Valentina Papagna - 29 04 2020 Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant.
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Valentina Papagna - 29 04 2020 Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant.

2 participants

Aller en bas

 Valentina Papagna - 29 04 2020 Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant. Empty Valentina Papagna - 29 04 2020 Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant.

Message  métys Mer 13 Mai 2020 - 5:46

Message Céleste Via Valentina Papagna (Sydney, Australie) - 29 04 2020

Ce matin, alors que je priais, l'ange est apparu et a dit :
"Je suis l'ange du Seigneur. Il m'a envoyé pour te dire de venir avec Moi. Il veut te voir et te parler, et tu dois m'obéir."


Soudain, nous nous sommes retrouvés dans un jardin céleste. L'ange a dit : "La Sainte Mère t'attend." En disant cela, il a indiqué la direction de notre Sainte Mère.


J'ai pratiquement couru vers Sainte Marie. Elle était assise sur un beau banc et souriait. J'étais si heureuse de la voir. Nous nous sommes embrassés, et la Sainte Mère a dit : "Cela fait un moment que nous ne nous sommes pas rencontrés ici." Elle était habillée tout de blanc et ne portait pas de manteau. Elle était toute rayonnante d'une lumière intense qui reflétait sur ses cheveux une belle brillance et un bel éclat, comme Marie est si sainte et si pure.

Elle a dit : "Je t'attendais. Allons voir mon Fils Jésus. Il veut te parler".


Nous avons tous les deux marché jusqu'à ce magnifique bâtiment non loin de l'endroit où nous nous sommes rencontrés. Nous sommes entrées, et à l'intérieur d'une pièce, je pu voir un groupe de personnes, de jeunes femmes à l'allure sainte. La Sainte Mère m'a présentée à ce groupe et nous nous sommes saluées.

Peu de temps après, la porte que nous venions de franchir s'est ouverte, et notre Seigneur est entré. Nous étions toutes très heureuses en Sa sainte présence. Au début, Il a un peu parlé au groupe de saintes femmes. À ce moment-là, notre Sainte Mère est partie.

Le Seigneur Jésus a dit : "J'ai des écrits à faire."

Dans cet endroit, je pouvais voir une très longue table en bois avec des chaises tout autour. Puis j'ai remarqué sur un mur, en face de la table, une petite armoire en bois avec des portes à deux battants pointues. Elle avait l'air assez longue. J'ai regardé notre Seigneur ouvrir les portes de l'armoire. C'était très inhabituel. À l'intérieur de l'armoire, tout brillait d'une lumière dorée. Notre Seigneur tenait dans Ses Saintes mains plusieurs pages de papier. Je Lei regardais mélanger le papier, et sur chacune des pages, je pouvais voir de nombreux motifs, certains très colorés.


Il les triait, et pendant qu'Il le faisait, j'ai remarqué sur chaque page des images différentes. Sur l'une d'entre elles, j'ai vu une croix, tandis que d'autres contenaient des images de la nature. Je ne voulais pas être trop curieuse, car ce n'était pas très bien vu.


J'ai regardé comment Il plaçait les papiers debout, dans l'armoire. À l'aide d'un stylo bleu tenu dans Sa Main droite, Il a commencé à écrire partout où il y avait de l'espace vide sur les pages. Notre Seigneur a une belle écriture. Je regardais, mais encore une fois, je ne voulais pas être curieuse de ce qu'Il écrivait. Il y avait beaucoup de pages. Je ne voulais pas faire savoir à notre Seigneur que je le regardais parce que je ne savais pas pour qui Il l'écrivait. J'avais l'impression que Son écriture était privée et je ne voulais pas avoir l'air curieuse.


Après qu'Il eut fini d'écrire, Il s'est assis, mais le papier est resté dans l'armoire avec les portes grandes ouvertes.

Il s'est assis sur une chaise et a étendu Ses jambes comme s'Il se détendait, mais je pouvais voir qu'Il était très, très, triste.

Il a commencé à parler et à se plaindre à ce groupe et à moi-même (nous étions toutes debout ensemble). Notre Seigneur a dit :
"Je Suis un pauvre mendiant, un très pauvre mendiant que les gens rejettent, et peu de gens Me désirent. J'ai pensé que ce virus, qui se produit maintenant dans le monde, changerait l'humanité, mais leur cœur reste glacial envers Moi"..


Puis, avec tristesse, notre Seigneur a dit : "Je ne viens plus beaucoup visiter la terre."


J'ai pensé que, peut-être à cause de ce virus, Il ne vient plus sur terre.


Il a continué, "Seulement parfois Je viens pour voir Mes amis spéciaux qui M'aiment."

J'étais si triste d'entendre tout cela, que mon cœur était brisé par le fait que le Seigneur est si triste. La tristesse sur Son visage a touché mon cœur très profondément.

En moi, je pensais : "Comment puis-je faire pour que notre Seigneur se sente mieux malgré tout cela".
Je sais ce que je vais faire. Je vais lui acheter des chaussettes pour Ses Pieds Saints afin de Le garder au chaud. La meilleure qualité au monde, et je vais Lui donner cinquante dollars, un petit cadeau, parce que je L'aime tant".

Au fond de mon cœur, j'ai senti que je voulais Le consoler.

Puis notre Seigneur s'est levé de l'endroit où Il était assis et s'est détendu. Il a mis Son bras autour de mes épaules et a dit : "Allons dans une autre pièce."

Alors que nous marchions ensemble, les dames suivaient également, je pensais : "Comment vais-je Lui demander quelle est la taille de Ses Pieds ?


Et puis ce courage m'est venu.

Je lui ai demandé : "Seigneur, quelle est la pointure de Tes chaussures ?"

Sans changer d'expression sur Son visage, Il a immédiatement répondu : "Trois à six !"

Mais je me disais : "Ses pieds sont beaucoup plus longs que ça". Il fait au moins une taille de 11 à 12".


Nous sommes ensuite tous revenus au Jardin Céleste avec notre Seigneur. Il nous y a laissés et Il s'est retourné pour regagner la pièce d'où nous venions. Les dames ont pris une autre direction pendant que je me dirigeais vers mon ange qui m'attendait dehors.

J'ai pensé : "C'est le moment pour moi de partir, de quitter le ciel".


Soudain, une sainte dame a crié mon nom. Ce n'était pas une des dames que je venais de rencontrer. Elle avait l'air plus mûre que les autres.


Elle me dit : "Valentina ! Valentina, attends ! C'est ce qu'Il écrivait à la main. C'est pour toi. Notre Seigneur Jésus l'écrivait pour toi. Prends-le !"

J'ai pris le papier, qui était comme un parchemin, en grande partie. Je l'ai pris et je l'ai pressé contre ma poitrine en disant : "Seigneur, je vais le chérir aussi longtemps que je vivrai et au-delà, et je Te remercierai toujours pour tous les enseignements et l'écriture que Tu me donnes. Je T'aime tellement".

Je me suis soudain retrouvé à la maison où je priais.

Mon esprit était encore très présent avec mes expériences au Ciel, et c'est une telle réalité. Je me suis attardée sur le Seigneur et sur Sa tristesse. Je me disais : "Oh Mon Seigneur, je Lui ai même demandé la taille de Ses chaussures". Qu'à t'Il pensé de moi ? J'essayais d'imaginer".

Alors que mes pensées étaient encore profondément ancrées dans le Ciel, la Sainte Vierge Marie est soudainement apparue. Elle souriait.

Elle a dit : "Je viens t'expliquer ce que Mon Fils Jésus t'a dit quand Il t'a donné un écrit, quand tu Lui as demandé la taille de Ses chaussures, et qu'Il t'a répondu "trois à six".

Cela signifie que de trois à six ans, beaucoup de choses vont se produire et se passer dans le monde. Dis à mes enfants de prier et de se repentir de leurs nombreux péchés qui offensent tant mon Fils Jésus".
Elle a souri et a dit : "Je dois te dire, et quand nous te défions, combien tu es innocente. Tu es vraiment spéciale, ton cœur est si enfantin, tu absorbes si profondément tout ce que tu vois et entends de nous, et tu aimerais consoler mon Fils et Le faire se sentir mieux. Pas étonnant qu'Il t'aime si énormément".

"Tu es comme un petit enfant qui veut tout faire pour le Père pour qu'Il se sente mieux. J'aimerais que tous mes enfants sur terre soient comme cela et consolent Mon Fils Jésus parce qu'Il est si gravement offensé".


En disant cela, son visage s'est soudain changé en un visage de tristesse. Puis Elle est partie.

Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant. Parlez Lui et aimez Le, et de cette façon, vous Le consolerez.

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/

_________________
Soleil radieux
métys
métys
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 13500
Date d'inscription : 09/04/2013
Age : 61
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

 Valentina Papagna - 29 04 2020 Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant. Empty Re: Valentina Papagna - 29 04 2020 Si vous voulez consoler notre Seigneur, soyez comme un enfant.

Message  stjeanlagneau Mer 13 Mai 2020 - 17:45

La Vierge Marie a écrit:

Cela signifie que de trois à six ans, beaucoup de choses vont se produire et se passer dans le monde. Dis à mes enfants de prier et de se repentir de leurs nombreux péchés qui offensent tant mon Fils Jésus".

_________________

Bonne Nouvelle "CHERCHEZ D'ABORD LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE,
ET LE RESTE VOUS SERA DONNE PAR SURCROIT"  (Matthieu 6,33)

La Parole !
stjeanlagneau
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 27850
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 56
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum