AVERTISSEMENTS DU CIEL - APPARITIONS DE JACAREI : LES DOULE OULEURS MENTALES DE JESUS
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

AVERTISSEMENTS DU CIEL - APPARITIONS DE JACAREI : LES DOULE OULEURS MENTALES DE JESUS

Aller en bas

AVERTISSEMENTS DU CIEL  - APPARITIONS DE JACAREI  : LES DOULE             OULEURS MENTALES DE  JESUS Empty AVERTISSEMENTS DU CIEL - APPARITIONS DE JACAREI : LES DOULE OULEURS MENTALES DE JESUS

Message  HUBERT Jeannine Sam 20 Fév 2021 - 9:30

@ M. L'Admin. et @ TOUS : RARE :

AVERTISSEMENT DU CIEL - APPARITIONS DE JACAREI :

LES DOULEURS MENTALES DE JESUS DANS SA PASSION

REVELEES A SAINTE CAMILA BATISTA VARANI




Avertissements du ciel | Apparitions de Jacareí
Avertissements du ciel | Apparitions de Jacareí [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] DEPUIS LE 7 FÉVRIER 1991, NOTRE DAME, NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST ET BEAUCOUP DE SAINTS ET D'ANGES APPARAÎT CONSTAMMENT AU JEUNE MARCOS TADEU DANS LA VILLE DE JACAREI, SÃO PAULO , BRÉSIL ET COMMUNIQUER DE NOMBREUX MESSAGES AU MONDE. CE SONT LES APPARENCES LES PLUS INTENSEES DE L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ ET NOTRE DAME A DIT QUE C'EST VENU APPELER LE MONDE À LA CONVERSION POUR LA DERNIÈRE FOIS.

Messages Jacareí par annéeApparitions de Jacareí
Les douleurs mentales de Jésus dans sa passion - révélées à Sainte Camila Batista Varani








Les douleurs mentales de Jésus dans sa passion

INTRODUCTION

Camilla Battista Varani, fille de Jules César, O SEIGNEUR de Camerino, sœur Clarissa du monastère de Santa Maria Nova (aujourd'hui Santa Clara) à Camerino, a écrit ce bref traité par ordre exprès de Jésus, en août 1448, et adressé à Sœur Peaceful Benedetti, puis son abbesse.


L'origine de ce travail est racontée par elle-même L' utora dans son THE utobiografia [1] . Voici ce qu'elle nous dit: «Un jour, je m'étais à peine mis en prière, puis on m'a dit:« Va écrire ces douleurs mentales de la Passion que tu connais ». Je me suis excusé et j'ai dit: «Mon Seigneur, je ne sais même pas par où commencer. Car je ne veux nullement dire que ces choses sont à moi. On m'a dit: "Commencez comme ceci: il y avait une âme très désireuse de se nourrir ..." et etc ... "Et deux pages m'ont été dictées.


Je me suis vite levé et j'ai obéi à cet ordre. Les mots étaient si abondants pour moi que je ne pensais pas à ce que je voulais dire ».


La Bienheureuse, dans sa profonde humilité, termine par une réflexion amère: «Comme cette nouvelle a été douloureuse pour moi, presque comme si Jésus voulait me dire:« Je vois que le récipient de votre âme est très sale. Alors, expirez le baume de mes douleurs mentales, étendez-le sur les autres, parce que cela vous infecte, ils ne peuvent plus plaire… «C'est pourquoi je les ai écrits» [2] .


LA DOULEUR MENTALE DE JÉSUS DANS SA PASSION


Les pages suivantes se réfèrent aux douleurs mentales (douleurs de l'âme, du cœur) du Christ béni.


De retour d'Urbino à Camerino, j'ai parlé à mes co-sœurs à plusieurs reprises, pour leur consolation et la mienne. J'ai dit que j'avais entendu ces considérations d'une religieuse d'Urbino, pour qu'ils ne pensent pas que c'était de la farine de mon sac. Sœur Pacifica m'a demandé à maintes reprises de les mettre par écrit. Il tarda, disant qu'il n'écrirait qu'après la mort de cette sainte sœur.

Lorsque, par ordre exprès de Jésus, je me préparai à écrire, j'adressai ces pages à sœur Pacifica Benedetti, qui était alors mon abbesse. J'ai écrit que j'avais reçu la révélation d'une pieuse religieuse d'Urbino. Pour rendre hommage à la fiction, il ne cessait de répéter: "cette âme sainte, cette âme bénie ... me l'a dit".


*******************


Ces considérations très dévouées sur les douleurs mentales de Jésus-Christ dans sa Passion ont été communiquées par Dieu lui-même, par sa miséricorde et sa grâce, à une sainte religieuse de notre Ordre de Santa Clara.


Cette sœur me parlait souvent. Je les dirige fidèlement vers l'utilité des âmes amoureuses de la Passion de Jésus-Christ.


La première douleur mentale de Jésus : pour les âmes perdues

Il y avait une âme très désireuse de se nourrir et de se remplir des aliments les plus aimants de la Passion du Jésus le plus aimant et le plus doux, qui, après de nombreuses années de prière ardente, par sa grâce admirable, fut introduite par Jésus lui-même dans le plus beau mer de son cœur. amoureux.


Elle m'a dit - enfin - que Jésus l'avait immergée maintes fois dans cette immense mer, au point de la faire supplier: "Non plus, Seigneur, pas plus, que je ne supporte pas tant de souffrances". Ceci, je crois, car Jésus donne toujours avec abondance et gentillesse à ceux qui le lui demandent avec humilité et persévérance.


Cette âme bénie m'a dit que dans la prière j'ai demandé à Dieu à plusieurs reprises avec une grande intensité: «O mon Seigneur, je vous demande de m'introduire dans le thalamus le plus saint de vos douleurs mentales. Plongez-moi dans cette plus belle mer, car là je souhaite mourir si vous l'aimez, douce vie et mon amour. Dis-moi Jésus, mon espoir: quelle a été la douleur de ton cœur aimant?


Et Jésus béni lui dit: «Savez-vous combien ma douleur était grande? C'était formidable comme l'amour que j'ai pour les êtres humains ».


Cette religieuse m'a confié que Dieu lui avait déjà fait comprendre, dans la mesure du possible, l'immensité de son amour pour les êtres humains. Il m'a révélé des choses si belles et pieuses; mais il me faudrait beaucoup de temps pour les écrire.


Quand le Seigneur lui dit: «Aussi grande était la douleur, aussi grande est l'Amour que j'ai pour les êtres humains», en raison de l'intensité de l'amour que Dieu lui communiquait, il tomba dans le délire; elle était contrainte de soutenir sa tête à cause de la fatigue qui lui serrait le cœur. Ce n'est qu'après un long moment qu'il a retrouvé ses forces et a ensuite demandé: "Oh mon Dieu, tu m'as dit combien ta douleur était grande, dis-moi maintenant combien de douleurs as-tu souffert dans ton cœur?"


Et Jésus lui répondit gentiment: «Tu sais, ma fille, elles étaient innombrables et infinies, car innombrables sont les âmes qui se séparent de moi à cause du péché. Ce sont des membres qui se détachent de moi, de leur Tête, autant de fois qu'ils pèchent sérieusement. C'est la peine la plus cruelle dont je souffre dans mon cœur: la désarticulation de mes membres. Pensez à la douleur atroce de celui qui est martyrisé, dont les membres sont arrachés. Considérez que le martyre était à moi, à la vue de tant d'âmes perdues, séparées de moi.


La séparation d'un membre spirituel est d'autant plus douloureuse que l'âme est plus précieuse que le corps. La préciosité de l'âme que ni vous ni personne ne pouvez pleinement comprendre. Seulement je connais la noblesse de l'âme et la misère et la misère du corps; parce que seulement j'ai créé l'un et l'autre. Ni vous ni aucune autre créature ne pourrez comprendre la torture très cruelle subie par la séparation de membres si chers à moi.


Plus le péché est grave, plus ma pitié est atroce. Sachant que leur volonté perverse sera éternelle et, par conséquent, leur tourment éternel, l'angoisse qui traversa mon cœur était immense. Ces âmes bien-aimées ne seront jamais unies et conjuguées à moi, votre Tête. Ce «jamais, jamais, plus jamais» est ce qui tourmente et tourmentera éternellement, plus que toute autre souffrance, ces âmes malheureuses.


Ce «jamais, jamais» m'a causé une punition si sévère, que j'aurais choisi de vivre, non seulement une fois, mais des temps infinis, toutes les séparations qui étaient, qui sont et seront. Vous les vivriez tous pour donner, même à une seule âme, le bonheur de rejoindre les élus qui vivront pour toujours dans l'esprit de la vie, venant de moi qui donne la vie à chaque être vivant.


Considérez combien une âme m'est précieuse si, pour la rapprocher de moi, je voudrais vivre toutes mes peines, non pas une fois, mais des temps infinis. Et ce «jamais, jamais» afflige tellement ces pauvres âmes qu'elles subiraient mille pénalités infinies pour pouvoir me rejoindre, leur Tête, pour une fois ou au moins pour un instant. L'intensité de la peine est donc proportionnelle à la gravité de la faute. Ainsi était ma souffrance de la séparation.


Comme ce «jamais, jamais» m'a affligé plus que tout, ma justice veut que ce «jamais, jamais» tourmente les perdus pour toujours plus que tout autre mal. Pensez au nombre de souffrances qui se sont répercutées dans mon cœur pendant ma passion jusqu'à ma mort pour toutes les âmes perdues ».


Puis - de sorte que cette âme bénie continue - un fort désir est né dans mon âme, par inspiration divine, d'exposer ma perplexité. C'est pourquoi, avec beaucoup de crainte et de respect, et avec beaucoup de simplicité et de confiance, je lui ai dit: «Ô mon doux et douloureux Jésus. J'ai entendu dire que vous, mon Dieu passionné, ressentiez en vous la douleur de tous les perdus. Je voulais savoir si vous souffriez vraiment de tous les tourments de l'enfer comme: le froid, la chaleur, le feu, les spasmes des membres battus et brisés par les esprits infernaux. Dites-moi, mon Seigneur: avez-vous ressenti tout cela? Mon Jésus, fais fondre mon cœur rien qu'en pensant à ta grande gentillesse. Vous parlez avec tant de douceur et de condescendance à ceux qui vous cherchent et vous veulent!


Alors Jésus, bienveillant, lui répondit gracieusement et il lui sembla que ses questions ne lui déplaisaient pas. «Ma fille, je n'ai pas ressenti tous les tourments des perdus comme tu l'as dit, car c'étaient des membres morts, enlevés à moi, ta Tête. Voici un exemple: si vous aviez une main ou un autre membre arraché de vous, vous ressentiriez une grande douleur indescriptible, en étant coupé ou pincé. Mais quand ce membre était complètement séparé, même s'il était battu, incendié, déchiré par des chiens et des loups, vous ne ressentiriez aucune douleur, car c'est un membre mort, putride, complètement séparé du corps. Vous pleureriez, cependant, de le voir battu, brûlé, dévoré, etc., car c'est votre chair.


C'était donc pour moi. Pendant que la séparation durait, mais avec l'espérance de vie, j'ai ressenti en moi une pitié infinie et aussi tous les efforts que ces âmes ont souffert dans cette vie; car même leur mort n'a pas diminué l'espoir qu'ils pourraient me rejoindre. Mais après la mort, je n'ai plus ressenti de pitié, car alors ils étaient des membres morts, séparés et à jamais exclus de vivre en moi, la vraie Vie. Une profonde souffrance, cependant, voyait dans le feu éternel, parmi des tourments indescriptibles, des âmes qui étaient mes membres.


C'est la douleur mentale que j'ai subie pour les perdus ».


deuxième douleur mentale de Jésus : pour les élus

« L'autre douleur qui a traversé mon cœur était pour les élus. Vous savez, ma fille, la même douleur que j'ai goûtée pour les perdus m'a déchiré aussi pour les élus, parce qu'en péchant mortellement, ils se sont temporairement séparés de moi. Combien était mon amour pour les membres élus, qui avec de bonnes œuvres m'ont rejoint - leur vie - et se sont séparés de moi par le péché, la douleur que j'ai ressentie aussi.


Ma douleur ne différait de celle que je ressentais pour les perdus qu'en ceci: pour les perdus, les membres morts et déconnectés de moi, je n'avais aucune pitié; avec les élus, dans la vie et après la mort, partageaient toutes les souffrances et amertumes, c'est-à-dire les tourments de tous les martyrs, les pénitences de tous les pénitents, les tentations des tentés, les maladies, les persécutions, les exilés, etc. J'ai vivement ressenti toute la pitié des élus, comme vous ressentiriez si un œil, une main, un pied étaient percés.


Pensez au nombre de martyrs et au nombre de tortures subies par chacun, au nombre de souffrances de tous les élus et à la variété de leurs peines. Si vous aviez mille yeux, mille mains, mille pieds et mille autres membres et que chacun sentait mille plumes, ne serait-ce pas une torture raffinée?


Mes membres, ma fille, n'étaient ni mille ni mille, mais infinis. Les diverses peines n'étaient pas des milliers, mais infinies, car les souffrances des martyrs, des vierges, des confesseurs et de tous les autres élus étaient innombrables.


Comme vous ne pourrez jamais comprendre quelles et combien sont les formes de béatitude et de gloire et les prix préparés au Paradis pour les justes, il ne vous est donc pas possible de comprendre quelles et combien sont les peines mentales subies par moi par les élus. Car la justice divine, la béatitude, la gloire et les prix seront proportionnés aux peines subies.


J'ai ressenti en quantité et en qualité toute l'intensité des pénalités que les justes ont subies au purgatoire. C'est parce que les élus n'étaient pas des membres putrides, séparés de moi comme des perdus. C'étaient des membres vitaux qui vivaient en moi, Esprit de Vie, prévenus par ma grâce et ma bénédiction.


Comme vous ressentiriez une douleur vivante pour chaque coup ou déchirure infligée à un de vos membres, qui est disloqué et brisé jusqu'à ce qu'il soit mis en place, alors j'ai ressenti en moi tous les tourments que mes élus ont subis au Purgatoire, parce qu'ils étaient vivants et destiné à me rejoindre, votre Tête.


Entre les peines infernales et celles du purgatoire, il n'y a que cette différence: celles-ci sont éternelles et celles-ci sont temporaires; au purgatoire les âmes souffrent volontiers, avec joie et paix, me rendant grâce, justice suprême. Cela voulait vous parler de la peine mentale subie par les élus ».


Que Dieu souhaite que je puisse me souvenir des paroles pieuses que j'ai entendues de cette âme sainte tandis que, pleurant amèrement, il m'a dit qu'il était capable de comprendre - dans la mesure où cela plaisait au Seigneur - la gravité et l'horreur du péché. Combien de pitié, combien de martyre il avait donné son Jésus le plus aimant, se séparant de lui, bien suprême, pour s'unir aux choses viles de ce monde!


Je me souviens que, parmi tant de larmes, il s’exprimait ainsi: «Ô mon Dieu, comme je vous ai donné des plumes grandes et infinies, sauvez-moi, que je suis un condamné. O Seigneur, je n'aurais jamais péché, même véniel, si j'avais su à quel point le péché t'offense. Cependant, je sais que je ferais encore pire, si votre main ne me soutenait pas. Il y a tellement de vos plumes, mon doux et bienveillant Seigneur, que vous ne ressemblez plus à un Dieu, mais plutôt à un «enfer» de plumes aimantes ». Donc, pour une sainte simplicité, cette âme bénie l'appelait souvent.


La troisième douleur mentale de Jésus : pour la Sainte Vierge, sa mère

Ainsi, le Jésus le plus aimant et le plus béni a continué: «Écoutez, ma fille. Je dois vous dire des choses très aimantes; la douleur de ma Mère Immaculée était le poignard acéré qui passait et me transperçait l'âme. Elle était aussi affligée et aigrie par ma passion et ma mort qu'aucune personne vivante ne l'a été ou ne le sera.


Voilà pourquoi au Paradis nous [3] Elevate Marie, sublimés et récompensé sur tous les humains et les créatures angéliques. On fait toujours ça. Plus la créature est humiliée, affligée, anéantie dans ce monde par mon Amour, plus la justice divine est élevée et glorifiée dans le Royaume des Cieux.


Comme dans ce monde il n'y avait personne de plus en détresse que ma très sainte Mère, il y a donc au Ciel et il n'y aura jamais quelqu'un comme elle dans la gloire.


De même que sur la terre ma Mère n'a été la deuxième que moi dans les afflictions et les chagrins, de même au Ciel en puissance et en gloire, mais sans ma divinité, dont nous, Père, Fils et Saint-Esprit, partageons seulement. Toutes les souffrances et les peines que moi - homme Dieu - endurées, ma Mère bien-aimée les a aussi souffertes, moi à un degré plus élevé et plus parfait, parce que Dieu et l'homme, et elle comme une simple créature.


Sa douleur m'a tellement affligée que, si elle plaisait à mon Père éternel, je choisirais de ressentir deux fois tous les tourments de la Passion afin d'éliminer de ma Mère toute souffrance. Mais, bien que j'implore mon Père céleste avec d'innombrables larmes pour cette grâce, elle ne m'a pas été accordée, car mon martyre infini devrait se produire sans aucune consolation ».


Alors cette sainte religieuse m'a fait confiance, sœur Baptiste, qui lui brisait le cœur, vu l'immense douleur de la Vierge la plus glorieuse, et ne pouvait rien murmurer d'autre que ces mots: «O Mère de Dieu, je ne veux plus t'appeler Mère de Dieu, mais Mère des douleurs, Mère des douleurs, Mère de toutes les afflictions qui ne peuvent être ni dites ni pensées. Si votre Fils est un abîme de douleur, quel autre nom puis-je vous appeler, autre que la Mère des douleurs?


Et ainsi de suite: «Plus rien, mon Seigneur, plus rien! Ne parlez plus des douleurs de votre bienheureuse Mère, car je regrette de ne pouvoir les supporter. Cela me suffit toute ma vie, même si j'aurais dû vivre mille ans ».


Quatrième douleur mentale de Jésus : pour le disciple amoureux de Magdalene

Jésus, voyant cette religieuse dans une telle détresse, n'insista plus sur les douleurs de sa mère et commença à dire: «Pouvez-vous mesurer les douleurs que j'ai éprouvées par les douleurs et les afflictions de ma disciple bien-aimée et chère fille Marie-Madeleine? Ni vous ni les autres ne pourrez comprendre ma perfection, Maître amant, et sa dilution et sa bonté, disciple bien-aimé. Peut-être que quelqu'un qui aimait quelqu'un et était réciproque pourrait comprendre quelque chose, s'il avait l'expérience d'un amour saint et spirituel. Mais un tel amour parfait n'existe pas sur terre car il n'y aura plus un tel Maître et même un tel disciple.


À part ma très sainte Mère, il n'y a personne qui a le plus souffert de ma passion et de ma mort, comme Marie-Madeleine. Si ma Sainte Mère était là, après ma Résurrection, je lui apparaîtrais, devant Madeleine. Comme Magdalene était la plus affligée après ma bienheureuse Mère, ainsi, après ma plus douloureuse Mère, elle était la plus réconfortée.


Dans le doux repos dont Jean, «mon disciple bien-aimé», a joui sur mon cœur le plus sacré lors de la dernière Cène, je lui ai fait prévoir ma glorieuse résurrection et l'immense fruit donné aux hommes par ma passion et ma mort. Bien que Jean ait souffert plus que tous les autres disciples, ne pensez pas que sa douleur ait dépassé celle de la Madeleine amoureuse. Elle n'avait pas la capacité de comprendre les choses hautes et profondes comme Jean, qui, bien que souffrant, n'a pas empêché ma passion et ma mort, car il savait le grand bien qui viendrait après.


Ce n'était pas comme ça pour Madalena. En me voyant mort, il lui sembla que le ciel et la terre manquaient, car je n'étais que son espoir, sa paix et toute sa consolation. Elle, `` sans ordre ni mesure '', m'aimait, donc `` sans ordre ni mesure '' était sa douleur, que je connaissais et ressentais pleinement dans mon esprit, parce que j'ai reçu d'elle toute la tendresse qui peut venir d'un amour saint et spirituel ; elle m'aimait désespérément.


Mes disciples, pas encore détachés des choses terrestres, sont retournés à leurs filets, mais ce saint pécheur n'est pas revenu au monde, mais totalement enflammé et enflammé de saint désir, ne pouvant plus me voir vivant, elle m'a cherché anxieusement mort. Aucune créature ne pouvait donc aimer et jouir, sauf son Maître, vivant ou mort.


Vous voyez que, pour me trouver mort, Madalena a même quitté la compagnie et la présence vivante de ma Mère la plus aimée, qui est la plus belle que l'on puisse avoir dans ce monde. Pour Madalena, rien n'est apparu, pas même la vision et les douces conversations avec les Anges. Ainsi, chaque âme, lorsqu'elle m'aime intensément, ne reste pas tranquille et ne se repose avec aucune autre présence, mais seulement en moi, son Dieu bien-aimé.


Si grande était la douleur de mon disciple bien-aimé, que plusieurs fois je serais mort si je ne la soutenais pas avec ma Force et ma Grâce, son immense douleur résonna dans mon cœur passionné et intensifia mes douleurs. Cependant, je n'ai pas permis de soulager tant de souffrances, car je voulais faire d'elle ce qu'elle était vraiment: l'apôtre des apôtres. C'est elle, en fait, qui a annoncé la vérité de ma glorieuse Rédemption aux Apôtres, comme ils l'ont fait plus tard à tout le monde.


Je voulais en faire, comme je l'ai fait, un modèle, un miroir et une norme de vie contemplative vécue dans la solitude et le secret. Dans cette contemplation cachée, Madalena a vécu trente-trois ans, ressentant et appréciant les derniers effets de l'amour, combien il est possible de jouir et de ressentir dans cette vie mortelle ».


Cinquième douleur mentale de JÉSUS : pour les disciples bien-aimés

« Une autre douleur qui a blessé mon âme a été le souvenir du Collège des Apôtres; piliers du ciel, fondement de mon Église, petite brebis sans berger. Je les ai vus marcher dispersés, j'ai senti toutes les plumes et les martyres qui dureraient pour moi. Jamais un père n'a aimé ses propres enfants, ni frère à frère, ni maître de ses propres disciples, comme j'ai aimé mes très chers enfants, frères et disciples, les apôtres.


Bien que j'aie toujours aimé et aimé toutes les créatures avec un amour infini, j'aimais toujours les frères avec lesquels j'ai vécu avec un amour particulier. Ainsi, mon âme passionnée a souffert pour eux particulièrement de douleur. Plus pour eux que pour moi, j'ai répété ces paroles amères: «Mon âme est triste jusqu'à la mort».


Il les a laissés privés de leur père et maître; cette séparation m'a tellement bouleversée, presque comme une seconde mort. Il serait très difficile pour quiconque de ne pas pleurer, de se souvenir et de méditer sur les douces paroles que j'ai adressées à mes apôtres dans le dernier discours du souper d'adieu. Ces mots coulaient du fond de mon cœur. Il semblait qu'ils voulaient éclater dans la poitrine à cause de l'amour.


J'ai vu qui serait crucifié vivant à cause de mon nom, qui serait écorché vif, qui serait décapité, tous ceux qui, pour moi, subiraient de cruels martyres. Cette vue a été très douloureuse pour moi.


Et Jésus a continué: «Pensez, ma fille, combien vous souffririez si une personne que vous aimez sainte, était blessée et maltraitée à cause de vous. Mais moi, pour mes apôtres, j'étais une cause non seulement de blessure, mais d'atroces tortures et de mort; pas seulement pour un, mais pour tout le monde. Aucune image ne peut vous montrer l’ampleur de ma douleur. »


Sixième douleur mentale de Jésus : pour le disciple bien-aimé Judas, le traître

« Une autre douleur intime a transpercé mon cœur passionné. Un couteau à trois pointes très tranchantes et empoisonnées pénétra mon âme amère: l'ingratitude et la perfidie de mon traître disciple Judas, que j'aimais tant; la dureté et l'oubli de mon peuple élu et préféré, le peuple juif, la cécité et la méchanceté de toutes les créatures qui ont existé, existent et existeront.


Considérez combien j'ai eu pitié de l'ingratitude de Judas; Je l'avais choisi parmi le nombre de mes apôtres, j'ai pardonné tous ses péchés, j'ai fait de lui un faiseur de miracles, un dispensateur des biens de notre famille apostolique. Je vous ai toujours montré un amour particulier pour vous détourner de vos mauvais desseins. Mais plus je lui vouais d'amour, plus il inventait une trahison. Quelle était la cécité et la dureté de son cœur! Quand, humblement et avec amour, je me suis prosterné devant lui pour lui laver les pieds, mon cœur ne peut réprimer des pleurs pleins d'amertume.


Et des fleuves de larmes chaudes sortirent de mes yeux, tandis que mon âme ne cessait de dire: «Ô Judas, qu'ai-je fait pour que tu me trahisses? O Judas, malheureux disciple, c'est le dernier signe d'amour; pourquoi vous éloignez-vous de votre père et maître? O Judas, si tu veux trente deniers, pourquoi ne vas-tu pas chez ma mère et moi? Elle se vendra pour vous libérer vous et moi de ce grand danger et de cette mort. O disciple ingrat, je te baise les pieds avec tant d'amour et toi, avec une vile trahison, embrasseras-tu ma bouche? Quel changement! Je pleure à votre destin, cher et cher fils, pas à ma passion et à ma mort, car c'est pourquoi je suis venu dans ce monde.


Je lui ai adressé ces paroles et des paroles similaires avec mon cœur, arrosant ses pieds de larmes abondantes. Mais il ne s'en est pas rendu compte, car j'étais à genoux devant lui, la tête baissée en me lavant les pieds, et mes longs cheveux couvraient mon visage de larmes.


Mais mon disciple bien-aimé Jean, qui a accompagné et noté chacun de mes actes, a bien compris mon cri d'amour. Il a compris que chacune de mes larmes venait de la tendresse de l'amour. En tant que père, proche de la mort, veut rendre un service extrême à son fils unique, moi aussi. J'ai lavé et baisé les pieds de Judas, mon fils, et avec une grande tendresse je les ai approchés et les ai tenus près de mon visage le plus sacré.


João, un aigle qui vole plus haut que tout, plus mort que vivant à cause de la stupeur et de l'admiration, a gardé tous mes gestes. Âme très sensible, il était le dernier avant que je ne m'agenouille pour lui laver les pieds. Quand il m'a vu par terre, il m'a serré dans ses bras et s'est tenu près de moi, fusionnant ses larmes avec les miennes. Sans parler, il me parla en disant: «Ô cher maître, frère, père, mon Seigneur et mon Dieu, comment pourriez-vous laver et baiser les pieds de ce chien traître de votre bouche la plus sacrée? O mon Jésus, cher maître! Vous nous laissez un exemple parfait, mais nous les pauvres, que ferons-nous sans vous, qui sommes tout notre bien? Que ferez-vous, que dira votre malheureuse Mère quand je vous parlerai de votre infinie humilité? Votre gentillesse me brise le cœur. Pourquoi voulez-vous laver ces pieds pleins de boue et de poussière et voulez-vous les embrasser avec votre bouche la plus douce? Oh mon Dieu, ces nouveaux signes d'amour sont certains signes d'une douleur infinie pour moi ». Ayant dit ces mots et d'autres, qui feraient bouger un cœur de pierre, avec une grande honte et respect, João a abandonné ses pieds entre mes mains et s'est laissé laver ».


Et se tournant toujours vers cette sainte religieuse, Jésus a conclu ainsi: «Je vous ai dit ces choses pour vous faire comprendre la douleur profonde qui m'affligeait pour l'ingratitude de Judas, le traître, qui récompensait avec un vil oubli les signes d'une préférence particulière qu'il a toujours donné jusqu'à la dernière heure ».


La septième douleur mentale de Jésus : pour sonpeuple juifpréféré

« Pensez, ma fille, combien j'ai affligé et percé mon âme de l'ingratitude et de l'obstination du peuple juif. Je l'ai fait grand; peuple saint et sacerdotal, choisi comme ma part et mon héritage sur tous les peuples de la terre. Je l'ai libéré de l'esclavage de l'Égypte, des mains de Pharaon. Je l'ai guidé pieds secs à travers la mer Rouge. Je suis allé vers lui une colonne de nuages ​​le jour et de la lumière la nuit, je l'ai nourri pendant quarante ans avec de la manne. Sur le mont Sinaï, je vous ai donné la loi sainte; Je l'ai rendu victorieux contre ses ennemis. Au milieu de ce peuple, j'ai pris chair humaine; tout au long de ma vie, je les ai éduqués, leur enseignant le chemin du Ciel, pendant ces années j'ai fait beaucoup de miracles pour eux: j'ai éclairé les aveugles, j'ai entendu les sourds, j'ai guéri les paralytiques et enfin j'ai redonné la vie aux morts.


Quand j'ai réalisé qu'avec tant de fureur, ils invoquaient la libération de Barabbas et voulaient que je sois crucifié et tué, j'ai eu l'impression que mon cœur explosait.


Quiconque n'en fait pas l'expérience ne peut comprendre, ma fille, combien il est déchirant de recevoir tout le mal précisément de ceux à qui tout bien a été donné. Comme il est dur et amer d'entendre hurler à haute voix: «Salut! Vivant!' pour ceux qui méritent mille plumes et «crucifient, crucifient - mourront, mourront» pour ceux qui sont innocents et bienfaiteurs ».


Huitième douleur mentale de Jésus: pour l'ingratitude de toutes les créatures

Cette âme sainte m'a confié que je ressentais dans mon cœur des sentiments de grande humilité et confessais sincèrement à Dieu et à toute la cour céleste que j'avais reçu plus de dons et d'avantages que Judas et que tout le peuple juif réuni. Pire et plus ingrate qu'elle ne l'était d'avoir trahi Jésus; plus cruelle et obstinée que les élus ingrats, elle l'avait crucifié et mis à mort.


Considérant cela, cette sainte religieuse a placé son âme spirituellement sous les pieds de Judas perdu et maudit, et de ce lieu abyssal elle a crié et pleuré vers son Seigneur bien-aimé: «Ô mon bien-aimé Jésus, comment puis-je remercier tout ce que tu as souffert pour moi ? Je t'ai traité mille et mille fois pire que Judas. Tu as fait de lui ton disciple, et moi, ta fille et ta femme. Tu lui as pardonné ses péchés et à moi, pour ta bonté et ta grâce, tu as tout pardonné, me rendant ma première innocence [4] . Vous avez fait de lui un dispensateur de choses matérielles et moi, ingrat, vous avez dispensé tant de dons et de grâces de votre trésor spirituel. Vous lui avez donné le don des miracles, et pour moi vous avez accompli le miracle suprême de me conduire volontairement à ce lieu saint [5] .


Ô mon Jésus, je vous ai vendu et vous ai trahi non pas une seule fois, mais mille fois à l'infini. Ô mon Dieu, tu le sais: pire que Judas t'ait trahi par un baiser quand, sous le couvert de l'amitié spirituelle, je t'ai quitté et approché des appels de la mort. Si vous étiez si affligé par l'ingratitude du peuple hébreu, combien plus n'avez-vous pas souffert à cause de moi! Parce que je t'ai traité plus mal, après avoir reçu de toi, mon vrai bien, tant de grâces et d'avantages. Mon doux Seigneur, je te remercie de tout mon cœur de m'avoir tiré de l'esclavage du monde, du péché, des mains du cruel pharaon, un démon infernal qui dominait ma pauvre âme à son gré! Tu m'as guidé, mon Dieu, les pieds secs à travers les eaux de la mer des vanités mondaines.


Par ta grâce je suis passé dans la solitude du désert, dans ce cloître. Ici, vous m'avez souvent nourri de votre plus douce manne, riche de toute bonne saveur. Tous les plaisirs du monde m'ont rendu nauséeux, proche de la moindre de vos consolations spirituelles. Je te remercie, mon Père très bienveillant, qui souvent avec ta bouche la plus douce sur le mont Sinaï, de sainte prière, m'a donné la Loi, écrite du doigt de ton Amour sur les tablettes de mon cœur très dur et rebelle.


Je te remercie, mon Rédempteur le plus bienveillant, pour toutes les victoires que tu m'as données contre mes ennemis, les vices capitaux. C'est seulement de vous et par vous que j'ai obtenu ma victoire aujourd'hui; de ma méchanceté et du peu d'amour que je vous donne, ô mon Dieu, est dû à chacune de mes défaites. Toi, Seigneur, tu es né par grâce dans mon âme, tu m'as donné ta lumière, lumière de vérité, chemin pour t'atteindre, vrai paradis.


Dans les ténèbres et les ténèbres du monde, tu m'as fait voir, entendre, parler et marcher dans ta lumière. Parce que j'étais vraiment aveugle, sourd et muet pour toutes les choses spirituelles. Vous m'avez élevé en vous, la vraie Vie, qui donne vie à chaque créature vivante.


Mais, ô Dieu , et R mon édenteur qui t'a crucifié? Moi. Qui t'a tourmenté à la colonne? Moi, qui t'a couronné d'épines? Moi, qui vous a donné à boire du fiel et du vinaigre? JE."


Avec des réflexions similaires sur la douleur subie par Jésus, cette âme bénie a conclu en disant: «Ô mon Jésus, savez-vous pourquoi je vous dis cela? Parce que la lumière de ta grâce m'a fait comprendre que tu souffres bien plus de mes péchés que toutes les lacérations qui tourmentaient alors ton corps le plus sacré.


Mon Dieu, ne m'en parlez pas plus sur les douleurs causées par l'ingratitude des hommes, car votre lumière m'a éclairé pour connaître, au moins en partie, mon immense ingratitude. Je considère, par votre inspiration et votre grâce, combien vous avez fait souffrir toutes les créatures ensemble. A cet égard, mon esprit est animé par votre immense et patiente Charité. Votre gentillesse ne se lasse jamais de pourvoir pour nous, vos créatures les plus ingrates, la nourriture de tous nos besoins spirituels et corporels.

Comme nous ne pouvons jamais connaître pleinement les innombrables choses que vous, mon Dieu, avez faites au ciel, sur terre, dans l'eau et dans l'air pour nous, les créatures les plus viles, nous ne pourrons jamais comprendre notre ingratitude indicible. Je crois que vous seul, mon Seigneur, pouvez savoir à quel point cette belle flèche qui a transpercé votre cœur peut être douloureuse à cause de l'ingratitude de toutes les créatures qui ont existé, existent et existeront. aucun mois, jour, heure ou heure ne s'écoule sans que vous receviez d'innombrables infractions. Je reconnais et je crois que notre ingratitude indicible a été l'une des épées les plus poignantes qui ont transpercé votre âme.


Je termine ces quelques lignes sur les douleurs mentales de Jésus. Vendredi 12 septembre de l'année du Seigneur de 1488 [6] . Amen.


Je pourrai également dire beaucoup d'autres choses entendues de cette âme bénie pour l'utilité et la consolation des lecteurs. Mais arrêtez l'impulsion de mon cœur, car cette religieuse est toujours en vie. Peut-être qu'à l'avenir Dieu m'inspirera-t-il pour ajouter d'autres considérations pieuses, que je tais maintenant pour la délicatesse.




[1] Camila Batista Varani, Autobiographie, Editrice Ancora, Milan 1983.

[2] Autobiographie, p.52.

[3] Jésus parle en tant que personne de la Sainte Trinité.

[4] Innocence du baptême.

[5] Dans le monastère.

[6] Le Bienheureux avait trente ans.


La Vierge 1 Rose Rose Rose Sacré-Coeur Rose Rose Rose

Paix ! Rose Rose Rose

Jeanne La Guerrière servante de DIEU et envoyée de DIEU par la Grace de DIEU Rose Rose

Rose

DIEU SOIT BENI - BENI SOIT SON SAINT NOM !!! Jésus Christ Amen !

Gloire à Toi Soleil radieux et DIVIN








_________________
JEANNE LA GUERRIERE
HUBERT Jeannine
HUBERT Jeannine
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit. Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit.  Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.

Messages : 1096
Date d'inscription : 15/01/2015
Age : 65
Localisation : FRANCE - NORMANDIE

Admin aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

AVERTISSEMENTS DU CIEL  - APPARITIONS DE JACAREI  : LES DOULE             OULEURS MENTALES DE  JESUS Empty Re: AVERTISSEMENTS DU CIEL - APPARITIONS DE JACAREI : LES DOULE OULEURS MENTALES DE JESUS

Message  Admin Sam 20 Fév 2021 - 11:59

@ Jeannine :

Merci !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 50890
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 120
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum