LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

2 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mar 21 Fév 2023 - 11:17

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le Pape François envisage une nouvelle proclamation pour restreindre sévèrement ou interdire la Messe latine traditionnelle : rapport selon le journal "The Remnant", le pape pourrait publier une constitution apostolique déclarant que la messe Novus Ordo est le seul et unique rite latin officiel.


CITE DU VATICAN (LifeSiteNews) - Des officiels du Vatican ont confirmé en privé au journal "The Remnant" que le Pape François est en train de réviser un document qui sera potentiellement publié comme une constitution apostolique qui déclarerait la Messe Novus Ordo de Paul VI comme étant la seule liturgie officielle du Rite Latin et qui réglementerait sévèrement les communautés de la Messe Latine Traditionnelle telles que la Fraternité Sacerdotale de Saint Pierre et l'Institut du Christ Roi.

The Remnant, qui a prévenu avec précision des restrictions sur la messe en latin avant la publication de Traditionis Custodes, a rapporté qu'une ébauche du document à venir a été présentée à François vers la fin du mois de janvier 2023 par le Dicastère pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements.

Le préfet du dicastère, le cardinal Arthur Roche, s'est montré extrêmement hostile à la poursuite de la célébration de la messe en latin et des sacrements selon l'ancien usage, qualifiant même de protestants plutôt que de catholiques ceux qui préfèrent l'ancienne forme du Missel romain, une accusation intéressante compte tenu de la haine protestante de cette même liturgie et de la persécution protestante des "papistes" romains qui se sont accrochés à l'ancienne forme de culte de préférence aux nouvelles formes protestantes dans des pays comme l'Angleterre au cours de plusieurs siècles.

The Remnant a également rapporté que l'intention principale du nouveau document est de freiner la croissance interne des communautés de la messe latine par une interdiction de toute ordination à la prêtrise ou au diaconat dans l'ancien rite. Cela s'accompagnerait d'une interdiction d'administrer les autres sacrements aux fidèles selon la forme tridentine des sacrements, et d'une obligation pour tous les prêtres de concélébrer à certaines messes, ce qui serait contraire au Code de droit canonique et à toute l'histoire de la tradition liturgique de l'Église, selon laquelle un prêtre n'est jamais tenu de concélébrer une messe. En outre, il est apparemment question d'interdire la célébration de la messe tridentine le dimanche.

Selon The Remnant, un cardinal italien a présenté au pape François une autre version du nouveau document qui déclarerait simplement le Novus Ordo Missae de Paul VI comme étant la seule forme officielle de la messe pour le rite latin, en louant les "fruits abondants" de la "réforme liturgique" promulguée dans les rituels de la messe et des sacrements. Le Vatican allait "couronner et compléter" ces réformes en les établissant comme l'unique forme de culte au sein du rite latin de l'Église.

Ce document célébrerait le 54e anniversaire de la promulgation du nouveau missel, que Paul VI a publié le 3 avril 1969. Sans mentionner expressément la forme tridentine de la messe, le document jetterait néanmoins les bases permettant aux évêques d'éradiquer totalement la célébration de la messe et des sacrements selon l'ancienne liturgie romaine de l'Église.

La nouvelle de The Remnant intervient après que le cardinal Roche ait récemment adressé des lettres aux évêques, affirmant qu'ils ne pouvaient pas se dispenser des restrictions imposées par Traditionis Custodes, une position qui a été contredite par des juristes canoniques versés dans la question. Ces lettres témoignent du mécontentement de M. Roche quant à la générosité dont certains évêques font preuve à l'égard des prêtres et des fidèles qui souhaitent célébrer l'ancienne forme de la messe.

De nombreux catholiques ont déjà l'impression que le Vatican semble déterminé à marginaliser ceux qui, dans l'Église, aiment sa liturgie traditionnelle. Toute tentative d'interdiction totale de l'ancienne messe ne ferait que renforcer cette perception.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mar 21 Fév 2023 - 11:22

SUPPRESSION DE LA MESSE EN LATIN !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


1ère étape du Faux-Prophète : suppression de la Messe Traditionnelle;

2ème étape : destruction du Novus Ordo, en changeant les paroles de la Consécration;

3ème étape : Union de toutes les religions pour la Religion Mondiale Unique (Faux-Prophète et Antéchrist ensembles).

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mar 21 Fév 2023 - 11:27

RESTRICTIONS SUR LA MESSE EN LATIN !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


BREAKING ! Le pape François publie un nouveau document limitant les pouvoirs des évêques pour autoriser la messe en latin dans leur diocèse. Le nouveau document a été confirmé par le Pape François et signé par le Cardinal Roche.


VILLE D'ATICAN (LifeSiteNews) - Le pape François a confirmé aujourd'hui les restrictions sur la messe traditionnelle en latin, déclarant que les évêques ne peuvent pas dispenser les prêtres du document Traditionis custodes du pape de 2021, car ce pouvoir est réservé au Saint-Siège.

La décision de François a été prise par le biais d'un Rescrit émis par le Préfet de la Congrégation (maintenant Dicastère) pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements (CDW), le Cardinal Arthur Roche, le 21 février.

Lors d'une rencontre avec Roche la veille, François a confirmé que, selon la Traditionis custodes, certaines dispenses ne sont pas sous la prérogative de l'évêque local, mais sont plutôt "réservées de manière spéciale au Siège apostolique".

Il s'agit notamment de :

- Utiliser une église paroissiale pour célébrer la messe traditionnelle en utilisant le Missale Romanum de 1962.

- Eriger une nouvelle paroisse personnelle pour célébrer la messe traditionnelle en utilisant le Missale Romanum de 1962.

- Permettre aux prêtres ordonnés après la publication de Traditionis custodes (16 juillet 2021) d'utiliser le Missale Romanum de 1962.

Signé par Roche, le Rescrit stipule que, conformément aux dispositions de l'article 7 de Traditionis custodes, le CEP "exerce l'autorité du Saint-Siège dans les cas susmentionnés, en supervisant l'observation des dispositions".

Si un évêque diocésain a déjà accordé des dispenses pour de tels cas dans son diocèse, le CEP a ordonné qu'il fasse maintenant connaître ces détails au Vatican, après quoi la Congrégation de Roche "évaluera les cas individuels."

#PopeFrancis has confirmed a Rescript of Cdl. Roche stating that dispensations from Traditionis Custodes are reserved to the Holy See.@Pontifex also re-affirmed Roche's Dec. 2021 Responsa ad Dubia, which expanded TC's restrictions on the traditional Mass.https://t.co/pQdv6SGMFS pic.twitter.com/CJPHuBAf3c

— Michael Haynes 🇻🇦 (@MLJHaynes) February 21, 2023

Décembre 2021 Responsa confirmée par le Pape

Après la publication de Traditionis custodes et des Responsa de Roche, certains évêques diocésains avaient invoqué le Canon 87 §1 pour permettre l'utilisation d'une église paroissiale pour la Messe traditionnelle, alors que celle-ci avait été interdite par le document du Pape. En utilisant le canon 87, un évêque peut dispenser les fidèles de son diocèse des "lois disciplinaires universelles et particulières" lorsqu'il estime que "cela contribue à leur bien spirituel".

Défendant la raison pour laquelle l'interdiction d'utiliser une église paroissiale avait été stipulée dans Traditionis Custodes, les Responsa 2021 avaient déclaré que : " L'exclusion de l'église paroissiale vise à affirmer que la célébration de l'Eucharistie selon le rite antérieur, étant une concession limitée à ces groupes, ne fait pas partie de la vie ordinaire de la communauté paroissiale. "
Selon les termes de la Responsa, l'évêque diocésain doit " demander " qu'une église paroissiale puisse être utilisée, " seulement s'il est établi qu'il est impossible d'utiliser une autre église, un oratoire ou une chapelle ". L'évaluation de cette impossibilité doit être faite avec le plus grand soin. "

Cette question était devenue un point de discorde au cours des dernières semaines, Roche ayant tenté de faire respecter sa volonté et envoyé des lettres aux évêques du monde entier qui avaient fait usage du canon 87, les informant qu'ils ne pouvaient pas le faire.

Dans des lettres révélées par le Dr Peter Kwasniewski, liturgiste, Roche soutenait que tant Traditionis Custodes que ses propres Responsa retiraient cette permission à l'évêque en réservant une telle dispense au seul Saint-Siège.

Les juristes canoniques, cependant, ont fait valoir que de telles déclarations n'ont aucun fondement dans le droit canonique de l'Église. Dans un livre récemment publié, le père Réginald-Marie Rivoire écrit qu'une telle démarche "non seulement restreint indûment les facultés des Ordinaires locaux, se substituant à eux pour discerner ce qui est une cause juste et ce qui ne l'est pas, mais montre également peu de considération pour le droit fondamental des fidèles à suivre leur propre rite et spiritualité".

S'exprimant sous couvert d'anonymat, un avocat canonique a récemment déclaré à LifeSite que :

parce que les Responsa ad dubia n'ont pas été approuvées in forma specifica, elles ne sont pas une législation et ne peuvent avoir d'autorité que dans la mesure où elles interprètent les dispositions de Traditionis custodes (TC). Les points mentionnés dans la récente lettre de Roche sont que TC déclare que la Messe [traditionnelle] ne devrait pas être offerte dans les paroisses et qu'elle désigne le CEP et la CICLSA [Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique] pour exercer l'autorité du Saint-Siège en ce qui concerne les dispositions de TC. Mais aucune des deux déclarations n'affirme que les dispenses du point de l'UA [messe traditionnelle] célébrée dans les églises paroissiales sont réservées au Saint-Siège et donc réservées au CEP ou à la CICLSA.

Poursuivant, il a déclaré que le droit d'un évêque diocésain de dispenser ses fidèles des lois, tel que décrit dans le canon 18, n'est pas affecté :

Ainsi, à la lumière du canon 18, il est clair que les évêques diocésains conservent le droit de dispenser de la disposition pertinente de la CT afin que l'UA puisse continuer à être offerte dans les églises paroissiales désignées. Le canon 18 stipule que " les lois qui établissent une peine, restreignent le libre exercice des droits ou contiennent une exception à la loi sont sujettes à une interprétation stricte ", ce qui signifie qu'elles doivent être interprétées de manière à préserver autant que possible la liberté de ceux qu'elles affectent. Ici, cela signifie clairement que les évêques diocésains conservent leur droit de se dispenser de la disposition pertinente.

Cependant, dans le Rescrit du 21 février, François a ajouté sa confirmation directe des Responsa ad dubia de Roche de décembre 2021.

Roche a déclaré que "[l]e Saint-Père n'a pas seulement publié Traditionis custodes, il a aussi approuvé Responsa ad dubia, de sorte qu'il ne peut y avoir aucun doute sur ses souhaits à cet égard, étant donné qu'ils sont énoncés de manière aussi claire dans les deux documents".

ll semble que le nouveau Rescrit bénéficie d'une approbation papale un peu plus directe sur le texte précis que les Responsa. Le Responsa 2021 indique que le pape François "a été informé de la publication" du Responsa et y a consenti.

Mais le nouveau Rescrit indique que François a "confirmé" les détails du document, et "confirme en outre - après avoir déjà exprimé son assentiment lors de l'audience du 18 novembre 2021 - ce qui a été établi dans les Responsa ad dubia avec les notes explicatives jointes du 4 décembre 2021".

En outre, le pape a ordonné que le rescrit soit publié dans le quotidien du Vatican, L'Osservatore Romano, et dans le "commentaire officiel des Acta Apostolicae Sedis."

Joseph Shaw, président de la Latin Mass Society of England and Wales et président d'Una Voce International, a qualifié le nouveau rescrit de "grave nouvelle".

Grave nouvelle en provenance du Saint-Siège : Le pape François a confirmé que les évêques doivent obtenir une autorisation explicite du Dicastère pour le culte divin pour utiliser les églises paroissiales pour la messe en latin. C'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas utiliser le canon 87.1.

Le Dr. Shaw a noté que le CDW, lorsqu'on lui demandait l'autorisation d'organiser la Messe traditionnelle dans une église paroissiale, "limitait généralement le nombre de lieux et ne donnait l'autorisation que pour deux ans."

Le nouveau Rescrit "affecterait l'organisation de la Messe traditionnelle de manière très inégale", a-t-il ajouté, car "dans certains endroits, il serait facile de trouver des lieux alternatifs, dans d'autres, impossible".

Le Rescrit, tout en poursuivant la mise en œuvre de Traditionis custodes, n'est pas le document dont on dit qu'il contient de nouvelles restrictions destructrices pour la Messe traditionnelle.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mar 21 Fév 2023 - 13:33

TRADITIONIS CUSTODES : LE PAPE FRANÇOIS NE RENONCE PAS !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Il semblerait que François prépare une nouvelle constitution apostolique parce qu'il est mécontent de la lenteur de la mise en œuvre de Traditionis Custodes.

Avec ce texte, il veut enfin mettre un terme à la liturgie romaine.

François a choisi la forme d'une constitution apostolique pour faire écho à la constitution Missale Romanum de Paul VI (1969), afin de souligner l'égalité de statut des deux constitutions.

Selon Summorum-Pontificum.de (13 janvier), la constitution contient quatre injonctions principales :

1. Le rite romain ne peut être célébré exclusivement dans aucune église.

2. Le rite romain ne peut être célébré exclusivement tous les dimanches.

3. L'utilisation du rite romain pour les sacrements et les sacramentaux est interdite.

4. Tout prêtre est obligé de célébrer le Novus Ordo de Paul VI.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Sam 25 Fév 2023 - 13:03

LE PÈRE MURRAY DÉNONCE LA "PERSÉCUTION" DU VATICAN À L'ENCONTRE DES CATHOLIQUES PRATIQUANT LA MESSE EN LATIN !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


(LifeSiteNews) - Le père Gerald Murray a dénoncé la répression du Vatican sur la messe en latin comme une "persécution" des catholiques traditionnels qui "endommage l'Église" et menace les droits des évêques en vertu du droit canonique.

Dans une interview accordée à l'émission The World Over d'EWTN hier soir, le prêtre et canoniste new-yorkais a répondu aux dernières restrictions du pape François sur la messe en latin, qui limitent le pouvoir des évêques de dispenser de sa lettre apostolique Traditionis custodes de 2021.

Ces nouvelles restrictions ont pris la forme d'un rescrit publié mardi par le cardinal Arthur Roche, préfet du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements (DDWDS) et adversaire militant du culte traditionnel. Selon ce document, les évêques diocésains doivent obtenir une autorisation explicite du dicastère avant de permettre aux prêtres de célébrer la messe en latin dans les églises paroissiales ou de créer de nouvelles paroisses personnelles pour la célébration de l'ancienne messe.

Le père Murray a décrié le rescrit comme une nouvelle manœuvre du Vatican pour "marginaliser, restreindre et bannir les personnes qui célèbrent la messe en latin" et a condamné le fait de pousser les catholiques traditionnels hors de leurs paroisses comme "une violation fondamentale de l'ordre de l'Église".

"Il n'y a aucune raison pour qu'un paroissien soit jeté hors de son église paroissiale", a-t-il déclaré.

"Le fait que le cardinal Roche et le pape ne trouvent pas que l'ancienne messe soit, vous savez, utile ou fructueuse pour eux, une bonne expression de la façon dont nous devrions prier, cette opinion que vous pouvez avoir - je pense que ce n'est pas une bonne opinion, j'aimerais en discuter avec eux", a-t-il dit, "mais s'il vous plaît, pour l'amour de Dieu, ne vous retournez pas et ne dites pas à une famille de 10 personnes qui va à la messe en latin depuis 30 ans que vous et vos enfants devez prendre votre voiture et aller ailleurs parce que vous ne pourrez pas avoir la messe dans l'église de votre paroisse où vos enfants ont été baptisés, ont fait leur communion, et tout le reste. "

" Cela n'a absolument aucun sens. C'est une persécution des catholiques de la messe latine, purement et simplement ", a insisté le père Murray. "Et cela ne peut pas être justifié en disant, eh bien, cela va aider à promouvoir la mission de l'Église".

"Cela porte atteinte à l'Église. C'est absolument vrai."

Cela n'a absolument aucun sens. C'est une persécution des catholiques de la messe latine, purement et simplement.

"Et aux États-Unis, où il y a un grand amour pour la messe en latin", a-t-il poursuivi, "je pense que la plupart des évêques diraient : 'Saint-Père, s'il vous plaît, mettez un terme à cela'. Nous n'avons pas besoin maintenant que Rome dise aux gens : 'Sortez de vos églises paroissiales si vous aimez l'ancienne messe'".

"Je pense que c'est un effort romain, triste à dire, pour marginaliser davantage, restreindre et bannir les gens de la messe latine, et ce sont précisément un groupe de catholiques pratiquants qui sont très obéissants", a-t-il ajouté.

Le rescrit du cardinal Roche va au-delà de Traditionis custodes, qui imposait de vastes restrictions à la messe en latin mais ne réservait pas spécifiquement les dispenses au Saint-Siège. Le nouveau document est intervenu après que plusieurs évêques américains aient dispensé les prêtres des dispositions de Traditionis custodes qui interdisent la célébration de la messe en latin dans les églises paroissiales.

Selon le rescrit, de telles dispenses sont désormais "réservées de manière spéciale au Siège apostolique", et les évêques qui les ont accordées doivent "informer le Dicastère pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, qui évaluera les cas individuels."

Mais, comme l'a souligné le père Murray, le fait que de nombreux évêques aient continué à autoriser l'ancien rite dans les paroisses après Traditionis custodes sape la justification du pape François pour l'émettre - la prétendue préoccupation des évêques que les catholiques de la messe latine menacent l'unité de l'Église.

"C'est fascinant, parce que Traditionis custodes a été publié sur la base d'une enquête dans laquelle on nous a dit qu'il y avait beaucoup de mécontentement parmi les évêques du monde au sujet de la messe latine traditionnelle, mais le fait que les évêques autorisaient son maintien dans leur diocèse indique le contraire", a déclaré le prêtre. De nombreux prélats, dont l'évêque Thomas Paprocki de Springfield et le cardinal Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong, ont déclaré n'avoir jamais reçu l'enquête.

Le paradoxe de la papauté du Pape François

Le père Murray a également noté le décalage entre l'accent mis par le pape François sur le fait d'"aller aux périphéries" et son traitement sévère des catholiques de la messe latine.

"Je trouve cela très affligeant et non conforme à ce que le pape a toujours dit aller vers les marginaux et les aider", a-t-il observé. "C'est le paradoxe de la papauté du pape François, et c'est un paradoxe parce qu'il est entré en fonction en disant qu'il voulait une Église décentralisée, il voulait la collégialité, puis il a commencé à parler de 'synodalité', ce qui signifie que nous marchons ensemble, et nous parlons ensemble, et nous nous écoutons les uns les autres. C'est exactement le contraire qui se produit en ce qui concerne la messe en latin."

L'animateur de The World Over, Raymond Arroyo, a spécifiquement opposé l'approche du pape envers les catholiques traditionnels à l'indulgence du Vatican envers le prédateur en série et artiste jésuite disgracié, le père Mark Rupnik.

Le Vatican a donné à Rupnik "des actes répétés de miséricorde et de pardon, mais les personnes qui tentent d'être fidèles et fructueuses, qui sont là tous les dimanches et qui gardent les portes ouvertes, sont traitées comme des déchets", a déclaré Arroyo.

M. Rupnik a été excommunié au début de l'année dernière après avoir été reconnu coupable d'avoir absous un partenaire sexuel en confession, mais le Saint-Siège a levé sa sanction un mois plus tard. Le pape François a été accusé d'avoir personnellement levé l'excommunication de Rupnik, ce qu'il a nié. Le cardinal Gerhard Müller, ancien préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi, a récemment attesté que François a annulé à plusieurs reprises des excommunications de prêtres abusifs sur ordre de cardinaux.

Le Vatican anti-traditionnel "prive les évêques" de leurs droits
En plus de marginaliser les catholiques de la messe latine, le nouveau rescrit met en péril les droits des évêques et suit un modèle de centralisation du pouvoir à Rome sous le pape François, a déclaré le père Murray.

Le rescrit "va dans le sens de la privation des évêques des droits dont ils jouissent en droit canonique pour prendre des décisions pastorales basées sur ce qu'ils voient", a-t-il déclaré.

"Les évêques sont privés de leur droit en droit canonique de prendre des décisions pastoralement sages et sensibles sur la façon d'appliquer des restrictions que, très franchement, la plupart des évêques, du moins dans ce pays, ne pensaient pas nécessaires", a-t-il ajouté, notant que Traditionis custodes n'a pas reçu un accueil particulièrement positif de la part des évêques.

"Je veux dire, lorsque le pape a publié le document Traditionis custodes, il n'y a pas eu de soulèvement d'approbation et, disons, d'expressions de joie venant des évêques des États-Unis ou d'autres pays, disant : 'Enfin, maintenant nous pouvons restaurer l'unité de l'Église'. En fait, c'est tout le contraire", a déclaré le père Murray.

Les évêques disent : "Hé, pourquoi diable voudrais-je expulser les catholiques qui vont à la messe et qui sont jeunes, ont des enfants, sont croyants ?" a-t-il poursuivi. "Les églises de mes paroisses, comme beaucoup d'évêques vous le diront, sont plutôt vides ces jours-ci, et quand les gens vont à la messe, pourquoi être hostile ?".

L'attaque du pape François sur l'autorité des évêques s'étend au-delà de la liturgie, a également noté le père Murray, citant les restrictions émises par le pape l'année dernière qui exigent que les évêques demandent l'approbation du Vatican avant de former de nouveaux instituts religieux.

"Le pape a retiré aux évêques les pouvoirs accordés après le Concile dans le code de droit canonique réformé en ce qui concerne les instituts religieux et la création d'ordres diocésains. Il y a toutes sortes de procédures dans lesquelles on dit aux évêques que c'est Rome qui prend toutes les décisions et que vous devez les appliquer", a-t-il déclaré.

"Ce n'est pas ainsi qu'une Église apostolique traite la sensibilité et l'utilité pastorales."

La dernière interview du père Murray sur The World Over fait suite à un essai qu'il a publié la semaine dernière dans The Catholic Thing, appelant les évêques et les prêtres à corriger la demande du pape François que les prêtres absolvent les grands pécheurs non repentis.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Sam 25 Fév 2023 - 13:16

LES TRADITIONALISTES RIPOSTENT AU RESCRIT ANTI-MESSE LATINE DU PAPE FRANÇOIS !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les catholiques traditionalistes se défendent contre le rescrit anti-messe latine du Pape François qui interdit aux Évêques d’accorder des dispenses aux paroisses offrant la forme extraordinaire de la messe.

« De graves préjudices pastoraux suivront si la permission n’est pas accordée lorsque des lieux de culte alternatifs ne sont pas facilement disponibles pour l’usage des communautés attachées à l’ancienne forme de la messe« , ont averti la Latin Mass Society et la Fédération internationale Una Voce.

La LMS et l’IUVF ont publié une déclaration mercredi – un jour après que le Vatican ait publié son rescrit – « exprimant sa consternation que l’autorité sur une question d’une telle sensibilité pastorale ait été centralisée de cette façon« .

Le rescrit, qui oblige les Évêques à demander au Vatican l’autorisation d’utiliser une église paroissiale pour la célébration de la messe traditionnelle en latin, comble une lacune du droit canonique (n° 87) qui permet aux évêques de lever les obligations du droit universel pour le bien des âmes dans leur diocèse.

« La restriction de l’utilisation des églises paroissiales marginalisera et repoussera aux périphéries les catholiques fidèles qui souhaitent seulement célébrer, en communion avec leurs Évêques, une forme de liturgie autorisée par l’Église« , souligne la déclaration de la LMS/IUVF.

Dans un blog suggérant des moyens de contourner les nouvelles restrictions, le président de l’IUVF, le Dr Joseph Shaw, a suggéré que les Évêques puissent déplacer une célébration de la MIT « d’une église paroissiale à un autre lieu de culte, s’il en existe un approprié à proximité« .

« Une autre option dont dispose un Évêque est d’autoriser la célébration publique de la messe dans un lieu qui n’est pas du tout une église catholique : un lieu de culte non catholique, une salle de réunion louée, une maison privée« , a suggéré le philosophe d’Oxford.

Cependant, les fidèles n’ont pas besoin de la permission de l’Évêque si une messe est célébrée dans une maison privée, ce qui signifie en pratique qu’elle n’est pas annoncée publiquement, a ajouté Shaw, expliquant que le fait d’assister à une messe privée offerte entre le samedi midi et le dimanche minuit remplit l’obligation dominicale.

« C’est le genre de choses, je pense, que l’on entend lorsque les gens parlent de la « clandestinité » de la MTP. Cela n’implique pas nécessairement d’enfreindre la loi de l’Église« , a souligné Shaw. « Dans la mesure où cela devient impossible, alors l’argument moral en faveur des célébrations illicites devient plus fort.«

Dans des commentaires adressés à Church Militant, M. Shaw a expliqué que le rescrit n’était qu’une charade puisque le dicastère, sous la direction de M. Arthur Roche, avait déjà décidé de rejeter les nouvelles demandes d’autorisation de célébrer la MIT pour les prêtres nouvellement ordonnés.

« Nous avons entendu de multiples sources que le Dicastère avait clairement fait savoir aux Évêques que les demandes de permission pour les Prêtres nouvellement ordonnés de célébrer le Missel de 1962 seraient refusées. Nous savons également que certains évêques ont demandé cette permission et qu’elle leur a été refusée« , a révélé M. Shaw.

« Nous n’avons pas entendu dire qu’un prêtre nouvellement ordonné, où que ce soit dans le monde, ait reçu cette permission. Par conséquent, il est tout à fait clair que, ayant reçu l’autorité d’exercer un jugement pastoral sur cette question, le dicastère a décidé qu’aucune circonstance ne justifierait de donner la permission« , a-t-il déploré.

Shaw a souligné que « les juristes canoniques s’accordent à dire que tous les Prêtres de rite latin peuvent célébrer l’ancienne messe en privé, puisqu’elle n’est pas abrogée. »

Il a ajouté :

« Il est étrange qu’une telle décision soit réservée au Saint-Siège, et non prise par des évêques qui pourraient avoir une meilleure compréhension des circonstances locales. »

Pendant ce temps, les catholiques traditionalistes d’Écosse menacent de boycotter la Sainte Messe après que l’Archevêque de Glasgow, William Nolan, a supprimé la MTP de l’église paroissiale du Sacré-Cœur à Bridgeton afin de « se conformer pleinement aux exigences de Traditionis Custodes.«

Les commentateurs du blog ont réagi en exhortant leurs collègues traditionalistes à « cesser d’aller au N.O. » (Novus Ordo ou Nouveau Testament). (Novus Ordo ou le nouveau rite de la Sainte Messe).

Plusieurs personnes dans la congrégation ont demandé une explication dès que la déclaration de l’Archevêque a été lue pendant la messe. Leurs demandes ont été accompagnées « d’expressions similaires de colère justifiée, tandis qu’une femme a crié « NON ! »« . a rapporté Catholic Truth Scotland.

« La réponse de votre liste est ‘cesser d’aller à la messe’ comme le souligne Cornelius ci-dessous, citant le conseil de l’archevêque Lefebvre de lire notre missel (messe du jour) et de prier le chapelet, etc.« , a répondu un commentateur nommé Michaela.

« Mgr Lefebvre a dit que si nous ne pouvons pas nous rendre à la MTP, nous devons rester à la maison, lire notre missel (c’est-à-dire une messe « sèche »), faire une communion spirituelle et prier notre chapelet« , a fait remarquer Cornelius.

« Je suis tout à fait d’accord avec Sarto2010 pour dire qu’il ne faut jamais assister à une messe Novus Ordo. Il ne rend pas un culte authentique à Dieu – en fait, il l’offense« , a-t-il ajouté.

« Le trouble nerveux n’est pas la réponse« , a fait remarquer le commentateur Marinaio d’un air moqueur. « Après avoir assisté à un enterrement NO très récemment, je ne peux que dire que nous devrions tous éviter la tentation d’assister à ce rite contaminé en dernier recours.«

En réponse à un autre post, des commentateurs suggèrent de poursuivre un « parcours indépendant » et de chercher un bâtiment pour célébrer la messe.

Quand la commentatrice Laura dit que ce mouvement « sonne protestant » pour elle, Michaela répond : « Je ne pense pas que ce soit protestant, en raison des circonstances.«

« Nous traversons une période de crise sans précédent, il faut donc prendre des gants à un moment donné et nous avons fait ce que nous pouvions« , note Michaela. « Donc, si le Père Dunn pense à prendre la voie de l’indépendance, je suis sûre qu’il y aura beaucoup de fidèles pour le soutenir.«

« Je pense – surtout en temps de crise – qu’il y a eu des prêtres ‘vagus’ – c’est-à-dire qu’ils ne sont pas incardinés dans un diocèse particulier« , remarque un autre commentateur. « Évidemment, il est normal que les prêtres soient incardinés dans les diocèses, mais nous ne vivons pas en temps normal« .

Des traditionalistes de premier plan, dont le Dr Peter Kwasniewski, liturgiste, exhortent les catholiques à acheter des églises désaffectées et à les convertir en chapelles traditionnelles pour accueillir « les rangs grossissants des prêtres incardinés et des fidèles qui souhaitent adhérer au TLM après son interdiction« .

À lire aussi | Soulagement des âmes du Purgatoire considéré comme œuvre de justice

Interrogé sur la façon dont les « prêtres vagabonds » fonctionneront sans Évêque, Kwasniewski répond que les prêtres chercheront à être en communion avec l’Évêque local « à condition qu’il soit disposé à respecter la tradition apostolique et ecclésiastique, comme c’est son devoir et leur droit.«

« Si l’Évêque refuse d’avoir affaire à eux, c’est sa faute, pas la leur« , observe Kwasniewski. « En attendant, ils continueront à prier pour lui selon le Canon romain ; ils transmettront ce qu’ils ont reçu, selon saint Paul ; ils agiront selon la loi suprême, ‘salus animarum’.«

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Sam 25 Fév 2023 - 13:22

LES CATHOLIQUES SONT INVITÉS À SE JOINDRE À L'EFFORT MONDIAL DE PRIÈRE POUR LA PRÉSERVATION DE LA MESSE EN LATIN !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


(LifeSiteNews) - Ce Carême, les catholiques sont invités à contribuer à un "bouquet spirituel" mondial en offrant des messes et des chapelets pour la préservation de la Messe latine traditionnelle (TLM).

Cette invitation intervient alors que le Vatican continue d'imposer des restrictions à la liturgie traditionnelle et que l'on a découvert récemment que certains catholiques pratiquant la MLT étaient ciblés par le FBI.

L'initiative du bouquet spirituel s'appelle "Missae Pro Missa", ce qui signifie en latin "Messes pour la Messe".

Elle a été lancée le mercredi des Cendres par un groupe anonyme de laïcs catholiques basés aux États-Unis qui disent "aimer la messe traditionnelle en latin et souhaiter qu'elle reste une partie florissante et normale de la vie de l'Église".

L'objectif est d'accumuler un minimum d'un million de messes dites pour la préservation de la MLT d'ici le dimanche de Pentecôte, le 28 mai.

Selon le groupe, le bouquet spirituel des messes sera puissant car "[d]ans chaque messe, Jésus s'offre (corps, sang, âme et divinité) à son Père dans un acte de parfaite réparation, d'action de grâce, d'adoration et de supplication, renouvelant l'offrande qu'il a faite sur la croix pour ces mêmes intentions".

"Par la messe, les grâces de Dieu descendent vers l'humanité à travers Jésus, et d'une manière spéciale, ces grâces sont appliquées à l'intention pour laquelle la messe est offerte", poursuit le groupe sur son site internet.

"Lorsque des messes sont dites ou entendues pour la préservation de la messe traditionnelle latine, Jésus s'offrira à son Père spécialement pour cette intention", précise le groupe. "Il n'y a pas de prière plus puissante que la prière parfaite de Jésus dans la messe".

Les catholiques désireux de participer peuvent le faire de trois façons, indique le groupe :

Demander que des messes soient dites pour la préservation de la messe en latin (ou si vous êtes prêtre, célébrer des messes à cette intention).

Offrez vos propres auditions de la messe à cette intention.

Priez des chapelets à cette intention.

Une fois qu'une messe ou un chapelet a été offert à cette intention, les catholiques sont priés d'enregistrer leur offrande sur le site web, sur lequel un décompte permanent sera tenu jusqu'à la Pentecôte.

Les participants sont également invités à écrire un commentaire expliquant leur lien avec la liturgie traditionnelle et leur désir personnel de la préserver.

Le site Missae Pro Missa indique que les catholiques peuvent demander des messes en contactant simplement leur paroisse ou leur ordre religieux local et en demandant qu'une messe soit dite "pour la préservation de la messe en latin".

Les participants peuvent aussi simplement demander qu'une messe soit dite pour leurs "intentions personnelles" et, par la prière, faire comprendre cette demande à Dieu.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

saintjeanlagneau 2 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mer 15 Mar 2023 - 11:52

LE CARDINAL MÜLLER SE JOINT AU CHOEUR DE VOIX DÉFENDANT LA TRADITION LITURGIQUE DE L'ÉGLISE !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Intolérance brutale" : Le cardinal Müller condamne la dernière attaque du pape François contre la messe latine traditionnelle. Le cardinal allemand Gerhard Müller se joint à un chœur de voix défendant la tradition liturgique de l'Église contre la répression continue du pape.


(LifeSiteNews) - Le cardinal allemand Gerhard Müller a condamné le Rescrit récemment approuvé par le Vatican qui restreint davantage la célébration de la Messe latine traditionnelle (MLT).

Dans ses commentaires au média catholique espagnol InfoVaticana, Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a dénoncé la centralisation du pouvoir du Cardinal Arthur Roche sur la célébration de la MLT.

"Le pape Benoît a surmonté les tensions qui étaient apparues d'une manière théologiquement compétente et pastoralement sensible en faisant la distinction entre la forme ordinaire et la forme extraordinaire du rite latin", a déclaré le cardinal Müller, qui a qualifié la décision de François de restreindre la messe traditionnelle d'"intolérance brutale" à l'égard de ceux qui préfèrent l'ancien rite.

Le Rescrit ayant reçu l'assentiment du pape le mois dernier, la permission de célébrer la messe selon le Missale Romanum de 1962 a été limitée aux bâtiments non paroissiaux, et cette concession ne peut être demandée qu'à la Congrégation (désormais Dicastère) pour le culte divin et la discipline des sacrements, que dirige M. Roche.

Commentant les efforts renouvelés pour centraliser le pouvoir sur la liturgie, M. Müller a soutenu que l'exigence d'obéissance absolue à l'autorité ecclésiastique dans ces domaines est "pastoralement autodestructrice" et "un exemple effrayant d'incompétence théologique à faire la distinction entre […] la substance du sacrement et la richesse des formes des rites liturgiques".

Le cardinal a ajouté que le document "rabaisse les évêques ou les ordinaires locaux de rang secondaire au rang de requérants auprès de la plus haute autorité (c'est-à-dire la bureaucratie du Département des cultes)", ajoutant que la décision "nuit à la responsabilité pastorale de l'épiscopat" tout en obscurcissant "le véritable sens de la papauté, qui est de représenter et de réaliser l'unité de l'Église dans la vérité de la foi et la communion sacramentelle".

Mgr Müller se joint à un chœur de voix défendant la tradition liturgique de l'Église, dont l'évêque Thomas Tobin de Providence (Rhode Island), qui a condamné les nouvelles restrictions, estimant qu'elles n'étaient pas le "style de Dieu". Le pape François lui-même a souligné que ceux qui sont attachés au TLM devraient être "accompagnés, écoutés, et qu'on leur donne du temps", a noté Mgr Tobin.

L'évêque Thomas Paprocki de Springfield, Illinois, a également pris la défense des adeptes de la longue tradition liturgique de l'Église, les décrivant comme "très dociles aux enseignements de l'Église, très désireux de suivre les enseignements de l'Église… Ce sont des catholiques très fidèles".

Mgr Paprocki a attiré l'attention sur la note initiale du pape aux évêques accompagnant le motu proprio Traditionis Custodes de juillet 2021, qui stipule qu'il "vous appartient d'autoriser… l'utilisation du 'Missale Romanum' de 1962… Il vous appartient… de déterminer au cas par cas la réalité des groupes qui célèbrent avec ce 'Missale Romanum'".

En conséquence, de nombreux prélats ont invoqué le canon 87 §1 du Code de droit canonique, qui accorde aux évêques le pouvoir de dispenser les fidèles de son diocèse des "lois disciplinaires universelles et particulières" lorsqu'ils estiment que "cela contribue à leur bien spirituel". Le rescrit de Roche, cependant, tente d'annuler cette dispense.

Les évêques, y compris Mgr Paprocki, ont commencé à redéfinir les églises de leur diocèse afin qu'elles ne soient plus des églises paroissiales, dans le but de contourner la dernière décision.

À la lumière de la bataille qui s'est ensuivie entre le pape et certains évêques du monde entier sur la mise en œuvre de ses décrets, M. Müller a soutenu que "la reconnaissance de l'autorité papale n'est pas encouragée, mais affaiblie à long terme" au vu de ce qui semble être une forme plus autocratique de direction de l'Église dans le pontificat de M. François.

Comparant les méthodes et les perspectives sur la liturgie illustrées par le pape François et son prédécesseur Benoît XVI, M. Müller a déclaré que contrairement au premier, le second n'a pas "insisté sur l'obéissance formelle de manière autoritaire, car même l'obéissance de la foi à Dieu, qui est décisive pour le salut, n'exige pas une servilité aveugle, mais plutôt une dévotion à Dieu."

" En ce qui concerne l'obéissance à l'autorité ecclésiastique, il faut distinguer l'obéissance religieuse, qui se réfère à la soumission autorisée de la foi révélée, et la disposition à suivre de bonne foi ", poursuit M. Müller, ajoutant qu'il faut distinguer " entre la substance des sacrements, sur laquelle le pape et les évêques n'ont aucun pouvoir de disposition, et le rite liturgique, qui s'est historiquement développé dans les différents rites légitimes au sein de l'unique Église catholique. "

Le Rescrit, qui renforce le motu proprio Traditionis Custodes du Pape par lequel les premières restrictions sur le TLM ont été annoncées, cherchait à "réserver de manière spéciale au Siège Apostolique" certaines dispenses précédemment accordées aux évêques locaux concernant l'utilisation de l'ancien rite latin.

Parmi les permissions révisées par le Rescrit figurent l'utilisation d'une paroisse pour célébrer le TLM, l'érection d'une nouvelle paroisse personnelle dans le but de célébrer la Messe en utilisant le Missale Romanum de 1962, et la permission pour les prêtres ordonnés après la libération du TC de célébrer l'ancienne Messe.

Toutes ces dispenses sont désormais réservées à Rome.

Peu après la publication du document, les évêques ont commencé à restreindre la célébration de la TLM dans leurs diocèses. Une semaine seulement après la publication du rescrit, le 28 février, Mgr Edward Scharfenberger, évêque du diocèse d'Albany, dans l'État de New York, a annoncé qu'il mettait la célébration de l'ATM "en suspens" à la suite de la publication du document.

"À la lumière du rescrit envoyé par le Vatican la semaine dernière, la célébration de l'Usus Antiquior [TLM] est actuellement suspendue dans les églises paroissiales du diocèse d'Albany", a écrit l'évêque, ajoutant que "[pendant] que nous explorons diverses possibilités, l'Usus Antiquior peut se poursuivre au sanctuaire Our Lady of Martyrs à Auriesville, qui n'est pas une église paroissiale du diocèse".

Les diocèses de Liverpool et de Leeds, en Angleterre, semblent également avoir adopté des restrictions à l'utilisation du Missale Romanum de 1962 à la suite de la publication du Rescrit, l'archevêque de Liverpool, Mgr Malcolm McMahon, ayant interrompu la messe en latin dans deux paroisses et l'évêque de Leeds, Mgr Marcus Stock, ayant annoncé qu'aucune église paroissiale ne pouvait continuer la célébration selon l'ancien rite.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mar 18 Avr 2023 - 12:52

@ Tous :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

ritsch aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ? Empty Re: LA MESSE EN LATIN BIENTÔT INTERDITE ?

Message  Admin Mer 27 Déc 2023 - 12:36

LETTRE AUX CATHOLIQUES DU MONDE ENTIER !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris la décision du pape François d’abroger les principales dispositions du Motu Proprio Summorum Pontificum promulgué par le pape Benoît XVI, le 7 juillet 2007. Après des décennies de divisions et de querelles, ce Motu Proprio fut, pour tous les fidèles catholiques, une œuvre de paix et de réconciliation.

Rome viole la parole donnée par le pape Benoît XVI, avec brutalité et intransigeance, bien loin de l’accueil fraternel tant vanté.

La volonté affirmée du pape François, dans le Motu Proprio Traditionis Custodes du 16 juillet 2021 est de voir disparaître la célébration de la messe de la Tradition de l’Eglise. Cette décision nous plonge dans la consternation. Comment comprendre cette rupture avec le Missel traditionnel, réalisation « vénérable et antique » de la « loi de la foi », qui a fécondé tant de peuples, tant de missionnaires et tant de saints ? Quel mal font les fidèles qui souhaitent, simplement, prier comme le firent leurs pères depuis des siècles ? Peut-on ignorer que la messe tridentine convertit de nombreuses âmes, qu’elle attire des assemblées jeunes et ferventes, qu’elle suscite de nombreuses vocations, qu’elle a fait surgir des séminaires, des communautés religieuses, des monastères, qu’elle est la colonne vertébrale de nombreuses écoles, œuvres de jeunesse, catéchismes, retraites spirituelles et pèlerinages ?

Beaucoup d’entre vous, frères catholiques, prêtres, évêques, nous avez fait part de votre incompréhension et de votre profonde douleur : merci pour vos nombreux témoignages de soutien.

Favoriser la paix de l’Église afin de construire l’unité dans la charité, mais aussi amener les catholiques à renouer avec leur propre héritage en faisant découvrir au plus grand nombre les richesses de la tradition liturgique, trésor de l’Église, tels étaient les buts poursuivis par Summorum Pontificum. Le pape émérite Benoît XVI voit son œuvre de réconciliation détruite de son vivant.

Dans une époque imprégnée de matérialisme et déchirée par les divisions sociales et culturelles, la paix liturgique nous apparaît comme une nécessité absolue pour la foi et la vie spirituelle des catholiques dans un monde qui meurt de soif. La restriction drastique de l’autorisation de célébrer la Messe selon sa forme traditionnelle fera resurgir la méfiance, le doute et annonce le retour d’une querelle liturgique déchirante pour le peuple chrétien.

Nous l’affirmons solennellement, devant Dieu et devant les hommes : nous ne laisserons personne priver les fidèles de ce trésor qui est d’abord celui de l’Église. Nous ne resterons pas inactifs devant l’étouffement spirituel des vocations que prépare le Motu proprio Traditionis Custodes. Nous ne priverons pas nos enfants de ce moyen privilégié de transmission de la foi qu’est la fidélité à la liturgie traditionnelle.

Comme des fils à leur père, nous demandons au pape François de revenir sur sa décision, en abrogeant Traditionis Custodes et en rétablissant la pleine liberté de célébration de la messe tridentine, pour la gloire de Dieu et le bien des fidèles. Du pain plutôt que des pierres.

Le 8 septembre 2021, en la fête de la Nativité de la Très sainte Vierge Marie

A SIGNER : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Admin le Mer 27 Déc 2023 - 14:28, édité 1 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67528
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum