JESUS PARLE A DES BRIGANDS
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

JESUS PARLE A DES BRIGANDS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

JESUS PARLE A DES BRIGANDS

Message  Invité le Ven 6 Jan 2012 - 8:40

JESUS PARLE A DES BRIGANDS
(Maria Valtorta, tome 3, chapitre 85, pages 523/525)
"Silence !" impose Jésus et il le dit de telle façon que le silence se fait. Jésus quitte sa place et va vers le bois à la limite du campement. Il tourne le dios au bois et commence à parler.
«La faim maudite de l'or entraîne les hommes dans des sentiments abjects. C'est par l'or que l'homme se dévoile plus que par toute autre chose. Regardez combien de maux sème ce métal, par son fascinant et inutile éclat.

Je crois que l'air de l'Enfer a la même couleur tant il possède une nature infernale depuis que l'homme est pécheur. Le Créateur l'avait laissé à l'intérieur de cet énorme lapis-lazuli qu'est la terre, créée par sa volonté, pour qu'il fût utile à l'homme avec ses sels et servît à la décoration des temples.

Mais Satan, en baisant les yeux d'Eve et en mordant le moi de l'homme, donna une saveur malfaisante au métal innocent. Et depuis on tue et on pèche pour l'or. Par lui la femme devient coquette et se laisse entraîner au péché de la chair. Par lui l'homme devient voleur, usurpateur, homicide, dur à l'égard de son prochain et à l'égard de son âme qu'il dépouille de son véritable héritage pour se donner une chose éphémère, à l'égard de son âme à laquelle il dérobe son trésor éternel pour lui donner quelques écailles brillantes qu'il devra quitter à sa mort.

O vous, qui à cause de l'or vous péchez plus ou moins légèrement, plus ou moins gravement et plus vous péchez et plus vous riez de ce que vous ont enseigné vos mères et vos maîtres, à savoir qu'il existe une récompense et un châtiment pour ce qu'on a fait durant l'existence.

Vous ne réfléchissez donc pas qu'à cause de ce péché, vous perdrez la protection de Dieu, la vie éternelle, la joie, et aurez des remords, des malédictions plein le coeur, la peur pour compagne, la peur des châtiments des hommes qui n'est rien en comparaison de la peur que vous devriez avoir et que vous n'avez pas, de la peur sainte des punitions de Dieu ? Vous ne réfléchissez pas que vous pouvez avoir une fin terrible à cause de vos méfaits, s'ils sont joints au crime, et une fin encore plus redoutable parce qu'éternelle, si les fautes que vous avez commises par amour de l'or, n'ont pas provoqué l'effusion de sang mais ont méprisé la loi d'amour et du respect dû au prochain en refusant par avarice des secours à ceux qui ont faim, en volant des situations, de l'argent, en trompant sur le poids, par avidité ? Non. Vous n'y pensez pas. Vous dites : "Ce sont des idées folles ! Je les ai écrasées sous le poids de mon or. Et elles ne vivent plus". Ce ne sont pas des idées folles. C'est la vérité.

Ne dites pas: "Une fois que je suis mort, tout est fini". Non. Tout commence.
L'autre vie n'est pas un abîme sans pensée et sans souvenir de ce que l'on a vécu, ni non plus sans aspiration vers Dieu, telle que vous l'imaginez. Ce sera une pause dans l'attente de la libération par le Rédempteur.
L'autre vie est une attente bienheureuse pour les justes, une attente patiente pour ceux qui ont à expier, une attente affreuse pour les damnés.
Pour les premiers dans les Limbes, pour les seconds au Purgatoire, pour les derniers en Enfer. Et alors que pour les premiers l'attente cessera avec l'entrée aux Cieux à la suite du Rédempteur, pour les seconds après cette heure, l'attente sera réconfortée par l'espérance, pour les troisièmes elle assombrira la terrible certitude de leur malédiction éternelle.

Pensez-y, vous qui péchez.
Il n'est jamais trop tard pour se repentir.

Changez par un vrai repentir le verdict qu'on est en train d'écrire aux Cieux pour vous. Que le schéol soit pour vous non pas l'enfer, mais une attente pénitente, cela au moins, grâce à votre volonté. Non pas l'obscurité, mais un crépuscule. Non pas déchirement, mais nostalgie. Non pas désespoir, mais espérance.

Allez. Ne cherchez pas à lutter avec Dieu. Lui est le Fort et le Bon. Ne méprisez pas le nom de vos parents. Ecoutez le gémissement de cette fontaine, un gémissement semblable à celui qui brise le coeur de vos mères en vous sachant assassins. Ecoutez la plainte du vent dans cette gorge. Elle semble menacer et maudire. Comme vous maudit votre père pour la vie que vous menez.

Ecoutez comment le remords crie en vos coeurs.
Pourquoi voulez-vous souffrir,
alors que vous pourriez jouir d'une tranquille satisfaction
avec le peu qui suffit sur la terre et le tout que vous aurez au Ciel ?
Donnez la paix à votre esprit !
Donnez la paix aux hommes qui craignent,
qui doivent tout craindre de vous comme des fauves !
Donnez-vous la paix à vous-mêmes, pauvres malheureux !
Levez vos regards vers le Ciel,
débarrassez votre bouche de la nourriture empoisonnée,
purifiez vos mains qui ruissellent du sang de vos frères,
purifiez votre coeur.

J'ai foi en vous. C'est pour cela que je vous parle. Car, si le monde entier vous hait et vous craint, Moi je ne vous hais ni ne vous crains. Mais je vous tends seulement les mains pour vous dire : "Levez-vous. Venez. Redevenez doux parmi les hommes, hommes parmi les hommes". Je vous crains si peu, que maintenant je dis à tous ceux-ci : "Retournez vous reposer, sans rancoeur pour les pauvres frères. Priez pour eux. Moi je reste à les regarder d'un regard d'amour et je vous jure qu'il n'arrivera plus rien.
Car l'amour désarme les violents et rassasie ceux qui sont avides. Que soit béni l'Amour , vraie force du monde. Force inconnue et puissante."

Force qui est Dieu
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum