus forte qu’une effusion de l’Esprit Saint.  Dans onction, il y a durée, consécration et mission.



SOURCE : http://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-499/rencontre-avec-sulema 


Dernière édition par Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:45, édité 2 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37790
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:31

SULEMA NOUS ENTRETIENT SUR L'ILLUMINATION DES CONSCIENCES - 2/4 !


Nous poursuivons l’entretien que nous avons eu avec Sulema à propos de la publication de son livre: «Je viens vous préparer à cet événement: l’illumination des consciences.» (Cf. SM 499/16-18)


Sulema: Quand le Père Rubén m’a annoncé que ces messages étaient pour tous les enfants de Dieu, et qu’il fallait les partager, je lui ai demandé: «Est-ce vous qui m’accompagnerez?»
Là, il s’est mis à rire et m’a dit: «Mais non, mais non.» Mais de fait, c’est lui qui m’accompagne. Ainsi, tout ce que je reçois, je le fais discerner par deux prêtres: le père Guy Giroux est le conseiller spirituel de l’œuvre, le père Rubén est mon directeur spirituel. Les deux font les discernements.
Et voyez-vous, 9 ans plus tard, quand l’éditeur canadien Christian m’a proposé de faire la publication du livre, (En Europe c’est le Parvis qui publie ce livre) — tout s’est passé tellement vite. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas lui donner de réponse, qu’on allait prier. Et qu’on ferait selon ce que les prêtres diraient: s’ils disent oui, on le fera.
Et à ma grande surprise, ils ont donné leur autorisation. Et le livre est publié.


Parce que c’est l’éditeur Christian qui vous a proposé d’éditer vos messages?
Oui, Christian a proposé de faire l’édition. Et c’est là que j’ai répondu qu’il fallait l’accord des prêtres pour éditer. Moi, j’ai senti que ce n’était pas à moi de prendre la décision, mais aux prêtres. Et ils ont dit que le moment était arrivé de rendre ces messages publics.


Sauf erreur, les messages publiés commencent à partir de fin 2010?
Oui, nous avons décidé que ce serait bien de commencer avec l’année liturgique, la première semaine de l’Avent.
Le titre, c’est Maman Marie qui l’a donné.


Pourquoi ne pas avoir commencé par les messages antérieurs à l’Avent 2011?
Parce qu’il n’y a plus de temps et parce que c’est un appel urgent pour nous préparer à cet événement. Probablement qu’après, on fera les autres.


Sulema, quand vous entendez, vous entendez de quelle manière?
Par locution intérieure, c’est une voix.


Dans l’oreille, dans le cœur, dans la tête…?
Parfois c’est dans mon cœur, parfois c’est à l’oreille. Et c’est toujours en français soit pour écrire, soit pour parler, parce que ce n’est pas ma langue.


Voulez-vous dire que c’est personnel quand vous entendez dans votre langue?
Non, dès le début, j’ai reçu les locutions en français, soit pour moi soit pour les autres. Mais depuis peu, j’ai commencé à recevoir des locutions en espagnol quand je me suis trouvée devant des prêtres ou des personnes qui parlent l’espagnol.


Les messages, comment vous arrivent-ils? De façon régulière, toujours à la même heure, n’importe quand?
Chaque jour. En général je les reçois tôt le matin ou le soir quand je suis vraiment recueillie dans la prière. Mais il arrive aussi que j’entende dans mon cœur pendant la journée, alors, je dois me retirer pour aller écrire.


Sentez-vous un appel intérieur?
Oui, j’entends l’appel. Et quand il y a des mots que je ne connais pas, le Seigneur me donne le sens, l’explication, du fait que je n’ai pas étudié le français; souvent, si je ne connais pas la signification d’une parole, il me la donne. Quand il y a des mots que je ne sais comment écrire, il vient les épeler, ou Maman Marie, sans que j’aie à la leur demander, c’est merveilleux!


Quelle durée ont vos communications? Elles sont brèves, longues?
Ça dépend. Parfois c’est court, parfois c’est long. Quand je vais pour une conférence, après notre témoignage il y a toujours un message adressé au groupe qui nous reçoit, parfois ça peut aller jusqu’à une demi heure.


De qui recevez-vous des messages?
Parfois, c’est de Jésus, ça peut être Maman Marie ou Dieu le Père. Et j’en ai reçus aussi de saint Joseph, de saint Padre Pio, d’une sainte Québécoise Dina Belanger. Le Père Hurtebise est venu me parler une fois.


Avez-vous la possibilité de dialoguer avec les Personnes divines, de leur poser des questions…
De dialoguer oui. Je préfère écouter ce qu’elles ont à me dire.


Et avez-vous eu la vision de Jésus?
Je l’ai vu deux fois comme Jésus miséricordieux. A Medjugorje, nous sommes montés sur le mont Krizevac, mon époux et moi. Quand nous sommes arrivés à la quatrième station, on a vu la sainte humanité de Jésus. Il nous a parlé, il était très proche de nous. Il nous a dit: «Je suis le Bon Pasteur et je prends soin de mes brebis.» Mon époux l’a entendu en espagnol et moi, je l’ai entendu en français.


C’est pourquoi vous disiez «nous».
Parce que c’est la première fois que mon époux l’a vu et la première fois qu’il l’a entendu. On a rien dit jusqu’au samedi avant notre départ. Et là, mon époux a compris que j’entendais vraiment la voix du Seigneur en français et que je le voyais quelquefois.


Donc Sabino a vu le Seigneur qui s’est fait voir en même temps qu’à vous, pour que votre mari vous croie enfin?
Oui, il a vu plusieurs signes à Medjugorje, mais je pense que le Seigneur a voulu cela pour lui faire comprendre que je n’étais pas folle.


En fait, c’est un disciple de l’apôtre saint Thomas, votre mari!
Vraiment! Moi je lui ai dit qu’il était plus incrédule que saint Thomas, parce qu’il a fallu que le Seigneur se laisse voir et qu’il l’entende.


Du moment qu’il accepte, c’est déjà bien.
Oui, et proche comme Jésus l’était de nous à Medjugorje, c’était la première fois; il était très près de nous et il nous a parlé. C’était le cadeau des cadeaux que de voir la sainte humanité de Jésus.


Et comment se manifeste cette sainte humanité de Jésus?
On l’a vue comme le Bon Pasteur. Il portait une robe blanche, il était radieux, il était… oh!... son regard et son sourire sont aussi magnifiques. Rien qu’à y penser, j’en pleure de joie.
Quand nous évoquons cette grâce dans notre témoignage, mon époux devient tellement ému; c’est là qu’il a eu sa conversion et sa guérison.


Avez-vous vu Jésus d’autres fois?
J’ai vu Jésus trois fois, c’était la troisième fois, mais en tant que Bon Pasteur, c’était la première fois. Les fois précédentes, c’était Jésus miséricordieux.


Comme sur le tableau de Sœur Faustine?
Oui, comme l’original, celui qu’on voit le plus souvent, celui qui est chez les religieuses au sanctuaire de Cracovie. Une fois, j’ai vu la sainte Face.


Le Seigneur vous a-t-il fait voir l’au-delà, le Ciel…?
J’ai vu une fois le purgatoire, parce que le Seigneur demande que l’on prie pour les âmes du purgatoire.


Quelle impression cela vous a t-il fait?
Cela m’a fait prendre conscience, combien on blesse le Seigneur par nos péchés, combien on le fait souffrir et combien les âmes souffrent quand elles comprennent à la fin, au tout dernier moment, que le péché existe et combien d’âmes pèchent par ignorance. Cela m’a fait pleurer, ça m’a fait mal de voir la souffrance que vivent ces pauvres âmes du purgatoire.


En théologie, on enseigne que pour faire un péché, il faut le savoir, le vouloir et le faire. Et vous, vous dites que les gens ont péché par ignorance?
C’est ce que j’ai compris. Parce que parfois on dit par ignorance: «Oh ça, ce n’est pas un péché!» vu qu’on vit dans un monde où rien n’est mal et où tout est permis. C’est en ce sens que je dis par ignorance. On croit que le péché n’existe plus, parce que les gens ne veulent rien savoir de l’existence du péché. Mais quand on est devant le Seigneur, j’ai compris que, oui, le péché existe. Même si on va se confesser, on pense que tout est fini. Mais non, on doit encore réparer pour nos péchés.


Avez-vous compris tout cela dans la vision du purgatoire?
Oui, parce que des personnes disent que la souffrance du purgatoire vient juste du fait qu’on ne voit pas le Seigneur. Effectivement, il y a cette souffrance, mais il y a aussi la souffrance due aux remords du mal qu’on a commis et qu’on aurait pu éviter, la souffrance due au manque de réparation qu’on a du mal à accepter actuellement ou qu’on ignore, oubliant que pour aller au Ciel il faut non seulement que l’âme soit purifiée de tous ses péchés par le sacrement du pardon de Dieu, mais aussi qu’elle ait accompli toutes les réparations.
C’est pourtant l’enseignement de l’Eglise qu’il importe de rappeler.


Avez-vous eu des communications avec des anges?
Oui, saint Michel Archange qui m’a donné quelques messages et très rarement, mon ange gardien.


Alors il vous a dit son nom?
Oui, Il s’est présenté. Il s’appelle Ferkiel et, pour l’écrire, il m’a dit «comme le fer!»


Parmi les anges, il en est un qu’on n’aime pas du tout. Je suppose qu’il ne vous laisse pas tranquille?
Oui, j’y ai aussi «goûté»! Quand il y a de petits combats comme ça, j’en rends compte, j’appelle ceux qui m’accompagnent. Ils m’ont appris comment me protéger et Maman Marie et Jésus m’ont appris des prières.


Ce sont des prières spéciales pour vous ou bien…
Moi, je me couvre du Précieux Sang, parce que, à un moment donné, j’avais des doutes. Je m’interrogeais pour savoir si cela venait de Dieu ou non. J’avais arrêté d’écrire. Alors, Jésus m’a dit que pour reconnaître que c’était lui, je devais toujours me signer et me couvrir de son Précieux Sang.


Vu que l’autre — c’est son métier — essaie de vous mettre dans la confusion et de vous troubler.
Oui. Par exemple, mon époux, quand il ne croyait pas, me disait: «Tu es folle, tu es malade...» Alors cela m’a fait douter et j’ai fini par me dire: «C’est vrai, je suis folle, c’est mon imagination.» Alors, le Seigneur m’a dit: «Crois-tu, ma fille, que mon adversaire va te dire d’aller au sacrement du pardon, de venir m’adorer, de dire des prières, de reconnaître ma Mère comme l’Immaculée Conception?... Crois-tu qu’il va te demander de prier pour le Saint Père?» J’ai reconnu: «Oui, Seigneur, c’est vrai.»
Jésus m’a dit: «Dorénavant, pour les messages, les enseignements que tu vas recevoir, tu commencera par te signer et te couvrir de mon Précieux Sang. Et à la fin tu recevras toujours ma bénédiction ou celle de ma très Sainte Mère.» C’est pourquoi vous verrez dans le livre que les messages commencent et se terminent par une bénédiction. C’est ainsi que le Seigneur m’a rassurée.


N’avez-vous pas eu à subir des sévices corporels, comme certains messagers?
Par deux fois, oui, je peux dire que j’ai eu des attaques physiques. Alors j’ai dit: «Seigneur, aide-moi et couvre-moi de ton Précieux Sang.»


Avez-vous aussi reçu d’autres charismes, en dehors des locutions?
Oui, outre la prophétie et les visions, le Seigneur me fait sentir et voir des choses, par exemple quand je prie proche d’une personne.C’est un charisme de connaissance, très utile pour la mission.
Parfois, il me montre par avance des choses qui vont arriver, mais il m’a dit que ce n’est pas pour faire peur, mais afin de prier pour les personnes qui vont mourir ou souffrir.


Avez-vous d’autres charismes encore?
Je ne sais pas! J’entends les personnes, mais je ne peux pas les identifier. Si j’entends quelque chose, je dis: «Gloire à toi, Seigneur», je ne prête pas attention à ce que disent les gens autour de moi. Je leur demande de se fixer sur le Seigneur et non sur l’instrument.
Ce que j’entends souvent dire des gens, c’est qu’ils sentent très fort la Présence, soit de Maman Marie, soit de Jésus.


Vous voulez dire quand vous parlez…
Oui, quand je parle, quand je donne une locution ou même quand des personnes sont proches de moi; très souvent c’est la présence de Jésus ou de Maman Marie que les personnes disent ressentir. Plusieurs prêtres m’ont dit qu’ils ressentaient une présence mariale en moi.
(à suivre)


Notes:
(1) Chants d’entrée de la conférence de Sulema - 15/10/2012
(2) Début du témoignage de Sulema - 15/10/2012
(3) SULEMA - Voyage déterminant à Médjugorge
(4) SULEMA – Charisme de Sabino



SOURCE : http://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-500/je-viens-vous-preparer-cet-evenement-2e-partie 


Dernière édition par Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:48, édité 1 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37790
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:36

SULEMA NOUS ENTRETIENT DE L'ILLUMINATION DES CONSCIENCES- 3/4 !


Nous poursuivons l’entretien avec Sulema suite à la publication de son livre: «Je viens vous préparer à cet événement: l’illumination des consciences.» (Cf. SM 499, 500)


Sulema, vos messages, vous les écrivez d’abord. Ensuite, ils sont…
J’écris les messages sur une tablette. Après, je fais une dictée à mon époux et il les transcrit sur l’ordinateur. Ensuite, on les sort pour faire les corrections orthographiques ou pour reprendre les tournures de phrases. Par exemple j’écris «mon prochain retour», et il faut dire «mon retour prochain!»


Vos messages, en dehors des prêtres qui vous accompagnent, étaient-ils déjà connus autour de vous par votre entourage, ou est-ce seulement maintenant qu’on connaît votre charisme?
J’étais dans un groupe de prière et, quand je priais sur les personnes, après la messe ou après la communion, le Seigneur parlait. Donc certaines personnes me connaissaient déjà sous cet angle. Mais avec la parution du livre, ce fut une surprise. Je vivais tout cela dans mon cœur et peu de personnes étaient au courant. Le Seigneur m’avait dit: «Ce que tu vis en ce moment, c’est pour toi. A mon heure, je vais le faire connaître.» Alors, voyez-vous, même à mon frère, je n’en ai pas parlé. Ma fille l’a su quand le Seigneur l’a voulu. Pour mon époux, c’est à Medjugorje qu’il a réalisé que ce que je vivais venait du Seigneur. J’ai compris que je n’avais pas à parler. Tout le monde me connaissait et quand le livre est sorti, ils m’ont dit: «Mais comment se fait-il que tu ne nous aies jamais rien dit?» J’ai répondu qu’il ne m’appartenait pas de le dire, mais au Seigneur de le faire à son heure. Ainsi j’ai passé ces années comme une inconnue.


Quand, dans le groupe de prière, vous priiez sur les gens, vous aviez aussi des locutions, des messages pour eux?
Oui, mais les gens pensaient uniquement à des paroles de connaissance, à de petits messages. Le Seigneur a choisi seulement quelques personnes pour être les témoins de ce que je vivais.
Votre charisme est donc resté très caché, en dehors des prêtres et de sœur Claire, avant que la parution du livre ne vous fasse connaître des fidèles.
Oui, et c’est une grâce que le Seigneur m’a donnée pour me rassurer, d’avoir toujours des prêtres proches de moi pour m’accompagner. Ils parlaient aussi avec mon époux qui était comme saint Thomas, jusqu’à ce qu’il voie.


Et par rapport à l’Eglise institution? Votre curé, votre évêque, sont-ils au courant de votre charisme de prophète?
Notre éditeur Christian Laflamme a envoyé un livre à l’Archevêché à l’attention du vicaire général, comme pour les livres de Léandre Lachance. C’est sûr que notre évêque est au courant, comme notre curé qui ne peut pas se prononcer. Je vois que l’Eglise reste neutre. Au moins ils n’ont pas condamné ou défendu la distribution du livre.
Ce que je remarque, c’est que nous sommes de plus en plus invités dans les églises et même lorsque nous allons dans les salles, il y a la sainte messe, parfois avec plusieurs prêtres. Jusqu’à maintenant, il n’y a eu que 2 fois où on n’a pas eu la messe. C’est-à-dire il y a eu la messe à 98%! C’est une bénédiction du Seigneur n’est-ce pas? Plusieurs prêtres nous ont invités pour donner des conférences et des témoignages. Mais comme vous le savez, il y a toutes sortes de messagers, ils sont prudents. Ce qui est en train d’ouvrir leur cœur, c’est que ce livre n’est pas pour faire peur. On me rapporte à ce sujet qu’on y ressent la paix. Plus de cinquante fois, le Seigneur et Maman Marie disent: «N’ayez pas peur!...C’est un livre qui vient pacifier, qui vient nous préparer et nous encourager. Il ne donne pas la première place aux côtés catastrophiques. Ils viennent nous apprendre à rester dans la paix.»


Et vous, maintenant, vous êtes toute enveloppée de cette paix.
Je pense que le grand succès de ce livre, c’est qu’il vient nous pacifier.


Aujourd’hui, les gens sentent que tout leur échappe… La peur de l’avenir grandit.
Oui, on vit dans la peur. Le Seigneur ne me parle pas «des refuges.» Mais on entend: «Comment va-t-on croire que le Seigneur va juste sauver les personnes qui sont dans ces refuges?» C’est faux! Le Seigneur dit: «Le seul refuge, c’est mon Sacré-Cœur et le Cœur Immaculé de ma Mère!» C’est le seul! Voyez-vous la grande confusion?
Je comprends les prêtres qui sont réservés à ce sujet, c’est normal.


Finalement, quel genre de difficultés rencontrez-vous à exercer votre charisme? Chaque vocation est éprouvée. Pour vous, il semble que tout ait été relativement facile!
Non, ma grande souffrance, c’est que je suis une femme d’écoute, sans dispositions pour parler. Et maintenant le Seigneur m’envoie pour parler! Dernièrement à Québec, il y avait trois cents personnes! Et moi, si je dois parler à deux personnes, je vous avoue que mes genoux applaudissent! J’étais tellement gênée. J’ai soupiré: «Seigneur, que me demandes-tu?» Et il m’a répondu: «Dans chaque personne que tu vas rencontrer et à qui tu vas parler, ce sera devant moi, c’est moi que tu vas voir! Et dans chaque femme, ce sera ma très sainte Mère.» Il m’a dit: «Avec moi, tu parles!» J’ai répondu: «Oui Seigneur, mais c’est différent!» «Non, non, tu vas parler devant mes enfants.» C’était une grande épreuve pour moi. J’ai repris: «Seigneur, d’accord, j’accepte, mais je t’en prie, ne me fais rien préparer.» Et il m’a exaucée, parce que quand je suis invitée, je ne prépare rien. De quoi vais-je parler? Je l’ignore. Mais j’aime beaucoup m’entendre parler, parce que je ne sais jamais ce que je vais dire! Et c’est beau!


C’est le Saint-Esprit qui vous assiste, comme Jésus l’a promis.
J’aime beaucoup m’entendre parler, en ce sens que je me dis: «Ouaaaah! Qu’est-ce que c’est beau ce que je dis!» Je reste dans l’émerveillement de voir ce qu’Il sort de ma bouche et quand j’écris, c’est la même chose, parce que je m’interroge: «Seigneur, pourquoi me parles-tu en français?» «Parce que tu ne connais rien en français.»
Vous voyez, il me fait parler et écrire une langue qui n’est pas la mienne, je n’ai jamais suivi de cours en français. Comme on dit, les choix du Seigneur sont folie pour le monde!


C’est le Seigneur alors qui vous a appris le français, non?
Oui, je peux dire oui, oui. Sabino, mon époux par contre a étudié. Parfois au début, on avait des disputes. Il me faisait voir des conjugaisons, des règles de grammaire… Et je disais: «Non, c’est comme ça qu’on doit l’écrire.» Et on avait des discussions. Mais à la fin, Sabino disait: «Oui, tu as raison.» C’était vraiment des étapes très difficiles. Mais Jésus me disait, ta souffrance vient féconder ta mission.


C’est pourquoi je vous avais interrogé sur vos difficultés.
Ah, oui, mon mari a beaucoup étudié; c’était dur, mais à la fin il comprenait. Quand je lui faisais la dictée, il essayait de l’écrire d’une autre façon. Mais Maman Marie me montre exactement où est l’erreur, où il a changé! C’est étonnant pour moi et pour lui de voir que Maman Marie me montre exactement où. Je lui dis: «Non, non, regarde là!» et il se sent découvert… Je pense que par ces petits gestes, il comprend que ce n’est pas moi. C’est le Seigneur, vraiment qui est bien présent.


Et maintenant, si nous en venions au contenu des messages?
Oui, les messages continuent.


Quelle est la spécificité des messages que le Ciel vous donne?
Maman Marie dit qu’il y a un lien très fort entre Fatima, Medjugorje et le livre.


J’ai constaté que dans le livre, il y a plusieurs références à Fatima.
Maman Marie demande qu’on revienne à ce qu’elle a demandé à Fatima: la dévotion des cinq premiers samedis du mois, la communion réparatrice, et comme à Medjugorje, les cinq «petits conseils» qu’il faut suivre. Presque toujours Maman Marie se présente comme Marie, Reine de la paix.


Mais au début, vous avez bien dit Notre-Dame des Douleurs?
Oui, c’était quand je l’ai vue pour la première fois, lorsque j’avais 6 ou 7 ans. Mais depuis, elle se présente comme Marie, Reine de la Paix ou comme l’Immaculée Conception. Ce sont les deux vocables qu’elle donne. Elle fait beaucoup de références à ce qu’elle demande à Medjugorje; par exemple, la confession, lire la Bible, l’Eucharistie, la prière du rosaire, prier pour les incroyants, le jeûne. Et surtout elle insiste beaucoup pour que nous demeurions dans la paix; parce qu’elle dit qu’en ce moment, le combat le plus fort et le piège où l’on tombe, c’est celui de la peur. Parce qu’avec la peur, on se bloque; la grâce ne passe plus; si on a la peur, on ne peut plus recevoir la force, le courage de continuer.
Je pense que le livre veut nous apprendre à revenir au Seigneur en lui faisant confiance. On parle partout de faire des provisions, parce que les jours de famine s’en viennent. Elle dit toujours que nous devons faire des provisions, mais pour elle, les provisions sont: l’huile de la foi, la prière et l’adoration.


C’est l’actualité de la parabole des vierges sages qui ont de l’huile et des vierges folles qui n’ont plus d’huile!
Voyez-vous, Maman Marie vient mettre les choses en ordre. Elle répète: «Le seul refuge, c’est le Sacré-Cœur de Jésus et mon Cœur Immaculé. Les provisions que vous devez faire sont celles de votre foi et de votre prière. N’ayez pas peur, c’est la paix qu’on doit garder.» Elle vient combattre la curiosité qui réside chez un grand nombre de ses enfants qui cherchent à connaître l’avenir en curieux. C’est pour cela qu’elle dit: «Je viens vous préparer. Cela veut dire que nous devons apprendre à vivre dans la paix et vivre l’aujourd’hui.


Donc dans le titre: «Je viens vous préparer à cet événement: l’illumination des consciences», le plus important: «c’est je viens vous préparer à cet événement"»?
Oui, l’important, ce n’est pas l’illumination des consciences, mais «je viens vous préparer à cet événement». Maman Marie a annoncé que le Père a donné une onction spéciale de paix, de libération, de conversion et quelques fois de guérison à ce livre. Et de fait, on entend partout dire qu’on sent la paix en le lisant.


Puisque vous parlez de Dieu le Père, comment identifiez-vous les personnes divines entre elles, comment trouvez-vous le Père?
Oh!... Avant j’avais peur du Père, parce que mon père m’a abandonnée. Mon époux aussi; pendant seize ans il a voyagé, assez souvent, de longues périodes. Aussi, je vivais seule et j’ai vécu une grande solitude ici. Alors, je priais Jésus, le Saint-Esprit, Maman Marie, mais pas le Père. C’est mon «papa», le Père Marcel Doré qui m’a appris à le connaître et à l’aimer et surtout à me laisser aimer. Et quand je L’ai découvert, moi je vous dis que chaque fois que je sens qu’il me parle, oh! mon Dieu…, c’est… comment vous dire, lorsque c’est Jésus qui me parle, je le sais à l’avance, je sens sa joie, son grand amour, sa paix… mais le Père, je ne peux pas l’expliquer avec des mots humains, c’est un amour, une tendresse incroyable, une majesté… C’est différent. Moi, je n’avais pas connu la tendresse, mais avec lui, il me la fait éprouver.
Le Père, cela me fait penser à ce que saint Jean a écrit: «Dieu est Amour, Dieu est Lumière». D’entendre cette parole me vient l’amour du Père. Et ce qui m’a fait mal à ce moment-là, c’est de voir qu’on ne veut pas le connaître et surtout qu’on ne veut pas se laisser aimer par lui. Et le Père, que veut-il? Qu’on se laisse aimer par lui, qu’on le connaisse comme un Père aimant, comme un Père qui aime ses enfants.


C’est vraiment le drame de l’humanité!
Il demande qu’on le fasse découvrir, qu’on sache qu’il est là pour nous. C’est pour cela que j’aime beaucoup l’image qui est sur la couverture du livre, parce que là, on y voit le Père.
Et alors, percevez-vous une différence dans les ensei-gnements entre le Père, le Fils, Maman Marie.
Maman Marie, sa voix est plus douce, d’une douceur et d’une tendresse incroyable.


C’est une maman!
Plus qu’une Maman!


Comment pourriez-vous nous résumer les demandes du Ciel?
C’est pour se faire con-naître et pour nous faire comprendre qu’ils ne sont pas loin, qu’ils sont parmi nous, qu’ils sont avec nous comme Jésus l’a promis, qu’il sera avec nous jusqu’à la fin des temps.


Pourquoi ce message a-t-il été donné?
Jésus dit que cette génération est celle qui a été la plus privilégiée à recevoir des messages célestes. Et à mon avis, c’est pourquoi il nous a donné ces messages, parce qu’il veut nous préparer à ce qui va venir, parce que nous allons le vivre et nous ne sommes pas prêts. Il a dit aussi que ce livre est un des derniers.


Est-ce que la diffusion du livre se fait bien?
Oui, cela passe par des prêtres qui l’annoncent dans les églises, par la revue «En route» et beaucoup par le bouche à oreille. Ils sont aussi en vente en librairie. Nous sommes aussi en train de préparer un site.



SOURCE : http://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-501/je-viens-vous-preparer 


Dernière édition par Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:51, édité 1 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37790
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:41

SULEMA NOUS ENTRETIENT SUR L'ILLUMINATION DES CONSCIENCES - 4/4 !


Marie veut nous préparer, car Jésus viendra à l’improviste
Par Christian Parmantier


Nous achevons l’entretien avec Sulema suite à la publication de son livre: «Je viens vous préparer à cet événement: l’illumination des consciences.» (Cf. SM 499, 500, 501)
Sulema, voyez-vous déjà des fruits de cette révélation?
Oui, nous avons déjà reçu de très beaux témoignages de conversions, de paix que les gens ressentent à la lecture des messages. Ce qui nous touche beaucoup, c’est la paix, presque unanimement, et la libération. Les enfants sentent que Maman Marie ou Jésus leur parle à eux. Cela a suscité la création de groupes de prière qui se rassemblent pour l’adoration, pour écouter et vivre les messages et mettre en pratique la parole. On a reçu plusieurs personnes qui font désormais partie d’un groupe d’adoration. C’est beau.
Des personnes qui vivaient dans la crainte et la peur, en lisant les messages, ont vu revenir peu à peu la paix dans leur cœur. C’est extraordinaire de voir comment le Seigneur est en train de pacifier les cœurs par ces messages.
Nous recevons aussi des témoignages de personnes qui reviennent recevoir le sacrement du pardon, ce qu’ils ne faisaient plus.
Les groupes de prières ont-ils vocation à se structurer autour de cette révélation?
On constate que des personnes commencent à se rassembler dans des maisons. C’est un départ. Certains groupes qui avaient arrêté de se rassembler pour prier, ont recommencé suite à la lecture du livre.
Quand la routine s’installe dans des groupes, le goût de la grâce initiale se perd… Alors ces prophéties ont un rôle d’aiguillon pour réveiller et motiver la foi?
Déjà plusieurs se sont accomplies, ce qui a été dit pour les Etats-Unis, ce que le Saint-Père vient de vivre. Maman Marie avait aussi parlé d’un méga tremblement et j’ai été étonnée quand au Japon, c’est ainsi qu’ils l’ont qualifié. Voyez-vous aussi tout ce que fait le vent. Il y a des vagues de froids. Quand Maman Marie dit «les voisins du sud», cela veut dire les Etats-Unis. Voyez ce qu’ils sont en train de souffrir… Maman Marie dit qu’il ne faut surtout pas s’arrêter aux prophéties pour nourrir notre curiosité, mais à la profondeur du message qui est de garder la paix.
Comme Jésus l’a annoncé dans l’Evangile, les gens seront dans une grande angoisse…
Ce qu’il faut voir, c’est le retour en gloire du Seigneur, c’est qu’il vient installer son règne en nos cœurs.
Comment comprendre ce retour de Jésus?
Ce sera dans sa gloire et dans notre cœur.
Est-ce un retour «intermédiaire»?
Son retour glorieux, oui.
Est-ce un petit instant de notre temps, ou bien est-ce d’une certaine durée de notre temps?
D’une certaine durée de notre temps.
Est-ce le moment où il anéantira définitivement tout mal sur la terre (quand Satan sera lié) et où il instituera son règne de paix?
Ce que Maman Marie a dit, c’est que le retour glorieux de Jésus sera avant sa dernière venue pour le jugement final.
Il viendra pour un jugement que nous ne sommes pas encore préparés à accueillir: l’illumination de conscience ou avertissement. C’est pour cela qu’elle veut nous préparer, car Il viendra à l’improviste.
Il viendra par sa Mère, par son Cœur Immaculé pour établir son Règne de paix, d’amour et de joie. Lorsqu’on nous dira: Jésus est là! Le Messie est ici! Non, n’y croyez pas. Il faut qu’Il vienne dans nos cœurs, ne nous laissons pas tromper. Le triomphe du Cœur Immaculé de Marie prépare la venue du Règne glorieux de Jésus. Il viendra instaurer son Règne dans le monde après avoir vaincu et anéanti le mal.
Savez-vous si ce retour impliquera la conversion des hommes de bonne volonté, animistes, juifs, chrétiens, musulmans et athées…?
Oui bien sûr.
Ou si cette conversion succédera à l’illumination des consciences?
Je ne le sais pas.
Certains messagers ont déjà vécu cette illumination de leur conscience, en anticipation. Est-ce aussi votre cas?
Non.
A propos de l’illumination des consciences ou de l’avertissement: y aura-t-il différentes façons de le vivre, entre les consacrés au Cœur immaculé de Marie et les autres…?
Nous allons vivre cette grâce tous au même moment, où que nous soyons. Pour ceux qui sont dans l’état de grâce, ce sera l’Illumination des consciences; pour ceux qui ne veulent pas se convertir, revenir à la grâce et faire la paix avec Dieu le Père, ce sera l’Avertissement, car chacun(e) va voir où l’ont conduit ses péchés. Et nous allons tous comprendre l’importance des sacrements, spécialement le sacrement du pardon, l’importance de vivre les commandements de Dieu et l’Evangile.
Pourriez-vous ordonner chronologiquement ces différentes étapes: Purification, triomphe du Cœur Immaculé, Nouvelle Pentecôte, retour de Jésus, règne glorieux et purifié de paix?
Je crois que ce sera la purification, la grande purification, la Nouvelle Pentecôte, le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, le retour de Jésus pour instaurer son règne glorieux et purifié de paix.
Quels moyens concrets le Ciel nous présente pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie?
Faire la consécration au Cœur Immaculé de Marie, la prier davantage et la faire connaître pour que les gens apprennent à l’aimer et la respecter. Plus on va la connaître, plus on va l’aimer, plus on va ouvrir notre cœur et plus nous allons vivre notre consécration à son Cœur Immaculé. Plus nous allons prier et adorer, plus le mal sera enchaîné et plus nous allons hâter son triomphe.
Quel rôle a l’adoration pour le triomphe des deux Cœurs?
Un rôle très important, Jésus et Maman Marie ne cessent de nous dire: priez, adorez, l’heure est trop grave, l’heure est à la prière, à l’adoration. Ça veut tout dire, n’est-ce pas?
A chacun donc, de prendre ses responsabilités en fonction de sa foi. Avez-vous reçu des messages particuliers pour votre pays, l’Europe, l’Afrique, le monde?
Spécifiquement pour l’Afrique, non. L’Europe portera une très lourde croix et grande sera la destruction. Le Canada sera durement touché, car il est en train de tourner le dos à Dieu. Les Etats-Unis seraient un des pays les plus gravement touchés.
Pour le monde: il y aura beaucoup de catastrophes un peu partout sur terre, personne ne sera épargné. Nous devons tous vivre la purification et nulle place ne sera épargnée, la terre aussi doit être purifiée.
Sulema, en quoi consiste l’essentiel de votre mission?
Nous avons reçu une mission de couple. Jésus nous a demandé de témoigner de l’importance du sacrement du mariage et de la manière dont on peut vaincre toutes les épreuves en puisant les grâces nécessaires dans ce sacrement que l’on essaie de détruire et de ridiculiser actuellement.
La conversion de mon époux, 40 ans après avoir vécu sans religion, est quelque chose de grand!
Maintenant mon époux a reçu le charisme de la musique et des chants inspirés!
Et par le livre, Maman Marie veut transmettre un message de paix et d’espérance pour pacifier les cœurs angoissés, car en ce moment on vit dans la peur, l’incertitude et l’insécurité; c’est pour cela qu’elle a donné une onction spéciale de paix, de libération, de conversion et de guérison. Ce que confirment les témoignages reçus.
Nous faisons aussi l’accompagnement dans les agape-thérapies à Saint-Etienne de Bolton, (Québec) avec le P. Rubén, Lise Guindon et l’équipe.
Avez-vous reçu des messages spécifiques concernant les couples?
Non.
Pour votre couple?
Oui, Jésus nous demande de témoigner notre vécu.
De quelle manière témoignez-vous avec votre époux Sabino?
Je témoigne comment j’ai découvert l’amour de Dieu le Père, comment j’ai surmonté les épreuves en notre couple et comment par la persévérance de la prière, Maman Marie m’a obtenu la conversion de Sabino.
Sabino donne le témoignage de sa conversion, comment le Seigneur lui a fait comprendre et accepter ce que je vis, comment sa vie a changé, d’une vie mondaine à une vie spirituelle et l’importance et la valeur du sacrement du mariage. Comment il a reçu le charisme de la musique et du chant inspiré. Et toujours comment Jésus ou Maman Marie viennent pour parler à leurs enfants.
Sabino était-il déjà musicien?
Non, mais il connaît le solfège.
Avez-vous fait (ou ferez-vous) un CD/DVD de ces chants inspirés?
Un jour on fera des CD. Au moment choisi par le Seigneur, on va rencontrer la personne qui le fera. On prie pour cela.
Est-ce qu’il y aura un livre de messages spécifiques concernant le couple, le mariage…?
Je ne le sais pas.
Y a-t-il d’autres livres en préparation?
Oui, le 2e tome du livre.
Votre mission est-elle spécialement votre pays ou pour le monde entier?
Pour le monde entier. Nous donnons notre témoignage là où l’on nous invite.
Actuellement, avez-vous toujours des communications célestes, à quel rythme?
Oui, quotidiennement.


Quel est l’effet de ces entretiens avec le Ciel, sur votre vie, sur votre foi?
Ma vie a changé totalement, ma foi est plus solide.
Ce qui vous a marquée et vous apporte le plus?
Ce qui m’a le plus marquée, c’est la façon dont mon Abba, Jésus et Maman Marie, m’ont appris à être en union avec eux, une intimité si spéciale. C’est merveilleux de savoir qu’ils sont là, à chaque instant de ma vie, que je peux compter sur eux. Ils ne me laissent pas tomber; leur présence me donne une grande sécurité. De savoir que jamais ils ne vont m’abandonner me donne une joie immense, ça m’apporte beaucoup plus que ce que quelqu’un pourrait imaginer ou comprendre.
Comment vivez-vous la prière… Quelle place tient-elle dans votre journée?
Je vis la prière dans une grande paix et joie, car elle fait partie de ma vie. Dans ma journée elle prend toute la place, car tout ce qu’on dit, tout ce qu’on fait, on le fait pour la gloire de Dieu, donc toutes mes actions deviennent une prière que je peux offrir à Dieu pour le salut des âmes. La prière nous tourne vers nos frères et sœurs qui souffrent et, en priant pour eux, nous nous tournons vers le Père pour intercéder pour tous ceux qui nous demandent des prières.
Quelle place donnez-vous pratiquement à l’Eucharistie, au chapelet, à l’oraison?
Vivre le saint sacrifice de la messe, me préparer à recevoir le Roi des rois, mon Seigneur et mon Dieu dans la sainte Eucharistie, voilà le moment le plus important de ma journée. Mon époux et moi, nous prions le chapelet tous les jours. L’oraison m’ouvre la porte à ce dialogue, à cette intimité, qui m’est si nécessaire.
Avez-vous reçu des prières qui ne sont pas dans le livre, mais utiles à faire connaître?
En ces temps que nous vivons, Jésus m’a fait comprendre l’importance de se couvrir de son Précieux Sang. Alors Il m’a donné cette prière à réciter tous les jours, pour nous et tous ceux que nous portons dans notre cœur:
Avez-vous une parole pour notre mission d’éditeur à faire connaître les Œuvres du Saint-Esprit dans l’Eglise aujourd’hui?
Marie, Reine de la Paix:
«Paix à vous, mes enfants. Ne craignez pas, continuez votre grande et belle mission, l’Esprit Saint vous accompagnera en toutes vos démarches. Invoquez-le, il sera là pour vous ouvrir les portes qui doivent être ouvertes et fermer celles qui doivent être fermées et aussi pour vous donner l’Esprit de discernement qui est très nécessaire pour annoncer toujours la vérité et les œuvres de lumière. Rendez grâce à mon divin Fils de vous avoir choisis. Confiance mes enfants, je vous aime et continuez à tout me confier, je veille sur vous tous. Soyez bénis. Amen.»
Sulema, au nom des lecteurs de Stella Maris, un grand merci pour votre témoignage et votre fidélité à l’appel du Seigneur.


O Sang de Jésus répandu
sur la Croix, purifiez-nous, lavez-nous et protégez-nous.
O Sang de l’Agneau Immolé,
défendez-nous de toutes les attaques du Malin.
O Sang jailli du Cœur de Jésus, préservez-nous de tout mal.
Amen



SOURCE : http://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-502/je-viens-vous-preparer-4e-partie 


Dernière édition par Admin le Ven 2 Aoû 2013 - 12:55, édité 2 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 37790
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Ami de Jésus le Ven 2 Aoû 2013 - 12:52

Merci.

C'est top important puisque nous sommes dans la fin des temps.
avatar
Ami de Jésus
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 170
Date d'inscription : 28/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  stjeanlagneau le Ven 2 Aoû 2013 - 16:07



@ Admin, merci!

@ Ami de Jésus,

C'est un Prophète très important pour cette Fin des Temps. Peut-être avez-vous eu la chance de la voir lors de son passage en France, ou elle a véritablement marqué les esprits!

Que le Père Eternel vous bénisse!

avatar
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 20337
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 50
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Ami de Jésus le Sam 3 Aoû 2013 - 2:40

stjeanlagneau a écrit:

@ Admin, merci!

@ Ami de Jésus,

C'est un Prophète très important pour cette Fin des Temps. Peut-être avez-vous eu la chance de la voir lors de son passage en France, ou elle a véritablement marqué les esprits!

Que le Père Eternel vous bénisse!



Malheureusement non.

Mais je sais qu'elle doit bientôt revenir en France car cela a beaucoup plu.
avatar
Ami de Jésus
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 170
Date d'inscription : 28/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Ami de Jésus le Sam 3 Aoû 2013 - 2:48

stjeanlagneau a écrit:

@ Admin, merci!

@ Ami de Jésus,

C'est un Prophète très important pour cette Fin des Temps. Peut-être avez-vous eu la chance de la voir lors de son passage en France, ou elle a véritablement marqué les esprits!

Que le Père Eternel vous bénisse!



Malheureusement non.

Mais je sais qu'elle doit bientôt revenir en France car cela a beaucoup plu.
avatar
Ami de Jésus
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 170
Date d'inscription : 28/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  stjeanlagneau le Sam 3 Aoû 2013 - 16:58



@ Ami de Jésus

Effectivement, elle est annoncé pour courant Octobre. Je tiendrais le forum au courant dès que j'en saurais plus.

Que le Père Eternel vous bénisse!



avatar
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 20337
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 50
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sulema nous entretient sur l'Illumination des Consciences !

Message  Ami de Jésus le Dim 4 Aoû 2013 - 7:16

avatar
Ami de Jésus
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 170
Date d'inscription : 28/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum