CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 3:23

Les écrits prophétiques et mystiques

1. Sœur de la Nativité (1731-1798)

Nous pouvons lire à la page 9 de l’ouvrage « Vie et Visions de Sœur de la Nativité - La Mystique de Fougères » que « nous savons, de sa vie, ce qu’elle en raconta elle-même, sur ordre, à l’abbé Genêt, son directeur de conscience qui, en 1819, publia, en quatre volumes, ce que lui avait confié Jeanne Le Royer, devenue Sœur de la Nativité ».

Notre Seigneur Jésus lui donna de nombreuses visions, en particulier sur nos temps actuels.

Voici ce que nous lisons au chapitre 13 intitulé « Les derniers temps » pages 117 et 118 :

« Je vous ai choisie, dès votre enfance, pour arrêter la multitude des pécheurs qui, chaque jour, tombent en enfer. Je vous ai communiqué des visions et des révélations afin que vous les publiez et les fassiez connaître à mon Eglise…Le temps est court. Ce que je vous dis ici, ma fille, sera lu et raconté jusqu’à la fin des siècles.
Voici donc, encore, un nouvel avertissement : Le Jugement Général est proche et mon Grand Jour arrive. Hélas ! Que de malheurs à son approche ! Que d‘enfants périront avant de naître ! [En particulier en raison de la légalisation de l’avortement] Que de jeunes, de l’un et de l’autre sexe, seront écrasés par la mort au milieu de leur course ! Les enfants à la mamelle périront avec leur mère. Malheur aux pécheurs qui vivront encore dans le péché, sans avoir fait pénitence ! »

et l’auteur de poursuivre :

« Quand Notre-Seigneur dit que le Jugement est proche et que son Grand Jour arrive, cela ne signifie pas, remarque la voyante, qu’il arrivera dans très peu de temps. Le Seigneur lui a renouvelé l’affirmation que nul homme, sur la terre, n’en saura positivement le jour et l’année.

Dieu lui fit voir que le Jugement ne serait pas dans le siècle qui commencerait par 1800. Il lui fit entrevoir que ce ne serait pas vers la fin de celui qui commencerait en 1900.
Mais la sœur pense que le siècle qui commencerait en 2000 ne se terminerait pas sans qu’il arrive
».

« Un jour, le Seigneur lui montra le soleil qui se couchait à l’horizon, à environ deux heures de hauteur. La figure de ce monde passe, lui-dit-il, et le jour de mon dernier avènement approche. Quant le soleil est à son couchant, on dit que le jour s’en va…Tous les siècles sont un jour devant moi. Juge donc de la durée que doit avoir encore le monde par l’espace qui reste au soleil à parcourir ! ».

« N’oubliez pas ma fille, ajouta le Seigneur, qu’il ne faut plus parler de mille ans pour le monde ; il n’y a plus que quelques siècles, un petit nombre ».

2. Marie-Julie Jahenny (1850-1941)

A venir

3. Vénérable Conchita Cabrera de Armida (1862-1938)

De l’ouvrage « A ceux que j’aime plus que tout », page 179 :

« Oui le temps est venu maintenant de faire advenir le règne de l’Esprit Saint et de placer une barrière infranchissable devant le Malin, afin que les âmes deviennent spirituelles. Et pour réaliser ce projet qui est le mien, j’ai besoin des prêtres qui sont ceux que j’ai choisis pour sauver le monde. Il s’agit d’une chose urgente entre toutes. Mon Eglise a besoin de prêtres saints et personne ne le devient sans se transformer en moi par l’Esprit Saint et par Marie. Il ne faut pas chercher d’autres moyens ».

4. Luisa Piccaretta (1865-1947)

A venir

5. Maria Valtorta (1897-1961)

A venir

6. Marthe Robin (1902-1981)

De l’ouvrage « Le temps qui vient selon les prophéties », pages 94 et 95 :

« Je joue avec les projets des hommes ; ma droite prépare des miracles et mon Nom sera glorifié dans le monde entier. Je me complairai à briser l’orgueil des impies et ce d’autant plus que la Terre sera plus hostile au surnaturel. En lieu et place du trône de la bête, seront dressés deux trônes glorieux : celui du Sacré-Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie. Courage ! Car le Royaume de Dieu approche. Il commencera par quelque chose d’aussi soudain qu’inespéré ».

7. Domenico (-1973)

A la page 82 du tome 1 de l’œuvre « Je suis votre Dieu…Ecoutez-Moi ! », nous pouvons lire le message suivant intitulé « Oui, je viendrai… » donné le 6 novembre 1949 par Jésus à Domenico :

« De près et de loin arrive l’écho des prochaines manifestations. Je fais en sorte que la concordance des voix induise à une plus grande réflexion des obstinés, les durs, ceux qui ne voudraient pas être vaincus par moi. C’est le plan que j’élabore depuis le début des siècles et que réaliserai infailliblement. Suis-je faible lorsque je permets qu’on m’offense ? Suis-je impuissant à réagir à l’outrecuidance de l’homme ? Et qui donc respirerait sans que je fasse mouvoir ses poumons ? Mais je n’aime pas user de la force avec ma créature de prédilection, parce que ma force l’écraserait et je n’aurais pas en retour cet amour qui, au contraire, m’induit à attendre l’heure propice ou plutôt à préparer l’heure propice de la conversion.

Voilà pourquoi maintenant les bons souffrent, tandis que les mauvais continuent à s’étourdir dans leurs plaisirs. Non, je ne tarderai pas à donner aux premiers la preuve de mon affection ; ils ne m’attendront plus longtemps, puisque je suis près de revenir parmi vous qui m’aimez et je ne reviendrai plus caché, mais visible et glorieux. La Vierge Mère sera avec moi, vrai Reine de l’univers que j’ai créé avec la vision de son prochain triomphe. Oui, je viendrai ; attendez-moi mais ne vous creusez pas la cervelle en pensant à la façon dont je me manifesterai. Je ne vous le fais pas comprendre pour qu’ensuite votre joie soit pleine. Et quand vous me verrez, vous me reconnaîtrez aussitôt. C’est ce que je devais vous dire et je voulais le dire aussi à d’autres qui m’attendent. Soyez tous dociles à l’avertissement de mon Vicaire que j’ai lié depuis longtemps à ma Croix. Il vous dira ce que vous souhaitez savoir maintenant et, sans confirmation, ne retenez pour vrai et pour rien de ce qui vous semble apparemment saint. Vous êtes dans les bras de votre Maman, dans mon Cœur, dans l’esprit de notre Père divin. Demeurez ainsi ».

NB : A lecture de ce message, il s’agit de bien avoir à l’esprit que Dieu est en dehors du temps et de l’espace. Par conséquent le souverain pontife dont il est question ici peut parfaitement désigner le Pape Benoît XVI, même si le message a été donné le 6 novembre 1949. Le « Maintenant », évoque la période de temps qui s’étend jusqu’à la Venue du Christ, et donc plus particulièrement les moments que nous vivons à présent. L’œuvre de Rédemption et le projet de Dieu pour le Salut du monde embrasse tous les temps et tous les lieux : Dieu parle, Sa Parole est Vrai, c’est Son Divin Fils Jésus-Christ le Sauveur du monde.

8. Mgr Ottavio Michelini (1906-1979)

De l’ouvrage « Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles » :

- extrait du message donné le 17 novembre 1978, § 109 « Chaos dans la liturgie », page 226 :

« Combien de fois mes anges, toujours présents en grand nombre aux fonctions liturgiques solennelles, frissonnent lorsqu’ils sont obligés de constater les dispositions intérieures glaciales des prêtres qui agissent, non par foi et par amour, mais par une hypocrisie raffinée et abjecte ! […] Encore une fois, Je te le répète que le jour n’est pas éloigné où, comme la Colombe blanche et pure, l’Eglise redeviendra pour son Jésus l’Epouse dont parle le Cantique des cantiques ».

- extraits du message donné le 18 novembre 1978, § 112 « Sauvons les grandes disciplines de l’Eglise ! », pages 231 et 232 :

« Mon Eglise est en flammes, mon fils, et les flammes sont en train de détruire ses structures les plus belles, celles avec lesquelles Je l’édifiai ! Les forteresses spirituelles dont Je l’entourai et que Je disséminai partout en elle, sont toutes en flammes, toutes en crise ! Dans peu de temps, de vraies flammes viendront compléter les destructions, de sorte que cette Eglise devra faire entièrement peau neuve […]. L’action d’assainissement radical qui rendra neuve et belle mon Eglise est déjà commencée…Tu veux me dire que beaucoup ricanent, incrédules. J’ai dit ricanent, parce que ces incrédules sont les fidèles de l’Eglise de Satan qui, comme leur chef, sont fixés dans l’incrédulité, mais quand viendra le moment où ils voudront se raviser, ils n’en n’auront plus le temps ! Encore une fois, Je rappelle à ces traîtres envers Moi et envers mon Corps mystique que J’ai fait preuve de patience, de longanimité et de miséricorde, parce que c’était le temps de la Miséricorde…A présent cependant, mon fils, commence le temps de la Justice, car on ne trahit pas Dieu impunément ! ».

- extrait du message donné le 3 décembre 1976, § 117 « Pastorale à réviser », page 242 :

« Mon fils, si mon Eglise a atteint une situation de crise si grande, il ne faut pas croire que la responsabilité soit seulement à imputer à des catégories déterminées ; dans une mesure et des proportions diverses, fidèles, prêtres et évêques ont leur part de responsabilité. Mon fils, l’heure est arrivée ; le grain de froment est sous terre et doit pourrir. Il en sortira une frêle tige qui avec le temps deviendra forte et robuste et portera à maturité du grain en abondance. Dis-le aussi, mon fils, que l’heure est proche. A plusieurs reprises, Je t’ai dit que personne ne doit être pris au dépourvu. A plusieurs reprises, Je t’ai dit qu’étant donné que Je veux sauver tout le monde, tout le monde doit être informé et tout le monde doit se préparer par la prière la pénitence, car si vous ne vous convertissez pas et ne faites pas pénitence, Je vous dis que vous périrez tous ! ».

- extrait du message donné le 10 septembre 1978, § 166 « Purification, tournant décisif », page 330 :

« […] Dieu qui, de l’iniquité des forces obscures du Mal et de la perversité de l’humanité emporte et aveuglée par l’orgueil, tirera pour ainsi dire une ‘seconde Création’, en donnant au ciel et à la terre une Eglise renouvelée, à l’étonnement des anges et des hommes. Préparez –vous à vivre les temps apocalyptiques désormais en cours et dont l’aboutissement est très proche, avec cette conviction, avec cette foi ferme et avec cet amour ».

9. Don Stefano Gobbi (1930-)

Du recueil « Aux prêtres, les fils de prédilection de la Vierge » :

- extraits du message n ° 172 « Votre libération est proche » donné le 9 mars 1979, pages 206 et 207 :

« a) Fils de prédilection, considérez avec Moi les signes des temps que vous vivez. Les cœurs des hommes se sont refroidis et le monde est devenu désert […].
c) Quand apparaissent sur les arbres les premiers bourgeons, vous pensez que l’hiver touche à sa fin et qu’un nouveau printemps est proche […].
f) Mais voici que, dans son plus rude hiver, apparaissent déjà les bourgeons d’une vie renouvelée. Ils vous disent que l’heure de votre libération est proche ! […].
m) Dans le plus rude hiver, vous êtes les bourgeons qui éclosent de mon Cœur Immaculé et que Je dépose sur les rameaux de l’Eglise, pour vous dire que son plus beau printemps est sur le point d’arriver […].
p) Persévérez dans la prière, dans la souffrance et l’espérance, car l’heure de votre libération est proche ».

- extrait du message n ° 189 « Quelle lumière ! » donné le 24 décembre 1979, page 231 :

« […] m) Maintenant, sont retour glorieux est proche. Lumière nouvelle et grand feu renouvelleront ce monde ».

- extrait du message n ° 190 « Votre dernière heure » donné le 31 décembre 1979, page 231 :

« h) Vous en êtes maintenant à votre dernière heure : l’heure de la grande bataille, l’heure de la grande immolation, l’heure de la grande victoire.

- extrait du message n ° 300 « Tout a déjà été révélé » donné le 24 décembre 1984, page 396 :

« f) En cette nuit sainte vous apparaît plus clair le message que Je vous donne comme Céleste Prophétesse des derniers temps. Préparez-vous à la seconde naissance de Jésus dans la gloire : il est sur le point de venir régner parmi vous.
g) Les voies par où il viendra seront celles de la prière et de la souffrance ».

- extrait du message n ° 415 « Le temps est accompli » donné le 24 décembre 1989, page 599 :

« m) […] Vivez en esprit de joie profonde cette fête de Noël. Car, le temps est accompli.
n) Vous entrez désormais dans les évènements qui vous préparent à son second Noël. Vous approchez du moment du glorieux retour du Christ. Aussi, ne vous laissez pas prendre par la peur, ni par la tristesse, ni par une vaine curiosité, ni par des inquiétudes inutiles.
o) Vivez avec la simplicité des petits, chaque moment de ce Nouvel Avent dans mon Cœur Immaculé et cherchez avec empressement à ouvrir les portes des hommes et des peuples au Christ qui vient. Et ouvrez votre cœur à l’espérance pour accueillir avec joie l’annonce que Je vous fais aujourd’hui : le temps de son glorieux retour est sur le point de s’accomplir ».

- extrait du message n ° 534 « Le mystère de cette nuit » donné le 24 décembre 1994, page 814 :

« r) […] Le Seigneur Jésus, qu’en cette nuit vous contemplez dans la crèche, fragile et petit, pleurant et à la merci de tout, est sur le point de revenir dans la splendeur de sa gloire divine.
s) Ce retour glorieux achèvera la plénitude du temps, lorsque commencera le temps nouveau, des cieux nouveaux et de la nouvelle terre ».

- extrait du message n° 555 « Je suis glorifiée » donné le 12 octobre 1995, page 852 :

« […] r) Ce monde sera bientôt totalement rénové par la puissante et extraordinaire intervention de Celle que vous invoquez comme votre Reine et Mère de la Miséricorde ».

- extrait du message n° 556 « Le Paradis s’unit à la Terre » donné le 1 er novembre 1995, page 853 :

« […] d) Le Paradis s’unit à la terre en une grande communion de prière qui monte de tous mes enfants, afin que Jésus hâte son retour dans la gloire et que le monde entier soit transformé en ce merveilleux jardin de grâce et de sainteté, où la Très Sainte Trinité pourra encore se refléter avec complaisance ».

- extrait du message n ° 599 « Autour de mon berceau » donné le 8 septembre 1997, page 945 :

« […] i) En vous Je suis consolée et glorifiée, parce que, par la réponse que vous m’avez donnée, Je vois désormais proche l’aube des temps nouveaux pour l’Eglise et pour toute l’humanité ».

10. Vassula Ryden (1942-)

De l’œuvre de la « Vraie vie en Dieu » :

- extrait du message donné le 10 octobre 1990, cahier 46, page 39 du tome 4 :

« Mon Retour est imminent, et Je vous donne des signes constants pour vous préparer. L'Amour est sur le Chemin du retour. Je suis sur le chemin de Mon Retour. Dites-Moi, lorsqu'un roi entre dans une ville, n'y aura-t-il aucune préparation pour le recevoir ? La cité entière sera en effervescence et le roi enverra devant lui ses élus et sa cour impériale pour lui préparer la route et rendre droits ses chemins. Il enverra ses messagers annoncer sa venue ».

- extrait du message donné le 22 octobre 1990, cahier 47, pages 51 à 53 du tome 4 :

« Le signal est en train d'être hissé sur les toits de vos maisons. Mes ambassadeurs sont maintenant envoyés à leur poste, attendant Mon Signal. Mon Retour est imminent. Aussi, vous qui êtes Mes messagers, hâtez votre pas, allez sur chaque colline annoncer que le jugement tombera bientôt sur ces commerçants, car ils sont devenus une abomination à Mes Yeux ! »

- extrait du message donné le 15 septembre 1991, cahier 54, page 32 du supplément 1 :

« Moi votre Dieu, J'envoie ange après ange annoncer que Mon Temps de Miséricorde arrive à sa fin, et que le Temps de Mon Règne sur terre est à portée de main. Je vous envoie Mes anges témoigner de Mon Amour " à tout ce qui vit sur terre, à chaque nation, à chaque race, à chaque langue et à chaque tribu " (Ap 14,6). Je vous les envoie comme apôtres des derniers temps pour annoncer que " le Royaume du monde deviendra comme Mon Royaume d'en-Haut et que Mon Esprit régnera pour toujours et à jamais " (Ap 11,15) parmi vous ».

- extrait du message donné le 24 décembre 1991, cahier 56, pages 49 et 50 du supplément 2 :

« Je permettrai au Dragon de mordre cette génération pécheresse et de précipiter sur elle un Feu que le monde n'a jamais vu auparavant ni ne verra jamais plus, afin de brûler ses innombrables crimes […].

Je vous visiterai par la foudre et le feu. La Justice est à portée de main. Et Nos Deux Cœurs que vous avez combattus, prévaudront à la fin (1). Et le royaume du monde deviendra Mon Royaume (Ap 11,15).

Cela est tout proche maintenant
».

Note de l’éditeur :

(1) : « Allusion à Ap 11,11 ».

- extrait du message donné le 4 mars 1992, cahier 58, page 87 du supplément 2 :

« Mon Jour est très proche et Je viendrai de nuit comme un voleur. C'est pourquoi, Mon enfant, Satan uni à la bête (1) attaquent sans cesse tous ceux qui viennent de Moi et font la guerre à Mes porte-parole, mais à la fin, ils (2) seront vaincus. Le démon est tombé sur vous, en rage, uni à la bête, mais l'Amour vaincra le mal ».

Notes :

(1) : « La bête, c'est à dire la Franc-Maçonnerie (Cf. Ap 13) ».
(2) : « Satan et la bête ».

- extrait du message donné le 29 novembre 1992, cahier 63, pages 36 et 37 du supplément 4 :

« Comme une Mère, Je viens vous demander d'écouter votre Père. Ecoutez-le et faites ce qu'Il vous demande de faire. D'une manière spéciale, Je vous ai montré les Plaies de Nos Cœurs. Je vais rester avec vous de cette manière pour seulement peu de temps maintenant, mais Je ne vous quitterai pas, vous qui êtes les agneaux du Berger, sans M'assurer que vous avez abri et pâturage.

A nouveau, le monde a méjugé les Temps et n'a pas su non plus reconnaître les Signes. Le monde n'écoute pas Nos Deux Cœurs, pas plus qu'il ne Les comprend ; il Nous rejette...

Mais l'heure est proche où une lumière brillera d'en-haut et Nos Deux Cœurs, comme Deux Lampes brillant l'une près de l'autre, raviveront ce monde, l'amenant de l'obscurité à la lumière. Ces Deux Cœurs que le monde combattait prévaudront à la fin ! Et les royaumes du monde passeront et seront remplacés par le Royaume de Mon Fils... tout cela est maintenant très proche de vous ! ».

- extrait du message donné le 18 décembre 1994, cahier 75, page 44 du supplément 8 :

« Mon règne sur terre est proche et pour secourir Mon troupeau, J'ai besoin de sacrifice, de générosité et d'amour... Regarde par toi-même combien tu as gagné d'âmes, avec si peu d'efforts ! Je te garantis qu'en gardant ton âme dans les terreurs de la Nuit, Je gagne une quantité d'âmes. Oui ! Grâce à ton acceptation, Je peux maintenant jouir encore plus de Mon jardin. Mon épouse, Je suis Roi en toi... Enfant-de-Mon-éducation et formée par Mes Mains Divines, Je te le dis : Mon Eglise va éclater un jour en cris de joie parce que, dans Mon amour éternel, Je vais mettre fin à cette Apostasie plus rapidement que prévu ».

- extrait du message donné le 27 décembre 1994, cahier 75, page 47 du supplément 8 :
« Ma fille, fragile comme tu es, peut-on dire que tu n'as pas témoigné en Mon Nom ? Pourvu que tu restes faible et fragile, dans Ma force, Je continuerai à te recouvrir. Ecoute-Moi et réjouis-toi. Celui qui t'a nourrie et a rempli ta bouche de Manne Céleste te dit : Mon Retour est imminent, Ma Vassula, oui, réjouis-toi et sois dans l'allégresse ! Je suis sur la route par laquelle J'étais parti. Mon Retour est bien plus proche qu'il ne l'était lorsque tu t'es convertie [c’était fin 1985]. Par la puissance du Saint Esprit, Je t'ai élevée, Mon enfant, pour être en parfaite union avec Moi, et témoin auprès des foules en Mon Nom, te donnant à eux à l'extrême de ta capacité. Ta fidélité Me plaît, c'est pourquoi, Je vais continuer à édifier Mon Plan en toi jusqu'à ce qu'il soit achevé... Et les pauvres entendront quelque chose qui n'a jamais été dit auparavant et verront Ma Sainte Face sur toi, et ceux qui ne M'avaient jamais connu M'approcheront, et ceux dont les yeux étaient voilés verront toute Ma gloire... Quiconque sera ému par Mon Esprit qui, aujourd'hui, souffle partout, sera héritier de Mon Royaume et le Père l'accueillera avec des multitudes d'anges dans le Ciel. Maintenant, Je te bénis ».

- extrait du message donné le 21 mars 1995, cahier 77, page 21 du supplément 9 :

« Bientôt, s'en viendra un temps où "il ne sera plus nécessaire au prochain d'essayer d'enseigner à son prochain ou au frère de dire à son frère " apprends à connaître le Seigneur " ; non, ils Te connaîtront tous, le moindre comme le plus grand, puisque Tu pardonneras leurs iniquités et Tu ne leur rappelleras jamais leur péchés" (He 8,11-12) ».

- extrait du message donné le 31 mars 1995, cahier 77, pages 26 et 27 du supplément 9 :

Jésus : « Finalement, Je veux ajouter encore une chose à cause de Mes Messages : J'ai décidé de hâter Mon Retour. Je n'attendrai pas aussi longtemps de revenir à vous. Alors même que beaucoup refusent de croire, lorsque cela arrivera, ils croiront ; mais alors, leur cœur ne sera pas prêt à Me recevoir. Mon Retour est imminent et c'est pourquoi, Ma fille, J'étais impatient que tu te dépêches d'achever l'œuvre que Mon Père et Moi t'avons donnée, à travers Mon Saint Esprit. Mon Trésor, permets-Moi de continuer Ma dictée sans aucun retard de ta part. Mon affection pour toi est grande et Je t'aiderai à rectifier ton cœur et à Me plaire. Tu vois ? Tu vois comme Je t'ai déjà déchargée des tâches administratives ? Maintenant, Je t'aurai seulement pour Moi ; J'appellerai et tu seras disponible. Le reste de Mes Messages te sera maintenant donné promptement, avant le jour de l'apparition de l'Antéchrist... ».

Vassula Ryden : « Comment allons-nous continuer lorsqu'il sera apparu ? »

Jésus : « Durant juste un peu plus de trois jours et trois nuits, tu ne seras pas capable de continuer comme tu le veux. Mais ce silence sera brisé par Ma Propre Main à l'ouverture du sixième sceau. Réjouis-toi car Je serai bientôt avec vous. Ma Voix sera entendue et Mes ennemis trembleront et se frapperont la poitrine. Je souffre aujourd'hui avec toi, juste comme J'agonisais à Gethsémani. Viens, Vassula, Je te bénis pour M'avoir donné honneur et louange durant Ma réunion et pour M'avoir donné ton temps pour écrire par ta main ».

- extrait du message donné le 10 mai 1995, cahier 78, page 47 du supplément 9 :

« Vassula, Je pense que tu as maintenant remarqué combien les fortifications de Satan deviennent puissantes ; c'est pourquoi J'ai décidé de hâter Mon Jour. Que l'humanité le sache : Je vais hâter le Jour de Mon Retour ».

- intégralité du message donné le 7 janvier 2008 (hors publication, adressé aux fidèles de la « Vraie vie en Dieu ») :

Vassula Ryden : « Message de notre Sainte Mère du lundi 7 janvier 2008

Chers amis de La vraie vie en Dieu,

La nuit passée, notre Dame m’a gardée éveillée de 3h10 à 4 heures du matin pour me donner un message pour nous tous. Notre Dame m’a fait comprendre qu’en ce moment, le Christ est attaqué plus qu’à toute autre heure. Notre Sainte Mère m’a parlé de 3h30 à 4h. Elle ne m’a pas demandé de me lever immédiatement pour écrire, et je craignais d’oublier ce qu’Elle me disait, mais Elle m’a dit qu’Elle me le remémorera lorsque je l’écrirai et que je vous l’enverrai pour le diffuser. Voici Son message :

La première partie du message me concerne personnellement et le reste est pour le public. La première partie, qui s’adresse à moi, est un réconfort et une consolation. Notre Dame m’a dit qu’Elle est toujours à mon côté, spécialement en ces temps difficiles où Satan déchaîne violemment sa colère sur moi et sur le monde entier. Que Dieu est plus près de moi que jamais et qu’Il m’aime et que le Ciel n’est pas aveugle aux difficultés et aux souffrances de feu que je subis, mais que Dieu a besoin de ces immolations et de ces sacrifices ; que Dieu est fidèle à Sa Parole et qu’elle serait heureuse de m’entendre prier le Rosaire de manière plus régulière… puis Elle a dit "sois plus recueillie dans tes prières…"(soyez plus recueillis dans vos prières…).

Voici la seconde partie du message :

[Notre Dame m’a dit] que nous sommes très proches des événements qui ont été prédits auxquels l’humanité doit faire face, et qui sont à notre porte ; événements qui sont attirés par la méchanceté du monde, l’égoïsme, le manque d’amour, événements qui résultent du rejet de la Parole de Dieu par le monde, de la malveillance, l'hypocrisie et l'impiété. La terre est en danger et subira le feu. La colère de Dieu ne peut pas être contenue plus longtemps et elle tombera sur eux parce que l’homme refuse de rompre avec le péché. Que la Miséricorde de Dieu durant toutes ces années était pour attirer autant [d’âmes] que possible à Lui, en étendant Son Bras pour les sauver, mais que peu seulement ont compris et écouté. Que Son Temps de Miséricorde ne va plus durer et que le temps vient où chacun sera mis à l’épreuve et que la terre va vomir du dedans d’elle des fleuves de feu et les gens du monde qui n’avaient pas Dieu dans leur cœur comprendront leur insignifiance et leur misère. Dieu est ferme et véridique dans Sa Parole. Le temps est venu où la maisonnée de Dieu sera mise à l’épreuve et ceux qui refusaient Sa Miséricorde goûteront le Feu de Dieu. (Ici, j’ai demandé ce qu’il en est des gens de l’Eglise qui nous persécutent et sont aveugles à Ses Œuvres de Miséricorde.) Notre Dame a dit que ceux-là également subiront ce qu’ils méritent. Notre Dame a poursuivi en parlant du sacrifice. Elle m’a demandé de rappeler à tous que Dieu notre Créateur nous demande de nous engager plus envers Lui et que pour être converti, cela n’est pas suffisant sans sacrifices et prières régulières ; que si l’on dit qu’on est converti et qu’on a trouvé Dieu par "La vraie vie en Dieu", on doit offrir plus de sacrifices comme acte d’immolation ; qu’il y a de nombreuses manières de montrer à Dieu son amour et sa générosité ; que nul ne peut dire «nous sommes des gens de La Vraie vie en Dieu» sans offrir un amour sacrificiel ; que ceux qui aiment vraiment Dieu sont bénis et ne doivent pas avoir peur en ces jours. Notre Sainte Mère a dit que ceux qui persévèrent au travers des épreuves sont bénis ; qu’elle est contente de tous les prêtres (membres du clergé) qui partagent et promeuvent ces Œuvres de Dieu (ceux qui suivent La vraie vie en Dieu et qui sont ouverts à l’Esprit), et ils doivent rester confiants parce qu’ils ont reçu des grâces spéciales de l’Esprit de Dieu et qu’à travers l’Esprit ils sont devenus plus forts dans le Seigneur et dans Ses plans de salut ; que le Christ leur accorde Sa paix. Quiconque, s’il sert et s’immole en offrande, le jugement qui doit venir par le feu ne sera pas sur lui aussi sévère car, dans son esprit il jouira de l’appel de Dieu qui l’a amené à la vie. Beaucoup ont déserté mais beaucoup seront relevés. Beaucoup ont failli à garder la Parole de Dieu en sûreté dans leur cœur et ont transgressé la parole qui leur a été donnée non seulement dans les messages de La vraie vie en Dieu mais également dans l’Ecriture. Puis notre Dame a dit : "Vassula, quiconque te juge sera lui aussi jugé sévèrement par Dieu. Continue à attendre avec impatience de recevoir la Parole de Dieu dans ton oreille et sois heureuse Mon enfant ; ta Mère ne t’abandonnera jamais". (Puis notre sainte Mère m’a remémoré la vision que j’avais eue lorsque j’étais très jeune, où j’avais vu mon mariage spirituel avec le Christ, et comme Elle m’avait reçue joyeusement avec des sourires et avait arrangé ma robe de mariée en la redressant ça et là, et en fixant mes cheveux pour que leur forme et leur aspect soient parfaits pour Son Fils Jésus Christ.) "Parle sans crainte et n’aie pas peur de ceux qui s’opposent à toi. Le Seigneur et Moi te bénissons, et Nous t’accordons paix et amour". Voilà, c’est tout ; prière de le lire soigneusement et de le méditer.

En Christ, Vassula Grèce, 7 janvier 2008 ».

- intégralité du message donné le 14 décembre 2009 (hors publication, adressé aux fidèles de la « Vraie vie en Dieu ») :

Vassula Ryden :

« Chers Amis,

Ce samedi passé, ici à Rhodes, nous avons eu notre réunion de prière. Tous n'étaient pas présents ce jour-là, mais seulement quelques-uns. Vers la fin, nous avons pris la prière que je vous ai donnée, celle du 28 novembre, et nous l'avons tous priée. Après cela, nous avons pris la Bible grecque (qui était toute neuve), et je l'ai ouverte. Mon doigt est tombé sur Ez 7,1-14. Lorsque nous avons lu ce passage, nous avons tous senti que c'était comme si nous relisions la prière ! Une suite. Lorsque j'ai ouvert la Bible anglaise pour la lire, car mon grec n'est pas vraiment parfait, j'y ai trouvé un signet juste à cet endroit. Ce que nous avons compris de cela, c'est que le Seigneur essayait de souligner la gravité et l'urgence de Son message précédent qu'est la prière. Le lendemain, dimanche, alors que j'étais assise à l'église, au bout d'environ 5 minutes, j'ai entendu le Seigneur m'appeler pour me parler. Ma crainte fut de ne pas me souvenir pour écrire ce qu'il disait. Notre-Dame, à la fin, a dit juste quelques paroles. Mais notre Seigneur m'a fait comprendre que je ne dois pas m'inquiéter parce qu'Il me rappellera Ses paroles lorsque je les écrirai ; En fait, Il guidera à nouveau ma main. Ainsi, voici ce que Jésus Christ m'a dit hier, et Ses paroles ont été écrites aujourd'hui lundi 14 décembre 2009.

Atteste, mon enfant, de Ma part et en Mon Nom, et parle en disant à cette génération :
N'écoute plus les faux prophètes qui continuent à te couvrir de caresses en te disant que tout va bien et que tu as progressé, alors qu'en même temps, toi qui te prétends chrétien ne te conduis pas comme l'un d'eux, car c'est à peine si tu agis selon Mes Paroles dans l'Evangile ; Car Je te dis : si ta vertu comme chrétien n'est pas plus profonde que celle des impies, Mon Père, ne Me reconnaissant pas en toi, ne te permettra jamais d'entrer dans Notre Royaume ! La colère de Mon Père va se déchaîner sur toi ; N'as-tu pas entendu que Ma sévérité est aussi grande que Ma Miséricorde ? Toi qui te vends à ton entourage comme étant un bon chrétien, leur donnant une fausse image du christianisme, alors que tu es exactement le contraire, tu seras découvert et tes péchés également ; Et toi, toi dont la langue n'a jamais cessé de juger de manière injuste, ton péché te retombera sur la tête ; Ma colère se déchaîne contre ton sort et Je te jugerai pour ta conduite comme elle le mérite ;
Toi qui ne peux pas pardonner et oublier comme Je pardonne et oublie, Mon Père également retiendra ce péché contre toi ! Yahvé est proche, venant avec grande rapidité, alors dis-Moi, où te cacheras-tu ? Mener une vie de péché, c'est appartenir au démon ; Tu as appris de quelle manière tu seras jugé alors que tu ne veux pas te réconcilier avec celui contre qui tu as encore un grief ; Je te le dis, ce péché de refus de parvenir à un accord avec celui que tu tiens pour responsable, sera amèrement payé par toi jusqu'au dernier centime ; Ne t'ai-Je pas dit : tu dois aimer ton prochain comme toi-même, et même plus, que tu dois apprendre à aimer tes ennemis ? Eh bien, qu'ont constaté Mes Yeux ? J'ai constaté un maigre lot qui suit vraiment Mes voies, mais la majorité est dans le péché, faisant le travail de Satan ; Ne vous trompez pas vous-mêmes car, dans les jours qui viennent, vous êtes voués à la destruction parce que vous ne suivez pas Ma Parole (1) ; Si quelqu'un refuse à ce jour d'obéir à Mes principes, Mon Père lui refusera également une demeure dans le ciel ; Et toi qui as pris Mon Nom (2), mais agis dans la violence, la colère et l'orgueil, ce même fouet que ta langue acérée a utilisé sur tes frères, tu le recevras pareillement, et tes péchés te condamneront ; Et toi qui dors encore dans ton apathie et ta léthargie, ne pense pas que je ne t'ai pas remarqué, tu seras compté parmi les païens et tu moissonneras ce que tu as semé ; Quant aux apostats, ils goûteront le feu de l'enfer ! La colère de Mon Père s'est allumée avec cette génération mauvaise et perverse ; comment puis-Je plus longtemps retenir Son Bras de vous frapper ? Vous détourner de vos mauvaises voies était notre thème constant, mais bons et mauvais ont refusé d'abandonner leurs manières de vivre ; Les bons pour n'avoir pas pris Mes paroles au sérieux dans ces messages ni agi en conséquence, les mauvais pour avoir refusé d'être sauvés, refusant Ma Miséricorde, refusant ma Main ; Dites-Moi, que ferez-vous lorsque vous réaliserez ce Jour-là que vous êtes à peine de la boue et que cette boue sans Ma Présence en vous, vous n'êtes rien que de la poussière ? Le désastre est juste au coin et le feuillage va se dessécher ; Amendez, vous tous, votre conduite et vos actes, ne laissez pas la destruction vous vaincre ; Prenez le droit chemin et cessez vos abominations et vos perversions ; Décidez vos cœurs pour Moi votre Seigneur, si vous ne voulez pas vous écrouler en cendres comme une ville incendiée ; Maintenant, même si Je vous ai mis dans la détresse, même pour un court moment, ce fut par la grandeur de l'amour que J'ai pour vous ; Je veux vous mener au repentir et vous sauver ; Je veux des lèvres qui sont propres pour invoquer Mon Saint Nom, spécialement en ces jours où Mon Saint Nom sera profané et ne signifiera rien pour beaucoup alors qu'ils célèbrent Ma naissance sans honneur ni louange ; repentez-vous tous et concentrez-vous sur Moi ; Et priez que la faute de cette génération ne soit pas la cause de votre destruction ; sinon, la colère du Père l'amènera à crier : cela suffit ! Et sa violente rage couvrira de nombreuses nations et le monde se désintégrera ; Heureux l'homme qui M'écoute maintenant et qui se purifie ; Je le soutiendrai ; Je suis Jésus Christ et suis l'Auteur de ces messages et Je suis connu pour vous gouverner avec indulgence ; Je suis connu pour vous faire fleurir si vous le voulez et, si nécessaire, je vous arrose de Mes Larmes ; Je suis connu comme le Bon Berger qui jamais n'abandonne Ses brebis ; Je vous mène dans de verts pâturages, mais lorsque les traités sont brisés, que les témoins que J'envoie sont méprisés et rejetés, puis-Je rester silencieux ? Lorsque Je sais que vous vous dirigez vers une destruction fatale, ne réagirais-Je pas ? En ce Jour de la colère du Père, ceux qui M'ont oublié se souviendront de Moi ; Et ils seront traités en conséquence ; Bien sûr, beaucoup demandent « quels péchés ? » les péchés que J'ai mentionnés et les péchés de votre blasphème contre Mon Saint Esprit, péchés de votre rébellion et de votre division, péchés de perversion qui sont une abomination à Mes Yeux, péchés de préjugés, péchés de mépris, de corruption, d'arrogance, d'orgueil, péchés de dégradation et de léthargie, le monde est pollué par le péché ; Comprenez maintenant combien Mon Sacré Coeur est offensé et dans la peine ; Maîtrisez vos pensées et ne péchez plus ; Ne M'oublie jamais, Vassula, et que Mon peuple connaisse Mes avertissements ; Je suis là ;

IC. Puis notre Dame a dit : Suis et écris tout ce que Mon Fils t'a donné, n'aie pas peur ;
En Christ, Vassula ».

Notes :

(1) : « La Sainte Bible ».
(2) : « Les Chrétiens ».

11. Angela (1949-)

Du tome 1 de l’œuvre « Je suis la Résurrection et la Vie » :

- extrait du message donné le 27 mars 1998, page 251 :

Angela : « C’est vrai que tu viendras bientôt ? ».

Et Jésus, avec le plus beau sourire que je lui connaisse

Jésus : « Oui, ma petite, je vais venir bientôt ! ».

- extrait du message donné le 5 avril 1998, page 253 :

« […] Satan obscurcit beaucoup de cœurs, c’est vrai, mais pas pour longtemps encore ! […] Je suis le Dieu de tous les siècles et ce siècle verra ma gloire ! ».

- extrait du message donné le 9 avril 1998, page 256 :

« Voilà ! Tu vois, ma petite, à mon retour, Je trouverai encore la même situation. M’a reconnu celui qui M’a attendu, ou celui qui encore ne me connaissait pas mais qui me cherchait. M’a reconnu l’innocent. Mais le ˝ monde˝ ne me reconnaîtra pas ! Cependant Je veux que tous sachent que Je reviendrai vite. Et toi, ma petite, écris-le : Je vais revenir ! Beaucoup de signes l’annoncent, mais les cœurs sont encore durs, les yeux fermés, les oreilles bouchées par le vacarme du monde ! ».

- extrait du message donné le 17 mai 1998, page 266 :

« Petite, bientôt Je viendrai dans la Gloire pour compléter dans le monde l’œuvre de Ma Croix et de Ma Résurrection. Chacun me verra comme toi-même tu Me vois maintenant ! ».

- extrait du message donné le 4 août 1998, page 297 :

« Mes enfants, commencez à prier particulièrement pour Mon retour. Grâce à vos prières Je peux anticiper Mon retour. Par vos prières Je pourrai anticiper la date que le Père avait fixée de toute éternité. C’est le temps dans lequel vous pouvez l’obtenir ! ».

- extrait du message donné le 1 décembre 1998, pages 355 et 356 :

« Encore, aujourd’hui encore, pour le monde c’est comme si Je n’étais pas venu. Les lampes qui éclairent les routes ne parlent pas de Moi. Comme alors, le monde ne M’attend pas ! Mais toi, dis au monde, dis à Mes prêtres qu’ils préparent le monde à Mon Retour. Ne laissez pas le peuple non préparé. Ne laissez pas mon peuple dans l’ignorance ».

- extrait du message donné le 2 janvier 1999, page 373 :

« […] Mes enfants, comme Je vous aime ! Comme Je vous aime ! Vous attendez Celui qui est déjà venu. Je vois votre cœur, votre attente va bientôt se terminer parce que Je viendrai pour tous, Je viendrai aussi pour ce peuple qui M’avait et qui n’a pas su profiter de Moi. Ma Croix glorieuse s’étendra avec ses bras aussi sur eux. Ma Lumière fera la nouvelle Jérusalem ! ».

- extrait du message donné le 4 janvier 1999, page 377 :

« Ecris ! Ces paroles sont saintes et vraies : et voilà que Je viens ! ».

- extrait du message donné le 26 octobre 1999, pages 478 et 479 :

« Ma petite, vite Je Me montrerai à tous les peuples de la terre, comme Je Me suis montré dans le Cénacle. Je Me montrerai à tous les ˝ Thomas˝ d’aujourd’hui. Alors chacun se trouvera devant un choix. Je viendrai pour faire choisir à chacun. A chacun Je dirai :˝ Je suis le Seigneur ton Dieu, Celui qui t’a tiré du pays d’Egypte : tu n’auras pas d’autre Dieu en dehors de Moi ! ˝. A chacun Je Me montrerai dans ma Divinité. Mais le choix sera définitif (Ex 20,2-3) ».

12. Carver Alan Ames (1953-)

A la page 274 de l’ouvrage « Messages à Carver Alan Ames » nous est présenté le bref message suivant donné par Jésus le 4 mai 1995 :

« Le temps de l’amour est proche, le temps de la joie de l’amour arrive, le temps de la plénitude de l’amour est en vue. Le chemin va s’éclaircir, il va devenir manifeste, le chemin va se faire vision de beauté. Prenez ma force et trouvez le chemin à temps. Prenez le temps de rechercher ma force et découvrir le chemin ».

13. Françoise (1960-)

Du tome 1 de l’œuvre « Jésus revient dans Sa Gloire » :

- extrait du message donné le 16 septembre 1994, page 49 :

« A présent, écrivons : "Jésus revient dans Sa gloire" : oui, c’est le titre de Mon œuvre : Je désire t’expliquer ce que cela signifie. Mon retour parmi les hommes a été prédit par de nombreux prophètes, et beaucoup ont cru que Mon deuxième Avènement était proche, et d’autres, très lointain. Moi, Jésus, Je te dis : Mon Avènement est proche : proche pour vous, humains du vingtième siècle, et beaucoup d’entre vous le connaîtront de leur vivant sur la terre. Il ne t’appartient pas de savoir cependant quand je reviendrais ni sous quelle "manière" : Sache seulement que les hommes de ce siècle auront à souffrir grandement s’ils ne se repentent pas rapidement. Je désire te dire ceci : lorsque le ciel s’assombrira pour ne plus donner de lumière, alors Je ferai Justice. Tu Me dis : "le ciel que je vois tous les jours en me réveillant" ? Je te dis : oui le ciel que le Créateur a empli d’étoiles et de soleil, et de ténèbres : ce ciel ne donnera pus de lumière pendant quelques jours, et alors…tu devras prier avec tous Mes bien-aimés de bonne volonté qui M’aiment et Me consolent ».

Du tome 2 de l’œuvre « Jésus revient dans Sa Gloire » :

- extrait du message donné le 29 mars 1997, page 13 :

« Ce livre béni contiendra les vérités essentielles que Je veux donner à chacun : foi, amour, don de soi et confiance. Par là, chacun de ceux qui me liront avec cœur, se préparera à Mon Retour dans la Gloire. Et si tu ne sais pas quand cela sera, Moi, Jésus-Christ, te dis : bientôt pour vous hommes de ce 20 ième siècle ».

- extrait du message donné le 3 avril 1997, page 20 :

« Bientôt, le ciel entier rayonnera Ma Gloire, et Mes tout-petits seront dans l’allégresse de contempler Celui qu’ils ont tant désiré ».

- extrait du message donné le 13 juillet 1998, page 73 :

« Aide-Moi à refaire ce monde, car l’heure est venue de la grande purification et de la victoire de Dieu ici-bas ».

- extrait du message donné le 17 août 1998, page 162 :

« Vois-tu, le temps avance : c’est bientôt Mon Retour et les hommes ne sont pas prêts à M’accueillir. Ils sont dans l’erreur, pour beaucoup, et ne veulent pas revenir vers l’Amour. Il est urgent que les hommes se convertissent pour que Je les sauve de terribles fléaux. Il est dangereux pour eux de vivre constamment dans le péché de refus de Dieu car la purification qu’ils auront à endurer sera terrible […]. Ne faites pas erreur plus longtemps. Venez connaître le bonheur que Je vous destine car qui vit uni à Moi est dans le ‘ciel’ déjà ».

Du tome 3 de l’œuvre « Jésus revient dans Sa Gloire » :

- extrait du message donné le 23 septembre 1998, page 70 :

« Mes enfants, allez partout dénoncer les erreurs de Satan, allez clamer que Je suis de retour avec Marie, que le règne de Dieu est proche. Aller détrôner le mensonge, le mal, dans tout ce qui est refus d’obéissance au pape. Dénoncez les doctrines fausses qui parlent contre mon Évangile, et prêchez Ma Tendresse et Ma Miséricorde pour chacun ».

Du tome 4 de l’œuvre « Jésus revient dans Sa Gloire » :

- extrait du message donné le 12 décembre 1999, pages 55 et 56 :

« Quand tu espères en Ma venue, toujours plus fort, en toi, tu Me glorifies […]. Oui Je reviens dans les cœurs comme Je te l’ai annoncé, par Ma présence constante, Ma Tendresse, manifestées à tous ceux qui veulent me suivre. Mais Mon Retour parmi vous va dépasser encore ce que tu perçois à présent. Car Je ne peux laisser la Terre se détruire elle-même, par le péché des hommes. Voilà pourquoi il va y avoir un renouvellement de toute chose, et des manifestations sensibles de Dieu sur la Terre. Alors, les hommes sauront que Je Suis. C’est en ce temps que tu dois Me servir puissamment, par Ma grâce : temps qui commence vraiment avec ce Jubilé de l’an 2000. Oui, Je reviens, et cela dépasse votre entendement…Que Mes petits Me suivent, que Mes agneaux M’écoutent, et que ceux qui refusent Dieu se cachent, car le mal va être détruit. Enfant, accueille avec joie cette espérance d’un monde nouveau qui est là, à vos portes, par le retour de Jésus et de Marie ; espérance qui t’est donnée par l’Esprit Saint pour que tu fasses partie de Mes zélés serviteurs qui donnent tout pour Moi ».

Du tome 1 de l’œuvre « Messages de conversion des cœurs » :

- extrait du message donné le 6 juin 1995, page 34 :

« Dans peu de temps, à présent, Je communiquerai feu et flamme à tous ceux qui veulent être rachetés. Je leur donnerai une force nouvelle qui s’appelle foi et amour. Et alors, Je vaincrai et le mal s’en ira, dans les profondeurs de l’enfer. Quand le blé sera trié, et il le sera bientôt, Je viendrai et saccagerai les serpents venimeux qui se cachent sur cette terre. Dès lors, la terre se renouvellera et M’appartiendra comme Je le désire, avec son cœur. Comme Je Suis au ciel, Je serai, sur la terre. L’heure sonnera bientôt. Et Je ferai justice ».

- intégralité du message donné le 6 mars 1996, pages 184 et 185 :

« Jésus le Christ te dicte : Mes bien-aimés, vous ne savez pas l'heure de Ma venue dans la Gloire, ici-bas. Mais vous pouvez voir les signes des temps, si vous prêtez l'oreille à votre cœur. Dans votre cœur, Je parlerai et vous M'entendrez, si vous Me désirez. En votre cœur, Je ferai des merveilles de grâces, si vous daignez vous abaisser devant Moi. En peu de temps, Je fondrai vos cœurs afin qu'ils deviennent chair et roc ; et ainsi Je vous préserverai du feu que l'ennemi (que vous avez appelé par vos péchés) fera tomber sur votre ère si dépourvue d'amour. Lorsque vous serez anéantis dans la douleur de vous regarder si tristes et mauvais, alors vous Me demanderez pardon et Je vous ferai Miséricorde. Cela sera le temps du repentir, et le ciel se réjouira de la moisson abondante...Mais ensuite déferlera le tonnerre, et ceux qui, dépourvus d'amour et du désir de Dieu, auront préféré l'orgueil et la perfidie de Satan, ceux-là ne trouveront pas de paix tant la douleur les submergera. Il faudra alors la Miséricorde de Dieu à travers Ses bien-aimés, pour tenter de chasser la douleur de ces âmes-là, car Je Me montrerai absent en ces jours de ténèbres. Seule la Lumière que J'aurai donnée au monde, à travers ces instruments que sont Mes âmes choisies, aura le don de réconforter et d'apaiser...Ou serai-Je en ce temps si court et cependant si long pour ces âmes de péché ? Je serai dans le ciel et n'écouterai pas vos lamentations ; Je serai loin et pourtant présent dans les âmes qui M'ont tout donné. Et après, Je reviendrai, dans Ma gloire, et vous serrerai contre Mon divin Cœur, débordant de la joie de ne plus vous quitter.
Que ce message procure paix et espoir ; espoir de la nouvelle Eglise que Je bâtirai sur des âmes saintes. Alors le ciel se fondra avec la terre, et les âmes chanteront. Je vous bénis et vous aime
».

Du tome 3 de l’œuvre « Messages de conversion des coeurs » :

- extraits du message donné le 23 juin 1998, pages 239 et 240 :

« Ma petite enfant, tu dois savoir que Je reviens bientôt parmi vous, vous serrer contre Mon Cœur…N’écoute pas les prophéties de certains qui disent de quelle façon Je vais revenir : personne ne le sait vraiment. Je reviendrai dans les cœurs et sur la Terre, mais ce sera quelque chose qui dépassera ce que vous pouvez imaginer. L’essentiel est que Je reviens, et cela parce que vous devez être prêts à Me rencontrer. Si vous êtes purs de cœur et de bonne volonté, pleins d’amour, vous Me verrez avec joie. Mais si votre âme est pleine de péchés, vous ne soutiendrez pas Mon regard et voudrez vous cacher. Préparez-vous bien vite à ce temps qui vient, maintenant si proche de vous. Convertissez-vous à l’Amour pour que vous ne soyez pas désolés quand Je reviendrai. Mon Retour sera jugement pour les uns et joie pour les autres. Portez Mon Evangile dans toutes les nations avant que ce jour ne vienne. Travaillez d’arrache-pied à l’œuvre de Dieu pour que le plus grand nombre possible soit prêt à Me rencontrer. Enfants, ouvrez les yeux de ceux qui sont proches, afin qu’à l’heure de Mon Retour, ils voient Ma Gloire et non Ma Justice. Allez dans tout le monde et préparez Mon Retour. Non, enfant, tout le monde ne sera pas évangélisé quand Je reviendrai, mais toute nation Me connaîtra […]. Mon retour est imminent. Rappelle-toi comment les âmes attendaient la venue du Messie, quand Je suis arrivé sur la Terre. De la même façon, vous pouvez sentir que Mon Retour est proche. Quelques jours avant Ma Venue, Mon Retour, certains auront des signes encore plus éclatants pour leur montrer que ‘quelque chose’ va survenir. Je serai attendu par tous les Miens qui sauront que Je viens. Mon Retour est pour toute l’humanité, quelle qu’elle soit. Mais certains Me repousseront encore, sans le pouvoir vraiment, et ceux-là s’en iront de la surface de la Terre. Je resterai avec vous et ce sera une ère de paix, de joie, d’Amour. Le Ciel revient habiter avec vous. Mes anges chantent déjà Ma Gloire et leur joie devant ce jour si attendu. Revenez à Moi rapidement. Vous n’avez plus que très peu de temps pour changer vos cœurs. Ecoutez Nos appels, à Ma Mère et à Moi, qui vous appelons en tant d’endroits de la Terre pour vous donner la vie…Ne fermez plus vos oreilles à l’action de Mon Saint Esprit. Demandez-Lui pardon d’avoir autant rejeté Ses dons, et ouvrez vos yeux ensuite, pour voir Mon regard. Alors Je vous transformerai en être éclatants de santé…L’heure de Mon Retour est bientôt là. Réjouissez-vous et veillez ».

Du tome 5 de l’œuvre « Messages de conversion des cœurs » :

- extrait du message donné le 30 janvier 1999, page 45 :

« Dans très peu de temps maintenant, le Règne de Dieu se manifestera sur la terre ».

Du tome 4 de l’œuvre « Jésus revient dans Sa Gloire » :

- extrait du message donné le 23 décembre 1999, page 66 :

« […] Il faut que Dieu vienne car l’heure est très grave. Par ta bouche Je parlerai, de même que par celle d’autres instruments. Vous êtes les apôtres des derniers temps, ceux qui livreront bataille à l’antéchrist, par leur vie offerte à Dieu…».

- extrait du message donné le 24 décembre 1999, page 71 :

« […] Les Temps sont à la fin : Je te l’ai dit. Voilà pourquoi tu dois faire beaucoup pour Moi, librement toujours. Car le mal va s’en aller…».

Du tome 6 de l’œuvre « Messages de conversion des cœurs » :

- extrait du message donné le 21 mai 2000, page 24 :

« Jean-Paul II vous annoncera Ma Venue, Mon Retour. Déjà, il en a parlé, vous préparant. Mais il le dira plus fort encore […]. Le triomphe du Coeur Immaculé de Marie est là, qui s'installe, et Mon Règne vient...Soyez forts, soyez généreux, en ces derniers temps où le démon sévit. Je suis avec vous de plus en plus car Je reviens ».

- extrait du message donné le 5 juillet 2000, page 89 :

« Comment comprendre Mon retour ? Et bien, cette Présence, que Je te donne chaque jour davantage, Je suis en train de la déverser abondamment chez ceux qui M’accueillent. Mais ce n’est pas tout…Tout œil me verra, dans Ma Gloire, prochainement, car Je viens vivre parmi vous…Mon Retour dans les cœurs annonce Mon Retour en Gloire ».

Du tome 8 « Messages de conversion des cœurs » :

- extrait du message « Retour » donné le 21 novembre 2004, page 10 :

« Dans peu de temps, Je reviendrai, au milieu de ce monde où abondent tant de péchés. Cette heure est sur le point d’arriver, car Mon Père des Cieux est las de voir les hommes courir vers la mort. Je viendrai réconforter les petits qui ont soif, qui ont combattu pour la Vérité. Et Je montrerai aux autres que Je Suis…Alors, continue à défendre la Vérité de l’Evangile avec ténacité. Mon retour dans les cœurs est là, Mon Retour dans la Gloire s’approche : non le Retour dernier, mais retour, pour votre temps, afin de vous sauver de l’aveuglement qui conduit à la mort. Bientôt, les anges auront fini de marquer les agneaux du sceau de la Croix : ce sont tous ceux qui désirent Dieu, qui œuvrent pour l’Amour…

- extrait du message « Venue » donné le 9 décembre 2005, page 54 :

« Ma venue est pour bientôt, Mon trésor d’enfant : venue dans les cœurs et dans Ma gloire. Les temps s’accomplissent…Bientôt, tout homme saura que Je Suis…La Croix glorieuse vous sera montrée, dans le ciel, et tout œil la verra […]. Attire vers Moi, Jésus-Christ, car il se fait tard : tant d’âmes se perdent…Œuvre et sois en paix. Voici Mon Retour ».

- extrait du message « Douceur de Dieu » donné le 19 avril 2006, page 86 :

« Voilà…Le temps s’accomplit. Mon retour est proche ».

14. Catalina (1962-)

De l’ouvrage « La Grande Croisade de l’Amour » :

- intégralité du message « Proche est mon retour : éclatant et glorieux » donné le 18 janvier 1996, pages 161 et 162 :

« De pays proches et lointains vous arrive l’écho de nos manifestations prochaines. Je procède de manière que la concordance des voix incite à une plus grande réflexion les obstinés, les endurcis, ceux qui ne voudraient pas être vaincus par moi. C’est le plan que je me suis tracé, et que je mettrai en œuvre infailliblement. Suis-je faible quand je permets que vous m’offensiez ? Suis-je impuissant à réagir contre l’insolence de l’homme ? Qui respirerait encore si je ne faisais agir ses poumons ? Il ne me plaît pas d’utiliser la force contre ma créature préférée, l’homme, parce que ma force pourrait le détruire. Et en fin de compte, je n’obtiendrais pas la réponse correspondant à cet amour qui m’incite à attendre l’heure propice, ou plutôt à préparer l’heure propice à la conversion. C’est pourquoi les bons souffrent maintenant, tandis que les impies continuent à s’étourdir dans leurs plaisirs. Non, je ne tarderais pas à donner aux premiers la preuve de mon affection. Ils ne m’attendront pas davantage, parce que proche est mon retour vers vous qui m’aimez. Et je reviendrai, non plus voilé, mais éclatant et glorieux. La Vierge ma Mère sera avec moi, la vraie Reine de l’univers, cet univers que j’ai crée avec la vision de son triomphe prochain. Oui, je viendrai. Attendez-moi. Mais ne vous creusez pas la tête à vous demander de quelle façon je me manifesterai ; je ne vous le fais pas entrevoir pour que, quand ça arrivera, votre joie soit complète. Quand vous me verrez, vous saurez tout de suite que c’est moi. Soyez tous dociles aux admonestations de mon Vicaire, lui que j’ai attaché à ma croix depuis longtemps. Mon Vicaire lui-même vous dira ce que vous aimeriez savoir maintenant (Note du traducteur : c’est-à-dire, l’heure de sa venue). Et sans sa confirmation, ne considérez pour vrai et bon, rien d’apparemment saint. Demeurez dans les bras de votre Mère, en mon Cœur, en l’Esprit de notre divin Père. Demeurez ainsi ».

- intégralité du message « Attendez avec empressement mon Retour » donné le 23 janvier 1996, page 262 :

« Petits enfants, je veux entendre votre fiat. Je veux échanger vos petites volontés contre mon fiat suprême. Ecoutez, mes enfants : voilà que l’Heure approche, mais vous n’êtes plus comme je vous ai trouvés ; maintenant vous êtes éclairés par ma divine miséricorde. Soyez doux et humbles comme je l’ai été, le suis et le serai pour toute l’éternité. Attendez avec empressement mon Retour. Je suis le matin, ce matin qu’espèrent les âmes bonnes et confiantes. Mes enfants, vous qui acceptez mes instructions, vous aurez toujours mon Pain. J’ai multiplié mon Corps sacré pour mes disciples, pour qu’ils ne souffrent pas de la faim et de la soif comme l’expérimenteront mes pauvres enfants orgueilleux qui resteront hors du foyer. Si c’est nécessaire, j’enverrai mes saints anges pour qu’ils vous alimentent. Dites-moi, mes petits, un père responsable peut-il abandonner ses enfants en total désarroi ? Aujourd’hui vous pouvez être dépréciés, marginalisés, calomniés. Mais demain on vous recherchera et on vous réclamera, à voir que vous avez le véritable aliment. Moi, votre Seigneur, je m’ouvrirai un passage parmi la multitude pour vous trouver. Tâchez, mes bien-aimés, d’être en dernière place. Ne cherchez pas les premières places, car je vous ignorerai. C’est seulement la prière accompagnée du véritable jeûne qui vous rendra dignes serviteurs du Seigneur. Enchaîner l’orgueil par l’humble prière du Rosaire. Continuez à méditer, afin de trouver la vérité. Je vous ai annoncé un désert. Eh bien ! Vous êtes déjà en train de le traverser. Il suffit que vous regardiez autour de vous. Vous pourrez vous rendre compte que vous vous retrouvez toujours seuls. Mais n’ayez pas peur. Le Saint Esprit du Père et du Fils vous embrasera. Et les anges seront vos guides. Parlez de votre Seigneur. Dites-vous que je vous aime et que je veux vous donner ma paix et mon pardon. Je vous attendrai jusqu’au dernier instant pour vus donner mon étreinte de Père, de frère et d’ami. Sachez que quand vous me murmurez des mots de consolation, de repentir et surtout d’amour, mon Cœur se dilate, et je répands des torrents de miséricorde. Recevez ma miséricorde en vos petites mains et gardez-la dans vos cœurs ».

De l’ouvrage « La Porte du Ciel » :

- extrait du message « L’humanité vit des temps pires que ceux du grand déluge » donné entre le 26 juillet et le 8 août 1996, page 59 :

« […] Dites à tous ceux qui m’aiment que ma lumière est proche. Beaucoup en seront aveuglés, mais les autres, je les élèverai et les absorberai dans la magnificence de ma vérité. Très bientôt, mes anges annonceront ce jour. Très bientôt, en une ardente adoration vous verrez ma lumière ».

15. Débora (1973-)

De l’ouvrage « Manduria » :

- extrait du message donné le 5 août 1994, pages 129 et 130 :

« C’est ma volonté, fils et frères bien-aimés du monde, que vous vous réjouissiez, car votre Rabbi vous dit : "Le jour de la Gloire n’est pas éloigné des jours où vous vivez les signes du Père céleste, signes qui se manifestent au ciel et sur la terre. Exultez, mes enfants, puisque votre Maître purifiera les péchés de toute sorte et éteindra tout mal conçu par mon ennemi. Moi, Fils du Très-Haut, je viendrai dans la plénitude de la gloire et tous croiront en Moi : même les blasphémateurs prononceront à haute voix ces paroles : Hosanna ! Hosanna ! Hosanna ! Bénissez le glorieux Rédempteur, qui vient à nous avec toute sa puissance et les armées de ses anges vainqueurs". Moi, qui ai reçu l’Onction, je montrerai à tous la Vérité et le Salut et mon Amour infini inondera tous les cœurs, même les plus arides, et le Père du ciel donnera au monde d’une manière prodigieuse cette grâce infinie de conversion et de la fidélité éternelle. Je dis : "Tous, oui, chacun de vous, s’il le veut, sera touché par l’Esprit-Saint qui rend brûlant d’Amour, et Moi je me ferai voir, tout comme vous voyez vos frères, et vous me parlerez comme vous parlez à vos pères […]. Soyez donc tout prêts à m’accueillir, petits et grands de la terre, justes et injustes, car la Jérusalem sainte est à votre porte […]. Le Roi de la Révélation a parlé à ses enfants. Je vous bénis. A bientôt ».

- extrait du message donné le 5 août 1994, page 142 :

« […] C’est moi le Roi de la Révélation, qui désire vous rendre immortels. Mes petits, Je suis à votre porte. Annonce Débora, mon abeille messagère, que mon retour est proche et que je vaincrai les puissances diaboliques. Mes enfants, contemplez mes larmes de sang. Je vous permets de les méditer, pour vous décider totalement pour mon règne […]. Oui, je veux une armée de serviteurs pour les batailles finales ».




Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:28, édité 4 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:07

Les apparitions

1. Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse - Rue du Bac à Paris en France (1830)

Récit des apparitions à la rue du Bac

« Le 18 juillet 1830, en la veille de la fête de Saint Vincent qu'elle aime tant, Catherine [Labouré] recourt à celui dont elle a vu le cœur débordant d'amour pour que son grand désir de voir la Sainte Vierge soit enfin exaucé. A 11 heures et demie du soir, elle s'entend appeler par son nom. Un mystérieux enfant est là, au pied de son lit et l'invite à se lever : "La Sainte Vierge vous attend". Catherine s'habille et suit l'enfant "portant des rayons de clarté partout où il passait". Arrivée dans la chapelle, Catherine s'arrête près du fauteuil du prêtre placé dans le chœur sous le tableau de Sainte Anne (emplacement actuel de la statue de Saint Joseph). Elle entend alors "comme le froufrou d'une robe de soie". Son petit guide dit : "Voici la Sainte Vierge". Elle hésite à croire. Mais l'enfant répète d'une voix plus forte : "Voici la Sainte Vierge".

Catherine s'élance aux pieds de la Sainte Vierge assise dans un fauteuil et appuie les mains sur les genoux de la Mère de Dieu. "Là, il s'est passé un moment, le plus doux de ma vie. Il me serait impossible de dire ce que j'éprouvais. La Sainte Vierge m'a dit comment je devais me conduire envers mon confesseur et plusieurs autres choses".

La Sainte Vierge désigne de la main l'autel où repose le tabernacle et dit :
"Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur".

Catherine reçoit l'annonce d'une mission difficile et la demande de fondation d'une Confrérie d'Enfants de Marie. Cette dernière sera réalisée par le Père Aladel le 2 février 1840.

Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparaît de nouveau à Catherine dans la chapelle. Cette fois, c'est à 17 h 30, pendant l'oraison des novices, sous le tableau de Saint Joseph (emplacement actuel de la Vierge au globe). D'abord Catherine voit comme deux tableaux vivants qui passent, en fondu enchaîné, et dans lesquels la Sainte Vierge se tient debout sur le demi-globe terrestre, ses pieds écrasant le serpent.

Dans le premier tableau, la Vierge porte dans ses mains un petit globe doré surmonté d’une croix qu'elle élève vers le ciel. Catherine entend :

"Cette boule représente le monde entier, la France et chaque personne en particulier". Dans le deuxième tableau, il sort de ses mains ouvertes, dont les doigts portent des anneaux de pierreries, des rayons d'un éclat ravissant. Catherine entend au même instant une voix qui dit : "Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent". Puis un ovale se forme autour de l'apparition et Catherine voit s'inscrire en demi-cercle cette invocation en lettres d’or :
"O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous".
Alors une voix se fait entendre :
"Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle. Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces".
Enfin le tableau se retourne et Catherine voit le revers de la médaille : en haut une croix surmonte l'initiale de Marie, en bas deux cœurs, l'un couronné d'épines, l'autre transpercé d'un glaive.

Au mois de décembre 1830, pendant l'oraison, Catherine entend de nouveau un froufrou, cette fois derrière l'autel. Le même tableau de la médaille se présente auprès du tabernacle, un peu en arrière. "Ces rayons sont le symbole des grâces que la Sainte Vierge obtient aux personnes qui lui demandent...Vous ne me verrez plus".

C'est la fin des apparitions. Catherine fait part à son confesseur, le Père Aladel, des requêtes de la Sainte Vierge. Il l'accueille fort mal, lui interdit d'y penser. Le choc est rude. Le 30 janvier 1831, Catherine prend l'habit. Le lendemain, elle part à l'hospice d'Enghien fondé par la famille d'Orléans 12 rue de Picpus, à Reuilly, à l'Est de Paris, dans un quartier de misère où elle servira les vieillards et les pauvres pendant 46 ans, incognito »
(sources : www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com).

Description de la médaille

- sur l’avers de la médaille :

« O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

La Vierge Marie est immaculée dès sa conception. De ce privilège qui lui vient déjà des mérites de la Passion de son Fils Jésus, le Christ, découle sa toute-puissance d’intercession qu’elle exerce pour ceux qui la prient.

Ses pieds sont posés sur une moitié de boule et ils écrasent la tête d’un serpent. La demi-boule c’est le demi-globe terrestre, c’est le monde. Le serpent, chez les juifs et les chrétiens, personnifie Satan et les forces du mal. La Vierge Marie est engagée elle-même dans le combat spirituel, le combat contre le mal dont notre monde est le champ de bataille. Elle nous appelle à entrer nous aussi dans la logique de Dieu.

Ses mains sont ouvertes et ses doigts sont ornés d’anneaux revêtus de pierreries d’où sortent des rayons qui tombent sur la terre en s’élargissant vers le bas.
Les anneaux disent la fidélité de Marie envers son Créateur.
L’éclat des rayons de grâce qui tombent sur la terre disent l’efficacité de son intervention » (sources : www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com).

- sur le revers :

« La lettre « M » est surmontée d’une croix. Le « M » est l’initiale de Marie, la croix est la Croix du Christ. Les deux signes enlacés montrent le rapport indissoluble qui lie le Christ à sa très sainte Mère.

En bas, deux cœurs, l’un entouré d’une couronne d’épines, l’autre transpercé d’un glaive. Le cœur couronné d’épines est le Cœur de Jésus. Le cœur percé d’un glaive est le Cœur de Marie, sa Mère. Le rapprochement des deux Cœurs exprime que la vie de Marie est vie d’intimité avec Jésus.

Douze étoiles sont gravées au pourtour. Elles correspondent aux douze apôtres et représentent l’Eglise. Etre d’Eglise, c’est aimer le Christ et participer à sa passion pour le Salut du monde. Chaque baptisé est invité à s’associer à la mission du Christ en unissant son cœur aux Cœurs de Jésus et de Marie »
(sources : www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com).

Note complémentaire

Il est important de souligner combien la description de la médaille figure la représentation biblique du livre de l’Apocalypse selon la vision de l’apôtre Saint Jean sur la Femme et le Dragon (Ap 12,1-17). Cela signifie clairement qu’en particulier depuis 1830 l’humanité est entrée dans les temps apocalyptiques précédant la seconde venue du Seigneur.

2. Notre Dame Réconciliatrice des pécheurs - La Salette en France (1846)

- intégralité de la lettre donnée du Vatican le 6 mai 1996 par le Saint-Père Jean-Paul II à Mgr Louis Dufaux, Evêque de Grenoble, à l'occasion du 150 ième anniversaire de l'apparition de la Sainte Vierge Marie de La Salette :

« A Monseigneur Louis Dufaux,
Évêque de Grenoble

Le diocèse de Grenoble, les Missionnaires de la Salette et de nombreux fidèles dans le monde célèbrent cette année le 150 ième anniversaire de l'apparition de la Sainte Vierge Marie dans ce site des Alpes d'où son message n'a cessé de rayonner. Une telle commémoration peut être riche de grâces ; je tiens à m'y associer, en union avec les pèlerins qui viennent vénérer la Mère du Seigneur sous le titre de Notre Dame Réconciliatrice des pécheurs. Mère du Sauveur, Mère de l'Église, Mère des hommes, Marie accompagne chacun dans le pèlerinage de la vie. Alors que s'intensifie la préparation du grand Jubilé de la Rédemption, l'année consacrée à l'anniversaire de l'apparition de Marie à Maximin et à Mélanie replié sente une étape significative. Marie, Mère pleine d'amour, a montré en ce lieu sa tristesse devant le mal moral de l'humanité. Par ses larmes, elle nous aide à mieux saisir la douloureuse gravitée du péché, du rejet de Dieu, mais aussi la fidélité passionnée que son Fils garde envers ses enfants, Lui, le Rédempteur dont l'amour est blessé par l'oubli et les refus. Le message de La Salette fut délivré à deux jeunes pâtres en un temps de grandes souffrances des peuples, affectés par la famine et en butte à bien des injustices. De plus, l'indifférence ou l'hostilité à l'égard du message évangélique augmentaient. Notre-Dame, en se faisant contempler portant sur elle l'image de son Fils crucifié, montre que, associée à l'oeuvre du salut, elle compatit aux épreuves de ses enfants et souffre de les voir s'éloigner de l'Église du Christ au point d'oublier ou de rejeter la présence de Dieu dans leur vie et la sainteté de son Nom. Le rayonnement de l'événement de La Salette atteste bien que le message de Marie n'est pas tout entier dans la souffrance exprimée par les larmes; la Vierge appelle à se ressaisir: elle invite à la pénitence, à la persévérance dans la prière et particulièrement à la fidélité de la pratique dominicale; elle demande que son message « passe à tout son peuple » par le témoignage de deux enfants. Et, de fait, leur voix se fera rapidement entendre. Les pèlerins viendront ; bien des conversions auront lieu, Marie était apparue dans une lumière qui évoque la splendeur de l'humanité transfigurée par la Résurrection du Christ : La Salette est un message d'espérance, car notre espérance est soutenue par l'intercession de Celle qui est la Mère des hommes. Les ruptures ne sont pas irrémédiables. La nuit du péché cède devant la lumière de la miséricorde divine. La souffrance humaine assumée peut contribuer â la purification et au salut. Pour qui marche humblement dans les voies du Seigneur, le bras du Fils de Marie ne pèsera pas pour condamner, mais il saisira la main qui tend pour faire entrer dans la vie nouvelle les pécheurs réconciliés par la grâce de la Croix. Les paroles de Marie à La Salette, par leur simplicité et leur rigueur, gardent une réelle actualité, dans un monde qui subit toujours les fléaux de la guerre et de la faim, et tant de malheurs qui sont des signes et souvent des conséquences du péché des hommes. Et aujourd'hui encore, Celle que "toutes les générations diront bienheureuse" veut conduire "tout son peuple", qui traverse les épreuves de ce temps, à la joie qui naît de l'accomplissement paisible des missions données à l'homme par Dieu. Les Missionnaires de La Salette n'ont cessé d'approfondir l'étude du message de La Salette et ils s'attachent à en montrer la valeur permanente pour le 3 ième millénaire qui approche. Ils sont particulièrement chargés de « faire passer au peuple » l'appel à renouveler la vie chrétienne, qui est à l'origine de leur fondation dans le diocèse de Grenoble. En cette année jubilaire, je les invite à poursuivre avec ardeur leur mission, dans les différentes régions du monde où ils sont à l'oeuvre. De même, j'adresse tous mes encouragements aux Soeurs de La Salette et aux autres Instituts dont la fondation et l'inspiration sont en relation avec l'événement de La Salette. Je prie pour que la Mère du Christ, en cette année marquante, les assiste dans le renouveau spirituel qu'ils désirent et les aide à se donner à leurs taches d'évangélisation avec le dynamisme missionnaire que l'Église attend d'eux. De ces terres de Savoie et du Dauphiné où la Vierge Marie a fait entendre son message voici un siècle et demi, le même appel retentit aujourd'hui encore pour les nombreux pèlerins qui montent vers ce sanctuaire, ainsi que pour ceux qui se rendent en tant d'autres sanctuaires salettins. Je les encourage tous à présenter à la Vierge Immaculée les peines et les espérances de ce monde, à quelques années seulement du grand Jubilé. Puissent-ils être les témoins de la réconciliation, don de Dieu et fruit de la Rédemption pour les personnes, les familles et les peuples ! Que le pèlerinage les aide à ne pas laisser leur vie chrétienne tomber dans la tiédeur ou dans l'indifférence et à ne jamais oublier de donner au Christ ressuscité la première place dans leur vie ! Puissent-ils être dans le monde des artisans de la paix que le Seigneur a promise et demeurer indéfectiblement persuadés de la valeur inaliénable de la plus humble des personnes humaines ! Marie est présente à l'Église comme au jour de la Croix, au jour de la Résurrection et au jour de la Pentecôte. À La Salette, elle a clairement manifesté la constance de sa prière pour le monde. Elle n'abandonnera jamais les hommes qui sont créés à l'image et à la ressemblance de Dieu et à qui il est donné de devenir enfants de Dieu. Puisse-t-elle conduire vers son Fils l'ensemble des nations de la terre ! En confiant à Notre-Dame Réconciliatrice la communauté diocésaine de Grenoble, les Missionnaires de la Salette, ainsi que les religieux et les religieuses qui partagent la même spiritualité, j'accorde de grand coeur à tous la Bénédiction Apostolique ».

Le petit livret officiel des apparitions intitulé « La Salette - L’apparition - la grande nouvelle » précise à la page 5 que « Le village de La Salette se trouve se situe aux confins des départements de l’Isère et des Hautes-Alpes, sur les derniers contreforts du massif du Pelvoux ». La route extrêmement sinueuse qui mène actuellement au sanctuaire, n’était au temps de l’unique et brève apparition du 19 septembre 1946, qu’un simple chemin muletier.

Aux moments des faits, deux petits bergers sont les témoins de cette apparition : Mélanie Calvat, agée de presque 15 ans et Maximin Giraud, tout juste 11 ans.

L’apparition a été reconnue exactement cinq ans après, le 19 septembre 1851 par Mgr Philibert De Bruillard, évêque de Grenoble par un « mandement doctrinal » dont voici le passage essentiel figurant à la page 17 du petit livret officiel intitulé « La Salette - L’apparition - la grande nouvelle » :

« Nous jugeons que l’apparition de la Sainte Vierge à deux bergers, le 19 septembre 1846, sur la montagne de la chaîne des Alpes, située dans la paroisse de La Salette, de l’archiprêtré de Corps, porte en elle-même tous les caractères de la vérité, et que les fidèles sont fondés à croire indubitable et certaine ».

Ceci dit, il est bon de préciser tout de suite qu’il s’agit de distinguer toute la partie du message qui a été rendue officielle, de celle qui fait partie de ce que l’on appelle communément le « Secret de La Salette » dont le « texte authentique restera inconnu jusqu’au seuil du troisième milllénaire » comme le spécifie le Dictionnaire des Apparitions à l’article « La Salette »,page 506.La raison en est simple : le texte dérangeait beaucoup de personnes qu’il incriminait directement, comme l’empereur Napoléon III qualifié par ailleurs « d’Aiglon déplumé » par Maximin (qui allait être l’allié de Garibaldi dans sa lutte contre le Pape) ainsi qu’une grande partie du clergé, et des religieux et religieuses devenus infidèles.

C’est l’Abbé Michel Corteville qui a retrouvé le texte original, dans les archives de la Congrégation pour la doctrine de la foi en septembre 1999. Auteur d'une thèse monumentale sur le sujet, il publia en 2002 avec l'Abbé Laurentin, éminent spécialiste des apparitions mariales, un livre intitulé « Découverte du secret de La Salette, au-delà des polémiques, la vérité sur l’apparition et ses voyants » paru chez Fayard.

Le Dictionnaire des Apparitions à l’article « La Salette » précise page 510 que le « le secret fut rédigé huit fois, versions que nous avons enfin toutes rassemblées et confrontées : Trois rédactions de Maximin : 3 juillet et 11 août 1851 et 5 août 1853.
Quatre rédactions de Mélanie : 6 juillet 1851, 14 août 1853 et la rédaction longue trois fois rédigée de 1858 à 1878….

Voici le texte intégral de la rédaction longue écrit et daté par Mélanie à Castellamare, le 21 novembre 1878, extrait des pages 59 à 63 de l’ouvrage « Découverte du secret de La Salette » :

« Mélanie, ce que je vais vous dire maintenant ne sera pas toujours secret ; vous pourrez le publier en 1858.

Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, par leurs irrévérences et leur impiété à célébrer les Saints Mystères, par l'amour de l'argent, l'amour de l'honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d'impureté.

Oui, les prêtes demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes. Malheur aux prêtres et aux personnes consacrées à Dieu, lesquelles, par leurs infidélités et leur mauvaise vie, crucifient de nouveau mon Fils ! Les péchés des personnes consacrées à Dieu crient vers le Ciel et appellent vengeance, et voilà que la vengeance est à leurs portes, car il ne se trouve plus personne pour implorer miséricorde et pardon pour le peuple ; il n'y a plus d'âmes généreuses, il n'y a plus personne digne d'offrir la Victime sans tache à l'Éternel en faveur du monde.

Dieu va frapper d'une manière sans exemple.

Malheur aux habitants de la terre ! Dieu va épuiser sa colère, et personne ne pourra se soustraire à tant de maux réunis.

Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la prière et la pénitence, et le démon a obscurci leurs intelligences ; ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr. Dieu permettra au vieux serpent de mettre des divisions parmi les régnants, dans toutes les sociétés et dans toutes les famille ; on souffrira des peines physiques et morales : Dieu abandonnera les hommes à eux-mêmes et enverra des châtiments qui se succéderont pendant plus de trente-cinq ans.

La société est à la veille des fléaux les plus terribles et des plus grands événements ; on doit s'attendre à être gouverné par une verge de fer et à boire le calice de la colère de Dieu. Que le Vicaire de mon Fils, le Souverain Pontife Pie IX, ne sorte plus de Rome après l'année 1859 ; mais qu'il soit ferme et généreux, qu'il combatte avec les armes de la foi et de l'amour ; je serai avec lui.

Qu'il se méfie de Napoléon, son coeur est double, et quand il voudra être à la fois pape et empereur, bientôt Dieu se retirera de lui ; il est cet aigle qui, voulant toujours s'élever, tombera sur l'épée dont il voulait se servir pour obliger les peuples à se faire élever.

L'Italie sera punie de son ambition en voulant secouer le joug du Seigneur ; aussi, elle sera livrée à la guerre ; le sang coulera de tous les côtés ; les églises seront fermées ou profanées ;
les prêtres, les religieux seront chassés ; on les fera mourir, et mourir d'une mort cruelle. Plusieurs abandonneront la foi, et le nombre des prêtres et des religieux qui se sépareront de la vraie religion sera grand ; parmi ces personnes, il se trouvera même des évêques.

Que le Pape se tienne en garde contre les faiseurs de miracles, car le temps est venu que les prodiges les plus étonnants auront lieu sur la terre et dans les airs.

En l'année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l'Enfer ; ils aboliront la foi peu à peu et même dans les personnes consacrées à Dieu ; ils les aveugleront d'une telle manière, qu'à moins d'une grâce particulière, ces personnes prendront l'esprit de ces mauvais anges ; plusieurs maisons religieuses perdront entièrement la foi et perdront beaucoup d'âmes.

Les mauvais livres abonderont sur la terre et les esprits de ténèbres répandront partout un relâchement universel pour tout ce qui regarde le service de Dieu ; ils auront un très grand pouvoir sur la nature ; il y aura des églises pour servir ces esprits. Des personnes seront transportées d'un lieu à un autre par ces esprits mauvais, et même des prêtres, parce qu'ils ne seront pas conduits par le bon esprit de l'Évangile, qui est un esprit d'humilité de charité et de zèle pour la gloire de Dieu. On fera ressusciter des morts et des justes (c'est à dire que ces morts prendront la figure des âmes justes qui avaient vécu sur la terre, afin de mieux séduire les hommes ; ces soi-disant morts ressuscités, qui ne seront autre chose que le démon sous ces figures, prêcheront un autre Évangile, contraire à celui du vrai Jésus-Christ, niant l'existence du Ciel, soit encore les âmes des damnés. Toutes ces âmes paraîtront comme unies à leurs corps).

Il y aura en tous lieux des prodiges extraordinaires, parce que la vraie foi s'est éteinte et que la fausse lumière éclaire le monde. Malheur aux Princes de l'Église, qui ne seront occupé qu'à entasser richesses sur richesses, qu'à sauvegarder leur autorité et à dominer avec orgueil !

Le Vicaire de mon Fils aura beaucoup à souffrir, parce que, pour un temps l'Église sera livrée à de grandes persécutions ; ce sera le temps des ténèbres ; l'Église aura une crise affreuse.

La Sainte Foi de Dieu étant oubliée, chaque individu voudra se guider par lui-même et être supérieur à ses semblables.

On abolira les pouvoirs civils et ecclésiastiques, tout ordre et toute justice seront foulés aux pieds ; on ne verra qu'homicides, haine, jalousie, mensonge et discorde, sans amour pour la patrie ni pour la famille. Le Saint-Père souffrira beaucoup. Je serai avec lui jusqu'à la fin pour recevoir son sacrifice.

Les méchants attenteront plusieurs fois à sa vie sans pouvoir nuire à ses jours ; mais ni lui, ni son successeur...ne verront le triomphe de l'Église de Dieu.

Les gouvernants civils auront tous le même dessein qui sera d'abolir et de faire disparaître tout principe religieux, pour faire place au matérialisme, à l'athéisme, au spiritisme et à toutes sortes de vices.

Dans l'année 1865, on verra l'abomination dans les lieux saints ; dans les couvents, les fleurs de l'Église seront putréfiées et le démon se rendra comme le roi des coeurs. Que ceux qui sont à la tête des communautés religieuses se tiennent en garde pour les personnes qu'ils doivent recevoir, parce que le démon usera de toute sa malice pour introduire dans les ordres religieux des personnes adonnées au pêché, car les désordres et l'amour des plaisirs charnels seront répandus par toute la terre.

La France, l'Italie, l'Espagne et l'Angleterre seront en guerre ; le sans coulera dans les rues ; le Française battra avec le Français, l'Italien avec l'Italien ; ensuite, il y aura une guerre (civile) générale qui sera épouvantable. Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France, ni de l'Italie, parce que l'Evangile de Jésus-Christ n'est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera mutuellement jusque dans les maisons.

Au premier coup de son épée foudroyante, les montagnes et la nature entière trembleront d'épouvante, parce que les désordres et les crimes des hommes percent la voûte des cieux.
Paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ; on ne verra qu'homicide, on n'entendra que bruits d'armes et que blasphèmes. Les justes souffriront beaucoup ; leurs prières, leur pénitence et leurs larmes monteront jusqu'au Ciel, et tout le peuple de Dieu demandera pardon et miséricorde, et demandera mon aide et mon intercession.
Alors, Jésus-Christ, par un acte de sa justice et de sa grande miséricorde pour les justes, commandera à ses anges que tous ses ennemis soient mis à mort. Tout à coup, les persécuteurs de l'Eglise de Jésus-Christ et tous les hommes adonnés au pêché périront, et la terre deviendra comme un désert. Alors se fera la paix, la réconciliation de Dieu avec les hommes ; Jésus-Christ sera servi, adoré et glorifié ; la charité fleurira partout. Les nouveaux rois seront le bras droit de la Sainte Eglise qui sera forte, humble, pieuse, pauvre, zélée et imitatrice des vertus de Jésus-Christ. L'Evangile sera prêché partout, et les hommes feront de grands progrès dans la foi, parce qu'il y aura unité parmi les ouvriers de Jésus-Christ et que les hommes vivront dans la crainte de Dieu.

Cette paix parmi les hommes ne sera pas longue ; vingt-cinq ans d'abondantes récoltes leur feront oublier que les péchés des hommes sont cause de toutes les peines qui arrivent sur la terre.

Un avant-coureur de l'antéchrist, avec ses troupes de plusieurs nations combattra contre le vrai Christ, le seul Sauveur du monde ; il répandra beaucoup de sang et voudra anéantir le culte de Dieu pour se faire regarder comme un dieu.

La terre sera frappée de toutes sortes de plaies (outre la peste et la famine, qui seront générales) ; il y aura des guerres jusqu'à la dernière guerre qui sera alors faite par les dix rois de l'antéchrist, lesquels rois auront tous un même dessein et seront les seuls qui gouverneront le monde. Avant que ceci arrive, il y aura une espèce de fausse paix dans le monde ; on ne pensera qu'à se divertir ; les méchants se livreront à toutes sortes de pêchés ; mais les enfants de la Sainte Eglise, les enfants de la foi, mes vrais imitateurs croîtrons dans l'amour de Dieu et dans les vertus qui me sont les plus chères. Heureuses les âmes humbles, conduites par l'Esprit-Saint ! Je combattrai avec elles jusqu'à ce qu'elles arrivent à la plénitude de l'âge.

La nature demande vengeance pour les hommes, et elle frémit d'épouvante dans l'attente de ce qui doit arriver à la terre souillée de crimes.

Tremblez, terre, et vous qui faites profession de servir Jésus-Christ et qui, au-dedans, vous adorez vous-même ; tremblez, car Dieu va vous livrer à son ennemi, parce que les lieux saints sont dans la corruption ; beaucoup de couvents ne sont plus les maisons de Dieu, mais les pâturages d'Asmodée et des siens.

Ce sera pendant ce temps que naîtra l'antéchrist, d'une religieuse hébraïque, d'une fausse vierge qui aura communication avec le vieux serpent, le maître de l'impureté ; son père sera évêque. En naissant, il vomira des blasphèmes, il aura des dents ; en un mot, ce sera le diable incarné ; il poussera des cris effrayants, il fera des prodiges, il ne se nourrira que d'impuretés. Il aura des frères qui, quoiqu'ils ne soient pas comme lui des démons incarnés, seront des enfants de mal ; à douze ans, ils se feront remarquer par leurs vaillantes victoires qu'ils remporteront ; bientôt, ils seront chacun à la tête des armées, assistés par des légions de l'enfer.

Les saisons seront changées, la terre ne produira que de mauvais fruits, les astres perdront leurs mouvements réguliers, la lune ne reflétera qu'une faible lumière rougeâtre ; l'eau et le feu donneront au globe de la terre des mouvements convulsifs et d'horribles tremblements de terre qui feront engloutir des montagnes, des villes,...

Rome perdra la foi et deviendra le siège de l'antéchrist.

Les démons de l'air avec l'antéchrist feront de grands prodiges sur la terre et dans les airs et les hommes se pervertiront de plus en plus. Dieu aura soin de ses fidèles serviteurs et des hommes de bonne volonté ; l'Evangile sera prêché partout ; tous les peuples et toutes les nations auront connaissance de la vérité ! 

J'adresse un pressant appel à la terre ; j'appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; j'appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j'appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin, j'appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans un mépris du monde et d'eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l'humilité, dans le mépris et le silence, dans l'oraison et dans la mortification, dans la chasteté et dans l'union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde. Il est temps qu'ils sortent et vienne éclairer la terre. Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous en vous pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l'honneur de Jésus-Christ. Combattez, enfants de lumière, vous petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins.

L'Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la consternation. Mais voilà Enoch et Elie remplis de l'Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d'âmes seront consolées ; ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l'antéchrist.

Malheur aux habitants de la terre ! Il y aura des guerres sanglantes et des famines, des pestes et des maladies contagieuses ; il y aura des pluies d'une grêle effroyable ; des tonnerres qui ébranleront des villes ; des tremblements de terre qui engloutiront des pays ; on entendra des voix dans les airs ; les hommes se battront la tête contre les murailles ; ils appelleront la mort et, d'un autre côté, la mort sera leur supplice ; le sang coulera de tous côtés. Qui pourra vaincre, si Dieu ne diminue le temps de l'épreuve ? Par le sang, les larmes et les prières des justes, Dieu se laissera fléchir ; Enoch et Elie seront mis à mort ; Rome païenne disparaîtra ; le feu du Ciel tombera et consumera trois villes ; tout l'univers sera frappé de terreur, et beaucoup se laisseront séduire parce qu'ils n'ont pas adoré le vrai Christ vivant parmi eux. Il est temps ; le soleil s'obscurcit ; la foi seule vivra. Voici le temps ; l'abîme s'ouvre. Voici le roi des rois des ténèbres. Voici la bête avec ses sujets, se disant le sauveur du monde. Il s'élèvera avec orgueil dans les airs pour aller jusqu'au Ciel ; il sera étouffé par le souffle de Saint Michel Archange. Il tombera, et la terre qui, depuis trois jours, sera en de continuelles évolutions, ouvrira son sein plein de feu ; il sera plongé pour jamais avec tous les siens dans les gouffres éternels de l'enfer. Alors, l'eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les œuvres de l'orgueil de l'homme, et tout sera renouvelé : Dieu sera servi et glorifié ».

NB : Rappelons que Mélanie a rédigé ce secret par rapport à l’unique vision de 1858. Comme nous l’avons exposé au § 2.3.3selon le commentaire théologique du Cardinal Joseph Ratzinger, le récit n’implique pas nécessairement un ordre chronologique dans la succession des évènements.

3. L’Immaculée Conception - Lourdes en France (1858)

De la revue « Dieu est Amour », n° 113 et 114, page 37 :

« A Lourdes, comme ailleurs, Marie désire une chapelle, non seulement pour abriter son image, mais surtout y installer la Présence eucharistique de son Fils. En ce sens, elle est bien l’aqueduc qui mène à Jésus-Christ. Alors, l’Esprit-Saint conduira le pèlerin, par Marie, jusqu’à la personne du Sauveur, en se servant de la médiation du sacré qui correspond aux besoins de notre mental archaïque, de nos réflexes ancestraux. Le pèlerinage de Lourdes se développera d’autant mieux qu’aux innombrables faveurs spirituelles et corporelles obtenues par les pèlerins s’ajoutera son enracinement dans la tradition populaire du Moyen Age, de ses grands sanctuaires marials : Le Puy, Rocamadour, Boulogne-sur-Mer, Chartres... "Allez boire à la fontaine et vous y laver ! ". Ainsi, la source sacrée fait partie des ingrédients du pèlerinage chrétien. "L’eau de Lourdes" agit un peu comme un sacramental : son bienfait, si l’on peut dire, résulte de l’accueil que Dieu fait à la prière du croyant. Puisqu’elle signifie outre le baptême, la miséricorde de la Mère de Dieu pour les pécheurs et pour les malades, on pourrait la comparer à une sorte d’image de cette miséricorde. Marie a demandé à Bernadette de faire un geste de pénitence coûteux et humiliant en la priant de se laver avec l’eau boueuse et d’en boire. Toute purification commence par un acte d’humilité et de confiance. L’aveugle-né de Jéricho s’est laissé mettre sur les yeux un peu de boue, puis s’en fut se laver à la piscine. L’humilité de sa foi l’a sauvé. "Vous prierez pour les pécheurs…Pénitence, pénitence, pénitence !". Nos contemporains admettent difficilement cet appel à la pénitence et à l’humiliation (Bernadette est invitée à manger de l’herbe). N’oublient-ils pas que dans l’Eglise la générosité des fervents doit compenser la tiédeur des indifférents ?... "Je suis l’Immaculée Conception". Marie contre-signe aussi la déclaration solennelle par laquelle, quatre ans plus tôt, en 1854, le Pape Pie IX a défini le dogme de l’Immaculée Conception. Il y a désormais une identité établie entre la formule dogmatique et la Mère de Dieu. Quelle extraordinaire incursion de la Vierge Marie dans la religion savante, elle qui s’est cantonnée si souvent dans les sources, les grottes, les prairies et les bois, à la rigueur dans les chapelles de la religion populaire ! Elle qui accueille la foi des gens simples, voire des marginaux, elle fait parfois un clin d’œil aux théologiens !...Lourdes n’est pas seulement une grande lumière dans l’Eglise universelle par ces milliers de cierges qui brûlent devant la grotte ou sur l’esplanade pendant la procession du soir. C’est "ce grand feu allumé sur la montagne pour servir de repère et de guide aux pécheurs égarés dans la nuit qui envahit le monde ».

Note complémentaire

Nous pouvons observer que L’immaculée Conception apparaît à Lourdes avec des roses d’or sur les pieds, ce qui évidemment n’est pas sans signification.

C’est en réalité un symbolisme biblique pour signifier la consécration à Dieu, l’or métal précieux et rare manifeste ici le caractère exeptionnel et sublime de cette consécration. 

Ceci nous est présenté au chapitre 8 du livre du Lévitique qui décrit la consécration d’Aaron et de ses fils comme le Seigneur le prescrivît à Moïse :

Lv 8,9 :

« 1 Yahvé parla à Moïse et dit : 2 Prends Aaron, ses fils avec lui, les vêtements, l'huile d'onction, le taureau du sacrifice pour le péché, les deux béliers, la corbeille des azymes. 3 Puis convoque toute la communauté à l'entrée de la Tente du Rendez-vous. 4 Moïse suivit les ordres de Yahvé, la communauté se réunit à l'entrée de la Tente du Rendez-vous, 5 et Moïse lui dit: "Voici ce que Yahvé a ordonné de faire." 6 Il fit approcher Aaron et ses fils et les lava dans l'eau. 7 Il lui mit la tunique, lui passa la ceinture, le revêtit du manteau et plaça sur lui l'éphod. Puis il le ceignit de l'écharpe de l'éphod et la fixa sur lui. 8 Il lui imposa le pectoral, où il mit l'Urim et le Tummim. 9 Sur la tête il lui mit le turban, et sur le devant du turban la fleur d'or; c'est le signe de sainte consécration tel que Yahvé le prescrivit à Moïse.10 Moïse prit alors l'huile d'onction, il oignit pour les consacrer la Demeure et tout ce qui s'y trouvait. 11 Il fit sept aspersions sur l'autel et oignit pour les consacrer l'autel et ses accessoires, le bassin et son socle. 12 Il versa de l'huile d'onction sur la tête d'Aaron, et l'oignit pour le consacrer. 13 Moïse fit alors approcher les fils d'Aaron, qu'il revêtit de tuniques, auxquels il passa des ceintures et fixa des calottes, comme Yahvé l'avait ordonné à Moïse ».



Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:31, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:07

4. Notre-Dame du Très-Saint Rosaire - Fatima au Portugal (1917)

- Le secret de Fatima

Dans le petit livret intitulé le « Le Message de Fatima » de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, à la page 13 à 16 nous est donné la première et la deuxième parties du « secret » dans la rédaction qu'en a faite sœur Lucie (décédée le 13 février 2005) dans le « troisième mémoire » du 31 août 1941 à l'évêque de Leira-Fatima, dont voici le texte intégral :

« Je devrai, pour cela, parler un peu du secret et répondre à la première question. En quoi consiste le secret ? Il me semble que je peux le dire puisque le Ciel m'en a déjà donné la permission. Les représentants de Dieu sur la terre m'ont eux aussi autorisée à le faire, à plusieurs reprises, par lettres. Je crois que Votre Excellence a conservé l'une d'elles, celle du Père José Bernardo Gonçalves, dans laquelle il m'ordonne d'écrire au Saint-Père. Un des points qu'il m'indique est la révélation du secret. J'en ai déjà dit quelque chose, mais pour ne pas trop allonger cet écrit, qui devait être bref, je me suis limitée à l'indispensable, laissant à Dieu l'occasion d'un moment plus favorable.

J'ai déjà exposé, dans le deuxième écrit, le doute qui m'avait tourmentée du 13 juin au 13 juillet, et qui disparut lors de cette dernière apparition.

Bien. Le secret comporte trois choses distinctes, et je vais en dévoiler deux. La première fut la vision de l'Enfer. Notre-Dame nous montra une grande mer de feu, qui paraissait se trouver sous la terre et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme s'ils étaient des braises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine. Ils flottaient dans cet incendie, soulevés par les flammes, qui sortaient d'eux-mêmes, avec des nuages de fumée. Ils retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient trembler de frayeur. Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d'animaux épouvantables et inconnus, mais transparents et noirs. Cette vision dura un moment, grâce à notre bonne Mère du Ciel qui auparavant nous avait prévenus, nous promettant de nous emmener au Ciel (à la première apparition). Autrement, je crois que nous serions morts d'épouvante et de peur. Ensuite nous levâmes les yeux vers Notre-Dame, qui nous dit avec bonté et tristesse : Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l'Église et le Saint-Père. Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix ».

Toujours dans le même petit livret intitulé le « Le Message de Fatima » de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, de la page 18 à 20, nous est donné la troisième partie du secret de Fatima écrit à Tuy le 3 janvier 1944 par Sœur Lucie, dont voici le texte intégral :

« J.M.J. La troisième partie du secret révélé le 13 juillet 1917 dans la Cova de Iria-Fatima.

J'écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l'intermédiaire de son Excellence Monseigneur l'Évêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère, qui est aussi la mienne.

Après les deux parties que j'ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche ; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde ; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui ; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte : Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu : "Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant" un Évêque vêtu de Blanc, "nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père". Divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce ; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin ; Parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches ; Et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu ».

- « Une tentative d'interprétation du « secret » de Fatima »

La première et la deuxième partie du « secret » de Fatima ont déjà été discutées amplement dans la littérature qui le concerne et il n'est pas utile de les illustrer ici une nouvelle fois. Je voudrais seulement attirer brièvement l'attention sur le point le plus significatif. Pendant un instant terrible, les enfants ont fait l'expérience d'une vision de l'enfer. Ils ont vu la chute des « âmes des pauvres pécheurs ». Et maintenant, il leur est dit pourquoi ils ont été exposés à cet instant : « pour les sauver [les âmes] » - pour montrer un chemin de salut. Il vient à l'esprit la phrase de la première lettre de Pierre : « Sûrs d'obtenir l'objet de votre foi, le salut des âmes » (1,9). Comme chemin vers ce but, est indiquée - de manière surprenante pour des personnes provenant de l'ère culturelle anglo-saxonne et allemande - la dévotion au Cœur immaculé de Marie. Pour comprendre cela, une brève indication suffira ici. « Coeur » signifie dans le langage de la Bible le centre de l'existence humaine, la jonction entre la raison, la volonté, le tempérament et la sensibilité, où la personne trouve son unité et son orientation intérieure. Le « cœur immaculé » est, selon Mt 5,8, un cœur qui, à partir de Dieu, est parvenu à une parfaite unité intérieure et donc « voit Dieu ». La « dévotion » au Coeur immaculé de Marie est donc une façon de s'approcher du comportement de ce cœur, dans lequel le « fiat » - que ta volonté soit faite – devient le centre qui informe toute l'existence. Si quelqu'un voulait objecter que nous ne devrions pas cependant interposer un être humain entre le Christ et nous, on devrait alors se rappeler que Paul n'a pas eu peur de dire à ses propres communautés : imitez-moi (Cf.1 Co 4,16 ; Ph 3,17 ; 1 Th 1,6 ; 2 Th 3,7.9). Chez l'Apôtre, les communautés peuvent vérifier concrètement ce que signifie suivre le Christ. De qui pourrions-nous en tout temps apprendre d'une manière meilleure, sinon de la Mère du Seigneur ? Ainsi, nous arrivons finalement à la troisième partie du « secret » de Fatima, publié ici pour la première fois dans son intégralité. Comme il ressort de la documentation précédente, l'interprétation que le cardinal Sodano a donnée dans son texte du 13 mai a, dans un premier temps, été présentée personnellement à Sœur Lucie. À ce sujet, Sœur Lucie a tout d'abord observé qu'elle avait reçu la vision, mais pas son interprétation. L'interprétation, disait-elle, ne revient pas au voyant, mais à l'Église. Toutefois, après la lecture du texte, elle a dit que cette interprétation correspondait à ce dont elle avait fait l'expérience et que, pour sa part, elle reconnaissait cette interprétation comme correcte. Donc, dans ce qui suit, on pourra seulement chercher à donner de manière approfondie un fondement à cette interprétation à partir des critères développés jusqu'ici. Comme parole-clé de la première et de la deuxième partie du « secret », nous avons découvert celle qui dit « sauver les âmes » ; de même, la parole-clé de ce "secret" est un triple cri : "Pénitence, Pénitence, Pénitence ! ". Il nous revient à l'esprit le début de l'Évangile : "Pænitemini et credite evangelio" (Mc 1,15). Comprendre les signes des temps signifie comprendre l'urgence de la pénitence - de la conversion - de la foi. Telle est la réponse juste au moment historique, marqué par de graves dangers qui seront exprimés par les images ultérieures. Je me permets de rappeler ici un souvenir personnel ; dans un colloque avec moi, Sœur Lucie m'a affirmé qu'il lui apparaissait toujours plus clairement que le but de toutes les apparitions a été de faire croître toujours plus dans la foi, dans l'espérance et dans la charité - tout le reste entendait seulement porter à cela. Examinons maintenant d'un peu plus près les différentes images. L'ange avec l'épée de feu à la gauche de la Mère de Dieu rappelle des images analogues de l'Apocalypse. Il représente la menace du jugement, qui plane sur le monde. La perspective que le monde pourrait être englouti dans une mer de flammes n'apparaît absolument plus aujourd'hui comme une pure fantaisie : l'homme lui-même a préparé l'épée de feu avec ses inventions. La vision montre ensuite la force qui s'oppose au pouvoir de destruction - la splendeur de la Mère de Dieu et, provenant d'une certaine manière de cette splendeur, l'appel à la pénitence. De cette manière est soulignée l'importance de la liberté de l'homme : l'avenir n'est absolument pas déterminé de manière immuable, et l'image que les enfants ont vue n'est nullement un film d'anticipation de l'avenir, auquel rien ne pourrait être changé. Toute cette vision se produit en réalité seulement pour faire apparaître la liberté et pour l'orienter dans une direction positive. Le sens de la vision n'est donc pas de montrer un film sur l'avenir irrémédiablement figé. Son sens est exactement opposé, à savoir mobiliser les forces pour tout changer en bien. Aussi sont-elles totalement fourvoyées les explications fatalistes du « secret » qui affirment, par exemple, que l'auteur de l'attentat du 13 mai 1981 aurait été, en définitive, un instrument du plan divin, guidé par la Providence, et qu'il n'aurait donc pas pu agir librement, ou encore d'autres idées semblables qui circulent. La vision parle plutôt de dangers et de la voie pour en être sauvegardé. Les phrases qui suivent dans le texte montrent encore une fois très clairement le caractère symbolique de la vision : Dieu reste l'incommensurable et la lumière qui dépasse toute notre vision. Les personnes humaines apparaissent comme dans un miroir. Nous devons garder continuellement présente cette limitation interne de la vision, dont les limites sont ici visuellement indiquées. L'avenir se dévoile seulement "comme dans un miroir, de manière confuse" (Cf. 1 Co 13,12). Prenons maintenant en considération les diverses images qui suivent dans le texte du « secret ». Le lieu de l'action est décrit par trois symboles : une montagne escarpée, une grande ville à moitié en ruines et finalement une grande croix en troncs grossiers. La montagne et la ville symbolisent le lieu de l'histoire humaine : l'histoire comme une montée pénible vers les hauteurs, l'histoire comme lieu de la créativité et de la convivialité humaines, mais en même temps comme lieu de destructions, par lesquelles l'homme anéantit l'oeuvre de son propre travail. La ville peut être lieu de communion et de progrès, mais aussi lieu des dangers et des menaces les plus extrêmes. Sur la montagne se trouve la croix - terme et point de référence de l'histoire. Par la croix, la destruction est transformée en salut ; elle se dresse comme signe de la misère de l'histoire et comme promesse pour elle. Ici, apparaissent ensuite des personnes humaines : l'évêque vêtu de blanc (« nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père »), d'autres évêques, des prêtres, des religieux et religieuses, et enfin des hommes et des femmes de toutes classes et toutes catégories sociales. Le Pape semble précéder les autres, tremblant et souffrant à cause de toutes les horreurs qui l'entourent. Non seulement les maisons de la ville sont à moitié écroulées, mais son chemin passe au milieu de cadavres de morts. La marche de l'Église est ainsi décrite comme un chemin de croix, comme un chemin dans un temps de violence, de destruction et de persécutions. On peut trouver représentée dans ces images l'histoire d'un siècle entier. De même que les lieux de la terre sont synthétiquement représentés par les deux images de la montagne et de la ville, et sont orientés vers la croix, de même aussi les temps sont présentés de manière condensée : dans la vision, nous pouvons reconnaître le siècle écoulé comme le siècle des martyrs, comme le siècle des souffrances et des persécutions de l'Église, comme le siècle des guerres mondiales et de beaucoup de guerres locales, qui en ont rempli toute la seconde moitié et qui ont fait faire l'expérience de nouvelles formes de cruauté. Dans le « miroir » de cette vision, nous voyons passer les témoins de la foi de décennies. À ce sujet, il semble opportun de mentionner une phrase de la lettre que Sœur Lucie a écrite au Saint-Père le 12 mai 1982 : « La troisième partie du "secret" se réfère aux paroles de Notre-Dame : "Sinon [la Russie] répandra ses erreurs à travers le monde, favorisant guerres et persécutions envers l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites ». Dans le chemin de croix de ce siècle, la figure du Pape a un rôle spécial. Dans sa pénible montée sur la montagne, nous pouvons sans aucun doute trouver rassemblés différents Papes qui, depuis Pie X jusqu'au Pape actuel, ont partagé les souffrances de ce siècle et se sont efforcés d'avancer au milieu d'elles sur la voie qui mène à la croix. Dans la vision, le Pape aussi est tué sur la voie des martyrs. Lorsque, après l'attentat du 13 mai 1981, le Pape se fit apporter le texte de la troisième partie du « secret », ne devait-il pas y reconnaître son propre destin ? Il a été très proche des portes de la mort et il a lui-même expliqué de la manière suivante comment il a été sauvé : « C'est une main maternelle qui guida la trajectoire de la balle et le Pape agonisant s'est arrêté au seuil de la mort » (13 mai 1994). Qu'ici une "main maternelle" ait dévié la balle mortelle montre seulement encore une fois qu'il n'existe pas de destin immuable, que la foi et la prière sont des puissances qui peuvent influer sur l'histoire et que, en définitive, la prière est plus forte que les projectiles, la foi plus puissante que les divisions. La conclusion du « secret » rappelle des images que Sœur Lucie peut avoir vues dans des livres de piété et dont le contenu provient d'anciennes intuitions de foi. C'est une vision consolante, qui veut qu'une histoire de sang et de larmes soit perméable à la puissance de guérison de Dieu. Des Anges recueillent sous les bras de la croix le sang des martyrs et irriguent ainsi les âmes qui s'approchent de Dieu. Le sang du Christ et le sang des martyrs doivent être considérés ensemble : le sang des martyrs jaillit des bras de la croix. Leur martyre s'accomplit en solidarité avec la Passion du Christ, il devient un tout avec elle. Ils complètent pour le Corps du Christ ce qui manque encore à ses souffrances (Cf. Col 1,24). Leur vie est devenue elle-même eucharistie, incorporée dans le mystère du grain de blé qui meurt et qui devient fécond. Le sang des martyrs est semence de chrétiens, a dit Tertullien. De même que de la mort du Christ, de son côté ouvert, est née l'Église, de même la mort des témoins est féconde pour la vie future de l'Église. La vision de la troisième partie du «secret», tellement angoissante à ses débuts, s'achève donc sur une image d'espérance : aucune souffrance n'est vaine, et précisément une Église souffrante, une Église des martyrs, devient un signe indicateur pour l'homme à la recherche de Dieu. Dans les mains amoureuses de Dieu sont accueillies non seulement les personnes qui souffrent comme Lazare, qui a trouvé une grande consolation et qui mystérieusement représente le Christ, lui qui a voulu devenir pour nous le pauvre Lazare ; mais il y a plus encore : des souffrances des témoins provient une force de purification et de renouveau, parce qu'elle est une actualisation de la souffrance même du Christ, et qu'elle transmet aujourd'hui son efficacité salvatrice. Nous sommes ainsi arrivés à une ultime interrogation : que signifie dans son ensemble (dans ses trois parties) le « secret » de Fatima ? Que nous dit-il à nous ? Avant tout, nous devons affirmer avec le cardinal Sodano : « Les situations auxquelles fait référence la troisième partie du "secret" de Fatima semblent désormais appartenir au passé ». Dans la mesure où des événements particuliers sont représentés, ils appartiennent désormais au passé. Ceux qui attendaient des révélations apocalyptiques excitantes sur la fin du monde et sur le cours futur de l'histoire seront déçus. Fatima n'offre pas de telles satisfactions à notre curiosité, comme du reste en général la foi chrétienne ne veut pas et ne peut pas être une pâture pour notre curiosité. Ce qui reste, nous l'avons vu dès le début de notre réflexion sur le texte du « secret » : l'exhortation à la prière comme chemin pour le « salut des âmes » et, dans le même sens, l'appel à la pénitence et à la conversion. Je voudrais enfin reprendre encore une autre parole-clé du « secret » devenue célèbre à juste titre : « Mon Coeur immaculé triomphera ». Qu'est-ce que cela signifie ? Le Coeur ouvert à Dieu, purifié par la contemplation de Dieu, est plus fort que les fusils et que les armes de toute sorte. Le fiat de Marie, la parole de son cœur, a changé l'histoire du monde, parce qu'elle a introduit le Sauveur dans le monde - car, grâce à son "oui", Dieu pouvait devenir homme dans notre monde et désormais demeurer ainsi pour toujours. Le Malin a du pouvoir sur ce monde, nous le voyons et nous en faisons continuellement l'expérience ; il a du pouvoir parce que notre liberté se laisse continuellement détourner de Dieu. Mais, depuis que Dieu lui-même a un cœur d'homme et a de ce fait tourné la liberté de l'homme vers le bien, vers Dieu, la liberté pour le mal n'a plus le dernier mot. Depuis lors, s'imposent les paroles : « Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance ; moi je suis vainqueur du monde » (Jn 16,33). Le message de Fatima nous invite à nous fier à cette promesse ».

Si l’on rapproche le fragment du texte de la prophétie de La Salette (Cf. version intégale au § 5.3.1.2), nous observons tout de suite la convergence :

« Au premier coup de son épée foudroyante, les montagnes et la nature entière trembleront d'épouvante, parce que les désordres et les crimes des hommes percent la voûte des cieux.
Paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ; on ne verra qu'homicide, on n'entendra que bruits d'armes et que blasphèmes. Les justes souffriront beaucoup ; leurs prières, leur pénitence et leurs larmes monteront jusqu'au Ciel, et tout le peuple de Dieu demandera pardon et miséricorde, et demandera mon aide et mon intercession.
Alors, Jésus-Christ, par un acte de sa justice et de sa grande miséricorde pour les justes, commandera à ses anges que tous ses ennemis soient mis à mort. Tout à coup, les persécuteurs de l'Eglise de Jésus-Christ et tous les hommes adonnés au pêché périront, et la terre deviendra comme un désert. Alors se fera la paix, la réconciliation de Dieu avec les hommes ; Jésus-Christ sera servi, adoré et glorifié ; la charité fleurira partout. Les nouveaux rois seront le bras droit de la Sainte Eglise qui sera forte, humble, pieuse, pauvre, zélée et imitatrice des vertus de Jésus-Christ ».

- L’appel à la convertion et à la pénitence

Comme à Lourdes en 1858 la Vierge Marie exhorte à nouveau tous ses enfants à la convertion et à la pénitence, signifiant par là les « signes des temps, les signes de notre temps » et l’urgence de la conversion, comme le souligne le Saint Père Jean-Paul II dans son homélie intitulée « La maternité spirituelle de Marie » prononcée le 13 mai 1982 à Fatima, extrait de l’ouvrage « Mater Divinae Gratiae », pages 160 et 161 :

« Si l’Eglise a accueilli le message de Fatima, c’est surtout parce qu’il contient une vérité et un appel qui, dans leur contenu fondamental, sont la vérié et l’appel de l’Evangile lui-même. "Convertissez-vous (faites pénitence) et croyez à l’Evangile" (Cf. Mc 1,15) : telles sont les premières paroles que le messie a adressé à l’humanité. Le message de Fatima est dans son noyau fondamental, l’appel à la conversion et à la pénitence, comme dans l’Evangile. Cet appel a été prononcé au début du vingtième siècle et, par conséquent, il a été particulièrement été adressé à ce siècle. La Dame du message semble lire avec une perspicacité spéciale les "signes des temps" [Cf. § 3.4.1 Les signes des temps], les signes de notre temps. L’appel à la pénitence est maternel et, en même temps, ferme et déterminé. La charité qui "trouve sa joie dans ce qui est vrai"(Cf. 1 Co 13,6), sait être franche et décidée. L’appel à la pénitence est associé, comme toujours, à l’appel à la prière. Conformément à la tradition de nombreux siècles, la Dame du message de Fatima indique le rosaire, qui peut justement se définir "la prière de Marie" : la prière dans laquelle elle se sent particulièrement unie à nous. Elle-même prie avec nous. Par cette prière, on embrasse les problèmes du monde entier. En outre, on se souvient des pécheurs, pour qu’ils se convertissent et se sauvent, et des âmes du Purgatoire […]. C’est la sollicitude pour le salut, pour le salut éternel de tous les hommes. Soixante cinq années se sont écoulées depuis ce 13 mai 1917 ; il est difficile de ne pas voir que cet amour de la Mère, porteur de salut, embrasse d’une façon particulière, dans son rayonnement notre siècle ».

- Le miracle du soleil : Marie, la Femme de l’Apocalypse

Comme à la rue du Bac, et dans le prolongement de ces apparitions, le sens est clair pour tous, Marie nous signifie que nous sommes entrés dans les temps décrits dans le livre de l’Apocalypse, comme le confirme la Sainte Eglise (Cf. 5.1.3.10§ homélie du Cardinal Dias).

Voici ce que Notre Seigneur révèle à Vassula Ryden le 25 janvier 1988 concernant le « Miracle du Soleil ». Le passage ci-dessous est extrait du tome 2 de l’œuvre de « La vraie vie en Dieu », cahier 21, pages 79 et 80 :

Vassula Ryden : « Jésus ? »

Notre-Seigneur Jésus : « Je suis ».

Vassula Ryden : « Jésus, aujourd'hui encore, tout cela me stupéfie ; je veux parler de cette révélation qui m'est venue ; c'est comme un rêve, et je m'attends à me réveiller et m'apercevoir que ce n'était qu'un rêve. C'est stupéfiant ! ».

Notre-Seigneur Jésus : « Vassula, Je suis Omnipotent et Omniscient. J'ai voulu te ressusciter des morts et t'éclairer. Te souviens-tu de la vision du "Soleil" ? ».

Vassula Ryden : « Oui, Seigneur, la boule de Lumière (Voir message du 26 mars 1987 (tome 1, cahier 9) [Retranscris ci-après].

Notre-Seigneur Jésus : « Cette Lumière ronde est la même que celle connue parmi vous comme le " Miracle du Soleil ". Cette boule ronde de Lumière que Je t'ai fait voir est la même que celle de Fatima. Je t'ai fait pénétrer en Elle. Je t'ai permis d'y entrer. O Vassula, si tu savais seulement le privilège que Je t'ai donné ! Petite, tu ne réalises pas encore, mais c'est parce que Je garde tes yeux voilés.

Vassula Ryden : « Mon Dieu, je T'aime ».

Notre-Seigneur Jésus : « Vassula, Je te garderai cachée dans Mon Sacré Coeur ; tu M'es précieuse ; Moi ton Dieu, Je t'aime ; n'aie jamais peur de Moi car Je suis Amour ; Je suis un Père si Doux ; aie peur de Moi seulement si tu te rebelles contre Moi. Ah ! Vassula, Mes Mystères sont nombreux ; la plupart d'entre eux vous sont cachés. Vassula, écoute-Moi bien maintenant. Chaque prophétie annoncée sera réalisée ; chaque parole écrite dans les Ecritures sera accomplie. Je désire que tu dessines deux Cœurs ; oui, l'Un près de l'Autre ; unis, en fait ; entoure-Les d'une couronne d'épines. Oui, le Coeur Immaculé de Ma Mère est uni au Mien. Je désire de chacun de vous la dévotion que mérite Son Coeur Immaculé. Tu vois, Ma fille, comme Nos Cœurs Divins sont couverts d'épines par les hommes qui ne Nous montrent qu'ingratitudes, sacrilèges et manque d'amour : tel est l'ensemble de leurs péchés. Vassula, Moi, qui suis le Verbe, Je L'aime et Je La respecte. Je désire de vous que vous vous approchiez de Ma Mère et que vous L'honoriez comme Moi Je L'honore. Je désire que chaque genou fléchisse pour L'Honorer. Je désire que vous priiez le Rosaire et que vous saluiez votre Mère Sainte. Je veux que vous répariez vos péchés, en Lui demandant de vous enseigner. Sois vigilante, Ma fille, viens. Je t'ai révélé comme le Coeur de votre Mère est uni à Mon Coeur Divin, entourés d'une unique couronne d'épines. Je te rappelle Ma Présence. Je t'aime […] ».

Voici donc l’intégralité du message donné par Jésus à Vassula Ryden le 26 mars 1987 dont il est question ci-dessus, extrait du tome 1 de l’œuvre de « La vraie vie en Dieu », cahier 9, pages 100 à 104 :

Notre-Seigneur Jésus : « Réjouis-Moi, Vassula, et comprends que Moi Dieu, Je suis Un. Je voudrais tellement te montrer un peu plus de Ma Gloire. Mon enfant, sais-tu comment le Ciel a été créé ? ».

Vassula Ryden : « Par Toi, à travers Toi ».

Notre-Seigneur Jésus : « Oui, J'ai mesuré chaque largeur, hauteur et profondeur, et toutes dimensions sont parfaites. Chaque petite créature vivante vient de Moi et elle est vraiment Mienne. Toute vie vient de Moi, Mon Souffle est Vie.

Désires-tu apprendre davantage sur Mes Œuvres divines ? ».

Vassula Ryden : « Oui, Seigneur ».

Notre-Seigneur Jésus : « Alors faisons une promenade dans Ma Gloire ».

(Je me suis trouvée en Présence de Dieu, me promenant dans un jardin splendide, très coloré, inondé de lumière, mais pas d'un soleil normal. En marchant, j'ai aperçu une énorme boule de lumière affleurant l'horizon. C'était comme un grand soleil, mais on pouvait le regarder sans se brûler les yeux.)

Notre-Seigneur Jésus : « Comment te sens-tu, Ma fille ? ».

Vassula Ryden : « C'est merveilleux et si étrange ! ».

Notre-Seigneur Jésus : « Que vois-tu ? ».

Vassula Ryden : « Une sorte de soleil ».

Notre-Seigneur Jésus : « Oui, c'est Ma Sainte Demeure. Et que vois-tu autour de cette Lumière ? ».

(D'abord il me semblait voir des taches qui se déplaçaient autour de cette Lumière ; puis elles se sont avérées être toute une légion de petits anges qui l'encerclaient. Il y en avait des millions).

Notre-Seigneur Jésus : « Ce sont des chérubins qui encerclent Ma Gloire. Que vois-tu encore ? ».

Vassula Ryden : « Quelques marches qui conduisent à l'intérieur du "soleil" ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « Entrons dans cette Lumière. Es-tu prête ? Enlève tes chaussures, car nous entrons sur un terrain sacré. Maintenant, nous sommes à l'intérieur de la Lumière ».

(En entrant, je pensais que je me trouverais dans une lumière éclatante ; mais non, tout était d'une reposante couleur bleue. Ce qui m'a frappée le plus, c'était le silence, un sentiment de paix et de sainteté. Nous étions à l'intérieur d'une sphère.)

Notre-Seigneur Jésus : « Oui, c'est une sphère ».

(La "paroi" qui nous entourait n'était pas vraiment une paroi, mais était constituée d'êtres vivants, c'était des anges, c'était tapissé d'anges. Le "plafond" formait comme une voûte constituée d'anges tous bleus. Il y en avait des millions, des milliards, collés les uns aux autres, c'était de grands anges, les uns au dessus des autres, formant une "paroi" compacte.)

Notre-Seigneur Jésus : « Mes séraphins gardent ce lieu saint et M'adorent sans cesse. Peux-tu les entendre ? ... Saint des Saints, Saint est notre Dieu le Très-Haut... ».

Vassula Ryden : « Combien y en a-t-il, Seigneur ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « Des milliers, Mon enfant. Sais-tu qui est celui-ci, si beau, avec l'épée en or ? ».

Vassula Ryden : « Je ne sais pas ».

(J'en ai vu un qui différait des autres, car il avait un teint normal, des cheveux blonds jusqu'aux épaules, vêtu d'une longue robe étincelante et de la plus pure blancheur. Il tenait à la Main une très belle épée en or.)

Notre-Seigneur Jésus : « Vassula, l'épée est Ma Parole. Ma Parole est pure, Elle transperce et illumine ».

(Soudain, le "plafond" arrondi s'est ouvert comme une fleur)

Notre-Seigneur Jésus : « Regarde, petite, essaie de discerner. Je suis près de toi et Je t'aide. Maintenant, tu vas voir, au-dessus de toi, la Bataille Sainte qui est encore à venir. O Ma fille, regarde avec vigilance autour de toi et sache que le Mal existe. Vois-tu quelque chose ? ».

(Quand ce "plafond" s'est ouvert comme une fleur, j'ai vu tout d'abord des chevaux aux yeux noirs, veloutés et féroces. Ensuite l'image s'est éloignée et j'ai vu le déroulement d'une bataille).

Notre-Seigneur Jésus : « Mon Armée combattra Satan et ses suppôts, y compris tous ceux qui ont essayé de détruire Ma Loi. Rappelle-toi que Je suis l'Alpha et l'Oméga, le Premier et le Dernier ; Ma Parole est Eternelle. Maintenant que vois-tu ?

Vassula Ryden : « Un reptile, comme un grand serpent, qui a été désarçonné d'un cheval ».

Notre-Seigneur Jésus : « Ce dragon, sous la lance de Mon Saint, sera vaincu. Quand cela sera accompli, tous ses suppôts tomberont aussi. Vassula, Je vais maintenant te montrer Ma Cour de Jugement ».

(J'ai vu une grande salle vide. Tout à coup, j'ai vu un groupe d'âmes dans un coin. C'est le bruit de leurs chaînes qui a attiré mon attention. Ces âmes paraissaient hagardes au-delà de toute description, tachées de noir comme par du charbon. Elles ne nous ont pas vus et paraissaient étonnées de leur environnement.)

Notre-Seigneur Jésus : « Ecoute les trompettes ; ce sont Mes anges qui M'annoncent. Donne-Moi ta main, car tu es Ma petite visiteuse. Oui, tout ange tombe prosterné devant Moi. As-tu vu cette multitude d'âmes ? Elles viennent de sous terre (Du purgatoire le plus proche des portes de l'enfer). Ce sont des âmes tourmentées qui ont été délivrées ; elles étaient aux portes de Satan ».

Vassula Ryden : « Qui les a délivrées ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « C'est Moi, par Mes Œuvres divines et par tous ceux qui réparent et M'aiment. Vois-tu pourquoi Je veux que tu M'aimes ? Plus tu M'aimes profondément, meilleures sont leurs chances d'échapper aux griffes de Mon ennemi. Veux-tu savoir ce qu'il adviendra de ces âmes ?

Vassula Ryden : « Oui, Seigneur, que deviendront-elles ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « Laisse-Moi te le dire. Je les baptiserai de Mon Saint Esprit et Je les libérerai complètement, car tant qu'elles n'ont pas été baptisées par le Saint Esprit, elles ne pourront pas partager Mon Royaume ».

Vassula Ryden : « Veux-Tu dire que ces âmes n'étaient pas baptisées ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « Non, elles ne l'étaient pas ».

Vassula Ryden : « Et elles le voudraient maintenant ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « Oui, elles le veulent. Viens, Je vais t'expliquer ; asseyons-nous. Ce que tu as vu n'était qu'une image. Elles n'étaient pas vraiment dans Ma salle. Les âmes ne sont jugées qu'à la Fin ».

Vassula Ryden : « Si ces âmes n'étaient pas dans Ta salle, où étaient-elles alors ? ».

Notre-Seigneur Jésus : « Ces âmes étaient dans l'Hadès. Etant dans l'Hadès, elles sont impuissantes. Lorsque vous Me choisissez et désirez Me suivre, vous êtes sauvés, mais si vous refusez de Me reconnaître, à cause de votre obstination, vous tomberez. Là où vous irez, ce sera un martyr sans fin. Je dois vous avertir tous, non que cela n'a pas été dit auparavant, mais quiconque blasphème le Saint Esprit, ne sera jamais pardonné, car telle est Ma Loi. Baisse les yeux devant Moi, Mon enfant.

(J'ai baissé les yeux.) ».

Notre-Seigneur Jésus : « Laisse-Moi te bénir, Je pardonne tes péchés. Répète ces paroles :

Que le Seigneur et Dieu Tout-Puissant soit Béni, que Son Royaume règne en Eternelle Gloire,
que Son Saint Nom soit glorifié, que Sa Parole pénètre et repose dans chaque coeur. Amen.

Vassula, n'en fais pas davantage aujourd'hui, repose-toi. Demain, Je dicterai Mon message (Soudain, j'ai senti Dieu rempli d'amertume) au sujet de ceux qui Me représentent sans Me donner assez d'amour et sans puiser dans Mon Amour Infini. Ma fille, viens, tiens-Moi compagnie. J'ai besoin de Me reposer, rapproche-toi de Moi, partage Ma douleur.

Vassula Ryden : « Mon Dieu, je ferai ce que Tu voudras, mais n'oublie pas qu'il y en a aussi beaucoup qui T'aiment profondément et n'oublie pas leurs sacrifices qui démontrent l'amour qu'ils ont pour Toi ».

Notre-Seigneur Jésus : « Oui, ils soulagent Mes chagrins et adoucissent Mes Plaies, mais J'ai besoin d'un plus grand nombre d'âmes comme celles-ci, prêtes à réparer et à diffuser Mon Amour Infini et à l'étendre comme la brume. Je désire qu'ils ouvrent leur cœur et Me reçoivent. Je remplirai leurs cœurs de Mon Amour et quand leur cœur débordera d'amour, ils pourront répandre cet amour et nourrir Mes agneaux. Bien-aimée, veux-tu Me laisser reposer en toi ? ».

Vassula Ryden : « Oui, mon Dieu ».

Notre-Seigneur Jésus : « Veux-tu te reposer en Moi ? ».

Vassula Ryden : « Oui, mon Dieu, je le ferai.

Notre-Seigneur Jésus : « Alors viens, Je t'aime ».

Vassula Ryden : « Je T'aime aussi, mon Dieu ».

- La Consécration au Cœur Immaculé

Exactement un an jour pour jour après l’attentat du 13 mai 1981 perpétré sur la place Saint-Pierre de Rome, le Pape Jean-Paul II, comme nous le savons, s’est rendu à Fatima pour remercier la Vierge Marie qui selon ses paroles « avait dévié la balle ». Il fît placer cette dernière dans la couronne de la statue de Notre-Dame de Fatima, à l’endroit même où la Vierge était apparue.

Dans son homélie intitulée « La maternité spirituelle de Marie »,prononcée le 13 mai 1982 à Fatima, extrait de l’ouvrage « Mater Divinae Gratiae » page 158 à 166, le Saint Père Jean-Paul II développe longuement sur la thème de la Consécration au Cœur Immaculé de Marie, dont voici quelques passages les plus significatifs :

« Lorsque Jésus dit sur la croix : "Femme, voici ton fils" (Cf. Jn 19,26), il ouvrit d’une manière nouvelle le cœur de sa Mère, le Cœur Immaculé, et il lui révéla la nouvelle dimension de l’amour, et la nouvelle portée de l’amour auquel elle était appelée dans l’Esprit-Saint par la force du sacrifice de la croix […].
Le Cœur Immaculé de Marie, ouvert par la parole : "Femme, voici ton fils" rencontre spirituellement le cœur de son Fils ouvert par l’amour même pour l’homme et le monde, s’offrant lui-même pour eux sur la croix, jusqu’au coup de lance du soldat.

Confier le monde au Cœur Immaculé de Marie signifie nous approcher, grâce à l’intercession de la Mère, de la source même de la vie qui a jaillit au Golgotha. Cette source jaillit sans interruption avec la rédemption et avec la grâce. Elle est en permanence source de vie nouvelle et de sainteté.
Confier le monde au Cœur Immaculé de Marie signifie revenir au pied de la croix du Fils. Plus encore cela veurt dire confier le monde au Cœur transpercé du sauveur, le faire remonter à la source même de sa rédemption. La rédemption dépasse toujours le péché de l’homme et le "péché du monde". La puissance de la rédemption est infiniment supérieure à toutes les possibilités de mal qui se trouvent dans l’homme et dans le monde.

Le Cœur de la Mère, comme aucun autre dans tout l’univers, visible et invisible, en est bien conscient.
C’est pour cela qu’il appelle. Il n’appelle pas seulement à la conversion, il nous appelle à nous faire aider par elle, la Mère, pour revenir vers la source de la rédemption.

Se remettre entre les mains de Marie signifie se faire aider par elle pour nous offrir, nous-mêmes et à l’humanité, à Celui qui est Saint, infiniment Saint, se faire aider par elle - en ayant recours à son Cœur de Mère qui, au pied de la croix, s’est ouvert à l’amour pour tout homme, pour le monde entier - afin d’offrir le monde et l’homme, et l’humanité et toutes les nations, à Celui qui est infiniment Saint. La sainteté de Dieu a été manifestée dans la rédemption de l’homme, du monde, de l’humanité entière, des nations, rédemption qui s’est accomplie par le Sacrifice de la croix. "Pour eux, je me consacre moi-même" avait dit Jésus (Cf. Jn 17,19).

Par la puissance de la rédemption le monde et l’homme ont été consacrés. Ils ont été offerts et confiés à l’amour même, à l’amour miséricordieux.

La Mère du Christ nous appelle et nous invite à nous unir à l’Eglise du Dieu vivant dans cette consécration du monde, dans cet acte d’offrande par lequel le monde, l’humanité, les nations, tous et chacun des hommes sont présentés au Père éternel avec la puissance de la rédemption du Christ. Ils sont offerts dans le Cœur du Rédempteur transpercé sur la croix.

La Mère du Rédempteur nous appelle, nous invite et nous aide à nous unir à cette consécration, à cet acte d’offrande du monde. Alors, en effet, nous nous trouverons le plus près possible du Cœur du Christ transpercé sur la croix… ».

5. Marie Reine de l'Univers et des âmes du Purgatoire - Heede en Allemagne (1937-1940)

Heede est un village de l’Allemagne du Nord en Westphalie (diocèse d’Osnabruck), dans la province de Hanovre, près de la frontière hollandaise.

Du 1 er novembre 1937 au 3 novembre 1940, la Sainte Vierge y apparut une centaine de fois à quatre fillettes : Maria Ganseforth, 13 ans, et sa sœur Grete, 11 ans (stigmatisée au printemps 1939, décédée le 27 janvier 1996), Anni Schulte, 15 ans, et Susanne Bruns (décédée le 22 septembre 1994).

La Gestapo intervient. Les fillettes furent mises dans un asile d’aliénés pendant quelques semaines, puis relâchées.
La Sainte Vierge recommanda aux enfants de prier beaucoup pour la conversion des pécheurs.
On avait presque oublié ces apparitions, quand en, 1945, Notre Seigneur se montra à l’une des quatre voyantes. Il lui dit : « Les hommes n’ont pas écouté ma Très Sainte Mère lorsqu’elle apparaissait à Fatima et les exhortait à a pénitence. Maintenant je viens Moi-même en dernière heure pour avertit et exhorter les hommes. Les temps sont graves. Les hommes doivent faire pénitence, se détourner de tout cœur de leurs péchés ; ils doivent prier, afin d’apaiser la colère de Dieu. Surtout le Rosaire doit être beaucoup récité. Cette prière est puissante auprès de Dieu. Il faut restreindre les plaisirs et les divertissements ». Heede est devenu un lieu de pèlerinage très fréquenté.

Dans son ouvrage « Marie annonce la fin des temps », F. Sanchez-Ventura y Pascual précise que notre Seigneur « reviens sept fois au moins sur sa venue prochaine », pages 38 et 39 :

- « Le temps de mon retour approche. La terre tremblera et frémira. Ce sera terrible. Un avant-goût du Jugement Dernier. Mais vous autres, n’éprouvez aucune crainte, car Je suis avec vous ».

- « Les Anges justiciers sont déjà répandus à travers le monde. Les âmes me reconnaîtront comme leur Dieu. J’arrive. Je suis à la porte ».

- « Il se prépare des évènements grandioses. Ce qui arrivera sera terrible et n’aura jamais encore été vu depuis le commencement du monde. Je viendrai Moi-même, en Personne et je manifesterai ma Puissance ».

- « Ma fille, Je viendrai bientôt, très bientôt. Ce qui se passera d’ici peu dépassera de loin tout ce qui est arrivé jusqu’ici. La Mère de Dieu et les anges interviendront ».

- « Moi-même Je viendrai et avec Moi viendra la paix, J’édifierai mon Royaume avec un petit nombre d’élus. Ce royaume apparaîtra soudainement, plus tôt qu’on ne le pense. Je ferai resplendir ma lumière, une lumière de bénédiction pour les uns, et qui pour d’autres apparaîtra ténèbres. L’humanité connaîtra en même temps mon Amour et ma Puissance et Je manifesterai ma Justice et ma Miséricorde ».

- « Mes enfants aimés, l’heure approche. Priez sans cesse et vous ne serez pas confondus. Je rassemble mes élus. Ils arriveront en même temps de tous les points du monde et Me glorifieront. Je viens. Bienheureux ceux qui seront prêts. Bienheureux ceux qui m’écoutent ».



Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:32, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:07

6. Notre-Dame du Très Saint Rosaire - Kérizinen en France (1938-1965)

De l’ouvrage « Kérizinen, messages du Christ et de la Sainte Vierge, 1938-1965 », par Jeanne-Louise Ramonet, témoin des apparitions :

- intégralité du message de la 30 ième apparition donné le 5 mars 1955 (premier samedi du mois), page 48 :

Jeanne-Louise : « La Sainte Vierge pleure de nouveau. Un tableau se forme au-dessous d'Elle, représentant le monde dans l'indifférence et les châtiments qui frappent ».

La Très Sainte Vierge Marie : « Je souffre de l'indifférence des hommes. Mon Cœur saigne des offenses, surtout impures, faites à mon divin Fils, aussi l'heure de la Justice Divine ne peut tarder à sonner. Mais, Chrétiens, courage, le Règne de Dieu est proche. Il s'ouvrira par un fait aussi éclatant qu'inattendu. Dieu se plaira à confondre l'orgueil des impies. Il brisera les obstacles et renversera les projets de ceux qui empêchent la lumière de se faire.
Mais pour hâter ce règne de Dieu, ce triomphe de l'Eglise, va et dis aux prêtres de bâtir ici une chapelle, (1) d'y célébrer le Saint Sacrifice de la Messe avec Communion Réparatrice pour outrages impurs. Ils y trouveront forces et grâces d'état. Les âmes justes s'y sanctifieront, les pécheurs s'y convertiront et ainsi le Monde en sera renouvelé et pacifié.
Et la France, cette nation de lumière, une fois sa dette payée sera sauvée par des moyens en dehors de toute connaissance humaine et récompensée par une abondance de grâces et de bénédictions; et toutes ces puissances qui, à ses côtés, auront combattu avec tant de courage et d'intrépidité, recevront cette belle récompense de prendre place au sein de l'Eglise Romaine et Catholique qui sortira elle-même renouvelée et rajeunie de ce baptême de sang; car à la place de ces trônes impies, s'élèveront deux trônes glorieux, celui du Cœur Sacré de Jésus et celui de mon Cœur Immaculé. Et ainsi le nom de Dieu sera glorifié par toute la terre. Car plus le Monde aura été hostile au surnaturel, plus merveilleux et extraordinaires seront les faits qui confondront cette négation du surnaturel ».

Note :

(1) : Comme Notre-Dame du Très Saint Rosaire l’avait demandé déjà le 6 août 1949.

- extrait du message de la 42 ième apparition donné le 13 octobre 1958, page 78 :

Le Christ : « Ma fille, fais connaître aux hommes que mon Règne est très proche, Je régnerai en Maître malgré mes ennemis, mais Je régnerai avec et par ma Mère. Tiens ton cœur intimement uni à son Cœur déchiré et compatissant, il est Chemin Royal conduisant à mon Cœur, océan de Miséricorde, dont les flots actuellement se déversent avec tant d'abondance pour la purification et le salut pacifique de l'Humanité ».

7. La Dame de tous les peuples - Amsterdam au Pays-Bas (1945-1959)

De l’ouvrage « Les messages de la Dame de tous les peuples » :

- extrait du 42 ième message donné le 15 juin 1952, pages 117 et 118 :

Dans la concorde

« Que le clergé régulier et le clergé séculier fassent œuvre commune. Dans d’autres affaires aussi, ils devront se rapprocher. Après tout, vous êtes tous les apôtres du Maître. Cherchez à vous entendre. Si les apôtres ont des avis partagés, comment les peuples pourraient-ils être un ? Je prie l’Église de Rome et je lui demande : combattez donc, en ce temps, dans la concorde, pour l’unique Vrai, le Seigneur et Créateur de ce monde, le Père, le Fils et le Saint Esprit ! Ce temps, c’est le temps du Saint Esprit. Demandez donc tous au Saint Esprit d’apporter le vrai Esprit sur le monde. Le monde est en état de corruption. Les grands de ce monde recherchent le pouvoir. Les grands de ce monde ne pensent que dans une perspective matérialiste. Les gens sont dispersés et envoyés dans la mauvaise direction ». La Dame indique maintenant le globe. Je vois que la confusion et l’agitation règnent parmi les peuples. La Dame dit : « Regarde donc tous ces pays. Nulle part ne règne l’unité, nulle part la paix, nulle part la quiétude pour les peuples. Tout n’est que tension, tout n’est que peur ! Le Seigneur Jésus-Christ le permet. Son temps va venir. D’abord, il y aura un temps troublé. Humanisme, paganisme, athées, serpents, eux vont d’abord essayer de régner sur ce monde ».

- extrait du 51 ième message donné le 4 avril 1954, pages 145 à 152 :

Le Royaume de Dieu

« Lorsque vous engagerez des démarches pour demander le dogme au Saint-Père, la Dame tiendra sa promesse et la vraie paix se fera. La vraie paix, peuples, c’est le Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu est plus proche que jamais, comprenez bien ces paroles !
C’est réellement et véritablement la Mère, la Dame de tous les Peuples, qui vous dit cela. Mes exhortations : n’écoutez pas de faux prophètes ; écoutez uniquement vos pasteurs catholiques, vos ministres protestants, la voix de votre conscience… un Être Supérieur. Cela, je le dis pour ceux qui n’adhèrent pas à la vraie Église. La Dame lève maintenant le doigt et dit avec autorité : Vous, gens de l’Église de Rome, prenez donc conscience du bonheur, du grand bonheur qui est le vôtre ! Comprenez donc ce que cela veut dire, appartenir à l’Église de Rome. Êtes-vous certains d’agir dans ce sens ? »

Une parole de réconfort

« Votre Mère va vous dire une parole de réconfort. Quand viendra le temps du Seigneur Jésus-Christ, vous remarquerez que les faux prophètes, la guerre, la discorde, les divisions disparaîtront. Or, ce temps commence. C’est la Dame de tous les Peuples qui vous le dit ». La Dame disparaît alors lentement ».

Vous êtes responsables

« J’ai dit : elle reviendra. Elle parlera à ses apôtres. Mais c’est d’abord à vous, peuples, que parle la Dame. Aidez vos apôtres ; ne leur rendez pas la tâche si dure. Ramenez vos enfants au Seigneur, consacrez-les Lui. Apôtres du Seigneur Jésus-Christ, votre Dame vous comprend, votre Dame vous aidera dans toutes les difficultés, votre Dame vous assistera. Présentez donc en son nom vos demandes au Père, au Fils et au Saint Esprit qui maintenant plus que jamais va venir. J’ai dit : le Royaume de Dieu est plus proche que jamais. Peuples, savez-vous bien ce que cela va signifier ? Savez-vous bien, peuples, que vous êtes responsables ? Vous, les grands de ce monde, ne dupez pas vos enfants, ne dupez pas les plus petits d’entre les miens. Vous êtes responsables en face de votre Seigneur Jésus-Christ ». Et la Dame répète avec autorité : « Vous êtes responsables ! ».

Note de l’éditeur : « Dans son encyclique Ad Cæli Reginam du 11 octobre 1954, le Pape Pie XII a donné officiellement à Marie le titre de « Reine du Ciel et de la Terre ». La solennité de cette fête a été fixée au 31 mai, jour où on célébrait déjà, dans divers diocèses, la fête de Marie Médiatrice de toutes les Grâces. La fête de Marie Reine a été de ce fait déplacée au 22 août par un décret du 21 mars 1969. On a déplacé en même temps la fête de la Visitation du 2 juillet au 31 mai ».

8. Notre-Dame du Carmel - Saint Sébastien de Garabandal en Espagne (1961-1965)

1°) Pour aider le discernement des fidèles

Bien que les apparitions de Saint Sébastien de Garabandal ne soient pas encore reconnues, il faut savoir, qu’elles n’ont jamais été condamnées en tant que telles par l’Eglise, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Voici en ce sens un extrait de la note du 8 juillet 1965 de Mgr Eugenio Beitia Aldazabal, évêque de Santander, comme présenté page 47 du « Journal de Conchita » :

« Nous faisons remarquer que nous n'avons trouvé aucun motif de censure ecclésiastique portant à condamnation, ni dans la doctrine, ni dans les recommandations spirituelles que l'on a divulguées à l'occasion des Faits de Garabandal, en tant qu'adressées à des fidèles chrétiens; d'autant plus qu'elles contiennent une exhortation à la prière et au sacrifice, à la dévotion eucharistique, au culte de Notre Dame sous des formes traditionnellement louables, et à la sainte crainte de Dieu offensé par nos péchés. Elles rappellent simplement la doctrine ordinaire de l'Église en cette matière. Nous admettons la bonne foi et la ferveur religieuse des personnes qui accourent à Saint Sébastien de Garabandal, et qui méritent le plus profond respect... »

Un avis de non reconnaissance de faits surnaturels a donc seulement été prononcé de 1962 à 1970 par les évêques de Santander.

En complément, voici d’autres interventions qu’il convient de relever. Tout d’abord, dans la deuxième partie de l’édition du « Journal de Conchita » en ma possession, intitulée « Jalons dans la suite des apparitions » nous pouvons lire à la note ‘3’ de la page 111 : « Convoquée par le Saint-Office [aujourd’hui Congrégation pour la Doctrine de la Foi], Conchita s’était rendue à Rome en janvier 1966 ; elle était accompagné de sa mère et d’un prêtre espagnol, D. Luis Luna. Le résumé de ce voyage sera court, étant donnée la discrétion imposée à la jeune fille et à sa mère. L’impression générale de Conchita sur « l’ambiance » de ce voyage fut excellente ».

Voici en ce sens un extrait d’une lettre datée du 31 janvier 1966 écrite par Conchita à son retour en Espagne (également présenté à la note ‘3’ de la page 111) :

« Le voyage à Rome a été très bien, on ne peut mieux, mais on m’a interdit de dire quoi que se soit là-dessus. Il n’y a donc qu’à obéir, et Dieu fera le reste. On a été très aimable avec moi ».
D’autre part, au cours d’une conversation, Conchita a affirmé avoir été recue par le Cardinal Ottaviani avec une aménité comme elle n’en avait rencontré chez aucun des ecclésiastiques qui l’avaient interrogée jusqu’à cette date.
L’entrevue avec le Cardinal s’est prolongée pendant deux heures trente, et Conchita en est sortie très contente. Par ailleurs, on sait que le Pape Paul VI lors de audience publique [du 13 janvier 1966] a donné à la jeune fille une bénédiction en ces termes :

"Conchita, je te bénis, toi et ta famille. Et avec Moi, toute l’Eglise te bénit ".

C’est également ce qui affirmé à la page 41 de l’ouvrage « Garabandal - Le dernier espoir » où l’on peut lire qu’en 1975, lors de son voyage à Rome, Conchita s’entendit dire par le Cardinal Ottaviani, pro prefet du Saint Office (aujourd’hui Congrégation pour la Doctrine de la Foi) de :

"Beaucoup prier pour cette importante affaire qu’est Garabandal pour l’Eglise".

Ce Cardinal est mort en 1979.

En mai 1976, Don Valentin, curé de Cosio, se rendit à Rome une nouvelle fois, pour plaider la cause. La Cardinal Seper lui aurait dit :

"Garabandal est la plus belle chose qui soit ! ".

Une enquête a été effectuée en 1988, et les conclusions ont été remises au Saint Siège. Contrairement à ce que certains prétendent, il faut savoir que les apparitions de Notre Dame du Mont Carmel aux quatre petites fillettes de San Sébastian de Garabandal n’ont jamais été condamnées par l’Eglise.

En 1991, l’interdiction faîte aux ecclésiastiques de se rendre et de célébrer la messe au village a été levée ».

Pour autant il n’y a eu jusqu’à ce jour aucune reconnaissance officielle du caractère surnaturel des apparitions, suite aux premières conclusions de la commission d’enquête.

- Garabandal dans les écrits de Vassula Ryden

Voici ici résumé un bref aperçu de ce que Notre-Seigneur confie à Vassula au sujet des apparitions de Garabandal :

4 septembre 1987 : « Ma fille, écris le mot "Garabandal" ».

5 septembre 1987 : « Les apparitions de Garabandal sont authentiques[...]. Je Me suis manifesté à travers toi pour lever ce doute sur Garabandal. Les apparitions de Garabandal sont authentiques et Mes enfants ont vraiment vu Ma Mère et entendu Ses messages[...]. Ceux qui se dressent contre les apparitions et les messages de Garabandal sont ceux qui Me blessent. Ils sont les épines de Mon Corps ».

6 septembre 1987 : « Rassemble Mes bien-aimés de Garabandal ».

9 septembre 1987 : « Moi le Seigneur, Je bénis Mes enfants de Garabandal ».

10 septembre 1987 : « Garabandal est la suite des Miracles ».

17 septembre 1987 : « Lui demanderas-tu de te guider dans ta recherche de Mes enfants de Garabandal ? »

20 septembre 1987 : « Les apparitions de Moi-Même et de Ma Mère à Garabandal devraient être authentifiées[...]. Je désire que le Saint-Siège M'honore en bénissant ces lieux Sacrés. Je n'entends pas seulement Lourdes et Fatima, J'entends aussi Garabandal. Je viens glorifier les apparitions de Garabandal ».

21 septembre 1987 : « Diffuse Mes Paroles : " Moi le Seigneur, Je bénis Mes enfants de Garabandal " ».

23 septembre 1987 : « Je suis Sainte Marie. Je suis aussi ta Mère. Sanctifie Garabandal ».

24 septembre 1987 : « Je suis apparue à Mes enfants de Garabandal. Je leur ai permis de Me voir et de M'entendre. Je leur suis apparue et elles le savent ».

25 septembre 1987 : « Diffuse Mes Paroles qui sont : " Moi le Seigneur, Je bénis Mes enfants de Garabandal, Je les aime " ».

28 septembre 1987 : « Ensemble, toi et Moi nous sanctifierons Garabandal, car Saint est ce lieu, puisque Ma Mère et Moi y sommes apparus ».

13 octobre 1987 : « Diffuse Mes Paroles : "Moi le Seigneur, Je bénis Mes enfants de Garabandal" ».

27 octobre 1987 : « Je désire, et ce désir vient du plus profond de Mon Coeur, que les apparitions de Garabandal soient sanctifiées et honorées par le Saint-Siège ».

1 er décembre 1987 : « Je vais leur rappeler l'urgence du Message de Garabandal [...]. Garabandal est la suite de Fatima ! Ne répétez pas vos erreurs... ».

2 décembre 1987 : « Le Message de Garabandal est authentique et devrait être diffusé et honoré. Sanctifiez Garabandal. Ne pouvez-vous pas voir ni comprendre que vos erreurs sont en train d'être répétées ? Vous êtes en train de répéter vos erreurs de Fatima ».

4 décembre 1987: « Je suis apparue à Garabandal en donnant Mon Message. Mon Message n'a pas été diffusé convenablement. Beaucoup d'âmes sacerdotales ont nié Mes apparitions[...]. J'ai promis que Je confirmerai Mes apparitions de Garabandal ».

12 décembre 1987 : « "La confusion de Garabandal a été donnée comme une similitude", pour montrer combien Mon Eglise d'aujourd'hui est confuse. Elle règne dans la confusion ».

19 décembre 1987 : « Garabandal est la suite de Fatima... ».

26 décembre 1987 : « Le sanctuaire de Fatima appelle à la sanctification de Garabandal[...]. Pourquoi répéter vos erreurs ? Bien-aimés, pourquoi toutes ces attaques venimeuses contre le Message de Garabandal [...]. L'opposition de Mes âmes sacerdotales envers les apparitions et le Message de Garabandal sont toutes des manoeuvres de Satan. Une fois de plus, comme à Fatima, il essaie d'empêcher Mon Message de devenir universel ».

28 décembre 1987 : « Bienheureux ceux qui prieront le Rosaire le jour de la sanctification de Garabandal ».

18 janvier 1988 : « Le sanctuaire de Fatima pleure amèrement des abus et des rejets de Garabandal. Mon Ame est à nouveau dans une profonde douleur, la même douleur que J'ai eue à Fatima. [...] Mon Message à Fatima a été ignoré , et ils n'ont accepté Mon Message que lorsqu'il était trop tard ».

26 janvier 1988 : « De même que Je suis apparue à Lourdes et à Fatima, Je suis pareillement apparue à Garabandal, donnant un Message semblable. Garabandal est la suite du Message de Fatima. Mais, une fois de plus, Satan a jeté de la poussière dans les yeux des autorités ecclésiastiques pour les embrouiller[...]. Je suis blessée par l'erreur répétée que commettent les autorités ecclésiastiques en rejetant Mon message de Garabandal. Garabandal est l'amplification du message de Fatima ».

30 janvier 1988 : « Mon Message à Garabandal a été ignoré. Que Mon fils bien-aimé Jean-Paul vienne à Moi... ».

27 avril 1988 : « Garabandal ne sera pas enseveli. Les grâces de Garabandal revivront ! ».

5 février 1989 : « Je serai Celui qui bénira Mes enfants de Garabandal ».

Message suivant du Jeudi Saint lorsque Vassula est sur le chemin de Garabandal de San Sebastian en Espagne :

24 mars 1989 : « Je t'ai conduite jusqu'à Garabandal pour accomplir Mon désir. Je t'ai demandé de sanctifier Garabandal ».

18 juillet 1991 : « Rencontre à New York avec Conchita, voyante de Garabandal : Avant même que tu sois née, Je l'avais projeté et maintenant Je le réalise. Je t'envoie à Mes enfants[...]. Bénis Mes chers enfants de Garabandal ».

- Garabandal dans les écrits de Françoise

Dans le livret intitulé « Jésus-Christ révèle aux siens ce qu’est la franc-maçonnerie » voici un court extrait du message donné par Jésus à Françoise le 6 octobre 1997, page 54 :

« La principale attaque de Satan – à travers les prêtres – est contre Marie ; car Marie sauve et protège…Satan la hait ; aussi, il pousse Mes âmes sacerdotales au rejet des manifestations de l’Esprit-Saint en Marie, dans ses apparitions par exemple. Mais Marie est bien là, à Medjugorje, comme à Garabandal, à Fatima, et en bien d’autres lieux encore.
Non content de détrôner Marie, Satan pervertit les âmes au point quelles ne croient plus à Mon intrusion dans le monde au travers d’âmes de petits comme toi, dans des charismes merveilleux et surnaturels. L’Eglise condamne l’Esprit Saint , auquel elle interdit de parler… ».

- Garabandal dans les écrits de Débora

De l’ouvrage « Manduria » :

- extrait du message donné le 15 août 1996, page 170 :

La Vierge de l’Eucharistie : « Ma fille, en ce lieu [Garabandal] j’ai manifesté avec surabondance toute maternité. C’est de ce lieu, perdu entre les montagnes, que par des petits cœurs j’ai annoncé le jour du début des douleurs, mais aussi de la joie que mon Fils apportera en imprimant son Signe, qui restera. Et aussi, sans les toucher, il apportera dans les cœurs joie et consolation[…]. Le jour du miracle sera un grand évènement : beaucoup retrouveront la santé du corps et de l’âme. Ce miracle marquera un véritable renouveau pour tout ».

- La lettre de Padre Pio à Conchita

En complément de cette section, voici la lettre que le Padre Pio écrivît en 1962 aux quatre petites voyantes de Garabandal, figurant intégralement à la page 215 et 216 de l’ouvrage de Pierre Liogier D’Ardhuy intitulé « Voici la fin des temps » :

« Chères petites : ce matin à neuf heures la Sainte Vierge m’a demandé de vous dire : « O petites filles bénies de Saint Sébastien de Garabandal ! Je vous promets que je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles, et vous serez avec moi à la fin du monde. Puis vous serez réunies avec moi dans la gloire du Paradis. Je vous envoie une copie du chapelet de Fatima que la Vierge m’a demandé de vous envoyer. Ce chapelet a été dicté par la Sainte Vierge et doit être propagé pour le salut des pécheurs et pour la préservation de l’humanité des pires châtiments par lesquels le Bon Dieu nous menace. Je ne vous donne qu’un conseil : Priez et faites prier, car le monde est au bord dela pedition. On ne vous croit pas, on ne croit pas vos conversations avec la Vierge…On croira quand il sera trop tard ».

Bien entendu, je me suis attaché à vérifier l’authenticité de cette lettre, et dans le même temps recueillir d’autres informations s’y rattachant.

F. Sanchez-Ventura y Pascual fait référence à cette lettre de Padre Pio dans son ouvrage intitulé « La Vierge est-elle apparue à Garabandal ? » au chapitre 10 « témoignages divers » § 52, page 129 dont voici l’extrait le plus significatif :

« Quelques Espagnols ont demandé au Padre Pio s’il croyait à la vérité des apparitions de Garabandal et ils assurent que le père capucin à répondu de son ton sévère habituel : « Vous me le demandez encore ? Combien d’apparitions vous faut-il donc, alors qu’elles ont lieu déjà depuis huit mois ? ».

Le 3 mars 1962, Conchita reçoit une lettre écrite en italien à la machine, non signée, ne portant sur l’enveloppe aucune adresse d’expéditeur, mais seulement un cachet d’oblitération maculé et illisible. La lettre, où les enfants sont appelées « les petites filles bénies de Saint-Sébastien de Garabandal » affirme comme réelles leurs visions de la Sainte Vierge [puisqu’ elle] se termine par ces mots : « Je vous donne seulement un conseil : Priez et faites prier, car le monde entre en perdition. On ne vous croit pas et on ne croit vos colloques avec la Dame Blanche ; on y croira quand il sera trop tard ».

Conchita a demandé à la Sainte Vierge de qui est cette lettre et la Vision lui assure qu’il s’agit du Padre Pio. La Sainte Vierge donne à Conchita les détails dont elle a besoin pour y répondre, ce qu’elle fait ».

La teneur du texte est donc identique entre les deux sources, en prenant légitimement en compte les quelques variantes possibles de traduction de l’Espagnol au Français.

Comme la Vierge le précise Elle-même la lettre provient bien du Padre Pio, mais a semble t’il été frappée par le Père Pellegrino (Cf. en annexe au § 11.2 l’intégralité de l’interview de Conchita de février 1975).

2°) Brève introduction et présentation des apparitions de Saint Sébastien de Garabandal

Une très bonne description de la situation géographique permettant de bien situer Saint Sébastien de Garabandal ainsi que le contexte des apparitions, nous est donnée à la 63 de l’ouvrage de F. Sanchez-Ventura Y Pascual « La Vierge est-elle apparue à Garabandal ? ». En voici un passage que je retranscrits ici, notamment afin que le lecteur ait une juste idée de ce qu’était le petit village au temps des apparitions. Il faut donc bien avoir à l’esprit que le texte suivant à été écrit en 1964, et que par conséquent certaines affirmations sont aujourd’hui à corriger, notamment en ce qui concerne la description du village et de sa population : « Saint-Sébastien de Garabandal est un petit village, groupant à peine soixante-dix familles, situé au flanc de la chaîne cantabrique, à six cents mètres d’altitude. Pour l’atteindre, il faut grimper un raidillon qui par de Cosio, terminus de la route [en 1964]. Garabandal appartient à la Province de Santander, et se trouve à quatre-vingt-dix kilomètres de la ville du même nom. Les maisons sont typiquement régionales et les rues, étroites, pierreuses, souvent boueuses, offrent un aspect pitoresque. L’ambiance du village est calme, le silence surprenant, la paix profonde.

C’est la qu’ignorés du monde vivent quatre petites filles, d’humbles familles : Mary-Loli, Conchita, Jacinta et Mary-Cruz. Trois d’entres elles s’appellent Gonzales, sans être parentes ; le nom de famille de la quatrième est Mazon.
Le 18 juin 1961, Mary-Cruz a onze ans, les trois autres douze.

Ce jour-là, un dimanche, Don Valentin Marichalar, curé de Cosio, est monté au village, comme tous les jours d’obligation, pour y célébrer la messe. Après l‘office les villageois se réunissent sur la place et les enfants jouent. Jeux ou conversations sont simples comme le village lui-même, où il n’y a ni bars, ni cafés, ni distractions. Les adultes parlent des troupeaux, des pluies et de l’état des pâturages.

Mais, en cet après-midi du 18 juin, Conchita glisse à l’oreille de Mary-Cruz une drôle d’idée. Elle lui propose, pour se distraire, de s’écarter de la place, de sauter la clôture d’un verger pour y cueillir des pommes. Le pommier, un bel arbre propriété du Maître d’école, est tout près de la petite clôture, à deux pas du chemin qui conduit aux « Pins »… ».

Ce chemin, appelé la « Calleja » qui conduit aux « Pins » est donc le lieu où ont eu lieu de nombreuses apparitions, dont la première le dimanche 18 juin 1961.
Ce jour là, alors que les fillettes étaient en train de manger les pommes de l’arbre du Maître d’école, elles entendirent comme un coup de tonnerre vers 8 heures et demie du soir. C’est alors que très furtivement elles virent un Ange, qui après un court instant de silence empreint de contemplation disparût subitement sans qu’il y ait un seul échange.

Reportons-nous maintenant pour l’essentiel aux pages 375 et 376 du « Dictionnaires des Apparitions » où figure l’article « Garabandal » afin de donner une synthèse des faits surnaturels survenus entre 1961 et 1965, avec quelques emprunts au « Journal de Conchita », qui lorsque c’est le cas, le numéro de la page d’où le texte est extrait sera spécifiquement mentionné entre parenthèse.

A ce niveau du récit des apparitions nous est précisé que l’Ange avait « l’aspect d’un garçon de neuf ou dix ans, vêtu de bleu, les cheveux noirs, avec des « ailes de feu » […] Une personne très belle entourée de beaucoup de lumière qui ne faisait pas mal aux yeux », précise Conchita.
Le lendemain, vers vingt-deux heures, chacune des quatre fillettes entend : « Ne craignez pas ! Vous me reverrez ! ».
Le 20 juin 1961, les fillettes se rendent à la « Calleja » mais ne voient pas l’Ange. Après avoir dit le chapelet, Conchita précisera : « au moment où nous nous relevions, nous avons vu une lumière très resplendissante qui nous cachait les unes des autres. Nous étions tout éblouies par cette lumière, aussi nous nous sommes misent à crier car nous étions épouvantées, mais déjà cette lumière resplendissante avait disparu » (Page 30 du Journal).

« Le lendemain [21 juin 1961], elles « voient comme une lumière rouge feu » : dans cette lumière, un œil au centre d’un triangle, avec des lettres de type oriental

3°) Les grands signes et évènements attendus pour notre temps prédits à Garabandal

Tous les faits relatés dans cette section proviennent du « Journal de Conchita » écrit originellement en langue espagnole, traduit par la suite en langue française. Il est intéressant, d’ailleurs pour ceux qui comprennent l’espagnol, de vérifier l’exactitude de la traduction, car certaines copies du manuscrit original y sont reproduites. C’est le document le plus fidèle qu’il puisse exister sur l’histoire des apparitions, puisqu’il a été rédigé par Conchita elle-même, témoin principal avec Maria-Cruz et Loli.
Conchita a commencé la rédaction de son journal en 1962. Il a été terminé dans la seconde moitié de 1963, et ne couvre qu’une partie de l’histoire des apparitions, celle qui s’étend du 18 juin 1961 à janvier 1963, comme nous l’expose la note ‘1’ du « Journal de Conchita » page 19.

- L’Avertissement

A la page 60 du « Journal de Conchita » nous est présenté la note ‘66’ qui présente un passage d’une lettre de Conchita, relative à l’avertissement, datée du 2 juin 1965. Ce passage figure dans les notes, puisque comme je le précisais en note explicative d’introduction à l’ouvrage, le journal ne covre seulement que la période qui s’étend entre le 18 juin 1961 et janvier 1963.

Voici le passage en question :

« Avant le Miracle, m’a dit la Vierge le 1 er janvier (1965), il y aura un avertissement pour que le monde s’amende, et cet avertissement comme le châtiment est très redoutable pour les bons et pour les mauvais : pour les bons pour les rapprocher de Dieu, pour les mauvais pour les avertir que vient la fin des temps et que ce sont les derniers avertissements. Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce sujet, je ne peux le mettre par lettre. Cela personne ne peut plus l’empêcher d’arriver. C’est sûr, quoique je ne sache ni la date ni le jour ».

Et la note de poursuivre : « Ce serait donc un évènement terrible qui serait ressenti dans le monde entier ». « Il ne provoquera pas la mort par lui-même, dit Conchita, mais il se pourrait que pour certains en meurent tellement l’émotion sera intense. La mort serait mille fois préférable. On verra que cet avertissement vient de Dieu ». L’enfant ajoute « que chaque être humain verra de ce fait la laideur de ses péchés et leur participation à la passion du Christ ».

- Le grand Miracle

La description du Grand Miracle dans le « Journal de Conchita » nous est donnée par fragments au fil de l’ouvrage. En premier lieu il s’agit de considérer la fameuse vision du Père Luis Maria qui est en réalité une véritable anticipation de ce que sera le Grand Miracle. Cette vision nous est décrite à la page 79 en ces termes :

« En arrivant aux pins le Père Luis Maria qui nous suivait, a dit : « Miracle ! Miracle ! » et il est resté le regard fixé en haut. Nous le voyions, or nous ne voyons personne pendant nos extases, sauf la Sainte Vierge ».

La note ’65 ‘ page 59 de Monsieur Du Piler se révèle très pertinente pour ce passage, car à partir de cette description des évènements, d’importantes déductions peuvent être formulées, la voici :

« Dans ce qu’on pourrait appeler la « terminologie de Garabandal », il faut dire un mot du « champ de vision » : dans leurs extases, les enfants ne voient rien d’autre que l’apparition elle-même. Si l’une est en extase, et qu’une autre ne l’est pas, la première ne voit pas la seconde. De même vis-à-vis des autres assistants. Il existe cependant une exception, la seule à notre connaissance. Cette exception eut lieu le 8 août 1961, lorsque le Père Luis Maria Andreu, témoin d’une extase, prononça par quatre fois - et non deux comme l’écrit Conchita dans son journal – le mot « miracle ». La Vierge - assurent Conchita et les trois autres enfants - a dit que le Père Luis avait vu par anticipation le Miracle ; en même temps, ajouta l’apparition, il l’avait vue Elle-même. On en déduit que le Père Luis est « entré » dans la scène de l’apparition ; en quelque sorte, il s’est trouvé soudain faire partie du « champ de vision » dont nous avons parlé plus haut.

Ce qui vient d’être dit du « champ de vision » peut s’étendre à la perception par le toucher. Durant une extase, l’insensibilité à la douleur occasionnée par un agent extérieur est absolue : les fillettes ne sentent ni pincement, ni piqûres, ni brûlures. En revanche, elles sont très sensibles à tout élément faisant partie de leur « champ de vision ». Par exemple, on cite une extase où la Vierge avait laissé les enfants se passer de mains en mains sa couronne d’étoile d’or. Au milieu de ce charmant exercice, on entendit une des fillettes se plaindre :

- Ay, me lastime con una de las estrellucas (Aïe, je me suis fait mal avec une des petites étoiles).

En une autre occasion où Loli et Jacinta étaient en extase, l’une d’elles en prenant une pierre, heurta la main de sa compagne. Celle-ci réagit immédiatement à la douleur :

Aïe, tu m’as fait mal avec la pierre ! ».

Concernant les passages où l’on fait explicitement mention du Grand Miracle, nous lisons à la page 79 :

« La Très Sainte Vierge m’a annoncé un grand miracle que Dieu Notre-Seigneur fera par son intermédiaire. Comme le châtiment que nous méritons sera très grand, le miracle sera immensément grand, à la mesure des nécessités du monde.

La Sainte Vierge m’a dit, à moi, la date du miracle et en quoi il consisterait. Je dois le dire huit jours avant, pour que les gens viennent. Le pape le verra d’où il sera, ainsi que Padre Pio. Les malades présents seront guéris et les pécheurs se convertiront. Ceux qui verront ce grand miracle, que Dieu Notre-Seigneur fera par l’intermédiaire de la Très-Sainte Vierge, ne pourront plus douter ».

A la page 60 du « Journal de Conchita », la même note ‘66’, dont le début a été donné précédemment, rédigée par le traducteur de l’ouvrage, Monsieur Du Pilier, nous décrit ce qu’il s’agit de retenir de ce que l’on appelle le Grand Miracle dans le contexte des apparitions de Garabandal :

« Après cet Avertissement viendrait donc le Miracle que Conchita signale à ce stade de son journal. Voici toutes les précisions que nous disposons sur cet évènement : Conchita en connaît la date exacte (ainsi que trois personnes, dont deux résident à Rome) et elle annoncera cette date huit jours à l’avance. Le Miracle ainsi prédit sera plus grand que celui de Fatima. Il ne sera visible qu’à Garabandal et dans les montagnes qui entourent le village. Ce sera un jeudi à 20 h 30, le "jour de la fête d’un martyr en relation avec l’Eucharistie". Ce Miracle coïncidera avec un évènement important et heureux pour l’Eglise (un évènement de ce genre a déjà eu lieu quelquefois dans le passé mais pas du vivant de Conchita). Le Miracle durera entre dix minutes et un quart d’heure. Il en restera dans les Pins un signe, qui en lui-même sera un phénomène miraculeux. A proprement parler, il ne sera pas nécessaire que Conchita ou l’une des trois autres enfants soit là au moment de la réalisation de ce Miracle, que Dieu fera par l’intercession de la Vierge Marie. Les malades présents seront guéris et les incroyants repartiront convertis. Le Padre Pio verra le Miracle, de même que le Pape (en quelque endroit qu’ils puissent se trouver). Conchita ne précise pas de quel Pape il s’agit. Après le Miracle, si le monde ne se convertit pas, Dieu enverra un grand châtiment ».

Concernant la présence de Padre Pio lors du Grand Miracle, Mr Du Pilier précise également, note ‘82’ page 79 du « Journal de Conchita » :

« La mort du Padre Pio le 22 septembre 1968 a, certes, légitimement troublé beaucoup de personnes. Cependant cette phrase ambiguë peut prêter à diverses interprétations.

En effet, Saint Padre Pio verra le Miracle du Ciel, dans lequel il est entré pour l’éternité bienheureuse. Il n’y donc aucune contradiction dans cette prédiction.

De l’ouvrage « Voici la fin des temps », pages 157 et 158 :

« Conchita affirme :

- "Qu’elle est au courant du Miracle depuis octobre 1961".
- Que la Vierge l’a tout d’abord communiqué qu’à elle seule, mais qu’elle-même, ensuite, l’a dit aux trois autres,
- Que le Miracle aura lieu un jeudi, à 8h30 du soir, et qu’il durera environ un quart d’heure,
- Que ce jour là aura lieu un évènement dans l’Eglise ; le Miracle aura lieu le même jour, après cet évènement
- Qu’elle annoncera le Miracle 8 jours avant sa réalisation,
- Que les malades qui seront là guériront, même les pécheurs, car selon la Vierge, "ce sont aussi ses enfants".
Le grand Miracle aura lieu à Garabandal en Espagne, province de Santander, moins d’un an après l’Avertissement, selon ce qu’affirme Mari-Loli, et de mars à mai nous dit Conchita.
Un signe semblable à une fumée restera sur le lieu du Miracle jusqu’à la fin du monde. Il pourra être photographié, filmé, télévisé.
L’Avertissement puis le Miracle auront lieu pendant la Tribulation : guerre et révolution universelle, avant le grand Châtiment venant du Ciel (les trois jours de ténèbres).
Conchita a dit en effet à plusieurs reprises qu’il ne serait peut-être pas facile de se rendre à Garabandal à ce moment là. Dieu nous aidera car il y aura des foules de témoins, puisque Conchita écrit dans son Diario (journal) : "Comme le châtiment est très grand, comme nous le méritons, le Miracle sera aussi immensément grand, comme le monde en a besoin".
Les réponses à ces questions sont données par Conchita et Mari-Loli. Jacinta n’a jamais rien entendu de la Vierge sur le Miracle ; elle nous a fait savoir qu’à chaque fois qu’elle questionnait Notre-Dame sur le Miracle, la Sainte Vierge répondait simplement "tout le monde croira".

- Le châtiment

De l’ouvrage « Quand la Mère de Dieu parcourt la terre », pages 282 et 283 :

« Une nuit de juin 1962, Loli et Jacinta partirent ensemble comme de coutume vers les Pins. Tout à coup retentirent des cris de terreur, de clameurs d’épouvantes. Les deux fillettes s’efforçaient en descendant, d’écarter quelque terrible danger de leurs mains tendues en avant. Conchita, souffrante, n’était pas là. Le lendemain elle se trouvait avec ses compagnes. Pour les trois voyantes, la même scène recommença. Les cris étaient plus douloureux encore, et les témoins distinguèrent même ces paroles : "Oh ! Que les petits enfants meurent auparavant ! – Que les gens aient le temps de se confesser auparavant ! ». Un franciscain engagea la foule à prier. Or, dès que la prière commençait, les cris s’apaisaient et les petites voyantes semblaient ne plus souffrir. Dès que la prière cessait, leurs cris recommençaient de plus belle.

"Si le monde change, le Châtiment ne se produira pas. Hélas ! Le monde devient pire", dit la Vierge à Loli.

"Je ne puis dire la nature du Châtiment que la Vierge m’a portant révélée comme à Loli et à Jacinta. Sauf ceci : il sera un effet de l’intervention directe de Dieu, ce qui le rend plus redoutable que tout ce qu’on peut imaginer. Il est moins terrible pour les petits enfants de mourir de mort naturelle que de mourir du Châtiment [Cf. Mt 24,19 ; Mc 13,17 ; Lc 21,23]. Que tous les catholiques se confessent avant le Châtiment, que les autres se repentent de leurs fautes. Si nous ne changeons pas, il sera horrible, comme nous le méritons. Quand je l’ai vu, j’ai ressenti une très grande frayeur, et cela bien que je voyais la Sainte Vierge en même temps. Bien que nous continuions à voir la Sainte Vierge, nous avons vu un grand nombre de personnes souffrant beaucoup et criant dans l’angoisse. La Sainte Vierge nous a expliqué que cette grande punition viendrait parce qu’il arriverait un moment, un temps, pendant lesquels l’Eglise semblera périr, comme si elle se terminait ou disparaissait. L’Eglise souffrirait une grande épreuve. Elle nous fait voir comment viendrait le grand Châtiment pour toute l’humanité, et comment il viendrait directement de Dieu. A un certain moment, les simples moteurs ou les machines ne fonctionneront plus. Une vague de chaleur terrible arrivera, et les hommes souffriront d’une soif ardente. Ils chercheront désespérément de l’eau, mais elle s’évaporera avec la chaleur intense. Le désespoir s’emparera des humains, et ils chercheront à se tuer les uns les autres ; mais la force leur manquera dans ces moments et ils s’effondreront. Dieu leur fera voir alors que c’est lui qui a permis directement tout cela. Je vous dis à tous que, pour éviter le Châtiment, nous devons faire beaucoup de sacrifices, faire beaucoup de pénitences, prier chaque jour le chapelet. Ce ne sont pas les peines, les douleurs du Châtiment qui doivent nous affliger ; mais nous devons nous affliger d’être la cause de ce Châtiment par nos nombreux péchés contre Jésus et Marie. Jésus ne nous envoie pas le Châtiment pour vous décourager, mais bien pour vous aider et pour vous reprendre de ne pas faire cas de Lui ».

- Trois Papes avant la fin des temps

De l’ouvrage « Voici la fin des temps », pages 149 et 150 :

« Au soir du 2 juin 1963 s’éteignait Angelo Giuseppe Roncalli, le Pape Jean XIII. Le 3 juin se répandit très rapidement la nouvelle de sa mort. Comme en d’autres lieux, les cloches de Garabandal sonnèrent le glas, mais ici se produisit un fait unique…
Aniceta Gonzalez et sa fille Conchita sont chez elles ce soir-là. Elles sont occupées car les femmes du village ne savent pas rester sans rien faire et ne connaissent pas les loisirs.

- "Ecoute, on sonne le glas ! ", dit soudain la fille.
- "C’est sans doute pour le Pape", dit la mère.
- "Sans doute…Il n’en reste donc plus que trois !".

Aniceta, surprise, lève la tête.

- "Qu’est-ce que tu dis ?".
- "Ce que tu entends. Qu’il ne reste plus que trois Papes".
- "Et où as-tu trouvé ça ? ".
- "Je n’ai rien trouvé du tout, c’est la Vierge qui me l’a dit".

Etonnée, Aniceta réagit logiquement :

- "Alors, ça veut dire que la fin du monde va arriver ?".
- "La Vierge ne m’a pas dit ‘la fin du monde’, mais ‘la fin des temps’".
- "N’est-ce pas la même chose ?".
- "Je ne sais pas".

Madame Ortiz, d’autres personnes et Conchita en se rendant à une messe célébrée pour la Pape défunt échangèrent ces propos :

"En raison de la mort du Pape, le Concile va peut-être se terminer !".

Conchita répond qu’un autre Pape va venir, qui poursuivra le Concile. Elle ajoute : "Je vous répète qu’il n’y a plus que trois papes".

Madame Ortiz : "C’est ce que dit la prophétie de Saint Malachie".

Conchita : "Saint Malachie ? C’est la première fois que j’en entaends parler ! C’est la Vierge qui me l’a dit : "Après ce Pape (Jean XXIII), il n’en reste que trois, et ensuite ce sera la fin des temps".

Madame Ortiz : "Veux-tu dire que la fin du monde arrive ?".

Conchita : "La Vierge m’a dit : ‘la fin des temps’".

Madame Ortiz : "N’est-ce pas la même chose ?".

Conchita : "Je ne sais pas".

Cette prophétie a suscité beaucoup d’émoi et d’incompréhension, alors que sa juste interprétation est très simple et se résume en ces termes : le troisième Pape après Jean XXIII étant Jean-Paul II, Benoît XVI est la Pape de la « fin des temps ».



Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:32, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:29

9. Notre-Dame des Roses - San Damiano en Italie (1964-1981)

De l’ouvrage « Le message de Notre-Dame des Roses » :

- extrait du message donné le 6 janvier 1967, page 109 :

« Jésus reviendra sur cette terre ; son règne sera de miséricorde et de pardon à tous. Jésus viendra avec une grande troupe d’anges, de martyrs. Il ira de par les routes, partout…Je viendrai et je chasserai l’ennemi dans les profondeurs de l’abîme, d’où il ne ressortira jamais ».

- extrait du message donné le 27 novembre 1967, page 110 :

« Priez beaucoup et moi je ferai tout pour vous. Je viendrai avec une grande lumière et avec le règne de Jésus sur cette terre, règne d’amour et de miséricorde…Ceux qui auront compris ma parole auront tant de lumière, tant de force et de résistance, et ils se grouperont autour de moi ».

- extrait du message donné le 2 février 1968, page 110 :

« Je viendrai avec une grande lumière et j’éclairerai tout le monde, puis viendra le règne de mon Fils Jésus. Avec son règne, ce sera partout la paix et la joie ».

- extrait du message donné le 23 février 1968, page 162 :

« Bientôt Jésus viendra dans le monde avec les apôtres pour porter la paix ».

- extrait du message donné le 25 mars 1968, page 110 :

« Jésus veut régner dans vos cœurs, il veut régner sur les nations, il veut régner sur le monde entier. Faites tout pour me faire triompher, pour que vienne bien vite mon triomphe et le règne de Jésus sur cette terre, car l’Eglise de Pierre ne doit jamais périr. Elle doit triompher, toujours davantage triompher dans le monde ».

- extrait du message donné le 5 juillet 1968, page 185 :

« Jésus est avec vous. Il veut régner au milieu de vous ! Il viendra aussi mon Fils Jésus sur cette terre ! Viendra ce jour bienheureux qui ne sera qu’un chant de grâces, de paix, d’amour ici-bas avec tous les anges et les saints de là-haut ».

- extrait du message donné le 27 octobre 1968, page 210 :

Notre Seigneur Jésus : « Ouvrez-moi votre cœur, ouvrez-le ! Toutes vos pensées, vos désirs, vos disgrâces, vos peines, vos peines, vos joies, faites-les-moi connaître et je vous allégerai, vous soutiendrai, vous protégerai, car je suis Roi de l’univers, le Roi de tous qui peut donner la paix dans les cœurs et dans les nations, parce que Jésus a toujours vaincu et vaincra toujours. Le cœur de ma Mère triomphera et mon Règne viendra sur le monde entier ! ».

- extrait du message donné le 7 juillet 1969, page 110 :

« Ici sont présents tous vos anges gardiens avec tous les archanges qui livrent bataille au-dessus du monde. Jésus les a envoyés sur cette terre pour le nouveau règne ».

- extrait du message donné le 16 juillet 1969, page 110 :

« Spécialement en ces jours-ci je susciterai beaucoup de conversions et accorderai de nombreuses guérisons. Je préparerai tant de cœurs au sacerdoce pour le nouveau règne de Jésus ».

10. La Croix Glorieuse - Dozulé en France (1970-1982)

Des « Cahiers » de Madeleine Aumont, page 86 :

- extrait du message donné par Notre Seigneur Jésus lors de l’apparition du 5 octobre 1973 à 19 h durant laquelle nous est donnée la prière bien connue de Dozulé :

« Pitié Mon Dieu, pour ceux qui Te blasphèment. Pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font.
Pitié Mon Dieu, pour le scandale du monde. Délivre-les de l'esprit de Satan.
Pitié Mon Dieu pour ceux qui Te fuient. Donne-leur le goût de la Sainte Eucharistie.
Jésus s'arrête un instant, et Il me dit : Celui qui fait la Volonté de Mon Père et qui mange de ce Pain, vivra éternellement dans cette lumière. Puis il reprit : Pitié Mon Dieu, pour ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, qu'ils y trouvent la Paix et la Joie en Dieu notre Sauveur. Pitié Mon Dieu, pour que Ton Règne arrive, mais sauve-les, il en est encore temps - car le temps est proche, et voici que Je viens. Amen. Viens, Seigneur Jésus ».

11. Notre-Dame d’Akita au Japon (1973-1981)

L’apparition d’Akita au Japon a été reconnue par l'église en 1973.

Voici le troisième message de la Très Sainte Vierge Marie, qui fait explicitement référence à nos temps actuels :

« Peu après, ses compagnes lui confient la garde de la maison pendant qu'elles sortent en ville. Elle en profite pour se rendre à la chapelle où elle décide de dire le chapelet. Elle raconte :
"Sortant mon chapelet, je me suis agenouillée et j'ai fait le signe de croix. A peine ce geste était-il achevé que la Voix d'une indicible beauté parvint de la statue à mes oreilles sourdes. Dès le premier mot, je me suis prosternée à terre en concentrant toute mon attention :
" Ma fille chérie, écoute bien ce que je vais te dire. Tu en informeras ton Supérieur. "

Après un court silence :

"Comme je te l'ai déjà dit, si les hommes ne se repentent et ne s'améliorent pas, le Père infligera un châtiment terrible à l'humanité entière. Ce sera alors un châtiment plus grave que le déluge, tel qu'il n'y en a jamais eu auparavant. Un feu tombera du ciel et anéantira une grande partie de l'humanité, les bons comme les méchants, n'épargnant ni les prêtres ni les fidèles.

Les survivants se trouveront dans une telle désolation qu'ils envieront les morts. Les seules armes qui nous resteront alors seront le Rosaire et le Signe laissé par le Fils. Récitez chaque jour les prières du Rosaire. Avec le Rosaire, priez pour le Pape, les Évêques et les prêtres.

"L'action du diable s'infiltrera même dans l’Église, de sorte qu'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux, des évêques contre d'autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et combattus par leurs confrères, les églises, les autels saccagés, l’Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis et le démon poussera beaucoup de prêtres et de consacrés à quitter le service du Seigneur.

Le démon s'acharne surtout contre les âmes consacrées à Dieu. La perspective de la perte de nombreuses âmes est la cause de ma tristesse. Si les péchés croissent en nombre et en gravité, il n'y aura plus de pardon pour ceux-ci ».

Avec courage, parle à ton Supérieur. Il saura encourager chacune d'entre vous à prier et à accomplir des œuvres de réparation ».



Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:33, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:30

12. La Vierge des Douleurs et Notre Seigneur Jésus - L’Escorial en Espagne (1980-2002)

De l’ouvrage « Apparitions et messages à l’Escorial (1980-1983) » :

- extrait du message donné le 1er janvier 1982, page 67 :

La Vierge des Douleurs : « Ma fille, le temps est très proche. Certains prêtres, évêques, archevêques et cardinaux ne veulent pas se repentir et sont en train de semer la semence de leur condamnation. Je suis contente, Ma fille, parce qu'il y en a beaucoup qui prient avec dévotion, mais il y a beaucoup d'âmes qui ne s'approchent pas de l'Eucharistie. Dis-leur de confesser leurs fautes. Mon Fils les attend, les bras ouverts. Dis-leur aussi qu'Il descendra bientôt et Il choisira tous Ses élus ».

De l’ouvrage « Premier récit authentique des apparions de l’Escorial » :

- extrait du message donné le 4 décembre 1982, pages 297 et 298 :

« Pendant la récitation du Rosaire au « Prado Nuevo », au début du quatrième mystère glorieux (Assomption), Amparo signale que la Très Sainte Vierge fait son apparition, vêtue de blanc et bleu, et qu’elle va bénir tous les présents :

La Vierge des Douleurs : « Je vous bénis au nom du Père et du Fils et de l’Esprit-Saint ».

Puis, entrée en extase, Amparo transmet le message suivant que lui communique la Très Sainte Vierge :

Je vais lancer un appel très urgent à la terre. Cet appel s’adresse à tous les disciples de Dieu ; les disciples du Dieu vivant, le Roi des rois dans les cieux. Je lance cet appel aussi à tous les imitateurs du Christ sur la terre, à tous ceux qui ont vécu dans la pauvreté, l’humilité, dans le sacrifice et la chasteté ; à tous ceux qui se sont oubliés eux-mêmes et ont oublié le monde. J’appelle aussi mes véritables enfants, dévoués à mon Cœur Immaculé, tous ceux qui ont placé en moi leur confiance. Je veux, mes enfants, que vous partiez porter la lumière partout sur la terre, cette lumière de la foi, mes enfants. Ceux-ci sont les apôtres des derniers temps. Hâtez-vous, mes enfants, n’ayez pas peur. En avant ! Si Dieu est avec vous, de qui pouvez-vous avoir peur ? N’ayez pas honte, mes enfants, de publier la Parole de Dieu aux quatre coins de la terre. Quiconque refusera/reniera le Christ sur terre, mes enfants, les anges le refuseront/renieront devant le Père céleste. Partez, mes enfants, partez rendre publique la lumière et l’oraison ; cette oraison qu’est le Rosaire. La fin des temps est arrivée, la fin des fins mes enfants. Hâtez-vous de sauver des âmes, mes enfants, et intercédez pour les âmes consacrées ».

- extrait du message donné le 4 juin 1983 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

La Vierge des Douleurs : « Ma fille, le règne de Mon Fils est proche […].
Vois, Ma fille, les hommes ne changent pas et la miséricorde de Dieu prend fin […]. Le Règne du Christ approche. Aidez Mon Fils à porter la Croix, Me enfants.

- extrait du message donné le 2 juillet 1983 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

La Vierge des Douleurs : « La fin des fins approche et les hommes ne cessent d'offenser Dieu. Si les hommes ne changent pas, Ma fille, l'Humanité, la plus grande partie de l'Humanité, sera détruite ».

- extrait du message donné le 30 juillet 1983 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

La Vierge des Douleurs : « […] Je vous demande, en tant que Mère d'Amour et de Miséricorde, de prier pour toutes les âmes; Je ne veux pas qu'elles se condamnent, ils sont tous Mes enfants, tous sans distinction de races; voilà pourquoi Je vous avertis, Ma fille, pour que vous mettiez de l'ordre dans vos vies, pour que vous priiez et que vous fassiez des sacrifices, car le temps est proche, très proche, Mes enfants, tout proche; il ne manque que des secondes, Mes enfants, Je viens depuis longtemps vous avertir […].Voilà pourquoi Je Me manifeste si souvent, parce que le temps approche et les hommes ne changent pas. La fin des fins est proche, Mes enfants ».

- extrait du message donné le 6 août 1983 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

La Vierge des Douleurs : « La colère du Père est proche et Mon Cœur est transi de douleur. Les prophéties que J'ai données, il y a longtemps, Ma fille, à Mélanie et à Bernadette vont s'accomplir [Mélanie Calvat à la Salette en 1846 ; et Bernadette Soubirous, à Lourdes en 1858.]. Nous sommes à la fin des fins, à la fin des temps, Ma fille, et nous ne trouvons pas d'âmes pour être apôtres des derniers temps. Si seulement il y en avait dix, dix âmes pures, Mon Fils implorerait Son Père pour ne pas qu'Il décharge Sa colère sur cette Humanité. Mais nous ne trouvons pas d'âmes victimes, Ma fille ; nous ne trouvons pas d'âmes qui veuillent réparer les péchés des autres ».

- extrait du message donné le 24 septembre 1983 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

La Vierge des Douleurs : « Regarde, Ma fille, tu vas voir une scène du Christ ; raconte ce que tu vois... ».

Amparo : « Je vois le Christ sur un autel, un livre à la main, Il a un livre. Il y a sept anges et chacun tient une trompette à la main. L'un d'entre eux va sonner de la trompette. La trompette a sonné. Ah ! Que se passe-t-il ? Ah ! (Elle pleure amèrement) Qu'est-ce qui tombe ? Ah ! Qu'est-ce qui tombe ? ».

La Vierge des Douleurs : « Ma fille, la première trompette a sonné. Le monde est proche... C'est pourquoi Je demande le sacrifice et la prière, pour qu'ils se convertissent, Ma fille, car nous sommes à la fin des fins. Ne riez pas, Mes enfants, ne riez pas de Mes avertissements. Je vous avertis sans cesse parce que Je ne veux pas que vous vous condamniez ».

- extrait du message donné le 16 octobre 1983 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

La Vierge des Douleurs : « Je ne veux pas que vous vous condamniez, Mes enfants, confessez vos fautes et mettez-vous en grâce avec Dieu. La fin des fins approche et les hommes empirent de jour en jour, Ma fille ».

- extrait du message donné le 6 septembre 1986 (sources : http://jesusmarie.free.fr/) :

« Ma fille, je veux qu'ils fassent un appel d'urgence à ces âmes cachées dans l'oubli, la prière, le sacrifice, le mépris, la chasteté, l'oubli d'elles-mêmes. Cela va être l'heure, mes enfants, de sortir (de vos cachettes) pour porter la lumière à la Terre. Ames qui vivez dans la lumière de l'Evangile, je veux que vous sortiez parce que vous êtes les apôtres des derniers temps. Tous ceux qui veulent suivre le Christ doivent vivre l'Evangile. Mais, attention, mes enfants. Faites très attention, il y a des milliers et des milliers de faux prophètes qui s'appellent "apôtres des derniers temps" et qui vivent dans l'abondance, dans le plaisir. Nombre d'entre eux accourent ici et entrainent de nombreuses âmes ; ces pauvres âmes se laissent prendre par l'orgueil et la superbe. Je continue de vous avertir : n'écoutez pas tous ces faux-prophètes, car tous sont marqués avec le nombre de l’ennemi : ils veulent vous entrainer pour vous faire tomber dans leurs filets. Ouvrez vos oreilles à mes appels, mes enfants. Pénitence, prière et sacrifice vous feront humbles et vous verrez la lumière ».

De l’ouvrage « Apparitions et messages à l’Escorial, 1987-1992 » :

- extrait du message donné le 1 er septembre 1987, page 17 :

La Vierge des Douleurs : « […] Je veux que le chemin de cette Œuvre soit ouvert aux jeunes pour qu’ils se donnent corps et âme à cette grande Œuvre : -qui existera jusqu’à la fin des temps-, Apôtres des derniers temps, avec une prière profonde, un esprit de sacrifice et de pénitence. Le monde passe, ma fille, comme je te l’ai enseigné et l’éternité ne se termine pas. Fais comprendre aux âmes la valeur de l’éternité, car beaucoup d’âmes s’arrêtent au temps ».

- extrait du message donné le 3 décembre 1988, page 56 :

La Vierge des Douleurs : « Bientôt le Fils de l’Homme viendra et demandera compte à chacun selon ses œuvres. Il viendra avec une grande puissance et une grande majesté. Beaucoup d’entre vous demeureront abasourdis en sa présence mais même à ce moment là, vous n’aurez pas honte de vos fautes. Ne provoquez plus la Justice divine par vos péchés. Vous vous attachez aux choses matérielles et oubliez les choses divines».

- extrait du message donné le 2 septembre 1989, page 76 et 78 :

Notre Seigneur Jésus : « Ma fille, Je viens répandre ma miséricorde et mon amour sur les hommes mais ceux-ci restent sourds, vivant dans la haine, l’avarice et les plaisirs. Je veux former un grand troupeau pour mon Royaume qui arrivera bientôt, comme l’éclair. Mon Royaume est proche et les hommes n’écoutent pas ma parole […]. Le Royaume de Dieu est proche. Veillez et ayez toujours la lampe allumée pour que l’ennemi qui guette ne puisse s’emparer de votre âme. Je puis venir dans l’obscurité de la nuit. Ne soyez pas des sots, ayez la lampe préparée. Priez et qu’on accoure en ce lieu pour que les fronts aient leur sceau, empêchant Satan de s’emparer des âmes ».

- extrait du message donné le 6 octobre 1990, page 117 :

La Vierge des Douleurs : « […] Ne soyez pas austères, combien de fois devrai-je dire qu’un apôtre du Christ doit être pauvre, humble et sacrifié. Lorsque vous vivrez comme les premiers chrétiens, qui n’avaient rien en propre, - car ce qui appartenait à l’un appartenait à tous -, alors vous serez des Apôtres des Derniers Temps. Mais vous avez poussé de grandes masses à la révolte en vous gargarisant de vos propres paroles et en vous enorgueillissant. Malheur à ceux qui jouent avec mon Nom ! Malheur à ceux qui se donnent à eux-mêmes le nom de visionnaires pour qu’ils s’étourdissent les oreilles de flatteries et de vanités ! C’est par la croix et par la souffrance, le sacrifice, l’humilité, l’obéissance, la chasteté, qu’on va au Christ. Cessez de mentir, mes enfants, lorsque vous vous présenterez devant Dieu, votre Créateur, qu’adviendra-t-il de vous ? Aimez l’Eglise et ne l’offensez pas. L’apôtre du Christ aime l’Eglise comme sa propre vie. En aimant l’Eglise, vous aimez le Christ. Je t’ai enseigné, ma fille, que l’Eglise venait de Dieu, même si elle n’est pas Dieu, car elle a des défaillances humaines, avec des hommes de chair et d’os qui succombent à la tentation. Priez et sacrifiez-vous pour eux, au lieu de les outrager et de les diffamer. Aimez beaucoup les représentants de l’Eglise. Je vais donner une bénédiction spéciale à vos âmes, si vous faites ce que je demande et si vous vous purifiez vous-mêmes sur la terre, pensant que vous êtes au dernier temps de la purification, Je vous promets que vous ne passerez pas par les peines du purgatoire ».

De l’ouvrage « L’Escorial, Messages 1992-1998 » :

- extrait du message donné le 2 décembre 1995, page 209 :

« […] Priez. Priez. Le monde est à la fin des temps ».

13. Notre-Dame des Sept Douleurs - Kibého au Rwanda (1981-1989)

De l’ouvrage « Le temps qui vient selon les prophéties », pages 60 et 61 :

« De 1981 à 1983 et quelques autres fois encore jusqu’en 1989, six jeunes filles et un garçon musulman (baptisé par la suite) reçurent des apparitions. En 1988, l’évêque autorisa le culte et la construction du sanctuaire demandé par la Vierge.

Elle y requérait la conversion du cœur : "Les hommes sont toujours aux prises avec les péchés d’impureté, de fornication. Ceux qui désirent les biens du ciel sont peu nombreux ; les jeunes font de leur corps un instrument de plaisir ; les temps qui viennent sont des temps d’épreuve".

"Hâtez-vous de pratiquer le bien, il reste peu de temps ; vous reconnaîtrez le moment de ma venue lorsque vous verrez éclater des guerres de religion que personne ne pourra retenir (il semble que ce soit avant la venue du royaume du Christ)".

"La destruction de la terre se fera par le feu qui sortira du centre de la terre, car la terre se changera en un brasier. Tout sera brûlé vif, les arbres et les autres êtres vivants".

Les voyants virent des gens en train de se battre, un fleuve de sang, des têtes coupées : sans savoir alors que c‘était ce qui arriverait bientôt à leur pays. Terrible responsabilité, comme a Medjugorje, que celle de n’avoir pas bien accepté les apparitions et avertissements de la Vierge ! (1) ».

Note :

(1) : « Marie-Claire, la voyante qui avait reçu le rappel du chapelet des sept douleurs de Marie, a été assassinée, ainsi que son mari au cours des évènements de 1994. Sagastacha le petit berger musulman analphabète (qui avait repris, en extase, des passages d’Ezéquiel) est mort aussi ».




Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:34, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:33

14. Marie, Reine de la Paix - Medjugorje en Bosnie (1981-)

- Pour le discernement des fidèles

En premier lieu il me semble opportun de rappeler que le vocable « Marie, Reine de la Paix » fait l’objet d’une reconnaissance particulière au sein de l’Eglise du Christ. Je m’en tiendrai à donner un seul exemple par la citation du passage suivant extrait de la lettre encyclique « Christi Mater Rosarii » (sur le Rosaire) du Pape Paul VI, donnée le 15 septembre 1966 :

« Puisque aux époques d'incertitude et de trouble, l'Eglise a l'habitude de recourir à l'intercession attentive de Marie, sa mère, c'est vers celle-ci que Nous Nous tournons, vers elle que Nous orientons Notre pensée et celle de tous les chrétiens. Car, selon le mot de saint Irénée « elle est devenue le salut du genre humain tout entier (1) ».

Rien ne Nous paraît répondre plus parfaitement aux circonstances que de faire monter la supplication de toute la famille chrétienne vers la Mère de Dieu invoquée comme « Reine de la Paix », afin que parmi tant et de si graves misères et menaces, elle dispense largement les dons de sa bonté maternelle ».

(1) : « Saint Irénée : Contre les hérésies, 3,22 ».

A l’instar de l’ancien Archevêque de Ravenne, le Cardinal Tonini Ersilio, nous pouvons légitimement nous interroger sur la véracité des apparitions de Bosnie, qui sont à l’origine d’un nombre incommensurable de grâces, en particulier de conservions mais également de guérisons physiques et spirituelles.

Voici en ce sens, quelques extraits de l’interview qu’il accorda à Bruno Volpe, publiée à la page 9 du mensuel « Chrétiens Magazine » n° 211 du 15 juin 2008 :

Bruno Volpe : « Le Vatican semble septique, ou du moins prudent, à propos de Medjugorje ; je ne suis jamais allé dans ce sanctuaire […], l’Eglise a-t-elle raison d’être prudente ? ».

Cardinal Tonini Ersilio : « Mais comment se fait-il qu’on vérifie à Medjugorje, un si grand nombre de conversions allant à la sainteté ? Si, dans un lieu où des millions de pèlerins arrivent chaque année, nombreux sont ceux qui, parmi eux, changent de vie, c’est un signe de l’œuvre de l’Esprit Saint. Que l’Eglise soit prudente, cela me semble normal, mais celle-ci ne change pas le fort charisme de Medjugorje ; par ailleurs, la sainteté n’a pas besoin de certificat […] l’Evangile nous encourage à la conversion, et si ce fruit naît et mûrit à Medjugorge, pourquoi ne pas l’apprécier ? ».

En éditorial du même numéro, nous est également rapportée une brève intervention de l’éminent Cardinal Christoph Shonbörn, Archevêque de Vienne :

Cardinal Christoph Shonbörn : « J’ai commencé à m’intéresser à Medjugorje quand je me suis rendu compte que la moitié des séminaristes de mon diocèse ont reçu leur appel dans ce lieu de prière ! ».

De l’ouvrage « Paroles du Ciel » :

- L’urgence des temps

- extrait du message du 29 novembre 1981, page 70 :

« Il faut que le monde se sauve pendant qu’il en est encore temps, qu’il prie avec force et qu’il ait l’esprit de foi ».

- Le jeune, la prière et la fréquentation des sacrements

Comme dans toutes les apparitions mariales depuis plus d’un siècle, l’appel à la conversion représente le cœur des messages donnés par la Sainte Vierge Marie, et s’exprime notamment par la pratique du jeûne et de la prière en correspondance avec ce que demande l’Eglise. Cet appel est d’autant plus urgent que nous approchons de l’échéance finale, c’est à dire l’avènement du Seigneur.

Je donnerais ici seulement quelques citations les plus représentatives, car une multitude de messages exhortent au jeûne et surtout à la prière, mais également à la confession et la communion, comme moyens indispensables au salut :

Le jour de la fête de l’Immaculée Conception du 8 décembre 1981 Notre-Dame répond aux questions des enfants et précise :

« Si vous n’avez pas la force de jeûner au pain et à l’eau, vous pouvez renoncer à différentes choses. Il serait très bon de renoncer à la télévision, car après en avoir vu les programmes, vous êtes distraits et incapables de prier. Vous pouvez renoncer à l’alcool, aux cigarettes et à d’autres plaisirs. Vous savez vous-mêmes ce que vous devez faire » (page 71 de « Paroles du Ciel »).

Le 21 janvier 1982 les enfants demandent ce qu’il est possible de faire pour que la paix règne parmi les prêtres :

« Le jeûne et la prière » (page 74 de « Paroles du Ciel »)

Le 10 février 1982 Jakov et Vicka rapportent que le Credo est la prière préférée de Notre-Dame. Ils disent qu’ils ne l’ont jamais vue plus heureuse que durant cette prière. Voici le message de la Vierge :

« Priez, priez. Il faut croire fermement, se confesser régulièrement et commnunier de même. C’est l’unique salut » (page 75 de « Paroles du Ciel »).

Le 13 février 1982, pour les séminaristes assistant à l’apparition :

« Par la prière on obtient tout »

- L’importance de la foi

Ivan demande à la Gospa (c'est-à-dire la Vierge) le 31 décembre 1981 comment aider les prêtres qui doutent des apparitions :

« Il faut leur dire que, depuis toujours, je transmets au monde le message de Dieu. C’est bien dommage de ne pas y croire. La foi est un élément vital, mais on ne peut contraindre personne à croire. La foi est la base d’où tout découle » (page 72 de « Paroles du Ciel »).

Le 21 janvier 1982 les enfants demandent pourquoi y-a-t-il des apparitions dans différents endroits d’Herzégovine ? Et la Vierge répond :

« Mes enfants, ne voyez-vous pas que la foi commence à s’éteindre et qu’il est nécessaire d’éveiller la foi chez les hommes ? » (page 74 de « Paroles du Ciel »).

Au sujet des malades le 9 février 1982, la Vierge précise :

« Priez pour les malades. Croyez fermement. Je viendrai en aide selon ce qui est en mon pouvoir. Je demanderai à mon Fils Jésus de les aider. Le plus important cependant, c’est une foi solide. De nombreux malades pensent qu’il suffit de venir ici pour être aussitôt guéri. Certains d’entre eux ne croient même pas en Dieu, et moins encore à des apparitions, et voilà qu’ils réclament l’aide de la Gospa ! » (page 74 de « Paroles du Ciel »).

Eté 1982, le curé d’Izbicno demande aux voyants pourquoi y-a-t-il tous ces signes en Herzégovine et pourquoi la Vierge apparaît-elle en tous ces lieux :

« C’est Dieu qui les donne. Mes enfants, n’avez-vous pas remarqué que la foi à comencé à s’éteindre ? Nombreux sont ceux qui ne viennent à l’église que par habitude. Il faut réveiller la foi. Elle est un don de Dieu. S’il le faut, j’apparaîtrai dans chaque maison » (page 79 de « Paroles du Ciel »).

- Les signes lumineux sur le Mont Krizevac

A ce sujet la Vierge précisait le 22 avril 1982, page 78 de « Paroles du Ciel » :

« Ce sont des signes de Dieu, et non pas des phénomènes naturels. S et T sont des signes du salut ».

- La Sainte Vierge Marie demande une fête de la Reine de la Paix

Comme nous le lisons page 74 de « Paroles du Ciel » le 2 février 1982 est demandé à la Vierge quand elle aimerait que soit célébrée la fête de la Reine de la Paix. Elle dit en souriant :

« Je préfèrerais qu’elle ait lieu le 25 juin. Les fidèles sont venues pour la première fois, ce jour-là, sur la colline ».

Voici le message qui évoque cette demande faite début avril 1982, page 78 de « Paroles du Ciel » :

« Je désire une fête de la Reine de la Paix, le 25 juin, jour anniversaire de la première apparition ».

- Les apparitions de Medjugorje seront les dernières dans le monde

Dans l’ouvrage « Paroles du Ciel » nous pouvons lire :

- page 78, message du 2 mai 1982 :

« Je suis venue appeler le monde à la conversion pour la dernière fois. Ensuite je n’apparaîtrai plus sur la terre ».

- Medjugorje dans les messages de Jésus à Vassula Ryden

- extrait du message donné le 4 mai 1988 :

« Ma Sainte Croix à Medjugorje est Vivante et en flammes. J'ai béni ce territoire, lui accordant Mes Grâces à travers Ma Mère qui est l'Arche d'Alliance de Mes Œuvres divines. (Ces jours passés, Dieu m'a donné la vision d'une immense Croix sur une montagne. Cette Croix était en flammes, non pas comme si Elle avait pris feu et se consumait, mais comme si le feu sortait de la Croix, formait une Croix ; un feu lumineux, ininterrompu, un feu non-consumant.) - Ecoute-Moi. Dans très peu de temps, Je ferai fléchir le genou aux incroyants sur cette montagne-même. Ma Sainte Croix est en Vie avec une Flamme Vivante. (J'ai demandé au Seigneur quelle est la signification de ce feu, et Il m'a répondu : "LA VIE".)

- extrait du message donné le 3 juin 1988 :

« Fleur ? Ces jours, Je t'enseigne à discerner les vraies révélations et visions des fausses révélations, fausses doctrines et fausses visions. Tout ce qui est faux vient de Satan. Il sème les graines de la confusion pour souiller la Vérité, comme à Pescara ; il sème l'ivraie parmi le blé, mettant la confusion parmi vous. Furieux des apparitions de Medjugorje, il essaie de vous mettre tous dans la confusion en essayant de marquer ces Oeuvres Divines comme ne venant pas de Moi.

Ma Fille, lorsque tu lis une révélation qui exprime ouvertement une désunion vis-à-vis de Mon Eglise, reniant Pierre, reniant votre Sainte Mère, sache que cela ne vient pas de Moi le Seigneur ton Dieu. Cela vient de Mon adversaire qui apparaît en prenant Mon Image pour accomplir ses desseins qui sont de vous séparer autant qu'il est possible.

Sache que Moi le Seigneur, Je ne veux pas que Mes agneaux soient dispersés ; Je vous veux unis sous Pierre, tous en un seul troupeau ; Je vous veux tous rassemblés. Je répète à nouveau que Moi Jésus-Christ, le Seigneur votre Sauveur, J'ai choisi Pierre pour nourrir et garder Mes agneaux et Mes brebis jusqu'à Mon Retour, ce Pierre qui actuellement est Jean-Paul II. Ecoutez ce que l'Esprit dit aux Eglises.

Vassula, Satan sait que ses jours sont comptés et, à cause de cela, le dragon rouge essaie d'attirer à lui autant d'âmes qu'il peut ; il a introduit dans beaucoup d'esprits - ces esprits qui auraient dû être remplis de spiritualité et de sainteté -, toutes sortes de divertissements qui vous font diverger de la Vérité et de tout ce qui est saint. Regarde autour de toi, Ma bien-aimée, et tu comprendras. Comme au temps de Sodome et Gomorrhe, tous ces divertissements ont été introduits parmi vous, enfants, afin qu'ils occupent votre esprit, ne laissant aucune place pour ce qui est saint, ne Me laissant aucune place à Moi votre Créateur et votre Dieu ».

- extrait du message donné le 20 avril 1992 :

« J'ai nettement compris : "notre Sainte Mère de Medjugorje".

15. Notre-Dame du Rosaire - Saint Nicolas en Argentine (1983-1990)

De l’ouvrage « Lire la Bible avec Marie » :
- extrait du message donné le 8 janvier 1984, pages 58 et 59 :

« En ce moment toute l’humanité tient à un fil. Si ce fil lâche, nombreux sont ceux qui ne pourront pas se sauver. C’est pourquoi je vous demande de réfléchir. Ne tardez pas car le temps prend fin et il n’y aura plus de place pour celui qui sera en retard. Le Seigneur veut que tous puissent entrer dans son Royaume. Voici ce que je dis à ceux qui se sont éloignés de Lui : venez, approchez-vous car Jésus-Christ est à la portée de votre main. Prêchez ceci. Lisez Hébreux 4,12-16. Loué soit Joseph, louée soit Marie ; loué soit Dieu à cause de la terre promise ».

- extrait du message donné le 22 mai 1986, page 248 :

« Je conseille à Mes enfants de s’éloigner de la nuit sombre car l’aube va bientôt paraître. En attendant, laissez-vous préparer par cette Mère. Introduisez vos cœurs dans cette Arche que Jésus a envoyée. Gloire à Jésus miséricordieux ».

- extrait du message donné le 26 mars 1988, page 339 :

« Je prie pour ceux qui sont en prison. Je La vois et Elle me dit : "La venue du Seigneur est imminente ; comme dit l’Evangile, personne n’en sait le jour ni l’heure mais l’heure viendra et il est certain que l’âme du chrétien doit se préparer pour cette heure-là. Même les pierres en seront témoins. C’est pour cela Ma fille, que cette Mère veut faire connaître la Parole de Son Fils. Les uns par ignorance, d’autres à cause de la dureté de leur cœur ignorent le Seigneur. La vie de beaucoup d’entre eux n’a pas été toute droite, leurs oreilles ont été des murailles et leur cœur une porte bien fermée. Mon Cœur peut redresser leurs chemins et il peut ouvrir leurs cœurs. Je peux faire disparaître l’angoisse qui ronge leur âme, Je peux protéger leur âme désolée, Je peux aider leur âme à rencontrer Dieu. J’aime le cœur de l’homme, et c’est pour cela que j’attends le cœur de l’homme. Gloire au Seigneur Miséricordieux. Lisez Isaïe 2,5" ».

16. Naju en Corée (1985-)

Du « Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie » :

- extrait du message donné le 24 septembre 1994, page 1240 :

« La Vierge nous adressa ce message de sa voix douce et aimante : "Rappelez-vous que je vous ai donné comme refuge l’Arche du Salut […]. Vous êtes tous appelés à être les apôtres des derniers temps […]. De nos jours l’imposture de Satan est parvenue à un tel degré de ruse qu’elle trompe par des phénomènes extraordinaires, y compris de bonnes âmes […]. Si vous attirez la puissance de l’amour, alors tous les enfants de ce monde s’uniront au-delà des frontières, et l’Eglise sera régénérée. Une nouvelle Pentecôte surviendra, et le monde sera sauvé par le Sauveur présent dans l’eucharistie »

17. Marie Reine de l’Amour – Saint Martin de Schio en Italie (1985-2002)

« Schio est une ville de 40000 habitants située dans la province et le diocèse de Vicenza », comme signalé à la page 3 du petit livret « San Martino di Schio - Bref historique des apparitions de Marie ».

Le 25 mars 1985, fête de l’Annonciation, Pietro Renato Baron âgé de 53 ans, se rend dans la petite église paroissiale de San Martino pour y assumer sa tâche de gardien, tout en étant employé des services autoroutiers. Interrompant son travail, il se met à genoux pour prier, son chapelet à la main devant la statue de Notre-Dame du Rosaire.
Tout était tranquille et silencieux, lorsque soudainement dans une explosion de lumière, en lieu et place de la statue de la Sainte Vierge, il y avait une très belle Dame, avec les mêmes vêtements que ceux de la statue, qui souriait et avait de très beaux yeux.
A la grande stupéfaction de Renato, cette Dame s’adresse à lui, et à ce moment précis il s’apperçoit qu’il n’est plus à lui, qu’il ne voit plus l’intérieur de l’église, et rien d’autre autour de lui.
Relatant le même fait le Dictionnaire des Apparitions, précise à l’article « Schio », page 1318, que Renato entend alors : « Tu viendras chaque jour ici, et tu écriras ce que je te dirai ». Ainsi, à partir du 3 avril 1985, c’est ce qu’il fit.

L’ensemble des messages suivants que je retranscris intégralement (car généralement très courts), sont tous extraits du recueil « Marie appelle - Messages de la Vierge reine de l’Amour ». Tel est donc le vocable sous lequel la Sainte Vierge Marie se présente le 28 novembre 1985, comme nous le lisons à la page 30 :

« Je suis la Reine de l’Amour. Si vous vous aimez, vous serez proches du Père. Amour et Charité. Prière sans fin. Marchez sur les routes du monde en annonçant le Règne du Père sans vous lasser. Qui sauvera se sauvera lui-même. Aimez et vous serez aimés. Je ne vous abandonnerai pas. Je vous bénis ».

Le propre de l’ensemble de cette cinquième section étant de montrer la proximité du Retour glorieux du Christ et de Son Règne, je m’en tiendrai, dans ce qui suit, à donner quelques messages les plus significatifs sur le sujet :

- message du 17 août 1988, page 174 :

« Prions le Père. Mon enfant, toutes les puissances démoniaques sont à l’œuvre comme jamais dans l’histoire humaine, mais votre heure est d’origine divine. Chers enfants, regardez avec moi vers l’avenir qui sera de victoire. Allons à la rencontre de jésus qui vient. Ne vous retournez-pas pour regarder ceux qui se sont perdus ; dans peu de temps il sera trop tard pour eux, parce que le temps sera passé. Ceux-ci resteront seuls, tandis que vous serez avec moi. Courage, mes enfants, courage. Je vous bénis ».

- message du 30 août 1989, page 223 :

« Bénissons le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Mes enfants, afin que le feu de l’amour ne s’éteigne pas, je vous demande de poursuivre le chemin avec sûreté, dans les voies de l’esprit, même à travers la Croix que je vous ai appris à aimer. Perfectionner-vous dans la conversion, car ces temps sont ceux où Jésus vous invite à annoncer l’approche de son Règne. Je vous invite encore à apporter la justice et la paix, à tous entièrement, en édifiant les âmes pour la cité éternelle. Mes enfants vous êtes déjà associés à la gloire de la résurrection de Jésus. Avec tous les opérateurs de paix, soyez des opérateurs de paix. Je vous bénis, mes enfants ».

- message du 14 septembre 1989, page 225 :

« Prions ensemble. Chers enfants, la foi, que la foi soit en vous ! Rien ne jaillit de moi qui n’est pas amour pour vous. Découvrez cet amour qui changera en bien, même le mal. Mes enfants, je vous demande d’être une seule chose afin que je puisse, à travers vous, parler à tous mes enfants de la vie éternelle, réalité qui rend béatifiante. Que la Trinité entière soit présente en vous qui m’écoutez, avec ses richesses infinies, et nous répéterons ensemble : Père que ton Règne vienne. Je vous bénis mes enfants, soyez vraiment tous à moi ».

- message du 20 décembre 1989, page 236 :

« Que ton Règne vienne, Seigneur. Mes enfants, la grande Lumière divine viendra éclairer les voies mystérieuses et les enfants de Dieu en jouiront. Toute rébellion contre le Royaume de Dieu sera apaisée, et sa justice sera pour tous. L’intervention divine purificatrice est un acte pour libérer l’humanité des liens du mal et de l’immense catastrophe voulue par les hommes avec toutes sortes de vices et de péchés. Mes enfants, j’interviens sur la terre pour préparer un grand événement et pour inviter à la conversion en mettant tout le monde sur le chemin du salut éternel. Que personne n’ignore mon appel, car ceux qui se convertiront auront le salut. Bénis soyez-vous si vous travaillez avec moi et avec ceux qui préparent dignement les chemins à Jésus le Sauveur. Je vous étreins tous en vous bénissant ».

- message du 25 décembre 1989, page 236 :

« Gloire, gloire au Père. Mes enfants, abandonnez-vous à la joie et à l’espérance comme des petits enfants. Vous êtes renés avec Jésus [Cf. Ep 2,5] ; Louez et remerciez le Père de la vie. Chers enfants, toute tentative de réponse de l’homme ne dépasse pas l’horizon infini. Jésus viendra, Il viendra et le monde ne sera pas prêt à sa venue, il ne sera pas préparé à son jugement. Celui qui est attendu des peuples est accueilli par peu de monde. Accueillez mon Jésus. Donnez-Lui la chaleur de vos cœurs. Unissez-vous à moi pour Lui apporter tous les cœurs du monde. Je vous serre tous contre moi, Je vous bénis avec la Lumière du monde : Jésus ».

- message du 2 mai 1990, page 250 :

« Louons et bénissons le Père. Mes enfants, faites vivre mon Eglise. Soyez saints ! Le futur du monde est déjà présent en vous. Remplissez avec votre louange l’espace infini en proclamant la gloire de Dieu. Soyez des lampes allumées pour attirer tout le monde, pour réaliser l’avènement du Règne de mon Fils Jésus. Soyez mes imitateurs et vous aurez la grâce en abondance. Je vous bénis, mes enfants, je vous bénis. Je bénis les personnes qui vous sont chères ».

- message du 13 mai 1990, page 253 :

« Bénissons le Père, le Fils, bénissons le Saint-Esprit. Mes enfants, mon Jésus que j’ai nourri et intensément aimé, me consola moi d’abord, en m’apparaissant après sa Résurrection. Je suis restée extasiée en contemplant son infinie beauté. Grande joie de libération, de fête, d’amour. Chers enfants, l’enchantement d’un jour radieux se montrera dans le monde, quand Jésus vous rendra visite : préparez, vous, chaque maison en la rendant belle, digne de Lui. Je vous remercie pour tant d’amour à mon Cœur Immaculé ».

- message du 26 septembre 1990, page 267 :

« Bénissons et glorifions le Père. Mes enfants, ne cherchez pas à reculer le temps : ce temps est votre temps ! Poursuivez dans mon école en ranimant toujours plus mes troupes : ensemble, nous louerons Dieu. Une grande partie du monde, qui est beau, créé par lui, Le méprise, Lui, le Créateur, en courant désespérément vers Satan. Jésus est le Seigneur ! Lui est mort pour les péchés de l’humanité ; Il est ressuscité pour la vie des hommes. Le Règne de Dieu est venu pour vous. A présent que chacune de vos paroles soit animée par la puissance de l’Esprit-Saint. Mes enfants, que l’exigence miséricordieuse du Père envers vous, vous envoie pour que vous arriviez à d’autres hommes, à tous les hommes. Allez avec la même obéissance de Jésus et chacune de vos paroles sera animée par la puissance de l’Esprit-Saint.
Ce sera l’autorité divine qui opérera dans votre apostolat et vos paroles transperceront les cœurs. Chers enfants, faites vôtres mes enseignements. Merci pour ce que vous faites et ce que vous ferez. Je vous bénis encore, en accueillant les désirs de votre cœur ».

- message du 26 septembre 1991, page 298 :

« Mes enfants, Il vous exaltera au temps de la visite. ¨Parce que vous vivrez pour votre foi, vous verrez le jour du Seigneur. Chers enfants, soyez toujours vrais et vous vaincrez toute apparence de piété qui s’est créée dans le monde. Soyez écho du cri de Jésus et vous obtiendrez réponse et consolation. Ils sont déjà présents les signes destinés à secouer et à faire réfléchir les endormis, les tièdes, et à convertir les impies ; Tout est déjà présent, tout à déjà commencé. Ma présence, maintenant parmi vous est la dernière ancre de salut envoyée par Dieu, mais elle n’est pas acceptée par les hommes. Attendez et il y aura un grand signe que le Ciel donnera au monde. Alors, beaucoup de personnes seront glorifiées, d’autres se convertiront, mais ceux qui ne le reconnaîtront pas tomberont dans la damnation éternelle.
Je ne vous abandonnerai pas. Mes enfants, merci pour votre foi. Je vous bénis ».

- message du 30 octobre 1991, page 301 :

« Bénissons et glorifions le Père. Mes enfants, merci parce que vous m’êtes proches. Vous qui croyez, faites approcher tous ceux qui ne croient pas, ensemble mettez en pratique mes exhortations en persévérant dans la prière. Priez, priez pour effacer le grave péché de trahison fait à Dieu par le mépris de sa Parole. Chers enfants soyez forts pour résister et vous habiterez sur la terre renouvelée et purifiée. Ne craignez pas l’arrivée de Jésus, mais faites en sorte qu’Il vous trouve à votre place. Je vous bénis tous, Je bénis les personnes qui vous sont chères ».

- message du 25 mars 1993, page 322 :

« Gloire au Père éternellement. Mes enfants, je demande l’aide de tous ceux qui m’écoutent afin que le plan de Dieu, conçu par la miséricorde, ne soit pas rendu vain. Le temps qui a attendu les indifférents est sur le point de finir. Le plan de la justice prendra place et cherchera à conduire les hommes au salut éternel, à travers la purification. Je demande encore la conversion des cœurs et la consécration à mon Cœur Immaculé de tous mes enfants. Ecoutez-moi ! Je vous bénis tous et vous serre contre moi ».

- message du 15 août 1994, page 335 :

« Bénissez avec moi le Père éternellement. Mes enfants, vous m’honorez, vous me portez en triomphe et, pendant que vous me faites cela, vous ne vous rendez compte que moi, je conduis chacun de vous en triomphe en vous remplissant de joie, en vous donnant la vie de la grâce. Je désire que vous viviez, mes enfants ! Vous êtes le peuple de Dieu qui prépare le temps nouveau de la gloire. Libérés de l’esclavage de ces temps qui sont les vôtres, vous jouirez de la victoire du triomphe glorieux. Soyez forts dans la foi, en vivant l’Evangile de Jésus de tout votre cœur. Que mes grâces et mes bénédictions descendent abondamment sur chacun de vous et sur toutes les personnes qui vous sont chères ».

- message du 25 mars 1997, page 353 :

« Glorifiez avec moi le Père. Mes enfants, n’ayez crainte ! Préoccupez-vous seulement de marcher dans la direction que je vous ai indiquée et illuminée par ma Lumière. Jésus que je vous ai amené, triomphera aussi pour votre conversion. Priez pour beaucoup de ses ennemis car leur temps est en train de se terminer. Priez avec moi pour demander à Jésus le salut de beaucoup d’âmes, du plus grand nombre d’âmes possible dans ce grave moment de l’histoire de l’humanité. Chers enfants, je suis avec vous encore plus, toujours plus avec vous parce que vous avez encore plus besoin d’aide. Je vous bénis tous, tous. Apportez ma bénédiction dans vos maisons, aux malades, à toutes les personnes qui vous sont chères ».



Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:35, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010 - 6:35

18. La Vierge de l’Eucharistie - Manduria en Italie (1992-2007)

De l’ouvrage « Manduria » :

- extrait du message donné le 1 er août 1998, page 210 :

« Ma fille, tu sais que l’avènement de ce que je t’ai révélé est proche. Il te faut prier et offrir davantage ! Un grand nombre ne se sauveront pas, et mon Cœur de Mère en est profondément triste ! ».

19. Marie Reine du Ciel, Mère de la famille - Civitavecchia en Italie (1995-1996)

A moins d’une centaine de kilomètres au nord ouest de Rome, le Ciel s’est manifesté dans le district de la ville portuaire de Civitavecchia, très exactement à « Aurelia di Civitavecchia » près de la petite Eglise dédiée à Saint Augustin (Sant’Agostino), désormais devenu un sanctuaire où affluent des pélerins du monde entier.
A proximité de ce lieu, de nombreux faits surnaturels sont advenus au sein d’une même famille, dénomée Gregori. Cette famille simple, animée d’une foi profonde possedait notamment une statue représentant la Vierge de Medjugorje (ce qui par ailleurs, n’est pas sans signification quant au caractère authentique des apparitions de Bosnie) de laquelle furent observées de nombreuses lacrymations. A ces faits, viennent s’ajouter des apparitions et messages, ainsi qu’une exsudation de baume parfumé d’une seconde statuette.

Tous les faits et messages suivants, sont extraits du petit ouvrage « La Madonna di Civitavecchia », écris en italien par le Père Flavio Uboldi, frère cappucin et professeur en théologie dogmatique.
En tant que membre et vice président de la commission théologique diocésaine, le Père Flavio Uboldi fut mandaté par l’evêque du lieu, Mgr Girolamo Grillo, afin de recueillir toutes les informations relatives aux faits surnaturels survenus au sein de la famille Gregori. Son témoignage est donc d’une grande crédibilité, et les faits relatés véridiques, puisqu’ils ont été reconnues comme tels par Mgr Girolamo Grillo, après consultation de nombreux experts et réception de l’ensemble des conclusions de la commission théologique, que je présenterai plus en détail ci-après.

Comme nous pouvons le lire à la page 20, la famille Gregori se compose de quatre membres au temps des lacrymations : les époux Gregori, Fabio (électricien de profession, né à Civitavecchia le 5 mai 1963), et sa femme Annamaria (ménagère, née à Civitavecchia le 9 août 1964) et leurs deux enfants Jessica et Davide (respectivement nés le 21 mars 1989 et le 9 février 1992, également à Civitavecchia). Naîtra ensuite un troisième fils appelé Manuel Maria (le 4 décembre 2002 à Civitavecchia).

C’est une famille très pieuse, simple et unie, attachée comme beaucoup d’autres, à la bonne éducation de leurs enfants.
A la demande de l’évêque, la police d’état fait mener une enquête qui concluait : « à charge de la famille Gregori, rien de particulier ne peut être reproché, bien au contraire elle est apparue aux yeux de tous comme normale et honnête sous tous ses rapports ».

Il en est de même pour le Docteur Umberto Natalini, également dépêché par l’évêque pour étudier le cas, qui affirmait à son tour : c’est « une famille faite de personnes simples et honnêtes, qui dans tous les cas seraient absolument incapable d’envisager une quelconque supercherie ou farce d’une telle envergure ».
Jamais en effet, la famille n’a cherché à tirer profit des évènements qui se sont déroulés, mais s’est toujours conformée aux conseils de ses accompagnateurs spirituels dans le cadre d’une stricte obéissance aux directives données par l’évêque.

Les faits à considérer sont de trois ordres :

- des lacrymations d’une petite statue de la Vierge de Medjugorje,

- d’une exsudation de baume parfumé d’une seconde statuette,

- des apparitions et messages.

Le Père Flavio Uboldi, précise que dans le dossier d’étude, l’attention a surtout été portée sur l’étude des lacrymations, et que les autres phénomènes ont été abordés que de façon plus sporadique, car les lacrymations de sang sont un fait objectif et vérifiable, dont quatorze ont été scientifiquement constatées : treize à la maison de la famille Gregori et une dans celle de l’évêque, Mgr Girolamo Grillo, qui, comme le précise l’auteur, n’est pas une personne facilement influençable voire manipulable.

En ce qui concerne les lacrymations, nous lisons à la page 10 :

« La première lacrymation est advenue le 2 février 1995 à 16 h 20 en présence d’une fillette de 6 ans, Jessica Gregori, qui appela tout de suite son père Fabio afin de la vérifier. Dans les jours suivants se sont suivies d’autres lacrymations, attestées par divers témoins, jusqu’au 6 février, jour durant lequel la statue a été remise à sa place.

La seconde lacrymation est advenue le 3 février à 18 h 45, durant laquelle était présent le curé, le Père Pablo Martin. Une autre lacrymation est advenue à la maison de l’évêque le 15 mars 1995, à 8 h 15, dont est témoin l’évêque lui-même en présence d’autres personnes. En tout, ont été constatées quatorze lacrymations. Le fait a été documenté par une série de photographies ».

L’auteur précise également à la page 28 : « la commission théologique diocésaine s’est réunie treize fois, entre le 19 avril 1995 et le 22 novembre 1996. Elle à entendu plusieurs fois l’évêque et plus de quarante témoins, a consulté des spécialistes de sciences humaines, à entendu le docteur Di Gennaro et les analystes en émathologie tel que le professeur Fiori et le professeur Umani Ronchi, respectivement, de l’université catholique du Sacré Coeur et de l’université “ La Sapienza”, a invité le Père Roberto Zavalloni, expert en psychologie et parapsychologie, a entendu le curé Pablo Martin Sanguiao et les époux Gregori, Fabio et Annamaria, afin de rendre compte des enquêtes scientifiques et de leurs interprétations, avant de formuler ses conclusions».

- La voix masculine du Père ou de Jésus

Les premiers messages proviennent d’une voix masculine ; c’est seulement à partir du contenu des messages que l’on peut comprendre s’il s’agit de la voix de Jésus où de la voix du Père. Voici quelques passages de ces messages :

- « La route sera longue, sinueuse, et s’effectuera dans la souffrance, mais ensuite resplendira la lumière du Seigneur » (15 mars 1995 à 8 h 00 du matin).

- A l’occasion de la question sur l’ADN, la même voix maculine est entendue :

« La route de la vérité est dans l’Eglise de Dieu »

Instinctivement Fabio répond :

« Seigneur, pourtant si je ne fais pas les analyses de la Magistrature le monde pensera que j’ai quelque chose à cacher ».

Et de nouveau la voix masculine :

« La vérité vient de Dieu. Ne crains pas l’homme, crains Dieu… ».

C’est en raison de cette voix que la famille Gregori s’est confiée à la Sainte Eglise avec la conviction qu’Elle seule était capable de présenter la vérité.

Puis la voix invite à attendre la venue de Jésus, et par conséquent il n’est pas question d’abandonner la pratique des sacrements et la vie de prière :

« Tu es un de mes bien-aimés ; je t'enverrai un ange pour te montrer ce qui doit arriver dans peu de temps. Bienheureux qui aura gardé et prêché les paroles prophétiques de l'Église de Dieu, notre Père ; que notre maman céleste, la Vierge, nous prépare le chemin afin que nous puissions intercéder auprès de Dieu, notre Père. N’abandonnez jamais les sacrements, la Confession, la prière, le jeûne et la réception du Corps du Christ Jésus dans la Sainte Messe, parce que ma venue sera pour très bientôt » (Voix entendue par Fabio Gregori à 18 h 00 à Assise le 15 mai 1995, page 66) ».

La voix fait également référence à un futur sombre. A partir du contenu du message, il semble que ce soit la voix de Jésus. Il est question d’une possible guerre mondiale, qu’il faut arrêter avec la prière, l’humilité, le rosaire, la conversion, l’adhésion à l’Eglise. Une explication est donnée en ce qui concerne les lacrymations de sang : c’est la Vierge qui pleure, mais le sang analysé provient d’un homme ; c’est le sang de Jésus versé pour toute l’humanité :

« L'humanité est menacée d’une horrible tragédie, qui s'approche à présent. Elle ne s'aperçoit pas qu’une guerre mondiale est sur le point d’éclater, alors qu’elle peut être arrêtée. Ce que je te dis est un message que le Saint Père le Pape connaît déjà par l’intermédiaire d’une autre de mes filles. Arrêtez cette guerre ! Vous avez des armes plus puissantes que celles employées [pour faire la guerre], qui sont l'amour, les prières, l'humilité, le Rosaire et la vraie conversion de vos coeurs vers Dieu par l’intermédiaire de notre Mère Céleste qui est prête à tous vous serrer dans ses bras, près de son Coeur Immaculé. Je vous en supplie, ne permettez plus qu'elle pleure encore Mon sang pour tous les fils qui s'éloignent de son Coeur Immaculé et que le Père veut sauver. Aimez-vous, changez pour être le vrai peuple de Dieu, un peuple d’une véritable humilité. Amour, prière, et vie dans l’Eglise de Dieu, fondée par lui dans les sacrements » (Voix entendue à 9 h 00 du matin par Fabio Gregori le 19 mai 1995, page 67).

NB : Il est ici question d’une « guerre mondiale », mais un message reçu d’Annamaria parle d’une « guerre nucléaire ».

Le renouvellement de l’Eglise nous est annoncé ainsi qu’une invitation à se confier à Marie :

« …Rappelles-toi que l’Eglise vient de notre Père Dieu et que tu es un de ses serviteurs célestes comme le sont beaucoup d’autres prêtres. Notre Père renouvelera ici son Eglise, et tous les confins de la terre verront le salut se déposer dans les mains et dans le Cœur Immaculé de notre Mère Céleste. Guidez vos pas avec la simplicité de l’enfant qui tient la main de son père. Ainsi vous marcherez en sécurité vers la fin ultime de l’homme, la vie éternelle avec Dieu… » (Voix entendue à 13 h 30 le 24 mai 1995).

Nous lisons également page 68 : « A un certain moment la voix semble être celle du Père Eternel. C’est une invitation à la fréquentation de l’Eucharistie et à se tourner avec amour en direction du Cœur Immaculé de Marie. La référence à la famille est une des préoccupations centrales des messages »:

« Mon cher fils, en ayant accepté ma volonté divine, Jésus est à l’intérieur de toi, tu es devenu un tabernacle vivant. Reste recueilli et adore ton Seigneur. Exprime toute ta joie de le posséder, ouvres-lui ton cœur et parles-lui avec grande confiance au moins un quart d’heure par jour. Mon cher fils, tu ne le sais pas, les hommes ne font pas l’effort de se nourrir de la Communion Eucharistique, pourtant ils en ont besoin. Votre Maman Céleste se nourri de ce pain, afin de le transformer en lait, et nourrir ses pauvres fils. Voilà, votre Maman l'a transformé en corps et sang de Jésus qui maintenant s'appelle Eucharistie. Ayez compassion du Coeur Immaculé de votre Maman très sainte, entouré d’épines que les hommes ingrats lui infligent continuellement et il n’y a personne qui fasse des actes de réparation pour les lui arracher. Ce sera Elle même qui te dira, lorsque tu la verras dans quelques jours, ce que tu devras faire pour moi, pour Elle, pour le Règne de Dieu. Je t'aime parce que tu es un fils céleste, comme sont les serviteurs et les prêtres de mon Église. Aimez vous, mes fils, éduquez et faites croître Mes fils et vos fils. Je vous ai choisis parce que de votre famille naîtra la route nouvelle de la véritable famille de Dieu. Si tu ne me sens plus ne crains pas, parce que je ne m’en vais pas, mais pour la dernière fois je vous donnerai la puissance de suivre votre Maman Céleste. Maintenant lorsque tu la verras, ce sera elle qui vous guidera. Aimez-moi et aimez-la, parce qu’elle conduira mon peuple au salut vers mon Fils Jésus. Je vous aime, et serai toujours proche de vous et suivrai chaquun de vos pas.

« Ecoute la voix de la Vierge : « Priez, convertissez-vous, parce que je viens encore pendant un an et si vous ne m'écoutez pas, ensuite il n’y aura plus temps ». Après la Vierge m'expliqua qu'il manquait encore une lacrymation avant la fin des quinze mystères du Chapelet. Ensuite la voix dit encore : "Priez, convertissez-vous revenez à Moi, vous êtes sur le point d'entrer dans une guerre nucléaire » (Voix entendu par Annamaria Gregori pendant le mois de juin 1995, page 82).

- Les apparitions et les messages de la Vierge

Les messages suivant ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble de ceux qui ont été donnés à la famille Grégori, dont quelques uns demeureront secrets et connus de l’évêque seul.

La teneur d’ensemble nous est toutefois donné, sachant que les apparitions et les messages n’ont pas encore fait l’objet d’une reconnaissance officielle.

- Première apparition de la Vierge le 2 juillet 1995 à 18 h 30, page 70 :

L’apparition eut lieu dans l’église alors que la célébration de l’Eucharistie allait commencer. La Vierge est apparue sur l’autel au-dessus du Père Pablo, et avait les pieds dans une nuée blanche et les bras ouverts avec les mains dirigées en direction de la terre. Elle était identique à la Vierge de Fatima. A la fin de l’Eucharistie, Elle a disparu.

- Premier message de la Vierge le 16 juillet 1995 à 6 h 00 du matin dans les Abruzzes au pied du Gran Sasso, pages 71 et 72 :

« Fils c’est moi, ta Maman Céleste, tu n’as pas à avoir peur ! Mon cher fils, observe ces montagnes, ces forêts, cette eau limpide et pure, signe de vie. Ainsi est le Règne de Dieu. Un Règne de paix, d'amour et de pureté divine. Une pureté telle qu’à l'intérieur de vos coeurs ne ne demeurera seulement que l’amour. Je suis votre Maman Céleste, j'éduquerai votre famille parce que Dieu notre Père, formera par votre intermédiaire de doux fils pour la nouvelle et vraie famille de Dieu. De vous, chers fils, devra naître un élan d'évangélisation qui s’effectuera à partir de la Parole de Dieu, notre Père, non seulement par la prière, mais également par une union d’amour maximale au sein de la famille, vous éduquant vous-mêmes ainsi que vos fils qui sont aussi les nôtres. Le chemin ne sera pas facile, parce que Satan veut détruire les familles, mais tu as une arme divine que Dieu t'a concédée. Satan s'est présenté à toi comme il se présenta à moi, en forme de serpent, et avec la grâce divine qui t’a été concédée, tu l'as tué, comme le l'ai tué moi-même, en le tenant soumis sous tes pieds. Par conséquent vous ne devez pas avoir peur, parce que nous tous sommes proches de vous. Comment puis-je permettre, moi votre Mère Céleste qu'il vous fasse du mal ? Mais vous, priez et continuez à croître spirituellement, parce que lorsque mon fruit sera mûri, Dieu notre Père fera voir qui est votre famille. Nous vous aimons, je vous tiens tous serrés près de mon Coeur Immaculé, soyez doux, purs et simples, comme un enfant qui vient de naître. Continuez à être ainsi, parce qu'ainsi vous me rendez heureuse et me faites sourire de joie ».

« Mes fils, les ténèbres de Satan sont en train d’obscurcir désormais le monde entier ainsi que l’Eglise de Dieu. Préparez-vous à vivre tout ce que j’avais prédit à mes petites filles de Fatima […]. Chers fils, après les douloureuses années de ténèbres de Satan, sont maintenant imminentes les années du triomphe de mon Cœur Immaculé. Votre Nation est en grand danger. A Rome les ténèbres sont en train de descendre toujours davantage sur le roc que mon fils Jésus vous a laissé pour édifier, éduquer et faire croître spirituellement ses fils. Evêques, votre devoir est d’assurer la croissance de l’Eglise de Dieu, sachant que vous êtes les héritiers de Dieu. Ayez un seul cœur rempli d’une véritable foi et vivez dans l’unité avec mon fils Jean-Paul II, le don le plus grand que mon Cœur Immaculé ait obtenu du Cœur de Jésus. Consacrez-vous tous à moi, à Mon Cœur Immaculé, et Moi je protégerai votre Nation sous mon manteau actuellement rempli de grâces. Ecoutez-moi je vous en prie, je vous en supplie ! Je suis votre Mère Céleste, je vous en prie ne me faites pas encore pleurer envoyant tant de mes fils mourir à cause de vos fautes en ne m’acceptant pas et en permettant à Satan d’agir. Je vous aime, aidez-moi, nous avons besoin de vous tous, doux fils » (Apparition de la Vierge dans le jardin familial, pages 76 et 77).

« Cher fils, je vous annonce une douloureuse nouvelle. Satan est sur le point de s’emparer de toute l’humanité, et à présent il cherche à détruire l’Eglise de Dieu par l’intermédiaire de nombreux prêtres. Ne le permettez pas ! Aidez le Saint Père ! Satan sait que son temps est sur le point de finir, parce que Mon Fils Jésus va intervenir. Je vous en prie aidez-moi, ne faites pas intervenir mon fils Jésus, parce que Moi, votre Mère, je veux sauver un grand nombre d’âmes en les faisant revenir vers mon fils, et non les laisser à Satan. Priez parce que Dieu notre Père me concède encore du temps : c’est l’ultime période que me concèdera Dieu. Mon manteau est ouvert à présent à vous tous et rempli de grâces, afin de vous rapprocher tous de mon Cœur Immaculée. Il est sur le point de se fermer, ensuite mon fils Jésus fera retomber sa divine justice. Le Saint Père, mon fils, est en danger, une attaque féroce de Satan, parce que lui, mon vrai et saint fils, est sur le point d’ouvrir les portes des cœurs de la véritable Eglise de Dieu et Satan ne le veut pas. Toi, mon fils, tu dois l'aider. Prie avec le Saint Père le jour du 7 octobre... Ne crains pas s'ils rient de toi, mais rappelles-toi qu'aux yeux de Dieu, notre Père, tu es un fils de prédilection, et qu’il t’a été concédé beaucoup de grâce et d’amour. Rappelles-toi que tu es sanctifié, en ayant accepté avec un véritable amour la volonté divine, tu es une rose pleine de pétales de grâces parfumées. Je t'aime, aimes tout le monde, parce qu’à chaque acte d’amour une âme est sauvée de Satan pour être portée à ton Dieu et notre Père. Je t'aime ! » (Apparition de la Vierge le 30 juillet 1995, pages 72 et 73)

« Mes doux fils de prédilection, je suis très préoccupée. Nous vous avons choisi pour un chemin d’évangélisation, pour m’aider à ramener mes fils perdus à Jésus, et vous faire croître unis dans l’amour familial. Vous êtes en train de vous fatiguer de façon excessive, Dieu ne veut pas cela. Dieu veut sérénité et félicité. Vous fatiguant excessivement vous perdez les forces pour la prière, et ainsi Satan peut vous attaquer. Ne vous préoccupez pas si mes fils ne croient pas vos paroles ; vous priez, parce que seulement en priant vous pouvez les aider à aimer Jésus. Je vous enseigne à prier, mes doux fils. Cherchez-moi chaque moment de la journée, en travaillant, en pensant aux enfants, remerciant Jésus ; tout ceci sont des prières d’amour.
Récitez le Saint Rosaire, arme divine pour chasser Satan, confesser vous au moins une fois par semaine, participez si possible à l’Eucharistie » (Apparition de la Vierge le 6 août 1995 à 7 h 00 du matin, pages 72 et 73).

« Cher fils, je vous aime, mon Amour est un Amour divin plein de lumière du Seigneur. Le Seigneur m’a revêtue de sa lumière et l’Esprit Saint de sa puissance. Mon devoir est de soustraire tous mes fils à Satan et de les ramener à la parfaite glorification de la Très Sainte Trinité. Mon vouloir est que vous vous consacriez tous à mon Cœur Immaculé pour pouvoir vous conduire tous à Jésus, vous cultivant dans mon jardin céleste. Je me présente a vous comme la Vierge des Roses du Cœur Immaculé, Reine du Ciel, Mère des familles, porteuse de paix dans vos cœurs. Convertissez-vous, mes doux fils, parce que le temps est sur le point de finir. Aidez-moi, soyez humbles de cœur, charitables, revenez afin d’être le véritable peuple de Dieu avec un cœur unique qui pulse les rayons de lumière du Seigneur afin de les diffuser dans le monde entier, pour m’aider à détruire les ténèbres. Priez avec amour » (Apparition de la Vierge dans le jardin familial, le 20 août 1995 à 18 h 30, page 72).

« Chers fils, je pleure parce que je suis en train de parler dans toutes les parties du monde, vous donnant des signes extraordinnaires, mais vous ne m’écoutez pas. Je me présente actuellement sous toutes les formes, mais vous ne m’acceptez pas avec un véritable amour dans vos coeur. Mes larmes sont un signe de curiosité pour vous, mais votre coeur reste dur et vous ne permettez pas qu’entre la lumière du Seigneur. Mes doux fils bien-aimés, consacrez-vous à mon Coeur Immaculé, plein d’amour divin. Jésus vous garde jalousement dans son plan divin rempli d’amour. Continuez à être simples, pleins d’amour pour tous. Priez, priez, priez. Je vous en prie, accueillez mon invitation pressante, qu’encore aujourd’hui je vous fais de ce lieu saint que Dieu à consacré, pour toutes les nations du monde. Ouvrez votre coeur et vos bras de la même façon et avec le même amour avec lequel on embrasse son propre fils, pour être prêt à embrasser le Christ dans la splendeur de sa gloire, parce que son grand avènement est sur le point de se produire. Priez et ne vous arrêtez jamais de prier. Mes doux fils aimez-vous, parce que l’amour en Christ mon fils est la clé qui conduit pour entrer par la porte étroite qui conduit au règne de Dieu » (Apparition de la Vierge dans le jardin familial, le 26 août 1995 à 18 h 30, pages 75 et 76).

« Mes fils de prédilection je vous aime et je souffre de vous voir souffrir. Mon Cœur Immaculé transformera en joie immense les souffrances que vous acceptez avec un véritable amour, parce que celles-ci sont des épreuves que le Seigneur Jésus permet. Votre croissance spirituelle est la lumière du Seigneur, Je vous suis personnellement vous guidant par la main comme des enfants parce qu’ainsi vous êtes et ainsi devez rester. A travers vous je peux diffuser la lumière de la foi en ces jours de grande apostasie. Vous êtes la lumière du Seigneur, parce vous êtes des enfants totalement consacrés à moi. Laissez-vous guider par moi avec beaucoup d’amour, un amour vrai que vous avez pour Jésus Eucharistie. Je me réjouis parce que vous êtes simples et humbles et vous vous laisser guider comme un brin d’herbe déplacé par le vent…Moi votre Mère Céleste, Vierge des Roses, Reine du Ciel, Mère des familles, porteuse de paix dans vos cœurs, si vous m’écoutez avec un véritable amour, et répondez à mes demandes en marchant sur la route que je vous trace dans l’esprit et dans le cœur, par votre intermédiaire Moi je peux réaliser le grand Dessein Divin du grand triomphe de mon Cœur Immaculé. Je vous aime tous. Aimez vous tous. Pardonnez toujours à tous comme Jésus le fit toujours même quand ils le crucifièrent » (Apparition de la Vierge le 8 septembre 1995 à 9 h 10 du matin, page 79).

« Mes chers fils, je vous aime tous, soyez très doux ; si seulement vous réussissiez à comprendre dans votre cœur combien est grand l’Amour que nous avons tous pour vous, vous ne résisteriez pas à la félicité. Je suis votre Maman Céleste et je me suis présentée à vous, en cette douce ville, comme Vierge des Roses du Cœur Immaculé. Dieu notre Père m’a placé avec sa gloire et avec son Amour Divin comme Reine pleine de grâce pour vous tous. Précisément par son Amour infini il créa chaque chose, et quand il vit que ses propres fils étaient tombés dans le péché il se fit lui-même par l’œuvre du Saint Esprit créature de Moi par sa Divine Miséricorde et je conçus Jésus, mon fils unique généré dans la chair par l’œuvre de Dieu, duquel toutes les choses ont été sauvées avec sa même mort en Croix, une mort d’infini Amour et Miséricorde qu’il a pour tous ses fils. Mes doux fils, je suis contente du fait de voir croître en cette ville des petits groupes de prière et tant de conversions, mais j’ai besoin de beaucoup de prière pour les fils obscurcis par les ténèbres, afin que beaucoup retournent à Jésus pour vaincre le mal et faire triompher mon Cœur Immaculé. Ceci est le devoir que Dieu notre Père m’a concédé : sauver toutes les âmes et les amener à Jésus. Je vous en prie, écoutez-moi. Allez chez l’évêque et dites lui : ‘réunis tes prêtres’ et demande leur de consacrer, pour l’amour de Dieu, leur paroisse et les familles à mon Cœur Immaculé ; et toi, comme apôtre de Dieu, élève toutes les Consécrations en une unique Consécration de toute la ville à mon Cœur Immaculé, parce qu’ainsi nous pouvons marcher ensemble, ayant achevé la Consécration que déjà vous avez reçu en Jésus par le Baptême. Ainsi, cette ville pourra devenir une vallée de grâces pour tout le monde, et chasser Satan » (Apparition de la Vierge le 7 décembre 1995 à 11 h du matin).

« Mon devoir est terminé, adorez Dieu et remerciez-le de cette grâce qu’il vous a donné ainsi qu’à toute l’humanité, et pour l’immense amour qu’il a pour tous ses fils et pour son Eglise, en union au Fils et à l’Esprit Saint, qui m’a envoyé, Moi votre Mère, Vierge des Roses pour vous rappeler avec Amour et vous ramener sur sa route. Aimez-vous et soyez porteurs de paix, croisez dans la foi. Moi je m’en vais, mais mon fils Jésus et frotre frère restera toujours avc vous dans tous les tabernacles de l’Eglise et vivra toujours à l’intérieur de vous, si vous voudrez, vous nourrisant et vous guidant avec sa parole et par l’intermédiaire de l’Esprit Saint, portant toute son Eglise alla sanctification jusqu’à arriver à son Règne et à votre Règne » (Dernier message).


Dernière édition par Joannes Maria le Jeu 16 Sep 2010 - 0:35, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CARACTERE IMMINENT DE LA SECONDE VENUE DU SEIGNEUR

Message  Marlène le Dim 12 Sep 2010 - 7:29

@ Joannes Maria

Merci pour la diffusion de ces Messages. Puissions-nous mettre à profit, pour nous-mêmes et pour le monde, ces conseils et exhortations de notre Mère.
Que Dieu vous bénisse.
avatar
Marlène
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2587
Date d'inscription : 01/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum