Dernier Entretien du 10-08-2023 de Mgr Vigano sur la Situation Actuelle- Une Interview sans compromi
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Dernier Entretien du 10-08-2023 de Mgr Vigano sur la Situation Actuelle- Une Interview sans compromi

Aller en bas

Dernier Entretien du 10-08-2023 de Mgr Vigano sur la Situation Actuelle- Une Interview sans compromi Empty Dernier Entretien du 10-08-2023 de Mgr Vigano sur la Situation Actuelle- Une Interview sans compromi

Message  Admin Lun 21 Aoû 2023 - 12:30

DERNIER ENTRETIEN (10 AOÛT 2023) DE MGR VIGANO SUR LA SITUATION ACTUELLE - UNE INTERVIEW SANS COMPROMIS !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


17 août 2023

Entretien de Mgr Viganò avec Matt Gaspers de Catholic Family News, dix août 2023 !

Les échecs de l’Église profonde, comme ceux de l’État profond, peuvent être cachés et niés, mais ils sont évidents dans toutes leurs conséquences désastreuses.

Dans ce nouvel entretien avec Matt Gaspers de CFN (1), Mgr Carlo Maria Viganò commente une grande variété de sujets, dont le pontificat de François après dix ans, le Conclave de 2013, les efforts de Donald Trump pour obtenir un second mandat à la présidence, la Russie-Ukraine la guerre à la lumière du Message de Fatima de Notre-Dame, la traite des enfants et le nouveau film Sound of Freedom, et plus.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

CFN : Votre Excellence, nous sommes maintenant dans la dixième année du pontificat de François. De son « Qui suis-je pour juger ? » à Amoris Lætitia, de la Déclaration d’Abou Dhabi à l’incident de la Pachamama (et au Synode en cours sur la synodalité), nous avons été témoins de scandales papaux vraiment sans précédent au cours de la dernière décennie – des scandales qui touchent autant à la foi et à la morale. Selon vous, quelle a été la question la plus dommageable de ce pontificat et comment l’Église peut-elle s’en remettre ?

Carlo Maria Viganò : Il est difficile – et je pense que beaucoup seront d’accord avec moi – d’identifier le problème qui a le plus influencé négativement l’action et les paroles de Bergoglio. Chacun de ses gestes est délibérément provocateur et histrionique, délibérément conçu pour laisser l’interlocuteur déconcerté, ou pour l’offenser, ou pour se moquer de lui. Ceux qui pensent que Bergoglio est naïf se trompent : chacune de ses paroles est prononcée pour susciter le scandale, pour se distancier de tous ses prédécesseurs, pour critiquer le passé de l’Église, le déformer, le falsifier avec des simplifications irritantes. Et surtout : il n’affirme jamais. Si vous avez remarqué, ses déclarations les plus controversées ne sont pas le résultat d’une déclaration autonome, mais la réponse à des questions posées par d’autres, selon les indications reçues, de sorte qu’il semble que le sujet ait été choisi par l’intervieweur ou par l’interlocuteur. Si vous notez, toutes les déclarations les plus déroutantes – de « Qui suis-je pour juger ?» à la dernière « Dieu t’aime comme tu es » – sont des réponses aux questions. Bergoglio lui-même nous le confirme, lors de la conférence de presse de retour du Portugal : « Merci pour le courage de poser cette question. Merci » (ici).

En pratique, quel que soit le sujet abordé, tous les mots de Bergoglio sont basés a priori sur une fiction, un mensonge. Dans certains cas, ces manipulations ont lieu avec des systèmes plus élaborés, mais toujours malhonnêtes et déloyaux : pensez aux manœuvres pour imposer sa ligne lors des récents Synodes, et au mépris absolu des règlements. Ajoutez à cela le mépris moqueur avec lequel il attribue à d’autres circonstances et à d’autres personnes ce qu’il fait ostensiblement en premier.

Au-delà des scandales individuels, je crois que le plus grand dommage causé à l’Église par ce « pontificat » est le discrédit et le déshonneur jetés sur la Papauté, sur l’Église, sur le clergé et sur les fidèles. Sa haine de la Tradition ne connaît pas de répit, et cela a nécessairement des répercussions sur ce qui est une expression naturelle de cette Tradition : la doctrine, la morale, la liturgie, la spiritualité. La démolition est systématique et part principalement de l’autorité, corrompue et soumise à l’ennemi, qui abuse de son pouvoir dans le but opposé à celui qui le légitime. La démocratisation de l’Église, la collégialité conciliaire, la synodalité bergoglienne sont des mensonges colossaux, derrière lesquels se cache la tyrannie : le parallèle avec les gouvernements soumis à l’élite mondialiste est évident, et confirme une coordination unique des deux actions subversives. Et les deux institutions, comme nous le voyons, sont discréditées et délégitimées précisément par ceux qui occupent des postes d’autorité. De cette façon, si jamais à l’avenir cette crise devait connaître une fin, restaurer la confiance dans l’Église et restaurer son autorité sera humainement parlant presque impossible.

CFN : Dans une récente interview (ici), vous  avez dit que certains cardinaux « créés par Benoît XVI se sont avérés complètement en deçà des attentes des fidèles conservateurs » et que certains d’entre eux « au dernier conclave ont été témoins de choses qu’ils ne dénoncent pas publiquement ». Que pensez-vous qu’ils ont vu et pourquoi ne les dénoncent-ils pas ?

Certains cardinaux qui sont entrés au Conclave en 2013 ne semblent pas comprendre la gravité de ce qui s’est passé et se passe, sous de fausses apparences de légalité formelle. Nous les avons entendus défendre la papauté avec une épée, déclarant que les erreurs soutenues par Bergoglio et ses provocations impromptues ne doivent pas être considérées comme un magistère papal ; nous les avons entendus demander à Bergoglio de dissoudre les Dubia sans même qu’il daigne y répondre, et tout s’est arrêté là. Mais cette dénonciation des effets – c’est-à-dire du « pontificat » actuel – est complètement inutile quand elle refuse, malgré tout, d’en reconnaître les causes dans la révolution conciliaire. Leur volonté tétragonale de « sauver » le pseudo-magistère de Vatican II, qui est la cause lointaine de la crise actuelle, rend totalement inutile toute action de défense de l’Église.

Quant au silence sur les événements qui ont eu lieu pendant le Conclave, je vois ici aussi la mentalité légaliste qui prévaut sur la nécessité urgente de mettre fin au coup d’état subversif de l’Église profonde. Leur principale préoccupation est de ne pas saper l’observance des normes valables en période de relative normalité, de sorte que l’on ne puisse pas dire qu’ils ont violé les préceptes humains, alors qu’avec leur respect des procédures, ils se retrouvent à approuver la violation des préceptes divins par – rien de moins – que les dirigeants de la hiérarchie catholique.

Je trouve incompréhensible qu’un membre du Collège des Cardinaux puisse confier à des amis qu’il a été témoin de faits qui rendent l’élection de Jorge Mario nulle et non avenue, et qu’en même temps il ne veut pas les dénoncer publiquement pour ne pas briser le secret pontifical : ce secret qu’il a déjà brisé en en parlant à quelqu’un qui ne peut rien faire, force Son Éminence à se taire devant l’Église, dont les Pasteurs pourraient peut-être trancher la question. Mais ici, nous ne parlons pas du Sceau de la Confession, mais de questions qui ont raison d’être réservées tant qu’elles ne le sont pas au détriment de l’institution qui les a mises en vigueur ; sinon, nous nous trouvons comme les pharisiens de l’Évangile, qui ont demandé à Notre Seigneur s’il était licite de sortir un âne du puits le jour du sabbat.

Les indiscrétions de ces Cardinaux se concentrent sur les preuves d’irrégularités graves, sans fournir plus de détails. Cela me rappelle ce qui s’est passé en 1958, avec la question de la fumée d’abord blanche puis devenue noire : il semble que l’élu était le Cardinal Giuseppe Siri, mais qu’en raison de l’opposition du régime communiste soviétique on ait forcé la main contraignant les Pères à élire un autre pape, qui comme par hasard fut le conciliant Angelo Giuseppe Roncalli.

Si ces confidences s’avéraient vraies, je n’ose pas penser au tourment de conscience de celui qui s’apprête à emporter le secret dans son cercueil, alors qu’il aurait l’opportunité de démasquer les manœuvres de la Mafia de Saint-Gall. Si elles n’étaient pas vraies, cela n’aurait pas de sens d’en parler même avec des personnes de plus grande confiance (qui, cependant, ont parlé à quelqu’un, puisque la nouvelle a fuité).

CFN : D’un point de vue humain, pensez-vous que le prochain Conclave ne répétera pas le résultat de 2013 ?

À l’exception d’interventions extraordinaires de la Providence, le Collège des Cardinaux a été largement discrédité par Bergoglio : Caligula se limita à la menace de nommer son cheval Incitatus prêtre et consul ; celui-ci, en revanche, crée des cardinaux qui, sous Pie IX, auraient été envoyés in partibus infidelium. L’issue du prochain Conclave semble donc évidente, rebus sic stantibus. Mais si des preuves devaient émerger d’une grave irrégularité lors du Conclave de 2013, cela rendrait ipso facto nulle et non avenue l’élection qui a suivi, et par conséquent tous les actes de gouvernement et de magistère accomplis par l’élu. Parmi ces actes, la création des cardinaux, de sorte que tous les consistoires de Bergoglio seraient nuls : nous reviendrions d’un seul coup à la situation de 2013 et cela perturberait les plans de Bergoglio, car les électeurs du prochain Conclave seraient certainement moins enclins à répéter les erreurs déjà commises et, forts de l’expérience de cette décennie, pourraient élire le moins pire d’entre eux.

CFN : L’année prochaine, les Américains feront face à une autre élection présidentielle. En 2020, vous avez fortement soutenu les efforts de Donald Trump pour remporter un second mandat. À la lumière de sa promotion continue des vaccins COVID et de sa rhétorique en faveur de l’agenda LGBTQ, pensez-vous que les catholiques peuvent encore le soutenir dans une autre tentative pour la présidence ? Le considérez-vous toujours comme une sorte de « katechon » ?

Le Président des États-Unis d’Amérique peut être une sorte de katechon s’il a bien en tête le coup d’État mondial perpétré par l’État profond. Je crois que Donald Trump a compris la tromperie dont il a été victime de la part de Fauci et des autres colporteurs de BigPharma, et qu’il est également capable – comme Robert F. Kennedy, Jr. est capable sur le front démocrate – de vérifier si le virus SARS-CoV-2 fait partie d’un projet militaire, qui a utilisé les sociétés pharmaceutiques uniquement pour la production à grande échelle des sérums (qui a d’ailleurs commencé de manière significative en 2019, avant la déclaration de l’urgence pandémique).

En ce qui concerne d’autres formes de soutien plus ou moins explicite aux mouvements ou aux idéologies contraires à la Foi catholique, je voudrais suggérer au Président de ne pas se laisser influencer par les sondages et les pourcentages des agences de communication électorale, et de réfléchir à la responsabilité devant Dieu des décisions que, en tant que Président des États-Unis, il assume. La tâche du Président des États-Unis est de gouverner son peuple pour le bien commun, selon la justice et dans le respect de la Loi naturelle et de la Loi divine. S’il accomplit cette tâche, le Seigneur – qui est Tout-Puissant et qui décide du sort des Nations et des individus – le bénira, lui et le peuple américain ; si, au contraire, il manque à ses devoirs et se plie à la mentalité du monde et aux conseils de ses experts électoraux, il ne peut certainement pas s’attendre à ce que Dieu, offensé et désobéi, l’aide, lui et la Nation.

Il faut dire que Trump, lors de ses récents rassemblements, a fortement dénoncé les politiques woke et s’est engagé à lutter contre la transition de genre et les mutilations pour mineurs, l’endoctrinement gender dans les écoles, l’hypersexualisation de l’enfance et la traite des enfants. Il est significatif que, juste au moment où la perception de la menace très grave du lobby pédophile augmente, le Ministère américain de la Justice n’a rien de mieux à faire que de réduire le niveau d’alarme sociale : évidemment la bande de pervers qui manœuvre Biden sent le vent du boulet lui passer au ras de la tête. En tout cas, je préfère mille Trump à un seul Biden, cela ne fait aucun doute. Aussi parce que Trump s’est montré en fait beaucoup plus proche de l’image d’un politicien catholique que le soi-disant catholique Biden.

CFN : Avez-vous des idées sur Robert F. Kennedy Jr. et sa campagne pour remporter l’investiture démocrate à la présidence ? Compte tenu de son soutien à l’avortement, un catholique pourrait-il voter pour Kennedy en toute bonne conscience ?

Robert Kennedy a certainement une vision claire de la fraude pandémique et vaccinale et de l’assaut de l’État profond contre les droits fondamentaux des Américains. Les aspects positifs de son programme politique n’enlèvent rien au fait qu’il soutient l’avortement, ce qui le rend invotable, d’autant plus que Kennedy se déclare catholique bien qu’il soit en grave contradiction avec l’enseignement de l’Église et avec la loi naturelle. Ici aussi, nous avons besoin d’un sursaut de fierté, qui mette de côté les calculs électoraux et fasse un choix radical. Le compromis n’est plus possible aujourd’hui.

CFN : L’événement le plus significatif depuis que Joe Biden a assumé sa charge a probablement été le déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui semble avoir été provoquée au moins en partie par de mauvais acteurs. Que pensez-vous que l’État profond espère réaliser à travers ce conflit en cours ?

La crise ukrainienne a été préparée pendant des années, afin de détruire la Fédération de Russie par un processus de balkanisation, afin de garantir l’hégémonie de l’anglosphère dans les équilibres géopolitiques internationaux et de maintenir les États européens dans une position de subordination par rapport à la puissance anglo-américaine.

Le conflit aurait entraîné un rapprochement ultérieur de Poutine avec Xi Jinping, ce qui était largement prévisible et qui aurait pu être évité. Il est d’autre part possible que pousser la Russie dans les bras de la Chine puisse constituer, dans l’esprit des chefs du Nouvel Ordre Mondial, le casus belli d’une déclaration de guerre à la Chine elle-même, ce qui est cohérent avec la demande de la Maison Blanche aux partenaires européens de mettre fin aux accords commerciaux dits de la Route de la Soie. Une demande qui aura non seulement de graves répercussions en raison de l’affaiblissement des exportations vers la Chine et de l’augmentation prévisible des matières premières et des produits semi-finis jusqu’ici importés depuis Chine ; mais qui constitue la prémisse d’une instabilité et d’une crise économique qui sont généralement l’antichambre d’un conflit, au profit des marchands d’armes et de ceux qui profitent de la reconstruction (voir l’Irak, mais aussi la Grèce). Je doute cependant que l’élite ait le temps nécessaire pour atteindre ces objectifs : ses jours sont comptés, car le mensonge sur lequel repose son pouvoir est maintenant exposé.

Au-delà des stratégies politiques d’une partie de l’establishment américain, on sait que la guerre en Ukraine a aussi servi à cacher les scandales de la famille Biden et à étouffer l’activité des biolaboratoires financés par le Pentagone et des organismes américains ou alliés : dans ces laboratoires ont été trouvés des virus artificiels génétiquement modifiés pour être efficaces sur certaines ethnies, en violation des accords internationaux. L’échec partiel du projet pandémique – qui prévoyait en 2015 de très fortes réductions de la population mondiale – est probablement dû au fait que Poutine a anticipé le début de l’opération militaire et a fait prisonniers les scientifiques de ces biolaboratoires.

N’oublions pas que l’Ukraine est le principal acteur sur le marché de la GPA, de la prédation d’organes et de la traite des êtres humains également pour alimenter le réseau pédophile. Les dénonciations des organisations humanitaires ne laissent aucun doute sur ces horreurs sans précédent : des enfants tués et démembrés pour envoyer leurs organes vers des cliniques en Occident ; des soldats ukrainiens blessés dont les organes sont prélevés dans le même but ; des vies de créatures innocentes vendues à de riches pervers pour apaiser leurs abominables déviations. Et nous savons combien l’État profond est composé de personnages qui peuvent faire l’objet d’un chantage précisément pour ces crimes exécrables, sur lesquels le récent film Sound of freedom a jeté la lumière.

CFN : Si la paix en Ukraine était le véritable objectif, quelles mesures devraient être prises pour l’atteindre ?

L’Ukraine agit comme une tête de bélier dans la guerre par procuration de l’OTAN contre la Fédération de Russie. Nous devrions donc d’abord cesser de considérer Zelensky comme un interlocuteur dans tout accord de paix : s’il n’a pas eu son mot à dire dans la déclaration de guerre et dans la poursuite des actions militaires menées jusqu’à présent, je ne vois pas quel devrait ou pourrait être son rôle à la table des négociations pour la paix.

Certes, la crise ukrainienne peut prendre fin immédiatement, si Kiev redevient un tampon entre le bloc de l’OTAN – qui s’était engagé à ne pas s’étendre à l’Est – et garantit l’autonomie du Donbass et l’indépendance de Donetsk et de Lougansk. Le problème est que les dommages subis et l’endettement colossal de l’Ukraine pour faire face à l’achat d’armes et à l’envoi de soldats au front rendent difficile la fin du conflit, également parce que la victoire contre la Russie est impossible sans l’implication officielle d’autres nations. Tant qu’il fallait envoyer de vieux chars ou quelques volontaires, l’OTAN a convaincu les pays membres de soutenir la guerre ; mais je ne crois pas qu’ils veuillent déclencher une guerre mondiale, malgré les déclarations délirantes de certains politiciens.

CFN : Dans des déclarations et des interviews passées, vous avez exprimé un soutien considérable à la Russie dans le contexte de la guerre. Alors que l’Ukraine a clairement le soutien des mondialistes occidentaux, n’êtes-vous pas d’accord sur le fait que la forte alliance de la Russie avec la Chine communiste est tout aussi troublante, en particulier à la lumière des prophéties de Notre-Dame de Fatima sur les « erreurs de la Russie » ?

Mon soutien n’est pas à la Russie en soi, mais à ceux qui s’opposent réellement aux plans du Nouvel Ordre Mondial à ce stade. Il était bien connu qu’un conflit entre les États-Unis et la Fédération de Russie renforcerait inévitablement les liens de cette dernière avec la Chine : il faut espérer que l’alliance entre Poutine et Xi Jinping ne soit pas seulement à l’avantage de la dictature communiste chinoise, et que les équilibres seront maintenus.

Je crois, cependant, que le moment est venu de sortir de la cage idéologique qui nous conduit à considérer les Américains bons et les Russes mauvais, sur la base d’un préjugé souhaité par l’État profond. Comme Giulio Andreotti l’a observé à juste titre – avant d’être évincé de la politique internationale par l’intervention des services atlantiques avec la collaboration du crime organisé et des repentis de la mafia – « l’OTAN aurait dû se dissoudre ayant atteint son but social lorsque le mur de Berlin est tombé en 89 » (Repubblica, 28 octobre 2004). Tant que nous ne nous rendrons pas compte que les gouvernements occidentaux sont les otages d’une coupole de subversifs qui gèrent le pouvoir contre les peuples, nous ne pourrons pas vaincre ce cancer institutionnel qui altère les équilibres internationaux et se nourrit de guerres, de famine, de pauvreté. Quand Notre-Dame parle des « erreurs de la Russie », nous devrions considérer qu’elles se sont maintenant répandues dans tout l’Occident, tandis qu’en Russie l’athéisme matérialiste et le communisme sont devenus minoritaires. C’est en Occident – et même au sein de l’Église catholique – que ces erreurs sont aujourd’hui publiquement professées par les gouvernements, dans une union infernale entre socialisme et libéralisme, qui est une expression des deux grands courants maçonniques, la matrice française socialiste et révolutionnaire et la matrice anglo-américaine libérale et institutionnelle.

CFN : L’un des fléaux cachés dans notre monde d’aujourd’hui est la traite des enfants. Le nouveau film Sound of Freedom avec Jim Caviezel, l’acteur qui a joué Notre Seigneur dans La Passion du Christ de Mel Gibson, met en lumière ce fléau et appelle tout le monde à aider à l’éradiquer. Pendant ce temps, le Ministère de la Justice de Joe Biden semble minimiser le problème (ici). Croyez-vous, comme Caviezel, qu’il existe un lien entre les élites mondiales, les agences gouvernementales et le trafic d’enfants ?

Comme je l’ai dit plus tôt, l’Ukraine est au centre du trafic d’enfants et de la pédophilie, qui implique principalement des membres de l’élite satanique du Nouvel Ordre Mondial et les agences gouvernementales de nombreux États. Je ne suis pas surpris que cette élite essaie par tous les moyens de minimiser ou de cacher ces crimes odieux, en utilisant également le pouvoir qu’elle a à travers la politique, les médias et le monde du divertissement. Si nous pensons que le fils de Joe Biden, représenté avec des mineurs dans des poses aussi obscènes qu’éloquentes, est toujours en liberté, nous devons nous demander quelles sont les forces en présence et quelle est la profondeur de la corruption de nos dirigeants et de toute la classe dirigeante qui tourne autour d’eux.

La dénonciation de Caviezel a le mérite de mettre en lumière ce réseau de complicité et de crimes qui crient vengeance devant Dieu, et qui ne peuvent rester impunis. En effet, je pense que l’effondrement imminent de l’ensemble de l’État profond sera davantage dû à l’indignation des citoyens ordinaires face aux horreurs qu’il perpètre sur les enfants qu’à l’évidence de leur plan criminel d’extermination de l’humanité au moyen de pandémies et de famines.

Quand j’entends Klaus Schwab déclarer : « Les confinements climatiques arrivent : plus besoin de débat », je me demande à quel point ces subversifs – Schwab, Gates, Soros etc. – sont pressés de mener à bien leur projet infernal de cacher la réalité de ce qu’ils font. Leurs plans de contrôle total visent finalement à s’assurer l’impunité par la manipulation de la Vérité et l’imposition du mensonge.

CFN :  À la lumière de la suppression croissante de la Vraie Messe par la Hiérarchie, quels conseils donneriez-vous aux Catholiques qui s’inquiètent d’assister à la Messe ou de recevoir des sacrements d’un prêtre sans facultés écrites ou dans un « statut canonique irrégulier » ?

Lorsque, dans les années Soixante-dix, Mgr Marcel Lefebvre prit ses distances avec « l’Église conciliaire » et continua d’ordonner des prêtres qui garantissent la célébration de la Messe Catholique, les premières mesures contre la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X furent de nature canonique : la suspense a divinis pour avoir conféré les Ordres Sacrés dans un institut devenu irrégulier du jour au lendemain. Ce que Mgr Lefebvre faisait jusqu’à la veille avec les encouragements du pape était devenu illicite. Ce n’est que douze ans plus tard, en 1988, après les sacres épiscopaux, que l’excommunication a été imposée, puis révoquée par Benoît XVI. Mgr Lefebvre a eu la force de témoigner de sa fidélité au Christ même en désobéissant aux ordres de la Hiérarchie, et c’est grâce à cette sainte désobéissance que les clercs et les fidèles ont pu bénéficier du Motu Proprio Ecclesia Dei d’abord et ensuite de Summorum Pontificum.

Je dirais même davantage : beaucoup de ceux qui aujourd’hui se piquent de donner des leçons d’orthodoxie en essayant de démontrer l’acceptabilité de Vatican II et de fait assistent aux célébrations dans le rite tridentin avec l’accord tacite de ne pas refuser le Concile, peuvent le faire grâce à « l’intransigeance » – c’est-à-dire la cohérence des principes – de Monseigneur Marcel Lefebvre, qui dénonça les erreurs de cette assemblée de mauvais augure et de la réforme liturgique qui s’ensuivit. Sans son courage, sans le témoignage des prêtres arrachés aux autels par la police, à la demande des évêques, alors qu’ils célébraient la Messe de Toujours, le rite traditionnel aurait définitivement disparu de nos églises, comme cela a été le cas pendant près de vingt ans.

Je me demande donc : est-il possible que l’autorité de l’Église soit exercée pour empêcher ce que la même autorité avait béni et loué avant le Concile ? Le pouvoir vicaire du pape et des évêques peut-il aller à l’encontre du but pour lequel Notre-Seigneur, détenteur de ce pouvoir, l’a établi pour l’Église ? Et encore : quelle crédibilité peut avoir l’autorité des pasteurs, quand elle érige d’abord comme norme universelle, puis interdit, puis restaure et enfin supprime de facto le même rite ? Il est nécessaire de reconnaître que l’exercice de l’autorité ecclésiastique est indissolublement lié au but pour lequel le Christ a institué la Hiérarchie sacrée, et qu’aucun pouvoir subversif ne peut usurper cette autorité sans se dresser contre l’Église et contre le Christ lui-même. L’abolition de la Messe apostolique par Paul VI pour la remplacer par une contrefaçon rédigée par des hérétiques fut un abus, de même l’annulation de Summorum Pontificum par Bergoglio: ce n’est pas un hasard si les deux font partie d’une « église conciliaire » en rupture avec l’Église Catholique ; une « église » autoréférentielle, détachée de la Sainte Tradition, avec ses propres « saints », ses propres rites, sa propre doctrine et sa propre morale, tous en net contraste avec les Saints, les Rites, la Doctrine et la Morale de l’Église du Christ.

Quiconque empêche la célébration de la Messe tridentine le fait indéfectiblement pour de motifs pervers. Personne dans l’histoire de l’Église n’a jamais osé interdire la célébration du Saint Sacrifice sous une forme particulière, au motif qu’elle n’exprimait pas une nouvelle ecclésiologie : parce que s’il l’avait fait, il aurait implicitement reconnu une nouvelle approche doctrinale en opposition à celle de la Messe, ce qui est tout à fait inacceptable et inconcevable pour un Catholique.

S’il y a donc une hétérogénéité de la Messe de saint Pie V par rapport à la religion imposée par « l’église conciliaire », c’est celle-ci qui se trouve en dehors de l’Église, et non ceux qui, ne changeant rien, veulent défendre un rite qui a forgé et forge encore la sainteté des fidèles et des prêtres.

J’ai moi-même fondé l’association Exsurge Domine (ici le lien où vous pouvez faire vos dons) pour aider les prêtres, les religieux et les religieuses persécutés par la junte bergoglienne. Nous sommes en train de bâtir un village monastique dans la province de Viterbe, en Italie, où accueillir la communauté des moniales de Pienza persécutées par le Saint-Siège et leur évêque. Nous aidons les prêtres laissés sans paroisse parce qu’ils célèbrent la Messe apostolique, éloignés du ministère uniquement parce qu’ils n’acceptent pas l’apostasie actuelle. J’appelle tous les Catholiques à contribuer à ce projet.

Les échecs de l’Église profonde, comme ceux de l’État profond, peuvent être cachés et niés, mais ils sont évidents dans toutes leurs conséquences désastreuses. Pour retirer l’Église profonde du corps ecclésial – comme on ampute un membre infecté – il faut d’abord dénoncer les faux pasteurs, résister fermement à leurs ordres illégitimes, coordonner la pastorale des petites communautés de « réfractaires ». Cela n’assurera probablement pas notre victoire ; mais notre engagement, notre désir sincère de servir le Seigneur et de sauver les âmes, notre témoignage de cohérence de vie chrétienne peuvent conduire le Seigneur à faire ce tout, que seul notre rien peut faire bouger.

Et c’est, après tout, ce qui donne des raisons d’espérer même dans ces situations : pas le fatalisme (orthodoxe) de ceux qui attendent une intervention divine sans lever le petit doigt ; pas l’activisme (protestant) qui ne tient pas compte de l’aide de Dieu et met tout espoir en lui-même ; mais le sain pragmatisme (catholique et romain) qui combine la toute-puissance de Dieu pour décider du sort du monde avec la généreuse coopération de l’homme qu’il a créé et racheté. En un mot, la multiplication des pains et des poissons.

© Traduction de F. de Villasmundo pour MPI relue et corrigée par Mgr Viganò

(1) Matt Gaspers est le rédacteur en chef de Catholic Family News. Il a été invité par John Vennari (1958-2017), rédacteur en chef de longue date du CFN et ardent défenseur de la Foi, à poursuivre l’important travail du CFN peu de temps avant le décès de M. Vennari. En plus d’écrire pour CFN, M. Gaspers a également été publié par The Fatima Crusader, OnePeterFive et LifeSiteNews. Ses intérêts d’étude et d’écriture incluent la théologie, l’histoire de l’Église, Fatima, l’islam et la vie spirituelle. Il a pris la parole lors de conférences organisées par Catholic Family News et le Fatima Center.

SOURCE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67534
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

JeCrois et nadine aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum